Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

societe

Violences faites aux femmes : « La tolérance sociale, principale alliée du scandale » - Najat Vallaud-Belkacem

26 Novembre 2018 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Société, #Femme

https://www.huffingtonpost.fr/2018/02/22/najat-vallaud-belkacem-a-trouve-un-deuxieme-job-chez-ipsos-cette-fois_a_23368148/

https://www.huffingtonpost.fr/2018/02/22/najat-vallaud-belkacem-a-trouve-un-deuxieme-job-chez-ipsos-cette-fois_a_23368148/

EXTRAITS

Si le mouvement #Meetoo a permis de libérer la parole, elle reste toujours sujette à caution, estime Najat Vallaud-Belkacem dans une tribune au « Monde ». S’appuyant sur une enquête d’Ipsos, elle montre que le relativisme qui imprègne encore les sociétés occidentales demeure un frein pour éradiquer ce fléau.

Tribune. Triste rendez-vous que ce 25 novembre, comme chaque année, sur le calendrier, impassible et sinistre, des violences quotidiennes faites aux femmes. Qui jamais ne semble devoir s’interrompre. Dans notre pays, tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ; toutes les sept minutes, une autre subit un viol ; tous les ans, 200 000 femmes sont victimes de violences physiques et sexuelles.

Et si ces chiffres ne suffisent à eux seuls à dire la permanence de l’horreur, alors observons un peu plus loin l’imagination sans borne de sociétés violentes, jusqu’à la nausée, à l’égard toujours des mêmes. On savait les mutilations génitales, mariages précoces, prostitution, et autre « panoplie » de souffrances imposées aux femmes.

On dit moins les pratiques « traditionnelles » sous couvert de « culture » qu’il faut savoir combattre avec la même détermination que nous avons combattu l’excision : ces veuves à qui l’on impose encore de dormir avec le corps du défunt et de boire l’eau avec laquelle on a lavé son corps ; ces jeunes femmes violées contraintes d’épouser leur agresseur ; ces filles à la fertilité testée par des inconnus avant d’être autorisées à se marier…

Pas de place pour le relativisme

Il n’y a place ni pour le relativisme ni pour la condescendance en la matière, si toutes les violences ne se ressemblent pas, la tolérance sociale, principale alliée du scandale, continue d’exister là-bas comme ici. Comme sur une autre planète, il faut entendre depuis plus d’un an certains commentateurs s’émouvoir qu’on « aille trop loin dans le grand déballage #Meetoo ».

Perception spontanée ou impactée par ces propos à l’emporte-pièce ? Voilà que selon une étude récente effectuée par Ipsos, (« International Women’s Day : Global misperceptions of equality and the need to Press for Progres », voir lien PDF), un homme français sur cinq, et un homme américain sur trois, pense en effet que les femmes « exagèrent souvent les cas de viol ou violences » qu’elles rapportent. La parole se libère certes, pas toujours les oreilles et les yeux de celles et de ceux qui ne mesurent pas la dureté de cette violence quotidienne et tristement ordinaire.

Ni des chaînes d’informations en continu qui, trop occupées à couvrir les faits d’armes de casseurs sur les Champs-Elysées, en oublient purement et simplement d’évoquer une manifestation pourtant massive le même jour pour dénoncer ces violences.

Ainsi nous serions allés trop loin dans le déballage ? vraiment ? Observons la réalité crue pour changer, que nous dit-elle ? Qu’en dépit des progrès indéniables de la loi, de l’implication des professionnels, des numéros d’urgence mis en place, le jour espéré où il suffira qu’une violence faite à une femme, en particulier dans un cadre familial, soit connue, pour qu’elle cesse immédiatement sous la réprobation générale de l’entourage, des témoins indignés, est loin d’être arrivé.

(...)

Pourquoi manifester si peu de soutien public aux associations qui chaque jour – et pas seulement le 25 novembre – militent pour faire changer et appliquer la loi, dénoncent les moyens ou les formations insuffisantes de services publics indispensables (police, justice, services sociaux), refusent le silence et la résignation ? Ce sont elles les porte-voix des murmures de nos milliers de confidentes.

Najat Vallaud-Belkacem est ancienne ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche d’août 2014 à mai 2017.

Najat Vallaud-Belkacem (Directrice générale Affaires internationales, Groupe Ipsos)

La tribune est à lire dans son intégralité en cliquant ci-dessous (Pour abonnés)

Texte intégral à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite
Lire la suite

Debout les femmes...

24 Novembre 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Société, #Femme

Debout les femmes

« Debout les femmes » disponible sur toutes les plateformes

https://39Femmes.lnk.to/DeboutLesFemm...

Pour soutenir les actions de la Maison des Femmes : https://www.lamaisondesfemmes.fr/don

Tous les fonds récoltés sont reversés à la Maison Des Femmes, pour qu’elles puissent en ouvrir d’autres et que leur action perdure.

39 FEMMES : Mayra Andrade - Jennifer Ayache - Nawel Ben Kraiem - Blondino - Brigitte - Karen Brunon – Buridane - Amina Cadelli - Barbara Carlotti - Chat - Les Coquettes - Anaïs Croze - Camille Faure -Alma Forrer - Zaza Fournier - Élodie Frégé - HollySiz - Agnes Jaoui - Mai Lan - Clara Luciani - Luciole - Madjo - Carole Masseport - Inna Modja - Sandra Nkaké - Ornette - Lili Poe - Pomme - Barbara Pravi - Olivia Ruiz - La Grande Sophie - Elisa Tovati - Calypso Valois - Diane Villanueva - Cléa Vincent - Julie Zenatti

Réalisé par Aurélie Saada

Produit par Morgane Prod

Merci à toutes les chanteuses pour leur engagement.

Merci à Monique Wittig , Antoinette Fouque et les Editions des Femmes pour ce texte si puissant, Lauren Bastide et la Poudre pour son combat et l’impulse formidable qu’elle a su nous donner , Florence Jeux et Morgane Prod pour nous avoir permis de mettre cela en image. Un immense merci à Raphael Hamburger pour son studio Saint Germain, Stan de nous avoir enregistrées.

Merci aux musiciens qui nous ont accompagnées : Charlène, Karen, Inor et Disco

Lire la suite

Mouvement des Gilets Jaunes: de bien dangereuses "analyses"...

21 Novembre 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Société, #Politique

Mouvement des Gilets Jaunes: de bien dangereuses "analyses"...

"Quand j’ai tout payé, il me reste 200€ pour vivre, pour payer l’essence et la nourriture : comment voulez-vous que je m’en sorte ?"

]

Je trouve TRES dangereuse la manière qu'ont certains d'analyser le mouvement des "Gilets Jaunes".

Oui, ce mouvement est certainement soutenu par l’extrême droite et par tous les populistes notoires. C'est incontestable.

Oui, il y a eu des violences inacceptables. Intolérables!

Oui, des propos racistes, sexistes, homophobes ont été tenus sur des points de blocage.

Mais il ne faut pas s'interdire de considérer AUSSI ce mouvement comme l'illustration, l'émergence d'une colère, d'une désespérance sociale. Désespérance que certains renforcent en "enfermant" ces manifestants dans des stéréotypes de classes:

"beaufs, alcooliques, dégénérés, fachos, gauchos (aussi), abrutis" et j'en passe.

Tout cela sans s'apercevoir que ces si aimables "noms d'oiseaux" poussent un peu plus la multitude dans les bras des populistes nationalistes.

Je le dis ici: ATTENTION DANGER ABSOLU!

J'ai vu ces "gens". Leurs visages, leurs corps "parlent"! Ce sont des femmes et des hommes épuisés, en détresse morale et financière. Pas toutes et tous. Mais l'immense majorité, ce sont ces "invisibles" oubliés par des politiques de métropolisation à marche forcée depuis 25 à 30 ans. Entre autres raisons...

J'ai échangé avec certaines et certains. Beaucoup on voté Le Pen au second tour. Pas au 1er! Ceux-là avaient voté même TRES à gauche avant de "sombrer" dans le vote de rejet, de désespoir. Je n'excuse pas. J'essaie de comprendre.

Quant à Emmanuel Macron et au Gouvernement, ils semblent totalement perdus, dans un océan de contradictions, d'incohérence politique et de propositions ridicules. Le Président de la République veut que s'organisent des "débats" sur les territoires alors que les décisions sont déjà prises et que plus rien ne bougera sinon à la marge.

J'ai hâte de voir émerger les idées socialistes et écologiques. Pour le moment pas très audibles. Il ne faudra pas "louper" l'incontournable silence - il y a toujours un "repos", une pause après les grandes secousses -  qui suivra l'après-mouvement des "gilets jaunes" et occuper très vite le terrain!

Christophe Chartreux

Lire la suite

Journée internationale du travail... Les travaux de la fondation Jean-Jaurès...

1 Mai 2018 , Rédigé par Fondation Jean Jaures Publié dans #Education, #Société

Journée internationale du travail... Les travaux de la fondation Jean-Jaurès...

 Journée internationale du travail 
Les travaux de la Fondation

 

Dialogue social, entreprises engagées, violences et harcèlement au travail, formation professionnelle… : à l’occasion de la Journée internationale du travail, la Fondation vous invite à retrouver les travaux qu’elle a menés depuis le début de l’année sur différents aspects du sujet.

Dialogue social

• Comment réussir le dialogue social en France ? Laurent Berger, Luc Bérille, Philippe Louis… (colloque, 17 avril)

• Un dialogue social serein et utile est-il possible dans la fonction publique ?Anne-Sophie Avé, Luc Farré, Bernard Lejeune, Christian Chevalier (vidéo, 7 février)

• De l'utilité du dialogue social dans la fonction publiqueChristian Chevalier (note, 30 avril)

Gouvernance de l’entreprise

• L’entreprise appartient aux salariés !Pascal Demurger, Stanislas Guérini, Frédérique Lellouche, Pierre Victoria (vidéo, 24 avril)

• Entreprises : nouvelle conception, nouvelle gouvernance ?Philippe Peuch-Lestrade, Christian Pierret, Valentin Schmite, Jean-Pierre Yonnet, Pierre Victoria (vidéo, 4 avril)

• Vive la réforme (de l’entreprise) !Pierre Victoria (tribune, 15 février)

• Entreprises engagées. Comment concilier l’entreprise et les citoyensValentin Schmite, Marinette Valiergue, Pierre Victoria (rapport, 3 février)

• Qu’est-ce que l’intrapreneuriat ?Paul Poupet, Marinette Valiergue (tribune, 4 février)

Travail et société

• Halte aux violences au travail : ce n’est pas dans ma fiche de poste !Gilles Finchelstein et al. (tribune, 1er mai)

• Formation professionnelle continue : pour remettre la compétence au cœur,Pascal Demurger, Romain Liberge (note, 26 avril)

• Travail et santéMichel Debout (note, 25 avril)

• Les femmes et le harcèlement au travailFrançois Kraus (enquête, 28 février)

Lire la suite

Au lycée, couvrez ces jambes, ces épaules ou ces seins que l’on ne saurait voir...

26 Avril 2018 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education, #Société

dessin de @LaSauvageJaune - http://doublerose.over-blog.com/2016/08/couvrez-ce-sein-que-je-ne-saurez-voir-tartuffe-bien-sur.html

dessin de @LaSauvageJaune - http://doublerose.over-blog.com/2016/08/couvrez-ce-sein-que-je-ne-saurez-voir-tartuffe-bien-sur.html

EXTRAITS

De nombreuses adolescentes font part des remarques qu’elles subissent dans leur lycée pour des tenues considérées comme « inadaptées ».

Les beaux jours reviennent, annonçant une vague de shorts et de gambettes à l’air. Enfin, pas pour tout le monde. Dans un lycée du Var, à Brignoles, un groupe de lycéens apprenait la semaine dernière que la direction empêchait les filles de se présenter en short ou les épaules nues, rapporte le quotidien Var-Matin et la chaîne de télévision France 3 régions. Selon des lycéennes, qui ont manifesté devant les grilles de leur établissement jeudi 19 avril au matin, « on vérifie ce que nous portons sous nos vestes, ou si nos sous-vêtements ne sont pas visibles sous nos jupes ».

La direction du lycée a démenti avoir procédé à ces vérifications : « Aucune personne du lycée n’a demandé à une élève de se baisser pour vérifier que sa culotte n’était pas apparente. » Mais a confirmé qu’une élève avait dû porter une blouse pour masquer un short « inadapté ».

C’est loin d’être la première fois que des lycéennes disent être soumises à des injonctions vestimentaires de la part de la direction de leur établissement, auxquelles les garçons échappent. Les réseaux sociaux fourmillent de messages de jeunes filles à qui on a reproché une tenue indécente ou une jupe trop courte.

En janvier, la page Facebook Paye ton bahut a même été lancée par une élève de terminale pour compiler les remarques sexistes entendues au lycée, au-delà des consignes de l’administration.

(...)

Meredith Harbach, professeur à l’université de Richmond, dans le Tennessee, a travaillé sur « la sexualisation, discrimination basée sur le sexe, et le code vestimentaire des lycées ». Elle explique au New York Times que les problèmes se posent quand les écoles imposent des exigences fondées sur les stéréotypes sexuels. « Dans le cas de Lizzy Martinez, par exemple, l’école fonde cette notion que “les seins libres sont sexuels et susceptibles de causer des perturbations, de distraire les autres élèves” », explique-t-elle. Un hashtag est d’ailleurs utilisé depuis des mois sur les réseaux sociaux par des filles qui ne veulent plus être vues comme des distractions — #ImNotADistraction (« je ne suis pas une distraction »).

« Non au slut-shaming » brandissait encore une lycéenne de Brignoles, jeudi matin, reprenant un terme qui apparaît, lui aussi, régulièrement lors d’événements semblables. Contraction de « slut » (« salope ») et « shame » (« honte »), ce terme désigne le fait de rabaisser ou de culpabiliser une femme à cause de son comportement sexuel. L’un des leviers du slut-shaming est de considérer que parce qu’une femme porte tel ou tel vêtement, c’est une « salope ».

Selon Mme Harbach : « Ce genre de messages qui cible les jeunes femmes — votre jupe est trop courte, vous semblez trop sexy, vous distrayez les garçons — détourne toute conversation » sur le comportement mutuellement respectueux que doivent avoir les filles et les garçons à l’école.

Claire Courbet

L'article complet est à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Un policier dans les écoles? L'idée du maire de Nice fait son chemin jusqu'à la rue de Grenelle...

28 Janvier 2018 , Rédigé par 20 Minutes - AFP Publié dans #Education, #Société, #Police

Un policier dans les écoles? L'idée du maire de Nice fait son chemin jusqu'à la rue de Grenelle...

L'expérimentation souhaitée par Christian Estrosi a été validée par le ministre de l'Education nationale, à la condition que les policiers ne soient pas armés...

Un policier municipal sera bientôt posté dans chaque école à Nice, « une première en France » selon le maire LR  Christian Estrosi qui dit avoir reçu vendredi le feu vert du ministre de l' Education à condition que le policier ne soit pas armé.

« Le ministre nous a donné son feu vert pour une expérimentation qui permette dans les prochaines semaines de mettre en place ce dispositif », a indiqué Christian Estrosi, qui accompagnait Jean-Michel Blanquer durant une visite à Nice.

110 policiers recrutés

« C’est une première en France », a-t-il assuré, en rappelant que la mairie avait massivement recruté pour avoir 110 policiers municipaux supplémentaires. « Le principe est surtout d’avoir un policier […] qui puisse être un relais direct avec la police nationale et le centre de supervision urbaine », a-t-il expliqué.

Dans la matinée, Jean-Michel Blanquer avait souligné l’importance des enjeux de sécurité dans l’Education. « Ils ont d’ailleurs beaucoup de dimensions », a-t-il dit, en remarquant qu’il y avait « une sensibilité particulière à Nice, tout à fait compréhensible ».

A condition que le policier ne soit pas armé

La proposition de Christian Estrosi de poster un policier armé dans chaque école avait été rejetée par la précédente ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem et critiquée par la fédération de parents d’élève FCPE, et des syndicats enseignants.

Jean-Michel Blanquer estime pour sa part que c’est « intéressant de voir ce qu’une telle mesure peut donner dès lors que le policier est non armé, bien entendu ». « Notre objectif est d’avoir à Nice, comme dans d’autres endroits de France, des expérimentations sur différents sujets, pas seulement la sécurité », a-t-il dit.

Depuis la rentrée 2016 qui a suivi l’attentat sur la Promenade des Anglais ayant fait 86 morts le 14 juillet, Nice a mis en place un service de vigile devant chaque école, remplacé depuis par un policier.

Lire la suite

La galanterie, un mythe français brillant... France Culture (Video)

13 Janvier 2018 , Rédigé par France Culture Publié dans #Education, #Femme, #Société, #Histoire

Lire la suite

A lire... "La Communauté", Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin... Trappes, de Jamel Debbouze au fondamentalisme musulman...

6 Janvier 2018 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education, #Politique, #Société, #Sociologie

                                      ______________________________________

Bonnes feuilles d'un travail journalistique rigoureux - cela rassure -  à lire en cliquant ci-dessous (pour abonnés)/CC

Lire la suite

Nouveau service national? Du "neuf" avec du déjà fait... (+ commentaires)

4 Janvier 2018 , Rédigé par France Info Publié dans #Education, #Politique, #Société

Nouveau service national? Du "neuf" avec du déjà fait... (+ commentaires)

Le retour du service militaire obligatoire pourrait être remplacé par un "parcours citoyen"

Emmanuel Macron l’avait promis durant sa campagne : un service militaire obligatoire et universel d’un mois serait instauré lors de son quinquennat. Finalement, ce nouveau service national pourrait plutôt prendre la forme d’un "parcours citoyen" obligatoire d’une semaine par an. Il s’agit d’une des pistes étudiées par les députés en charge d’établir un rapport qui sera rendu public à la fin du mois.

Trois étapes du collège à la seconde

Contrairement au service militaire, ce parcours ne s’adresserait pas aux jeunes de 18 ans, mais à tous les élèves âgés de 10 à 16 ans. Il se déroulerait en trois étapes, dans les établissements scolaires, et serait encadré par des enseignants et des volontaires du service civique. Ce système aurait l’avantage d’être beaucoup moins coûteux pour l’Etat.

Première étape : chaque année au collège, une semaine serait consacrée à la défense et à la sécurité, mais aussi aux gestes qui sauvent, aux droits et devoirs, ou à la mémoire. La deuxième étape de ce parcours arriverait en classe de seconde avec une semaine d’immersion pour favoriser la mixité sociale et les valeurs fraternelles. Un dispositif semblable aux stages de troisième, mais dans des associations qui viennent en aide aux personnes âgées ou aux en sans-abris, par exemple.

Enfin, troisième étape : la délivrance d’un passeport citoyen en fin de seconde. Ce papier pourrait permettre à chaque jeune de prolonger son engagement après ses 16 ans s’il le souhaite. Il lui offrirait également certaines facilités, comme entre autres, un accès simplifié et moins cher au permis de conduire.

Commentaire:

Si je suis tout à fait favorable à la découverte par nos élèves des aspects concrets de tout ce qui touche à la Défense Nationale - ce qui est déjà le cas à condition de consulter de temps en temps les programmes d'Enseignement Moral et Civique de collège - je suis absolument opposé à cette idée redondante de "semaine consacrée à la défense et à la sécurité, mais aussi aux gestes qui sauvent, aux droits et devoirs, ou à la mémoire."

Tout cela, je le disais, est DEJA mis en place tout au long de la scolarité collégienne. Et cela occupe bien plus d'une semaine par an.

En tant qu'enseignant, je trouve franchement très inopportun de venir imposer - il ne me semble pas avoir entendu parler de concertation par ce gouvernement qui se dit très souvent opposé aux injonctions venues d' "en-haut" - cette "brique" supplémentaire à un édifice qui mérite mieux qu'un amoncellement hétéroclite et brinquebalant.

Il serait plus utile de renforcer - plutôt que les détricoter - les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) que d'obliger les enseignants à faire de l' "encadrement". Au moins avec ces EPI parlait-on des savoirs et  les pratiquait-on.

Mais peut-être faut-il comprendre que les programmes, à bas-bruit, disparaissent des radars pour être remplacés par des "opérations de communication"? Moins coûteuses il est vrai que les 17 milliards d'euros estimés pour la réalisation d'une idée que le candidat Macron avait "oublié" de chiffrer.

Christophe Chartreux

Ci-dessous les liens - deux d'entre eux seulement tant il y en a  - vers ce qui existe déjà

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>