Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Articles avec #politique tag

Cette campagne est mystique... (Mélenchon/Macron/Le Pen)

18 Avril 2017 , Rédigé par Slate Publié dans #Politique

Résultat de recherche d'images pour "christique macron"

EXTRAITS

Sous ses airs de laïcité, cette campagne est pétrie de mysticisme et de religion.

Et tout à coup, dimanche 9 avril, clôturant son meeting de Marseille face à une Méditerranée étincelante sous le soleil et un Vieux port de carte postale, on entendit Jean-Luc Mélenchon prêcher cette bonne parole à ses 70.000 fidèles: «Et maintenant, mes frères, mes sœurs, donnez-vous la main. C’est la paix!». Ce même dimanche des Rameaux, une semaine avant Pâques, les chrétiens du monde entier –comme à chaque messe après la récitation du Notre Père– faisaient un «geste de paix» en donnant la main au voisin et lui disant: «La paix du Christ soit avec toi».

Quelques minutes avant, le candidat de la France insoumise avait martelé les mots: «Il faut que cesse la guerre contre les pauvres». Une injonction sortie tout droit de la bouche du pape François. Et il avait invoqué l’exigence du «bien commun», principe suprême de la «doctrine sociale» de l’Eglise, contre les «intérêts singuliers».

Rarement dans une campagne électorale aura-t-on autant fait profession de foi de… laïcité! Et en même temps, dans les meetings ou à la télévision, adopté autant de postures religieuses, imité autant la gestuelle, l’incantation, le rite, la liturgie des cérémonies. Le mardi 11 avril à Lille, le même Jean-Luc Mélenchon –manifestement inspiré par le mystère pascal de la souffrance et du «sang» versé (par le Christ) comme signe de mort et de résurrection - s’est livré à une morbide menace contre François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron: «Si vous élisez un de ces trois-là, vous allez cracher du sang».

Chantre de l’extrême-droite intégriste, Patrick Buisson ne s’y est pas trompé et, dans Le Point, a reconnu l’un des siens et rendu hommage à «un discours qui emprunte des symboles à la spiritualité». Il en a conclu:

«Si le christianisme est le refus de la domination absolue de la marchandise –ce que la Bible condamne comme le culte des idoles–, Mélenchon est plus chrétien que Macron quand celui-ci se rend à Las Vegas ou entend faire de la France une smart nation».

Comment ne pas se souvenir ici des origines catholiques de Jean-Luc Mélenchon, de son passé de servant de messe qui, en 2012, déclarait déjà à L’Express: «Je ne me suis jamais moqué de la foi et je ne le ferai jamais». Ajoutant pour l’hebdomadaire chrétien La Vie: «J’éprouve une jubilation à discuter avec des gens qui ont la foi. Ils se situent dans un espace comparable au mien, dans un domaine plus grand que soi.» Il revendiquait alors être «le seul dirigeant de gauche» à lire les encycliques des papes. Cinq ans après, dans une interview à Famille chrétienne, il récidive: «Je suis de culture catholique, je connais la maison!»

(...)

Henri Tincq

Et pour en savoir plus au sujet des "mystiques" Macron et Le Pen, c'est ci-dessous

Lire la suite

Mercredi toutes et tous à République/Paris... 17h... Avec Benoit Hamon...

18 Avril 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Politique, #Hamon

Inscriptions au Grand Rassemblement de la République
 
 
Cher-e-s ami-e-s,
 
Nous avons besoin de vous pour faire connaitre l'événement et amplifier la mobilisation pour notre rassemblement du 19 avril, place de la République à Paris. 
 
À quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle, Benoît Hamon a souhaité vous convier à un grand rassemblement festif et populaire. 

Des intellectuels, qui sont nombreux à avoir contribué au programme de Benoît Hamon comme Thomas Piketty, Julia Cagé, Dominique Méda ou encore Alfred Spira, viendront échanger avec les citoyens dans le cadre d'un
forum qui ouvrira ses portes dès 17h.

Sur scène, de nombreux artistes se succéderont, à l'image de la diversité et du métissage de la France : Tahiti 80, Les Yeux noirs, Clarika, Romain Humeau (Eiffel), Jacob Devarieux (Kassav), Bob El West, Authentique, Free Mustakil, Oumou Kouyate, DJ Rag, DJ Calvino, Zabumba, DrumTeam, La Sirène, Phil Darwin (humoriste)...
 
Tous se mobilisent pour porter le projet de gauche, écologiste et européen de Benoît Hamon et faire battre le coeur de la République.
 
Nous vous invitons à en parler autour de vous, par SMS, sur les réseaux sociaux, autour d'un café, lors d'un repas de famille ou entre amis.
Lire la suite

Revue de Presse Education... Le programme Mélenchon...

18 Avril 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Politique, #Melenchon

Revue de Presse Education... Le programme Mélenchon...

EXTRAIT

(...)

Le programme de Mélenchon

Une conférence de presse de Paul Vannier, représentant éducation de Mélenchon, a suscité de nombreux articles. Une sélection :

« Nous voulons une rentrée 2017 100 % gratuite », a déclaré Paul Vannier, porte-parole éducation du candidat de La France insoumise, ce qui passera par « une loi rectificative durant l’été ». Seront concernés les manuels, les sorties scolaires, des fournitures sans marque, la cantine et le périscolaire, ce qui coûtera 5,2 milliards d’euros chaque année, avec « une montée en charge progressive ».

L’Etudiant met l’accent sur les dépenses importantes induites par ce programme. Mélenchon et l’éducation : des dépenses tous azimuts. "Cantine, soutien scolaire, activités périscolaires : dans le programme de Jean-Luc Mélenchon sur l’éducation, détaillé vendredi, tout devient gratuit. Et 60 000 enseignants seront recrutés."

Jean-Michel-Zakhartchouk étudie ce programme entre séduction et réaction. "Bref, d’un côté, un visage plutôt sympathique même si on reste dans le flou et dans les déclarations de principe, mais il est vrai qu’un programme présidentiel ne peut aller dans les détails.
Malheureusement, il y un autre versant, qui est fait pour la fraction la plus conservatrice du monde enseignant et se présente comme une entreprise de démolition de ce qui s’est fait de progressiste ces dernières années. Vision d’une école bien peu « insoumise », qui regarde surtout vers le passé et bien peu vers l’innovation…"

(...)

Géraldine Duboz

La revue de presse est à lire ci-dessous dans son intégralité

Lire la suite

Les derniers jours d'une France heureuse?...

17 Avril 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Politique, #Hamon

Résultat de recherche d'images pour "danger"

Dans quelques jours, dimanche à 20h, s'afficheront deux visages sur nos écrans.

L'un des deux, si l'on en croit les sondages, sera Marine Le Pen, femme politique française d'extrême droite, à la tête du Front National dont le Président d'Honneur est Jean-Marie Le Pen, son père.

Un Front National qui n'a strictement rien changé de sa ligne politique passée contrairement à ce que les discours de Marine Le Pen veulent faire croire. Un vernis qui ne fait que dissimuler aux naïfs les réalités abominables qui resurgiront dès la victoire acquise.

Il y a pourtant longtemps que tous, moi le premier, aurions du être alertés et alerter nos concitoyens. Le Front National et les partis populistes de droite ne sont pas nés il y a huit jours. Ils sont installés, pour certains depuis plus de trente ans. Leurs représentants élus au Parlement européen ou progressant régulièrement et démocratiquement dans les diverses institutions représentatives. Je pense à la Belgique, à l'Autriche, à la Hongrie, à la Pologne, à l'Italie. Partout, la tâche brune s'étend régulièrement, inexorablement.

J'ai vu tardivement la montée du risque.

Tout à commencé, pour moi, après les attentats de Charlie Hebdo. C'est bien tard. J'espère qu'il n'est pas trop tard.

Le jour de la grande manifestation, nous étions tous Charlie. Tous? Pas tout à fait. Une partie non négligeable de jeunes français n'a pas été conviée au défilé. Dans la foule, très peu venaient des "cités". Ils étaient restés chez eux, au pied des barres d'immeubles. Pas par sympathie pour les assassins des journalistes de Charlie. Mais "tout simplement" parce qu'ils n'étaient pas concernés! Il y a si longtemps que plus personne ne les voit, ne les écoute, ne les encourage. Alors, aller grossir la foule? Pour ensuite les ignorer à nouveau? A quoi bon?

Et puis il y a eu les débats épiques au sujet de la réforme du collège.

On - enseignants, syndicalistes, parents, etc - a débattu des heures, des jours, des semaines, des mois sur la place du latin, du grec - langues que je défends et défendrai! - et des classes bilangues  alors que les enjeux se trouvaient ailleurs: 

dans les établissements REP et REP+, dans l'apprentissage, dans l'orientation, dans les lycées professionnels, dans la formation initiale et continue. Mais non!  NOUS participions sur réseaux sociaux et médias à des débats enflammés et savants à propos de la "fin de la civilisation par la mort du latin", de la "réforme de l'orthographe", de l' "enseignement de l'arabe au CP" et, cerise sur cet indigeste gâteau, de la place de l'accent circonflexe sur telle ou telle voyelle! Hallucinant!    

Pendant ce temps, d'autres jeunes, ni sourds ni idiots, observaient cela en se disant: "Mais, et nous?"...  Ces élèves (et parents) de REP et REP+, de lycées pro, ces décrocheurs, ces jeunes auxquels on ne disait rien alors qu'ils attendent et MERITENT tant! Ce que seule Najat Vallaud-Belkacem avait compris! Le comble étant que reproche lui en a été fait! 

Ces jeunes dont l'ascenseur social ne comporte qu'un bouton: rez-de-chaussée! Lisant des kilomètres de débats sur les "latinistes/hellénistes" pendant qu'eux étaient totalement abandonnés, ignorés du débat, ils ont halluciné! Beaucoup aujourd'hui se tournent vers des extrêmes qui les écoutent,  évidemment leur mentent. Mais leur parlent!

Loin de moi l'idée d'accuser qui que ce soit. Sinon moi-même! Le premier! Je n'ai pas pris la mesure suffisamment tôt du danger!

Dimanche, je plierai en deux le bulletin portant le nom de Benoit Hamon et le glisserai dans l'enveloppe qui rejoindra d'autres enveloppes anonymes dans l'urne transparente. 

Benoit Hamon:

- SEUL candidat qui n'ignore pas et n'ignorera pas les jeunesses oubliées, qui s'adresse et s'adressera à elles  sans démagogie, sans promesses intenables ni discours enflammés, mais vides de propositions immédiatement concrètes!

- SEUL candidat à se poser et à  nous poser la double question: quelle planète voulons-nous laisser à nos enfants? Quels enfants voulons-nous laisser à la planète?

- SEUL candidat qui nous préservera d'une catastrophe certaine en 2022 si tout autre que lui venait à être élu!

En priant, moi l'agnostique, je-ne-sais quelle puissance pour ne  pas vivre les derniers jours d'une France heureuse...

Christophe Chartreux

Lire la suite

Robin Renucci : « L’industrie du divertissement nous dévore »...

17 Avril 2017 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education, #Politique

Résultat de recherche d'images pour "robin renucci"

Photo Mathieu Zazzo

EXTRAIT

Acteur, metteur en scène, Robin Renucci, le médecin de campagne de la série télévisée « Un village français », sera à l’affiche du Festival d’Avignon.

(...)

Quel regard portez-vous sur cette campagne présidentielle ?

Nous sommes davantage dans le bavardage que dans la parole. Cette campagne électorale est complètement tiraillée entre ceux qui sont pour l’intérêt général et ceux qui sont pour la défense des intérêts privés. Nous n’avons pas été clairs sur la nécessité d’assainir les liens entre l’argent et le pouvoir. Le Conseil national de la Résistance – auquel je reste très fidèle, car c’est de là que vient la question de l’éducation populaire – disait très précisément qu’il fallait séparer les banques du pouvoir et séparer les médias du pouvoir.

Aujourd’hui, il y a ceux qui sont capables de tenir ce programme et ceux qui ne le sont pas. Cela se voit de manière extrêmement claire. Après, ce qui est déplorable, c’est que ce soit édulcoré par, d’un côté Poutou, d’un côté Mélenchon, d’un côté Hamon… Tout cela crée de la division dans des pensées qui pourraient être rassembleuses mais qui se diluent. Je suis atterré de savoir que Marine Le Pen risque d’être au deuxième tour et que, vraisemblablement, ce sera face à Fillon ou Macron. Mes pensées sont de gauche. Mais, franchement, je ne sais pas si je serais sécurisé que la gauche soit maintenant au pouvoir. Il faudrait vraiment qu’elle soit active, pas comme elle l’a été ces dernières années.

Une chose est certaine : le libéralisme tel qu’il nous est proposé est une impasse absolue et l’avenir est au métissage de nos sociétés. Il est inconcevable de ne pas se rendre compte que l’évolution du monde, quoi qu’il arrive, va vers le métissage. C’est l’avenir de l’humanité. Quant à l’avidité envers l’argent, c’est un système corrosif dont il faut sortir. Peut-être Benoît Hamon est-il en avance sur la question du travail et de la subsistance qui serait assurée par la société ?

Propos recueillis par Sandrine Blanchard

L'entretien complet (passionnant) est à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite
Lire la suite

"Hamon" expliqué aux parents...

16 Avril 2017 , Rédigé par Liberation Publié dans #Politique, #Hamon

Crédits photos : Agence / Bestimage

Si l’épanouissement personnel doit continuer à être perçu à travers le prisme du travail, alors le partage de celui-ci s’impose comme une obligation face à son inévitable raréfaction*.

Benoît Hamon imaginait-il, un soir d’août 2016, alors qu’il annonçait sa candidature à la primaire de la gauche, que son programme déclencherait, six mois plus tard, une guerre idéologique générationnelle ? Un conflit d’idées opposant les «p’tits cons» aux éternels vieux sages, ces derniers étant défendus par les éditorialistes des plateaux télé : sur BFM, Bruno Jeudy qualifie le projet du candidat socialiste d’«utopique» ; «irréaliste», ajoute Ruth Elkrief ; «surréaliste», surenchérit Franz-Olivier Giesbert sur France 2, avant qu’Alain Duhamel, sur RTL, enfonce le clou : «Il fait rêver en promettant la lune à tout le monde.» En revanche, les semelles de ces gens sont bien accrochées au sol lorsqu’ils sacrent Nicolas Sarkozy, François Hollande et tous les rejetons d’une politique héritée du Général, dont il faudrait encore aujourd’hui se référer aveuglément comme si 2017 était la continuité directe de 1958.

Alain Duhamel, Ruth Elkrief, Franz-Olivier Giesbert, Bruno Jeudy et tous nos parents sont issus de générations où il y avait tellement de travail qu’ils étaient en position de force pour négocier leur salaire. Ils ont vécu en croyant que toute société, pour fonctionner, doit s’organiser autour de valeurs honorables telles que les sacrifices et l’investissement. C’est sans doute pour cela que «leurs» candidats, François Fillon (ou son remplaçant éventuel), Manuel Valls, Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen continuent de n’avoir que pour seul leitmotiv «le plein-emploi», articulé sur un temps de travail toujours plus important.

Nous, jeunes irresponsables, ne sommes pas de ceux-ci qui pensent encore viable une politique qui tourne le dos au sens de l’histoire, dépassés qu’ils sont par les mutations technologiques et numériques que nous épousons, plus ou moins inconsciemment. Ils regardent le monde de 2017 avec des yeux de 1973, quand nos yeux de 2017 nous portent à regarder vers 2040.

Non, les jeunes qui tendent l’oreille lorsqu’on leur parle de revenu universel d’existence ne sont pas des traîne-savates, heureux de pouvoir rester tranquillement à la maison tandis que tomberait chaque mois dans leur portefeuille 750 euros consacrant le règne de l’oisiveté et de l’assistanat. Si l’épanouissement personnel et toutes les mécaniques économiques et sociales qui l’activent doivent continuer à être perçus à travers le prisme du travail, alors le partage de celui-ci s’impose comme une obligation face à son inévitable raréfaction. Ce que les jeunes, qui se sont déplacés en masse pour sacrer Benoît Hamon, vivent quotidiennement : cinq années en moyenne après la fin des études pour trouver un emploi stable, parfois précaire, souvent sous-qualifié ; 18,4 % des moins de 25 ans de l’Union européenne aujourd’hui au chômage, et les promesses que le même système, en place depuis vingt ans, pourra l’enrayer demain avec les mêmes recettes. Le constat est pourtant simple : nous sommes de plus en plus, 67 millions aujourd’hui en France, 73 millions en 2060, et 10 milliards sur la planète entière en 2050, selon l’Insee. Les robots poussent progressivement vers la sortie les travailleurs des ateliers, des usines et des laboratoires. Les caisses automatiques remplacent des employés, nous commandons nos livres, nos vêtements et nos meubles sur Internet, téléchargeons de la musique et des films au détriment des commerces de proximité ou des grands ensembles.

A travers le projet porté par Benoît Hamon, les anciens entendent simplement s’exprimer une nouvelle génération : celle de Black Mirror, du nom de cette série britannique laquelle nous montre quels pourraient être les effets néfastes des nouvelles technologies sur nos vies. Un monde dominé par les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) que nous avons accepté, encore nié par nos aînés, et que Benoît Hamon entend réguler. Cet état de fait sur lequel toutes les résistances nationalistes, patriotiques et souverainistes ne changeront rien. Les jeunes «irresponsables», «utopistes» et «rêveurs», charmés par le discours de Benoît Hamon ne sont-ils pas ceux qui comprennent la nécessité de s’adapter au plus vite aux nouvelles donnes d’une société régie par les lois que nous imposent les géants de la Silicon Valley ? Il faut en appeler au politique pour résister. Il est indispensable que celui-ci endosse le costume de garde-fou pour empêcher une poignée de multimilliardaires de priver les individus de leur souveraineté, réduits en avatar consumériste face à la puissance des machines.

Appréhender cette nouvelle donne en amont pour mieux l’encadrer et s’ouvrir les portes de ce fameux «futur désirable» n’est pas synonyme d’admiration béate. Nous ne sommes pas des midinettes énamourées - nous laissons cela aux supporteurs d’Emmanuel Macron, personne n’aura la prétention d’affirmer que le programme de Benoît Hamon est la solution à tous les problèmes que rencontre notre société. Avoir le bon diagnostic ne signifie pas détenir les bons remèdes, mais il est respectable d’avoir face à soi un responsable politique prêt à admettre qu’il a pu se tromper sur les recettes précédentes, quand tous les autres s’érigent en hommes providentiels détenant la vérité. Alors, chers anciens, le monde dans lequel nous vivons, c’est vous qui nous l’avez construit. Et vous souhaiteriez nous voir abandonner nos rêves d’une société meilleure - alors que naît l’idée que nous pourrons voter en avril prochain par conviction et non pour éliminer un candidat contre un autre. Nous ne vous demandons pas d’adhérer à quelque chose que vous ne comprenez peut-être pas, mais face au succès tout relatif des politiques menées par ceux que vous avez sacrés durant des décennies, il serait temps de réévaluer la hiérarchie des choix irresponsables et de ne considérer comme surréaliste que votre incompréhension face à notre volonté d’une autre vie : celle que vous nous promettez depuis toujours, sans aucun autre résultat que son échec.

Alexis Weigel Libraire chez 47 degrés Nord à Mulhouse

Lire la suite

Autour de Benoît Hamon, roulez jeunesse...

16 Avril 2017 , Rédigé par Liberation Publié dans #Politique, #Education, #Hamon

Résultat de recherche d'images pour "agathe cagé"

Photo "Cartes sur table" (Think tank d'Agathe Cagé/Lien en bas de page)/Note du webmaster

                                              _______________________________

Dans l’entourage du candidat socialiste à la présidentielle, s’agite une équipe de trentenaires très diplômés. Chef de cabinet, secrétaire générale, plume… Après la primaire où ils jonglaient entre leur emploi et la campagne, ils se consacrent désormais entièrement à l’élection.

(...)

Agathe Cagé, 33 ans : générale en herbe

Avrai dire, Agathe Cagé n’imaginait pas qu’il puisse exister un travail «physiquement plus violent et intellectuellement plus intense» que son poste de directrice adjointe de la ministre de l’Education qu’elle a quitté mi-février. A 33 ans, cette brindille à la coupe garçonne et au sourire timide a depuis découvert l’étendue du job qu’elle a accepté auprès de Benoît Hamon : secrétaire générale de la campagne présidentielle. Cheffe d’orchestre d’une start-up d’une quarantaine de personnes. Moyenne d’âge : 30 ans. Sous la générale en herbe perce la femme politique : «Chez Emmanuel Macron, ils veulent surtout recruter des noms mais Benoît attire parce qu’il parle de fond concrètement. Aujourd’hui, un débat politique ressemble à une réunion interministérielle où il est d’abord question de budget et de modalités. Benoît parle de sens et de finalité.»

Recrutements et gestion des RH, frais de campagne, coordination du projet : tout ce qui sort du QG (ou y entre quand il s’agit de commander des pizzas pour toute l’équipe aux alentours de 23 heures) doit passer par son bureau vitré ou son téléphone portable. En arrivant rue du Château-d’eau, elle s’est acheté un stock d’oreillettes, qu’elle perd aussi souvent que le candidat égare ses lunettes : avoir les mains libres en parlant lui permet de répondre à des SMS et de piocher les infos qu’il faut dans l’une de ses six boîtes mails.

Sœur jumelle de l’économiste Julia Cagé - elles ont fait Normale sup ensemble après un parcours 100 % public - Agathe Cagé choisit ensuite l’ENA et la haute fonction publique, entre au ministère de l’Intérieur, se spécialise en sécurité et en politique de la ville avant d’être repérée par Vincent Peillon, qui la recrute à l’Education. Hamon la gardera. Elle se passionne pour ces sujets scolaires qu’elle découvre et qu’elle synthétise d’une formule : «Fabriquer de l’égalité autrement que dans les textes.» Pour faire des propositions innovantes sans adhérer à un parti, elle a lancé avec sa sœur jumelle - leur aînée a créé une marque de vêtements pour enfants - un think tank baptisé Cartes sur table, peuplé de trentenaires n’ayant pas tous leur lourd bagage de diplômes, car «au nom de quoi quelqu’un au cursus plus banal aurait des idées moins dignes d’intérêt ?» Le bébé vit surtout en dehors de tout lien avec les partis politiques. «Je respecte le militantisme traditionnel, mais j’ai besoin d’indépendance», se justifie celle qui se vide la tête sur sa moto après des journées de dix-huit heures. En arrivant chez elle, Agathe Cagé lit le programme télé, «juste pour voir ce qu’[elle a] loupé».

(...)

Laure Bretton

L'article complet est à retrouver ci-dessous

Lire la suite
Lire la suite

Education - Le projet de Benoit Hamon...(+ commentaire)

16 Avril 2017 , Rédigé par Liberation Publié dans #Education, #Politique, #Hamon

Education - Le projet de Benoit Hamon...(+ commentaire)

Le candidat du PS détaille dix engagements pour l'école ce jeudi. La plupart dans la continuité de l'action menée au cours des cinq dernières années. Sauf peut-être son ambition de créer un «service public de soutien scolaire».

Benoît Hamon, le candidat du PS, a détaillé ce jeudi matin son programme par le menu. En matière d’éducation, il s’inscrit dans la droite ligne du quinquennat Hollande. Son équipe de campagne le revendique même. «L’éducation, c’est la fierté du bilan de ces cinq dernières années. Le domaine où la gauche a le mieux réussi, même si les effets de la loi de refondation ne sont pas visibles immédiatement, défend Yannick Trigance, député de Seine-Saint-Denis, dans l’équipe Hamon pour plancher sur l’éducation. Nous espérons qu’il y aura un vrai débat sur ce thème pendant cette campagne, pour que les électeurs voient aussi combien nos propositions reflètent aussi un projet de société, tout à fait différent de celui de la droite.» Et de celui de Macron ? Deux mesures clés distinguent le leader d’En marche du candidat socialiste : le recul sur la réforme des rythmes scolaires et l’autonomie de recrutement des enseignants pour les chefs d’établissement. Revue des principaux engagements de Benoît Hamon, pour le primaire et le secondaire.

40 000 créations de postes

Hollande en avait fait un slogan de campagne avec ses 60 000 promesses d’embauche. Cinq ans après, Hamon avance, lui, la promesse de 40 000 créations de postes sur les cinq prochaines années, avec une priorité assumée pour le primaire : la moitié des postes (20 000) seront affectés au premier degré, et 3 000 pour la maternelle. 15 000 postes seront consacrés à la formation continue et 2 000 pour renflouer le bataillon de remplaçants (en primaire et secondaire), qui avait été décimé sous Sarkozy. Hamon promet aussi de doubler les primes (Isae et Isoe) versées aux enseignants, soit environ 800 millions d’euros ainsi distribués.

Scolarisation obligatoire dès 3 ans

Aujourd’hui, en France, l’instruction est obligatoire à partir de 6 ans. Le PS propose de l’avancer à 3 ans. Cette mesure semble surtout symbolique : seuls 5% des enfants entre 3 et 6 ans ne sont pas scolarisés aujourd’hui. Autre objectif, que se fixe Hamon, plus ardu : faire progresser le taux de scolarisation des enfants de 2 ans dans les écoles d’éducation prioritaire. C’était déjà une promesse de campagne en 2012. Hollande s’était engagé à l’époque à tripler le nombre de tout-petits dans les maternelles des zones défavorisées pour atteindre un taux de scolarisation de 30%. A la dernière rentrée, le dispositif patinait autour de 20,6%… Hamon propose de persévérer.

Des effectifs (un peu) réduits dans les classes en primaire

Le candidat du PS propose de fixer à 25 maximum le nombre d’élèves par classe, en CP, CE1, CE2. Et à 20 dans les écoles d’éducation prioritaire, d’outre-mer et des territoires ruraux. Il entend aussi, même si les choses restent à préciser, baisser le nombre d’élèves dans les classes où l’un des enfants serait porteur de handicap.

Cet engagement appelle à plusieurs commentaires. Selon les données publiées chaque année par le ministère de l’Education, on compte aujourd’hui en moyenne 25,5 élèves par classe en primaire. L’engagement de Benoît Hamon ne semble donc pas très ambitieux, même si cette moyenne nationale masque des variations d’une école à l’autre. Autre interrogation : l’état de la recherche scientifique. Aujourd’hui, le lien entre taille de classe et performance des élèves n’est pas clairement établi par la recherche, sauf à diminuer le nombre d’élèves de manière conséquente, comme le rappelait dans Libé Georges Felouzis, professeur de sociologie de l’éducation à l’université de Genève.

Un grand service public d’aide aux devoirs

C’est peut-être la principale nouveauté de Benoît Hamon qui ne soit pas dans la poursuite du quinquennat précédent. Le candidat veut s’attaquer à cette source d’inégalité de plus en plus criante. Aujourd’hui, rappelle Yannick Trigance, «un élève sur 10 en sixième prend des cours de soutien scolaire. C’est un sur cinq en troisième…» Comment Hamon compte-t-il s’y prendre ? «Il faut inclure dans le temps scolaire des élèves le travail personnel et les devoirs qui, aujourd’hui, sont à faire à la maison», explique Hamon dans son programme. Sans donner plus de détail. Va-t-il réduire le temps d’enseignement de certaines disciplines ? Seul élément concret : le budget. 400 millions d’euros seront consacrés à «ce service public du soutien scolaire».

Soutien financier aux communes pour les rythmes scolaires

Là encore, dans la lignée du quinquennat précédent, Benoît Hamon propose de renflouer davantage le fonds de soutien aux communes. L’enveloppe, aujourd’hui de 400 millions d’euros, sera augmentée de 25% sur cinq ans. Soit 25 millions par an «d’abord pour les communes populaires et rurales».

Aller plus loin dans la mixité sociale

Benoît Hamon reprend là aussi un objectif inscrit dans l’article premier de la loi de Refondation de l’école de 2013 : «Le service public de l’éducation veille à la mixité sociale des publics scolarisés au sein des établissements d’enseignement.» Cette ambition s’est pour l’instant traduite par douze expérimentations menées par des départements volontaires, et n’impliquant à chaque fois que deux ou trois collèges… Benoît Hamon dit vouloir passer de l’expérimentation à la généralisation. «Cette politique sera axée sur la sectorisation, l’affectation et une contractualisation avec l’enseignement privé pour qu’il participe à l’effort de mixité sociale.» Comment compte-t-il faire en pratique ? Avant lui, aucun responsable politique n’a réussi à vraiment avancer sur cette question. Passera-t-il par la loi pour obliger les chefs d’établissement du privé à jouer le jeu ? Il semble que la réponse soit non, sans dire en pratique comment il compte s’y prendre.

Marie Piquemal

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>