Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

pauvrete

Lire la suite

Monde solidaire : l'extrême urgence ? Les candidats répondent - ONE France/Libération

31 Mars 2022 , Rédigé par One France Publié dans #Pauvreté

Le 22 mars dernier, nous avons organisé une journée spéciale en partenariat avec le journal Libération, au théâtre du Rond-Point à Paris, pour interpeller les candidates et les candidats à la présidentielle et leurs porte-paroles sur le retour de l’extrême pauvreté partout sur la planète et ses conséquences. Retrouvez le résumé de cette journée en deux minutes

AGISSEZ AVEC NOUS:

Site Internet : https://www.one.org/onevotefr

Instagram : https://www.instagram.com/onefrance_ong

Twitter : https://www.twitter.com/ONE_Fr

Facebook : https://www.facebook.com/ONE.Fr

Lire la suite

Les engagés, avec Najat Vallaud-Belkacem....

13 Mars 2022 , Rédigé par TelesudTV Publié dans #Pauvreté, #Monde

L'ONG One lutte pour la prise en compte de l'extrême pauvreté et la mobilisation des pouvoirs publics sur ce terrain. Najat Vallaud-Belkacem en est la Directrice France. L'organisation forme des jeunes ambassadeurs au plaidoyer dans leur environnement proche.

#najatvallaudbelkacem #one #u2 #bono #sida #tuberculose #malaria #fondsmondial #pauvrete #annees90 #theatredurondpoint #liberation

Lire la suite

Rétro... C'était le 30 janvier 2021...

1 Janvier 2022 , Rédigé par Najat Vallaud-Belkacem Publié dans #pauvreté

« En quelques années, nous pourrions mettre fin à l’extrême misère : qu’attendons-nous ?»
Chacun d’entre nous a intérêt à vivre dans un monde sûr, où la richesse est justement répartie. Nous pourrions y être. Nous n’y sommes pas. Nous avons les moyens d’y être dans dix ans, nous n’en prenons pas le chemin.
L’aide au développement est aujourd’hui notre unique instrument de redistribution planétaire des ressources publiques. Mérite-t-elle les critiques, les caricatures, les procès en inefficacité, gaspillage, détournement, assistanat, néocolonialisme et j’en passe ?
Qu’attend-on pour aider les Français à y voir plus clair, pour pousser les gouvernements à revoir leurs ambitions à la hausse?
Ce livre s’adresse à ceux qui veulent comprendre, réfléchir, et agir.
Librio, Flammarion.
Objectif 2030 : un monde sans extrême pauvreté Pour une solidarité  internationale assumée - Poche - Najat Vallaud-Belkacem - Achat Livre ou  ebook | fnac
Lire la suite

Najat Vallaud-Belkacem : « Nous voulons que s’expriment toutes les idées contre l’extrême pauvreté »

29 Novembre 2021 , Rédigé par La Croix Publié dans #Politique, #Pauvreté

https://images.ladepeche.fr/api/v1/images/view/604452b28fe56f691b738148/full/image.jpg?v=1

Entretien

Lundi 29 novembre, l’ONG internationale One lance, en partenariat avec La Croix et make.org, une consultation citoyenne pour inviter les citoyens à faire de la lutte contre l’extrême pauvreté un enjeu de l’élection présidentielle. Najat Vallaud-Belkacem, sa directrice générale France, en explique les objectifs.

La Croix : Vous lancez une consultation citoyenne sur l’extrême pauvreté, dans le but d’en faire un enjeu de l’élection présidentielle. À quand remonte l’engagement de l’ONG One sur cette question ?

Najat Vallaud-Belkacem : L’ONG One a été fondée par Bono, le chanteur du groupe U2, au début des années 2000. Malgré les trithérapies découvertes quelques années plus tôt, l’épidémie du sida continuait de faire des ravages en Afrique subsaharienne où les soins sont inaccessibles. Plusieurs millions de morts qui auraient pu être évitées ne l’ont pas été. C’est pour faire cesser ce scandale que One est née.

L’extrême pauvreté explose, des populations entières qui n’accèdent pas aux besoins fondamentaux, et une iniquité vaccinale criante entre des pays riches, où 60 % de la population est vaccinée, et des pays pauvres, qui en sont à moins de 5 %… On n’en finira pas avec le Covid si on ne protège pas l’intégralité du monde. On n’en finira pas non plus avec les désordres du monde (famines, crises climatiques, violences, files de réfugiés…) si on ne s’attaque pas aux inégalités manifestes qui empêchent des populations de sortir de l’extrême pauvreté là où elles vivent.

Il y a pour moi une légitimité évidente à ce que la campagne présidentielle d’un des pays les plus riches du monde fasse une place à ces questions. Ce n’est pas utopique que de le souhaiter. C’est au contraire rendre justice à la façon dont les citoyens français, plus éclairés qu’ils ne l’ont jamais été, perçoivent désormais ces sujets.

Ils s’indignent du pillage des ressources naturelles du Sud par de grandes multinationales du Nord. Ils s’écœurent de voir quelques grandes fortunes profiter en milliards de dollars de la crise, sans être taxées comme elles devraient l’être par des pouvoirs publics impuissants. Ils éprouvent une nausée devant les débats interminables sur les migrants et réfugiés qui ne s’intéressent jamais au fond du problème : ce que fuient ces populations et comment on pourrait leur éviter d’avoir à fuir quelque chose…

Bref, plus que jamais, le désir d’un monde plus juste s’installe dans les esprits. Le « quoi qu’il en coûte » a permis de balayer les objections des libéraux. L’imagination doit être de retour pour penser les solutions de demain. C’est cela qu’ambitionne cette consultation menée avec la plateforme make.org, qui met les « civic techs » au service de la véritable citoyenneté : celle qui ne se contente pas de répondre par oui ou non à des sondages ou de glisser un bulletin dans l’urne mais qui, en s’exprimant sur le fond, permet de créer ces consensus dont on manque tant en ces temps de polarisation permanente.

Quelles sont les solutions que vous souhaiteriez voir émerger ?

N. V.-B. : À partir de lundi 29 novembre et jusqu’à mi-janvier, nous invitons chacun à se connecter sur le site stoppauvrete.make.org et à répondre à la question suivante : « Comment l’État, les entreprises et les associations peuvent-ils mettre fin à l’extrême pauvreté et aux inégalités dans le monde ? » La question est volontairement large car nous voulons que s’expriment toutes les idées, ciblant tous les leviers : pouvoirs publics, grandes entreprises, associations.

Le projet est de déboucher sur une quinzaine de propositions qui puissent donner à voir la lucidité et l’ambition des Français sur ces sujets. L’extrême pauvreté n’est pas une fatalité, la preuve c’est qu’on a réussi à la faire diminuer : dans les années 1990 elle concernait 36 % de la population mondiale et ce chiffre était tombé à 8 %, juste avant que le Covid ne vienne balayer des années d’efforts.

Il faut donc reprendre ce combat, actualiser nos moyens, chasser les angles morts, comprendre que c’est parce qu’on laisse s’installer l’extrême richesse qu’on s’empêche d’en finir avec l’extrême pauvreté. Lutte contre les flux financiers illicites, législations plus sévères contre le pillage des ressources naturelles, plus juste représentation des pays pauvres à la table des négociations internationales, levée des droits de propriété intellectuelle sur les traitements de grandes pandémies mondiales, etc., les idées sont légion. À chacun de s’en saisir.

Recueilli par Nathalie Birchem

Lire la suite

"La lutte contre la pauvreté n’est pas une question de charité, mais de justice et d’égalité." - Najat Vallaud-Belkacem (Vidéo)

22 Novembre 2021 , Rédigé par Ville Intelligente Mag Publié dans #Politique, #Education, #Pauvreté

Najat Vallaud-Belkacem est née le 4 octobre 1977 à Beni CHIKER au Maroc.

Ancienne Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et auparavant du Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, sous François Hollande, elle est aujourd'hui directrice France de l’ONG ONE.

Au cours de cet entretien, Najat Vallaud-Belkacem a souhaité nous parler de ses combats avec L’ONG ONE contre les inégalités sociales auxquelles notre société fait face afin que tout le monde puisse mener une vie digne et pleine de possibilités. Elle est convaincue que la lutte contre la pauvreté n’est pas une question de charité, mais de justice et d’égalité. Que ce soit à travers des actions de plaidoyer ou des grandes campagnes de sensibilisation au niveau local, national, européen et international.

Najat Vallaud-Belkacem nous livre sa vision avec son vécue sur la place de la femme dans une société dominée par les hommes.

Elle nous rappelle l’importance du rôle de l’éducation nationale à transmettre les bonnes valeurs mais pas seulement, il y a pour elle une responsabilité collective et dont la seule question qu’il faut se poser « que voudrais-je pour mon enfant si je ne savais pas dans quelle famille, dans quel cadre social il naissait ».

Elle nous partage sa vision des grands enjeux de demain notamment avec la question du numérique et de l’environnement.

Si vous souhaitez suivre et connaître toute l’actualité des sujets menés par L’ONG ONE et par sa directrice France Najat Vallaud-Belkacem, c’est ici :

https://www.one.org/fr/

Lire la suite
Lire la suite

Un monde sans extrême pauvreté, “c’est faisable” pour Najat Vallaud-Belkacem - Vidéo

13 Janvier 2021 , Rédigé par France Info Publié dans #Politique, #pauvreté

Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre et auteur de “Objectif 2030 : un monde sans extrême pauvreté”, est l’invitée du 23h de franceinfo mardi 12 janvier. 

Il y a chez les étudiants un tsunami de détresse psychologique, d’isolement, de découragement insuffisamment pris en compte. Les pouvoirs publics ont toujours semblé à la remorque par rapport à la situation”, estime l’ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem sur franceinfo mardi 12 janvier. Les files qui s’allongeaient devant l’aide alimentaire dès le premier confinement étaient beaucoup composées d’étudiants. Le gouvernement doit adopter un grand plan d’urgence”.

Dans son livre, Objectif 2030 : un monde sans extrême pauvreté, la directrice générale de l’ONG One France se fait l'avocate de l’aide internationale pour les pays les plus pauvres du monde, notamment en Afrique subsaharienne. “On sait comment faire. C’est un beau rêve, une belle ambition pour notre génération d’éradiquer l’extrême pauvreté et c’est faisable”, assure-t-elle.

"Aider l’autre bout du monde à combattre le Covid"

Les classes sociales les plus précaires sont davantage marquées par l’épidémie de coronavirus. En France, la Seine-Saint-Denis enregistrait le plus fort taux de surmortalité au printemps dernier. Parmi les 10% des ménages les plus pauvres, 35% déclarent que leur situation financière s’est dégradée. Dans le monde, 115 millions de personnes ont basculé dans l’extrême pauvreté. Le Mali a un respirateur artificiel pour un million d’habitants.

Le Covid-19 n’ayant pas de frontières, il est nécessaire d’aider l’autre bout du monde à le combattre au lieu de se replier sur soi. En Afrique, les Etats n’ont pas les moyens financiers de faire face aux défis sanitaire et économique”, explique Najat Vallaud-Belkacem.

J’appelle à une solidarité internationale. Les problèmes qu’on laisse s’aggraver là-bas viendront se répercuter chez nous. Nous avons tout intérêt à rendre ce vaccin équitable, accessible à tous à faible coût, à partager la propriété intellectuelle, conclut-elle. 

Lire la suite

Esther Duflo : "Repenser la pauvreté" - Vidéo/France Culture

16 Octobre 2019 , Rédigé par France Culture Publié dans #Economie, #Pauvreté

Lire la suite

Enfants pauvres - «Ils sont en grande difficulté scolaire, mais il n’y a aucune fatalité»...

27 Novembre 2017 , Rédigé par Liberation Publié dans #Education, #Pauvreté

Enfants pauvres - «Ils sont en grande difficulté scolaire, mais il n’y a aucune fatalité»...

Auteur d’un important rapport en 2015, Jean-Paul Delahaye avance des solutions pour les élèves vivant dans une grande précarité.

Jean-Paul Delahaye est une figure de référence au sein de l’Education nationale. Il a dirigé entre 2012 et 2014 l’administration centrale de l’éducation nationale (la Dgesco), une énorme machine. Ancien conseiller du ministre Vincent Peillon, il a publié en 2015 un rapport intitulé «Grande pauvreté et réussite scolaire».

Entre 2015 et aujourd’hui, rien ne semble avoir changé : toujours autant d’enfants sont en grande détresse…

Oui. Dans notre pays, sixième puissance économique au monde, 20 % des enfants vivent dans la pauvreté, et 10 % dans une très grande pauvreté. Il faut dire les choses, décrire cette réalité. J’ai mis des mots sur la pauvreté des enfants de ce pays. Cela a été une sorte de gifle pour toutes celles et ceux qui ne voyaient pas ou ne voulaient pas voir. En France, des enfants sont sous-alimentés. Des cas de maigreur sont détectés par les médecins scolaires. Des enfants vivent dans des logements insalubres, mettant en péril leur santé. La pauvreté n’existe pas seulement dans les grandes villes, contrairement à ce que l’on pourrait penser. On la trouve aussi en zone rurale. C’est une pauvreté beaucoup moins connue, moins visible aussi, elle échappe souvent aux radars, mais avec des effets décuplés par l’isolement. Pour l’Education nationale, la question posée est : comment un élève peut-il entrer sereinement dans les apprentissages quand il vit dans des conditions si difficiles ?

Ces enfants sont-ils voués à l’échec scolaire ?

Ils sont massivement en grande difficulté scolaire, mais il n’y a aucune fatalité. Nous sommes l’un des pays de l’OCDE où le poids de l’origine sociale pèse le plus dans le destin scolaire. 90 % des enfants de cadres obtiennent le bac, contre 40 % des enfants d’ouvriers. Dans les Segpa [sections d’enseignement général et professionnel adapté], on trouve 84 % d’enfants issus de familles CSP défavorisées, et moins de 2 % d’enfants de cadres. Je le répète, ce n’est pas une fatalité. C’était tout l’enjeu de la loi de Refondation de l’école de 2013 : réduire ces inégalités, ce qui n’est pas incompatible avec l’existence d’une élite. Nous savons ce qu’il faut faire et nous le savons depuis longtemps.

Les mesures concrètes que vous recommandiez en 2015 ont-elles été prises ?

Certaines oui, mais il reste à faire. Premier levier : des mesures sociales. Un enfant enseveli par des problèmes à la maison ne peut pas se concentrer pour étudier. Savez-vous quel est le montant maximum des bourses pour les collégiens ? Au moment de l’écriture de mon rapport, c’était 360 euros… par an ! Soit 2 euros par journée de classe. Najat Vallaud-Belkacem [l’ancienne ministre de l’Education, ndlr] les a augmentées de 25 %, c’est une avancée, mais cela ne fait toujours que 450 euros par an. Autre mesure, qui paraît de bon sens : faire en sorte que toutes les familles aient accès à leurs droits. Pour reprendre l’exemple des bourses, il y a toute une frange des élèves qui n’en bénéficient pas, parce qu’ils n’en font pas la demande. Il faut simplifier les démarches, rallonger les délais. Sur ce point aussi, un travail a été fait sous le quinquennat précédent.

Sur le terrain, les enseignants racontent acheter eux-mêmes des vêtements chauds. Ils ont le sentiment que l’institution ne fait rien, les laisse gérer. Est-ce vrai ?

Les fonds sociaux sont faits pour ça. Au début des années 2000, Ségolène Royal a créé ces enveloppes, distribuées chaque année aux établissements scolaires pour permettre aux équipes de venir en aide aux enfants en difficulté. Ils sont libres de les utiliser comme il leur paraît le plus judicieux. A l’occasion de ce rapport, j’ai démasqué l’action de la droite. En 2002, les fonds sociaux représentaient 72 millions d’euros. En 2012, ils ne représentaient plus que 32 millions. Donc, au moment où la pauvreté progressait dans notre pays, les crédits sociaux ont servi de marge de réduction budgétaire. Qu’un ministre touche à une demi-heure de cours des terminales S, les JT de 20 heures s’affolent. En revanche, les coupes drastiques dans les fonds sociaux, qui s’en est ému ?

On a l’impression que beaucoup de situations tiennent quand même sur le dévouement des équipes. Il y a des trésors de solidarité, c’est vrai.

Les équipes pédagogiques et certaines collectivités locales font un travail exemplaire. Mais on ne peut pas compter éternellement sur l’engagement et le dévouement des acteurs de terrain. Il ne faut pas pousser trop loin. Je pense aussi que collectivement nous ne mesurons pas les dégâts causés chez les enfants par ces années de détresse et d’humiliation. Comment ces élèves qui n’ont pas les mêmes droits que les autres accepteront demain les mêmes devoirs ? C’est un péril pour notre pacte républicain

Marie Piquemal

"... Les fonds sociaux sont faits pour ça. Au début des années 2000, Ségolène Royal a créé ces enveloppes, distribuées chaque année aux établissements scolaires pour permettre aux équipes de venir en aide aux enfants en difficulté. Ils sont libres de les utiliser comme il leur paraît le plus judicieux. A l’occasion de ce rapport, j’ai démasqué l’action de la droite. En 2002, les fonds sociaux représentaient 72 millions d’euros. En 2012, ils ne représentaient plus que 32 millions."

"... Savez-vous quel est le montant maximum des bourses pour les collégiens ? Au moment de l’écriture de mon rapport, c’était 360 euros… par an ! Soit 2 euros par journée de classe. Najat Vallaud-Belkacem [l’ancienne ministre de l’Education, ndlr] les a augmentées de 25 %, c’est une avancée, mais cela ne fait toujours que 450 euros par an. Autre mesure, qui paraît de bon sens : faire en sorte que toutes les familles aient accès à leurs droits. Pour reprendre l’exemple des bourses, il y a toute une frange des élèves qui n’en bénéficient pas, parce qu’ils n’en font pas la demande. Il faut simplifier les démarches, rallonger les délais. Sur ce point aussi, un travail a été fait sous le quinquennat précédent."

                              _____________________________________

Tous ces efforts, certes TOUJOURS insuffisants mais qui avaient le mérite d'exister, risquent fort de se fracasser sur les murs d'une école pensant à nouveau bien davantage à celles et ceux qui ont tout pour réussir qu'à celles et ceux qui n'ont rien.

Christophe Chartreux

 

 

 

Lire la suite
1 2 > >>