Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

parcoursup

Ce qu’il y a d’odieux dans ParcourSup, c’est évidemment le mensonge marketing...

8 Mai 2018 , Rédigé par Johanna Siméant-Germanos Publié dans #Education, #Politique, #Parcoursup

Ce qu’il y a d’odieux dans ParcourSup, c’est évidemment le mensonge marketing...

Par Johanna Siméant-Germanos (ENS, département de sciences sociales). Texte lu à l’occasion d’un « colloque intempestif» à l’ENS le 2 mai 2018. 

Si on m’a invitée à parler aujourd’hui, c’est je pense à cause d’un texte, « Démolition », écrit il y a quelques mois, et dont la circulation, la réception, m’ont surprise, parce que ce texte a semblé faire écho à des milliers d’autres expériences individuelles : j’avais essayé de décrire mon désarroi à l’égard de la mise en crise convergente de ce qui contribue à faire tenir, un peu, une société : les institutions de la santé, du social, des transports, du savoir… Pas seulement les institutions puisque ce qu’il me semblait observer, comme plein d’autres, c’était aussi la prolifération de tous ces dispositifs, algorithmes, badges, mises en règle, courses à la notation, formulaires de soumission (le mot parle de lui-même), d’une façon qui à tous les niveaux produit de l’avilissement, une façon de faire son travail moins bien et dans l’isolement. Comme si ce qui se jouait, c’était aussi le recul de nos capacités d’agir ensemble parce que chacun devient comme entrepreneur de son asservissement. Visiblement, je n’étais pas la seule à ressentir ce désarroi. Et l’avoir écrit autrement que du haut de ma science, mais à partir de ce qui était aussi ma tristesse d’avoir vu la vie des miens et mon propre métier changer, a pu rencontrer un écho chez d’autres.

Si on m’a invitée à parler aujourd’hui, c’est peut-être aussi parce que j’ai enseigné 22 ans à l’université avant d’arriver ici. Le temps de voir changer le métier, le temps de voir l’idée même de l’université être mise en crise. Et tout ça dans un contexte où chaque réforme, inspirée du processus de Bologne à la fin des années 90, de l’injonction à l’alignement sur la concurrence dans le marché international de l’enseignement supérieur, de la mise en place d’une soi-disant autonomie des universités, chaque réforme n’est jamais que la conjonction de la managérialisation et de la diminution des capacités de résistance des universités… autant de façons de faire reculer l’idée que l’université pourrait être un lieu d’émancipation.

Alors il faut bien un peu parler de la loi ORE et de ParcourSup, mais sans oublier que ça s’inscrit dans un processus de plus long terme.

Ce qu’il y a d’odieux dans ParcourSup, c’est évidemment le mensonge marketing de la façon dont cette réforme est présentée, cette façon d’insister sur ce qui serait le scandale d’un tirage au sort qui ne concernait en fait que 0.4% des anciens étudiants, ce qu’il y a d’odieux, c’est la mise en place d’une réforme avant même qu’elle ne soit adoptée au parlement, ce qu’il y a d’odieux c’est une réforme sans les moyens du peu de mieux qu’elle promettait : la ministre avait presque réussi à faire flancher des enseignants-chercheurs fatigués, conscients des taux d’échec dans une partie des parcours universitaires, et qui trouvaient que le « oui si » (proposer une remédiation à qui l’on jugeait plus fragile), ce n’était pas une si mauvaise idée. À ceci près qu’il n’y avait aucun véritable moyen de mettre en place ces fameuses filières de remédiation (on cherche toujours le milliard prétendument alloué !)… vu qu’il n’y a déjà pas assez de places qui ont été créées à l’université malgré les projections que n’importe quel bureaucrate un peu sérieux aurait pu effectuer à partir des statistiques sur le nombre de bacheliers… peut-être qu’il faudrait que les gens qui peuplent les cabinets ministériels soient un peu mieux frottés de sciences sociales et un peu moins de plans en deux parties / deux sous-parties…

Surtout, ce qu’il y a d’odieux dans ParcourSup, mais je crois que je ne vous apprends rien, c’est la façon dont cela va augmenter la polarisation sociale, les inégalités sociales, augmenter le chacun pour soi, augmenter le recours au privé pour garantir la meilleure scolarité à ses enfants… Juste un exemple : quand on est un collégien de la Courneuve, cela veut dire qu’on aura raté quatre mois d’anglais en cinquième, trois mois de maths en quatrième, deux mois d’histoire géo en troisième… et qu’évidemment, les algorithmes qui vont pondérer vos notes en fonction de votre lycée d’origine ne vous donneront pas grand chance d’accéder aux filières qui vous intéressent.

Bref, ce qu’il y a d’odieux dans ParcourSup, c’est le mélange de mensonge et d’incompétence, de gens qui soit ne savaient pas, soit ne savaient que trop bien… comme pour la question des lettres de motivation qui ne seront évidemment pas examinées, mais qui auront permis de décourager les plus fragiles là encore…

Prenez juste la question de l’algorithme… Parce que le plus important ce n’est pas les slogans dans cette affaire, « pour ou contre la sélection », le plus important ce sont les détails, les algorithmes, les timings, les financements annoncés et pas débloqués : l’algorithme précédent, celui d’APB, basé sur ce que l’on appelle en théorie des jeux la théorie des mariages stables, prenait en compte la hiérarchisation des choix des élèves, ce que ne fait pas ParcourSup, où l’on demande aux terminales de ne pas hiérarchiser (au début on croit à une blague…) : mais ce que ça veut dire, quand on propose de ne pas hiérarchiser, c’est que les institutions d’élite vont s’arracher les gens qu’elles considèrent les meilleurs parce que venus des meilleurs lycées (et comme elles les voudront, tous ces élèves pourront choisir entre plusieurs filières… donc pour eux ce sera encore plus confort, plus de choix), et que les autres continueront peut-être de façon pire qu’avant à se retrouver dans des endroits où ils ne veulent pas aller. Et que le storytelling de « trouver la bonne place pour les bonnes personnes » est bel et bien mensonger. Si vraiment le problème est de ne pas admettre les gens qui n’ont pas le niveau dans une filière, pourquoi limiter cette démarche aux seules filières sous tension, pourquoi ne pas instaurer des filières de remédiation dans toutes les filières ? À partir du moment où ce n’est pas le propos, où les moyens n’en sont pas donnés, c’est bien qu’il s’agit d’une gestion malthusienne et excluante de l’université qui est en marche. Donc derrière le mot valise de sélection, il faudrait se demander, avant de faire des choix sur des gens qui n’ont pas eu les mêmes chances, si on n’aurait pas plutôt pu se donner les moyens de restaurer, pour tous, leurs capacités de choix ? À voir l’état des collèges et des lycées, la réponse est, évidemment, non.

S’il ne s’agissait que d’une réforme mal fichue, le énième accident industriel de technocrate… dans un monde idéal, on leur ferait lire quelques bons sociologues de l’éducation et tout irait mieux. Mais la crise de l’université, de l’idée d’université, est plus profonde. Et cela, finalement, quelle que soit la conception qu’on a de l’université : soit que l’on rêve à une tour d’ivoire qui permet d’observer paisiblement le monde à distance ; ou que l’on rêve d’un savoir complètement impliqué dans la société, qui en procède et lui revienne pour lui servir.

Aucune de ces deux aspirations n’a la moindre chance d’être satisfaite par une évolution qui ne pourra satisfaire que les universitaires qui aspirent à devenir chefs de projet bureaucratiques ou employés du mois.

Ce qui nous menace aujourd’hui, c’est l’aggravation d’une offensive généralisée contre toute possibilité de dire le vrai sur le monde. Et ça ne concerne pas que l’université. Et ça ne vient pas que de l’État. On voit depuis quelques années les enquêtes en sciences sociales être menacées de façon croissante par des procédures qui barrent l’accès à certains terrains, censurent des résultats, des publications. On voit se développer le conformisme des Institutionnal Review Boardsdans les universités anglo-saxonnes, qui, sous couvert de respecter les gens auprès de qui l’on enquête (une question, celle du respect des publics, qu’on pose bien moins dans plein d’autres domaines des politiques publiques !), limitent les possibilités d’observations longues, de type ethnographique, d’enquêtes de qualité au long cours, etc.

Mais ça, c’est aussi ce que vivent les journalistes (enfin ceux qui essaient de faire leur travail !). C’est aussi ce qui menace les institutions qui tentent de produire des statistiques qui ne sont pas alignées sur les attentes des gouvernants. C’est aussi la loi sur le secret des affaires et la multiplication des procédures-bâillons à l’égard des lanceurs d’alerte. C’est une mise en crise de la presse telle qu’il n’y a même pas besoin de lui demander d’être conforme vu le conformisme que fabriquent la précarité et la quête de ressources publicitaires.

Je reviens à l’université : la question est donc bien loin de se limiter à pour ou contre la sélection. Le monde universitaire est devenu un monde où il faut devenir de plus en plus un entrepreneur de soi-même, où les chercheurs doivent se débrouiller pour accumuler les financements nécessaires à leurs recherches auprès de diverses institutions publiques ou privées (ANR, Europe, etc.) à coups de projets de recherche ad hocqui suintent le conformisme, tout ça pour se transformer en chefs de projets, et clientéliser des protégés dans des post-doctorats puisque de toute façon le nombre de créations de postes d’enseignants-chercheurs titulaires diminue… tout cela dans un processus général qui augmente la fragmentation, l’isolement, et l’anomie à l’université. Pourtant les livres de sciences sociales français les plus importants que j’ai eu l’occasion de lire ces dernières années n’ont rien à voir et ne devaient rien aux financements et à la bouillie secrétée par les bureaucraties de la recherche, le jargon de l’excellence bureaucratiquement définie (Idex, labex, equipex et j’en passe), l’alignement sur le classement de Shanghai ou autre.

Et c’est cela qui peut continuer à nous animer, l’idée que le savoir n’est ni une affaire de managers, ni de bureaucrates, mais l’affaire de celles, de ceux, qui entendent bien préserver la dignité de leur métier, qui est de produire et de diffuser des paroles vraies sur la société. Avec le maigre espoir que, parfois, dire le vrai puisse avoir encore son importance et nous engager.

Lire la suite

ORE, nouveau baccalauréat : l'avis d'un prof stagiaire...

8 Mai 2018 , Rédigé par Mediapart Publié dans #Education, #Parcoursup

Résultat de recherche d'images pour "loi ORE"

Je pense pouvoir dire que je fais partie de ces gens qui ont ressenti, à un moment de leur vie, l'appel de l'enseignement. Ou, du moins, je le pensais. Les conditions d'exercice réelles du métier, celles induites par les dernières réformes en particulier, rongent cependant ma vocation comme des termites particulièrement gloutonnes. Pourtant, je ne suis pas allergique aux élèves, et je savais déjà que de nos jours en France, on n'entre pas dans l’Éducation Nationale pour faire fortune. J'espérais au moins que je rendrais service à un public qui en a besoin, ne serait-ce que partiellement. L'ascenseur social était déjà plus ou moins cassé ; l'idée était de modestement tenter de faire la courte échelle à mes élèves, d'avoir une influence minime, mais réelle sur leur parcours. C'est cette ambition, pourtant plus que minimaliste à mes yeux de jeunot plein d'idéal, que les récents projets de mes nouveaux employeurs ont mis à mal. Cela m'inquiète : elle était déjà bien chétive.

«En quoi, jeune maroufle, ces réformes s'attaquent-elles à vos ambitions, et accessoirement, au parcours de vos élèves?» demanderont de sourcilleux contradicteurs.

Je crois devoir répondre en deux points à cette légitime interrogation, en commençant par le nouveau baccalauréat général. Je ferai un sort à Parcoursup ensuite. Je ne vais pas épiloguer des heures sur le potentiel pédagogique, ou l'absence d'icelui, du nouveau bac. Notons simplement qu'il est remis en question, autant dans les spécialités dites littéraires, comme la philosophie, que dans le domaine des sciences expérimentales comme les Sciences de la Vie et de la Terre. Non, ce qui m'intéresse, c'est que, mortefoutre, ce que ce nouveau système est compliqué ! Et, attention, chaque option compte. Je suppose que l'ancien paradigme, avec ses noms de séries univoques, a dû paraître trop simple aux petits génies du Ministère. Le système choisi est donc celui d'un bac à la carte, avec des choix de matières majeures qui seront passées au bac (trois en Première, deux en Terminale). Ce sont ces choix qui détermine le type de baccalauréat passé par le candidat. Vous me direz : «Du coup, les élèves ne sont plus enfermés dans une filière : c'est une bonne chose, non ? Pas forcément, non. Et pour cela, je vais être obligé de m'attaquer à Parcoursup».

Ce nouveau dispositif, en effet, prévoit que toute formation du supérieur doit établir un certain nombre d'attendus demandés aux candidats, au cas où celles-ci seraient "en tension" (terme disruptif pour dire "grave dans la dèche et incapable d'accueillir tout le monde"). Ces attendus sont les critères selon lesquels les professeurs de chaque formation classent les dossiers horriblement chronophages que leur envoient les jeunes. Puis, selon leur place dans le classement, nos élèves reçoivent une réponse positive, négative, ou un "oui si" (leur demandant de suivre un parcours adapté dont personne n'a pour le moment la moindre idée dans les universités). Bon, évacuons le premier point : classer les dossiers et en prendre un certain nombre, peu importe ce qu'on vous raconte, on appelle ça de la sélection. Point. Quiconque vous raconte le contraire vous prend pour un con. Essayez de ne pas justifier son attitude. Merci.

Or, le remplissage de ces attendus dépend donc en grande partie des options choisies au lycée. Donc, il faut avoir choisi les bonnes options pour être sélectionné. Il faut donc s'orienter de manière adaptée, selon son PROJEEEEEET, comme le dirait notre Respecté Foudroyeur du Secteur Public. Mais qui donc a un projet cohérent sur dix ans à la fin de la Seconde pour choisir les bonnes options pour faire la bonne formation ? Je ne crois pas qu'il s'agisse des gens dans le bas du panier social, d'autant moins même que les CIO qui pouvaient informer les élèves en dehors du lycée vont bientôt fermer.

«Mais ne reste-t-il pas des filière qui ne sont pas en tension, et donc accessible à tout le monde, Ô redoutable vilipendeur du gouvernement ?» De moins en moins, individu plein de courtoisie. En effet, les vœux fait par les candidats ne sont pas hiérarchisés. Toutes les facs reçoivent toutes les candidatures faites en faveur de leur établissement, même celles en dernière position. Les dossiers se multiplient donc comme des petits pains, et de nombreuses filières se retrouvent ainsi artificiellement «en tension».

On a donc deux réformes qui non seulement installent une sélection là où sa nécessité, en termes sociaux et politiques, est plus que discutable, mais qui en plus de ça rend cette compétition du supérieur encore plus injuste qu'elle ne l'était auparavant. Ce qui me pose, en tant que prof, un gros problème, que je formulerai de la manière suivante : à quoi je sers, fichtrechiasse ? Clairement, pas à former de futurs citoyens jouant jeu égal dans leur éducation, ayant les mêmes chances. Au vu des réformes, même tenter de rééquilibrer un peu la chance en faveur des moins fortunés me paraît difficile. Il y a des chances que je commence ma carrière dans des quartiers dits "difficiles" : comment je regarde en face ces élèves, si le peu de choix d'options au bac, si leur choix peu inspirés leur bloque de toutes façons l'accès au Supérieur ? Un bac par séries, au moins , assure un minimum syndical dans un domaine large donné. Là, avec ce système pour le moins confus, cette histoire d'attendus promettent bien des demains qui déchantent aux classes populaires. Et ce n'est pas pour cela que je suis devenu prof.

LUDOVIC THEROND-DEBAT 

Lire la suite

Un directeur de l'université Paris-III se met "en grève pédagogique illimitée"...

3 Mai 2018 , Rédigé par L'Obs Publié dans #Education, #Politique, #Parcoursup

Résultat de recherche d'images pour "universite en grève"

Après l'évacuation de Censier, le directeur du master "cinéma et audiovisuel", à la Sorbonne-Nouvelle, s'est déclaré "en grève administrative et pédagogique illimitée".

Les forces de l'ordre ont "évacué" ce lundi 30 avril au matin le site Censier de l'université Paris-III, dix jours après une opération similaire à Tolbiac pour lever les blocages contre la réforme de l'accès à la fac.

L'opération, qui s'est déroulée "dans le calme et sans aucun incident", selon la préfecture de police, entre 4h30 et 5h30, a été effectuée sur réquisition du président de l'université Paris-III. "Le président a signalé une détérioration du système électrique jeudi", a précisé ce lundi matin la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal sur Europe 1.

A la suite de cette intervention, Alexis Blanchet, directeur du master "cinéma et audiovisuel" à la Sorbonne-Nouvelle, s'est déclaré "en grève administrative et pédagogique illimitée". Dans une lettre ouverte adressée au président de son université et postée sur son compte Twitter, le chercheur et maître de conférences annonce renoncer à toutes les charges administratives qui lui incombent.

"Destruction programmée"

Alexis Blanchet, auteur de "Des pixels à Hollywood" (2010, Pix'n Love) et"les Jeux vidéo au cinéma" (2012, A. Colin), explique dans sa lettre désabusée : 

"La loi ORE et le dispositif ParcourSup ont fini d'épuiser ma bonne volonté et ma conscience professionnelle. L'intervention policière de cette nuit est le geste de trop. J'assiste depuis 14 ans maintenant (et depuis 21 ans si je compte mes années d'études universitaires) à une destruction programmée, lente mais résolue du service public de l'enseignement supérieur et de la recherche."En grève administrative et pédagogique illimitée, Alexis Blanchet affirme qu'il "n'assure donc plus dès à présent [ses] charges administratives (direction du master CAV) et pédagogiques (organisation du partiel de 257 inscrits en V4MA03 et suivi des 14 étudiants de master sous direction, organisation des sessions de rattrapage)". A la place, il se concentre "sur [ses] activités de recherche totalement interrompues depuis 4 ans, c'est-à-dire depuis [sa] prise de fonction à la tête du master CAV". 

Même sur son compte Twitter, Alexis Blanchet a rajouté la mention "[En grève]". 

"Mécanique mortifère"

"J'arrête parce que le système ne fonctionne que sur le souci profond du service public des agents que nous sommes toutes et tous, personnel administratif et enseignant", lance-t-il.Sa demande est donc "simple, basique", explique-t-il avant de détailler :

"- une réaffirmation totale d'un service public de l'enseignement supérieur et de la recherche,

- une refondation immédiate de l'université qui passe par un refinancement complet de ses structures à hauteur des enjeux,

- une réaffirmation des missions premières – les seules – des enseignants-chercheurs, et particulièrement des MCF : enseignement et recherche,

- une revalorisation de nos salaires passant par un dégel et une ré-évaluation du point d'indice."

En attendant ces changements, Alexis Blanchet arrête parce qu'il "décide de ne plus participer en petit soldat zélé de la gestion administrative à cette mécanique mortifère de destruction d'un des plus beaux atouts de notre nation". Mais aussi parce qu'il refuse de "voir [sa] santé comme celle de [ses] collègues se dégrader" ou encore de "ne pas voir [ses] enfants grandir". 

Sa prise de position a été saluée par des étudiants de l'université Paris-III, touchés par ce soutien : 

A la suite de l'intervention policière de cette nuit sur le site de Censier de l'université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, je me déclare en grève administrative et pédagogique illimitée.https://docs.google.com/document/d/1ubOUmb0Js2o4D9capaIsqa2yDVE90Zltb4Tc5xmkUOA/edit 

 

Vous avez notre soutien total monsieur, courage !

Lire la suite

Pourquoi nous refusons le dispositif « Parcoursup », et ce que nous proposons...

29 Avril 2018 , Rédigé par Mediapart Publié dans #Education, #Politique, #Parcoursup

Résultat de recherche d'images pour "non"

Tandis qu'un certain nombre de voix s'élèvent pour dénoncer la sélection à l'Université, d'autres en font appel au "principe de réalité". Or, que l'on soit totalement, en partie ou pas du tout favorable à la réforme de l'accès à l'enseignement supérieur, le certain est que la plateforme Parcoursup ne saurait en aucune manière répondre au principe d'une orientation "réussie" des étudiant.e.s.

Rappel du contexte

La plateforme Parcoursup a été mise en œuvre dans la plus grande précipitation (entre octobre et décembre 2017), sans aucune concertation avec les établissements du secondaire et du supérieur, et sans même attendre que la loi « relative à l’Orientation et à la Réussite des Étudiants » soit votée par le Parlement : tout le monde a donc été placé devant le fait accompli, bien que hors cadre légal (pour mémoire : la loi ORE a été promulguée le 8 mars 2018, alors que le calendrier de la saisie des vœux par les lycéen.ne.s s’échelonnait du 20 janvier au 13 mars).

En février, après que les enseignant.e.s du secondaire ont dû répondre à l’injonction d’évaluer l' « autonomie », la « capacité à s’investir », la « capacité à réussir » ou la « cohérence » du projet de formation des lycéen.ne.s, en prenant éventuellement en compte leurs loisirs ou leurs activités extra-scolaires afin de les valoriser (la totalité de l’existence de ces jeunes gens, y compris ce qui est censé échapper à la scolarité, tendant du même coup à devenir une valeur d’échange sur le marché de l’enseignement supérieur), il a été annoncé que des commissions d’examen des vœux seraient mises en place au sein des universités, lesquelles auraient vocation à examiner des milliers de dossiers avant de les classer un à un (les ex-aequo ne seraient pas tolérés).

Conscient qu’il serait humainement impossible de procéder à tel classement (que l’on soit complètement, moyennement ou pas du tout favorable à un telle procédure, quel cerveau pourrait comparer puis hiérarchiser, aussi rationnellement qu’équitablement, 3000 voire 5000 dossiers selon les filières ?), le Ministère a mis à la disposition des équipes pédagogiques un outil informatique dit d’« aide à la décision ».

En découvrant cet outil (une formation express a été organisée à Paris les 19-21 mars ; le 9 avril, la version définitive de l’outil n’était toutefois toujours pas accessible), les enseignant.e.s-chercheur.e.s ont compris qu’il leur incomberait d’attribuer, comme bon leur semble, si ce n’est au petit bonheur la chance, d’une part des notes et d’autre part des coefficients aux différents items constitutifs des pièces déposées sur Parcoursup (bulletins de note, « fiches avenir », projets de formation).

Ainsi, on pourrait au choix décider de privilégier les notes obtenues en philosophie, en biologie ou en sport, accorder des bonus à l' « esprit d’initiative » ou à la « méthode de travail » des lycéen.ne.s, donner un grand poids ou pas de poids du tout aux avis émis par les professeurs principaux ou les chefs d’établissement – le tout pouvant de surcroît être paramétré différemment selon les séries de bac, ce qui crée de facto une discrimination entre les diplômes censés légalement garantir l’accès à l’université.

Notre diagnostic

Au cours de ces dernières semaines, nous n’avons cessé de nous interroger, individuellement et collectivement, sur la conduite à adopter vis-à-vis de cette réforme « en marche forcée », de débattre de la façon dont nous pourrions nous approprier cet outil le plus démocratiquement possible, de peser le pire et le « moins pire ».

Au bout du compte, nous sommes nombreux et nombreuses à avoir pris la décision de ne pas constituer les commissions d’examen de vœux, parce que :

-     nous considérons qu’un « paramétrage » statistique dont nous ne maîtrisons ni les logiques ni les effets ne saurait en aucune manière répondre à une orientation « réussie », et encore moins résoudre les véritables problèmes auxquels les étudiant.e.s de première année de Licence sont confrontés ;

-     nous contestons le principe de quantification de données essentiellement qualitatives, de surcroît sujettes à des variations locales impossibles à pondérer, et refusons de déguiser l’arbitraire en mesures objectives ;

-     nous estimons que la préférence accordée par les lycéen.ne.s à telle ou telle formation, le désir et/ ou la nécessité qu’ils et elles ont de s’inscrire dans tel ou tel établissement, est un élément primordial pour décider de leur accueil dans l’enseignement supérieur, et que l’absence de prise en compte de ces données dans Parcoursup (où les vœux ne sont plus classés) rend cette procédure d’autant plus injuste et inappropriée au regard des problèmes qu’elle prétend résoudre.

(...)

Suite et fin à lire en cliquant ci-dessous (Lire en particulier la liste des signataires qui ne forment pas un bataillon de "gauchistes")

Lire la suite

Les étudiants lillois en grève des copies...

24 Avril 2018 , Rédigé par Liberation Publié dans #Education, #Parcoursup

Les étudiants lillois en grève des copies...

A la fac de droit et de sciences politiques de Lille, les étudiants «grévistes» ont refusé de remplir leur copie d'examen. En lieu et place des réponses attendues, ils ont préféré interpeller ceux qui critiquent leur mouvement et témoigner de leur confrontation avec les forces de l'ordre. Extraits.

Lors des derniers partiels, les étudiants «grévistes» de la faculté de droit et de sciences politiques de Lille, épicentre du mouvement local, ont refusé de composer, respectant ainsi les consignes votées en assemblée générale. Ils ont apposé sur leur copie la mention «étudiant en grève, 10 majoré» : une demande pour obtenir du correcteur la moyenne malgré le boycott. Sur le papier, les slogans au goût de 68 («En grève ! Démocratie, fais-moi marrer») côtoyaient les explications détaillées du soutien au mouvement.

La présence de chacun étant obligatoire pendant la première heure de l'examen, les plumes ont eu le temps de se délier. Parfois, le résultat est lapidaire et rageur : «Composer, c’est se soumettre» ; «Etudiant gazé, étudiant en grève.» La rudesse du cordon de CRS pour empêcher le blocage a été peu appréciée. Une copie raconte : «J’arrive à 12h30 devant la fac de droit. […] Les CRS chargent, lancent des projectiles, frappent avec leurs matraques le petit nombre qui résiste encore. Alors, en raison de la situation, je n’ai pas envie de répondre aux sujets, parce que, non, tout ça, c’est pas des conditions d’examen.» En guise de post-scriptum : «Pardon, fallait que ça sorte !»

D’autres sont plus policés : «Ayant été aux premières loges des mesures violentes et inadmissibles des forces de l’ordre, je me refuse à participer à cet examen.» Enfin, celui-là constate : «Parce que ma gorge est actuellement en feu, parce que ma bouche me gratte (ce qui est une première), parce que mes yeux me piquent, parce que des CRS n’ont pas leur place dans une fac […], je ne composerai pas sur ces sujets qui étaient pourtant très attractifs !»

D’autres tiennent à répondre à ceux qui les prennent pour des étudiants paresseux, prêts à se saisir de l’aubaine pour décrocher leur diplôme «en chocolat», selon les termes d’Emmanuel Macron. Un étudiant énumère ainsi les parties du plan qu’il aurait pu développer, prouve ses connaissances : «Je prends aujourd’hui le risque (de ne pas participer) à ces examens malgré mes révisions», explique-t-il. «Le tout pour continuer d’étudier sereinement, et continuer de me battre pour mon futur et celui des autres.» Il s’affirme contre la sélection, mais surtout pour «plus de moyens pour l’université, tant matériellement qu’humainement.» Une autre copie résume : «Faites entrer l’argent, pas les CRS.» Beaucoup s’inquiètent d’un «modèle éducatif qui ne fait qu’aggraver les inégalités sociales et culturelles». Certains développent : «Ce gouvernement réduit le nombre d’étudiants en fonction des places à l’université, alors qu’il faudrait ajuster les places au nombre d’étudiants. Ce gouvernement néolibéral veut créer la rareté au sein de l’enseignement français, première étape de la libéralisation d’un secteur et de la mise en concurrence des facultés.» Puis assènent : «L’université française est une fierté nationale et doit rester publique, accessible à tous.» En guise de conclusion, ce remake du fameux «En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des idées» des années Giscard : «Non à la sélection dans un pays dans la première matière première est la matière grise.»   

Stéphanie Maurice correspondante à Lille

Lire la suite

Le scandale de Parcoursup!...

22 Avril 2018 , Rédigé par Rennes-2 / Comité de mobilisation Publié dans #Education, #Politique, #Parcoursup

@PersonnelMobR2

@PersonnelMobR2

Lire la suite

Universités - S'il manque de la place, alors élevez des murs, construisez des salles et des amphis, formez des enseignants et ECLAIREZ CE PAYS!!

21 Avril 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Parcoursup

Universités - S'il manque de la place, alors élevez des murs, construisez des salles et des amphis, formez des enseignants et ECLAIREZ CE PAYS!!

L'argument consistant à dire: "Il faut sélectionner pour entrer à l'université puisque dans la vie il y a de la sélection!" est d'une stupidité rare. ⤵️

Car contrairement à ce qu'affirme le bourrage de crâne ambiant, la "sélection" de candidats par l'entreprise ne se fait DU TOUT sur les critères imposés par le gouvernement pour l'université. ⤵️ 

Ces critères sont obsolètes, datés, d'une injustice très XIXe siècle. C'est hallucinant d'être à ce point ancré dans un monde ancien. ⤵️

Enfin, avec Parcoursup, l'université française se voit imposer, de fait, une mission de tri qui n'est pas et ne doit pas être la sienne. L'université instruit, ouvre les esprits, éclaire les femmes et les hommes, propose des voies différentes, explore l'inconnu...⤵️

Et ceci sans distinction. S'il manque de la place, alors élevez des murs, construisez des salles et des amphis, formez des enseignants et ECLAIREZ CE PAYS!!

Christophe Chartreux - @ProfToujours

Lire la suite

Tolbiac dévastée par les étudiants? Trop facile madame la Ministre... Regardez ces photos... Bien avant Tolbiac...

20 Avril 2018 , Rédigé par Ruines d'université Publié dans #Education, #Parcoursup

Tolbiac dévastée par les étudiants? Trop facile madame la Ministre... Regardez ces photos... Bien avant Tolbiac...

Tout cela c'était avant Tolbiac. Et personne ne pleurait sur le sort de l'université! Alors voir se répandre maintenant de manière opportuniste des larmes de crocodile me révolte!

Christophe Chartreux

             _________________________________________________

Ruines d'Université

De nombreux centres de recherche et universités sont aujourd'hui au bord de la ruine (financièrement). Résultat ? Beaucoup tombent en ruines (littéralement) ! Sciences en marche entend dénoncer les conditions matérielles affectant le travail des personnels et des étudiants. Le manque de moyens a des conséquences sur la qualité de l'enseignement et de la recherche, mais aussi sur nos vies quotidiennes !
 
Et oui, hésiter à aller aux toilettes, travailler à 12 dans 20 m2 ou étudier dans un amphi non chauffé complique beaucoup nos études ou nos missions de recherche et d'enseignement. Participez : ruinesduniversite@gmail.com - http://sciencesenmarche.org
Toujours la fac de droit de Nantes, toujours pas d’isolation, mais pas de chauffage non plus. #Glaglagla

Toujours la fac de droit de Nantes, toujours pas d’isolation, mais pas de chauffage non plus. #Glaglagla

Faculté de droit à Nantes, mais où est passée l'isolation ?

Campus Saint Charles d'Aix Marseille

Allons nous laver les mains à la faculté de droit d'Aix Marseille

Allons nous laver les mains à la faculté de droit d'Aix Marseille

Des cerveaux au plafond de la Bibliothèque Universitaire de Metz ? #TracesJaunes

Des cerveaux au plafond de la Bibliothèque Universitaire de Metz ? #TracesJaunes

Le Batiment U3 de l'Université Paul Sabatier à Toulouse recherche une solution antipelliculaire…

Le Batiment U3 de l'Université Paul Sabatier à Toulouse recherche une solution antipelliculaire…

Qui a volé le lavabo des toilettes de l'Institut d'Etudes Politiques de Strasbourg ??? #LeJointEnPapierTiendraTilLeCoup?

Qui a volé le lavabo des toilettes de l'Institut d'Etudes Politiques de Strasbourg ??? #LeJointEnPapierTiendraTilLeCoup?

Descente aux enfers à l'Université des Sciences de Nancy. Non, ce n'est pas un passage secret. #MaisBienPourLesEtudiants

Descente aux enfers à l'Université des Sciences de Nancy. Non, ce n'est pas un passage secret. #MaisBienPourLesEtudiants

Fenêtres en aluminium et encadrement en bois à l'Université des Sciences de Nancy. Idéal pour laisser passer le froid, l'humidité, et provoquer de belles moisissures autour des fenêtres et sur les murs ! #GlaGla

Fenêtres en aluminium et encadrement en bois à l'Université des Sciences de Nancy. Idéal pour laisser passer le froid, l'humidité, et provoquer de belles moisissures autour des fenêtres et sur les murs ! #GlaGla

Université Lyon 2: Asthmatiques s'abstenir.

Urinoir bouché depuis une semaine, ça sent pas le sapin de Noël à Tolbiac

Urinoir bouché depuis une semaine, ça sent pas le sapin de Noël à Tolbiac

Rampe anti-handicapés à Lyon 2 campus de Bron (rampe de livraison évidemment, humour)

Rampe anti-handicapés à Lyon 2 campus de Bron (rampe de livraison évidemment, humour)

Un père d'étudiant, en 2009, vient chercher son fils à la fac de lettres de l'université d'Aix Marseille. Sidéré par le contraste entre la beauté architecturale du lieu et le sort qui lui était réservé, il a pris ces photos.

Un plafond de l'université Bordeaux Montaigne, c'est pour le TD de cache cache et saute moutons

Un plafond de l'université Bordeaux Montaigne, c'est pour le TD de cache cache et saute moutons

universiteenruines
Le plafond du 1er étage de la faculté de lettres de l'université Aix Marseille, campus Aix en Provence, ambiance loft

Le plafond du 1er étage de la faculté de lettres de l'université Aix Marseille, campus Aix en Provence, ambiance loft

universiteenruines
Lavabo poubelle à Aix-Marseille !

Lavabo poubelle à Aix-Marseille !

 

Bienvenue à l'Université des Sciences Humaines d'Aix Marseille. Non, il n'y a pas eu de tremblement de terre. #UniversitéEnRuines

Université de Reims Champagne Ardennes. TP sur la mécanique des fluides ? Etrange pour une univ’ de Sciences Humaines et Sociales #EtLesShadocksPompaientPompaient

Université Paris Est: L'école sans colle qui colle, la porte d'entrée sans porte, et les budgets sanctuarisés sans budgets #ToutVaBien


Université Paris Est: L'école sans colle qui colle, la porte d'entrée sans porte, et les budgets sanctuarisés sans budgets #ToutVaBien

Lire la suite

Les trompettes de Parcoursup...

20 Avril 2018 , Rédigé par Mediapart Publié dans #Education, #Politique, #Parcoursup

D'après les éléments de langages du gouvernement, APB était une usine à gaz pratiquant un scandaleux tirage au sort. Parcoursup va-t-il faire mieux?

Parcoursup est un service proposé par l'état qui permettra prochainement d'affecter futurs bacheliers dans les filières d'enseignement supérieur de leur choix.

L'état chaque année fait face à la déclinaison d'un ancien et classique problème de mathématiques appliquées : les mariages stables. 

L'enjeu est de taille, maximiser le nombre de couple candidat/formation stable dans le temps tout en maximisant la satisfaction générale ou à défaut minimiser l'insatisfaction générale.

Nos données d'entrées sont simples : 887 681 candidats et 13200 formations.

  1. Un problème de ressources

    Remarquons dans un premier point un certain déséquilibre. Le nombre de places disponible dans l'enseignement supérieur est inférieur au nombre de prétendants. Ce déséquilibre est encore plus flagrant cette année à cause du mini choc démographique des années 2000. Ce sont ces bébés 2000 qui frappent aujourd’hui à la porte de l'enseignement supérieur.

    Le problème n'est donc plus seulement de répartir au mieux huit œufs dans une boite de huit, mais de placer huit œufs dans une boite de six. Il faut être très clair, même le meilleur algorithme d'affectation au monde est incapable résoudre ce problème. Il y aura des œufs cassés. L'enseignement supérieur est face à un manque de ressources structurelles qui l'empêche de pourvoir honorer ses promesses.

  2. Le meilleur algorithme

    C'est un problème de mathématiques caractérisé par une forte explosion combinatoire à la frontière entre la théorie des systèmes complexes et la théorie des jeux. Ce problème des mariages stables fut résolut en 1962 par David Gale et Lloyd Shapley par un algorithme qui porte désormais leurs noms. 

    Chose importante à retenir, l'algorithme de Gale Shapley est reconnu actuellement comme le meilleur algorithme d'affectation. La puissance de l'algorithme de Gale Shapley réside dans le classement. Le candidat classe ses vœux dans l'ordre de préférence désiré sans aucune stratégie.

    Entre 2009 et 2017, le service Admission Post Bac chargé d'affecter les bacheliers implémentait cet algorithme. La plateforme APB réalisait plutôt bien la tâche qu'on lui avait attribué avec un vœux proposé à 80,6% des candidats dès le premier tour en 2016.

    APB a un ancêtre toujours vivant : SCEI, le Service des Concours des Écoles d'Ingénieurs mis en place au début des années 2000 à l'initiative du Professeur Bernard Koehret de l'Institut National Polytechnique de Toulouse. Impressionné par l'efficacité de cet outil, l'état a commandé une version pour l'admission dans l'enseignement supérieur avec quelques aménagements, APB était né. Le gouvernement actuel considère peut être que APB est une « usine à gaz » mettant en pauvre un scandaleux « tirage au sort », mais nos grandes écoles d'ingénieurs continuent d'utiliser la version originelle pour affecter les candidats suite à aux concours d'entrées. Les grandes écoles d'ingénieurs savent que lorsque cet outil est bien utilisé il réalise un excellent travail.

(...)

"Ingénieur différent"

Suite et fin à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Parcoursup : la ministre a-t-elle menti?...

17 Avril 2018 , Rédigé par Liberation Publié dans #Education, #Parcoursup

Parcoursup : la ministre a-t-elle menti?...

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, avait affirmé à «Libération» qu'«aucun candidat à l’université ne recevra un "non"» sur la plateforme de vœux post-bac. Mais une fiche technique de son ministère montre l'inverse.

«Aucun candidat à l’université ne recevra un "non". Il aura un "oui" ou un "oui si"», affirmait il y a peu à Libé la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal. C’était le samedi 17 mars, dans son bureau, rue Descartes. Les élèves venaient d’inscrire leurs vœux dans la toute nouvelle plateforme Parcoursup, la ministre se voulait rassurante, rejetant d’un bloc les critiques de sélection à l’entrée de l’université. A la question : «Vous dites donc qu’il y aura une place pour chaque élève qui le souhaite ?» Elle répondait : «Oui. C’est l’objectif que l’on poursuit. Nous travaillons tous les jours pour ça.»

A lire aussi la chronique «Parcoursup, année zéro» qui donne la parole aux élèves et profs en première ligne face à la réforme

Nous voici un mois plus tard. Une fiche technique, publiée sur le site de la DGesip (une direction technique du ­ministère), montre tout l’inverse. A l’issue de la procédure Parcoursup, le 6 septembre, des élèves «en attente» pourront recevoir une «notification de décision négative induite par l’examen des candidatures». Ce document, révélé vendredi par l’agence de presse AEF, ­prévoit expressément l’hypothèse qu’«au terme de la phase principale de la procédure nationale de préinscription (6 septembre) des candidats n’[aient] pas reçu de "oui" ou de "oui si" dans une formation qu’ils ont sollicitée». Dans ce cas, lit-on, ces candidats «sont informés qu’il n’a pu être donné une suite favorable à leur candidature compte tenu du nombre de places disponibles dans la formation et de leur rang de classement parmi les candidats retenus».

Interrogé dimanche, le ministère reconnaît que «de fait, un "en attente" pourra se transformer en un "non" à partir du 6 septembre. Ce sont des décisions constatant l’impossibilité matérielle à la fin de la procédure d’accueillir tous les étudiants en attente.» Et d’insister : «Il s’agit juste d’anticiper une situation qui va peut-être arriver, même si on fait tout pour qu’elle n’arrive pas.»

[Ajout à l’article, le 16 avril 2018 à 11 heures]: Le ministère de l’Enseignement supérieur tient à préciser que «19 000 places supplémentaires dans les universités seront financées pour la rentrée 2018 et que la commission d’accès à l’enseignement supérieur va travailler pour proposer des solutions aux candidats sans propositions d’admission dès les résultats du bac.»

Marie Piquemal

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>