Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

medias

Revue de Presse Education... Tensions sur le terrain — Le Ministère — Ressources...

7 Novembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Tensions sur le terrain — Le Ministère — Ressources...

Aux tensions dans les établissements le Ministère vient de répondre. Quelques ressources.

 

Tensions sur le terrain

 

Quelques exemples
Reconfinement : dans les lycées, la fin du 100 % présentiel pour tous les élèves
La jauge de 50 % d’élèves accueillis dans les lycées va devenir une règle pour de nombreux établissements, sans pour autant s’appliquer de manière systématique. Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer plaide pour « la souplesse locale ».”

Covid-19 : en Seine-et-Marne, l’enseignement à distance au centre des débats dans le secondaire
Les enseignants des collèges et lycées du département font part de leurs inquiétudes face à la deuxième vague épidémique. Ils souhaitent la mise en place de demi-groupes dans les classes. Une revendication qui achoppe notamment sur la capacité à faire cours à distance.”

Val-d’Oise : la contestation des professeurs contre le protocole sanitaire s’intensifie
Les mouvements de grève se multiplient dans les collèges et lycées du département. Comme au lycée polyvalent Romain-Rolland de Goussainville, les enseignants attendent souvent l’accord du rectorat pour adapter le protocole sanitaire.
Le rectorat maintient que le mouvement de contestation mené par les professeurs contre le protocole sanitaire reste « minoritaire ». Pourtant chaque matin, de nouvelles grèves ou droit de retrait se déclarent dans les collèges et lycées, partout dans le Val-d’Oise
.”

Confinement : vers un enseignement à distance partiel dans les lycées de Corse ? par Julia Sereni
Dès le lendemain de la rentrée scolaire, des mouvements de blocage ont touché plusieurs lycées à Bastia et en Balagne.
En cause : un protocole sanitaire jugé insuffisant. Face à cette situation, des syndicats de parents d’élèves, à l’instar de l’Associu di i Parenti Corsi (APC), demandent « des mesures fortes » de la part des autorités académiques et notamment « la mise en place de groupes et du distanciel » dans le second degré
.”

 

Le Ministère

 

Cours à distance, demi-groupes, contrôle continu au bac... Blanquer durcit les mesures sanitaires dans les lycées Le Monde avec AFP
Dès la rentrée mardi, des lycéens avaient manifesté un peu partout en France devant leurs établissements pour dénoncer le protocole sanitaire jugé insuffisant.”

Lycées : Blanquer cède sur les E3C et l’enseignement hybride
Dans une lettre aux chefs d’établissement envoyée le 4 novembre au soir, Jean Michel Blanquer annonce à la fois la suppression pour cette année des E3C, un allègement des épreuves de spécialité conduisant à celui des programmes et la possibilité pour les lycées de passer en enseignement hybride. Cette décision est prise alors que de plus en plus d’enseignants et de parents se plaignent du nouveau protocole sanitaire et qu’une intersyndicale appelle à la grève pour le 10 novembre.”

Cours en distanciel, contrôle continu : face à l’épidémie, la nouvelle organisation des lycées et du bac
Dans un contexte sanitaire compliqué, le ministre de l’Education a décidé, d’une part, de laisser plus de liberté d’organisation des cours aux lycées et, d’autre part, de modifier le déroulé du baccalauréat 2021. Il s’agit du premier millésime du nouveau bac, qui ne sera par conséquent pas tout à fait celui de la réforme.”

 

Ressources

 

Faire cours en demi-groupes ½ + ½ = ? par Jean-Charles Léon
La société se confine à nouveau dans l’ensemble de l’Europe et au-delà. Les écoles restent ouvertes mais de plus en plus d’établissements mettent en place un enseignement par demi-groupe sans que personne ne soit vraiment préparé à cela. Voici une proposition pour créer du lien entre les demi-groupes, une idée parmi d’autres, parce que dans ce contexte d’enseignement « dégradé » on peut encore inventer, pour ne pas s’épuiser.”

De Ferdinand Buisson à la charte de la laïcité, pédagogie de la laïcité / pédagogie laïque
Comment conserver le sens et la valeur originelle du concept de laïcité, le régénérer et le faire comprendre, dans notre temps qui est fuyant, à des générations nouvelles soumises à de multiples influences, parfois insaisissables, et qui ne percevraient pas ce qu’elles perdraient si cette laïcité s’effaçait ? L’école et sa tutelle mesurent-elles encore la mission considérable qui repose sur elle ? Est-elle véritablement outillée pour ce faire ?

Le livre du mois du n° 564, « La coéducation permanente »
L’orientation scolaire. Paradoxes, mythes et défis. Frédérique Weixler. Éditions Berger-Levrault, collection Au fil du débat-Essais, 2020
Après une carrière dans les services d’orientation et une participation au cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, Frédérique Weixler est inspectrice générale de l’Éducation nationale. La première phrase de son livre donne le ton : «  L’ampleur des inégalités de destin scolaire en fonction des origines socioéconomique se trouve au centre du débat éducatif en France depuis des années.  » C’est sans doute le fil rouge de cet essai, qui s’ouvre par une déconstruction des mythes de l’éducation et de l’orientation.”

Le Centre Pompidou met en ligne des cours gratuits pour comprendre l’art contemporain
Salut les reconfiné.e.s ! Alors comme ça on s’ennuie ? Si personne ne vous oblige à apprendre douze langues et à terminer la Pléiade, vous vous sentez d’humeur productive aujourd’hui et voulez ajouter une corde à votre arc ? Ça tombe bien, on vous a dégoté des cours gratuits sur l’art contemporain organisés par le Centre Pompidou. Pas mal, hein ?!

 

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Hommage et conséquences - Protocole fantôme - Enseigner - Harcèlement...

6 Novembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Hommage et conséquences - Protocole fantôme - Enseigner - Harcèlement...

Aujourd’hui on parle encore de l’hommage à Samuel Paty mais c’est l’insécurité sanitaire qui domine l’actualité. On évoque aussi la harcèlement scolaire et l’enseignement.

 

Hommage et conséquences

 

Hommages à Samuel Paty : « Les élèves n’ont pas dérapé »
« Au moins six élèves, âgés de 11 à 16 ans, sont soupçonnés d’avoir fait l’apologie du terrorisme en marge de la minute de silence à la mémoire du professeur décapité. Des cas qui restent rares. » abonnés

La police appelée au lycée Le Mans Sud lors de l’hommage à Samuel Paty pour une simple inscription en arabe
Par Marc Bertrand,
« La proviseure du lycée Le Mans Sud a déclenché le "protocole sécurité" et fait intervenir les forces de l’ordre lundi, lors de l’hommage à Samuel Paty, parce qu’un élève a photocopié des inscriptions en arabe au CDI. Les faits ne relèvent d’aucune qualification pénale, selon le parquet. »

Hommage à Samuel Paty : Trois élèves marseillais en garde-à-vue pour « apologie du terrorisme »
« Trois mineurs ont été placés en garde-à-vue à Marseille pour des propos exprimés lors de l’hommage national à Samuel Paty dans les établissements scolaires »

 

Protocole fantôme

 

Covid-19 : en grève ou en droit de retrait, des enseignants protestent contre les conditions sanitaires de la rentrée
« Des professeurs sont en grève depuis le 2 novembre, d’autres ont usé de leur droit de retrait ou menacent de le faire, d’autres encore pourraient rejoindre le mouvement jeudi. Ils réclament une meilleure application des règles sanitaires, notamment grâce aux classes dédoublées. »

Coronavirus : Dans les lycées, la colère monte face au protocole sanitaire jugé faiblard… Et c’est loin d’être fini
« La grogne monte dans les lycées. Des élèves et des enseignants dénoncent le protocole sanitaire, jugé insuffisant pour freiner l’épidémie.
Après des tentatives de blocages de lycées par des élèves mardi, de nouvelles perturbations pourraient avoir lieu ce jeudi. Certains enseignants se sont aussi déjà mis en grève et le mouvement pourrait s’étendre.
De nouvelles mesures, comme la généralisation des cours en demi-groupes et l’allégement des programmes, sont demandées. »

Vers la grève sanitaire ?
« La journée du 4 novembre a été marquée à nouveau par des blocages, des grèves, des protestations dans de nombreux lycées. Le mouvement a gagné en ampleur et touche de nouvelles régions. Des enseignants protestent contre un protocole sanitaire jugé insuffisant qui les met en danger eux et les élèves et annonce des fermetures massives d’établissements. Le Snes Fsu a pris la tête du mouvement en appelant les autres organisations à participer à une "grève sanitaire" le 10 novembre. Sud Education annonce s’associer à cet appel. »

William Dab : « Le confinement allégé ne sera pas suffisant pour casser rapidement la courbe épidémique »
“Dans un entretien au « Monde », l’épidémiologiste, ancien directeur général de la santé, regrette que les mesures de lutte contre l’épidémie soient toujours prises trop tard. « Le retour à l’école est une bonne décision du point de vue éducatif. Mais du strict point de vue de l’épidémie, il vaudrait mieux les fermer pour réduire la circulation virale »” abonnés

Covid-19 : où sont les données sur les écoles françaises ?
« L’Institut Molinari s’étonne que la question de la prévalence du virus dans les établissements scolaires semble sous-estimée en France, contrairement à la Belgique.
La Belgique, qui connait une reprise rapide de l’épidémie, a fermé ses écoles le 28 octobre. En Suède, les jeunes de plus de 16 ans étudient depuis chez eux depuis le début de la crise. En France, après la mise en place de nouvelles mesures de confinement, il a été décidé de laisser les écoles ouvertes avec quelques aménagements, dont le port du masque à partir de 6 ans et un renforcement du protocole sanitaire là où cela est possible. Tous les enfants ont retrouvé le chemin de l’école lundi 2 novembre, tandis qu’on fermait toute une série de commerces et d’activités, ce qui aura nécessairement des conséquences économiques et sociétales délétères. »
 Abonnés

Vos questions sur le reconfinement : le masque obligatoire à l’école primaire est-il dangereux pour mon enfant ?
« Déplacements, attestations, travail à distance, etc. : posez-nous vos questions, on y répond ! Aujourd’hui : le port du masque à l’école à partir de 6 ans. »

 

Enseigner

 

Les enseignants ne sont pas des héros
Cécile Blanchard Rédactrice en chef des Cahiers pédagogiques
“Y aura-t-il un bout du tunnel ? Un fond de la piscine où donner un grand coup de pied pour remonter ? C’est, je crois, la question que se posent de très nombreux personnels de l’Éducation nationale (et de parents d’élèves) en cette rentrée de novembre 2020.”

Au Forum Alternumérique, enseignants et chercheurs dessinent un autre numérique éducatif
« Le 4 novembre, le ministre (en vidéo), des cadres de l’éducation nationale, des startups, des experts, ont ouvert à Poitiers les Etats généraux du numérique organisés par le ministère. A quelques kilomètres de là, une centaine de professeurs, chercheurs et quelques politiques ont fait de la résistance. Pas au numérique mais à ce numérique éducatif officiel. Il a été question de solidarité, de fabriquer des communes, de la transformation du travail enseignant. Des questions qui concernent les professeurs mais sont évitées à Poitiers... »

Dans la classe de « Supermaître », le numérique rime avec autonomie et personnalisation
« Converti depuis cinq ans aux pédagogies actives, Julien Crémoux utilise les outils numériques au quotidien pour apprendre l’autonomie aux enfants et personnaliser au maximum son enseignement. »

Messages d’anciens élèves à un ancien professeur
« Je comprends les collègues qui doutent, veulent partir et ne pas mourir étouffés dans la grande machinerie de l’Education Nationale. Entendons aussi les enfants du peuple qui disent encore parfois : "J’étais si bien au lycée que j’aurais voulu y rester". »

 

Harcèlement scolaire

 

Harcèlement scolaire : « J’ai pensé à me tuer »
« TÉMOIGNAGE - Marguerite est aujourd’hui une jeune femme épanouie dans ses études à Sciences Po. À l’occasion de la journée nationale contre le harcèlement scolaire, elle raconte le calvaire qu’elle a vécu tout au long de ses années de collège ».

Le cyber-harcèlement scolaire en hausse pendant le confinement
« L’instauration du premier confinement a provoqué une hausse du cyber-harcèlement. Ce jeudi, à l’occasion de la première journée internationale de lutte contre le harcèlement scolaire, l’association e-Enfance annonce que le nombre de cas rapportés sur sa plateforme d’écoute a augmenté de 30%. »

Harcèlement scolaire : quand les élèves sont médiateurs
« En cette première Journée internationale de lutte contre le harcèlement scolaire, Europe 1 s’est rendue dans une école du 19e arrondissement de Paris, qui forme quelques élèves de CM2 à repérer les cas et à faire de la médiation entre élèves. Reportage. »

Harcèlement scolaire : des indices et signaux qui doivent alerter
“Des micro-violences au harcèlement.- « Il faut être vigilant aux micro-violences, car elles peuvent se transformer en harcèlement », relève Cécile Besser-Voignier. « Le harcèlement étant caractérisé par des attaques répétées, avec une volonté de nuire à un élève plus vulnérable ou différent dans la perception. »”

Harcèlement scolaire : l’éducation nationale face au suicide d’Evaëlle
« En juin 2019, la collégienne de 11 ans s’est pendue au barreau de son lit. En septembre, son ancienne professeure de français a été mise en examen pour harcèlement moral sur mineure. » Abonnés

 

Géraldine Duboz

Lire la suite

Revue de Presse Education... Témoignages — Inquiétudes — Numérique — Divers...

5 Novembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Témoignages — Inquiétudes — Numérique — Divers...

Deux témoignages sur la rentrée, mais surtout il y a beaucoup d’inquiétudes dans le monde scolaire. Des réflexions et discussions à l’occasion des États généraux du numérique, et quelques articles divers.

 

Témoignages

 

Dans un collège parisien, une discussion à pas comptés sur la liberté d’expression
"Quand on n’est pas d’accord avec une opinion, on ne se fait pas justice soi-même" : dans un collège du centre de Paris, un professeur d’histoire-géo tente, pas à pas, de lancer une discussion sur la liberté d’expression pour rendre hommage à Samuel Paty.
Pour cette rentrée très particulière, les élèves du collège de la Grange-aux-Belles, classé REP (éducation prioritaire), s’attendaient lundi à un premier cours un peu différent : "On va parler de ce professeur qui s’est fait assassiner parce qu’il a montré des caricatures en classe", explique Elise, avant le début des cours
.”

Verbatim : La rentrée d’une directrice d’école
Je suis directrice d’école élémentaire. Lundi 2 novembre j’ai ouvert les portes de l’école après deux semaines de vacances. Durant ces deux semaines mes collègues moi nous nous sommes questionnés sur ce que nous allions dire aux élèves du terrible assassinat de Samuel Paty. Quels mots choisir ? Quels supports visuels ? Comment recevoir leur parole ? Pourrions-nous tout entendre, tout accepter ? Nous nous sommes mis d’accord sur l’essentiel : ne jamais choquer les élèves, partir de leurs propres mots, chaque enseignant serait libre d’utiliser les documents qu’il souhaite. Et puis il y avait le protocole sanitaire à accentuer. Les récréations à aménager, les sorties à échelonner, la cantine à organiser. Des bricoles quoi !

 

Inquiétudes

 

Confinement : un baromètre des inquiétudes et doutes des profs Par Marie Piquemal
« Libération » a eu accès au rapport de l’Autonome de solidarité laïque, l’assurance juridique des profs, qui synthétise les questions posées lors du confinement au printemps. Et trouve de nombreux échos avec la situation actuelle.”

Plusieurs blocages de lycées pour protester contre le non-respect des mesures sanitaires
Une dizaine de blocages ou tentatives ont eu lieu à Paris, ainsi qu’à Saint-Etienne, Saint-Nazaire, Toulouse, Nantes ou encore Besançon. Dans certains lycées bloqués, des heurts ont eu lieu avec les policiers.” Par Violaine Morin et Luc Chatel

Covid-19 : le casse-tête des lycées franciliens pour respecter le protocole sanitaire à la cantine Par Bénédicte Lutaud
60% des lycées franciliens ne peuvent respecter le protocole sanitaire renforcé après les vacances de la Toussaint, a mis en garde la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse. Parents d’élèves et professeurs déplorent un manque de personnel.”

Sainte-Foy-la-Grande : des enseignants pointent les faiblesses du protocole sanitaire au lycée
Lundi après-midi de nombreux cours ont été annulés au lycée d’enseignement général Elysée Reclus ainsi qu’au lycée professionnel Paul Broca. En cause : le protocole sanitaire, jugé "trop léger" par certains profs.”

En Haute-Vienne, les syndicats enseignants s’inquiètent des conditions sanitaires de la rentrée
Dénonçant l’incohérence du "protocole renforcé" de Jean-Michel Blanquer, le SNES-FSU et le Se-Unsa demandent, entre autres, la mise en place d’un enseignement en groupes réduits en collège et lycée. « Sans cela, nous risquons fort de repasser en enseignement en distanciel, ce que nous ne souhaitons pas. »

A Mulhouse, une grève des enseignants du collège Kennedy
L’arrêt de travail survenait alors que les enseignant-es souhaitaient s’accorder un temps d’échange dès la reprise du lundi à 8h, ce que leur hiérarchie leur a clairement refusé.
Le contexte sécuritaire ajoute, s’il le fallait encore, au mal-être des professionnels de l’éducation, après le crime perpétré contre l’un des leurs il y a 15 jours, et tandis que les assurances de sécurité formulées par le gouvernement à leur endroit peinent à se concrétiser aux abords des établissements scolaires…

Reconfinement et enseignement : à quand des classes en demi-groupes au lycée ?
Enseignants et proviseurs sont de plus en plus nombreux à juger le protocole sanitaire en vigueur trop léger, et à réclamer un passage aux cours en demi-groupes. Mais rectorats et ministère freinent des quatre fers.”

 

Numérique

 

L’Expresso du 04 novembre 2020 avec trois articles à propos des Etats généraux du numérique

États généraux du numérique pour l’Éducation : "On habitue les enfants à ne désirer que ce que l’ordinateur peut leur donner"
Le ministère français de l’Éducation nationale a lancé en juin 2020 une consultation qui conduira à la tenue d’États généraux du numérique pour l’éducation, les 4 et 5 novembre prochains, à Poitiers. Des collectifs et associations opposés au "tout numérique à l’école" et d’alerte sur l’addiction aux écrans, ont écrit au ministre. Ils dénoncent une dérive en cours dans l’Éducation nationale. Entretien avec Catherine Lucquiaud, docteure en informatique et membre de l’Association contre l’utilitarisme et le numérique éducatifs.”

Sur le site de l’INRIA (Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique) : Éducation au numérique
Inria est convaincu que le numérique, et en particulier l’intelligence artificielle, la modélisation cognitive, et les interfaces, peuvent fournir des outils efficaces et utiles aux apprenants et aux enseignants, mais aussi aider à relever les grands défis de l’éducation (égalité des chances, fracture numérique, enjeux sociaux et économiques, etc.). Nos équipes de recherche travaillent au développement d’une éducation numérique aussi juste que moderne.”

Élancourt, premier prix d’éducation numérique en confinement
L’observatoire national de l’innovation publique vient d’attribuer le Prix Territoria d’Or à la ville d’Élancourt pour son action exemplaire dans l’éducation numérique en plein confinement.”

Angers. Lycées : le retour des cours à distance ? Ces élèves regorgent de propositions
Au lycée Auguste-et-Jean-Renoir, à Angers, des élèves de seconde redoutent la fermeture totale des établissements scolaires si le Covid-19 vient à circuler plus intensément. Le temps d’un quart d’heure, ils ont proposé leur version idéale de l’école à distance.”

 

Divers

 

Quatre questions sur le « Grenelle de l’éducation », lancé par le gouvernement
Les dix ateliers imaginés dans le cadre du « Grenelle de l’éducation » débutent ce mardi. Ils ont pour but d’ouvrir le débat sur l’école et la place de l’enseignant, après l’assassinat de Samuel Paty. Quelles mesures concrètes sont attendues ? Quand ? Les explications dans CQFD.”

L’abandon des « ABCD de l’égalité » en 2014
Retour sur un recul de la République face aux intégrismes religieux Par Delahaye JP sur son blog
Rares sont les initiatives qui permettent aux enfants de travailler spécifiquement aux différences de genre dans le cadre scolaire en intégrant cet objectif dans la globalité des apprentissages. C’est cette lacune que les « ABCD de l’égalité » voulaient combler en septembre 2013.”

« En privilégiant l’accès aux apprentissages des étudiants des classes préparatoires, l’exécutif malmène une nouvelle fois l’université »
Tribune de Karine Gente Professeur de sciences économiques à l’université d’Aix-Marseille
La professeure Karine Gente s’indigne, dans une tribune au « Monde », de l’inégalité créée dans l’enseignement supérieur par la différence de traitement entre étudiants des universités et futurs élèves des « grandes écoles »

 

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Rentrée — L’EMC — Ressources

4 Novembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Rentrée — L’EMC — Ressources

Une rentrée sans doute mal digérée par les personnels. Des questions sur l’EMC et quelques ressources.

 

Rentrée

 

Rentrée : Les tensions montent dans les établissements
A la veille d’un appel au blocage des lycées, une trentaine d’établissements ont connu des mouvements de grève le 2 novembre. Ce phénomène, rare un jour de rentrée scolaire, résulte du trop plein de tensions et d’humiliation ressentis par les enseignants suite à la réduction de l’hommage à S. Paty à une simple minute de silence et au nouveau protocole sanitaire jugé trop peu protecteur. A l’épidémie, à l’alerte attentat va s’ajouter une crise sociale qui pourrait prendre de l’ampleur.”

Sur France24 : Covid-19 : en France, la colère du corps enseignant "se déconfine"
Quelque 12 millions d’élèves, de l’école primaire au lycée, ont fait leur rentrée, lundi, dans une France reconfinée et un climat parfois tendu. En cause, le protocole sanitaire de l’Éducation nationale qui suscite l’inquiétude des syndicats et de professeurs, au point que certains se sont mis en grève ou ont exercé leur droit de retrait.”

L’hommage expéditif à Samuel Paty demandé aux enseignants n’est pas digne de l’école par Frédéric Sallée Historien, professeur agrégé d’histoire, docteur en histoire contemporaine de l’université Grenoble-Alpes
Ce lundi 2 novembre, l’ensemble de la “communauté éducative” rend hommage à Samuel Paty, assassiné le 16 octobre dernier, pour unique raison d’être enseignant. Passé le temps de la sidération vient celui de l’hommage. Quand la nation honore Samuel Paty en Sorbonne, quand la radio publique bouleverse ses programmes, l’école, elle, s’illustre par des ressorts habituels, a minima, dans un contexte qui ne l’est pas : la lecture d’une lettre, suivie d’une minute de silence.”

L’université, au carrefour des crises avec Jean Chambaz et Pascale Dubus sur FranceCulture
Moins de deux semaines après l’hommage rendu par Emmanuel Macron à Samuel Paty dans la cour de la Sorbonne, lieu symbolique de l’esprit des Lumières et de l’enseignement, la relation entre le gouvernement et le corps universitaire se consume.”

 

L’EMC

 

J-M Blanquer souhaite renforcer l’enseignement moral et civique « dès la rentrée prochaine » Publié par Fériel Boudjelal, Vousnousils
Il prévoit également une « réforme du brevet dont le principe sera de valoriser l’engagement civique des élèves ».”

Renforcer l’enseignement moral et civique ? Pas si simple
Dans un entretien accordé dimanche 1er novembre au journal Le Parisien, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer a annoncé un renforcement de l’enseignement moral et civique » , « dès la rentrée prochaine » (en septembre 2021), notamment par une augmentation des heures de cours. Un grand classique : Najat Vallaud-Belkacem avait tenu le même discours deux semaines après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper-Cacher, en janvier 2015.
Mais de quoi parle-t-on au juste ? L’enseignement moral et civique (EMC) est entré en vigueur à la rentrée 2015. Il s’agissait alors d’unifier ce que l’on appelait jusque-là instruction civique à l’école primaire, éducation civique au collège, éducation civique, juridique et sociale au lycée. Soit une heure par semaine en primaire, une demi-heure au collège, une demi-heure au lycée, 300 heures au total sur l’ensemble d’une scolarité
.”

Education : en quoi consistent les cours d’enseignement moral et civique ?
Les cours d’enseignement moral et civique (EMC), mis en place en 2015, doivent permettre aux élèves de prendre conscience de leurs droits et de leurs devoirs en tant que citoyens, ainsi que d’apprendre les valeurs de la République.”

« Un catéchisme républicain à l’école ne permet pas d’aborder sereinement les faits religieux »
Après l’assassinat de Samuel Paty, le 16 octobre, Philippe Gaudin, directeur de l’Institut européen en sciences des religions, et auteur « Tempête sur la laïcité. Comment réconcilier la France avec elle-même », défend un renforcement de l’enseignement des faits religieux à l’école.” Propos recueillis par Séverin Graveleau

« Contre les fantasmes et le fanatisme, l’enseignement des faits religieux à l’école est nécessaire » Tribune de Laurent Klein, Directeur d’école élémentaire, coauteur de "La Laïcité et l’enseignement des faits religieux" (éditions Nathan, collection "Questions d’enseignants")
Après l’assassinat du professeur d’histoire-géographie Samuel Paty, Laurent Klein, directeur d’école élémentaire, témoigne de l’intérêt de l’enseignement laïque des faits religieux en classe, et de la méfiance qu’il suscite parfois.
L’odieux crime dont a été victime Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), le 16 octobre, a fait resurgir dans les médias un sujet longtemps mis de côté : l’enseignement laïque des faits religieux. Pour ma part, cela fait plus de quinze ans que je milite pour que cet enseignement trouve sa place dans les programmes de l’éducation nationale dès l’école élémentaire. Au-delà de l’intérêt personnel, je reste plus que jamais persuadé que cet enseignement est absolument nécessaire
.”

 

Ressources

 

Sylvain Connac : Expliquer et faire vivre le principe de laïcité
La laïcité n’est pas une valeur. C’est un principe qui permet de susciter et défendre des valeurs. En France, les valeurs de la République sont triples : liberté, égalité et fraternité. Alors que deux premières paraissent antagonistes, la troisième est ce qui crée de la cohérence. Pour le dire autrement, sans fraternité, pas de liberté et d’égalité conjointes. Le but est de « faire tenir debout notre devise républicaine ». Or, pour autoriser la fraternité à naitre entre des personnes différentes, il faut un levier : c’est celui que permet la laïcité.”

Sur FranceCulture : Emancipation générale ! Les combats pour l’éducation
Historiens, philosophes, scientifiques, sociologues, à l’antenne de France Culture lundi 2 novembre pour raconter comment l’éducation a été et reste un combat. Des forces ont toujours œuvré contre l’éducation, qui reste la clef de l’émancipation des femmes et des hommes.
Sur la laïcité, le fait religieux, l’islamisme et la radicalisation, la liberté d’expression et le blasphème, le complotisme, retrouvez également plus de 50 émissions de France Culture éditées et commentées pour offrir une base de programmes de référence notamment aux enseignants, aux parents comme aux élèves
.”

 

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Le ton est donné — Réflexions — Incidents — Supérieur...

3 Novembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Le ton est donné — Réflexions — Incidents — Supérieur...

Le retour de vacances dans les établissements est marqué à la fois par l’hommage à Samuel Paty et les contraintes sanitaires.

Le ton est donné

Une rentrée dans l’inquiétude et l’humiliation
Sous le poids d’une double crise mal gérée, la rentrée du 2 novembre restera dans la mémoire des enseignants. Le ministre leur demande d’accepter une cérémonie bâclée en mémoire de leur collègue assassiné. Ils doivent aussi rentrer en pleine épidémie avec un protocole sanitaire officiellement "durci" mais en réalité qui change peu de choses par rapport au protocole ultra léger précédent.”

« L’impression d’être des pions » : le désarroi des enseignants avant une rentrée inédite
Hommage à Samuel Paty, protocole sanitaire, préavis de grève... Avant la rentrée scolaire lundi, les enseignants contactés par « l’Obs » font part de leurs inquiétudes.” abonnés

Journée spéciale : France Bleu Roussillon soutient les enseignants et la liberté d’expression
Comme le 43 autres stations locales du réseau France Bleu, votre radio apporte son soutien aux enseignants et à la défense de la liberté d’expression. De 5h à 19h, témoignages et invités vont se succéder sur notre antenne pour nourrir la réflexion. Découvrez les rendez-vous de cette journée spéciale.”

Hommage à Samuel Paty : ce que dit la « Lettre aux instituteurs » de Jaurès
Lundi 2 novembre, au retour des vacances de la Toussaint, ce texte de Jean Jaurès entré dans le patrimoine républicain résonnera dans tous les établissements de France, en hommage à Samuel Paty, le professeur d’histoire-géographie victime d’une attaque terroriste à Conflans-Sainte-Honorine le 16 octobre. En voici le contenu.” Denis Peiron

 

Réflexions

 

L’école déconfite par Lucien Marboeuf sur son blog l’instit Humeur
L’école vient de vivre une semaine ubuesque, une de plus en cette année 2020. Entre impréparation, improvisation et injonctions contradictoires, les enseignants ont assisté atterrés à la grande virevolte de la rentrée du lundi 2 novembre.”

Laurence De Cock : Laïcité : Contre la morale dogmatique, retrouver la raison
Comment réagir à l’assassinat de Samuel Paty ? Certes il faut renforcer la transmission des valeurs démocratiques et donc l’enseignement moral et civique. Mais comment faire ? Professeure en lycée et chargée de cours à Paris Diderot, Laurence De Cock va chercher chez C. Freinet une réflexion sur ce qu’est cette transmission. "Meubler l’enfant d’habitudes de dévouement et de serviabilité envers un milieu social dont on l’isole, en dehors de la situation réelle et des besoins concrets auxquels il devra répondre par sa conduite morale, c’est, à la lettre, lui enseigner à nager hors de l’eau". L De Cock appelle à renforcer la formation des enseignants mais aussi à revenir aux programmes de 2015 d’EMC, capables d’articuler la transmission des principes et leur mise en oeuvre.”

Faut-il repenser la laïcité à l’école ?
Comment traiter de la laïcité à l’école ? En cette journée d’hommage à Samuel Paty, professeur assassiné à Conflans-Sainte-Honorine le 16 octobre 2020, rendez-vous avec Vincent Peillon, ancien ministre de l’Education nationale, et la sociologue Dominique Schnapper.”

Najat Vallaud-Belkacem : « Dans le combat pour la laïcité, ce n’est pas l’école qui a failli mais bien ce qui l’entoure » Tribune de Najat Vallaud-Belkacem ancienne ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche
Symbole de l’anti-obscurantisme, l’école de la République est attaquée parce qu’elle est un rempart et non une faiblesse, souligne l’ancienne ministre de l’éducation nationale, appelant à cesser d’en faire un champ de bataille politique.
On le sait, le temps de l’école est long. Les réformes produisent leurs effets dans une durée guère compatible avec le rythme de la vie politique. Encore moins avec l’accélération foudroyante du temps de l’histoire, lorsque la tragédie frappe cette institution républicaine qui, selon les mots de Jean Zay (1904-1944), devrait pourtant rester « l’asile inviolable où les querelles des hommes ne pénètrent pas ». J’ai été ministre de l’éducation nationale alors que le terrorisme frappait notre pays. J’ai dû agir en temps d’intense émotion. J’en retiens quelques leçons indélébiles
.”

 

Incidents

 

Jean-Michel Blanquer, si l’hommage à Samuel Paty est perturbé : "Il y aura peut-être des sanctions"
Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, est l’invité du Grand entretien de France Inter pour la journée spéciale "Tous solidaires des enseignants". Si la minute de silence en hommage à Samuel Paty n’est pas respectée, "ça ne sera pas accepté", a-t-il averti.”

Nantes : ils jettent des projectiles sur des membres du corps enseignant le jour de l’hommage à Samuel Paty
Environ 30 personnes ont jeté des projectiles sur des membres du corps enseignant d’un lycée nantais ce lundi, journée hommage à Samuel Paty. Un jeune homme de 18 ans a été interpellé. Deux bouteilles d’acide ainsi qu’un sachet contenant du liquide inflammable ont également été retrouvés sur place.”

 

Supérieur

 

Enseignement supérieur : cours en présentiel pour les BTS, IUT et prépas
Salomé Vincendon avec AFP
Dans l’enseignement supérieur, la règle sera désormais le "distanciel" pour tous les cours, à l’exception des travaux pratiques et de "l’enseignement professionnel nécessitant du matériel spécialisé", a précisé jeudi le Premier ministre Jean Castex en détaillant les règles du reconfinement.”

Facs fermées, prépas ouvertes : l’enseignement supérieur à marche différenciée Par Jessica Gourdon et Léa Iribarnegaray
Lundi, les étudiants des classes préparatoires et des BTS, formations assurées dans des lycées, pourront suivre leurs cours en présentiel, contrairement aux étudiants de l’université.”

Laïcité : face aux demandes religieuses, la diplomatie est de mise dans les universités
Sarah Nafti sur l’Etudiant-Educpros
Avec l’assassinat de Samuel Paty, c’est l’ensemble du monde enseignant qui a été touché. EducPros s’intéresse à la manière dont la question de la laïcité est traitée dans ces établissements depuis le début des années 2000. Entre élaboration d’un guide, mise en place des référents laïcité ou encore formation des enseignants, si la réponse des universités est multifacette, elle n’en reste pas moins complexe.”

 

Pendant ce temps

 

De SOS Éducation au business de la santé naturelle : les étranges méthodes de Vincent Laarman
Après avoir lancé des associations utilisant des techniques marketing pour récolter des dons autour de l’éducation et de la justice, Vincent Laarman a créé une société spécialisée dans les conseils de santé "alternatifs". Enquête sur un parcours atypique, et des méthodes qui ne le sont pas moins.”

 

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Re-confinement - Reprise - Ailleurs....

1 Novembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Re-confinement - Reprise - Ailleurs....

Dans ce contexte de nouveau confinement, la reprise des cours lundi agite beaucoup les médias, que ce soit au niveau du protocole sanitaire, que de l’hommage à Samuel Paty.

 

Re confinement

 

Confinement généralisé sauf pour l’éducation
“"Les crèches, les écoles, les collèges et les lycées seront ouverts avec un protocole renforcé". Emmanuel Macron a annoncé le 28 octobre le retour du confinement général et des attestations de sorties. Seule différence avec mars dernier : les enseignants travailleront et les élèves seront dans les établissements scolaires. Il reste à voir ce que signifiera "un protocole renforce". Comment il sera accueilli à quelques heures d’une rentrée déjà difficile. Et si ce choix est le bon pour le pays.”

Les écoles échappent au reconfinement, les universités basculent dans l’enseignement en ligne Par Violaine Morin
“Alors que le pays s’apprête à se barricader, l’institution scolaire vit donc l’exact inverse de ce qui s’était produit au mois de mars.”
“Dans de nombreux secteurs, le second confinement annoncé le 28 octobre par le président de la République ressemblera au premier. Mais pas dans les écoles, collèges et lycées, qui « resteront ouverts », a précisé Emmanuel Macron, « avec un protocole sanitaire renforcé ». L’enseignement supérieur, lui, doit basculer entièrement dans l’enseignement en ligne. Les universités avaient déjà réduit la présence des étudiants de 50 % dans les zones de forte circulation du virus, depuis le 6 octobre.”

Les établissements restent donc ouverts avec un "nouveau" protocole qui n’est pas vraiment nouveau et qui inquiète à juste titre les personnels.

Covid-19 : dans les établissements scolaires, le « protocole renforcé » inquiète
« Plusieurs syndicats d’enseignants réclamaient la mise en place de demi-groupes. Le gouvernement a tranché en faveur d’un simple renforcement des règles sanitaires. Une demi-mesure pour certains, la source d’un nouveau casse-tête pour d’autres. »

Le nouveau protocole tente de limiter le brassage des élèves
« Comment limiter le brassage des élèves sans toucher à la capacité d’accueil des établissements ? C’est la question posée aux écoles et établissements après la publication du nouveau protocole sanitaire. La contrainte reste très légère tant l’accent reste mis sur l’accueil de tous. L’enseignement à distance doit rester exceptionnel et soumis à autorisation du rectorat. Le risque sanitaire dans les établissements scolaires passe après le maintien de l’activité économique. »

École et confinement : la rentrée des classes pourrait être décalée à mardi
« La crise sanitaire vient à nouveau rebattre les cartes. Après les vacances de la Toussaint, la rentrée, censée se faire ce lundi 2 novembre, pourrait être décalée à mardi. Il s’agirait alors de laisser le temps aux établissements scolaires de s’organiser pour mettre sur pied un nouveau protocole sanitaire. »

 

Re prise

 

Ce lundi devrait être le jour de l’hommage rendu à Samuel Paty dans les écoles. Mais cet hommage pourrait changer à cause de la situation sanitaire. Rien n’est encore fixé pour lundi !

La rentrée scolaire du 2 novembre décalée à 10 heures pour rendre hommage à Samuel Paty
“La rentrée des vacances de la Toussaint sera décalée à 10 heures le 2 novembre dans tous les établissements scolaires, où un hommage sera rendu Samuel Paty, le professeur décapité. Sous réserve que les décisions prises face au Covid ne bouleversent pas la donne.”

Oui, il est possible d’enseigner la laïcité à l’école
“Fanny Gallot et Francine Nyambek-Mebenga, qui conduisent une enquête dans des classes de Seine-Saint-Denis, racontent les stratégies des enseignants pour rendre possible le débat avec les élèves.”

“Ferdinand Buisson, le plus ardent défenseur de l’école républicaine” par Anne-Claire Husser, Frédéric Mole, propos recueillis par Octave Larmagnac-Matheron
“Philosophe spécialiste de la question pédagogique, Ferdinand Buisson a contribué à façonner l’école républicaine, dans l’ombre de Ferry ou Jaurès. Réformateur patient, défenseur d’un perfectionnement constant de l’institution scolaire, son legs est aussi considérable que méconnu. Deux spécialistes de son œuvre, Anne-Claire Husser et Frédéric Mole, exposent sa vie et sa pensée.”

Samuel Paty : ce que j’ai dit à mes étudiant.E.s par Loïc Le Pape, sur son blog The politics of religion/Les politiques du religieux
“Ce lundi, il fallait en parler. Parler de l’attentat, mais cette fois-ci avec l’urgence et la sidération de l’enseignant touché par l’assassinat d’un collègue. Il le fallait pour surmonter l’effroi de l’acte barbare, mais aussi et surtout pour aller au-delà de la consternation face aux débats qui ont suivi. Il le fallait enfin parce que ce sont les thématiques de recherche que j’explore, sur lesquelles je lis et enquête depuis des années, avec lesquelles j’essaie de construire un raisonnement, de tenir une position éthique de recherche.”

Charlène Ménard : Enseigner les valeurs de la République entre prescrit et réel
“Comment l’institution scolaire prend-elle en charge les injonctions de formation à la citoyenneté, à la laïcité et aux valeurs de la République ? Comment les enseignants assurent-ils le rôle d’éducation, de formation d’un individu ? Les caractéristiques de leur environnement de travail influencent-elles leur action ? Dans une étude publiée Recherches & éducations (n°21), Charlène Ménard et Françoise Lantheaume montrent l’écart entre les injonctions des programmes et leur interprétation sur le terrain. Si les enseignants sont attachés à ces valeurs c’est aussi qu’elles trouvent une signification au service de la forme scolaire. Défendre la République c’est aussi défendre la forme scolaire. Et c’est aussi une limite portée à des valeurs universelles…”

L’école publique, champ de bataille historique de la laïcité par Cyprien Caddeo et Florent LE DU
“L’assassinat de Samuel Paty, en raison de son enseignement et de l’utilisation en classe des caricatures de Mahomet, a relancé le débat ancien sur la place du religieux dans l’enseignement.” pour abonnés

« D’abord, nous allons retrouver nos élèves, les regarder, leur sourire »
Tribune de Marguerite Graff, Professeure d’histoire-géographie au lycée Auguste-Renoir à Asnières, Hauts-de-Seine.
“Les élèves acceptent bien plus souvent qu’on ne le croit d’être bousculés dans leurs certitudes, souligne, dans une tribune au « Monde », Marguerite Graff, professeure d’histoire-géographie en banlieue, s’insurgeant contre la « musique insidieuse » qui voudrait faire douter du travail que fait l’école depuis des années.”

Et lundi ? La minute de silence
Le CRAP-Cahiers pédagogiques
“L’assassinat de Samuel Paty a été l’occasion d’une déferlante de commentaires, de prescriptions, d’injonctions parfois contradictoires. Le Crap-Cahiers pédagogique a d’abord réagit en affichant son indignation et sa condamnation sans nuance. L’annonce d’une journée de commémoration lundi, a provoqué beaucoup de questions et de réflexions que nous partageons dans une série d’articles et de ressources dans les jours qui viennent. En commençant par l’immédiat : comment faire vivre la minute de silence ?”

Chronique de Philippe Watrelot : Après Conflans, ne céder ni à l’intimidation ni à la stigmatisation
“Samuel Paty, enseignant ­d’histoire-géographie au collège du Bois-d’Aulne, à Conflans Sainte-Honorine, a été décapité devant son établissement par un jeune de 18 ans. Cet acte a été revendiqué au nom de l’Islam. L’enseignant était l’objet d’une polémique sur les réseaux sociaux depuis qu’il avait montré en classe des caricatures de Mahomet. C’est d’abord en tant qu’enseignant qu’il nous faut “ pour les abonnés d’Alternatives économiques.

Lettre aux professeurs d’histoire-géographie Ou comment réfléchir en toute liberté sur la liberté d’expression par François Héran
“Comment enseigner la liberté d’expression ? Par son histoire, propose François Héran, moins républicaine qu’on ne croit et plus respectueuse des croyances. Au lieu d’en faire un absolu, il est temps d’observer que ses conditions d’exercice se déploient dans un temps et un espace déterminés.”

« L’assassinat de Samuel Paty a renforcé mon désir de réintégrer l’éducation nationale »
« Wahida El-Mansour, ancienne professeure d’histoire-géo en Seine-Saint-Denis, avait quitté son poste après l’attentat contre « Charlie Hebdo ». »

 

Ailleurs

 

Cameroun : plusieurs enfants tués dans l’attaque de l’école dans une zone anglophone
“L’attaque n’a pas encore été revendiquée et les assaillants identifiés par les autorités. Le premier ministre a tenu, samedi, une réunion d’urgence.”

Un mot, son histoire et la liberté d’enseignement Le Monde avec AFP Publié le 24 octobre 2020
Le débat portant sur ce qu’on peut appeler désormais « l’affaire » Verushka Lieutenant-Duval met en jeu la liberté de l’enseignement de la professeure suspendue par la direction de l’Université d’Ottawa pour avoir employé le mot en n dans le cadre de son enseignement, d’une part, et la réaction défavorable d’une étudiante d’autre part. C’est l’utilisation drue du mot en n qui, très probablement, a fait naître la polémique, sinon le grand débat actuel. Une situation qui nous force à donner le sens que revêt ce mot en le nommant.”

Confinement 2 - Sacrifier les vieux enseignants pour faire marcher l’économie ? Par Pascale Fourier sur son Blog : C’est pas moi qui l’dis....
“Bien sûr, ce n’est pas fait, mais on en parle furieusement. Confinement, mais pas pour plus de la moitié des enseignants. Armés d’un masque tout-venant, reclus dans 40m2 avec 30 élèves masqués ou pas, 6h par jour, ils devraient aller au combat - et aider à la propagation du virus dans les familles. Sacrifiés potentiels sur l’autel de l’économie…”

En Belgique
« Coronavirus : les cours se font désormais à distance dans l’enseignement secondaire »

 

Géraldine Duboz et Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Cadrage clair — Réactions, réflexions, expressions — Divers...

27 Octobre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Cadrage clair — Réactions, réflexions, expressions — Divers...

Cadrage clair

La dépêche de l’AFP est reprise par Le Monde et bien d’autres médias, seule information à ce jour et à cette heure.
Attentat de Conflans : Blanquer promet un « cadrage clair » pour les enseignants à la rentrée
Le ministre de l’éducation nationale souhaite organiser la journée du 2 novembre « en trois temps » pour évoquer l’assassinat de Samuel Paty avec les élèves.”

 

Réactions, réflexions, expressions

L’assassinat de Samuel Paty a déclenché une vague de réactions dont nous avons essayé de rendre compte dans les revues de la semaine dernière. Voici un certain nombres de textes publiés au cours de ce week-end que je présent en vrac.

Pourquoi la question de la laïcité doit traverser tous les enseignements
“Invité d’Europe 1, samedi, Philippe Meirieu, spécialiste des sciences de l’éducation a expliqué la nécessité d’engager un travail de fond auprès des enseignants pour les accompagner au quotidien. Un chantier qui commence par un renforcement de leur formation continue, et une réflexion transdisciplinaire autour de la laïcité.”

Delphine Horvilleur : "La laïcité est devenue synonyme d’athéisme. Mais ça ne l’a jamais été" Par Marion Galy-Ramounot
Elle est à la fois l’une des rares femmes rabbins de France, une ardente défenseure de la laïcité et une intellectuelle engagée dans le dialogue avec le monde musulman. Entretien avec l’auteure de Comprendre le monde, au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty.”

L’école, creuset de la citoyenneté avec Najat Vallaud-Belkacem par Ali Baddou sur FranceInter

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »
Pierre Kahn, professeur des universités à Caen et architecte des programmes d’enseignement moral et civique (EMC) de 2015, acte de l’impuissance des enseignants face aux fanatiques. Il critique également les changements opérés sur ces programmes depuis l’arrivée de Jean-Michel Blanquer qui entérinent la méfiance de l’école vis-à-vis des élèves.”

Pauvres ’’hussards noirs de la République’’ ! Par claude lelièvre sur son Blog : Histoire et politiques scolaires
Pourquoi ’’noirs’’ ? Pourquoi cette couleur du ’’ sacrifice mondain’’ à l’instar des congréganistes ? Parce que la République comptait sur eux pour qu’ils se dévouent pour elle sans que cela puisse lui coûter beaucoup. Et si cette expression fait florès actuellement, surtout du côté gouvernemental, ce n’est sans doute pas par hasard.”

La liberté d’expression et la question du blasphème en France Publié sur GéoConfluences
La brutalité de l’assassinat d’un professeur d’histoire et de géographie le 16 octobre 2020 rappelle la place centrale de l’éducation dans la capacité d’une société à accepter les différences d’opinion. Le rôle de l’École est ici multiple : continuer à former des citoyens en devenir et les aider dans leur construction d’adultes et d’acteurs ; poursuivre le travail sur les valeurs dans une république laïque sans que cela ne provoque de nouvelles tragédies en continuant d’éduquer à la liberté d’opinion ; empêcher toute récupération politicienne en accompagnant les élèves dans la construction d’un jugement nuancé ; aider à comprendre les mécanismes du fanatisme religieux dans le temps long et pas uniquement dans le temps de l’actualité, plus propice à l’émotion qu’à l’éducation.”

Contre le fanatisme, la Sorbonne. Toute la Sorbonne. Par Koz sur son blog
De Conflans-Sainte-Honorine, j’ai l’image apaisée d’un petit port fluvial en contrebas de la route, de la capitale de la batellerie. Conflans-Sainte-Honorine, c’est une première étape vers le grand air. Il aura fallu l’assassinat de Samuel Paty pour que se dissipe dans le sang l’illusion que la gangrène islamiste qui frappe des villes voisines ne la touchait pas également. Là aussi, donc. Si proche. Mais est-ce surprenant : des individus radicalisés n’ont-ils pas été arrêtés dans une cité à moins d’un kilomètre de chez moi ? Le choc, donc, comme tout le monde et peut-être un peu plus encore par ma proximité avec le corps enseignant.
Et l’interrogation : comment nous en sortirons-nous ?

La liberté d’expression expliquée à nos enfants Par Jean-Paul Delahaye, avec les services de la Ligue de l’enseignement
Pour « Le Point », Jean-Paul Delahaye et la Ligue de l’enseignement répondent aux questions que tout le monde se pose.” pour abonnés

Pourquoi l’enseignement du fait religieux reste un sujet hypersensible
Spécialiste du fait religieux, Isabelle Saint-Martin dresse un état des lieux de ce débat crispé où rejaillit la crainte de mettre à mal la laïcité ou d’entrer en concurrence avec le ministre du culte.” Propos recueillis par Alice Raybaud, réservé aux abonnés.

Crise dans l’enseignement et crise de la gauche après l’assassinat de Samuel Paty
Autour du livre de Jean-Pierre Obin : Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école” À retrouver dans l’émission Signes des temps par Marc Weitzmann sur FranceCulture

Samuel Paty : Oxmo Puccino et M rendent hommage au corps enseignant dans «  Jours de gloire »
C’EST BEAU Dans un nouvel album, « Jours de gloire », M et Oxmo Puccino lisent des textes d’Albert Camus et de Jean Jaurès en forme d’ode au métier d’enseignant.”

L’éducation n’est pas une arme Par Pierre Mathieu, enseignant en Seine-Saint-Denis. Tribune dans Libération
Au moment où la liberté d’expression est réduite au silence de la plus brutale des manières, certains membres de la communauté éducative, dont je fais partie, sont saisis d’un mutisme on ne peut plus paradoxal : « Faut-il s’exprimer ou se taire ? ». Cette discrétion que l’on s’impose, c’est d’abord et avant toute chose, celle de l’émotion et de la pudeur. Face à l’assassinat odieux de Samuel Paty, nous, enseignants, sommes abasourdis : les gorges se serrent, et les mots, naturellement, nous manquent. Et quand, en parallèle, légion de pédagogues autoproclamés occupent plateaux d’émissions et matinales de radio, commentent et suggèrent, rappellent avec autorité ce qui doit faire le sel de notre métier, avancent avec une assurance déconcertante les solutions si évidentes que trop ignorent, cette économie de parole n’est peut-être rien d’autre qu’un baume bienvenu sur nos cœurs meurtris.”

Choisis ton camp, camarade ? Par Jean-Michel-Zakhartchouk sur son blog Enseigner au XXIe siècle.
On connaît ces formules : « qui n’est pas avec nous est contre nous », « à bas les tièdes, vive la radicalité », « le choix est simple : ou bien…ou bien »
Bien sûr, l’éloge de la nuance, de la complexité, peut être une forme de lâcheté ou de pensée molle lorsqu’il est systématique. Le « c’est plus compliqué que ça » ne peut s’appliquer à tout et franchement, on doit trancher quand il s’agit de condamner le racisme avéré, de voter contre Trump ou de s’opposer aux dictateurs en Biélorussie ou au Brésil. J’ajoute même qu’en France, on ne peut balancer entre l’extrême-droite et la droite bon an mal an républicaine.
Dans les tragiques et bouleversants évènements survenus à Conflans Sainte-Honorine (évènements au pluriel, puisqu’il y a le crime et tout ce qui s’est passé en amont), il n’est personne qui ne condamne l’acte monstrueux qui a été commis, en dehors peut-être de fous furieux sur des réseaux sociaux.
Mais une fois cela dit, on est sommé par certains de devoir se plier à une logique binaire insupportable
.”

ENTRETIEN. « Rien ne justifie qu’un débat conduise à la violence » dans Sud-Ouest
Pour Joaquim Dolz-Mestre, spécialiste suisse reconnu de didactique, l’Éducation nationale ne « travaille pas assez l’oral » et ne forme pas assez ses enseignants à l’organisation de débats en classe.”

Assassinat d’un enseignant : les PsyEn ont un rôle à jouer alors que l’Ecole doit lutter contre les manipulations (J-P Bellier) sur Touteduc
Jean-Pierre Bellier (Inspecteur général honoraire, médiateur académique et maire adjoint à l’éducation - Nanterre) nous adresse cette tribune, que nous publions bien volontiers.”

Douze propositions pour « construire ensemble l’école d’après », Colloque du CRAP-Cahiers pédagogiques
Par la force des choses, le CRAP-Cahiers pédagogiques a dû tenir son colloque sur le thème « Construire ensemble l’école d’après » le 19 octobre à distance, avec une centaine de participants en ligne. Si rien ne remplace la présence humaine (et les temps informels si importants), des échanges fructueux ont pu s’établir, des idées jaillir, des propositions s’élaborer.

 

Divers

Au Danemark, le meurtre de Samuel Paty réveille d’anciennes blessures par Jean-Baptiste François dans La Croix
Des professeurs danois ont vivement réagi à l’acte de sauvagerie perpétré à Conflans-Sainte-Honorine (France), plus de cinq ans après les fusillades qui ont secoué le pays. Le journal « Politiken » milite pour l’inscription des caricatures de Mohammed dans les programmes scolaires.”

Pendant ce temps, Le gouvernement lance un « Grenelle de l’éducation » pour mettre davantage les professeurs « au centre de la société »
Censée durer trois mois, cette concertation doit notamment déboucher sur une augmentation des salaires des enseignants ou encore sur des mesures de protection supplémentaires.”

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Le retour — Déclarations — Comment — Des questions — Perspectives — Pendant ce temps

23 Octobre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Au lendemain de l’hommage à Samuel Paty cette revue vous propose quelques textes publiés ces jours-ci qui peuvent nous aider à penser et agir, de continuer à penser et agir, le mieux possible.

 

Hommages

JPEG - 106 ko

Deux textes ont été lus lors de l’hommage à Samuel Paty à la Sorbonne, les voici.
Lettre aux instituteurs et aux institutrices : Jean Jaurès, le 15 janvier 1888 dans La Dépêche. Publié par Catherine Chabrun sur son Blog : Education et société
Hommage à Samuel Paty. Voici la lettre d’Albert Camus à son instituteur, publiée par Sud-Ouest

 

Le retour

 

Préparer la rentrée
« Que dire aux élèves ? Que faire ? Comment doit se dérouler la rentrée du 2 novembre ? Jean-Michel Blanquer avait annoncé une préparation cadrée nationalement mais en respect de la liberté pédagogique. Il est revenu le 20 octobre sur cette question sur BFM. Les régions de France entendent aussi agir. Enfin les syndicats préparent des projets. »

Tribune : Sébastien Cesari : Laissez-nous notre liberté pédagogique
« "Chacun se permet aujourd’hui d’apporter son point de vue sur la manière d’enseigner la liberté d’expression à l’école. Les seuls capables de faire ce choix sont les professeurs. Il y a autant de possibilités de travailler cette thématique qu’il y a d’élèves en France". Professeur d’histoire-géographie en banlieue parisienne, Sébastien Césari demande au ministère de respecter la liberté des enseignants. Sinon, "les islamistes ont gagné". »

Lancement d’un « Grenelle de l’Éducation » après l’hommage national à Samuel Paty Par Le Figaro avec AFP
« La protection des professeurs ainsi que leur rémunération seront les thèmes centraux de la concertation sur l’Éducation qui s’ouvre. »

 

Déclarations

 

« Pas de vague, ce n’est plus la logique de l’Éducation nationale » assure Jean-Michel Blanquer
« Lors des questions d’actualités au gouvernement du Sénat, le ministre de l’Éducation nationale a assuré que Samuel Paty avait reçu le soutien de l’institution pour son cours sur la liberté d’expression. Il demande également "à tous les élus de la République" d’être aux côtés des enseignants, le jour de la rentrée, le 2 novembre. »

Communiqué de la Ligue de l’enseignement : Face à l’obscurantisme, faisons grandir une société unie et fraternelle
« Une fois encore, le visage horrible du terrorisme nous met au défi.
Assassiner et décapiter un enseignant, un professeur d’histoire-géographie en charge de l’enseignement moral et civique, c’est s’attaquer au cœur de notre société.
C’est s’attaquer à ces hommes et ces femmes qui se chargent sur tout le territoire national d’enseigner les savoirs, d’initier au débat argumenté, d’éveiller l’esprit critique et d’assurer la liberté de conscience
. »

Robert Badinter : « Que Samuel Paty soit salué, qu’on se taise, qu’on rende hommage, qu’on ne se déchire pas » sur France Inter
« L’ancien garde des Sceaux, Robert Badinter, est l’invité de Léa Salamé à l’occasion de la journée d’hommages rendus à Samuel Paty, enseignant assassiné il y a quelques jours à la sortie de son collège de Conflans-Saint-Honorine. »

Enseignement : les parents doivent « foutre la paix aux profs », estime Richard Ferrand
« Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand a apporté mercredi son soutien aux enseignants en appelant les parents d’élèves à "foutre la paix aux profs", soulignant que l’école, "ce n’est pas la démocratie participative".
Alors que les enseignants soulignent la difficulté de faire sereinement leur métier après l’effroi provoqué par la décapitation d’un professeur, Richard Ferrand a jugé sur BFMTV et RMC que de manière générale, "depuis plusieurs décennies il y a des choses que sans doute collectivement nous avons eu tort de laisser changer". "Les parents devraient rester hors de l’école et foutre la paix aux profs", a-t-il jugé
. »

Rodrigo Arenas, coprésident de la FCPE : « L’obscurantisme n’aura jamais raison de la République » par Alexandra Chaignon
« Après le terrible assassinat de Samuel Paty, enseignant d’histoire-géographie au collège du Bois-d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine, le responsable de la principale fédération de parents d’élèves appelle à mieux préparer et former les professeurs face à l’intolérance et au fanatisme. »

Et puis les deux billets sur Franceinter de Sophia Aram et de Nicole Ferroni.

 

Comment

 

Comment inculquer l’esprit critique aux élèves ? Entretien recueilli par Marine Lamoureux pour La Croix.
« Depuis dix ans, Sophie Mazet, professeur d’anglais dans un lycée de Seine-Saint-Denis, organise des ateliers "d’autodéfense intellectuelle" pour étoffer l’esprit critique de ses élèves. Grâce à l’humour et la confiance, elle les aide à penser par eux-mêmes. »

Parler de l’attentat de Conflans à la rentrée, oui mais comment ? Par Marine Le Breton
« Après l’assassinat de Samuel Paty, les enseignants s’interrogent sur la manière dont ils aborderont l’événement dramatique avec leurs élèves après les vacances de la Toussaint. Une chose est sûre : il faudra un travail éducatif à long terme. »

Les atteintes à la laïcité à l’école : le suivi par l’Éducation nationale
« Pour garantir le respect de la laïcité dans les établissements scolaires, un dispositif a été mis en place en 2018. L’Éducation nationale, notamment via les équipes Valeurs de l’école de la République, a été mobilisée pour répondre aux contestations du principe de laïcité. L’évaluation de ce dispositif vient d’être rendue publique. »

Où s’apprend la laïcité ? Avec Michel Winock et Jean-Paul Delahaye
« Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, a été assassiné vendredi à Conflans-Sainte-Honorine après un cours sur la liberté d’expression. Comment est enseigné le fait religieux à l’école ? Le programme scolaire est-il à la hauteur des enjeux ? Qu’est-ce qui a changé depuis 2015 ? »

L’éducation civique, chargée de réguler tous les maux de la société Par Marie-Estelle Pech
« Une minute de silence et une "séquence éducative" auront lieu, dès le 2 novembre dans tous les établissements "sans exception", a annoncé mardi Jean-Michel Blanquer. Comme souvent, les professeurs d’histoire-géographie seront particulièrement mis à contribution via les cours d’enseignement moral et civique (EMC) même si tous les enseignants sont susceptibles d’en parler. »

Pour Samuel Paty, l’École pouvait tout Par Wahida El Mansour, enseignante
« En recevant Charb le 21 février 2013 dans sa classe, en Seine-Saint-Denis, Wahida al Mansour savait pertinemment qu’elle prenait le risque de déranger une partie de ses élèves. Mais le propre de la liberté pédagogique est de déranger, et tous les enseignants savent cela. Samuel Paty le savait aussi, mais que faire aujourd’hui de son assassinat ? Comment en est-on arrivé là ? Car les professeurs ne sont pas des soldats, ils ne combattent personne. Bien au contraire : ils créent du commun. »

« Si on accepte, à gauche, que la guerre sur les mots l’emporte sur celle des valeurs, on est mort »
« Laurence De Cock est enseignante et chercheuse en sciences sociales. Elle est aussi l’autrice de nombreux ouvrages, dont École aux éditions Anamosa. Elle vient de publier une tribune dans AOC dans laquelle elle revient sur l’assassinat de Samuel Paty et interroge plus généralement l’institution scolaire. Elle est l’invitée de #LaMidinale. www.regards.fr »

Créer des « oasis de pensée » pour former un esprit critique Par Edwige Chirouter, maîtresse de conférences HDR, université de Nantes dans Libération, pour les abonnés.
« Des ateliers de philosophie dès l’école primaire sont indispensables pour former des sujets libres. »

 

Des questions

 

Aux musulmans, et en particulier aux élèves et parents d’élèves qui désapprouvent les caricatures de Mahomet Chronique libre. Écrivain, professeur d’université et critique littéraire, Pierre Jourde se pose ici quelques questions.

L’effroi, les larmes et quelques questions – après l’assassinat de Samuel Paty
Par Laurence De Cock, historienne et chercheuse en sciences de l’éducation
« Pour avoir choisi de faire réfléchir ses élèves de quatrième à la liberté d’expression à partir de caricatures de Mahomet issues d’un numéro de Charlie Hebdo, Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie et d’enseignement moral et civique, a été assassiné par un jeune homme de 18 ans fanatisé. Sidérés par l’abominable, que pouvons-nous pour le moment poser comme diagnostic plus juste que nos questions et nos fragilités ? »

 

Perspectives

 

Éducation : « La situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement n’est pas vraiment neuve » Tribune de Claude Lelièvre, historien
« L’historien Claude Lelièvre, spécialiste de l’éducation, rappelle dans une tribune au Monde que si Jules Ferry était inflexible sur les enseignements, le cœur même de l’école laïque, il veillait aussi à ce qu’elle ne tombe pas dans l’antireligion, sous quelque forme que ce soit. »

Gilles Kepel : « Le dispositif législatif n’est plus opérant face à un djihadisme d’atmosphère »
« Tribune. Le spécialiste du monde arabo-musulman retrace le processus menant de l’irruption de la question du voile à l’école, en 1989, aux "fatwas des smartphones" et à l’assassinat du professeur Samuel Paty. La loi contre le "séparatisme" en préparation, dit-il, "doit traiter les causes et non les seules conséquences". »

Fraternité en éducation : le point de vue de Jean-Paul Delahaye par Agnès Perrin-Doucey et Jean-Paul Delahaye, publié dans le n°53 de la revue Tréma, revue internationale en sciences de l’éducation et didactique

L’Éducation nationale, creuset délaissé de la démocratie Par Olivier Christin, historien, directeur du Centre européen des études républicaines (Cedre). Co-auteur des 100 Mots de la République, PUF, 2017.
« Pour une fois, les professeurs, objets habituels de controverses, semblent faire l’objet d’une solidarité (presque) sans faille. Il est temps de leur offrir enfin la considération, la protection et la rétribution qu’ils méritent, vu les missions que nous leur confions. »

Pourquoi l’art de la caricature est-il sacré pour les Français ? par Annie Duprat, historienne
« En 2018, l’enseignement moral et civique est devenu obligatoire dans les classes de collège. On peut lire dans le Bulletin officiel que "l’enseignant exerce sa responsabilité pédagogique dans les choix de mise en œuvre, en les adaptant à ses objectifs et à ses élèves" : ce que font les professeurs, ce qu’a fait Samuel Paty.
Tandis que se déroule le procès-fleuve des attentats de 2015, dits "de Charlie hebdo" n’était-il pas judicieux de proposer à l’examen une caricature publiée par ce journal, et de se pencher concrètement sur le concept de laïcité ?
 »

La BNF : Une histoire de la caricature, du Moyen-Age à aujourd’hui :

 

Pendant ce temps

 

Décret n° 2020-1277 du 20 octobre 2020 relatif aux conditions de certification des candidats à l’examen du baccalauréat professionnel et portant suppression du brevet d’études professionnelles.

 

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Un simple recueil d'articles...

22 Octobre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Un simple recueil d'articles...

Un simple recueil d’articles

 

Dès le samedi 19 octobre, sous un titre simple, Conflans, Philippe Watrelot sur son blog avait posé des mots sur des positions qui semblaient partagées.
Samuel Paty, enseignant d’Histoire-Géographie au collège du Bois d’Aulne à Conflans Sainte-Honorine, a été décapité devant son établissement par un jeune de 18 ans. Cet acte a été revendiqué au nom de l’Islam.
L’enseignant était l’objet d’une polémique sur les réseaux sociaux depuis qu’il avait montré en classe des caricatures de Mahomet. Plusieurs personnes avaient même demandé à son administration qu’il soit sanctionné.
C’est d’abord en tant qu’enseignant qu’il nous faut réagir pour dire à la fois notre compassion pour sa famille et ses proches et notre indignation devant ce qui s’est commis vendredi 16 octobre.
C’est aussi parce que nous sommes enseignants que nous devons réagir à ce qui est non seulement une intimidation et une menace mais aussi une atteinte à un des piliers de la République.
Il est difficile à quelques heures de cet évènement d’aller beaucoup plus loin et de tirer des conclusions définitives comme le font pourtant certains. On peut toutefois rappeler quelques éléments qui sont malheureusement déjà ceux que nous pouvions énoncer il y a cinq ans
.”

Guerres scolaires et faux-monnayeurs de la laïcité PAR CLAUDE LELIÈVRE sur son BLOG : HISTOIRE ET POLITIQUES SCOLAIRES
Il y a déjà eu dans le passé proche ou lointain des mises en causes actives de ce qu’il avait été décidé d’enseigner dans l’Ecole publique, appelées parfois « guerres scolaires ». Leur rappel peut être utile dans notre situation complexe d’autant que les faux-monnayeurs de la laïcité ne manquent pas en l’occurrence.”

Un prof s’interroge : « Jusqu’où supportons-nous de laisser parler les élèves ? » TRIBUNE par Julien Cueille (Professeur de philosophie à Marseille
Professeur de philosophie à Marseille, Julien Cueille raconte à « l’Obs » comment il met en place dans sa classe des débats sur les sujets les plus délicats, y compris religieux. Exercice périlleux.”

Attentat de Conflans : « Beaucoup d’enseignants redoutent d’être jugés pour des difficultés rencontrées en classe » Propos recueillis par Mattea Battaglia
Après l’assassinat de Samuel Paty, Iannis Roder, professeur d’histoire-géographie et formateur au Mémorial de la Shoah, évoque dans un entretien avec « Le Monde » la question de la transmission des enseignements d’éducation civique.”

Najat Vallaud-Belkacem : « Enseigner est devenu l’un des métiers les plus difficiles au monde » Par Marie Piquemal et Rachid Laïreche
L’ancienne ministre de l’Education nationale, qui était en fonction lors des attentats de 2015, revient sur les dispositifs qui avaient été mis en place à l’époque, et défend la liberté pédagogique des professeurs.”

Mourir d’enseigner la tolérance À retrouver dans l’émission Être et savoir par Louise Tourret sur FranceCulture

Laïcité de l’État et laïcité dans la société
Paul Ricoeur distingue deux usages de la laïcité selon qu’elle s’applique à l’État ou à la société. La première conditionne la seconde. Mais en l’absence de la seconde, la première perd sa raison d’être : permettre à chacun de prendre part à une vie sociale portée par le dialogue libre et vivant. Cette distinction entre deux manifestations de la laïcité permet de mieux situer la laïcité scolaire, dans une position intermédiaire entre l’État et la société.”

Enseignants : "parler de liberté d’expression en se censurant serait un paradoxe" Par Nicolas THIERCY
Ambiance pesante ce lundi à l’Inspé de Sarreguemines. Dans cet établissement où l’on forme les professeurs de demain, la question de l’enseignement de la liberté d’expression a mobilisé une trentaine d’étudiants, inquiets face aux dérives de la société.”

Indre : enseignement et laïcité, une pente parfois glissante
Cette question, Matthieu Faucher, enseignant, la connaît bien, elle lui a même valu pas mal de déboires judiciaires ces dernières années. Suspendu de ses fonctions à l’école de Malicornay pour avoir montré des extraits de la Bible à ses élèves, il a finalement été mis hors de cause par la justice en août 2019.
« Il y a des dissonances, au sein même de l’Éducation nationale, sur ce que signifie la laïcité. En France, le terme officiel est l’enseignement laïque du fait religieux. Certains sont farouchement hostiles au fait de parler religion, d’apporter une culture de la religion, quelle qu’elle soit. Je crois que nous avons perdu beaucoup de temps à s’interdire d’en parler. Aujourd’hui, ça nous échappe complètement et ça provoque une ignorance qui peut conduire à la violence »
.”

Profs, mortelle première ligne
Eux aussi sont en « première ligne », attachés à faire naître le citoyen en nos enfants : les profs, qui peuvent mourir de leur métier, et que l’on a laissés seuls face aux dérives de la société.”

Dans l’académie de Versailles, la difficile gestion des pressions religieuses Par Mattea Battaglia et Soazig Le Nevé
Dans l’académie où enseignait Samuel Paty, des enseignants font face à des revendications d’élèves et de parents sans que le phénomène soit précisément chiffré.”

« Aujourd’hui, l’enseignement est vu comme un service » : les professeurs témoignent de relations difficiles avec les parents d’élèves Par Simon Auffret
En revendiquant une « liberté d’enseigner » lors des hommages à Samuel Paty, de nombreux enseignants témoignent d’une volonté d’indépendance face aux demandes des parents d’élèves, parfois jugées abusives.”

Enseignant décapité : "Trop c’est trop, ça suffit !", s’insurge le président de la Fondation de l’islam de France
"Lorsqu’on est civilisé on obéit au droit", martèle Ghaleb Bencheikh qui rappelle également que la tradition de l’islam est de respecter "le maître, le professeur, celui qui donne à comprendre, qui transmet le savoir et la connaissance". Il appelle les "théologiens, philosophes, intellectuels musulmans" à entreprendre "une refondation de la pensée".”

« Le fanatisme remplace Dieu par un objet fini et croit ainsi pouvoir le posséder » Propos recueillis par Youness Bousenna
Le frère dominicain Adrien Candiard, spécialiste de théologie musulmane, juge qu’il est erroné de lutter contre le fanatisme en le considérant « comme une déviance sociale ou psychologique », et non pas comme une « erreur religieuse ».”

 

Ailleurs

 

La liberté d’enseignement sous surveillance
Le milieu universitaire monte au front contre le traitement réservé à l’enseignante de l’Université d’Ottawa dénoncée pour avoir mentionné le « mot commençant par N » dans un cours. La professeure Verushka Lieutenant-Duval a été suspendue, puis réintégrée dans ses fonctions pour avoir utilisé ce mot en classe, même sans intention malicieuse. Une lettre signée par 579 professeurs de cégep et d’université, transmise au Devoir, dénonce ce « grave précédent qui attaque de front la liberté d’enseignement ».

 

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... L’horreur — Témoignages — Rassemblements — Déclarations — Interprétations — Réflexions...

20 Octobre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... L’horreur — Témoignages — Rassemblements — Déclarations — Interprétations — Réflexions...

Vendredi soir l’horrible information tombe. Depuis manifestations, témoignages, déclarations,etc envahissent les médias.
Croire ou ne pas croire, un fait humain que toute société se doit de protéger, mais qui peuvent, l’un comme l’autre, amener à l’amour du prochain mais aussi à la haine de l’autre. La société se doit alors de désigner l’inacceptable, en l’occurrence la violence et le meurtre.

 

L’horreur

 

Professeur décapité : "Un enseignant formidable, il cherchait à faire travailler l’esprit critique de ses élèves"LCI
TERRORISME - Le professeur d’histoire décapité ce vendredi en région parisienne avait montré en classe des caricatures de Mahomet lors d’une leçon sur la liberté d’expression. Un cours qui avait provoqué des réactions de colère de certains parents. L’un d’eux avait notamment dénoncé ces agissements dans une vidéo.”

Attentat contre un enseignant à Conflans Sainte HonorineLe Café pédagogique
Mis à jour 24h00 - Un professeur d’histoire-géographie du collège du Bois d’Aulne à Conflans Sainte Honorine a été agressé et décapité devant son collège vers 17h30. L’assaillant, un jeune Tchétchène âgé de 18 ans, a été abattu par la police au terme d’une courte course poursuite. Le parquet anti-terroriste s’est saisi de l’affaire. Le collège du Bois d’Aulne est un gros établissement (700 élèves) situé en zone pavillonnaire.
Le professeur avait utilisé en classe des caricatures de Mahomet dans un cours sur la liberté d’expression ce qui avait fait réagir des parents qui ont appelé à porter plainte contre lui. Une vidéo circule sur les réseaux sociaux en ce sens
. “

 

Rassemblements

 

Depuis samedi, des manifestations dans toute la France en mémoire de Samuel Paty Café pédagogiques
Des milliers de personnes ont manifesté le 18 octobre en mémoire de Samuel Paty, assassiné sauvagement à la porte de son collège le 16 octobre. Le premier ministre et le ministre de l’éducation nationale se sont joints à la manifestation parisienne ainsi que de nombreux responsables politiques, de Valérie Pécresse à Jean-Luc Mélenchon. Marseillaise, minute de silence l’émotion était palpable dans les villes de France. Pour autant l’unité est-elle là ?

Quelques une des nombreuses manifestations signalées par la presse régionale :
VIDEOS. Des centaines d’enseignants et parents d’élèves rassemblés à Nice en hommage au professeur décapité

Attentat de Conflans : un rassemblement d’enseignants à Limoges en hommage au professeur assassiné

Enseignant décapité : rassemblement ce dimanche à Pau, Orthez et Bayonne

 

Témoignages

 

Attentat à Conflans-Sainte-Honorine : des enseignants entre colère et désarroi dans La Croix

Après l’attentat de Conflans, le choc des professeurs : « Ce que je crains, demain, c’est l’autocensure dans le monde enseignant » Par Mattea Battaglia
Les professeurs d’histoire et de géographie que « Le Monde » a pu joindre après ce drame ont accepté de raconter comment, eux, interviennent sur la liberté d’expression dans leurs classes.”

Après l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine, qui a coûté la vie à un professeur d’histoire, des enseignants réagissent. Recueilli par Jean-Claude Bourbon dans La Croix

"Compliqué à enseigner" : en quoi consistent les cours d’enseignement moral et civique ? par Thibault Marotte
C’est lors d’un cours sur la liberté d’expression donné à ses élèves de 4ème, organisé dans le cadre de l’enseignement moral et civique (EMC) que Samuel Paty, le professeur d’histoire-géographie décapité devant son collège à Conflans-Sainte-Honorine vendredi soir, a pris l’initiative de montrer des caricatures de Mahomet. Après les attentats de 2015, cette nouvelle matière a fait son entrée dans les programmes de tous les niveaux d’enseignement, du primaire au secondaire. “

Éric Anceau : "En tant que professeur d’histoire, je sentais la menace islamiste depuis des années"
Pour Eric Anceau, professeur d’histoire qui a enseigné onze ans en banlieue, il était "évident que le terrorisme islamiste s’en prendrait un jour ou l’autre à des enseignants, et en particulier à des professeurs d’histoire-géographie". Au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, il appelle à une diffusion des caricatures de Mahomet pour "résister."

Attentat de Conflans : comment un « incident mineur » dans une classe est devenu « hors de contrôle »Par Louise Couvelaire

Contestations d’enseignement : "Nous sommes confrontés à une remise en question de la parole du professeur par rapport aux réseaux sociaux"

Attentat de Conflans : "L’enseignement moral et civique reste crucial" estime un prof d’Histoire deux-sévrien Par Fanny Bouvard, France Bleu Poitou

« Cela fait plusieurs années que je ne parle plus du Coran » : ces enseignants qui s’autocensurent Par Wally Bordas dans Le Figaro

Le Monde lance un APPEL À TÉMOIGNAGE Comment réagissez-vous face aux critiques d’élèves et de leurs proches ? « Le Monde » ouvre un appel à témoignages sur la place de la famille dans l’école.

 

Déclarations

 

Et les déclarations se succèdent
Emmanuel Macron : "La nation toute entière doit se ranger aux côtés des enseignants pour les défendre"
Le président a dénoncé "un attentat terroriste islamiste caractérisé" et il a délivré un message à l’intention des enseignants quelques heures après qu’un professeur d’histoire a été décapité à Conflans-Saint-Honorine. La semaine dernière, ce professeur avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves.
"Ils ne passeront pas. L’obscurantisme ne gagnera pas" a ajouté Emmanuel Macron à propos des islamistes radicaux. Les organisations syndicales de l’enseignement seront reçues dans une heure par le ministre de l’Education nationale
.”

Professeur décapité : l’État sera aux côtés des enseignants pour les « protéger », affirme Jean-Michel Blanquer dans le Figaro

Professeur décapité : François Hollande estime que "les enseignants doivent être protégés" sur BFMTV

Attaque de Conflans : « Les enseignants ont besoin d’être soutenus », juge Najat Vallaud-Belkacem dans Le Parisien

Après l’attentat de Conflans, Faure veut traduire en justice ceux qui contestent les enseignants dans Le NouvelObs
Invités par le PRG, plusieurs dirigeants de gauche dont le premier secrétaire du parti socialiste ont défendu la République et appelé à « un tournant ».”

Tenir bon face à l’horreur, le Communiqué du CRAP-Cahiers pédagogiques, le 17 octobre 2020

Manuel Valls et Valérie Pécresse défendent l’enseignement de la liberté d’expression dans Les Echos

VIDEO. Enseignant décapité : "Un palier a été franchi", estime le coordonnateur de l’antiterrorisme Laurent Nuñez sur FranceInfo

Philippe Meirieu : Ne rien lâcher sur nos valeurs

Face à l’horreur, toujours affirmer le primat de l’éducation Par Paul DEVIN sur son Blog : Le blog de Paul DEVIN

Une tribune dans Libération : L’éducation nationale, creuset délaissé de la démocratie Par Olivier Christin, Historien, directeur du Centre européen des études républicaines (Cedre). Co-auteur des 100 Mots de la République, PUF, 2017.

Lettre aux enseignants, en première ligne pour défendre les valeurs de la République par Charles Hadji, Professeur honoraire (Sciences de l’éducation), Université Grenoble Alpes (UGA)

 

Interprétations

 

Professeur décapité dans les Yvelines : « Les enseignants eux aussi sont désormais en danger ! » Par Paul Sugy pour Le Figaro

Enseignant décapité à Conflans : "Ce cas ressemble beaucoup plus à un assassinat commandité qu’à un attentat" Par Vladimir de Gmeline
Pour Alain Bauer, professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine s’inscrit dans une stratégie de terreur éprouvée, mise en place par l’État islamique depuis 2015. Mais ici, plus que l’acte d’un tueur isolé destiné uniquement à semer la terreur, il s’agit d’un assassinat ciblé.”

Enseignement moral et civique : un cours créé après les attentats de « Charlie Hebdo » Par Cécile Bourgneuf

 

Réflexions

 

Mort de Samuel Paty : "L’enseignement laïque ne peut plus être pensé comme un mot magique" Tribunes libres Par Hicham Abdel Gawad, doctorant en sciences des religions à l’université libre de Bruxelles et l’université catholique de Louvain, et auteur de plusieurs essais, revient sur la nécessité de parler des croyances à l’école, afin de les laïciser.
Ça et là, sur les réseaux sociaux on trouve des opinions très clivées sur des querelles qui se juxtaposent les unes sur les autres. La question qui a le plus retenu mon attention est celle de la pertinence même de parler de sujets qui recroisent la question des croyances à l’école. C’est ainsi qu’après la courte nuit qui a suivi le drame, j’ai finalement décidé qu’un peu de complexité s’avérait nécessaire. Sans doute peut-on aussi concevoir le regard analytique comme une façon de rendre hommage à cet enseignant qui a voulu l’enseigner à la jeunesse française.”

PRESSE // Après l’assassinat terroriste d’un enseignant, que peut la République ? Sur FranceCulture
La discussion a débuté dans Les Matins de France Culture de Guillaume Erner qui recevait Didier Leschi, Président de l’Institut Européen en Sciences des Religions de l’École Pratique des Hautes Études et Directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration, Souad Ayada, philosophe et présidente du Conseil supérieur des programmes et Agathe André, journaliste (ex grand reporter à Charlie) et co-fondatrice de l’association « Dessinez Créez Liberté ».
Elle se poursuivra tout au long de la journée, notamment dans _Le Temps du débat à 18H20 d’Emmanuel Laurentin autour de la lutte anti-terroriste et Etre et savoir à 21h où Louise Tourret donnera la parole à des enseignants
.”

Sincérités successives et courte vue : la laicité dépasse l’Education nationale
sur le blog de Jean-Pierre Rozenczveig , ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny

Terminons par L’émouvant hommage à Samuel Paty par l’un des élèves du collège
Cet élève de sixième a invité ses compatriotes et camarades à “continuer à apprendre” pour ne pas laisser “les terroristes gagner”. Inutile de remettre le lien vers ces vidéos, tout le monde a vu ce témoignage. Mais ce collégien, invité sur tous les plateaux de télévision, est désormais parfaitement identifié, est-ce bien raisonnable ?

 

Bernard Desclaux

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>