Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

medias

Revue de Presse Education... Education - Formation professionnelle - Supérieur - Ailleurs - Numérique - Respects...

17 Novembre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Education - Formation professionnelle  - Supérieur - Ailleurs - Numérique - Respects...

Une revue chargée. Beaucoup d’articles divers sur l’éducatif, et poursuite des débats sur l’entrée dans le supérieur et les réformes dans la formation professionnelle. Un petit tour ailleurs et quelques nouvelles de l’avancé du numérique.

Education

L’autonomie des établissements n’est pas une idée récente par Delahaye JP sur son blog. “Dans un pays aussi centralisé historiquement que le nôtre, l’autonomie des établissements a tardé (et tarde encore) à entrer dans les faits. Mais ce n’est pas parce qu’il a fallu attendre le décret du 30 août 1985 créant les établissements publics locaux d’enseignement, que rien n’a été tenté auparavant. Contrairement à ce que l’on croit parfois, l’autonomie n’est pas une idée récente.”

Quelle autonomie pour le premier degré ?L’absence d’autonomie des écoles est-elle une gêne au quotidien et un frein aux progrès des élèves ? Empêche –t-elle les équipes enseignantes de s’épanouir ? Le 15 novembre le Sgen Cfdt a organisé un colloque sur une notion souvent assimilée au libéralisme. Lors d’une conférence en mars 2017, organisée par le Sgen et le GDID, un mouvement de directeurs d’école, le syndicat a pris position pour donner "un statut et une marge d’autonomie" aux écoles primaires. Aussi on s’attendait le 15 novembre, à ce que la messe soit dite. Il n’en fut rien. Un véritable débat sur les conditions et les conséquences de l’autonomie s’est tenu avec des échanges entre la salle et les intervenants.”

Passe ton bac ensuite. “Au lycée municipal d’adultes de la Ville de Paris, des hommes et des femmes, plus ou moins âgés, suivent des cours du soir pour obtenir le diplôme roi. Une deuxième chance.”

Et justement “Une étude du Céreq analyse l’insertion professionnelle des jeunes sortis du système scolaire et de l’enseignement supérieur en 2013.” Les diplômes protègent contre le chômage, pas contre les inégalités.

La scolarité de ma fille TDAH a été un vrai parcours du combattant »Pour montrer les difficultés des enfants TDAH à l’école, le webdoc "Plongez en nos troubles" suit 9 élèves, du primaire au lycée. Des témoignages permettent aussi de saisir les problématiques des familles et des enseignants.”

Les garçons seraient positivement affectés par la présence de filles à l’école. “Une étude menée par trois chercheurs néerlandais sur 300 000 élèves dans 33 pays tend à prouver l’importance de la mixité scolaire, en particulier pour les garçons.”

Quartiers, emploi, éducation : ce qu’il faut retenir du discours d’Emmanuel Macron. “Comme ses prédécesseurs, Emmanuel Macron veut acter du "retour de l’Etat dans les quartiers". Le président a annoncé un train de mesures relevant tantôt du social, tantôt d’un renforcement des moyens sécuritaires. Sans oublier une part faite à l’éducation.”

La semaine de quatre jours pénalise les femmes. “Près de la moitié des communes françaises ont fait le choix à la rentrée 2017 de revenir à la semaine de quatre jours pour les écoles primaires et maternelles publiques. Pour Emma Duchini et Clémentine Van Effenterre, toutes deux postdoctoral research fellows respectivement à l’université de Warwick et à la Harvard Kennedy School, ce retour constitue une occasion manquée d’atténuer les inégalités entre les femmes et les hommes sur le marché du travail, l’organisation du temps scolaire ayant des répercussions importantes sur l’allocation du temps de travail des femmes.”

Formation professionnelle

Calendrier de la concertation autour de l’apprentissage. “France Stratégie, qui organise la concertation, réunira entre novembre 2017 et fin janvier 2018 les ministères du Travail, de l’Éducation nationale, et celui de l’Enseignement supérieur mais aussi les régions, les organisations syndicales, les organisations patronales et les chambres consulaires. Voici le calendrier des rencontres.”

Axel Benoist : " On scellera des destins à 15 ans en fin de collège". “Pour Axel Benoist, conseiller national du Snuep Fsu, l’enseignement professionnel arrive à une rupture. Sous la pression des régions, des branches professionnelles et sans intervention de l’Etat, l’enseignement professionnel va être profondément transformé. Non seulement le statut des enseignants pourrait changer, mais ce sont les rêves et les attentes des élèves qui vont s’évanouir. Pour le syndicat ce que prépare le gouvernement c’est bien la fracture entre deux jeunesses.”

CAP, bac pro, BTS : quelle réforme pour la voie professionnelle ?Le 9 novembre 2017, Jean-Michel Blanquer a lancé une "mission de transformation de la voie professionnelle scolaire". Pour quand cette "modernisation" est-elle prévue ? Quels changements sont pour l’instant envisagés ? L’Etudiant fait le point.”

Supérieur

« Une nouvelle plateforme numérique va remplacer APB », explique la ministre Frédérique Vidal. “La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, qui participe ce jeudi à Nancy aux assises hospitalo-universitaires, précise le calendrier de sa réforme qui entrera en vigueur dès l’an prochain.” Un interview important pour “comprendre”.

Accès à l’université : les angles morts de la réforme. “Analyse. Attention à ce que la fin du tirage au sort à l’université n’aboutisse pas à d’autres maux, prévient Camille Stromboni, journaliste au « Monde ».” réservé aux abonnés

Les réactions des acteurs régionaux sur le projet de réforme de l’accès à l’université. “Le projet de loi de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, a été présenté lundi à la communauté universitaire. De gauche à droite, les organisations syndicales, présidents d’université et fédérations de parents se sont exprimés. Les acteurs locaux nous livrent leur point de vue sur la réforme avant une journée de mobilisation (par l’UNEF)prévue ce lundi.”

Ailleurs

Après la guerre, le chemin de l’école. “Tchad, Jordanie, Irak… Dans les camps de réfugiés, des milliers d’enfants accèdent à l’enseignement.”

Quand les ONG dessinent un système éducatif parallèle. “Diverses organisations ont mis en place des méthodes adaptées aux enfants à la scolarité en pointillé. Dans les camps de réfugiés ou ailleurs.”
Sommet Wise 2017 : L’humain au cœur de l’éducation. “De la Finlande au Ghana, des pédagogies innovantes misent sur l’entraide comme levier d’acquisition des savoirs.”

Numérique

Création d’un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « Livret scolaire unique numérique » Au BOEN du jour.
Article 1 - Est autorisée au ministère de l’éducation nationale, la mise en œuvre d’un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « Livret scolaire unique numérique » (LSUN) ayant pour finalité l’enregistrement, dans un livret scolaire unique tout au long de la scolarité obligatoire, des résultats des élèves, de leur parcours scolaire, de leur niveau d’acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, ainsi que des appréciations des enseignants, quel que soit l’établissement scolaire, public ou privé sous contrat, qu’ils fréquentent.
Le traitement a également une finalité statistique à des fins de pilotage
.”

Education : faisons entrer la France dans l’ère des Lumières numériques !Quarante-trois entreprises et organisations du secteur des EdTech appellent le gouvernement à consacrer un millième du budget de l’éducation nationale aux ressources et solutions éducatives numériques.”

Les entreprises du numérique éducatif demandent un millième du budget de l’éducation. “Dans une lettre ouverte au président de la République et au ministre de l’Education nationale, les entreprises de "l’EdTech" française, sous la houlette de l’Afinef, demandent 140 millions d’euros d’investissement dans le numérique éducatif. Soit un millième de la dépense totale d’éducation du pays (148 milliards en 2016).”

Respects

L’ethnologue et anthropologue Françoise Héritier est morte. “Première femme anthropologue au Collège de France, Françoise Héritier a mis le corps humain au cœur de sa discipline, afin d’éclairer, notamment, la domination masculine.”

Sur une récolte de Géraldine Duboz

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Politique et polémique - Education - Supérieur - Divers...

16 Novembre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Politique et polémique - Education - Supérieur - Divers...

Décidément ce nouveau ministre de l’éducation fait couler beaucoup d’encre, que ce soit dans ses interventions, ses annonces et les réactions que cela engendre. On discute aussi pédagogie et enseignement supérieur aujourd’hui.

Politique et polémique

Catherine Chabrun sur son blog, s’interroge à propos de ce "ministre infatigable" arrivé en annonçant ne pas vouloir réformer mais qui ne laisse pas passer une semaine sans une nouvelle annonce. "En arrivant au ministère de l’Éducation nationale en mai 2017, monsieur Blanquer déclare qu’il ne veut pas tout réformer et souhaite « ne garder que ce qui marche ». Mais très vite, et tout l’été, des annonces de mesures innovantes se succèdent. Des articles fleurissent dans toute la presse, des interviews se multiplient sur les plateaux télévisés, il n’arrête pas. Et depuis septembre, monsieur Blanquer ne cesse d’annoncer de nouvelles mesures pour l’éducation."

Claude Lelièvre, lui, compare deux ministre libéraux, Haby et Blanquer.

"Six mois après l’élection d’Emmanuel Macron et la nomination du recteur Jean-Michel Blanquer à la tête du MEN, une comparaison s’impose avec VGE – le chantre du « libéralisme avancé » - et son ministre de l’Education nationale, René Haby, un ancien recteur lui aussi."

L’enseignement professionnel menacé "d’un recul sans précédent" selon le Snuep Fsu

"Le gouvernement vient d’ouvrir ce qu’il veut bien appeler des consultations et des concertations à propos de la réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle. Il apparaît d’ores et déjà que, l’enseignement professionnel public se voit de nouveau menacé", annonce le Snuep Fsu, syndicat de l’enseignement professionnel. La menace vient à la fois des propositions des Régions de France et des branches professionnelles "qui souhaitent obtenir le pilotage et la gouvernance de la formation professionnelle dont l’enseignement professionnel public".

Un exemple de collège où le dispositif Devoirs Faits a été mis en place avec succès. Ce qui est loin d’être le cas partout.

« Plus d’un collégien sur quatre participe au nouveau dispositif lancé à la Toussaint, « Devoirs faits ». Provoquant, mine de rien, une révolution pédagogique dans un climat apaisé. Exemple à Nomeny. »

Fantaisiste, mortelle, totalitaire : que n’a-t-on pas écrit sur l’écriture inclusive !
« Tout a été dit. Il est temps de se détendre. »

Education

Education : et si on arrêtait la compétition ? L’idée n’est pas nouvelle mais lire cet article est toujours intéressant pour faire avancer le débat.

« Les pays nordiques et anglo-saxons ont adopté une pédagogie fondée sur le travail collectif. L’idée émerge à peine en France ».

Education : « Le bien-être s’enseigne et se cultive »
« Selon Richard J. Davidson, chercheur en psychologie, le cerveau de l’enfant peut se former aux émotions. »

Ces lycées de banlieue qui boostent leurs élèves

« Ils sont parfois qualifiés de "lycée ghetto". Ils ont la réputation d’établissements au sein desquels les élèves n’ont pas le bac. La raison : ils sont installés dans des quartiers difficiles de banlieue parisienne, de Marseille ou de Roubaix. Or, malgré ces vents contraires, ces lycées font réussir leurs élèves. Comment font-ils ? Quelle est leur recette ? Enquête. »

Supérieur

Entrée à l’université : Nicole Ménager et Jérôme Teillard, chargés du pilotage de la réforme

“Du renfort au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Innovation. Deux chargés de mission ont été nommés auprès de la ministre, Frédérique Vidal, pour piloter la réforme sur l’entrée à l’université, selon les informations recueillies par EducPros.”

Pourquoi la nouvelle formule de l’APB plaît tant aux jeunes.

“Plus de 1300 jeunes ont donné leur avis sur les principales propositions formulées par dans le cadre du "Plan Étudiants : Accompagner chacun vers la réussite".” Mais une enquête réalisée auprès de 1300 étudiants seulement peut-elle être représentative ?

Blanquer face aux défis du nouveau bac

« Le ministre de l’Éducation nationale a lancé, lundi, des consultations en vue d’une réforme en profondeur du diplôme. Une tâche qui s’annonce ardue. »

Divers

L’éducation, arme de compétition massive des émirats du Golfe

« Pour préparer l’après-pétrole, Doha et Abou Dhabi misent sur le développement de « l’économie de la connaissance », une course féroce à l’excellence qui se heurte au déficit démocratique dans ces riches émirats du golfe Arabo-Persique. »

L’état de l’École 2017. Coûts, activités, résultats

« La vingt-septième édition de L’état de l’École présente la synthèse des indicateurs statistiques essentiels dans le champ de l’éducation. Cette publication rassemble 34 indicateurs qui permettent d’analyser notre système éducatif, d’en apprécier les évolutions et de mesurer l’impact des politiques mises en œuvre. »

Géraldine Duboz

Lire la suite

Revue de Presse Education... Pédago ou pas ? - Supérieur - Apprentissage...

15 Novembre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Pédago ou pas ? - Supérieur - Apprentissage...

Pédago ou pas ?

Colloque Antibi : JM Blanquer chez les pédagogues. “Jean-Michel Blanquer s’est longuement invité au colloque organisé par le Mouvement contre la constante macabre (MCLCM), créé par André Antibi. Une présence qui n’est pas une surprise pour le Mouvement, car JM Blanquer participe à son colloque tous les ans. Mais qui pourrait l’être pour certains partisans du ministre. Jean-Michel Blanquer a notamment annoncé la création d’un conseil scientifique sur l’évaluation en lien avec une plus forte présence des évaluations internationales au ministère. Il a laissé entendre que "de grands principes nationaux" sur l’évaluation pourraient être énoncés.”

Au collège Brassens, à Paris, un enseignement « humanité » pour prévenir racisme et antisémitisme. “Une salle Gabriel et Arié Sandler, assassinés par Mohamed Merah, sera inaugurée mercredi. Cette initiative s’inscrit dans un travail à long terme engagé auprès des élèves de l’établissement pour prévenir les tensions culturelles et religieuses.” réservé aux abonnés.

Réussite scolaire : La mixité est indispensable aux garçons. “Pour tous ceux qui se demandent pourquoi les garçons réussissent aussi mal leur scolarité, la nouvelle étude de M Van Hek, G Kraaykamp et B Pelzer apporte un éclairage intéressant. Basés sur près de 300 000 élèves de 33 pays elle montre que la mixité est un facteur de réussite scolaire pour les garçons. Une découverte qui devrait entraîner les chefs d’établissement à tenir compte de ce paramètre dans la constitution des classes. Et surtout à se soucier des filières genrées comme celles de l’enseignement professionnel.”

Prime en ZEP : « Les délais posent question aux enseignants ». “Marc Douaire, président de l’Observatoire des zones prioritaires, réagit aux annonces du ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, sur l’éducation prioritaire, lundi.” Propos recueillis par Mattea Battaglia

Réforme du bac : avant Blanquer, Fillon et Darcos avaient tenté d’imposer le contrôle continu. “Avant Jean-Michel Blanquer, deux autres ministres de l’Education avaient tenté, en vain, de réformer le bac avec une logique de matières majeures et de contrôle continu.” “Mais en 2005, cette proposition provoque un tollé et envoie des lycéens dans la rue, soucieux de conserver l’anonymat de leurs examens. Le ministre de Jean-Pierre Raffarin doit alors abandonner cette partie pour pouvoir faire passer sa loi globale, avant d’être remercié.” Mémoire un peu tronquée…

Tout et n’importe quoi sur l’orientation. Par Denis FRANCK sur son blog. “Qui sait précisément ce que le terme d’orientation recouvre ? Les réalités du système d’orientation scolaire qui n’a que rarement les moyens de pratiquer l’orientation, celles de l’orientation professionnelle où se côtoient le meilleur et le pire, n’aident pas à se faire une représentation claire et cela aide encore moins à ce que l’on parle tous de la même chose !

Mais heureusement, on trouvera sur Eduscol : L’orientation du lycée à l’enseignement supérieur. “L’orientation au lycée est renforcée et s’intègre dans le Plan Étudiants composé de 20 mesures pour aider l’élève à construire son projet d’études.” Avec le vademecum des PP de terminale.

Et puis après certaines déclarations de notre ministre ça réagit.

Ecole primaire : y a-t-il de faux dyslexiques ? par CHRISTEL BRIGAUDEAU. “Dans un entretien au « Parisien », le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a évoqué une « surmédicalisation » de la difficulté scolaire. Le débat est lancé.”

L’appel des anti-écriture inclusive à Jean- Michel Blanquer. “Une pétition lancée vendredi par une enseignante s’insurge « contre ces combats féministes qui abîment la langue ». Un collectif de professeurs adresse une lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer.”

Supérieur

L’enseignement supérieur peut-il accueillir les enfants du « baby-boom » de 2000 ?Face au choc démographique que subira l’enseignement supérieur jusqu’en 2025, le think tank Terra Nova appelle à ne pas faire de l’université la seule variable d’ajustement.”

Comment doivent évoluer les écoles d’ingénieurs ? par Olivier Rollot. “L’ancien directeur des Arts et Métiers ParisTech, Laurent Carraro, a été missionné cette année par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation pour s’interroger sur l’avenir des formations en ingénierie. Il vient de remettre son rapport et revient avec nous sur ses principales conclusions

Comment améliorer l’enseignement de l’économie ?

Apprentissage

Muriel Pénicaud lance la concertation sur la transformation de l’apprentissage. “Entourée de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Muriel Pénicaud a annoncé vendredi 10 novembre 2017, au ministère du Travail, l’ouverture de la concertation sur la « transformation de l’apprentissage » en insistant sur le caractère systémique de la réforme qui « doit placer au centre de l’apprentissage les jeunes et les entreprises ».”

L’apprentissage, une clef de la réussite depuis des siècles par Jean-Marc Vittori. “L’apprentissage est un formidable levier de progrès. Pour développer l’activité en Europe au Moyen Age, pour lutter aujourd’hui contre le chômage des jeunes, pour préparer le monde de demain.” Des éléments d’histoire un peu édulcorés...

Bernard Desclaux

Lire la suite

Passer son tour... Editorial cinglant de La Voix Du Nord...

15 Novembre 2017 , Rédigé par La Voix du Nord Publié dans #Politique, #Médias

Slate.fr

Slate.fr

Monsieur le Président, je vous écris cette lettre que vous lirez peut-être si ce journal traîne sur une table de l’hôtel lillois où vous vous arrêtez ce soir.

À plusieurs reprises depuis votre élection, nous avons sollicité votre interview. Sans succès. Comme vous nous faites l’honneur d’une visite ce lundi et ce mardi à Roubaix et à Tourcoing, dans cette région qui est aussi la vôtre, nous nous sommes dit que cette fois serait peut-être la bonne. D’autant que le sujet abordé (politique de la ville) nous concerne plus que toute autre région (199 quartiers dans les Hauts-de-France). Et nous avions par ailleurs des questions de portée nationale sur des thématiques régionales à vous poser, concernant l’emploi, les migrants, l’Agence européenne des médicaments, le renouveau du bassin minier…

Votre service de presse a répondu à notre demande par SMS (soyons moderne) : «  Nous passons notre tour pour cette fois  ». Réponse de cour d’école, aussi étrange que légère envers un média qui représente plus d’un million de lecteurs. Sommes-nous indignes d’accueillir la parole divine ? Les habitants de cette région ne méritent-ils qu’une séquence communication sans réponses aux questions qui les concernent et que nous aurions souhaité vous poser en leur nom ?

Vous avez votre style, vous souhaitez revaloriser votre fonction, c’est éminemment respectable. Mais on peut prendre de la hauteur sans mettre de la distance. La parole venue d’en haut, la communication par les réseaux sociaux ont leurs limites et ça va au-delà de notre ego de journaliste de province comme le prouvent de récents sondages.

Les Français ne peuvent se satisfaire d’une parole (con)descendante, de cette poudre de perlimpinpin saupoudrée par vos ministres et secrétaires d’État qui sillonnent la province en nous proposant des interviews calibrées à la virgule près, que nous acceptons souvent par seul respect républicain pour l’institution. Devons-nous nous en contenter ou devrions-nous également passer notre tour ?

Patrick Jankielewic - La Voix Du Nord

http://www.lavoixdunord.fr/263855/article/2017-11-13/passer-son-tour

Lire la suite

Revue de Presse Education... Effets d’annonce- Système...

14 Novembre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Effets d’annonce- Système...
Ce lundi, il est surtout question d’effets d’annonce. Nous donnerons aussi quelques nouvelles du système éducatif.

Effets d’annonce

Le gouvernement disrupte le traditionnel jeu du "Jacques a dit" et le transforme en "M.Blanquer veut". Commençons avec une énième interview du ministre, accordée au Parisien, qui a pour fil conducteur la réforme du baccalauréat : « Réforme du bac : Jean-Michel Blanquer veut « en finir avec le bachotage » Alors que la réforme de l’accès des bacheliers à l’université est en cours, le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, s’attaque ce lundi à la refonte du baccalauréat, en lançant une vaste consultation de la communauté éducative. Il a accepté de répondre aux questions de lecteurs du « Parisien - Aujourd’hui en France » sur ce dossier sensible, mais aussi sur la discipline à l’école, la radicalisation en milieu scolaire, la polémique sur la grammaire, le numérique… »

Dans la série Jacques a dit, Le Monde revient sur le "plan mercredi" de M. Blanquer, qui nous concoctera peut-être dans la foulée un "plan dimanche et jours fériés". S’il s’agissait de ne pas aggraver les inégalités scolaires, il aurait pu être judicieux de ne pas laisser détricoter la réforme des rythmes : « Concernant le temps périscolaire, le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, annonce la création prochaine d’un plan « mercredi ».

« A mes yeux, l’important est plutôt de faire en sorte que les enfants fassent quelque chose d’intelligent et d’utile sur le temps périscolaire. C’est pourquoi je prépare un plan “mercredi”, en lien avec les ministres de la culture et des sports, Françoise Nyssen et Laura Flessel. »

« L’objectif est de venir en appui des collectivités pour que tous les mercredis de France soient riches en activités culturelles et sportives de qualité », précise-t-il. « Il faut des propositions gratuites, avec des moyens concentrés et cohérents de l’Etat et des collectivités. » »

Dans la série Jacques ne veut plus, M. Blanquer a annoncé ne plus vouloir que l’Etat finance les manuels des collèges, des fois que les inégalités scolaires et sociales ne seraient pas assez prononcées entre les départements : « Auditionné le 8 novembre par la commission des finances du Sénat, le ministre de l’Education nationale considère que "rien ne justifie" le fait que l’Etat finance les manuels scolaires des collégiens, alors que les collectivités locales prennent en charge ceux des écoles et des lycées. Au menu également de son intervention : le numérique éducatif, les rythmes scolaires, les contrats aidés pour accompagner les élèves handicapés, la médecine scolaire... »

Claude Lelièvre revient, sur son blog, sur l’historique de l’expression bachotage, utilisée par le ministre :« Petit répertoire historique du bachotage par Claude Lelièvre Dans « Le Parisien » d’aujourd’hui, le ministre de l’EN Jean-Michel Blanquer a déclaré : « on voit bien que le bac tel qu’il existe aujourd’hui est arrivé à la fin d’une époque et qu’il faut passer à autre chose. Il faut en finir avec le bachotage pour lui redonner du sens ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que la thématique du « bachotage », loin d’être une nouveauté ( pressante), a une longue histoire. L’expression même de « bachotage » a fait le titre d’un livre paru il y a plus d’un siècle, en 1910, sous la plume d’un professeur de physique de l’université de Toulouse, Ernest Bouasse. »

Enfin, le Jacques a dit ministériel disrupte la médecine et insulte PE, élèves concernés, en expliquant doctement qu’il y a de "vraies" et "fausses" dyslexies, d’après BFMTV. J’ai ici une pensée pour tous nos élèves détectés trop tard et en souffrance à cause de ce genre d’inepties : « Le ministre de l’Éducation a confié travailler pour que davantage de médecins soient présents dans les établissements scolaires. Il déplore néanmoins que certains sujets non médicaux soient surmédicalisés. »

Système

Pour ceux qui auraient encore la patience d’écouter les propos péremptoires et de comptoir de M. Finkielkraut sur l’école, signalons cette émission consacrée à l’école, avec pour invités M. Blanquer et un collègue de lettres classiques : « Confrontation inédite, courtoise et en direct d’un professeur de lettres classiques et de son ministre, Jean-Michel Blanquer, réunis dans le studio de Répliques. »

Terminons avec des témoignages réjouissants de collègues, recueillis par Vousnousils. Tout d’abord, cet article sur le quotidien de plusieurs professeurs de lettres, particulièrement intéressant : « Six professeurs de lettres modernes ou classiques, passionnés par leur métier, nous en parlent. »

Et enfin, le portrait sympathique d’un professeur de mathématiques pas comme les autres :« En classe il est « Monsieur Abassi », sur scène, il devient Issaba. Mais tout son art consiste à faire coexister ces deux personnages. Radouane Abassi est enseignant de mathématiques en banlieue parisienne, mais il s’est aussi fait connaître du grand public grâce à un rap festif, humoristique et éducatif sur le théorème de Pythagore. Intitulé #JeSuisPasséChezPyhagore et tourné avec des élèves de son collège, son clip totalise plus d’1 million de vues sur Youtube. Il est également auteur d’un album intitulé A la recherche du temps perdu »

Aurélie Gascon, un peu énervée

Lire la suite

Revue de Presse Education... Plan Etudiants - Réforme de l’apprentissage - Grammaire, genre, droit...

11 Novembre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Plan Etudiants - Réforme de l’apprentissage - Grammaire, genre, droit...

Réforme de l’entrée dans le supérieur et lancement de la réforme de l’apprentissage occupent nos médias. Il y a aussi la polémique grammaticale.

Plan étudiants

Le Conseil supérieur de l’éducation défavorable à la réforme de l’accès aux études supérieures. “C’est un avis simplement consultatif, mais il concerne la très attendue réforme de l’accès à l’enseignement supérieur. Le Conseil supérieur de l’éducation (CSE), qui réunit ministère, syndicats d’enseignants, de lycéens et d’étudiants, fédérations de parents d’élèves, etc. a voté jeudi 9 novembre contre le projet de loi « relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants ».”

Entrée à l’université : le Conseil supérieur de l’éducation se prononce contre le projet de loi. “42 votes contre et 30 pour. Le projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants a recueilli un vote négatif du Conseil supérieur de l’éducation, jeudi 9 novembre 2017. Un message mitigé envoyé au gouvernement pour ce premier passage devant une instance consultative avant l’examen par le Cneser, lundi 13 novembre.” Laura Taillandier relève que parmi les débats, une évolution serait possible qui vaut le détour. “La ministre s’est montrée également ouverte à certaines modifications : "Si, à vos yeux, il est nécessaire d’affirmer plus nettement ce principe du dernier mot (aux bacheliers), j’y suis prête et nous pourrons travailler ensemble, aujourd’hui et dans les jours qui viennent, à trouver la bonne manière de l’écrire dans le texte de loi ou dans son exposé des motifs." Cette demande formulée par le Sgen-CFDT serait ainsi prochainement intégrée au projet de texte. "Il devrait être précisé qu’aucune inscription ne peut être prononcée sans l’accord du bachelier", affirme Françoise Lambert, secrétaire fédérale de l’organisation syndicale, chargée de l’enseignement supérieur.”
Ce serait en effet une avancée, comment dire, formidable, fort minable... En effet jusqu’à présent on pouvait inscrire contre sa volonté un étudiant dans une formation (sic) !

Libération précise : « En aucun cas le conseil de classe ne décide à la place du lycéen ! »

Et la Voix du Nord pose 7 questions pour comprendre la plateforme qui va remplacer APB.

Réforme de l’apprentissage

Top départ pour la réforme de l’apprentissage. “Les ministres Muriel Pénicaud, Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal installent ce vendredi les quatre groupes de travail chargés de mener la concertation sur la réforme de l’apprentissage. Ils rendront leurs conclusions fin janvier.”

Apprentissage : la concertation s’annonce compliquée. “ La refonte du système d’apprentissage ne sera pas une « réformette », a promis Muriel Pénicaud. « Il faut faire une révolution copernicienne », ajoute à l’envi la ministre du Travail qui devrait marteler à nouveau le message, ce vendredi, lors du lancement de la concertation avec les partenaires sociaux, les régions, les chambres consulaires mais aussi les ministres de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, sur ce dossier complexe et sensible.”

Apprentissage : les régions refusent de lâcher cette compétence. “Face à la menace de voir le pilotage de l’apprentissage confié aux branches professionnelles, les régions se rebiffent et avancent une série de propositions pour renforcer la décentralisation. Un exercice qui manque néanmoins de concret pour convaincre tout à fait.”

Et le Figaro titre : Le rôle des régions, un enjeu explosif de la réforme de l’apprentissage. “La réforme suscite l’inquiétude des présidents de régions qui craignent de perdre leurs compétences exclusives en matière d’ouverture et de fermeture des centres de formation d’apprentis et surtout, le financement qu’elles perçoivent.”

Apprentissage des mineurs : les PME veulent revoir les "contraintes de sécurité". “François Asselin, président de la CPME, demande de revoir les "contraintes de sécurité" des mineurs en apprentissage et souhaite que l’employeur ne soit pas poursuivi pénalement en cas d’accident de ces derniers, dans une interview aux Echos, publiée vendredi". Et il présente un argument… “"Si un mineur subit un accident, c’est évidemment grave. Mais le chef d’entreprise se retrouve dans une lessiveuse judiciaire", relève M. Asselin, avant le lancement de la concertation sur la réforme de l’apprentissage, souhaitée par Emmanuel Macron.
"Résultat, les recrutements de mineurs en apprentissage sont de moins en moins nombreux", ajoute-t-il
.”

Réforme de l’apprentissage : qu’est-ce qui cloche, dans le statut de l’apprenti ?

La valorisation de l’apprentissage passe aussi par Erasmus par Bernard Stalter / président de l’assemblée permanente des chambres de métiers et de l’artisanat (APCMA). “Cette année célèbre les trente ans d’Erasmus. Ce programme d’échange a permis à plus de trois millions d’étudiants européens, dont près de 615.000 Français, de passer un semestre ou un an d’études dans une université européenne. Sur ces 615.000 jeunes, seulement 25.000 d’entre eux étaient apprentis, ces derniers partant majoritairement pour des séjours courts de deux à quatre semaines."

Hasard de calendrier ? Blanquer lance une mission de "transformation" de l’enseignement professionnel. “Pourquoi confier l’avenir des 700 000 lycéens professionnels à des acteurs de terrain ou à des experts ? Jean Michel Blanquer a annoncé le 9 novembre une " mission de transformation de la voie professionnelle" confiée à la député LREM Céline Calvez et au restaurateur 3 étoiles Régis Marcon.”

Grammaire, genre, droit

Éducation nationale : les professeurs peuvent-ils refuser d’enseigner une règle ?DÉCRYPTAGE - Dans une tribune, 314 professeurs affichent leur volonté de "cesser d’enseigner" la règle de grammaire qui veut que "le masculin l’emporte sur le féminin". Mais en-ont-ils le droit ?

"Risque de flottement" ou "développement de l’esprit critique" ? : les enseignants face à l’écriture inclusive. "TÉMOIGNAGES – Mardi, 314 professeurs ont annoncé qu’ils n’allaient plus enseigner à leurs élèves la règle selon laquelle "le masculin l’emporte sur le féminin". Interrogés par LCI, des enseignants distribuent les bons et les mauvais points de cette prise de position.”

Marlène Schiappa : « Je n’ai jamais soutenu l’écriture inclusive ni son enseignement à l’école ! » Entretien exclusif avec la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa (2/2) par Elisabeth Lévy et Daoud Boughezala et Paulina Dalmayer, mais réservé aux abonnés.

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Secondaire - Supérieur - Ressources...

10 Novembre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Secondaire - Supérieur - Ressources...

Une actualité nourrie aujourd’hui. Dans le secondaire, beaucoup de débats et de nouvelles perspectives dans les pratiques et les organisations. Et dans le supérieur le Plan étudiants est chaud bouillant. Quelques ressources pour terminer cette revue.

Secondaire

Université d’automne du Snuipp : Dominique Bucheton : Refonder l’enseignement de l’écriture. “Professeure honoraire à l’université de Montpellier II, Dominique Bucheton a enseigné en élémentaire, en collège et à l’IUFM avant de diriger le Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Éducation, Formation (LIRDEF). Ses recherches portent sur les gestes professionnels des enseignants, les valeurs pédagogiques, la progression des élèves.”

Plan étudiants : les missions des deux profs principaux de terminale précisées. “Le ministère de l’Education nationale va publier un vademecum pour clarifier les nouvelles missions des professeurs principaux de terminale dans le cadre de la mise en place du Plan étudiants.” “Selon l’AEF, le ministère de l’Education nationale va envoyer un vademecum aux chefs d’établissements afin de mieux définir les nouvelles missions de ces professeurs.”

Plan Etudiants : Frédérique Rolet (SNES) : Des enseignants sous pression. “Alors que le Conseil supérieur de l’éducation va étudier le 9 novembre le Plan Etudiants, qu’en pense le premier syndicat des enseignants du secondaire ? Pour Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes, une trop forte pression est mise sur les enseignants du secondaire chargés d’orienter les étudiants. Et le Plan Etudiants introduit une sélection cachée avec une hiérarchisation accrue entre universités.”

Les régions veulent diriger l’orientation et l’enseignement professionnel. “"Alors que les entreprises expriment une volonté de recrutement dans de nombreux domaines dans le cadre de la reprise économique, il faut refonder la chaîne robuste, cohérente et réactive unissant orientation, formation, accompagnement vers l’emploi et développement économique". C’est l’argument avancé par l’association des régions de France qui publie "18 réformes pour relever les défis de la société des compétences". Les régions demandent le contrôle de l’enseignement professionnel et de l’orientation.”

Formation : la fronde des Régions. “Elles veulent piloter l’ensemble des enjeux liés à la formation. Et font 18 propositions pour piloter ce dossier majeur au plus près des besoins des territoires et des entreprises.”

Ce prof ne veut plus enseigner la règle du « masculin qui l’emporte sur le féminin ». “Professeur d’anglais à l’IUT de Nantes, Jean-Jacques Malo fait partie des 314 enseignants qui ont signé une tribune publiée mardi sur le site Slate, intitulée « Nous n’enseignerons plus que "le masculin l’emporte sur le féminin" ». Il nous explique pourquoi.”

Harcèlement scolaire : à quand un label pour la qualité de vie dans l’enseignement (QVE) ? Par Sophie de Tarlé “À l’heure où la parole se libère autour du harcèlement sexuel, le harcèlement scolaire continue de faire des victimes. Malgré les initiatives qui se multiplient ces dernières années, ce fléau touche encore près de 700 000 jeunes en France entre le CM2 et le lycée. Pour renforcer la mobilisation des acteurs du monde éducatif, politique et législatif, l’organisme Place de la Médiation (formations en prévention des risques psychosociaux et médiation) appelle à mettre en place un dispositif de prévention globale dans les établissements scolaires autour de la Qualité de vie dans l’enseignement (QVE). Ce, afin de réduire à la source les risques psychosociaux.”

« Ma mission ? Permettre de concrétiser des projets innovants dans l’enseignement ».
Somalina Pa, passée par une classe prépa scientifique puis Télécom-Ecole de management, veut « insuffler une culture de l’innovation » au ministère de l’éducation nationale.”

Ils imaginent l’école du futur. “A quoi va ressembler l’école de demain ? C’est la question que posent les membres et les donateurs de la chaire « Transition2 : des espaces de transition à la transition des espaces ». Les chercheurs cergypontains ont des réponses à apporter.”

Plantu explique son dessin polémique sur l’enseignement de la Shoah. “Il y représentait un professeur expliquant : »moi, ça fait longtemps que je ne parle plus de la Shoah dans ma classe ». Devant le tollé provoqué, le dessinateur phare du Monde s’est expliqué sur Twitter.”

Supérieur

Frédérique Vidal présente sur RTL sa réforme de l’enseignement supérieur. INVITÉE RTL - La ministre de l’Enseignement supérieur confirme l’abandon du tirage au sort pour les bacheliers souhaitant poursuivre leurs études.

Enseignement supérieur : Frédérique Vidal dévoile la future "plateforme APB". “Pour les lycéens dont aucun voeux n’aura été retenu par les établissements, une commission, pilotée par le recteur d’académie de l’élève, sera chargée de lui proposer d’autres formations individualisées. Reste à savoir si la philosophie de cette nouvelle formule recevra un avis positif du Conseil supérieur de l’éducation, qui doit examiner jeudi le projet de loi.”

Orientation des lycéens : tout sur la réforme de la ministre de l’Enseignement supérieur. “La ministre Frédérique Vidal nous dévoile les grandes lignes de sa réforme.” Interview et infogramme.

Sur Public Sénat, La grande loterie de l’enseignement supérieur ? des vidéos et un article. “Amphis surchargés, vœux Admission Post Bac refusés, manque de professeurs… Le système universitaire français semble à bout de souffle. Pour le réformer, faut-il prendre exemple sur la sélection mise en place dans les grandes écoles, ou bien revoir les choix d’orientation faits par les nouveaux bacheliers ?

"Actuellement il y a 1/3 des étudiants qui réussit en première année de licence ", vidéo de l’émission sur Public Sénat. “Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : "Actuellement il y a 1/3 des étudiants qui réussit en première année de licence "”

Et pour prendre connaissance du Plan Étudiants : accompagner chacun vers la réussite, aller sur le site du ministère.

Et justement, Terra nova publie ce jour : Le choc démographique dans l’enseignement supérieur. “Cette note fait le point sur l’augmentation présente et à venir du nombre de nouveaux entrants dans l’enseignement supérieur. Si elle est, en soi, une bonne nouvelle, cette augmentation soulève d’importantes difficultés d’orientation et d’organisation. Faut-il considérer qu’il revient à l’université d’être, comme cela a été le cas ces dernières années, la variable d’ajustement par défaut du système, ou bien que les autres filières doivent aussi prendre leur part ? Et, si oui, laquelle ?” Par Martin Andler, Jérôme Ferrand,

« Les mathématiques sont-elles mal enseignées en France ? »Le mathématicien et député (LRM) Cédric Villani, missionné par le ministre de l’éducation, pourra-t-il améliorer l’enseignement des mathématiques en France, s’interroge la professeure Sylvia Ullmo dans une tribune au « Monde ». Pour développer la discipline, il faut des enseignants. Et la France en manque, dit-elle.” réservé aux abonnés.

Et justement … Colloque international “Espace Mathématique Francophone 2018” : l’appel à contribution est ouvert. “Du 22 au 26 octobre 2018, l’université de Cergy-Pontoise accueillera le colloque international francophone “Espace Mathématique Francophone”. Il s’interrogera sur l’enseignement des mathématiques comme ponts entre les disciplines. L’appel à contribution est ouvert à tout chercheur, formateur ou enseignant francophone qui s’intéresse à cette question.”

Données personnelles : le règlement européen oblige les universités à se pencher sur leurs data par Romain Ledroit. “L’entrée en vigueur, en mai 2018, du règlement européen sur la protection des données questionne les établissements d’enseignement supérieur sur la collecte, le stockage et l’utilisation de leurs informations numériques. L’enjeu est de taille : il s’agit de conserver leur souveraineté numérique. Un dossier aux répercussions tant techniques que politiques.”

Ressources

Ce que le numérique fait à l’enseignement de la philosophie au lycée en France.
Auteurs : Denys, Pierre-Emmanuel
Directeur de mémoire ou de thèse : Epron, Benoît
Description : Mémoire du master 2 PUN portant sur les interactions entre le numérique et la philosophie.

L’importance de la présence physique du professeur, la relation maître élève,le monopole du sens sur les textes philosophiques constituent autant de figures d’autorité dont le professeur de philosophie hérite de l’Ecole. En ce sens,la philosophie constitue la discipline à la fois la plus hostile et la plus proche de l’environnement intellectuel du numérique. À partir des rapports que l’écosystème numérique entretient avec d’autres lieux de savoir classiques et avec l’Ecole dans son ensemble, il est possible de tracer un portrait d’abord théorique puis étayé des interactions entre le numérique et l’enseignement de la philosophie. La rencontre de ces deux univers intellectuels opposés a pour conséquence de nouvelles manières de concevoir la pensée et l’apprentissage qui déséquilibre les ambitions de l’enseignement de la philosophie entre savoir la philosophie et savoir-philosopher au nom du mythe de l’émancipation par la Culture.”

L’orientation avec "L’avenir s’imagine". “Découvrir les métiers en jouant , c’est ce que propose l’Onisep avec le serious game "L’avenir s’imagine". Il permet d’explorer les métiers de façon ludique et originale. Les élèves peuvent participer à ce jeu avec leur classe ou à titre individuel. « L’avenir s’imagine ! » prend la forme d’un parcours de BD interactive. L’histoire se situe en 2038, sur la planète Xi, sur laquelle femmes et hommes vivent égaux. La nature ne produit plus assez d’aliments pour subvenir aux besoins de la population. Les élèves vont aider les habitants de Xi à trouver des solutions pour se nourrir suffisamment et sainement en rencontrant différents professionnels via des films et des quiz. Après l’étape d’immersion dans l’univers du jeu, les élèves vont inventer un métier sous forme de vidéo, de texte, de blog…

Les gardiennes, un film fort… par Stéphanie de Vanssay. “Le film Les gardiennes de Xavier Beauvois ne se serait pas fait sans l’impulsion de la productrice Sylvie Pialat qui connaissait le roman éponyme d’Ernest Pérochon (réédité récemment par Marivole et Métive).” “Les deux questions avancées sont ici le travail des femmes à la campagne durant la Première Guerre mondiale et le problème qui taraude les poilus, à savoir la fidélité des femmes. Cette dernière est traitée exclusivement sous l’angle de la présence des troupes américaines, présentes non loin du village, avant qu’elles ne partent combattre.”

Bernard Desclaux

Lire la suite

Grammaire et orthographe - Contradiction numérique - Divers...

9 Novembre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Grammaire et orthographe - Contradiction numérique - Divers...

On retrouve aujourd’hui les polémiques sur la place du féminin dans la langue française. On parle aussi du numérique et de diverses informations sur les cantines, la réforme du bac, etc.

Grammaire et orthographe

Le Monde revient sur la tribune d’hier de 314 enseignants qui ont décidé d’enseigner à leurs élèves que le masculin ne l’emporte pas sur le féminin.

"La lutte pour l’égalité entre les hommes et les femmes passe-t-elle par un changement des règles de la grammaire ? C’est en tout cas ce que défendent les 314 enseignants du primaire, du secondaire et du supérieur qui, mardi 7 octobre, ont apposé leur signature en bas d’un « manifeste », dans lequel ils disent avoir cessé – ou s’apprêter à cesser – d’enseigner la règle de grammaire résumée en une petite formule connue de tout un chacun : « Le masculin l’emporte sur le féminin. » On n’écrirait donc plus « les hommes et les femmes sont beaux » mais « belles ». « Les hommes et les femmes sont contentes » plutôt que « contents ».

Le ministre a répondu sur Twitter.

Mais d’autres voix s’élèvent.

Si seulement mes enfants pouvaient ne pas apprendre « le masculin l’emporte toujours sur le féminin ». Parce qu’à travers cette règle grammaticale, c’est bien une vision du monde qui nous était offerte.

“Nous, ce qu’on voyait, c’était que la règle nous disait que les garçons l’emportaient. Et les garçons comprenaient exactement la même chose. Il nous a donc fallu apprendre par cœur et réciter « le masculin l’emporte toujours sur le féminin ». Ce n’était pas seulement une règle écrite. C’était une phrase qu’on devait dire à haute voix, plusieurs fois, devant toute la classe. Je me sentais assez humiliée de devoir faire ça. Mais j’étais une bonne élève, et je voulais avoir de bonnes notes. On a fait tous les exercices pour bien se rentrer dans le crâne que le masculin l’emporte toujours sur le féminin et qu’il s’agissait d’une règle qu’on ne devait pas questionner.”

Pas d’accord sur les accords ? « Le Bon usage » de Grévisse

"Genre, le cas spécial de l’accord de l’adjectif qualificatif quand il se rapporte à plusieurs noms ou pronoms coordonnés ou juxtaposés. Claude Lelièvre revient sur les accords selon le Grévisse."

Remise à niveau en orthographe : la faute à Voltaire ? "En France, le niveau en orthographe baisse ! Et cela représente un handicap social et professionnel majeur pour celles et ceux qui n’en maîtrisent pas les subtilités. Par exemple, un CV contenant des fautes a trois fois plus de chances d’être écarté. Présentée comme un remède à ce mal dont souffre la société française, la plate-forme de remise à niveau en orthographe Projet Voltaire a été lancée en 2008. Sur son site, elle fait état d’un prix pour son action en faveur de la francophonie remis dans l’enceinte du Sénat et du prix du meilleur service d’apprentissage en ligne. Elle mentionne également une étude du CNRS démontrant son efficacité. Mais quels sont les principes de sa méthode d’apprentissage et est-elle réellement efficace ?"

Numérique et contradiction

Un rapport de l’Inspection soutient les expérimentations numériques de terrain.

«  Plutôt que de fustiger les communautés d’enseignants qui essaient de réunir leurs efforts pour mettre en commun leurs pratiques et leurs intuitions pédagogiques, et de se moquer parfois de leur enthousiasme, il vaut sans doute mieux écouter et accompagner leur réflexion, en comprendre les besoins et les attentes implicites, saluer une démarche empirique qui ne cherche pas à s’imposer comme modèle, et les aider à inventer des solutions ». Le rapport de l’inspectrice générale Catherine Becchetti-Bizot « Repenser la forme scolaire à l’heure numérique », que le Café pédagogique s’est procuré, appelle à soutenir de multiples façons les expérimentations de terrain développés par des enseignants avec des outils numériques. Il s’intéresse et s’appuie sur une connaissance très étendue des pratiques développées par des enseignants. Surtout, il recommande directement qu’on les écoute et qu’on comprenne leurs attentes. Il invite à « libérer les initiatives » et notamment à « sensibiliser » les chefs d’établissement pour « faire évoluer la forme scolaire ».

Ce rapport entre donc totalement en contradiction avec ces députés qui veulent absolument la mise en place de la promesse de campagne interdisant les portables au collège.

"Le député Bruno Questel vient de transmettre une question écrite au ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, afin de lui demander de préciser « le calendrier et les modalités de mise en place » de l’interdiction des portables au collège (déjà prévue par le droit, mais pas toujours respectée). Cette « bonne mesure », selon l’élu LREM, « permettrait aux élèves de recouvrer distance et rationalité dans l’utilisation de leur téléphone dont ils sont équipés de plus en plus jeunes. De même, les personnels enseignants et encadrants seraient libérés d’un facteur important de tension tant en cours que dans les enceintes des établissements ». L’exécutif dispose théoriquement d’un délai d’un mois pour apporter une réponse au parlementaire."

Pourtant l’exécutif lui-même ne respecte pas cette interdiction. Le premier ministre lui-même a utilisé son portable dans une classe dans l’émission "Au Tableau !".

Divers

« Je suis en guerre contre la notation sur 20 »

Prof de maths, Stéphane Guyon évalue par compétences et pratique la classe inversée. Ces deux approches lui permettent de combiner remédiation et différenciation.

Cantines scolaires : plus la durée du repas est courte, moins les enfants mangent bien. "En restauration scolaire la durée réelle du repas est souvent trop courte. Or, moins les enfants passent de temps à table moins ils consomment d’entrée, de légumes et de fruits. Dans l’intérêt nutritionnel des enfants, ainsi que pour réduire les pertes alimentaires, il paraît judicieux de favoriser dans les écoles un temps effectif de repas supérieur à 25 minutes."

Pierre Mathiot, le nouveau M. Bac, un homme de gauche proche de Blanquer.
"À 51 ans, cet agrégé en sciences politiques, proche de Jean-Michel Blanquer, pilote la mission qui envisage la suppression des séries S, L et ES au baccalauréat. Son nom était dans les tuyaux depuis des semaines. Ne manquait que le feu vert de l’Elysée. Le ministre de l’Education a choisi Pierre Mathiot pour mener la délicate concertation de la réforme du baccalauréat. Originaire de Franche-Comté et issu d’un milieu modeste, cet universitaire de 51 ans a deux mois pour discuter avec l’ensemble de la communauté éducative et livrer un rapport à Jean-Michel Blanquer."

« Les élèves ne travaillent pas assez chez eux et c’est un gros problème »
"« Devoirs faits » a été officiellement lancé lundi dans les collèges, mais ce dispositif d’aide aux devoirs est en place depuis septembre au collège du Lazaro à Marcq-en-Barœul. Retour d’expérience sur cette réforme phare de la politique éducative du duo Blanquer - Macron."

Budget : 180 suppressions de postes dans les écoles françaises à l’étranger en 2018. "« Ceux qui fréquentent ces établissements ne sont pas tous de riches vedettes de cinéma », appuie Patrick Soldat qui prédit « un effet d’éviction ». « A Buenos Aires, c’est une catastrophe, regrette déjà Isabelle Tardée, déléguée générale de la FAPEE. Entre l’inflation galopante et les restrictions budgétaires annoncées, les frais de scolarité vont augmenter de 40 % ». Elle pointe aussi la concurrence d’autres écoles étrangères, car « il y a un véritable marché de l’éducation ». Au lycée français de Zürich, les parents d’élèves, très impliqués dans la gestion de l’établissement, s’attendent à une hausse de 340 euros par élève, et envisagent de mettre un terme à leur convention avec l’AEFE."

Comment supprimer les anciennes académies…

"Il suffit d’un décret d’une page pour mettre fin aux anciennes académies. Le ministre l’a fait et ce matin au J.O. légalise la pratique. Un décret publié le 8 novembre autorise un recteur de région académique à administrer les autres académies de la même région "par dérogation". Rappelons que c’est déjà le cas pour Rouen et Caen."

Géraldine Duboz

Lire la suite

Revue de Presse Education... Système éducatif et pédagogie - Devoirs (non) faits - Divers...

8 Novembre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Système éducatif et pédagogie - Devoirs (non) faits - Divers...

Ce mardi, l’actualité éducative est assez riche et parle notamment de pédagogie et de notre système éducatif. On mettra également l’accent sur le dispositif "devoirs faits", dont la mise en oeuvre continue de faire couler beaucoup d’encre, et on finira par quelques informations diverses.

Système éducatif et pédagogie

Vousnousils rend compte d’une note de l’Académie des sciences concernant le bac S, qui ne serait plus assez scientifique : « Alors que vient de débuter officiellement la concertation sur la réforme du baccalauréat, l’Académie des sciences appelle, dans une note publiée en octobre, à redonner à la filière S son orientation scientifique. Pour l’Académie, les réformes du lycée de 2000 et 2010 ont transformé la série. » C’est sans doute le revers de la médaille du système des filières qui fait de la S la voie royale pour tous les bons élèves, appétence pour les sciences ou pas...

Vousnousils annonce également que M. Blanquer a l’intention de refaire une réforme de l’éducation prioritaire : « Jean-Michel Blanquer annonce la tenue prochaine d’une concertation sur l’éducation prioritaire, afin de proposer une nouvelle carte. Il souhaite aussi améliorer la formation initiale et continue des profs. »

Il est également question d’éducation prioritaire (et d’hétérogénéité) dans ce dossier proposé par Canopé : « Ce dossier, issu d’un groupe de travail piloté par le bureau de l’éducation prioritaire de la DGESCO, propose des éclairages et des ressources privilégiant conjointement les illustrations concrètes et les apports de la recherche pour penser la question : « Comment l’hétérogénéité peut-elle devenir un levier de réussite pour les élèves ? » »

Dans une tribune sur Slate, plusieurs centaines de collègues annoncent ne plus vouloir enseigner la règle qui veut que le masculin l’emporte sur le féminin : « [Tribune] 314 membres du corps professoral de tous niveaux et tous publics, enseignant la langue française ou ayant à corriger des copies ou autres textes rédigés dans cette langue, s’engagent à ne plus enseigner la règle de grammaire résumée par la formule « le masculin l’emporte sur le féminin ». »

Enfin, le blog des Céméa revient sur la première édition de la Biennale de l’éducation nouvelle : « La première Biennale internationale de l’Éducation nouvelle (2 au 5 novembre 2017) a posé les enjeux en matière de pédagogie : accès à tous et toutes à une éducation exigeante, émancipatrice et rigoureuse. Dans son intervention de clôture, Philippe Meirieu, grand témoin, donne les perspectives pour conduire une éducation démocratique et sociale, revalorisant savoirs, coopération et individus. »

Devoirs (non faits)

Le Café pédagogique n’y va pas avec le dos de la cuillère et parle de dispositif surfait : « Décrypté à l’usage des parents, il apparait en réalité que les élèves seront accompagnés par des jeunes très peu ou pas du tout qualifiés, les jeunes du service civique. Même au niveau de la coordination dans l’établissement, une tache purement administrative, on ne trouve que moitié d’enseignants. Les personnels de direction sont contraints souvent de s’en occuper eux-mêmes…

Ce que montrent les études internationales, c’est la difficulté d’un encadrement efficace des élèves et de leurs devoirs. En réalité cet encadrement devrait être fait dans la classe et sur les heures de classe. A défaut, pour pouvoir aider les élèves en difficulté et réduire les inégalités, l’aide aux devoirs devrait être effectuée par des enseignants ou par des personnels formés travaillant en lien avec les enseignants. Il faudrait inclure dans le dispositif ce temps régulier d’échange entre enseignants et "aidants". Il faudrait aussi que les premiers et les seconds soient au clair sur les objectifs donnés aux devoirs et préparent en classe le travail à réaliser. Prétendre réduire les inégalités sociales de réussite scolaire par l’aide aux devoirs est un leurre , une utopie quand cette aide utilise du personnel non formé et étanche à la classe. Mais justement le ministre lui-même ne promet pas cette réduction des inégalités. »

Le Parisien relaie aussi un certain scepticisme sur la mise en oeuvre de la FCPE : « Pour Hervé-Jean Le Niger, vice-président de la FCPE, l’aide gratuite aux devoirs pour les collégiens - qui entre en application ce lundi - dépend surtout du niveau des encadrants qui seront recrutés. »

Le Figaro aborde aussi la mise en oeuvre du dispositif et aborde la généralisation de celui-ci en primaire, dès 2019 : « Entre un quart et la moitié des établissements proposent déjà un dispositif de ce type, surtout sous forme d’études surveillées. « Devoirs faits », généralisé à partir de ce lundi, concernera le primaire à partir de 2019. » Et si la mise en oeuvre précipitée est hautement critiquable, sans parler des inégalités entre établissements qui n’ont pas tous les moyens de mettre en place une organisation acceptable, la concurrence des officines privées montre qu’il est tout de même urgent de proposer un service public pour l’aide aux devoirs (avant de repenser, sans doute, ce que devrait être le travail personnel des élèves). Les Echos illustrent cette nécessité en publiant un article sur ces fameuses officines : « Evalué à 1,5 milliard d’euros, le marché, qui surfe sur les angoisses parentales, voit apparaître de nouveaux acteurs du numérique toujours plus offensifs. »

Divers

Deux informations pour conclure cette revue de presse. Vousnousils nous apprend que M. Blanquer compte sur les médecins non scolaires (déjà trop peu nombreux notamment en zone rurale) pour pallier le manque criant et scandaleux de médecins dont souffre l’institution (et surtout nos élèves). On lui souhaite bon courage : « Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a évoqué, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, l’avenir de la médecine scolaire, dont la condition est préoccupante. Il a notamment évoqué l’idée de faire appel à des médecins non scolaires pour améliorer la situation »

Et pour finir, Ouest-France se demande si nous ne devrions pas apprendre à conduire dès l’âge de dix ans : « Au Royaume-Uni, l’auto-école Young Driver propose de donner des leçons de conduite aux plus jeunes, à partir de 10 ans et même bientôt dès l’âge de 5 ans ! Bonne idée ou initiative absurde ? »

Aurélie Gascon

Lire la suite

Revue de Presse Education... Finies les vacances - Supérieur - Ressources...

7 Novembre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Finies les vacances - Supérieur - Ressources...

Donc petite reprise de l’actualité, et d’abord une grande nouvelle, finies les vacances ! Tour des interrogations autour de la réforme de l’accès au supérieur. Et quelques ressources pour terminer cette revue.

Finies les vacances

Et donc retour aux devoirs !

« Avec la mesure "devoirs faits", nous offrons un soutien scolaire gratuit à tous les collégiens dès lundi » Interview "exclusive" du ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer pour 20 Minutes, propos recueillis par Delphine Bancaud. « Les inégalités scolaires se creusent en dehors de la classe. Car si certains élèves sont aidés par leurs parents pour faire leurs devoirs, d’autres n’ont pas cette chance. Pour amenuiser ces différences, le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, dévoile en exclusivité à 20 Minutes, la manière dont sera déployée dès ce lundi la mesure « devoirs faits » dans les collèges. Il annonce également qu’elle sera étendue aux écoles primaires à la prochaine rentrée. »

Dispositif "Devoirs faits" : « Il faut s’assurer que tous les intervenants auront les compétences nécessaires ». « Michel Richard, secrétaire général adjoint du syndicat des chefs d’établissements, était l’invité de France Info samedi, à deux jours du lancement du dispositif "devoirs faits". Il craint que la "situation diffère d’une zone à l’autre". »

Les devoirs au collège, une bonne idée pas si simple, par Denis Peiron dans La Croix. « Le dispositif «  Devoirs faits  » entre en vigueur aujourd’hui dans l’ensemble des collèges publics. Ces études surveillées, qui pourront donner lieu à une véritable aide aux devoirs, sont censées ramener un peu de justice sociale dans un système scolaire très inégalitaire. »

Crise de l’école française. Comment sauver l’école : le débat entre Jean-Michel Blanquer et Jacques Julliard. Propos recueillis par Perrine Cherchève, Renaud Dély et Louis Hausalter.« Parce que l’enjeu de l’éducation de nos enfants mérite un débat dépassionné de haute tenue, “Marianne” a fait dialoguer le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, avec l’historien et éditorialiste à "Marianne" Jacques Julliard. Le politique et l’intellectuel mêlent accords et désaccords sur la crise de l’école française. »

Supérieur

Non à la sélection !, par Lilâ Le Bas (Présidente de l’UNEF) sur son blog.« Il ne fait aucun doute qu’une réforme d’ampleur de l’Enseignement Supérieur est nécessaire pour notre pays. Pourtant, la réforme présentée par le Premier Ministre le 30 octobre, ne répond ni aux besoins des universités, confrontées depuis des années à un défi démographique sans précédent, ni aux aspirations des jeunes à la formation, à l’autonomie et à une insertion professionnelle durable. »

Entrée dans le supérieur : le lycée en première ligne par Marie-Caroline Missir.«

La réforme présentée le 31 octobre par le gouvernement n’a pas réglé mais contourné, plutôt habilement, la question de la sélection à l’entrée à l’université, par deux biais.

En amont d’abord, la réforme confie aux proviseurs et aux recteurs qui présideront les “commissions d’accès à l’Enseignement supérieur”, les clés de l’entrée dans l’Enseignement supérieur. Pour le dire autrement, ce sont les lycées qui demain porteront, plus qu’aujourd’hui, la responsabilité de l’orientation et de la “sélection” à l’entrée dans l’Enseignement supérieur, en formulant des vœux et des recommandations aux élèves, que pourront suivre les universités. »

Et plus loin : « En aval ensuite, la réforme de l’accès à l’université propose une synthèse très macroniste entre une université assumant la sélection dans là-plupart des filières, et “en même temps”, garantissant le droit à la poursuite d’étude, à travers des dispositifs de remédiation ou des parcours personnalisés. »

Ressources

Exclusif : Un rapport de l’Inspection soutient les expérimentations numériques de terrain. « “Plutôt que de fustiger les communautés d’enseignants qui essaient de réunir leurs efforts pour mettre en commun leurs pratiques et leurs intuitions pédagogiques, et de se moquer parfois de leur enthousiasme, il vaut sans doute mieux écouter et accompagner leur réflexion, en comprendre les besoins et les attentes implicites, saluer une démarche empirique qui ne cherche pas à s’imposer comme modèle, et les aider à inventer des solutions”. Le rapport de l’inspectrice générale Catherine Becchetti-Bizot “Repenser la forme scolaire à l’heure numérique”, que le Café pédagogique s’est procuré, appelle à soutenir de multiples façons les expérimentations de terrain développés par des enseignants avec des outils numériques. Il s’intéresse et s’appuie sur une connaissance très étendue des pratiques développées par des enseignants. Surtout, il recommande directement qu’on les écoute et qu’on comprenne leurs attentes. Il invite à “libérer les initiatives” et notamment à “sensibiliser” les chefs d’établissement pour “faire évoluer la forme scolaire”. »

Decryptimages un site pour apprendre à voir.

L’éthique en médecine : « La priorité est de comprendre ce qu’est un cas de conscience » propos de Pierre Le Coz, philosophe, professeur à la faculté de médecine de l’université d’Aix-Marseille, recueilli par Loup Besmond de Senneville.

Biennale internationale de l’éducation nouvelle. Un projet pour la société par Cécile Blanchard. « Quoi de commun entre un journaliste, fondateur du site Médiapart, et un historien de l’éducation ? Edwy Plenel et Claude Lelièvre intervenaient tous les deux lors de la Biennale internationale de l’éducation nouvelle organisée du 2 au 5 novembre à Poitiers, dans les locaux de l’ESENESR (École nationale de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche). » Avec les liens vers ces deux conférences en fin d’article.

Philippe Meirieu : « Non au prêt-à-porter pédagogique ! » « Écrivain et chercheur expert en sciences de l’Éducation, Philippe Meirieu a clos hier les travaux de la première biennale internationale de l’éducation nouvelle. Avec optimisme. »

Bernard Desclaux

Lire la suite