Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

medias

Revue de Presse Education... Ministère — Terrain — Supérieur — Ressources

13 Octobre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Une institutrice atteinte du Covid-19: une classe de maternelle de  Nouvelle-Église fermée

Toute petite revue en ce début de semaine.

Ministère

Un budget encore plus modeste
Le budget 2021 est en train de se dégonfler. La publication des "bleus budgétaires", c’est à dire des comptes détaillés des ministères, montre un budget de l’enseignement scolaire en faible évolution en 2021 et une revalorisation des enseignants plus faible qu’annoncée. Finalement ce ne sera pas 10 milliards, puis 1 milliard, puis 500 millions, puis 400 millions, le budget annonce plus modestement 141 millions pour le premier degré public et 173 pour le second. Dès septembre nous annoncions que "l’éducation n’est pas une priorité" gouvernementale. C’est maintenant officiel.”

Terrain

Haute-Garonne : une rentrée "chaotique" et "catastrophique" selon les parents et les enseignants Par Manon Klein, France Bleu Occitanie
Plus d’un mois après la rentrée des classes, comment se passe le retour des élèves, privés des bancs de l’école pendant le confinement ? Parents d’élèves et enseignants sont critiques en Haute-Garonne.”

Éducation. Nantes affiche la volonté de devenir une place forte de l’enseignement du breton
C’est dans la métropole nantaise que se trouve « la plus grande école Diwan du monde », note Florian Le Teuff, adjoint au maire de Nantes en charge des enjeux bretons. Qui est déterminé « à rattraper le retard du secteur public » au cours du mandat.”

Supérieur

En France, une étudiante sur vingt dit avoir été victime de viol Le Monde avec AFP
Trente-quatre pour cent des étudiants déclarent avoir été victimes ou témoins de violences sexuelles, selon une enquête menée dans l’enseignement supérieur.”

Dans l’enseignement supérieur privé, « de nombreux rapprochements » d’écoles à venir par Marie-Christine Corbier
La crise actuelle va accélérer les rapprochements d’écoles, notamment en France et en Europe. « Il va falloir que les entreprises participent à l’éducation », affirme Marc-François Mignot-Mahon, président de Galileo, premier groupe d’enseignement supérieur privé.”

Ressources

Carnets rouges n°20 | Octobre 2020
Abécédaire critique de la « novlangue » dans le champ éducatif
numéro à télécharger

Débat : Existe-t-il une sociologie de la démocratisation scolaire ? par Jérôme Deauvieau, Professeur de sociologie, École normale supérieure (ENS) – PSL
Comprendre en quoi le fonctionnement de l’école produit une si grande inégalité scolaire est l’un des défis majeurs posés à la sociologie de l’éducation. Ces dernières années ont vu le développement de travaux qui ont cherché à mieux comprendre la façon dont les inégalités d’acquisitions scolaires se construisent au cœur même des dispositifs pédagogiques.”

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Institution — Education et Pédagogie — Langues — Supérieur — Ressources

10 Octobre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

https://images.larepubliquedespyrenees.fr/2019/11/13/5dcc38b1a43f5e2155f6d51b/golden/1000x625/des-intrusions-ont-ete.jpg

Dernière revue de la semaine avec des questions institutionnelles, de l’éducation et de la pédagogie. Des nouvelles des langues et des questions pédagogiques dans le Supérieur. Et quelques ressources.

Institution

Le ministère veut "simplifier" les conseils d’administration en y contrôlant l’ordre du jour
Après une loi de transformation de la fonction publique qui a supprimé les pouvoirs des commissions paritaires sur les mutations et les avancements et la suppression des CHSCT, le ministère s’attaque aux conseils d’administration des établissements scolaires. Deux projets de décret ont fait l’unanimité des syndicats contre eux le 6 octobre. Ils invitent à laisser le chef d’établissement seul maitre de l’ordre du jour du conseil d’administration et à se passer de commission permanente. L’école de la confiance c’est la grande muette ?

En France, le long cheminement de l’égalité des chances Par Benoît Floc’h
En s’attaquant au concours à la française, notamment pour la haute fonction publique, Emmanuel Macron s’en prend à un totem.”
A l’échelle de ces deux décisions, le chemin de l’égalité des chances s’annonce long. Dans un entretien accordé au Monde, mercredi 7 octobre, Amélie de Montchalin, ministre de la transformation et de la fonction publiques, annonce l’ouverture à partir de 2021 de voies d’accès réservées aux jeunes de condition modeste dans les concours des écoles de la haute fonction publique.
Pour retrouver une décision aussi symbolique, il faut remonter à… 2001. Cette année-là, Richard Descoings envoyait un boulet de canon dans le jardin à la française des grandes écoles. Le directeur de Sciences Po Paris décidait de créer un concours spécifique pour les lycéens issus d’une zone d’éducation prioritaire (ZEP)
.”

Enseignement de l’histoire de l’esclavage : des lacunes et des disparités Par Violaine Morin
La Fondation pour la mémoire de l’esclavage s’est penchée sur les programmes et manuels d’histoire, à l’approche des vingt ans de la loi Taubira qui reconnaît l’esclavage comme crime contre l’humanité.
Une place ténue dans les manuels de l’école primaire, des approches disparates selon les filières et les territoires au lycée, une terminologie peu précise… La France peut mieux faire sur l’enseignement de l’histoire de l’esclavage et des traites négrières, selon une note de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage diffusée vendredi 9 octobre. A l’occasion des Rendez-vous de l’histoire à Blois, l’institution présidée par l’ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault a passé en revue des manuels scolaires de tous niveaux, de l’école élémentaire au lycée
.”

Pourquoi la secrétaire d’État à l’éducation prioritaire est dans le Vaucluse ce jeudi 8 octobre Par Christophe AGOSTINIS et Mireille MARTIN
Nathalie Elimas, secrétaire d’État à l’éducation prioritaire auprès du ministre de l’Éducation nationale, s’est arrêtée dans le Vaucluse ce jeudi 8 octobre, dans le cadre de son tour de France dans les différentes académies. Au programme : les visites d’une classe dédoublée de CE1 à l’école élémentaire Jouve à Carpentras, du collège Jean-Brunet à Avignon, mais aussi de la micro-école implantée à la Collection Lambert à Avignon, un dispositif expérimental unique en France.”

Instituteur tatoué : Les libertés individuelles doivent s’arrêter là où commence l’intérêt général Par Jean-Eric Schoettl
FIGAROVOX/TRIBUNE - “L’interdiction d’enseigner dans certaines classes pour l’instituteur tatoué est commandée par les principes fondamentaux de l’éducation nationale, analyse Jean-Eric Schoettl, ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel. Selon lui, l’institution ne doit pas céder à une vision maximaliste des libertés individuelles.”

Education et Pédagogie

Face à l’instruction à domicile, Philippe Meirieu plaide pour l’école, "rencontre de l’altérité et de la différence"
Attention, sujet sensible… Professeur d’université en sciences de l’éducation et figure éminente de la pédagogie française, Philippe Meirieu ne veut « surtout pas stigmatiser les familles qui ont fait le choix personnel, presque intime », de l’instruction à la maison. Cette précaution prise, le spécialiste lyonnais estime que l’école doit rester, malgré ses imperfections, incontournable.”

Garantir la possibilité d’apprendre autrement Par Un collectif
En France, l’instruction est obligatoire mais les enfants peuvent être instruits en dehors du système éducatif d’Etat ou même de toute institution scolaire, ce qu’on appelle communément « instruction dans la famille », et selon le principe de la liberté pédagogique garantie à l’agent de l’instruction. Depuis un peu plus de vingt ans, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, n’ont eu de cesse de rogner progressivement cette liberté à coups de remaniements du code de l’éducation et de resserrer ainsi l’étau du contrôle institutionnel étatique sur la formation des enfants qui se sont vu imposer un « socle commun » puis des « paliers de progression » et, plus récemment, un abaissement de l’âge à partir duquel l’application des normes éducatives et l’acquisition des savoirs et compétences devront être contrôlées.”
Avec les « classes puzzles », favoriser la coopération entre élèves par Arnaud Stanczak, Doctorant en psychologie sociale, Université Clermont Auvergne (UCA), Anaïs Robert, Doctorante en Psychologie Sociale, Université Clermont Auvergne (UCA)et Michael Dambrun, Enseignant-chercheur, Université Clermont Auvergne (UCA)
Le travail en groupe ou « apprentissage coopératif » est souvent utilisé en éducation, que ce soit à l’école, au collège, au lycée ou à l’université. En 2018, une enquête de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) sur les pratiques éducatives a mis en évidence que près d’un enseignant français sur deux, sur 1400 personnes interrogées, s’appuyait sur des travaux en petits groupes au sein de leur classe.
S’ils considèrent généralement la coopération comme utile, notamment pour promouvoir l’empathie, l’esprit critique ou encore la motivation des élèves, enseignants et enseignantes ne vivent pas toujours positivement la mise en place de ces expériences
.”

Quelles différences entre pédagogies alternatives et classiques ?
De nombreux parents font pour leurs enfants le choix d’écoles alternatives proposant une éducation différente. Pensons à Montessori, Freinet, Steiner... Quelles sont les différences entre ces pédagogies alternatives et les méthodes d’enseignement classiques ? Comment le numérique peut-il aider à mettre en place les meilleurs principes de chacune au service de tous ? Voici différentes idées à ce sujet. [Reportage commandité par Preply]

Langues

Enseignement des langues régionales : une manifestation samedi à Mont-de-Marsan
Le collectif Pour que vivent nos langues (PQVNL) se réunira samedi 10 octobre, à 10 h 30 devant la préfecture pour manifester contre la réforme du lycée et du baccalauréat menée par le ministre de l’Education nationale.”

PISA évaluera bientôt les compétences en anglais des élèves Publié par Sandra Ktourza sur Vousnousils
L’étude PISA, Programme international pour le suivi des acquis des élèves, « est une évaluation créée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui vise à tester les compétences des élèves de 15 ans en lecture, sciences et mathématiques. » Initiée en 2000, elle se déroule tous les 3 ans. La dernière en date est de 2018.”

Supérieur

À l’université d’Artois, imbroglio autour du nombre d’étudiants autorisés en cours
Le président de l’université a dû en urgence diviser par deux la présence des étudiants sur le site de Douai. La mesure s’impose aux secteurs situés en alerte renforcée. Or, seule la métropole lilloise est pour le moment concernée. Ce que conteste la rectrice déléguée à l’enseignement supérieur…

L’État travaille sur une nouvelle solution de visioconférence pour l’éducation nationale par Emile Marzolf
Suite à la mauvaise expérience vécue pendant le confinement et dans la perspective de la poursuite de nombreux cours en distanciel, le ministère de l’Éducation nationale et la direction interministérielle du numérique de l’État ont lancé des travaux pour déployer une nouvelle solution de visioconférence, basée sur le logiciel libre BigBlueButton.”

Ressources

Ecole et humanité(s)
Quelle place pour les humanités dans l’école aujourd’hui ? La revue Administration & éducation (n°167) porte cette question sous la houlette d’Alain Boissinot et de Gérald Chaix. Placé dans la série des "ruptures", ce numéro explore pourtant un horizon bien large où le terme humanités englobe aussi bien les sciences que les disciplines littéraires. Plus qu’un retour aux humanités classiques c’est la recherche de l’universel qui fonde le numéro dans un projet de rénovation de l’Ecole. Ces belles envolées ne doivent pas faire oublier la réalité sociale de l’Ecole : pas d’humanités sans humanité…

Rencontre avec Hartmut Rosa
“Depuis 2016, l’Unesco et l’université de Nantes portent la première chaire au monde consacrée la pratique de la philosophie avec les enfants, parrainée par le philosophe et sociologue allemand Hartmut Rosa.
A l’occasion de la reconduction de cette chaire, la Bibliothèque publique d’information accueille Hartmut Rosa pour une conférence – rencontre sur le thème “Le temps de penser, le temps de la pensée”. Il s’entretiendra avec Edwige Chirouter, titulaire de la chaire, et avec le public
.”

Documentaire : "Décolonisations", images qui manquent et images qui mentent par Sonia Devillers
Documentaire : "Décolonisations", images qui manquent et images qui mentent
“Soirée évènement ce mardi sur France 2, autour du documentaire "Décolonisations, du sang et des larmes". Ses auteurs, le réalisateur David Korn-Brzoza et l’historien Pascal Blanchard, sont ce matin les invités de "L’Instant M"
.”

Bibliographies sur LISEO
Cette rubrique regroupe les bibliographies présentes dans les rubriques « Education » et « Langues et FLE ». Ces bibliographies, réalisées par le CRID, proposent une sélection de ressources en éducation (politiques éducatives, analyses comparatives en éducation, évaluation en éducation…) et en langues et FLE (FLE, FOS, FLS, enseignement bilingue, politique linguistique…).”

Bon week-end à toutes et à tous

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Enseignements - Réflexions - Supérieur - Ressources...

9 Octobre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

EDUCATION. Ecole, collège, supérieur... les atouts et faiblesses de la  France

Beaucoup de réflexions et une petite dose de polémiques dans l’actualité éducative d’aujourd’hui. Pêle-mêle, l’enseignement de l’arabe, de l’EPS, les personnels de direction, l’habillement, etc.

Enseignements

On revient sur la polémique engendrée par l’enseignement de l’arabe (enseigné d’ailleurs depuis bien longtemps en France). Deux réactions très différentes. L’une est réfléchie, l’autre pas du tout...
Luc Ferry affolé par l’enseignement de l’arabe à l’école, "meilleur moyen d’islamiser la France"
« Invité de CNews ce mercredi 7 octobre, le philosophe Luc Ferry, lui-même ancien ministre de l’Education nationale, s’est lancé dans un vibrant plaidoyer contre le développement souhaité par Emmanuel Macron de l’apprentissage de la langue arabe au sein de l’école républicaine. »

« Le refus de l’enseignement de l’arabe : un surmoi raciste ». Vraiment ? Par Claude Lelièvre.
“C’est du moins ce qu’a suggéré Gérald Darmanin dans le JDD du 4 octobre : « Nous avons besoin de jeunes Français qui parlent l’arabe. L’enseigner à l’école, c’est aussi un moyen de réduire le pouvoir des religieux. Ceux qui dénoncent cette mesure feraient bien de réfléchir... ou alors ont-ils un surmoi raciste »”

À la rentrée 2021, le retour du sport au baccalauréat ?
« Le ministère annonce que l’éducation physique et sportive pourrait devenir un enseignement de spécialité au baccalauréat à la rentrée 2021.
Lundi 5 octobre, les ministres de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et des Sports, Roxana Maracineanu ont dévoilé leurs « grandes priorités pour le sport ». Ils ont notamment annoncé la possibilité d’introduire, à la rentrée 2021, un enseignement de spécialité EPS au bac général et au bac technologique. Une nouvelle accueillie avec beaucoup de prudence par Christian Couturier, le président du Snep-FSU, le principal syndicat des professeurs d’EPS. »

Direction

La vie n’est pas simple pour les personnels de direction.

Christophe Barrand, proviseur hors cadre
« On en parle. Cet ancien cancre devenu proviseur raconte son parcours atypique et livre sa vision à la fois exigeante et bienveillante de l’éducation, dans un livre coécrit avec Guillemette Faure. »

Et du côté des directeurs d’école, on ne voit toujours rien venir...
Directeurs : Le Snuipp Fsu dénonce le piétinement du ministère
« Alors que des groupes de travail se réunissent depuis un mois sur l’amélioration de la fonction de directeur d’école, "le ministère n’a toujours rien annoncé de concret lors des négociations", écrit le Snuipp Fsu. "Le projet de loi de finance ne prévoit pas de postes en nombre suffisant pour donner à toutes et tous le nombre de jours de décharge nécessaires pour assurer sereinement leur fonction, ni de la revaloriser. Enfin, il n’est aucunement prévu l’attribution d’une aide pérenne au fonctionnement de leur école, aide réclamée par la profession depuis la suppression des emplois d’aide administrative à la direction d’école". Le Snuipp "dénonce la non mise en oeuvre des annonces de cet été". Cela concerne la circulaire parue au BO du 27 aout qui prévoit des décharges, des jours de formation et la responsabilité des 108 heures. Même sur ce dernier point, qui ne coute rien, deux directeurs sur trois déclarent que les IEN exigent les tableaux des 108 heures. »

Réflexions

Tout d’abord, des interrogations sur l’avenir de l’école publique.
Éducation. « L’école publique, c’est un temple qu’on doit défendre »
Olivier Chartrain
« À la veille des élections des délégués des parents d’élèves, Rodrigo Arenas, coprésident de la FCPE, a répondu en toute liberté à nos questions sur le confinement et l’école à distance, les inégalités, la laïcité, le séparatisme, l’avenir de l’école… Une décapante invitation à investir l’avenir de l’école. » Pour les abonnés.
Couler l’école publique avec de bonnes idées
Par Laurence De Cock
« Au détour du projet de loi sur le « séparatisme », dans sa pêche aux voix de droite, catholiques, conservatrices et d’extrême droite, le gouvernement Macron annonce des mesures renforçant la scolarisation obligatoire. « Liberticide ! », crient les partisans de l’instruction à domicile et de l’école privée… »

Ensuite, on revient sur l’habillement à l’école.
Vêtements, espaces, et mixité : comment la question du genre traverse-t-elle l’école ?
« Le mouvement du #Lundi14Septembre, lancé sur les réseaux sociaux, a relancé le débat sur les règlements vestimentaires au lycée et au collège. Pourquoi ces petits bouts de tissus, qui ont mis le feu à l’école, sont l’occasion d’éduquer les garçons ? Comment l’école transmet-elle des normes ? »

Une réflexion sur le métier de professeur.
Interview : "L’école de la vie" selon Maxime Rovere
« Maxime Rovere est philosophe. À l’occasion de la sortie de son livre "L’école de la vie" dans lequel il relate son expérience de professeur, il donne une interview à franceinfo.
Le philosophe et professeur Maxime Rover raconte son expérience de professeur dans son livre "L’école de la vie"."Quand on a des enfants difficiles, quand on a des profs qu’on déteste. On a le droit de passer à côté de certaines disciplines parce qu’on les redécouvrira plus tard. On a le droit de rejeter en partie les institutions parce que peut-être qu’on comprendra leur logique plus tard qu’on saura d’autant mieux les réformer", explique Maxime Rovere dans une interview donnée à franceinfo. »

Et enfin le droit de vote : faut-il abaisser l’âge minimal ?
Droit de vote : interdit aux moins de 16 ans ?
« Une proposition de loi, qui devait arriver demain jeudi 8 octobre au Parlement avant d’être déprogrammée, visait à autoriser le droit de vote à 16 ans. Cette proposition est portée par Paula Forteza et Matthieu Orphelin, ex-députés LREM, et faisant désormais partie du groupe Écologie, Démocratie et Solidarité à l’Assemblée Nationale. »

Supérieur

Sélection en master : des étudiants s’insurgent contre l’impossibilité de poursuivre leurs études
“Les recours d’étudiants non admis en master se multiplient devant les tribunaux administratifs, qui exigent régulièrement l’intégration dans la filière demandée.”
Par Soazig Le Nevé

Le Nobel de chimie attribué à deux généticiennes pour leurs "ciseaux moléculaires"
par Sophie Bécherel
“La Française Emmanuelle Charpentier et l’américaine Jennifer Doudna ont mis au point des "ciseaux moléculaires" capables de modifier les gènes humains, une innovation considérée comme une des grandes avancées scientifiques des dix dernières années. Une percée génétique révolutionnaire qu’on doit à un duo 100% féminin.”

Ressources

La Défenseure des droits initie au numérique
« Afin de sensibiliser les enfants, les jeunes mais également les parents, animateurs et enseignants aux questions de droits soulevées par le numérique, le Défenseur des droits s’associe à la CNIL et l’Hadopi pour enrichir le programme Educadroit d’un nouveau chapitre consacré à ce sujet. L’objectif de cet outil est de sensibiliser les enfants et les jeunes à leurs droits et responsabilités pour leur permettre de profiter pleinement des apports de leur environnement numérique tout en se protégeant contre ses dangers. Le 11e chapitre du programme Educadroit propose ainsi des clés pour mieux appréhender le droit à la protection des données personnelles et en particulier des conseils pratiques sur la façon d’exercer ses droits numériques (droit d’accès, droit de rectification, droit à l’oubli, comment faire effacer ses données, savoir ce qui est enregistré sur son compte…) ; le phénomène du cyber-harcèlement, des signes annonciateurs jusqu’aux sanctions (civiles, pénales, éducatives), en passant par les réflexes à adopter lorsqu’ on y est confronté ; les contenus dangereux (fausses informations, images violentes, etc.) ; la notion de droit d’auteur. Cela passe par l’ajout d’un chapitre au manuel Educadroit disponible en ligne en deux versions (écoliers et collégiens). »

Le dernier numéro de La revue Administration et éducation
Ruptures 3 : École et humanité(s) n° 167- 2020/3 Coordinateurs : Alain Boissinot et Gérald Chaix.

Géraldine Duboz

Lire la suite

Revue de Presse Education... Polémiques — Crise sanitaire — Ressources...

8 Octobre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Les 20 cartables de PROF qui feront baver vos collègues - Maitresseuh

Remercions le Président, les polémiques reprennent le dessus sur la crise sanitaire !

Polémiques

A domicile
L’école à la maison : enfants malades ou "pas dans le moule", qui sont les 50.000 élèves concernés ? Par Marine Le Breton
Emmanuel Macron souhaite la fin de l’instruction en famille (IEF) pour lutter contre les séparatismes, ce qui a rendu furieuses les familles prônant un véritable choix de vie.”

« Pourquoi est-on pointés du doigt ? » : des parents remontés contre la fin de l’école à la maison
A la rentrée prochaine, pas moins de 25 000 enfants instruits à la maison devront rejoindre les salles de classe. Certains parents crient à l’injustice.”

Et il y a bien sûr une pétition : Non à l’instruction obligatoire à l’école en 2021

Laïcité
"Dans certains cas, l’instruction à domicile peut entraîner une forme de repli sur soi" Par Amandine Hirou,
Jean-Louis Auduc, ancien directeur de l’IUFM de Créteil et membre du Conseil des sages de la laïcité, salue la décision de mettre fin à l’instruction à domicile.” abonnés

Comment la laïcité est-elle vécue dans l’enseignement public ? Par Charles Conte
Plusieurs ouvrages récents s’interrogent sur les remises en cause du principe de laïcité dans l’enseignement public. Cette question a été traitée de façon approfondie par le Comité National d’Action Laïque en 2018.”

Langue arabe
Enseignement de l’arabe à l’école : cinq questions sur une polémique
Pour Gérald Darmanin, il pourrait « réduire le pouvoir des religieux ». Mais l’éventuel renforcement de l’arabe à l’école est suspecté par la droite de nourrir le communautarisme.”

Remèdes aux mensonges et autres idées reçues : Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ? Antidote n° 20, par Françoise Lorcerie sur les Cahiers pédagogiques
"L’enseignement de la langue arabe en France a fait l’objet d’une vive polémique au printemps 2016. Il n’y a pourtant rien de nouveau à cet enseignement, très ancien en France. Sur cette question, il semblerait bien que les peurs l’emportent sur les mensonges.”

L’enseignement de l’arabe à l’école... droite et extrême-droite, ensemble, sans complexe !
La plupart des thèmes brassés par l’actualité politique brouillent les vieux clivages, la complexité grandissante des questions qui font débat fait exploser les repères issues des idéologies du 20ème siècle n’opèrent plus. C’est un constat maintenant bien établit et l’une des raisons du succès des offres politiques simplificatrices, des populismes, ou des offres comme le macronisme qui admettent la complexité et se présentent en dehors des clivages habituels (le fameux vieux monde). Comment s’y retrouver… L’extrême-droite se dit laïque et sociale, la droite ne peste plus contre les déficits, LFI remplace les camarades par les gens, et troque l’universalisme pour l’intersectionel. Même les révoltes populaires (les gilets jaunes) sont inclassables… Mais parfois un thème apparait et recrée un clivage évident. Comme avant.” Sur FranceInter

Correction
POINT DE VUE : « Tenue vestimentaire : le confort du neutre »
Anne-Sarah Bouglé-Moalic, docteure en Histoire et autrice de « Vote des Françaises : cent ans de débats, 1848-1944 », revient sur les polémiques récemment survenues sur les tenues vestimentaires de femmes.”
En 1800, on régulait le port du pantalon à Paris, puis on a commenté le raccourcissement des jupes, des garçonnes des années 20 aux minijupes des années 60, on a débattu et légiféré sur le voile, sur le burkini, on a vu Michèle Alliot-Marie refoulée à la porte de l’Assemblée nationale à cause de son pantalon, puis Cécile Duflot sifflée dans l’hémicycle à cause de sa robe. Pour ces quelques cas médiatiques, passés à la postérité par les débats provoqués, combien de réflexions, de regards de travers pour le commun des mortelles… de ces mots et gestes qui renforcent la différence de genres et la conviction pour certaines femmes que la société a un droit sur elles.”

Belfort | Éducation Au lycée, les tenues vestimentaires font débat Par Hugo COUILLARD
Récemment, au moment de la rentrée des classes mais aussi de la fin de l’été, de nombreuses affaires liées à la réglementation des tenues dans les milieux scolaires ont fait parler d’elles. Mais que disent réellement les règlements intérieurs à ce sujet ? Le point avec plusieurs lycées belfortains.”

Crise sanitaire

Classes fermées, élèves absents… quelle continuité pédagogique après cinq semaines de cours ? Par Séverin Graveleau
Depuis le début d’année scolaire, les suspicions de cas de Covid-19 perturbent la tenue d’une partie des cours et obligent à un enseignement « hybride ».”

Jauge à 50% dans les lycées ? « Toutes les hypothèses sont prévues », répond Blanquer Publié par Fériel Boudjelal
Dès aujourd’hui, les universités ne peuvent être remplies qu’à 50% de leur capacité maximale. Le ministre de l’Education a tenu à rappeler que « la situation est très différente entre l’université et le lycée ».”

La jauge à 50% s’organise difficilement dans les universités Publié par Chloé Le Dantec
Sur twitter, de nombreux universitaires font part des difficultés de leur établissement pour mettre en oeuvre la jauge à 50%.”

Coronavirus : jauge à 50%, distanciation... les universités de la région sont-elles prêtes face aux restrictions ?
Depuis mardi 6 octobre, les salles de classe et les amphithéâtres des universités ne peuvent être remplis qu’à 50% de leur capacité au maximum en zones d’alerte renforcée et maximale. Dans la région, et notamment à Toulouse, ville concernée par la mesure, les universités s’organisent face aux restrictions.”

Et pendant ce temps... Le ministère lance les évaluations d’établissements
Créé par la loi Blanquer en lieu et place du Cnesco, le Conseil d’évaluation de l’école (CEE) a présenté le 6 octobre la plateforme qui permettra aux établissements secondaires de réaliser l’auto-évaluation, prélude à l’évaluation externe de l’établissement. Le dispositif sera étendu aux écoles primaires dès la prochaine année scolaire. Pour le CEE, l’évaluation interne et externe va permettre de faire réussir les élèves. Elle est largement coopérative. Mais elle reste complètement dans la main du chef d’établissement pour sa réalisation et dans celle des recteurs pour le calendrier. Alors que les établissements croulent sous les difficultés, le CEE veut lancer les évaluations dès cette année.”

Ressources

Trop scolaire orientation, Par Jacques Vauloup
Inspectrice générale de l’éducation, du sport et de la recherche, Frédérique Weixler livre un essai personnel sur L’orientation scolaire : paradoxes, mythes et défis. L’ampleur des inégalités de destin scolaire en fonction des origines socio-économiques se trouve au centre du débat éducatif en France depuis des années, dit-elle pour commencer. On ne saurait la contredire. Mais encore ?

Le numéro 86 d’octobre 2020 de Diotime vient de paraître, gratuitement téléchargeable sur www.educ-revues.fr/diotime/

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Personnels - Supérieur - En bref...

7 Octobre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Dans les écoles primaires, veillée d'armes avant le déconfinement

Au lendemain de la journée des enseignants, les médias parlent des personnels, des leaders en temps de crise d’après le thème de l’UNICEF, crise certes, mais surtout financière selon Eurydice. Comme la crise est aussi sanitaire, mais principalement à l’université d’après le ministre, les clusters impliquent la réorganisation des enseignements. Enfin, un beau portrait de réussite et d’autres brèves.

Les personnels

Vousnousils met les enseignants à l’honneur : « "Enseignants : leaders en temps de crise et façonneurs d’avenir" : c’est le thème de l’édition 2020 de la Journée mondiale des enseignants, organisée ce 5 octobre par l’UNICEF, l’Organisation internationale du Travail et l’Internationale de l’éducation.
« Les enseignants ont continué d’assurer l’éducation de leurs élèves »
Depuis 1994, la Journée mondiale des enseignants est célébrée chaque 5 octobre, date de la signature de la Recommandation OIT/UNESCO de 1966, concernant la condition du personnel enseignant. Cette année, le thème de la Journée est « « Enseignants : leaders en temps de crise et façonneurs d’avenir ». Un sujet d’actualité vu l’implication des professeurs cette année pour maintenir la continuité pédagogique pendant la crise sanitaire.
 »

Le Monde publie une tribune de Marie Gaussel, Chargée d’étude et de recherche au service veille & analyses de l’Institut français de l’éducation. « Les enseignants peuvent partager des « croyances » ou « certitudes » professionnelles que leur formation initiale, en train d’évoluer, ne peut ignorer, rappelle Marie Gaussel, chargée d’étude et de recherche à l’Institut français de l’éducation. »

Capital profite de cette journée pour parler d’Eurydice « le réseau européen d’information sur l’éducation, vient de publier son rapport annuel sur le salaire des enseignants sur l’année scolaire 2018-2019. Et une fois encore, de grosses disparités sont observées au niveau européen. Si elles s’expliquent en grande partie par des différences de niveau de vie, elles persistent dans certains pays avec un niveau de vie comparable. » [...]
[L]« es professeurs français qui touchent en moyenne 2,5 fois moins que leurs homologues luxembourgeois. En France, un enseignant débutant touche entre 26.329 euros et 27.709 euros bruts par an qu’il enseigne dans le primaire ou le secondaire. En fin de carrière, ils peuvent atteindre entre 46.338 et 47.855 euros bruts par an. Bien loin des salaires touchés par les profs luxembourgeois. À titre de comparaison, nos voisins espagnols rémunèrent aussi bien mieux leurs professeurs, avec un salaire minimum en début de carrière pour un enseignant du primaire de 34.554 euros bruts par an. »
BFMTV complète : « ces différences portent non seulement sur les salaires de départ des enseignants, mais aussi sur les augmentations salariales tout au long de leur carrière professionnelle. »

Ouest-France s’étonne qu’à Caen, les états généraux du numérique se déroulent « sans les syndicats »
« Les « États généraux du numérique », initiés par le ministère de l’Éducation se déroulent, pour l’académie de Normandie, le 5 octobre au conservatoire du Havre et mardi 6 octobre, à l’Atelier Canopé à Caen. « On est loin d’une logique participative et consultative, dénonce le syndicat d’enseignants FSU (Fédération syndicale unitaire). L’institution n’a pas jugé bon d’inviter les organisations syndicales représentatives, qui auraient eu des analyses à partager sur ce sujet comme sur tant d’autres. » »

Sur FranceInter, un beau portrait, celui de « Toufik Khanifi : CPE sur tous les fronts, à Aubervilliers. Portrait en longueur et en action d’un homme essentiel à la bonne marche d’un établissement scolaire. Toufik Khanifi est CPE : conseiller principal d’éducation. Il exerce dans un collège de Seine-Saint-Denis. Claire Chaudière l’a suivi. »

Supérieur

Le Parisien rappelle la situation en Ile-de-France « Suite aux nombreuses images d’amphis bondés de la rentrée et aux nombreux clusters recensés dans les Campus dans toute la France, le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures pour essayer d’enrayer l’évolution croissante de l’épidémie de Covid-19.
Au 5 octobre, 203 clusters étaient actifs à Paris et en IDF, 40% concernent des établissements d’enseignement (collèges, lycées, universités, grandes écoles...)
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait déclaré avoir été « choqué » par les images d’amphis bondés des facs. De son côté la Maire de Paris, Anne Hidalgo a aussi fait part de son étonnement en voyant que les capacités d’accueil des universités n’avaient pas été adaptées suite à l’afflux massif de nouveaux bacheliers. Elle a même déploré une situation « catastrophique » dans les facs.
 »

France3 présente la situation à Toulouse. « les amphis des universités de Toulouse ne pourront être remplis qu’à 50% de leur capacité au maximum. A compter du 6 octobre, les universités de Toulouse, placé en zone d’alerte renforcée pour l’épidémie de Covid-19, devront instaurer une jauge pour tous les espaces d’accueil à 50 % au plus de leur capacité nominale. La mesure doit permettre de limiter la progression du virus. »

Hé oui, car, au 4 vérités de France2 ce matin, le ministre a déclaré qu’« On constate des choses très différentes à l’université et au lycée. Le plus important, c’est ce qui se passe en dehors de l’établissement, et il se trouve que la vie étudiante a été plus contaminante. »

De ce fait, Ouest-France explique que les universités sont « forcées de renforcer l’enseignement à distance. Les établissements d’enseignement supérieur des zones classées en alerte renforcée et en alerte maximale doivent limiter la jauge des salles à 50 %, dès ce mardi 6 octobre. Un casse-tête. »

LCI se demande comment s’organiser dans ces conditions : « L’hypothèse la plus probable serait de proposer aux étudiants une présence alternée à l’université. Une semaine en présentiel et une semaine à distance, ou bien, un jour à l’université et un jour au domicile. Les universités Paris 1, Pathéon-Sorbonne, et Paris 3, Sorbonne-Nouvelle, ont déjà mis en place ce système de présence alternée, avec deux groupes par classe scindés par ordre alphabétique. D’autres universités comptent utiliser le numéro des étudiants pour former deux groupes en fonction des nombres pairs et impairs.  »

Jean-Francis Pécresse dans les Échos dans son édito « Nous n’avons pas préparé l’université à ce nouveau modèle, mi présentiel, mi-distanciel. C’est pourtant essentiel car tout l’enseignement ne peut se faire à distance. » (réservé abonnés)

En bref

Le Monde continue sa série "Territoires vivants" avec l’histoire de « Cheik Sidibé, étudiant en histoire de 18 ans, raconte les rencontres et soutiens à l’école qui lui ont permis de sortir par le haut de sa scolarité accidentée. »

WeDemain revient sur le « forum éducation : le numérique éducatif va-t-il changer l’école ? Introduire le numérique dans la salle de classe, opportunité ou fausse bonne idée ? Le Forum spécial éducation, co-organisé par We Demain et Franceinfo, a rassemblé le 24 septembre des acteurs de terrain pour imaginer le futur de l’éducation. »

Libé raconte le quotidien d’« Une association du XIIe arrondissement [qui] accompagne des mineurs isolés pour qu’ils puissent être scolarisés. »,

Emilie Kochert

Lire la suite

Revue de Presse Education... Séparatisme — Numérique — Parcoursup — Covid — Divers...

6 Octobre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pefagogiques Publié dans #Education, #Médias

Le Télégramme - France - Enseignement. La formation des profs, maillon  faible de la France

Depuis le discours de Macron, une avalanche de réactions. On parlera du numérique, de Parcoursup et du/de la Covid. Et un peu de divers pour terminer cette première revue de la semaine ;


JPEG - 147.3 ko

Crise de l’isolement, le dessin de Fabien Crégut

Séparatisme

Séparatismes : l’instruction scolaire à domicile sera "strictement limitée"
Lors de son discours aux Mureaux, vendredi, dans les Yvelines, Emmanuel Macron a dévoilé son plan d’action de lutte contre les séparatismes, et notamment contre l’islamisme radical. Le président de la République a annoncé que l’instruction scolaire à domicile serait "strictement limitée" aux impératifs de santé. L’instruction à l’école sera donc rendue obligatoire dès 3 ans à la rentrée 2021.”

Fin de l’école à la maison : « C’est un grand coup »
Les spécialistes saluent la portée symbolique de la décision d’Emmanuel Macron, ce vendredi, de limiter l’instruction à domicile.”

Macron, le "réveil républicain" et l’Ecole
La loi contre les séparatismes se réduira à un seul : le séparatisme islamique. Emmanuel Macron a présenté le 2 octobre, aux Mureaux, les principaux points de cette loi qui concernera en premier point l’Ecole. JM Blanquer a donné des précisions le 4 octobre sur BFM. Le président de la République annonce la fin de l’instruction à domicile, la suppression des ELCO, le renforcement des contrôles sur les écoles hors contrat, celui des cours d’arabe. Comment concilier "réveil républicain" et dénonciation et réorganisation d’une seule religion ? Comment le faire avec un soutien important à l’enseignement catholique et le maintien d’un concordat en Alsace - Lorraine ? L’instruction, prétexte ou réelle finalité ?

Instruction à domicile : que dit la loi en vigueur ? par Ambre Lepoivre
Si des changements se profilent concernant l’instruction à domicile à compter de la rentrée 2021, pour l’heure, la loi permet à tout parent de choisir ce mode d’enseignement, sans motif particulier.
Dès la rentrée 2021, l’instruction scolaire à domicile sera "strictement limitée, notamment aux impératifs de santé", a annoncé ce vendredi Emmanuel Macron lors d’un discours sur les séparatismes. Ainsi, l’éducation deviendra obligatoire au sein de l’école dès l’âge de 3 ans pour tous les enfants, sauf motifs de santé impérieux
.”

La suppression annoncée de l’instruction à domicile scandalise les familles Par Marie-Estelle Pech
Quelque 50.000 enfants sont actuellement scolarisés en famille, dont la moitié pour des raisons médicales.
Coprésidente de l’association Laia, Alix Fourest, qui a scolarisé ses deux enfants à la maison, à Toulouse, s’étonne de la « radicalité de la mesure ». « Nous savions qu’Emmanuel Macron allait parler de nous et nous attendions à un énième tour de vis. Mais une interdiction pure et simple, non ! », s’étonne-t-elle. Elle estime qu’avec cette annonce, le président « écrase une mouche avec un marteau » car les familles qui font ce choix pour des raisons de séparatisme religieux sont « extrêmement minoritaires »
.”

Et Macron inventa l’école obligatoire pour tous : une révolution ?
Pour lutter contre le séparatisme islamiste, Emmanuel Macron entend limiter drastiquement les possibilités d’instruction à domicile. Au risque de générer des dommages collatéraux.”

Loi sur le séparatisme : interdire l’école à la maison, une atteinte grave à la liberté d’enseignement
En voulant lutter contre le séparatisme islamiste, Emmanuel Macron déclare vouloir limiter drastiquement l’école à la maison. Une mesure surprenante, pour Anne Coffinier, dans la mesure où elle porterait atteinte à la liberté d’enseignement, qui est pourtant de valeur constitutionnelle.”

Lutte anticléricale, oui ;lutte antireligieuse jamais, jamais. Et l’Islam ? Par Claude Lelièvre Blog : Histoire et politiques scolaires
C’est la position classique des grands fondateurs en matière de laïcité. Et au moment où le Chef de l’Etat va sans doute clarifier sa position, il n’est pas inutile de réviser les gammes de la laïcité via Ferry, Jaurès et même Combes si l’on veut éviter de confondre la laïcité avec toute espèce de profession de foi. .”

Interview pour Abonnés :Ecole à la maison : « L’existence de cas de radicalisation est incontestable, mais c’est marginal » Par Cécile Bourgneuf Libération
50 000 enfants sont concernés par l’instruction à domicile, dont Emmanuel Macron a annoncé la fin vendredi. Pour Philippe Bongrand, maître de conférences en sciences de l’éducation, les raisons de la déscolarisation sont très diverses.”

Et il y en un qui se glisse dans le débat. Gérald Darmanin souhaite un renforcement de l’enseignement de l’arabe à l’école
Le ministre de l’Intérieur a donné plusieurs interviews ce dimanche dans lesquelles il a notamment défendu les propositions d’Emmanuel Macron pour lutter contre les "séparatismes".”

Numérique

Le ministère de l’Éducation nationale lance les “Territoires numériques éducatifs”
Le projet « Territoires numériques éducatifs » est expérimenté dans les départements de l’Aisne et du Val-d’Oise.
Dans le cadre de sa stratégie pour le numérique éducatif, le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports lance, en cette rentrée 2020, les « Territoires numériques éducatifs ». « Un projet innovant et pragmatique », a déclaré le ministre, Jean-Michel Blanquer, fin septembre. Les deux premiers départements concernés, l’Aisne et le Val-d’Oise, sont ainsi « les pionniers d’un déploiement sur tout le territoire d’outils qui répondent aux besoins de tous »
”.

Éducation : « La fracture numérique a fait de redoutables dégâts » Interview
Spécialiste de l’éducation, essayiste, chroniqueur radio et directeur adjoint de la rédaction du Monde, Emmanuel Davidenkoff était l’un des invités de l’Université du Futur, en 2018, à Poitiers.
Dans votre livre, le “ Tsunami numérique ”, paru en 2014, vous avez dressé un panorama plein d’espoir sur le numérique dans l’éducation. Aujourd’hui, quel regard portez-vous sur son rôle et sur l’intervention contrainte des parents pendant la pandémie ?

Parcoursup

Parcoursup 2020 : le bilan. 79% des bacheliers se disent satisfaits des réponses
La procédure Parcoursup s’est achevée le 24 septembre, l’occasion d’un bilan sur cette session 2020 très particulière, marquée par la crise sanitaire.”

Publication de la nouvelle édition 2021 de "SOS Parcoursup"​. par Bruno Magliulo
Cette nouvelle édition a été intégralement revue par rapport à la précédente. Elle est bien sur porteuse de toutes les informations concernant les modalités de Parcoursup telles qu’elles se présentent pour l’année scolaire 2020/2021. Je l’ai en outre enrichie en y ajoutant une partie nouvelle ("10 conseils stratégiques pour augmenter vos chances d’avoir satisfaction") qui s’est nourrie des nombreux échanges que j’ai pu avoir, depuis deux ans, avec les parents d’élèves, élèves, professeurs principaux, psychologues de l’éducation nationale et autres conseillers d’orientation, personnels de direction ... rencontrés dans plus d’une centaine de lycée de toutes sortes, au sein desquels j’ai été invité à venir faire une ou plusieurs conférences sur ce sujet.”

Covid

Covid : Les comptes fantastiques de l’Education nationale pour le Cafépédagogique
Alors que Paris et la petite couronne passent en "zone d’alerte maximale" avec la moitié des étudiants en distanciel, rien ne change à l’Education nationale. Jamais l’écart n’a été aussi grand entre les données ministérielles et celle de Santé publique France.”

A l’université, le Covid-19 fait planer l’incertitude dans les amphis
Quelques jours après la rentrée, une quarantaine de sites sont déjà fermés, selon la ministre de l’Enseignement supérieur. Pour les étudiants, qui jonglent entre cours en ligne ou en classe, la peur de l’isolement est réelle.”

Crise sanitaire : rentrée universitaire hors du commun dans les facs d’Ile de France Par Nathalie Doménégo
Cette rentrée universitaire 2020 relève d’un véritable casse-tête pour les facultés franciliennes qui doivent résoudre cette double équation : accueillir d’avantages de nouveaux étudiants que les années précédentes et mettre en place de nouvelles mesures sanitaires dans l’enseignement.”

Divers

Quand en 2020 l’Education nationale véhicule des vieilles histoires de loup Par Roland Gérard sur son Blog : Le blog de Roland Gérard
Quel choc de voir encore véhiculées aujourd’hui par l’Éducation nationale des idées aussi dépassées qu’un loup cruel. C’est comme si l’écologie n’existait pas !
Et puis Une trentaine d’établissements fermés dans les Alpes maritimes
Après le passage de la tempête Alex et les nombreux dégâts qu’il a occasionnés, l’académie de Nice ferme jusqu’à nouvel ordre une trentaine de structures scolaires. C’est le cas de 24 écoles situées dans les vallées touchées par les crues, de 4 collège (Roquebillière, Saint Etienne de Tinée, Saint Sauveur, Breil-sur-Roya et Tende) et d’un lycée (Valdeblore). "Le CNED met à la disposition des écoles et des établissements des plateformes pour le premier et le second degré, susceptibles d’être utilisées en cas d’absence d’un professeur ou d’empêchement lié aux difficultés de transports. Ce dispositif permet aux élèves de réviser leurs cours grâce à un ensemble de ressources conformes aux programmes, pour tous les niveaux et dans les principales disciplines", ajoute le rectorat de Nice.”

Et ailleurs, En Pologne, le nouveau ministre de l’Education compare « l’idéologie LGBT » au nazisme Par Nelly Didelot dans LIbération
Ancien avocat et membre député du parti ultra-conservateur Droit et justice, Przemyslaw Czarnek est désormais en mesure de réécrire les programmes scolaires, ce qui inquiète la communauté éducative.”

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Maths - A domicile - Crise - Supérieur - Ressource...

3 Octobre 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Médias

https://img.aws.la-croix.com/2020/10/03/1201117363/lEtat-annonce-chiffre-50-000-enfants-scolarises-domicile-Difficile-direprecision-profil-quelles-motivations-familles_0_729_486.jpg

Les maths et la crise sanitaire squattent l’actualité.

Maths

Quelles explications pour la baisse de niveau en maths ?
“Comment peut-on expliquer une telle dégringolade de niveau en maths à l’école et la chute en fin de collège ? Au lendemain de la publication des résultats de l’enquête Cèdre, le ministère, des spécialistes, des syndicalistes donnent leur point de vue. Et ils sont souvent contradictoires.
Certitudes ministérielles
"Dans 3 ans tous les élèves de France sauront résoudre les problèmes", dit-on au ministère. Trois ans c’est la prochaine édition de Timms, une enquête internationale sur les maths où la France a fait un score désastreux en 2015. Le ministère ne veut pas porter la responsabilité de cette chute et préfère qu’on regarde un avenir qui sera forcément meilleur.”

Difficile équation
Mathématiques : derrière la chute libre du niveau des élèves, la pénurie de profs à la hauteur Avec Sophie Audugé, Jean-Rémi Girard
“Atlantico.fr : L’Education Nationale a publié une enquête qui montre que 54,4 % des élèves ont des acquis « fragiles » voire insuffisants en mathématiques à la fin du CM2. Comment expliquer un tel chiffre ? Seulement un écolier sur cinq est capable de réutiliser les notions de maths vues en classe dans des situations de la vie courante ou dans la résolution de « problèmes complexes » qui nécessitent de réfléchir de façon autonome.”

A domicile

Macron interdit l’enseignement à domicile sauf pour raisons de santé dès 2021 Par Astrid de Villaines
“Dans son discours sur les "séparatismes" prononcé aux Mureaux (Yvelines), Emmanuel Macron a ciblé le "séparatisme islamiste".”
“J’ai pris une décision sans doute des plus radicales depuis la loi de 1882 (loi Ferry qui rend l’instruction obligatoire, NDLR) ou celle sur la mixité à l’école en 1969”, prévient Emmanuel Macron en préambule de son annonce majeure. “L’instruction à l’école sera obligatoire pour tous en 2021”, annonce le chef de l’État qui prévient : l’instruction à domicile se limitera aux impératifs de santé.”

A chaud : Fin de l’éducation à domicile : peu d’élèves concernés, mais un vrai débatPar Marie Piquemal
“Seuls 50 000 enfants sont scolariés à la maison en France. La décision d’Emmanuel Macron de les ramener dans le système scolaire divise les spécialistes.”

Crise

Coronavirus :Les clusters plus importants dans le secondaire et le supérieur que dans les écoles
EPIDEMIE Au sein du milieu scolaire et universitaire, 80 % des clusters viennent de l’enseignement secondaire (45,7 %) et de l’enseignement supérieur (33,3 %)

Le confinement et les pratiques numériques des enseignants
“Comment les enseignants ont-ils vécu le confinement ? Quelles pratiques numériques ont-ils développé ? Quelles sont leurs demandes en formation après cet événement ? Canopé publie un enquête auprès de 2000 enseignants de l’académie de Poitiers. Un enseignement : les usages du numérique restent dépendants des équipements et pas encore des questions pédagogiques.”

Supérieur

Covid-19 : dans le supérieur, « une quarantaine de sites fermés », selon Frédérique Vidal
“La ministre de l’Enseignement supérieur confie qu’elle espérait que les fermetures de facultés et autres établissements « n’arriveraient pas aussi vite ».”

Cours à distance : les universités toulousaines font peu à peu leur révolution numérique
“Trois semaines après la rentrée universitaire, les facultés et grandes écoles à Toulouse adaptent leur enseignement face à la crise du Covid-19 : le cours à distance devient la norme. Enseignants et étudiants témoignent d’un changement.”

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR :Lancement de la « Pizza des Sciences Humaines et Sociales » à l’IUT du Creusot
“L’objectif de la « Pizza des Sciences Humaines et Sociales » est de familiariser les étudiants de l’IUT avec des thématiques relevant des sciences humaines et sociales et de leur faire rencontrer des acteurs locaux qui participent au développement et au rayonnement territorial. Ce projet prend la forme d’une rencontre/débat autour de pizzas offertes une fois par mois en moyenne,”

Ressources

Yann Forestier : L’école en perspective
“Peut-on synthétiser l’histoire de l’Ecole depuis la IIIème République et les plus récentes recherches en sociologie de l’éducation ? Yann Forestier, professeur d’histoire géographie et chargé de cours à Rennes 2, le fait avec "L’école en perspective" (L’Harmattan). De cette synthèse particulièrement limpide se dégage une vision de l’Ecole , de ses enjeux et de ses conflits. Rarement on aura eu accès de façon aussi claire et rapide à ce qui se joue aujourd’hui dans l’évolution de l’Ecole. Yann Forestier revient sur quelques uns des sujets traités dans l’ouvrage.”
Yann Forestier, L’école en perspective, Brève synthèse des apports récents de la recherche sur les questions éducatives, L’Harmattan, ISBN : 978-2-343-20816-9 , 22.50€

Bernard Desclaux - Géraldine Duboz

Lire la suite

Revue de Presse Education... Sanitaire et réforme - Privé - Ressources...

2 Octobre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Collège : les élèves affectés selon le revenu des parents ? - Le Point

Comme toujours beaucoup de discussions et de polémiques à cause de la situation sanitaire et des "réformes". On parle aussi des difficultés de l’enseignement privé. Des ressources pour terminer.

Sanitaire et réformes

Jean-Michel Blanquer : « L’école n’est pas le nid du virus. On ne doit pas engourdir la société »
GRAND ENTRETIEN - Le ministre promet des augmentations de 50 à 100 euros par mois pour les jeunes enseignants. Par Marie-Estelle Pech et Caroline Beyer
“Éducation Covid, revalorisation des enseignants, loi contre le séparatisme, réforme du lycée et du bac : un mois après la rentrée, le ministre de l’Éducation nationale affiche toujours la même sérénité. À l’entendre, la France est un des pays qui a le mieux réussi sa rentrée, en faisant revenir tous les enfants à l’école. Aux enseignants mal payés en début et milieu de carrière, il continue de promettre une augmentation substantielle.”

Importante chute du niveau des écoliers en mathématiques Par Marie-Estelle Pech
“Nouveau coup dur pour l’éducation nationale. Selon une importante étude, Cedre, publié ce 30 septembre, le niveau des écoliers de CM2 a fortement baissé entre 2014 et 2019 en mathématiques alors que leurs performances étaient restées stables entre 2008 et 2014. La direction des statistiques du ministère de l’éducation nationale (Depp) a sélectionné 200 écoles, tant publiques que privées, soit un échantillon de 6000 élèves de CM2.”

Maths : Les élèves français décrochent
“Les résultats de l’étude Cèdre sur les maths portant sur les écoliers de Cm2 et les collégiens de 3ème sont sans appel. A l’école comme au collège le niveau en maths baisse. La baisse est un peu plus rapide à l’école. Mais à l’école comme au collège, la moitié des élèves a maintenant un niveau faible. Ces résultats ne sont pas non plus une surprise. L’enquête internationale Timms de 2015 avait mis en évidence le très faible niveau en maths des écoliers français.”

"La portée des notes" : les vertus de l’enseignement par la musique.
“"La portée des notes", nous emmène à Fougères, en Ille-et-Vilaine, à le rencontre de classes orchestre du collège Sainte Marie où la pédagogie donne la priorité à la pratique musicale. La musique comme un apprentissage de l’émancipation sociale, voilà la philosophie de l’établissement. Une réussite.”

Un budget de l’éducation en trompe l’œil
Chronique de Philippe Watrelot, enseignant et militant pédagogique
“Si l’on en croit la communication gouvernementale et les médias qui la répercutent sans recul, l’éducation serait l’une des grandes gagnantes de la loi de finances, autrement dit du budget pour 2021. Pensez donc ! Le budget de l’Education nationale atteindra 55,1 milliards d’euros, soit le plus élevé de l’Etat, avec 1,6 milliard de plus qu’en 2020.
Comme d’habitude, le diable se niche toujours dans les détails. Il y a d’abord la réalité des postes qui nie la démographie. Et surtout un budget qui n’est pas à la hauteur de la revalorisation attendue par les enseignants.”

JPEG - 35.6 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Et si la crise sanitaire changeait l’école… pour le meilleur !
Chronique de François Dubet sociologue, professeur émérite à l’Université de Bordeaux
“Il va de soi que l’épidémie de Covid-19 détruit les conditions élémentaires de la scolarité. Il est difficile d’aller en classe, et de faire la classe avec un masque sur le visage. Il est angoissant de ne pas savoir si l’école sera toujours ouverte la semaine prochaine, et chacun aspire à retrouver la vie scolaire « d’avant ».
Mais une fois le virus éloigné, la pandémie pourrait changer l’école bien plus profondément que ne l’a fait la longue accumulation des réformes et des directives pédagogiques.”
réservé aux abonnés

« Face à l’école de la défiance, il est temps de faire naître un projet alternatif »
Tribune d’Agathe Cagé, Politiste
“Dans une tribune au « Monde », l’ancienne directrice adjointe du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem propose des « assises de l’éducation » pour sortir du « sillon conservateur et excluant » imposé par Jean-Michel Blanquer, qui semble ignorer le malaise enseignant.”

« Derrière la réforme des concours de recrutement, une volonté de reprise en main du corps professoral » Tribune d’un Collectif
“Plus de cinquante membres du jury du capes de philosophie s’indignent, dans une tribune au « Monde », d’un projet de réforme des concours de recrutement des professeurs, qu’ils jugent « inefficace sinon délétère » et dont ils demandent l’abandon.”

Avec une très curieuse conclusion : “Le ministère serait par conséquent bien avisé de renoncer à une réforme dont tout indique qu’elle se montrera inefficace sinon délétère, et dont il est manifeste qu’elle est incohérente au regard des valeurs affichées. Il faut se tenir fermement au principe du recrutement des professeurs par leurs pairs, et maintenir le principe de deux épreuves orales à caractère pédagogique et disciplinaire si on souhaite recruter – et qui ne le souhaiterait pas ? – de bons professeurs. Ils seront de bons fonctionnaires parce qu’ils seront de bons professeurs.”

Le calendrier de Parcoursup 2021
“Parcoursup est l’un des rendez-vous incontournables de l’année de terminale, presque aussi important que le bac. Pour faire vos choix d’orientation dans le supérieur, la procédure se découpe en différentes phases importantes.”

Privé

Baisse des effectifs : l’enseignement catholique veut relever le défi
“Le privé constate une baisse des effectifs, surtout au niveau des classes du primaire.
Comme chaque année, le directeur de l’enseignement catholique de l’Aveyron fait le point sur la rentrée. Un retour sur les bancs de l’école que le contexte sanitaire a bouleversée. Quelques données sur les effectifs permettent d’en mesurer les effets : cette année, l’enseignement diocésain enregistre une baisse de 1 %. Les écoles perdent 150 élèves, alors que les collèges et lycées en gagnent 50. Au total, près de 13 200 élèves sont scolarisés au sein de 95 établissements et 65 associations, soit un tiers de l’offre d’enseignement du département.”

Une rentrée pleine de défis pour l’Enseignement Catholique, émission audio de 11 minutes.

L’enseignement catholique se découvre une fibre sociale… Par Charles Conte, Chargé de mission à la Ligue de l’enseignement
“...pour capter les moyens de l’éducation prioritaire. Un communiqué du Comité National d’Action Laïque.
La refondation de l’Education prioritaire initiée en 2014, prévoyait une révision de la carte des sites labellisés tous les 5 ans. Alors qu’une révision aurait dû avoir lieu en 2019, le ministre de l’Education nationale avait annoncé son report à la rentrée 2020, désormais décalé à la rentrée 2021 à cause de la crise sanitaire.
Le secrétaire général de l’enseignement catholique vient de déclarer, dans sa conférence de rentrée, vouloir poursuivre sa politique en faveur « d’une plus grande mixité sociale et scolaire ». Il a demandé à être pleinement associé à la nouvelle politique d’éducation prioritaire et ainsi bénéficier de moyens supplémentaires. Des fonds actuellement fléchés vers les réseaux d’éducation prioritaire, pourraient donc, en fonction des priorités académiques, être soustraits à l’enseignement public pour abonder les dotations des établissements privés.”

Ressources

Quand l’histoire fait dates, « Chaque épisode est en fait écrit de manière à anticiper sur une déclinaison pédagogique possible » Entretien avec Patrick Boucheron
“79, 1270, 1776, 1848... Comment ces dates se sont-elles glissées dans notre mémoire collective ? Qui a décidé lesquelles étaient mémorables ? Comment construit-on un événement, pourquoi, pour qui, et comment finit-il par entrer dans les manuels d’histoire ? Notre partenaire Educ’ARTE s’enrichit en cette rentrée d’une nouvelle saison inédite de la série « Quand l’histoire fait dates », qui revient sur quelques-unes de ces dates pour découvrir en quoi elles nous aident aujourd’hui à saisir le panorama d’une histoire globale. Entretien avec l’historien Patrick Boucheron, co-concepteur de la série.”

Lutte anticléricale, oui ;lutte antireligieuse jamais, jamais. Et l’Islam ?
Par Claude Lelièvre
“C’est la position classique des grands fondateurs en matière de laïcité. Et au moment où le Chef de l’Etat va sans doute clarifier sa position, il n’est pas inutile de réviser les gammes de la laïcité via Ferry, Jaurès et même Combes si l’on veut éviter de confondre la laïcité avec toute espèce de profession de foi, même d’athéisme .
https://blogs.mediapart.fr/claude-lelievre/blog/011020/lutte-anticlericale-oui-lutte-antireligieuse-jamais-jamais-et-lislam”

Le dessinateur argentin Quino, père de l’héroïne Mafalda, est mort
“Il a marqué des générations entières avec les aventures de la fillette à l’imposante chevelure noire, qu’il a croquées entre 1964 et 1973. Il était âgé de 88 ans.”
Mafalda et Charly Brown sont désormais tous les deux orphelins, et Quino a rejoint Charles Monroe Schulz

Géraldine Duboz et Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Covid toujours - tenue encore - budget jamais - En bref...

30 Septembre 2020 , Rédigé par Le Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Visite du collège-lycée intégral Roger-Lallemand : Le directeur : « Je  préférerais qu'on commence plus tard le matin » | Playbac Presse Digital:  journaux jeunesse Le Petit Quotidien, Mon Quotidien, L'actu, L'éco

La revue d’aujourd’hui continue à seriner les mêmes problèmes réels ou marronniers de l’école, dont le deuxième sert pas mal à masquer le premier et le 3è, je vous renvoie au sous-titre pour comprendre... Comme un air de manifestation ?

Covid toujours

Un article réservé aux abonnés dans les Dernières nouvelles d’Alsace concernant l’impréparation de l’Éducation nationale :«  Lors d’un point presse de rentrée, le SE-Unsa a décrit le mal-être observé parmi les personnels de l’Éducation nationale. Il a notamment lancé une alerte sociale dans le Bas-Rhin, liée aux difficultés de la prise en charge des élèves handicapés. »

Gurvan Le Guellec dans l’Obs analyse les résultats de la France face à la situation du« Covid à l’école : la France a-t-elle fait mieux ou moins bien que ses voisins étrangers ?
Comment a réagi le système scolaire français face à la pandémie, en comparaison avec les autres pays ? Nous avons posé la question aux analystes de l’OCDE. Les résultats laissent songeurs.
 »

JPEG - 99.1 ko

le dessin de Fabien Crégut
Lors de son intervention dans Audition publique sur Public Sénat, Frédérique Vidal a expliqué qu’à l’université « Rien ne dit que les contaminations se fassent au sein des établissements[...] Les images d’amphithéâtres surchargés et de salles de cours bondées inquiètent les étudiants, à l’heure de la rentrée universitaire. D’autant plus que les données récentes de Santé publique France laissent apparaître que les écoles et les universités sont devenues les principaux lieux où des foyers de contamination à la Covid-19 ont été identifiés, devant les entreprises. Invitée de l’émission Audition publique, sur les chaînes parlementaires, en partenariat avec Le Figaro Live, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, a affirmé que la recrudescence des cas s’expliquait par des rassemblements en dehors du cadre pédagogique. »

Dans le Monde, une tribune concernant l’université « il faut « profiter de la crise sanitaire que nous traversons pour (re)penser la formation »
“La formation à distance s’est imposée avec une grande brutalité, à l’occasion d’une situation sanitaire exceptionnelle, comme un substitut à l’enseignement présentiel, alors même que l’immense majorité des enseignants et des étudiants n’avaient auparavant ni la volonté, ni les besoins, ni les moyens de l’utiliser, constate un collectif d’universitaires.
 » réservé abonnés

qui répond en partie à ce témoignage de Muriel Conroy, professeure de français à Charenton-le-Pont dans Le Monde encore « Avec le masque, le cours est devenu une autoroute à une voix à sens unique. Depuis quatre semaines, la reprise n’est pas celle dont nous avions rêvé. » Réservé abonnés

En Inde, les écoles sont fermées depuis six mois... pas pour tous comme le présente cet article du Monde malheureusement réservé aux abonnés : « Les écoles publiques et privées ont mis en place des cours en ligne, inaccessibles aux enfants pauvres, privés d’équipement. » [...] « Avant l’épidémie, les enfants allaient dans une école publique à environ un kilomètre d’ici, et le centre leur apportait une aide pour leurs devoirs. Mais l’établissement a fermé. Désormais, nous sommes leur seul lien avec la scolarité, car les parents sont trop pauvres pour permettre à leurs enfants de suivre les cours en ligne. Le réseau de téléphonie n’est pas très bon ici et il n’y a pas d’électricité, en dehors de quelques panneaux solaires.  »

En France, ce n’est pas uniquement l’épidémie qui provoque les inégalités scolaires :
« Egalité des chances : « Les inégalités éducatives territoriales ne sont pas uniquement celles que l’on croit » » Une tribune dans Le Monde (réservée abonnés) de Pierre Champollion, chercheur en sciences de l’éducation et de la formation, Patrice Caro, chercheur en géographie humaine, et Angela Barthes, chercheuse en sciences de l’éducation et de la formation
« A la suite des annonces de l’exécutif pour promouvoir l’égalité des chances en élargissant les « cordées de la réussite », les chercheurs Pierre Champollion, Patrice Caro et Angela Barthes rappellent le poids des représentations des élèves venus de zones rurales. »

Tenue toujours

Quoi de mieux qu’une polémique cyclique et bien sexiste pour masquer les vrais problèmes ? Rien !

Dans Marianne, un sondage IFOP bien répugnant « "No bra" rejeté, "crop top" qui divise, débardeurs acceptés : l’avis contrasté des Français sur la tenue des lycéennes »
« Personne n’a vraiment compris ce que le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer entendait lorsqu’il a encouragé les lycéennes à s’habiller "de façon républicaine" en allant en cours. Mais la question passionne et divise : en marge de la rentrée scolaire, et alors que l’été a été marqué par une série de polémiques où des femmes se sont vues refuser l’entrée de lieux publics (supermarché, musée) en raison de leur décolleté, des jeunes se sont mobilisées pour dénoncer les règles vestimentaires de leurs établissements scolaires, jugées trop strictes et sexistes. »
Pour la totalité du sondage et son analyse, voir le site de l’IFOP...

Autre son de cloche dans Le Monde, par Catherine Ambeau, une enseignante qui pense que « Le système éducatif doit permettre aux jeunes de s’affranchir des représentations sexistes ». « L’enseignante en lycée professionnel Catherine Ambeau regrette les remontrances subies par des adolescentes à cause de leurs tenues vestimentaires. Selon elle, cette polémique renvoie à la question de la visibilité du corps des filles à l’école et à la tradition patriarcale du contrôle de l’apparence. »

Hier, l’émission de Louise Tourret, Être et savoir, sur France culture revenait sur ce sujet : à écouter ici

Séverin Graveleau dans Le Monde a écouté la chercheuse en sciences de l’éducation Anne Dizerbo (réservé abonnés) à ce sujet, et son constat est sans appel : « L’institution cherche depuis toujours à disciplinariser le corps des élèves
 »
« Les débats sur ce qu’il convient ou non de porter à l’école sont très anciens. Ils ont pris cette fois-ci la forme nouvelle d’une dénonciation du sexisme perçue par des jeunes filles dans les règlements de leurs établissements mais, sans nier son existence, on peut émettre l’hypothèse que c’est une autre façon de remettre en cause les normes édictées par l’école.
Ces débats récurrents interrogent le rapport que l’école entretient ou non avec l’extérieur, ses débats, avec la « vraie vie », dans la construction identitaire des élèves. Il questionne ainsi les finalités de l’institution scolaire et les équilibres à trouver entre une école comme simple lieu d’instruction, formation de main-d’œuvre, ciment de la nation, mais aussi d’émancipation, d’épanouissement personnel, etc.
 »

Principal en varech publie sur son blog« Et si on venait à l’uniforme en milieu scolaire ? (et pourquoi non ?) »
« On lance un tweet, on fait le buzz, on invente un #J’emmerdeLesVieux #JefaisCeQueJeVeux, ça s’étripe joyeusement sur des avis profonds comme "c’était mieux avant, on avait le respect des anciens" et "Ok boomer", et puis le débat s’étiole et on passe à la polémique suivante.
Ça ressemble à ces bastons d’Asterix, à ces batailles rangées de la guerre des boutons, où finalement on ne sait plus bien pourquoi on se bat (et franchement on s’en fout un peu).
Et pourtant, ce débat sur la tenue des élèves, sur ce qui est normal ou non, républicain ou non, respectueux ou non, ce débat-là est passionnant et mériterait qu’on s’y attarde un peu.
Je vais donc m’y attarder, parce que j’ai envie et que finalement j’utilise ce blog comme bon me semble.
Mais je vais m’attarder dessus avec une focale particulière qui est celle de l’éducateur en milieu scolaire. Il ne s’agira pas de donner mon avis de père de famille, ni de celui du citoyen qui croise les élèves concernés, mais uniquement du point de vue éducatif en milieu scolaire (donc).
Que les choses soient claires : je suis, et cela m’est venu assez tardivement, partisan d’une permissivité vestimentaire que certains pourraient qualifier d’excessive.
En milieu scolaire, donc.
 » Lisez la suite...

Budget jamais

France Inter publie un chapô en apparence moins alarmant que d’habitude sur ce budget : « Le gouvernement a présenté ce lundi son projet de loi de finances pour 2021. Pour le premier poste de dépenses de l’État, à savoir l’éducation, la priorité est affichée sur le premier degré, qui va voir des créations de postes supplémentaires. Inversement, collèges et lycées voient leurs postes réduits.  »
Pourtant « Mais c’est un peu comme soustraire des choux à des carottes : on ne peut pas comparer un emploi à son équivalent en heure supplémentaire. Les professeurs font déjà des heures sup et peuvent difficilement en absorber davantage : par exemple, en 2019, le ministère avait déjà augmenté le nombre d’heures supplémentaires... mais un tiers seulement avait pu être assurées.  »

Dans Les Échos on s’intéresse aux augmentations« Budget 2021 : premières marches de revalorisation des enseignants et des chercheurs » et ça coince car « les modalités de mise en oeuvre inquiètent les syndicats. La hausse doit concerner en priorité les professeurs en début de carrière. « Les enseignants concernés verront leur augmentation de salaire à partir du mois de janvier prochain », a assuré Jean-Michel Blanquer. Tous les échelons ne seront pas éligibles à la hausse. »

Certains observateurs de presse considère que les situations des budgets de l’Éducation nationale et de l’ESR sont mitigées, la plupart considèrent qu’ils sont parmi les grands perdants voir dans L’Obs, Europe1, le Café pédagogique...

Pourtant, Séverin Graveleau du Monde a rencontré une professeure reconvertie « Alors que le manque d’attractivité du professorat et sa nécessaire revalorisation font régulièrement l’actualité, de plus en plus de salariés ou demandeurs d’emploi décident, sur le tard, de se reconvertir dans l’enseignement. » réservé abonnés
« « J’ai quitté mon métier pour devenir enseignante. J’étais ingénieure, bien payée, je naviguais de CDD en CDD, raconte cette professeure des écoles dans le Haut-Rhin, 36 ans, titulaire de deux masters. J’ai décroché le concours en candidat libre. Depuis, je bosse plus qu’avant, mais je suis heureuse. Les élèves sont fabuleux et épuisants, le métier imprévisible et passionnant. » Elle a attaqué au début du mois de septembre sa troisième rentrée scolaire. »

En bref

Dans ZDnet :«  Logiciel libre à l’Education nationale : une question, une non-réponse et des éléments
Open Source : Quand une députée interroge sur la place faite au logiciel libre dans l’Education nationale, elle reçoit une réponse du plus beau flou. Dommage, car il y avait à dire.
 »

Serge Denis, professeur émérite en sciences politiques à l’université d’Ottawa, analyse les propositions républicaines américaines sur l’éducation dans La Presse : « Jeudi 27 août 2020, 22 h 30, le président Donald J. Trump vient de terminer son discours d’acceptation de sa re-nomination du Parti républicain à la présidence. Étrangeté tout de suite notée : le président n’a pas cru bon d’exposer avec ce discours, non plus que durant la convention de son parti, une plateforme électorale. Ce qui ne signifie cependant pas l’absence d’objectifs spécifiques à sa campagne, outre sa propre réélection. Et certains de ces objectifs menacent très significativement le rôle du service public en éducation. »

Sur le site des Cahiers pédagogiques, Jean-Marie De Ketele, professeur émérite de l’Université catholique de Louvain en sciences de l’éducation parie sur l’intelligence collective
« Avec humour, Coluche disait : « Il faut mettre d’urgence un frein à l’immobilisme ». Un des experts internationaux de l’éducation les plus réputés, nous livre quelques propositions pour y arriver dans le système éducatif. On commence par le pari de l’intelligence collective. »

Emilie Kochert

Lire la suite

Revue de Presse Education... La crise sanitaire — Uniforme et correction — Et puis — Ressources...

29 Septembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... La crise sanitaire — Uniforme et correction — Et puis — Ressources...

Et bien la première revue de la semaine reprend la litanie habituelle de la crise sanitaire et de ses conséquences. La polémique sur la "tenue" scolaire s’estompe, effet de température ? Et puis un drame. Mais quelques ressources pour s’alimenter.

La crise sanitaire

Saint-Lô. Décrochage scolaire : « Des causes variées »
Chaque année, des élèves envisagent de suivre une formation mais ont des difficultés à s’adapter « et à cause de la crise sanitaire, les portes ouvertes et immersions, qui permettaient aux jeunes de toucher du doigt un métier, n’ont pas eu lieu, explique Séverine Fenouillière, responsable du Centre d’information et d’orientation (CIO) de Saint-Lô. Certains se sont donc engagés dans une formation qui, finalement, ne leur convenait pas. » En revanche, selon la responsable : « C’est le cas tous les ans. La crise sanitaire n’est pas une cause majeure. »

Covid : Les chiffres contestables de l’Education nationale
Alors que l’épidémie s’accélère en France avec la création d’un nouveau niveau d’alerte et la mise en place de nouvelles mesures de lutte contre le Covid 19, elle régresserait rapidement dans les écoles et établissements scolaires. Qui peut croire cela ? Les données diffusées par le ministère vont à rebours de l’évolution nationale.”

École : tablettes, kit numérique, voici comment l’Éducation nationale prépare les cours à distance
Du primaire au lycée, une classe sur deux sera équipée d’un kit numérique dans tous les établissements. Pour l’heure, le dispositif est testé dans le Val d’Oise et dans l’Aisne.”
En cas de reconfinement, total ou partiel, l’objectif est d’assurer la continuité pédagogique. À terme, il s’agit également d’assurer la possibilité d’assurer un enseignement à distance, quand un prof est absent, par exemple. De toutes les façons, le matériel que vient de déployer l’Éducation nationale dans le Val-d’Oise et dans l’Aisne, dans des écoles pilotes, servira quoiqu’il arrive. Hors crise sanitaire, le numérique a vocation à s’inscrire dans la pratique habituelle de la classe. Jean-Michel Blanquer évoque les logiciels qui « permettent de faire du calcul mental de manière ludique et pertinente » et les « petits robots » qui, « dès la maternelle », vont « initier les enfants aux rudiments de la programmation et de la géométrie », rapportent Les Echos.

Le procès fait au grand méchant "enseignement à distance" ne rend pas service aux étudiants par Hugo F. Responsable de projets numériques dans l’enseignement à distance dans une université parisienne
On parle d’enseignement “dégradé”, on se moque de termes comme “séquence pédagogique”. Mais laisser des étudiants collés les uns aux autres dans des salles vétustes présente un risque majeur.”

Coronavirus : 900 étudiants de l’Université de Bourgogne priés de rester chez eux Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne
Deux "clusters" ou "foyers épidémiques" ont été découverts vendredi soir au sein de deux promotions de l’Université de Bourgogne. La direction de l’établissement demande donc à 900 étudiants de deux promotions de rester chez eux durant quinze jours.”

Covid-19 : « Penser accueillir l’ensemble des étudiants sans drame sanitaire relève de l’irresponsabilité », une Tribune de Olivier Bos, Nicolas Frémeaux, Paul Maarek, Universitaires
Alors que la plupart des universités de l’Union européenne ont décidé de privilégier les cours à distance, les universitaires Olivier Bos, Nicolas Frémeaux et Paul Maarek s’inquiètent, dans une tribune au « Monde », de voir certains établissements, en France, privilégier l’accueil du plus grand nombre d’étudiants.”

Uniforme et correction

Éducation : l’uniforme "suscite une sorte d’émulation", affirme Éric Brunet
ÉDITO - “En réaction au mouvement #lundi14septembre, le ministre de l’Éducation nationale a exhorté les élèves à venir habillés avec "une certaine sobriété" et "d’une façon républicaine". De quoi relancer le débat sur l’uniforme.”

C’est quoi, une tenue correcte ? par Audrey Renault
Exigée dans certains établissements scolaires, la bienséance des vêtements repose largement sur des stéréotypes de genre.
Jean-Michel Blanquer doit s’en mordre les doigts. Depuis sa sortie polémique du 21 septembre en réaction au mouvement #14septembre, demander à ses ami·es ou à ses followers de juger si sa tenue est suffisamment républicaine est devenue la blague du moment. Mais derrière les plaisanteries se cache un vrai débat : c’est quoi une tenue correcte ? Quels vêtements sont valides, autorisés, justifiés dans l’enceinte d’un établissement scolaire ?

Et puis

Suicide d’Evaëlle : ce que l’on sait de la mise en examen d’une enseignante pour harcèlement
Après le suicide de leur fille en juin 2019, les parents d’Evaëlle avaient porté plainte contre sa professeure de français, qui a été mise en examen au début du mois pour harcèlement sur mineure.”

Décès d’Evaëlle, 11 ans : qu’a dit la professeure pour être poursuivie pour harcèlement ? par Eteme Severine Celestine
On ne saurait ne pas se rappeler de la petite écolière Evaëlle qui s’était suicidée sur son lit en 2019. Elle n’en pouvait plus du harcèlement scolaire qu’elle subissait de la part de son professeur. De quoi est-il question exactement ? Nous revenons sur ce dossier.
Ce délicat sujet refait surface à la suite de la mise en examen d’une enseignante le 4 septembre 2020. Elle est accusée d’avoir harcelé une élève de 15 ans
.”

Une enseignante mise en examen après le suicide d’Evaëlle, 11 ans : "Elle a interdiction d’exercer son métier"
La professeure de français de la collégienne, disparue en juin 2019, a été mise en examen pour harcèlement, au début du mois. Un soulagement pour la famille d’Evaëlle.”

Ressources

L’éducation a besoin d’un horizon mobilisateur (1re partie) par Jean-Marie De Ketele sur les Cahiers pédagogiques
Avec humour, Coluche disait : « Il faut mettre d’urgence un frein à l’immobilisme ». Un des experts internationaux de l’éducation les plus réputés, nous livre quelques propositions pour y arriver dans le système éducatif. On commence par le pari de l’intelligence collective.”

Le livre du mois du n° 563, Actualité de la métacognition
Les gestes professionnels dans la classe. Éthique et pratiques pour les temps qui viennent, Dominique Bucheton. ESF sciences humaines, 2020
Voilà un ouvrage essentiel «  pour les temps qui viennent  ». Professeure de collège puis formatrice d’enseignants en formation continue et chercheuse, Dominique Bucheton s’est toujours intéressée aux problèmes se posant au cœur de la classe. Son itinéraire l’a conduite à proposer avec d’autres chercheuses et chercheurs une modélisation des gestes professionnels de l’enseignant, mais elle n’a jamais entretenu l’illusion que tout s’y passerait entre pédagogie et didactique.”

Et enfin la recension par Richard Etienne de mon livre Orientation scolaire : les procédures mises en examen. Quel débat dans une société démocratique ?
Bernard Desclaux, L’Harmattan, 2020
"Bernard Desclaux vient de publier Orientation scolaire : les procédures mises en examen. Il poursuit une finalité ouvertement « démocratique ». On a souvent parlé de démocratisation lors de l’accès de toutes et tous à l’enseignement secondaire mais les sociologues ont préféré les termes de démographisation ou de massification. Quel est l’enjeu de l’orientation ? S’agit-il de préparer une affectation dans des formations pour que les entreprises bénéficient de talents et aptitudes révélés par des tests ? Ou de faire coïncider un projet d’élève avec ses résultats scolaires dans un système régi par la notation ? Voire de remplacer les filières par un système d’options, comme le fait la réforme du lycée ?"

Bernard Desclaux

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>