Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

medias

Revue de Presse Education... Réformes - Divers...

10 Janvier 2019 , Rédigé par Les cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Réformes - Divers...

Une actualité peu fournie aujourd’hui. On y parle encore et toujours des réformes.

Réformes

On commence par l’anniversaire d’une réforme : il y 60 ans, l’école devenait obligatoire jusqu’à 16 ans
“En France, l’école est obligatoire jusqu’à 16 ans. Il n’en a pas toujours été ainsi. On doit cette mesure à une ordonnance signée par le général De Gaulle, le 6 janvier 1959.”

Beaucoup plus actuel, la réforme du lycée professionnel. Quand Jean-Michel répond à Jérôme sur le « Harvard du pro » … Le blog de ELIANE LE PORT
“Interpellé par un auditeur de France Inter sur la réforme de la voie professionnelle qui supprime purement et simplement la moitié des horaires de l’enseignement général dans les programmes, Jean-Michel Blanquer ne se démonte pas et continue de défendre une réforme qui fera advenir, selon ses termes, le « Harvard du pro »…”

Les élèves s’expriment aussi sur les réformes.
« Réussir à l’école, ce n’est pas seulement avoir de bonnes notes » par Marlène Thomas
“« Libé » donne la parole à tour de rôle à des élèves de seconde pour recueillir leur avis sur le système éducatif et les réformes en cours. Aujourd’hui, Sandra, 15 ans.”

UN « LIEN DE CONFIANCE » RENFORCÉ POUR MIEUX BAILLONNER LES PROFS ?
Une mise au point efficace sur le prétendu devoir de réserve des enseignants.
“Fonctionnaires, les enseignants relèvent du statut de la fonction publique déterminé par la loi du 13 juillet 1983. Si celle-ci met noir sur blanc le respect de la laïcité, le « devoir de neutralité » et un devoir de discrétion professionnelle (c’est-à-dire ne pas dévoiler les informations qu’il détient) du fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions, nulle trace d’un « devoir de réserve ». Et pour cause : Anicet Le Pors, le ministre communiste qui porta le texte à l’époque, expliquait lui-même dans une tribune publiée en 2004 que « l’obligation de réserve ne figure pas dans le statut » des fonctionnaires. Au contraire : la loi expose en son article 6 que « la liberté d’opinion (leur) est garantie ». « En définitive, rappelait alors l’ancien ministre, la question est plus politique que juridique et dépend de la réponse à une question simple : le fonctionnaire est-il un citoyen comme les autres ? (…) Est-il un sujet ou un citoyen ? »”
Service national : J.M Blanquer s’oppose au port des signes religieux (i24NEWS)

Divers

VIDÉO - Éducation : pourquoi est-il dorénavant si simple de devenir professeur ?
« “ÉCLAIRAGE - Face au manque notable de professeurs dans certains collèges et lycées, l’Éducation nationale est contrainte d’embaucher de nombreux contractuels. Malgré l’inexpérience de certains candidats.” »

Dictée guidée : un nouveau moyen de progresser en orthographe ? Marie-Line Bosse, Professeur de psychologie, Université Grenoble Alpes
« Le dispositif d’apprentissage que nous avons testé est très simple : il s’agit de pratiquer régulièrement un exercice de dictée sur un support guidant l’écriture. Chaque mot du texte est à écrire dans un « squelette », composé de cases indiquant son nombre de lettres, leur forme (avec des lettres montantes ou descendantes) et la présence de « graphèmes », plusieurs lettres associées en un seul son ou « phonème » (comme « ou », prononcé « /u/ »).
Ainsi, les élèves sont aidés dans leur production et obligés, à chaque fois que leur premier choix orthographique ne correspond pas au squelette fourni, de réfléchir activement (par exemple en se remémorant une règle d’accord qu’ils allaient oublier d’appliquer) et de modifier leur production en conséquence. »

Les étudiants français n’ont pas trop la "bougeotte" ! Seuls deux lycéens sur dix quittent leur académie après le bac
Marie-Christine Corbier
“Une étude de l’Insee, publiée ce mardi, révèle une mobilité encore relativement limitée des jeunes bacheliers pour leur entrée dans l’enseignement supérieur.”

L’université de Chicago va construire un immense campus à Paris
“L’université de Chicago va implanter à Paris une base arrière pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient de 9 500 mètres carrés. Des passerelles sont prévues avec des établissements comme Sciences Po.” La question reste le prix des études dans cet établissement.

Parution de "SOS Parcoursup"​ Auteur : Bruno MAGLIULO, livre publié par L’Etudiant Editions, et disponible en librairies et sur l’Internet (www.editionsopportun.com) à partir du 10 janvier 2019.

Géraldine Duboz

Lire la suite

L’écran populaire... "Que font les individus des images et des personnages qu’ils reçoivent ainsi tous les jours?"

9 Janvier 2019 , Rédigé par La Vie des Idées Publié dans #Education, #Médias

L’écran populaire... "Que font les individus des images et des personnages qu’ils reçoivent ainsi tous les jours?"

EXTRAIT

Souvent allumé du matin au soir, le petit écran rythme plus que jamais la vie quotidienne des classes populaires. Mais que font les individus des images et des personnages qu’ils reçoivent ainsi tous les jours à leur domicile ?

Le regard du sociologue n’est jamais aussi perçant que lorsqu’il scrute des réalités banales qui semblent relever des seuls choix personnels des individus. La réception quotidienne de la télévision en est une au même titre que les goûts alimentaires et beaucoup d’autres comportements apparemment soustraits à l’injonction de toute norme sociale.

La télévision est aujourd’hui présente dans la quasi-totalité des foyers : plus de 95 % en sont équipés. Sa massification la banalise au point d’en faire une réalité quotidienne, si bien entrée dans les mœurs qu’elle apparaît dépourvue de tout relief social. Les sociologues eux-mêmes ont fini par s’en désintéresser.

Pourquoi si peu d’études aujourd’hui sur la réception de la télévision, alors que depuis les années 1960-1980, la durée moyenne de réception a quasiment doublé, et plus encore au sein des catégories sociales populaires ? Olivier Masclet pointe les effets pervers des travaux de deux grands sociologues, Bourdieu et Hoggart ! Le premier réduit l’attrait de la télévision dans les milieux populaires à un degré zéro des pratiques culturelles. Richard Hoggart suppose lui que la culture populaire traditionnelle est assez forte pour rendre imperméables ceux qui la partagent aux « illusions » des messages délivrés par les médias. Moralité : circulez, il n’y a rien à voir pour le sociologue dans les relations des classes populaires à la télévision.

L’enquête menée par Olivier Masclet démontre le contraire. Renouant avec l’objectif fixé par G. Friedmann dans les années 1960 de décrire la « télévision vécue », il cherche à comprendre comment les usages que font de la télé les familles populaires modifient ou non leur identité sociale, transforment leurs styles de vie et donnent forme à leur rapport au monde. Pourquoi Karine, femme au foyer et sans diplôme, préfère-t-elle Cristina Yang à Meredith Grey qui est pourtant l’héroïne principale de la série Grey’s Anatomy ? Pourquoi, au lieu de s’identifier à la première, tout entière orientée vers l’altruisme, se sent-elle plus proche de Cristina, virile, ambitieuse et sans pitié, « cash et rentre-dedans » ? Les dimensions morales de l’interaction se révèlent ici décisives. Le projet est ambitieux et délicat à réaliser. L’accès à l’intimité des familles implique un climat de confiance. Le sociologue doit convaincre celles et ceux qu’il interroge qu’il est aussi familier qu’eux des univers très variés qu’ils fréquentent à travers leurs écrans, sans manifester le moindre jugement de valeur qui risquerait de transformer l’entretien en examen de légitimité culturelle. La tâche est d’autant plus rude que la fracture culturelle entre ces univers et ceux dont les milieux intellectuels sont familiers est profonde : les chaînes du service public, Antenne 2, Arte, la Cinq n’ont presque jamais droit de cité sur les écrans des familles populaires enquêtées !

L’auteur a pris le parti d’interroger des personnes qu’il connaissait parce que leurs enfants étaient scolarisés dans la même école que les siens ou qu’il les rencontrait dans le cadre d’associations ou d’autres activités au sein d’une même ville. Compte tenu d’un cahier des charges aussi lourd et d’une population aussi réduite, l’intérêt et la richesse de cette enquête relèvent du tour de force.

(...)

À propos de : Olivier Masclet, L’invité permanent, la réception de la télévision dans les familles populaires, Armand Colin, 2018, 272 p., 24 €

Christian Baudelot, « L’écran populaire », La Vie des idées , 2 janvier 2019. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/L-ecran-populaire.html

Suite et fin à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Revue de Presse Education... Les dires de Blanquer — Questions — Divers...

8 Janvier 2019 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Les dires de Blanquer — Questions — Divers...

Petite actualité pour cette journée de reprise.

Les dires de Blanquer

Les réformes scolaires au stylo rouge ? Jean-Michel Blanquer, invité des Matins de France Culture
Après les « Gilets jaunes », ce sont les « Stylos rouges », mouvement de professeurs et de membres de l’Education Nationale né sur Facebook, qui expriment leurs revendications. Il y avait eu le #PasDeVague en novembre, c’est donc la deuxième fois qu’un mouvement de contestation des enseignants émerge en dehors des syndicats et sur les réseaux sociaux.
Projet de loi « pour une école de la confiance », nouvelle formule du lycée : l’année 2019 s’annonce riche en changements pour l’Education nationale. Nous recevons aujourd’hui pour en parler le ministre de l’Education nationale et de la jeunesse, Jean-Michel Blanquer
.”

France : un CAPES d’informatique verra le jour en 2020. Et sera suivi du lancement d’une agrégation dans le même domaine.

Questions

Éducation : et si les lycéens commençaient les cours à 9 heures ?
C’est une idée qui pourrait bousculer les habitudes des lycéens : et si les cours commençaient tous les jours au plus tôt à 9 heures ? "Pourquoi pas" envisager une expérimentation, répond Jean-Michel Blanquer.”

En 2019, une autre éducation aux médias est possible par Lucas Roxo et Amandine Kervella
S’il y a bien une chose que nous avons compris ces dernières années, à travers l’élection de Donald Trump ou l’affaire Fillon, et plus encore ces derniers mois avec le mouvement des gilets jaunes, c’est que tout le monde partage des fake news. Que ce soit des personnalités politiques, comme Eric Ciotti sur le pacte de Marrakech, des militants, comme ceux qui tiennent le compte Twitter Team Macron, des éditorialistes, comme ici sur CNews, ou même des médias entiers comme ce fut le cas l’an dernier lors des événements à Tolbiac… Bref, les exemples sont nombreux et touchent aussi bien les journalistes que les profs ou les ingénieurs : nombreux.ses ont un jour posté une information non-vérifiée qui sentait bon le complot. La réalité, aujourd’hui, c’est qu’il est impossible de dresser un portrait type du « complotiste ». Ni jeune, ni vieux, ni de droite, ni de gauche… En réalité, il ou elle n’existe pas. Ou peut-être le sommes-nous tous et toutes au fond de nous.”

Les vacances scolaires : une pierre d’achoppement pour les « stylos rouges » ? Par Claude Lelièvre sur son blog : Histoire et politiques scolaires
Contrairement aux « gilets jaunes » qui peuvent apparaître comme un espace rassembleur de revendications de différentes catégories, les « stylos rouges » se présentent comme l’expression revendicatrice d’une catégorie particulière - celle des enseignants - avec ses spécificités, dont l’importance des vacances scolaires n’est pas la moindre, un aspect fortement distinctif voire clivant…

Divers

Université pour les étudiants étrangers : des personnalités appellent à "refuser le mur de l’argent"
Isabelle Adjani, Juliette Binoche, Aurélien Barrau, Cédric Klapisch, Lilian Thuram… Dans une tribune au JDD, de nombreuses personnalités exhortent le gouvernement à revenir sur la hausse des droits d’inscription pour les étudiants non-communautaires.”

Algorithme ou programme, quelle différence ? par Gerard Berry / Informaticien, professeur au Collège de France
La confusion des mots trahit celle des idées que nous nous faisons de l’informatique, pointe Gérard Berry. Et cela n’est pas sans conséquence sur notre compréhension de la notion de bug.”

"Algorithmes, la bombe à retardement" : l’enfer de l’évaluation automatisée expliqué par une mathématicienne
L’ouvrage de l’analyste et mathématicienne Cathy O’Neil, publié en 2016 en langue anglaise, vient d’être traduit en français. "Algorithmes, la bombe à retardement" explique en détail l’application concrète des algorithmes d’apprentissage automatique (logiciels "d’intelligence artificielle") dans la société américaine, avec toutes les conséquences qu’ils engendrent. Bienvenue dans l’enfer des machines évaluant les êtres humains.”

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Colères - Émancipation - Contexte - Enseignement...

5 Janvier 2019 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Colères - Émancipation - Contexte - Enseignement...

Une actualité assez légère aujourd’hui. On continue à évoquer les stylos rouges, orientation et réforme. Quelques articles de fond aussi.

Colères

Les « stylos rouges » s’inspirent des « gilets jaunes »
« 46.000 professeurs adhèrent à un collectif de revendications sociales sur Facebook. Leur objectif principal ? Un meilleur salaire ».

Avec le mouvement des « stylos rouges », les enseignants tournent-ils le dos à leurs syndicats ?
« Après #PasDeVague, c’est la deuxième fois qu’un mouvement de contestation des enseignants naît en dehors des syndicats et sur les réseaux sociaux.
Certains profs portent un regard critique sur l’action syndicale qui n’est pas jugée très efficace.
La résonance de ce mouvement va obliger les syndicats à opérer des changements dans leur manière de communiquer et de négocier. »

Les Stylos rouges : que veut ce nouveau mouvement de professeurs en colère ?
“« Nous étions six à créer le groupe le 12 décembre, aujourd’hui on est un peu débordé par les mails… » Jennifer, professeure des écoles, près de Caen, est l’une des fondatrices des « Stylos rouges ». Ce groupe fermé (privé) sur Facebook compte aujourd’hui plus de 47 000 membres. En dehors de tout syndicat, il a été créé par des enseignants de primaire, secondaire ou en lycée professionnel, qui se disaient « en colère ».”

Evaluation scolaire : Jean-Michel Blanquer irrite le mammouth (réservé aux abonnés)
« Le ministre veut fondre le Cnesco (Conseil national d’évaluation du système scolaire) dans un nouvel organisme. Syndicats et enseignants redoutent que celui-ci ne soit pas indépendant et n’apprécient pas que des chefs d’entreprise puissent faire partie des « évaluateurs » »

Emancipation

L’université, moment de l’émancipation pour des jeunes LGBT+
« Pour des jeunes LGBT+, la première année d’études est souvent une étape libératrice, où des mots finissent par se poser sur des réalités sourdes. »

L’orientation, un défi quand on veut « sauter une classe sociale »
« Les jeunes qui sont les premiers dans leur famille à accéder aux études rencontrent de grandes difficultés pour s’orienter dans l’univers des formations. Professeurs et conseillers d’orientation jouent alors un rôle-clé. »

Contexte

Dix principes pour penser dans un monde complexe. Publié par Ousama Bouiss sur TheConversation.
"L’affaire n’est pas simple, et pourtant nécessaire pour tout décideur. En effet, la quatrième révolution industrielle apporte son lot d’incertitudes et de défis : économiquement, l’adoption rapide de nouvelles technologies (Internet sur mobile, intelligence artificielle, big data et cloud) conduit à repenser les modèles d’affaires et les formes de l’emploi ; socialement, l’évolution du travail et le développement rapide des réseaux sociaux d’information conduisent à repenser nos modèles politiques et sociaux ; écologiquement, l’urgence climatique implique une métamorphose des modes de production…
Penser dans un tel contexte nécessite donc quelques changements indispensables. « Pour manager dans la complexité, il faut modifier nos schémas mentaux », expliquait par exemple Dominique Genelot, auteur du célèbre « Manager dans (et avec) la complexité ».
Pour mener à bien ce changement, nous vous proposons dix principes essentiels tirés de l’œuvre riche du sociologue et philosophe français Edgar Morin, « l’Apollo de la complexité ».”

Laurence Boone : "La France souffre d’inégalités des chances"
Propos recueillis Béatrice Mathieu,
“Elle figure parmi les 50 personnalités françaises les plus influentes de la planète. Laurence Boone, passée par Bank of America Merrill Lynch et surtout par l’Elysée, où elle fut la conseillère économique de François Hollande, a enfilé depuis l’été dernier le costume de cheffe économiste de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Bref, le club des pays les plus riches de la planète. D’une voix douce qui masque à peine une ambition assumée, elle explique ses craintes d’un ralentissement marqué de la croissance mondiale en 2019, ses regrets sur le manque de projet politique pour l’Europe et déplore la panne de l’ascenseur social en France. Rencontre.”

La socio-ethique professionnelle des enseignants
« La formation à l’éthique est un des éléments du référentiel de compétence des enseignants. Néanmoins, cette éthique ne peut être pensée de manière abstraite, sans prendre en compte le contexte social. »

Enseignement

Vos enfants ont mieux à faire qu’apprendre à coder
« Je suis développeur et je ne vais pas apprendre la programmation informatique à mes enfants : cela ne sert à rien. »

Coopération entre élèves. Organiser la coopération dans sa classe
Pierre Cieutat, Sylvain Connac, Cyril Lascassies et Cécile Morzadec
“Il y a les treize desserts de Noël, et il y a ces treize fiches libres de droits réalisées par Pierre Cieutat, Sylvain Connac, Cyril Lascassies et Cécile Morzadec, dans le cadre d’un atelier sur la coopération entre élèves des Rencontres du CRAP-Cahiers pédagogiques en aout 2017. Il s’agissait dans cet atelier de faire vivre aux participants des formes de travail organisées en classes coopératives. Pour susciter l’aide, l’entraide et le tutorat, un plan de travail a été adossé à une partie des échanges. Chaque participant a alors pu choisir d’étudier, seul ou avec d’autres, un item correspondant à ses besoins, intérêts ou désirs. C’est dans ce cadre que ces fiches ont été mises à disposition, pour accompagner les réflexions autonomes par des ressources structurantes.”

Nouvelle première générale à la rentrée 2019 : bientôt l’heure du choix des enseignements de spécialité par Isabelle Maradan.
“Les élèves actuellement en seconde seront les premiers bacheliers « nouvelle formule » en 2021. Les bacs ES, S ou L iront alors rejoindre les bacs A, B, C, D au rayon vintage. Les académies publient les cartes des enseignements de spécialité dans les lycées. Décryptage.”

Géraldine Duboz


Lire la suite

Revue de Presse Education... Blanquer — Evaluer — Supérieur — Contexte, histoire...

3 Janvier 2019 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Blanquer — Evaluer — Supérieur — Contexte, histoire...

Première revue de l’année 2019. Et toute l’équipe vous souhaite une belle année !

Blanquer

Et commençons par les vœux du ministre
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, présente ses vœux à "ceux qui œuvrent chaque jour pour l’éducation, parents, professeurs, personnels de l’éducation".“

Éducation, Jean-Michel Blanquer persiste sur la voie des réformes
La réforme du lycée n’est pas encore pleinement en vigueur que déjà le ministre de l’éducation ouvre de nouveaux chantiers, notamment ceux, sensibles, de la formation des enseignants et de l’évaluation des établissements.”

Les étapes de la réforme : ce qui change en 2019
Le 21 décembre, le ministère du Travail présentait à la presse les grands enjeux et changements prévus en 2019. Pour cette année d’exécution des réformes de l’apprentissage et de la formation professionnelle, qui nécessiteront un changement des mentalités, le gouvernement entend mettre l’accent sur l’accompagnement des acteurs.”

Dans la promotion de la Légion d’Honneur du 1er janvier, pour le ministère de l’éducation on trouve un certain nombre de personnes attendues : Souad Ayada, Philippe Tournier (ancien Pdt du SNPDEN), Aziz Jellab, ...Et puis il y a aussi notre copine Nicole Bouin et ça fait super plaisir pour elle !
Mme Bouin, née Guiyot (Nicole, Marthe, Marcelle), professeure et conseillère pédagogique académique honoraire, formatrice et spécialiste en sciences de l’éducation ; 44 ans de services.”

Vient de paraître : FAIRE PROGRESSER TOUS LES ÉLÈVES AU COLLÈGE
Enseigner pour qu’ils apprennent, Annie Di Martino, Anne-Marie Sanchez
Le collège unique a regroupé tous les élèves dans le même établissement. Cette démocratisation se heurte depuis des années à la difficile gestion de l’hétérogénéité et aboutit à une massification qui, d’après les recherches et les enquêtes internationales, creuse les inégalités sociales.”

Evaluer

Les réformes éducatives en 2018 : le vain leitmotiv de l’excellence ? Par Charles Hadji, Professeur honoraire (Sciences de l’éducation), Université Grenoble Alpes
L’année 2018 aura souvent entendu résonner les trompettes de l’excellence. Déjà, fin 2017, la nouvelle présidente du Conseil supérieur des programmes (CSP) avait dû sa nomination à son goût « de l’excellence pour tous ». Les réformes touchant le lycée, ou la charnière entre le lycée et les universités, « Parcoursup » – et qui viennent d’être violemment contestées par le mouvement lycéen de décembre – ont été initiées et conduites au nom de la recherche de l’excellence.”

Pourquoi, en France, l’évaluation des acquis des élèves est-elle si difficile ? question que se pose Alain Bouvier sur son blog
Est-il naturel de s’interroger sur l’évaluation des acquis des élèves français ? Oui, pourquoi ne saurait-on pas ce que savent nos élèves ? N’est-ce pas indispensable pour améliorer leurs apprentissages ? Curieusement, en France, ce sujet est source de vives polémiques. L’évaluation ne devrait-elle pas faire partie de la culture professionnelle des enseignants ? Pourquoi ces questions de bon sens rencontrent-elles autant de résistances ?

Rappel : La nouvelle instance remplaçant le Cnesco nécessitera 1 600 « experts évaluateurs »
Dans la mission du nouvel organisme d’évaluation, l’accent sera mis sur le pilotage et l’évaluation des établissements, alors que le Cnesco se consacrait surtout à des études thématiques sur les différents aspects des politiques éducatives.
L’étude d’impact situe le futur Conseil d’évaluation de l’école dans le cadre du renforcement de l’autonomie des établissements du 2d degré, lesquels auront « davantage de liberté dans l’élaboration de leur projet pédagogique, en contrepartie d’une responsabilisation accrue et d’une évaluation plus régulière ». Le ministère prévoit « dans un premier temps » l’évaluation de 7 800 établissements et estime qu’il faudra pour cela « 400 équipes au niveau national, soit environ 1600 experts évaluateurs ».
Ces derniers ne seraient « pas des personnels à plein temps », mais seraient « formés à l’évaluation et mandatés pour des missions ponctuelles à effectuer au cours de l’année ». Les équipes « seront composées sous l’autorité des recteurs, et pilotées par les corps d’inspecteurs territoriaux »
.“

Etonnante complaisance par Jean-Michel Zakhartchouk
Les comportements arrogants du président de la République, la façon de gérer l’Etat en passant par-dessus les « corps intermédiaires » (une notion un peu vague, qui mériterait d’être précisée), la vision technocratique de la « réforme », le manque d’écoute, tout cela est fustigé à juste titre à l’heure actuelle. Que la critique soit parfois excessive et qu’on soit passé, selon la formule, un peu vite de « lécher » à « lyncher », qu’on peine à énoncer des alternatives, dont le fameux RIC n’est certainement pas la meilleure ; avec sa logique binaire et ses risques populistes, c’est une autre histoire que je n’aborderai pas ici.”

Supérieur

Parcoursup 2019 : les obligations des établissements d’enseignement supérieur, publié sur Vie Publique.
La Commission nationale informatique et liberté (Cnil) a publié, le 26 décembre 2018, sous forme de « foire aux questions », un article destiné à accompagner les établissements d’enseignement supérieur dans le cadre de Parcoursup, le dispositif numérique d’enregistrement des candidatures et d’affectation des bacheliers dans le 1er cycle d’enseignement supérieur.”

L’année de césure, une année de plus ou une année de moins ?
"Faire une pause dans ses études pour partir à l’étranger, se consacrer à un projet personnel, découvrir le monde de l’entreprise… L’année de césure s’impose peu à peu dans le déroulement des cursus universitaires. Un investissement parfois à double tranchant pour les étudiants."

Contexte, histoire

Le livret scolaire, cet auxiliaire du bac par Marie-Odile Mergnac
Une création due au baccalauréat. Le livret scolaire est né en 1890, pour les lycéens uniquement, dans une optique utilitaire liée à l’examen du baccalauréat : c’était une façon de réduire les aléas de l’examen en tenant compte des résultats sur l’année précédente. Le décret de 1890 précise que le livret « a pour but d’empêcher que le candidat ne soit victime d’un accident, d’un trouble passager ». Les notes du livret ne sont pas regardées pour le calcul des points nécessaires au baccalauréat, mais leur prise en compte est obligatoire lors des délibérations des jurys pour d’éventuels rattrapages.”

’’Stylos rouges’’ en manque de ’’reconnaissance’’ et ’’en colère’’ par Claude Lelièvre sur son Blog : Histoire et politiques scolaires
C’est du moins ce qui apparaît au premier plan lors d’une interview récente de Jennifer, membre du groupe de six enseignants qui ont créé ce groupe à la mi-décembre : "on n’est ni reconnus par notre employeur ni par la société".” Un peu de perspective historique.

A propos des “stylos rouges”

Plusieurs articles reprennent l’information : des enseignants ont décidé de créer un collectif intitulé « Les stylos rouges » . [...]
Les stylos rouges veulent donc s’organiser sur le modèle des gilets jaunes et cherchent à élaborer une plate-forme de revendications et des modalités d’actions à partir des réseaux sociaux. Et cela semble séduire les médias, ce qui contribue à leur notoriété.
Comme beaucoup, je regarde ce mouvement qui se crée avec des sentiments ambivalents. Avec de l’agacement teinté de réalisme mais aussi un certain optimisme…
” (Les stylo rouges sont déjà 43000 sur le groupe Facebook)

Les oubliés de la République par angibault@gmail.com Blog : Atmosphères, atmosphères
Les enseignants sont les grands oubliés de la République : pouvoir d’achat en berne, mépris des politiques, c’est la nation qui se décompose, c’est la nation qui est menacée.”

Après 25 ans d’hésitations, la France semble se convertir pour de bon au télétravail par Caroline Diard, Professeur associé en Management des Ressources Humaines et Droit - Laboratoire Métis - Membre de l’AGRH, École de Management de Normandie – UGEI
À l’heure actuelle, le taux de télétravailleurs avoisinerait 25 % dans les entreprises françaises, selon une étude de Malakoff Médéric conduite en janvier 2018. Néanmoins, seuls 6 % des salariés le pratiquent de manière contractuelle. Mais ce taux devrait augmenter rapidement : d’une part, la hausse des prix à la pompe devrait inciter à ce mode d’organisation. D’autre part, le cadre juridique est devenu plus favorable depuis l’ordonnance n°2017-1387 du 22 septembre 2017 qui assouplit les règles régissant le travail à distance.”

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Réserve — Moyens et fins — Finances...

22 Décembre 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Réserve — Moyens et fins — Finances...

Vous prendrez bien une petite dernière !

Réserve

Une enseignante sermonnée pour avoir moqué Macron par Marie-Estelle Pech
« Pour le rectorat de Dijon, Sophie Carrouge est allée trop loin. Au point de faire convoquer jeudi après-midi cette enseignante par le directeur des ressources humaines. Afin de la rappeler à son “devoir de réserve”. Coutumière des tribunes incendiaires sur de petits sites Web proches de la gauche radicale, cette professeure de lettres du lycée Le Castel, à Dijon (Côte-d’Or), s’en est prise vertement le 12 décembre dernier à Emmanuel Macron. »

Obligation de réserve : neutralité et/ou neutralisation des enseignants ? par Claude Lelièvre sur son blog : Histoire et politiques scolaires
« L’invocation par le rectorat de Dijon du non-respect d’ une “obligation de réserve” par une professeure de lycée qui avait pris à parti en termes fort vifs le président de la République après son intervention télévisée du 10 décembre relance un débat sur la légitimité voire l’existence même d’une ’’obligation de réserve’’. »

Moyens et fins

Rentrée scolaire 2019 : des moyens au service de la réussite de tous les élèves, dans tous les territoires. Communiqué de presse de Jean-Michel Blanquer au BOEN (Bulletin officiel de l’Éducation nationale).

Rentrée 2019 : la répartition des moyens d’enseignement fait déjà débat par Mattea Battaglia, dans Le Monde.
« À peine détaillée, mercredi 19 décembre, la “carte scolaire” a fait réagir le monde enseignant. Les inquiétudes se concentrent sur le second degré, où la baisse des postes, selon le ministère, serait compensée par des heures supplémentaires en plus. »

Fin des séries, spécialités, contrôle continu... Ce que prévoit la réforme du lycée et du baccalauréat selon Francetvinfo.
« Les lycées français dévoilent depuis mardi les spécialités qu’ils proposeront à leurs élèves dès la rentrée 2019, en vue de préparer le nouveau baccalauréat. La première session aura lieu en 2021. »

Sur France Culture, la question du jour : « Que va changer la réforme du lycée sur l’orientation des élèves ? » est posée à Claire Guéville, secrétaire nationale en charge du lycée au SNES FSU, professeure d’histoire-géographie à Dieppe dans l’académie de Rouen.

Parcoursup dans un calendrier resserré
« La phase d’information de Parcoursup ouvre ce jeudi 20 décembre. Le fonctionnement de la plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur est inchangé, mais avec des délais d’attente écourtés, en réponses aux nombreuses inquiétudes et critiques. »

Finances

L’école coûte-t-elle trop cher ? question posée par L’Est républicain.
« Près de 155 milliards d’euros ont été consacrés à l’éducation en 2017. Soit 6,7 % du PIB. »

Comment les pays européens financent leurs universités par Louise Cuneo dans Le Point.
« Pour renflouer l’enseignement supérieur, le gouvernement veut faire payer les étudiants étrangers. Mais comment font nos voisins confrontés au même défi ? »

L’équipe des rédactrices et rédacteurs de la revue de presse des Cahiers pédagogiques vous souhaite de belles fêtes de fin d’années !

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Primaire - Secondaire - Orientation - Supérieur...

21 Décembre 2018 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Primaire - Secondaire - Orientation - Supérieur...

Et bien des questions dans cette revue...

Primaire

« Le premier degré n’est pas piloté » (1) Par Marc Bablet sur son Blog : Le blog de Marc Bablet
Tout annonce que les recteurs et les IA DASEN vont être réunis pour leur dire que le premier degré n’est pas piloté. Ce billet et les suivants vont chercher à comprendre ce que signifie cette obsession d’un pouvoir qui de longue date souhaite avoir davantage l’école à sa main et de quel pilotage ils parlent.”

L’École républicaine : une institution de la Troisième République
Au début de la Troisième République, sur les cendres encore chaudes des poussées démocratiques de La Commune, les lois Ferry de 1881 et 82 inaugurent une révolution éducative majeure : la création d’une école laïque, gratuite, obligatoire et suivant un programme commun à toutes les régions et toutes les classes sociales françaises.
RetroNews se propose de revenir sur la genèse et l’adoption progressive de cette idée révolutionnaire par la France entière, sur la création d’une nouvelle figure, le « maître d’école », de même que sur les nombreuses critiques et évolutions dont cette nouvelle institution a fait l’objet depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale
.”

Secondaire

Les programmes du lycée rejetés massivement par le CSE
Le Conseil supérieur de l’éducation étudie pendant deux journées, les 18 et 19 décembre, pas moins de 39 textes correspondant aux nouveaux programmes du lycée général et du lycée technologique. La première journée n’a statué que sur 15 textes. Tous les programmes, à l’exception de celui de physique-chimie, ont été repoussés par le CSE.”

Education nationale : des heures sup pour faire passer les suppressions de postes par Marie-Christine Corbier
Les suppressions de postes dans les collèges et lycées n’entraîneront pas de diminution du nombre d’enseignants devant élèves, assure-t-on au ministère de l’Education nationale. Dans le premier degré, 2.325 créations de postes seront réparties entre les académies, malgré une baisse du nombre d’élèves.”

Parcoursup, réforme du bac… la méthode du gouvernement en question. Par Mattea Battaglia et Camille Stromboni
Les ministres de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur ont mis en chantier des réformes d’ampleur, sans oser ouvrir véritablement le débat avec les lycéens.”

Éducation : "Mais quel est donc leur secret aux Finlandais ?" se demande Saporta
En Finlande, les élèves de ce petit pays de 5 millions et demi d’habitants caracolent en tête des classements internationaux en maths, en science et en lecture.”

Orientation

Dans les Cahiers pédagogiques, Éducation à l’orientation. « La compétence la plus précieuse : bien se connaître et prendre confiance en soi » Entretien avec Yves Dutercq
Les 8 et 9 novembre 2018, Yves Dutercq a présidé la conférence de comparaisons internationales du Cnesco (Conseil national d’évaluation du système scolaire) sur l’éducation à l’orientation, organisée en partenariat avec le Cese, France Stratégie et le Ciep. Professeur en sciences de l’éducation à l’université de Nantes, il apporte son éclairage de chercheur sur les failles du système d’orientation en France et des solutions concrètes pour y remédier.”

Voir mon commentaire de la conférence du CNESCO dans mon article : L’orientation scolaire, un non-dit quasi universel
Les jeudi 8 et vendredi 9 novembre, se tenait la conférence de comparaisons internationales sur l’éducation à l’orientation, organisée par le CNESCO[1]. Nathalie MONS, Présidente du Cnesco, professeure de sociologie à l’université de Cergy-Pontoise vient d’être associée à Pascal Charvet, pour une mission de réflexion sur l’orientation décrite dans une lettre de mission. Curieusement on ne la trouve pas sur le site du ministère, mais certains ont pu se la procurer et la publier[2]. De son côté, le Café pédagogique fait l’annonce d’une mission sur l’éducation à l’orientation tandis que la lettre ne donne aucun titre à cette mission et liste toute une série d’objectifs.”

Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, est l’invitée du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.
La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé ce mercredi l’ouverture de la plateforme Parcoursup dès jeudi 20 décembre pour l’orientation des futurs bacheliers. Une ouverture anticipée qui tire les conclusions d’une première année de fonctionnement très décriée et qui vise à tranquilliser les lycéens déjà angoissés l’année du baccalauréat.”

Valentin Perraud : Pour un conseil de classe participatif
Comment essayer de redonner une place plus importante à la pédagogie durant les conseils de classe ? Professeur d’EPS au collège Roger Martin du Gard à Epinay Sur Seine, Valentin Perraud présente un nouveau modèle de conseil de classe avec l’objectif d’impliquer davantage les élèves et les parents dans la réussite scolaire. Dans ce sens, chaque élève et chaque parent d’élève sont invités à y participer ce qui amène des véritables échanges durant ce temps scolaire.”

Supérieur

Enseignement supérieur : 30 ans de réformes, toujours trop d’inégalités par Magali Jaoul-Grammare, Chargée de Recherche CNRS en Economie, Université de Strasbourg
Depuis les années 80, la notion d’égalité des chances est au cœur de toutes les réformes éducatives et la lutte contre les disparités, qu’elles soient de genre ou sociales, est devenue une priorité politique. C’est d’ailleurs l’un des objectifs affichés de la réforme LMD (2002-2006) et du processus de Bologne, inscrit dans le code de l’éducation, qui a harmonisé l’organisation des études supérieures au niveau européen.
Pourtant force est de constater que malgré les nombreuses réformes politiques, « les dispositifs successifs sont venus s’empiler, perdant peu à peu en efficacité » (Ministère de l’Éducation nationale, 2015). Et selon l’OCDE et son enquête PISA (2012), la France est d’ailleurs le pays où le milieu social influence le plus les résultats scolaires
.”

Et au Japon ...
Cette nuit en Asie : Pour aider les garçons, des universités japonaises pénalisaient les filles trop douées
A Tokyo, une fac de médecine avait notamment mis en place de la « discrimination positive » pour les hommes, réputés moins matures.” pour les abonnés.

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Blanquer - Réformes des lycées - Supérieur...

20 Décembre 2018 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Blanquer - Réformes des lycées - Supérieur...

En approche des vacances, une petite revue de presse.

Blanquer

Jean-Michel Blanquer : "La robotique est une formidable opportunité pédagogique" par Philippe Crouzillacq
Au dernier salon Educatec-Educatice, la Ligue de l’enseignement, en partenariat avec le réseau Canopé, a consacré une table-ronde aux défis posés par la robotique éducative. Les intervenants, tous ardents défenseurs de la chose, y partageaient un point commun : la robotique éducative est pleine de (belles) promesses. Revue de détails.”

Jean-Michel Blanquer confirme ses ambitions sur l’apprentissage
Lors de la réception organisée par Wolrdskills France, ce mardi 18 décembre, afin de célébrer les excellentes performances de l’équipe de France des métiers aux Euroskills 2018, le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a confirmé sa volonté de renforcer les formations par l’apprentissage.”

Après #PasDeVague, la loi Blanquer accusée de vouloir museler les professeurs par Anthony Cortes
Après l’épisode #PasDeVague, les professeurs s’estimant peu soutenus par leur hiérarchie attendaient une réponse du gouvernement. Le projet de loi Blanquer insiste pourtant… sur leur devoir de discrétion, notamment sur les réseaux sociaux. Et ce, afin de ne pas porter atteinte à la "réputation" de l’Education nationale…

Et justement… Le DASEN des Bouches du Rhône : interdiction de réunion , éduc nat . Par avellino sur le blog : Le blog de avellino
""Afin d’éviter que ne s’installent chez nos élèves et leurs parents, des éléments d’information relatifs à la réforme du lycée et du baccalauréat, tronqués, incomplets voire fallacieux, je vous demanderai de bien vouloir veiller à ce que nos établissements ne puissent accueillir des temps de réunion communs entre enseignants, parents d’élèves et élèves." (sic)."

Réformes des lycées

Commençons par le professionnel. Pour Terra Nova, L’enseignement professionnel : une priorité
L’enseignement professionnel reste mal connu et ne fait pas toujours l’objet d’une vision collective partagée. La filière professionnelle, et à un moindre degré la filière technologique, restent mal considérées, et la coordination entre l’Éducation nationale et les entreprises demeure trop faible.Il est donc utile de retracer, dans les grandes lignes, les choix qui ont conduit à l’organisation actuelle de la filière professionnelle. Et il s’agit ensuite de se demander comment enclencher une nouvelle dynamique, ce que propose cette note de Terra Nova.” Par Daniel Bloch.

Au lycée, l’éducation morale et civique confrontée à ses illusions par B. Girard sur le blog : Histoire, Ecole et Cie
Dans le contexte actuel, avec un système éducatif où la transmission aux élèves de tout âge des « valeurs de la république » occupe une place centrale, obsessionnelle, la distance entre les principes affichés et la réalité vécue est impressionnante.”

Réforme du lycée, quels choix pour les élèves ?
Les académies commencent à dévoiler, mardi 18 décembre, les « enseignements de spécialité » qui seront proposés, lycée par lycée, à la rentrée prochaine. La réforme, qui supprime les filières, devrait s’appliquer différemment d’un établissement à l’autre.”

Lycées : le syndicat SGEN-CFDT réclame le "report" de la réforme du bac, "conçue dans la précipitation"
"Rien n’est stabilisé : ni les programmes, ni les offres de formation et spécialités, ni l’articulation entre compétences acquises et compétences attendues en post-bac", dénonce la secrétaire générale du syndicat SGEN-CFDT, Catherine Nave-Bekhti.”

Réforme du bac et du lycée : la liste des nouvelles spécialités communiquées par lycée
La réforme du bac se concrétise avec en première étape l’officialisation par établissement de la liste des nouvelles spécialités à choisir par les futurs bacheliers au lycée. Découvrez aussi les emplois correspondant aux meilleurs débouchés…

Lycées : la carte nationale des nouvelles spécialités dévoilée cette semaine
Les lycées dévoilent cette semaine quelles spécialités ils pourront offrir à leurs élèves à la rentrée 2019. Sept des douze matières seront obligatoires, mais les cinq options restantes ne seront pas proposées partout.”

Nouveau lycée : le très complexe choix des enseignements de spécialité à l’entrée des classes de première et terminale générales. Par Magliulo Bruno Analyse qu’il conclu ainsi : “Entre le rêve porté en aval par le lien entre le choix des enseignements de spécialité vers les "bons débouchés" dans l’enseignement supérieur, et la réalité qu’exprime en amont le bilan scolaire et personnel de l’élève, il va falloir que les familles, mais aussi les équipes pédagogiques, trouvent pour chaque lycéen un point d’équilibre. Le bon choix se situera au croisement de cette double façon d’aborder le problème du choix des enseignements de spécialité.”

Et il y aura quelques conséquences pour le supérieur...
Réforme du lycée : comment l’enseignement supérieur sélectionnera les jeunes en 2021 par Marie-Estelle Pech
Le choix des nouvelles spécialités impactera les possibilités d’orientation des lycéens après le bac.” Pour les abonnés.

Supérieur

Parcoursup 2019 : tout ce qu’il faut savoir sur la plateforme d’orientation
A partir de jeudi, les futurs bacheliers peuvent aller se renseigner en ligne sur leur orientation. Le site parcoursup.fr détaille le contenu des formations proposées sur la plateforme et les critères généraux d’examen des vœux. Les critères spécifiques sont fournis au cas par cas, au bon vouloir des universités. Le site se veut également plus simple et plus riche que son prédécesseur, notamment en expliquant à quoi mènent des diplômes au nom peu explicite.”

Question 12 des décodeurs : Le doctorat est-il un diplôme attractif pour les étudiants français ?
Comme nous l’avons vu avec la question d’hier, la mobilité est un phénomène grandissant, particulièrement pour les étudiants de l’enseignement supérieur. Le nombre d’étudiants en mobilité internationale est passé de 2 millions en 1999 à 5 millions en 2016. Mais quels sont les diplômes les plus attractifs ? Comment se situe le doctorat par rapport aux autres formations du supérieur ? C’est le sujet de la question du jour préparée avec Simon Normandeau, statisticien à l’OCDE.”

Trois pistes pour sauver l’enseignement supérieur par Cyril Pierre de Geyer / fondateur de Rocket School
Notre système éducatif a été pensé au XIXe siècle. Nos professeurs ont été formés au XXe et enseignent aux étudiants du XXIe siècle. A une époque où des empires commerciaux se font et se défont en quelques années, il y a un anachronisme édifiant dans cette approche. Pour s’adapter à ce monde instable et fluctuant, le système éducatif supérieur français doit se renouveler.”

Dans quelle mesure l’intelligence artificielle va-t-elle bouleverser l’enseignement du droit ? par Amaury DUJEAN
Intelligence artificielle, innovation, big data, legaltech, nouvelles technologies… tels sont les nouveaux « buzzwords » répétés dans tous les médias. La consécration de ce progrès technologique à qui l’on prête la vocation de révolutionner le monde du droit, est-elle vraiment d’ores et déjà justifiée ?

Dans Le Monde/Campus, « Il est urgent que l’Europe se saisisse du problème des classements »
Les établissements universitaires européens ne doivent ni suivre ni subir les palmarès internationaux, mais choisir une position plus offensive, selon Timothée Toury, enseignant-chercheur.”

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Censure ? - Réforme du bac - Supérieur - Ailleurs...

18 Décembre 2018 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Censure ? - Réforme du bac - Supérieur - Ailleurs...

Les réformes diverses du ministre de l’éducation font couler beaucoup d’encre, que ce soit à propos de la liberté d’expression des enseignants ou à propos de la réforme du bac. On s’inquiète aussi de l’égalité des chances dans le supérieur. On finit avec quelques nouvelles de l’éducation en dehors de France.

Censure ?

Dans le projet de loi qui doit être examiné en janvier, un article crée la polémique. Le ministre veut-il censurer les enseignants ?
Jean-Michel Blanquer rappelle aux enseignants leur devoir de réserve
« Une disposition du projet de loi sur « l’école de la confiance » suscite les craintes de certains syndicats, qui redoutent que le ministre de l’Éducation ne veuille faire taire toute critique sur l’institution scolaire.
Le ministre de l’Éducation nationale veut-il faire taire les enseignants, prompts à donner leur avis, parfois très virulent, sur les réseaux sociaux ou dans les salles de profs ? C’est ce que craignent les syndicats, circonspects au sujet d’un article du projet de loi Blanquer sur « l’école de la confiance ». »

La réaction de Claude Lelièvre :
Le capitaine de réserve Blanquer assigne les enseignants à une obligation de réserve
« Le capitaine de frégate (de réserve) Jean-Michel Blanquer n’est pourtant pas exemplaire en la matière tant il multiplie les « annonces » et les « révélations » dans les médias ; mais il se permet néanmoins de renvoyer les enseignants à une ’’obligation de réserve’’ pour le moins problématique. »
Et celle de Jean-Charles Geslot
Encadrer la parole enseignante ? Il y a 150 ans déjà…
« [...]Les ministres passent, mais un fait demeure : la suspicion d’une partie de l’opinion contre un monde professoral partial, partisan (entendez trop « à gauche » – les profs de droite apprécieront). Un lieu commun qui semble trouver de l’écho jusqu’au sein de l’administration supérieure, où elle se traduit par des préventions contre la parole enseignante jugée trop libre, non plus parce qu’elle est susceptible de ternir l’image du monde éducatif, mais parce qu’elle compromet celle… du ministre et de ses réformes.
Ainsi, l’usage des libertés démocratiques par le corps enseignant continue, comme il y a 150 ans, à poser un problème à la rue de Grenelle. On pourra cependant regretter, ou pour le moins s’étonner, qu’à un même problème, le ministère veuille appliquer les mêmes méthodes : la censure et l’intimidation. »

Réforme du bac

Autre sujet problématique pour le ministre : la réforme du bac, au moment où l’on dévoile que le choix des spécialités ne sera pas égal sur tout le territoire.
Réforme du lycée : la liste des spécialités bientôt dévoilée
« Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a annoncé ce dimanche lors du Grand rendez-vous Europe1/Les Echos/CNews que la liste des spécialités proposées dans chaque établissement sera dévoilée « à partir de mardi ». Les élèves, qui passeront ou redoubleront leur première, devront en choisir trois parmi douze. A raison de quatre heures hebdomadaires par matière, elles s’ajouteront aux 16 heures de tronc commun.
Problème, on sait depuis la rentrée que toutes ne seront pas proposées partout. Chez les lycéens, mais aussi leurs familles, la crainte est de devoir changer d’établissement pour suivre les dominantes qui les intéressent. Ou, à défaut, de cocher des cases qui leur fermeront ensuite les portes de formations dans le supérieur. »

Bac : « L’Education nationale ne pourra pas assurer une offre raisonnable sur tout le territoire »
« Les nouvelles spécialités prévues dans le cadre du bac 2021 ne seront pas accessibles à tous, faute d’un nombre suffisant d’enseignants, relève dans sa chronique le chercheur Philippe Askenazy. Cela va à l’encontre de l’égalité des chances promise lors de la campagne du président Macron. »

Éducation : pourquoi la réforme du bac inquiète les lycéens
« De nombreux lycéens dénoncent la nouvelle formule du baccalauréat. Ils rencontrent ce lundi 17 décembre Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale. »

Supérieur

Ce que rapporte l’éducation gratuite. Entretien avec Philippe Aghion
« Professeur au Collège de France, spécialiste des théories de la croissance et auteur de plusieurs articles et rapports sur l’enseignement supérieur, Philippe Aghion défend la nécessité d’augmenter le financement de l’université sans avoir recours à une hausse des frais d’inscription. »

Égalité des chances – l’accès à l’université est-il plus inégalitaire en France qu’ailleurs ?
« Comme le montre l’étude PISA, les inégalités dans le niveau de performance des élèves sont fortes en France et se sont creusées depuis 10 ans, alors même que l’insertion professionnelle des jeunes les moins qualifiés est toujours aussi difficile. En France, les élèves issus des familles les plus défavorisées sont quatre fois plus susceptibles que les autres d’être parmi les élèves peu performants à l’étude PISA, c’est la probabilité la plus élevée des pays de l’OCDE. Toutes les études convergent pour montrer que les inégalités et les difficultés observées en France apparaissent dès l’école maternelle, où la scolarisation est pourtant quasi généralisée dès l’âge de 3 ans, pour ensuite s’accentuer jusque dans l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur, et dans la progression des compétences tout au long de la vie. »

Revoir l’orientation : le dernier pavé dans la mare du Cnesco  ?
« L’idéal de l’orientation des élèves, tel qu’il est dessiné dans les discours, est un subtil mélange de conscience de soi et de connaissance des réalités. Cet idéal n’est aujourd’hui approché que partiellement et confié à des enseignants qui n’ont pas été préalablement formés à cette fin »

Ailleurs

En Finlande, un enseignement connecté à la nature
« Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, les enfants ont classe dans la forêt, trois heures par jour.
Image idyllique, façon Guerre des boutons. Pendant la récréation, les enfants chaudement emmitouflés jettent des galets depuis les rives d’un lac et simulent des débuts de bagarre avec des bâtons. Leur cours se passe assis sur des rochers, sous un arbre. Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, ils ont classe dans la forêt, trois heures par jour. »
Article réservé aux abonnés.

En Hongrie, la « reconquista » chrétienne passe par l’école.
« Dans un pays où la part des chrétiens pratiquants ne dépasse pas 10 % de la population, le gouvernement entend rompre avec la neutralité religieuse de l’État en favorisant les établissements confessionnels. Une « révolution conservatrice » qui ne se répercute pas dans la fréquentation des lieux de culte. Certains mettent en garde contre une rechristianisation au pas de course dans laquelle les églises pourraient se perdre. »

Mali : « Ils ont ordonné au directeur de fermer l’école, sinon ils reviendraient tous nous tuer »
« Dans le centre du pays, trois écoles sur dix sont fermées pour cause de menace terroriste, privant de leur droit à l’éducation plus de 149 000 enfants. »

Géraldine Duboz

Lire la suite

Revue de Presse Education... La vidéo qui met le feu aux poudres - Réactions...

8 Décembre 2018 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... La vidéo qui met le feu aux poudres - Réactions...
La vidéo qui met le feu aux poudres

L’actualité éducative du jour est fortement marquée par :
Ces images d’arrestations de jeunes à Mantes-la-Jolie (qui) scandalisent
« Près de 150 personnes ont été arrêtées pour "participation à un attroupement armé" après des heurts et dégradations, selon le commissaire de la ville » a réagit le HuffingtonPost.

On y voit des lycéens alignés contre un mur, les mains sur la tête, filmés par un policier avec une joie mauvaise dans les commentaires. C’est humiliant et choquant. Rappels d’autres époques, d’autres lieu

La vidéo de l’interpellation collective de dizaines de lycéens à Mantes-la-Jolie provoque de vives réactions
“La vidéo, qui montre des rangées d’élèves à genoux, mains sur la tête, sous la surveillance de policiers casqués, armés de matraques et de boucliers, « est forcément choquante », a reconnu le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer.”

A son tour, Libération propose “ plusieurs vidéos de la mise en scène accablante.”
A Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes agenouillés mains sur la tête
Une situation confirmée par le ministère de l’Intérieur via un communiqué jeudi soir. « A 12h20, 122 [individus] étaient interpellés et placés en garde à vue pour participation à un groupement en vue de la préparation à des violences volontaires ou des destructions ou dégradations, a fait savoir Beauvau. 37, la plupart encagoulés, étaient trouvés porteurs de bâtons, battes de base-ball et conteneurs de gaz lacrymogène. […] L’interpellation d’un nombre aussi important d’individus a nécessité de prendre des mesures de sécurité complémentaires. »
Plusieurs lycéens ont été blessés ces derniers jours par la police, et notamment par des tirs de lanceurs de balles de défense.

« Les violences aux abords des lycées « redoublent » » renchérit Marie-Christine Corbier dans Les Echos.
“Selon le ministère de l’Intérieur, 280 établissements scolaires ont été perturbés ce jeudi, dont 45 étaient bloqués, et 700 lycéens ont été interpellés.”

Réactions

Les réactions indignées ont fleuri sur les réseaux sociaux. Et Médiapart partage l’inquiétude de ceux qui ont vécu d’autres mouvements lycéens.

Lycéens d’avant, nous n’avons jamais connu la répression actuelle
“Plus de 130 ex-lycéens engagés dans les “mouv” en 1968, 1977, 1986, 1990, 1994, 2000, 2005 ou 2013 (des comités d’action lycéens à la mobilisation en défense de Leonarda, en passant par les lois Saunier-Seïté ou Devaquet, ou encore le CPE) se disent « inquiets » face à « l’étape franchie » aujourd’hui en matière de répression et de liberté de manifester des lycéens actuellement mobilisés.”

Les parents s’inquiètent également.

« S’il y a un mort, je ne veux pas que ce soit mon fils »
« Face aux affrontements lors de manifestations aux abords des lycées, les associations de parents d’élèves croulent sous les appels de pères et de mères inquiets pour leur enfant. »

Invité sur France Inter,
Jean-Michel Blanquer (reconnaît) : Il y a eu des images choquantes car on est dans un climat de violence exceptionnelle"

Discours mesuré qui rétablit quelques vérités comme l’appel à davantage de fermeté lancé voilà quelques semaines avec le #PasdeVagues et le contexte de ces interpellations.

Choqués par les interpellations, des lycéens toujours mobilisés

« Défilés, blocages et occupations se poursuivent en soutien aux jeunes interpellés la veille et pour réclamer la démission de Macron, dans le sillage des « gilets jaunes ».
Après le ministre de l’éducation, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner a défendu à son tour l’acte de ces policiers, confrontés selon lui à de « véritables violences urbaines ». Barres de fer, bombes lacrymogènes, battes de base-ball… Certains jeunes se sont rendus vers ce lycée avec la « ferme intention d’en découdre avec les forces de l’ordre », a-t-il déclaré, évoquant « des bouteilles de gaz jetées sur des barricades en flammes ». Trente et un élèves ont été blessés sur l’ensemble du territoire, a-t-il déploré.
Mais ces images de Mantes-la-Jolie ne font « que créer plus de colère », affirme la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL)
Comme ailleurs en France, des lycéens de Montreuil, de Paris ou encore de Dijon ont affiché leur soutien aux élèves interpellés
 »
en prenant la même position que celle imposée hier aux lycéens de Mantes-La-Jolie. Mais, laissons faire la justice. Comme le dit mieux que moi une amie, “les actes commis ne sont ni contestables, ni excusables. Reste d’ailleurs à en établir les responsables. Pays de droit. Mais...des mineurs face au mur.”

Interpellations à Mantes-la-Jolie : le Défenseur des droits ouvre une enquête

Le Défenseur des droits a annoncé vendredi 7 décembre ouvrir une enquête au lendemain de l’interpellation controversée de 151 jeunes près d’un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines).
Cette enquête portera « sur les conditions dans lesquelles se sont déroulées des interpellations de lycéens à Mantes-la-Jolie », a précisé l’autorité indépendante, qui rappelle être chargée de « veiller au respect de la déontologie » des forces de l’ordre et de défendre « l’intérêt supérieur de l’enfant ».

Parmi les médias qui dénoncent des violences venant de lycéens, dont les premières victimes sont souvent les personnels de direction, La Voix du Nord raconte une agression dont ses journalistes ont eux-mêmes été victimes.

Wingles Après l’agression à l’acide d’une de nos journalistes par des lycéens
« C’était à Wingles ce vendredi matin. Alors qu’elles allaient à la rencontre de lycéens qui manifestaient, dont certains porteurs de tee-shirts blancs en signe de… pacifisme, une de nos journalistes et une de nos consœurs ont été prises à partie par un groupe d’individus qui ont commencé par leur jeter des œufs.
Alors que notre journaliste leur demandait de faire preuve d’un peu de respect en s’éloignant prudemment, un des agitateurs a lancé dans leur direction une bouteille contenant notamment de l’acide, qu’elles ont heureusement réussi à éviter avant qu’elle n’explose à quelques centimètres d’elles.
 »

On peut, comme ces journalistes, s’interroger sur les motivations des lycéens qui expriment très peu de revendications concernant la réforme du lycée ou ParcoursSup.

«  Les journalistes régionaux et les correspondants vont chaque jour au contact de la population. Cette proximité nous permet d’aller au plus près de la réalité. Nous n’avons pas attendu les récents événements pour dénoncer l’abandon de certains territoires, la fracture sociale et numérique dont sont victimes des populations qui se sentent déclassées. »

A Lyon, la révolte des lycéens touche davantage les établissements périphériques

Inégalités, sentiment d’abandon, volonté d’exprimer un ras-le-bol, les élèves rejoignent le mouvement des « gilets jaunes ».

« La géographie des révoltes est marquée : la périphérie lyonnaise. Les incidents éclatent à Rillieux-la-Pape, Vaulx-en-Velin, Décines, Villeurbanne, Bron, Saint-Priest, Vénissieux… Ceux du centre-ville sont beaucoup moins agités. Un phénomène bien différent des précédents mouvements lycéens de l’agglomération lyonnaise, inversé même. »

Je terminerai par le communiqué de presse du CRAP-Cahiers pédagogiques, intitulé sobrement Non à la violence, oui au dialogue
« La grande majorité des enseignants sait bien qu’il est important de « calmer le jeu » et de contribuer à l’apaisement afin que des revendications puissent s’exprimer dans un cadre démocratique, par exemple lors d’assemblées générales tenues dans le lycée. Ils le font, avec les personnels de direction, souvent avec courage et intelligence. Ils n’ont pas besoin d’un discours injonctif ministériel peu approprié.

Les demandes des lycéens montrent leur angoisse devant l’avenir, mais révèlent aussi une absence de dialogue véritable, alors même qu’on nous affirme en haut lieu que « la concertation a eu lieu », ce qui est bien loin de la réalité. Dans ce domaine comme dans d’autres, le passage en force rapide et la faible prise en compte de ce qu’expriment les organisations syndicales ou lycéennes, ont des conséquences graves »

Et, en tant que mère et enseignante dans une cité scolaire, je ne peux qu’approuver. Au lycée de ma fille, à la place du blocus, réclamé par certains lycéens (et déclaré dans les règles à la préfecture), ce vendredi a été l’occasion de débats dans la cours pour les volontaires. Rien de violent. Rien sur la rue. Négocié avec les représentants des élèves. Constructif et rassurant pour les parents. Enfin, jusqu’à lundi.

Catherine Rossignol

Lire la suite