Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Articles avec #medias tag

Revue de Presse Education... Se réinventer - S’arrêter - S’orienter...

17 Janvier 2021 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Se réinventer - S’arrêter - S’orienter...

Nos journées se réinventent avec le couvre-feu à 18 heures. Les responsables de cette nouvelle gymnastique : des apéros, des bonbons dans les amphis et des mutants. La semaine aura entendu de nouvelles mesures, en a attendu d’autres qui ne sont pas venues. L’école reste en première ligne, les étudiants maintenus à distance et dans ce brouhaha, les nouvelles de diminution de postes arrivent dans les établissements. Mais chut ! L’éducation poursuit son cours.


JPEG - 45.7 ko
Le dessin de Fabien Crégut

SE REINVENTER QU’ILS DISAIENT

Jean Castex raccourcit les jours " titre Les Jours. Exemple des mesures pour l’école à l’appui, l’article trouve un fil rouge à la gestion de la crise " s’il y a une constante dans cette crise sanitaire, c’est l’impossibilité d’avoir une discussion ouverte avant que les mesures soient prises pour faire face à l’épidémie de Covid-19. " En début de semaine, la question d’une fermeture des écoles comme dans les pays voisins se posait. " Attention enfants, attention reconfinement ", prévenait Les Jours dans un article en libre accès. Le taux de contagiosité chez les enfants est en forte augmentation, le variant anglais et ses cousins brouillent les pistes.

Mais rassurez-vous des mesures sont prises dans les écoles. " Pour lutter contre la propagation du SARS-CoV-2, les cours de sport en intérieur sont suspendus, les mesures sanitaires seront renforcées dans les cantines, et les tests devraient être plus nombreux, a annoncé le gouvernement jeudi 14 janvier. " explique Violaine Morin du Monde. Oui mais comment ?

" Après les annonces de Jean Castex jeudi 14 janvier, des moments difficiles sont encore à prévoir dans le monde de l’éducation. " avertit la Dépêche du Midi. "Une nouvelle fois, le gouvernement n’anticipe rien, regrette Xavier Mouchard, co-secrétaire du syndicat d’enseignants SNUIPP-FSU 31. On est obligés de se réorganiser au pied levé, on navigue à vue.  "
Éviter les brassages à la cantine, tel est le mot d’ordre qui se transforme en casse-tête sur le terrain. " Pointées du doigt comme potentiel lieu de contamination, les cantines cristallisent les tensions alors que le maintien de leur ouverture dépend d’aménagements sur lesquels le gouvernement n’a jamais vraiment tranché. " Margaux Otter, pour l’Obs, pose sur la table la question de la restauration scolaire, des conséquences d’une hypothétique fermeture et des risques apportés par le maintien de son ouverture.

Ne comptez pas sur les profs d’EPS pour amener de la souplesse dans ce gymkhana. Ils ont fort à faire. L’Indépendant rapporte les propos de Perrine Prost, délégué nationale EPS pour le Se-Unsa. "Depuis le début de l’année on a dû se réinventer et là, on nous rajoute le fait de nous enlever les gymnases. Aller dehors quand il fait -10 degrés, où quand il pleut, c’est quasiment impossible. On n’est pas des animateurs".


ET SI ON ARRÊTAIT DE FAIRE COMME SI

“La crise sanitaire et économique accroît les difficultés des familles et des élèves, qui sollicitent de plus en plus les services sociaux scolaires.” constate Faïza Zerouala dans un article réservé aux abonnés de Médiapart. L’un des arguments avancés pour le maintien des écoles ouvertes est justement l’accueil des élèves en difficulté sociale et/ou scolaire, ceux qui seraient le plus menacés par le décrochage en cas de confinement. Oui mais, si ce confinement arrive, sommes-nous prêts ?

« Non » répondent Sylvain Connac, Jean-Charles Léon et Jean-Michel Zakhartchouk. Ils proposent d’ « anticiper, se préparer, essayer de ne pas revivre les douleurs de mars dernier, en espérant que cet article ne serve à rien. » Ils donnent quelques pistes, celle-ci notamment : « arrêter dès aujourd’hui ce qui peut être différé, les évaluations venues d’en haut, la préparation des épreuves du baccalauréat, les rapports à la hiérarchie obligatoires, les statistiques du jour ou de la semaine, les sommations non urgentes… »

Du côté des universités, rien de nouveau, ou si peu. «  A Cergy, sur 25 000 étudiants, une centaine seulement fait son retour cette semaine pour bénéficier de ces sessions de soutien pédagogique. » relate Soazig Le Nevé pour Le Monde. “Ce n’est pas le cours dans l’amphithéâtre mais l’étudiant qui prend un café à la pause, un bonbon qui traîne sur la table”, l’argument sucré de Frédérique Vidal pour cette reprise timide a provoqué une forme d’indigestion.

Chez les étudiants d’abord avec la création de collectifs comme celui des « étudiants fantômes  » à Montpellier ou des lettres ouvertes à l’instar de celle de Lucie, étudiante nantaise« Covid-19 : des étudiants à bout et peu de perspectives pour un retour en présentiel » titre la Voix du Nord.

Chez les présidents d’Université aussi, le constat est rude " Les étudiants sont des prisonniers à domicile", dénonce Michel Deneken, président de l’Université de Strasbourg sur France Bleu Alsace . " Isolés dans des logements exigus ou obligés de retourner chez leurs parents, livrés à eux-mêmes en raison des contraintes sanitaires, les jeunes traversent une épreuve dont ils ne voient pas l’issue.  ", un éditorial du Monde caractérise ainsi la situation des étudiants. S’ajoutent des difficultés financières pour ceux qui n’ont pas pu trouver de job d’étudiant.

Localement, des solutions sont mises en œuvre comme cette épicerie solidaire à Dijon. Des fonds ont été débloqués par l’Etat pour organiser du tutorat auprès des premières années, et éviter les décrochages après le premier semestre. « Créer du lien entre étudiants est toujours intéressant », commente Yanis Limane, premier vice-président de la Fage. " Mais il n’y a pas là de quoi résorber les difficultés financières et souvent psychiques dans lesquelles se débattent nombre d’étudiants  ".


REGARDE L’AVENIR CAMARADE

Cette déplorable situation des universités va t’elle influer sur les choix d’orientation des lycéens ? Rappelons que les sections BTS et les classes préparatoires sont restées en présentiel. La saison de l’orientation est ouverte avec les premiers choix à saisir sur Parcours Sup. Oui, la plateforme revient avec ses fameux algorithmes qui "peuvent contribuer à rouvrir les chances des lycéens issus des milieux populaires d’accéder aux filières sélectives du supérieur et à contrer le creusement des inégalités sociales face à l’éducation. À condition de les éduquer." explique Vincent Tuberj"Reste, bien sûr, à remplir les bonnes cases de ces logiciels, mais aussi à comprendre la logique à déployer pour espérer obtenir les choix premiers. Autrement dit chacun espère que les algorithmes et paramètres de recrutement associés vont lui être favorables. " constate de son côté Bruno Devauchelle.

Or, l’éducation à l’orientation est en pleine évolution. " Depuis 2018, les Régions ont la responsabilité d’informer les lycéens sur les possibilités d’études. Une mission qu’elles assument de manière disparate, et dans une logique territoriale, au risque de limiter les ambitions de certains jeunes. " précise Eric Nunès. Désormais également, " Tous les membres de l’équipe éducative participent à l’accompagnement des lycéens et de leur famille dans la construction de leur projet. Le professeur principal, qui a un rôle renforcé dans cet accompagnement, reste un interlocuteur privilégié pour aider les élèves à faire leurs choix, en collaboration avec le psychologue de l’éducation nationale du lycée. " nous dit Bernard Desclaux qui s’interroge "Mais où sont passés les conseillers d’orientation ? "

Le coronavirus implique un recours quasi systématique au numérique. Fun Mooc propose une série de 25 Moocs dédiés à l’orientation et la découverte des métiers. Les traditionnelles journées portes ouvertes se transforment, les salons virtuels se multiplient comme celui des IUT de Bourgogne.

Mais toujours, il y a ces belles rencontres qui éclairent les trajectoires. "Cette prof a changé ma vie ", l’article d’Alice Raybaud en raconte quelques-unes.


 ET SI...

Et si nous allions faire un tour du côté de la rive positive. "Au collège comme au lycée, le métier d’enseignant est bouleversé par la crise sanitaire. Entre port du masque, enseignement à distance et classes dédoublées, chacun fait le bilan des changements intervenus depuis le 13 mars dernier, quand le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, annonçait en direct la fermeture des écoles. Face aux contraintes, ils redoublent de créativité pour essayer de ne laisser aucun élève de côté. ", un bel hommage aux enseignants signé Lou Roméo pour RFI.

Et si nous explorions des solutions éprouvées en période de confinement, celles qui aident à ne pas décrocher comme JobIRL , "le « LinkedIn des 13-25 ans », met les jeunes en relation avec des professionnels et des étudiants de tous secteurs d’activités afin de les aider à construire leur projet professionnel. " Interview de Jules Donzelot, chercheur associé au Centre Émile Durkheim en sociologie de l’éducation et délégué scientifique et développement chez JobIR pour Carenews.

Et si nous prenions un peu de distance à l’invitation de Jean-Luc Noël pour "éclairer l’école par son histoire, à envisager les enjeux actuels en prenant du recul. La place des femmes, la démocratisation de l’école ou encore la rénovation pédagogique, voici quelques thèmes que nous explorons avec lui."

Et pour finir, Laurent Sberini déclare "Non 2020, tu n’es pas mort pour rien, car tu auras transformé l’École plus sûrement que toutes les réformes engagées depuis longtemps. " Vous décélérez dans ses propos une pointe d’humour salutaire.

Monique Royer aux manettes cette semaine pour l’équipe revue de presse des Cahiers Pédagogiques et Fabien Crégut pour l’illustration

La revue de presse des Cahiers pédagogiques évolue ! Aujourd’hui, on trouve facilement des tas d’articles en ligne, qui circulent et s’échangent notamment sur les réseaux sociaux. Nous avons donc pensé que ce que nous pouvions vous apporter, c’était autre chose, soit le recul et le temps du commentaire, en proposant une revue de presse hebdomadaire, plus hiérarchisée, plus sélectionnée et largement commentée, toujours, bien sûr, sous l’angle des questions éducatives.

Monique Royer

Lire la suite

Revue de Presse Education... Rentrer - Fermer - Yaka - Laïcité

11 Janvier 2021 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Rentrer - Fermer - Yaka - Laïcité

Dans ce début d’année 2021 déjà très chahuté, la rentrée de janvier n’a pas fait trop de vagues en dehors du cercle de la presse écrite. On peut pourtant y voir un système diamétralement opposé entre le supérieur qui veut revenir en présentiel et un secondaire qui aimerait bien des aménagements, voire une partie en distanciel. Une question se pose aussi sur la laïcité dans les écoles, en gros points d’interrogations.


Rentrer

Début janvier, rentrée des vacances de fin d’année sur fond aggravé de COVID...
Des interrogations sont apparues dans la presse suite à l’émergence des variants britanniques et sud-africains.
Ainsi, dans les Echos, Tifenn Clinkemaillié présentait le cas pratiquement unique de la France en Europe
« Les douze millions d’élèves Français sont retournés en classe ce lundi. Alors que l’impact des fêtes sur l’épidémie reste encore incertain, certains parents, syndicats et scientifiques s’inquiètent de cette réouverture. En Europe, la majorité des élèves sont encore à domicile. ». Plusieurs articles en début de semaine reprenaient les recommandations des épidémiologistes et le cas particulier de la France concernant ses écoles. Ils ne condamnaient cependant pas l’immobilisme du ministre...
Lucien Marboeuf fait une excellente analyse de cette situation sur son blog : Je me contente de citer un court extrait (mais je vous encourage à aller lire tout son billet, excellent comme toujours) : « Des journalistes qui ne savent pas, une opinion publique qui ne veut pas savoir (à moins que ce ne soit l’inverse) »

En attendant, dès cette semaine, un cas du variant britannique a été découvert à Bagneux raconte Le Parisien.

JPEG - 76.4 ko

Le dessin de Fabien Crégut


Fermer ?

Des demandes d’ajustements ont été faites dès la fin décembre, notamment par les parents d’élèves. Mais la réponse du gouvernement, et du ministre en particulier est toujours la même : il ne faut pas fermer les écoles.
On le lit encore dans Vousnousils ce mercredi : « Il ne faut pas d’emblée priver les enfants d’école alors que c’est quelque chose d’essentiel, simplement parce que l’on aurait des interrogations qui sont très discutables », a estimé Jean-Michel Blanquer. Syndicats, parents et scientifiques étaient en effet nombreux à s’inquiéter, la semaine dernière, de la réouverture des écoles après les fêtes de fin d’année, et à demander le décalage de la rentrée comme cela a été décidé ailleurs en Europe. ». Je reviendrai sur ce résumé de l’interview sur Europe1 tant c’est un résumé de la pensée blanquérienne sur cette question.
Il l’a d’ailleurs répété aujourd’hui sur RTL.
Peut-on revenir sur cette incapacité à penser autrement que binairement ? Certes, le ministre maintient le système hybride dans les lycées au-delà du 20 janvier (alors que de nombreux lycées sont repassés en 100% présentiel au moins pour les 1ères et terminales en raison de la réforme du lycée et du bac et des craintes concernant les épreuves de mars. Mais il ne semble pas capable, ou refuse d’évoquer d’autres possibilités pour continuer le prof-bashing (ce tas de fainéants qui ne veulent pas bosser).
Pourtant, très peu d’enseignants se résoudraient de bon gré à un nouveau confinement dur, mais, parlez avec eux du protocole renforcé et vous obtiendrez au mieux un hurlement de rire (oui, au mieux...). A ce sujet, la palme de la meilleure ouverture d’article concernant l’éducation revient à Thomas Poupeau dans cet article « Ils n’en attendaient « pas grand-chose »… et ils ont eu raison » (évoquant les syndicats).
Pourtant, cette possibilité des demi-groupes systématiques était évoquée très tôt par les enseignants, mais pas par le ministre.
Et ce, alors même que l’enseignement hybride augmente énormément la charge de travail des enseignants et qu’ils sont tous largement épuisés.

Il serait bon d’examiner, ce que refuse de fait le ministre mais je laisse la parole sur ce sujet à Philippe Watrelot qui a publié ce texte après ma propre rédaction et l’a bien mieux expliqué que je n’avais réussi à le faire.


Yaka

Le principe du Yaka pour la reprise à l’université... ou même le principe du silence complet. Le Premier ministre n’en a pas dit un mot
Dans Libération, Cécile Bourgneuf rappelle que « La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, avait prévu un retour à l’université pour les étudiants les plus fragiles dès ce lundi. Mais les établissements ont été prévenus trop tard pour s’organiser et prévoient, au mieux, du soutien scolaire. »
N’ayant pas envie de m’apesantir sur un sujet difficile, je vous recommande d’écouter cette émission de RTL, en particulier le passage très parlant de Caroline Muller (un résumé ici en moins de deux minutes. J’ai 96 étudiants cette année, je n’en ai jamais rencontré un seul réellement et cette situation est très pesante pour eux, pour moi aussi. Très déçue une étudiante me disait récemment "mais alors, madame, on ne vous verra jamais ?" car je n’ai cours avec eux que jusqu’en février... Enseigner ne peut se résumer à se parler derrière un écran, quel que soit le temps qualitatif qu’on accorde aux jeunes en-dehors des cours.
Tous les articles sont à l’avenant, dans La Croix c’est Manuel Tunon de Lara, président de la CPU qui parle de perspectives mauvaises car « seuls peuvent être accueillis pour l’instant, par groupe de dix, des étudiants de première année guettés par le décrochage. La reprise des cours attendra, déplore-t-il, pour l’immense majorité des étudiants, même si beaucoup « vont mal » psychiquement. »
Dans Le MondeSoazig Le Nevé a recontré François Germinet, président de Cergy-Paris Université (et ex-président du CPU), qui a le même discours.


Laïcité

Laïcité : un enseignant pris à partie dans un collège de Lyon, ses collègues en grève
“Un professeur d’histoire-géographie du collège des Battières, à Lyon 5e, a été pris à partie par un parent après un cours traitant de la laïcité. Il doit aujourd’hui quitter son établissement. Ses collègues ont débrayé ce lundi 4 janvier. Ils dénoncent le fait que le rectorat n’ait pas réglé le problème.”

Éducation Un collège lyonnais en grève pour défendre la laïcité par Olivier Chartrain.
“Le 9 novembre 2020, un professeur d’histoire-géographie du collège des Battières, à Lyon (Rhône), est pris à partie par un parent d’élève qui remet en cause le contenu d’un cours sur la laïcité. Reçus au collège, les parents refusent de s’excuser. L’enseignant porte plainte pour diffamation, le 13 novembre, et reçoit la protection ­juridique” Cet article est réservé aux abonnés

Lyon. Le professeur pris à partie par un parent d’élève après un cours sur la laïcité veut changer de métier
“Un professeur d’histoire-géographie avait été pris à partie devant un collège de Lyon (Rhône) en novembre dernier après un cours sur la laïcité. Une plainte pour diffamation avait été déposée (classée sans suite) et parent d’élève avait été auditionné par la police. Les collègues de l’enseignant s’étaient mis en grève lundi 4 et mardi 5 janvier, réclamant une action du rectorat. Le professeur a de son côté décidé de changer de métier, selon les médias lyonnais.”

Suite à une enquête sur la laïcité à l’école : « La pression sur les enseignants, au nom de revendications religieuses, semble s’étendre, confirme Iannis Roder, directeur de l’Observatoire de l’éducation à la Fondation Jean-Jaurès qui a commandé l’enquête. Il appelle les personnels de direction à soutenir les enseignants. »
Le même sondage affirme que 49%des enseignants se seraient déjà autocensurés sur ce sujet.
Le dossier de CharlieHebdo, Yannick Haenel raconte : « J’ai été professeur pendant plus de quinze ans. Ça a commencé au début des années 1990. J’étais fou de littérature, mon enthousiasme débordait, j’avais la vocation. À 21 ans, j’ai passé le Capes et l’agrégation de lettres modernes  ; j’ai eu les deux. Je me suis retrouvé, un mois et demi plus tard, sans préparation, face à une classe d’un lycée d’Orvault, dans la banlieue nantaise. Les élèves avaient 17 ans, quatre ans à peine nous séparaient, mon enthousiasme était contagieux. Puis, après cette année de stage, j’ai été muté en banlieue parisienne où j’ai enseigné dans des collèges, en ZEP (zone d’éducation prioritaire), à Villiers-le-Bel, Argenteuil, Louvres et dans bien d’autres villes encore du Val-d’Oise, ainsi qu’à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines. »
Ce dossier mentionne aussi la nécessité d’aider les enseignants à maitriser des méthodes pour aider les enfants à distinguer croire et savoir. Il évite aussi l’écueil de reprendre un certain nombre de questions hors sujet du sondage IFOP, notamment il ne reprend pas celle sur les absences d’enfants à l’école pour cause de fêtes religieuses, absences parfaitement légitimes (relire la loi de 1905 semble nécessaire).
Dans Regard, l’enquête est relativisée par la sociologue Françoise Lantheaume
à voir ici en vidéo qui rappelle que cette enquête avec un petit échantillon est contredite par la plupart des enquêtes quantitatives et qualitatives sur ce sujet. A croire que tous les territoires de la République ne sont pas tant perdus...
Morceaux choisis : « ça n’a pas beaucoup de sens de demander aux enseignants s’ils ont quelque chose à signaler sur l’ensemble de leur carrière. Ce qui serait étonnant c’est qu’il n’ait rien à signaler - d’autant qu’on ne sait pas ce qu’il y a derrière ce que les enseignants signalent. » ; «  Il faudrait déjà savoir quels sont les enseignants qui se sont autocensurés. Ce sont souvent les plus jeunes enseignants. Ça converge avec un résultat d’une enquête qualitative - sur les religions en milieu scolaire - que nous menons depuis cinq ans. », ce qui est évoqué aussi dans le dossier (que je recommande vraiment) de Charlie mentionnant les réactions inquiétantes d’étudiants se destinant au professorat qui ne comprennent pas que l’on puisse critiquer la religion.
«  Ce sondage s’intéresse aux ressentis, aux représentations, notre enquête s’intéresse aux situations réelles. »

Sur ce sujet, plusieurs articles à signaler et lire :
Dans Le Monde, Mattea Battaglia réfléchir aux« cours de récréation, la question des religions à hauteur d’enfant. Le sujet, au cœur des débats publics avec le projet de loi « confortant les principes républicains », s’impose aussi dans les conversations d’enfants et d’adolescents. En quels termes ? Et pour dire quoi ? » « Et moi, si je crois en rien, est-ce que je ne suis rien ? » Quand Alain Talleu, enseignant à Bailleul (Nord), a entendu cette question parmi ses élèves de CM1-CM2, il a mis un point d’honneur à s’en saisir. « Tu ne crois pas en l’existence du Dieu des chrétiens, ni dans le Dieu des musulmans ou des juifs, mais tu n’es pas rien pour autant : simplement, tu n’es pas un croyant.  »Laurent Klein, l’un des enseignants de cet article signe le même jour une tribune réclamant un enseignement du fait religieux à l’école.

Claude Lelièvre s’interroge sur la loi séparatismes, pardon "principes républicains" et la défense des enseignements laïques. « Pour ce qui concerne les questions scolaires, le projet de loi contre « le séparatisme », rebaptisé projet de loi « confortant les principes républicains », est nettement dominé par les préoccupations d’ordre sécuritaire. » Une belle mise en perspective, avec de nombreux rappels.

Emilie Kochert, qui vous souhaite une bonne année, malgré l’impression d’un remake apocalyptique de 2020, allez, février sera meilleur...

La revue de presse des Cahiers pédagogiques évolue ! Aujourd’hui, on trouve facilement des tas d’articles en ligne, qui circulent et s’échangent notamment sur les réseaux sociaux. Nous avons donc pensé que ce que nous pouvions vous apporter, c’était autre chose, soit le recul et le temps du commentaire, en proposant une revue de presse hebdomadaire, plus hiérarchisée, plus sélectionnée et largement commentée, toujours, bien sûr, sous l’angle des questions éducatives.

Lire la suite

Blanquer chouchouté sur BFMTV, Macron bat la campagne (de vaccination) sur TF1...

5 Janvier 2021 , Rédigé par Télérama Publié dans #Education, #Médias

Blanquer chouchouté sur BFMTV, Macron bat la campagne (de vaccination) sur TF1...

EXTRAIT

Tandis que BFMTV cajole Jean-Michel Blanquer et ses syndicats “constructifs”, TF1 rivalise avec “Le journal du dimanche” pour mettre en scène la salutaire colère d’Emmanuel Macron. Grâce à des confidences exclusives de sources ultra mystérieuses, le 20 heures révèle comment le président a sauvé le pays du Covid par la seule force de sa volonté vaccinale.

« Bonsoir, Jean-Michel Blanquer », salue Jean-Baptiste Boursier dimanche soir sur BFMTV. Pour l’aider à interroger le ministre de l’Éducation, deux journalistes de sensibilités antagonistes, Mathilde Siraud, du Figaro, et Guillaume Durand, de Radio Classique. Ce dernier s’inquiète pour la campagne de vaccination contre le Covid. « Y a des conseillers qui disent : “Si ça rate, c’est la candidature d’Emmanuel Macron qui risque d’être en difficulté.” » Catastrophe, pas de second mandat. « En fait, beaucoup de choses ont été faites par ce pouvoir, qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas. » Et ce n’est pas fini, la loi Sécurité globale, la loi contre le séparatisme, la réforme des retraites peuvent encore compléter l’œuvre accomplie, qu’on l’aime ou qu’on l’aime pas.

Mais voilà, déplore Guillaume Durand, « on a le sentiment que maintenant, ce n’est plus qu’une affaire de coronavirus ». Maudit coronavirus, il va occulter les grandioses réalisations d’Emmanuel Macron. « C’est devenu le quinquennat du coronavirus, et si vous ne sortez pas du coronavirus dans de bonnes conditions, c’est le quinquennat lui-même qui va se retourner, quel que soit ce qui a été fait en matière d’éducation, de loi Travail, etc. » Sans parler de la suppression de l’ISF, de l’instauration de la flat tax, de la baisse des APL, de la loi de Programmation de la recherche, etc.

Mathilde Siraud s’impatiente : « Qu’est-ce qu’on fait sur les retraites, sur l’assurance chômage ? » « Il faut être très pragmatique, répond Jean-Michel Blanquer. On doit remettre les choses sur la table, créer un bon climat social avec les syndicats les plus constructifs. » Le ministre de l’Éducation s’y connaît en syndicats constructifs, il les crée et les finance lui-même. « Il y a la réforme du baccalauréat avec la première édition cette année, rappelle Jean-Baptiste Boursier. Vous savez que certains syndicats n’apprécient pas cette réforme… » Jean-Michel Blanquer le coupe pour préciser : « Certains l’apprécient. » Au hasard, Avenir lycéen.

Le présentateur reprend : « Y a une ordonnance qui a été prise le 24 décembre qui va permettre d’être plus flexible, de moduler les épreuves jusqu’à quinze jours avant ces épreuves. » Comme le ministre assure que les épreuves du mois de mars sont pour l’heure maintenues au mois de mars, Jean-Baptiste Boursier insiste : « Quelle est l’ampleur de la modularité ? » « En maintenant ces épreuves au mois de mars, détaille Jean-Michel Blanquer, on se donne un peu de souplesse parce que si la situation épidémique devenait plus importante, on se donne la possibilité de reculer, ce qui n’est pas le cas quand vous mettez les épreuves au mois de juin. » Pas bête : seules les épreuves anticipées peuvent être reculées. Pour se donner plus de souplesse, au vu de la rapidité de la campagne de vaccination, je suggère d’avancer toutes les épreuves du prochain bac à février et celles du bac 2022 à juin 2021.

(...)

Samuel Gontier

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Revue de Presse Education... Une ordonnance — Fébrilité scolaire — Rechute universitaire — Traitement numérique — B(r)ouillon d’idées — Automédication...

4 Janvier 2021 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Une ordonnance — Fébrilité scolaire — Rechute universitaire — Traitement numérique — B(r)ouillon d’idées — Automédication...

Pour aborder l’année nouvelle, la revue de presse des Cahiers Pédagogiques a fait sa mue : moins de publications pour plus de recul sur l’actualité. Que cette actualité éducative soit moins trépidante et imprévisible afin que les personnels de l’éducation puissent retrouver de la sérénité dans leurs activités professionnelles. L’équipe de la revue de presse vous souhaite une année 2021 calme et confiante.
Et pour cette nouvelle formule, notre revue est à cheval sur 2020 et 2021. La crise sanitaire mobilise l’attention dans l’actualité éducative. A la fin de 2020, le gouvernement a promulgué une ordonnance à propos des modifications possibles des conditions des examens, et ça réagit. Dans le primaire et le secondaire on s’interroge sur l’opportunité de reprendre les cours dès le 4 janvier ou de confiner. Par contre dans le supérieur on piaffe à l’idée de reprendre en présentiel. Quelques articles sur le numérique qui s’installe et pas mal d’articles qui veulent remettre d’aplomb … y compris par l’automédication.


Une ordonnance

 

Les conséquences pour l’organisation des examens et du bac en particulier.
Coronavirus : le bac 2021 pourra être adapté en fonction de l’évolution de la pandémie

Le gouvernement va pouvoir adapter les modalités du baccalauréat 2021 et d’autres examens en fonction de l’évolution de l’épidémie de coronavirus jusqu’à deux semaines avant le début des épreuves, grâce à une ordonnance publiée au Journal officiel.
Le texte concerne les "modalités de délivrance des diplômes de l’enseignement supérieur, y compris le baccalauréat", auxquelles le gouvernement peut désormais apporter des "adaptations" pendant l’ensemble de l’année 2021.
S’agissant des épreuves des examens ou concours, ces adaptations peuvent porter, dans le respect du principe d’égalité de traitement des candidats, sur leur nature, leur nombre, leur contenu, leur coefficient ou leurs conditions d’organisation, qui peut notamment s’effectuer de manière dématérialisée", prévoit l’ordonnance
.”

JPEG - 139.5 ko

Bac 2021 : « On nous fait payer le manque de prévoyance du gouvernement » Par Cassandre Leray — 27 décembre 2020
Une ordonnance publiée jeudi au « Journal officiel » permet d’adapter les modalités de certains examens en fonction de l’évolution de l’épidémie de Covid-19, jusqu’à deux semaines avant les épreuves. Des syndicats dénoncent le manque d’anticipation du gouvernement.”

Covid-19. Le gouvernement s’autorise à adapter les modalités du baccalauréat 2021
Confronté à la crise sanitaire, l’exécutif songe à apporter des « adaptations » au baccalauréat 2021. Cela concerne également certains concours ou examens de l’enseignement supérieur et de la fonction publique.”

Éducation. Coup de flou sur l’organisation du bac Camille Bauer
Le gouvernement autorise une modification des modalités d’obtention du baccalauréat jusqu’à deux semaines avant les épreuves.” Abonnés

Épreuves de spécialités, contrôle continu, grand oral... Face au Covid-19, le casse-tête du Bac 2021 Par Anthony Cortes
Face à l’épidémie, et alors que les premières épreuves du baccalauréat approchent, le gouvernement entend privilégier la « flexibilité ». Une ordonnance du 24 décembre prévoit que les modalités de l’examen peuvent être modifiées jusqu’à quinze jours avant l’examen. Un casse-tête en approche pour les élèves, établissements et ministère.”

Bac : les hypothèses du gouvernement pour les épreuves de mars si l’épidémie s’emballe
Anticipant une évolution de la situation sanitaire qui obligerait à bouleverser le déroulé du baccalauréat 2021, le gouvernement peut modifier les règles de l’examen jusqu’à quinze jours avant le début des épreuves. Du report pur et simple au passage en contrôle continu, Europe 1 se penche sur les hypothèses pour les épreuves de spécialité prévue à la mi-mars.”


Fébrilité scolaire

L’autre inquiétude porte sur la rentrée scolaire de janvier
INFO FRANCE-GUYANE Covid-19 : vers un report de la rentrée dans les collèges et lycées ? par Pierre ROSSOVICH
La rentrée scolaire dans les collèges et les lycées guyanais pourrait ne pas s’effectuer le 4 janvier mais plutôt le 11. Le Conseil Scientifique Territorial (CST) a effectué cette recommandation, mais pour l’heure aucune décision n’est prise au niveau de l’exécutif de la CTG. De son côté, le rectorat n’envisage pas ce report. D’autres pistes sont à l’étude, comme celle de pouvoir tester massivement les élèves lors de la première semaine de rentrée, de manière à détecter d’éventuels clusters.”

Covid-19 : pourquoi la rentrée scolaire inquiète professeurs et scientifiques
Parents d’élèves, syndicats et même scientifiques craignent un retour en classes le 4 janvier après le brassage des fêtes. Certains appellent à un report.”


Rechute universitaire

Et côté université par contre...
Universités : « Le risque est réel d’un décrochage massif » Tribune d’un Collectif
Rouvrir les établissements d’enseignement supérieur doit être une priorité souligne, dans une tribune au « Monde », un collectif d’universitaires, de professeurs et d’étudiants.”

[Tribune] Jean-Jacques Urvoas appelle à une réouverture des universités
Ancien Garde des sceaux et maître de conférences en droit public à l’Université de Brest, Jean-Jacques Urvoas appelle à une réouverture des universités françaises, dans une tribune adressée au Télégramme.
Ancien Garde des sceaux et Jean-Jacques Urvoas, maître de conférences en droit public à l’Université de Brest, appelle à une réouverture des universités françaises, dans une tribune adressée au Télégramme. (Archives Le Télégramme)
Dans un récent courrier adressé aux présidents des universités, notre ministre de tutelle vient d’indiquer qu’en janvier, les facultés « pourront accueillir sur convocation les étudiants (…) en situation de grande vulnérabilité, cela dans la limite de dix personnes par groupe »
.” pour les abonnés du Télégramme

Universités : une rentrée entre Covid, distanciel, présentiel et partiels
Les étudiants pourront-ils retrouver les amphis  ? "Dès la semaine du 4 janvier, vous pourrez accueillir sur convocation les étudiants nouvellement entrés dans l’enseignement supérieur en situation de grande vulnérabilité", avait annoncé mi-décembre la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, aux présidents d’université, dont les locaux sont en très grande partie vidés depuis fin octobre.”


Traitement numérique

Salons virtuels des études supérieures de l’Etudiant : pour réfléchir à votre orientation par région Par Stéphanie Ouezman sur l’Etudiant.fr
À partir de janvier 2021 et pendant plusieurs semaines jusqu’en février, l’Etudiant vous donne rendez-vous sur ses différents salons virtuels consacrés aux études supérieures par région. Le critère géographique a en effet une importance capitale dans les choix d’orientation. Sur ces salons, vous découvrirez le panorama de l’offre de formation dans votre région d’origine, celle qui vous fait rêver, celle où vous avez prévu de vous installer... “

Pour une plateforme numérique d’enseignement pour tous Par Cyrille Dalmont (*)
La crise sanitaire mondiale a accéléré la numérisation de nos sociétés à un rythme effréné dans tous les domaines de notre vie : vie privée, travail, enseignement, administration mais également médecine, sécurité, défense, etc. (*) Par Cyrille Dalmont, chercheur associé Numérique à l’Institut Thomas More.”


B(r)ouillon d’idées

Erasmus : Que va changer le Brexit pour les étudiants français et européens ?
EDUCATION “Boris Johnson a annoncé le retrait du Royaume-Uni du programme d’échange universitaire européen, Erasmus, une fois l’accord sur le Brexit officiellement signé
C’était l’une des destinations préférées des jeunes européens. Le Royaume-Uni, qui a accueilli plus de 31.000 étudiants Erasmus dans ses universités en 2018, a décidé de quitter ce programme, devenu l’un des plus populaires sur le continent. Partie prenante d’Erasmus depuis 1987, le pays de Boris Johnson a fait le choix de développer, pour les années à venir, son propre programme d’échange universitaire. Le Premier ministre britannique a estimé que le modèle européen actuel était « extrêmement cher »
.”

L’Europe, la grande oubliée des programmes scolaires
Histoire, géographie, éducation civique, quelle que soit la matière enseignée, les programmes scolaires ignorent largement sa dimension européenne. Dans un passionnant rapport de l’Institut Delors, le politologue Thierry Chopin dresse le constat de cette carence. Il propose aussi des solutions pour fournir à chaque élève une base solide pour forger sa double citoyenneté.”

Violences sexuelles dans l’Enseignement Secondaire de la France Post-Me Too Par Lauriane Bouvet sur son blog : Le blog de Lauriane Bouvet
#Actu féministe décembre 2020 Chronique d’un fait ordinaire de violences sexistes et sa gestion par l’éducation nationale.
Du déni des violences sur les personnes transgenres et le racisme institutionnel, des justifications du viol aux relativisation de la parole des victimes, tout passe aujourd’hui par l’analyse anti-patriarcale et antiraciste. La revolución será feminista, antirracista, antipatriarcal, anticapitalista y ecologista, o no será.
Il y a de ça plusieurs mois, j’ai été projetée dans un monde que je ne connaissais pas : le secondaire
.”

Pour en finir avec la « dame du CDI » Par Julien Da Veiga sur le blog de Julien Da Veiga
A l’heure du décret sur la prime informatique pour tous les enseignants, nous découvrons que certains enseignants en sont privés : les professeurs documentalistes. Comment le ministère justifie-t-il cette exclusion du décret ?

Podcast : Que fait l’école pour ceux qui n’y trouvent pas leur place ?
Rencontre avec Rachid Zerrouki, enseignant, auteur de l’ouvrage "Les incasables" (Robert Laffont, août 2020) sur France Culture

Le livre du jour : hommages aux professeurs
C’est un petit livre, mais qui dit de grandes choses. "Mon prof, ce héros" (photo) met les enseignants à l’honneur, ces "hussards noirs de la République", comme disait Charles Péguy, qui jour après jour transmettent un savoir, un savoir-être, un savoir-faire. Des valeurs laïques, des connaissances que l’on oublie tout de suite ou que l’on garde au cœur toute la vie, qui façonnent en tout cas la personne que l’on est. Vingt auteurs, écrivains, historiens, universitaires et critiques littéraires ont signé cet hommage à Samuel Paty, en racontant celui ou celle qui, hier, fit d’eux ce qu’ils sont aujourd’hui.”


Auto-médication

Parcours professionnel : parcours de vie, parcours à vivre Une série d’articles par Christine Vallin sur le site Penser les métiers de l’éducation nationale Avec philosophie
Qu’est-ce qui se joue, qu’est-ce qu’on joue, à travers son travail ? C’est une question que je me suis souvent posée, constatant combien le travail prenait de la place dans ma vie, en temps, en pensée, en énergie, dans ce que j’écrivais. A 30 ans lorsque j’étais enseignante, à 40 ans en tant que rédactrice en chef, ou à 50 ans maintenant inspectrice, l’importance de mon métier, de mes métiers, ne s’est jamais démentie. Que trouve-t-on dans son travail, au long des années ? Comment accepter, écouter, préparer les méandres d’un parcours, jusque dans ses ruptures ? Qu’est-ce qui aide à prendre le risque du changement ? A partir de mon expérience, à la fois unique et commune, voici quelques réponses dans une série d’articles où chacun se cherchera ou se retrouvera peut-être parfois.”

A l’école, « le défi, c’était de faire avec rien » Par Marie Piquemal
Malgré les difficultés rencontrées durant la crise sanitaire, les profs ont redoublé d’ingéniosité. Cinq d’entre eux ont livré leurs trouvailles à « Libé ».”

Ma classe décolle ! Par Jean-Charles Cailliez
Y a-t-il un âge pour faire décoller sa classe ? Doit-on attendre les dernières années d’étude pour être enfin capable d’apprendre à travailler ensemble ? Souvent, lorsque je décris ma classe renversée dans laquelle mes étudiants construisent par eux-mêmes le cours de génétique moléculaire, on me dit que cela n’est possible que parce qu’ils sont en licence de biologie et déjà maîtres de beaucoup de connaissances (les prérequis indispensables pour pouvoir résoudre toutes problématiques en lien avec la matière enseignée), voire d’autonomie et de capacité à travailler ensemble. On me dit que cette méthode est intéressante, mais qu’elle ne peut pas être menée avec des élèves n’ayant pas encore eu le baccalauréat ! En effet, comment imaginer que des élèves puissent construire un contenu de cours en équipe et le travailler de manière collaborative alors que l’enseignant ne leur a pas livré la connaissance toute prête à consommer lors du fameux cours magistral ? Cela parait logique…”

Bernard Desclaux

La revue de presse des Cahiers pédagogiques évolue ! Aujourd’hui, on trouve facilement des tas d’articles en ligne, qui circulent et s’échangent notamment sur les réseaux sociaux. Nous avons donc pensé que ce que nous pouvions vous apporter, c’était autre chose, soit le recul et le temps du commentaire, en proposant une revue de presse hebdomadaire, plus hiérarchisée, plus sélectionnée et largement commentée, toujours, bien sûr, sous l’angle des questions éducatives.

Lire la suite

Revue de Presse Education... Transphobie—Prioritaires ou déclassés—La grande Orientation—Supérieur—Divers...

28 Décembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Transphobie—Prioritaires ou déclassés—La grande Orientation—Supérieur—Divers...

Si on fait le bilan de l’année 2020, on se souviendra des ordres et contre-ordres ; de l’incohérence d’un protocole sanitaire qui change tout le temps ; de Sibeth qui voulait nous envoyer aux fraises, en plein effort du distanciel ; de l’amateurisme ; du démerdentiel ; de l’improvisation et de la défiance. Bref, ce fut l’épreuve du feu. Certains ne s’en remettront jamais vraiment, comme Samuel Paty.

 

Transphobie

Celles et ceux que l’école ne sait toujours pas accueillir :

À Lille, le lycée Fénelon pleure Fouad, 17 ans, rayonnante et transgenre par Olivier Chartrain
“Élève en terminale au lycée Fénelon, à Lille, Fouad s’est donné la mort le 15 décembre. Face à la mise en accusation de certains personnels de l’établissement sur les réseaux sociaux, ceux qui l’ont connue témoignent.”

Suicide d’une lycéenne transgenre : « Fouad assumait pleinement son identité » par Stéphanie Maurice, correspondante à Lille et Cécile Bourgneuf pour Libération
“Après l’agitation des réseaux sociaux dénonçant la responsabilité de son établissement, les amies d’une élève transgenre qui a mis fin à ses jours mercredi à Lille se sont rassemblées pour lui rendre hommage et continuer la lutte contre la transphobie.”
A Lille, le suicide de Fouad, lycéenne transgenre, secoue l’institution scolaire Par Khedidja Zerouali et Faïza Zerouala sur Médiapart pour les abonnés.
“Mercredi 16 décembre, Fouad, jeune lycéenne trans de 17 ans, s’est donné la mort. Quelques jours plus tôt, l’administration lui refusait l’accès de la classe parce qu’elle portait une jupe. Devant le lycée Fénelon, l’émotion est forte et l’urgence est à la protection des jeunes LGBT, y compris au sein de l’école. L’Éducation nationale, elle, a beaucoup de retard théorique à rattraper sur le sujet. Entretiens avec des lycéens mobilisés, et explication d’une déconnexion sociétale.“

Le suicide d’une lycéenne transgenre à Lille interpelle la communauté éducative

Éducation : la question de la reconnaissance des enfants transgenre à l’école se pose après le suicide d’une lycéenne à Lille-[connexe] ]
“Les familles concernées parlent d’un parcours du combattant pour la reconnaissance d’un changement de genre par l’établissement scolaire.” par Alexis Morel
“Le suicide d’une lycéenne transgenre à Lille, mercredi 16 décembre, repose la question de la prise en charge et de la reconnaissance des enfants transgenre à l’école. L’élève avait été exclue une journée de son établissement car elle portait une jupe. Sur les réseaux sociaux, certains mettent en cause une altercation filmée entre l’adolescente et une adulte, identifiée par des élèves comme un cadre de l’établissement, à propos de ce vêtement. Les familles concernées par la question font souvent état d’un vrai parcours du combattant pour qu’un établissement scolaire reconnaisse un changement de genre.”

Adolescents transgenres : « Il existe un vrai phénomène de mode aux États-Unis »
ENTRETIEN - “Abigail Shrier, journaliste américaine au Wall Street Journal, publie une enquête sur l’engouement que suscitent les enfants et les adolescents transgenres aux États-Unis. Ce phénomène qui touche en particulier les jeunes filles est, selon elle, très préoccupant. Son livre fait l’objet d’attaques et d’appels au boycott outre-Atlantique.” Par Eugénie Bastié

 

Prioritaires ou déclassés ?

 

Education prioritaire : une réforme discrète qui suscite des inquiétudes
“L’éducation nationale a annoncé fin novembre le lancement de « contrats locaux d’accompagnement » dans trois académies. Ce dispositif pourrait déboucher sur un changement profond de philosophie.” Par Violaine Morin pour les abonnés.

« L’éducation prioritaire souffre de problèmes de pilotage »
“Pour Marc Douaire, qui dirige l’Observatoire des zones prioritaires, les écarts de niveaux restent trop importants entre enfants issus de réseaux REP et les autres.” Propos recueillis par Violaine Morin :
“Au bout de quatre décennies, qu’est-ce qui coince encore ?
Dans son rapport d’octobre 2018 sur le sujet, la Cour des comptes rappelle que l’éducation prioritaire est la seule politique publique de lutte contre les inégalités qui a permis que les écarts ne s’aggravent pas, quand les situations sociales, économiques et culturelles se dégradent par ailleurs. Mais les écarts de résultats restent trop élevés entre les enfants de REP et les autres.
Qu’est-ce qui, au contraire, a fonctionné et mériterait d’être préservé ?
Dans les enquêtes que nous menons sur le terrain, on perçoit une forte culture commune, qui s’est installée malgré les revirements politiques. D’abord, les enseignants croient profondément en l’éducabilité de chaque enfant et de chaque jeune, à rebours d’une vision qui consiste à sortir les plus méritants des quartiers. Là où les choses fonctionnent bien, les enseignants opèrent également un savant équilibre entre bienveillance et exigence. Ils savent ne pas rabaisser les exigences et encourager la coopération.”

 

La grande Orientation

 

“Le site Parcoursup ouvre ce lundi 21 décembre, mais les élèves de terminale et les étudiants en réorientation sont privés de certains canaux d’information et de conseils. Les salons n’ont plus lieu, les journées portes ouvertes sont compromises. Tout se fait virtuellement et c’est encore plus difficile d’y voir clair.”

Parcoursup, « les élèves de Terminale sont en plein tâtonnement  »
Entretien “À l’heure des choix d’orientation sur la plateforme Parcoursup, beaucoup d’élèves de Terminale sont partagés entre perplexité et inquiétude, face à un avenir incertain. Clémence Nommé, psychologue spécialisée (1), nous dit comment les motiver.” recueilli par France Lebreton

Un nouveau parcours pour devenir professeur des écoles, dès janvier sur Parcoursup Par Maya Baldoureaux-Fredon
“C’est une nouvelle voie pour les bacheliers qui rêvent de devenir professeurs des écoles, en maternelle ou en primaire. Le Parcours préparatoire au professorat des écoles (PPPE) arrive dès janvier 2021 sur Parcoursup. Objectif : former, dès la L1, de futurs professeurs motivés, avec un bon niveau dans toutes les matières. Décryptage.”
Formation des enseignants : silence, on « réforme » la tribune de Christian Delacroix, historien , François Dosse, historien et Patrick Garcia, historien
“La refonte de la formation des professeurs, dont le principe a été arrêté par la loi Blanquer en 2019, est censée remplacer une formation trop théorique par plus de « professionnalisation ». La part des disciplines critiques y est condamnée au profit d’une logique managériale.”

 

2020, les jours les plus longs

 

Année confinée, année inquiétante, 2020 fut une année de profond changements pour les enseignants. Protocole sanitaire qui change tout le temps, improvisation, solitude, mépris, défiance. Certains ne s’en remettront jamais vraiment.

Pourquoi j’ai quitté l’Education nationale par Xavier Molénat
“Encore rares mais en forte hausse, les démissions d’enseignants s’inscrivent dans des trajectoires diverses, sur fond d’une critique commune de conditions de travail dégradées.”

Enseignante mutée pour avoir manifesté : le tribunal administratif désavoue le rectorat de Poitiers
“Le tribunal administratif de Poitiers demande à la rectrice de Poitiers de réintégrer l’enseignante du lycée Desfontaines de Melle qui avait été mutée pour avoir perturbé les épreuves du bac en février 2020. Quatre professeurs de Melle avaient été suspendus puis sanctionnés.”

 

Supérieur : il faut sauver l’étudiant Ryan

 

« Pendant la pandémie, un domaine est resté trop négligé : l’enseignement supérieur »
Chronique de Pierre-Cyrille Hautcoeur, Directeur d’études à l’EHESS
“L’historien et économiste Pierre-Cyrille Hautcœur alerte, dans une chronique au « Monde », sur les effets à long terme de l’importante dégradation des conditions d’enseignement depuis mars.”
Comment le Covid-19 a bouleversé l’enseignement supérieur
par Wally Bordas
“D’abord, en faisant passer, du jour au lendemain, la totalité des cours à distance. Les écoles de commerce, par exemple, ont massivement investi pour étoffer leur offre de cours à distance. « Nous avons rénové nos salles pour qu’elles soient adaptées aux cours en streaming », précise Emmanuel Métais, directeur général de l’Edhec, qui évoque plusieurs millions d’euros de dépense. Et il fallait également innover, pour arriver à intéresser des étudiants souvent ennuyés par la répétition de cours à distance.”

Cours à distance : qu’en pensent vraiment les étudiants ? par Sophie Gebeil, Maître de conférences en histoire contemporaine et Perrine Martin, Maîtresse de conférences en sciences de l’éducation, Aix-Marseille Université
“Depuis le 30 octobre 2020, dans le contexte de cette deuxième période de confinement, les étudiants français sont contraints de suivre un enseignement à distance. Cette situation donne lieu à des réactions contrastées, associant éloge de la capacité d’adaptation des universités et critique du maintien de ce mode d’enseignement. Les médias se font l’écho de souffrances chez les étudiants.”

«  Etudier à distance fonctionne mal, voilà tout »
Même en temps ordinaire, les meilleures universités du monde gardent difficilement leurs inscrits à des cours en ligne. En fermant les établissements du supérieur, on compromet à court terme la réussite d’une part importante de la jeunesse, alerte, dans une tribune au « Monde », le mathématicien Serge Cantat.

Mentorat, tutorat, parrainage… Quand des étudiants volent au secours d’autres étudiants
Alors que les jobs s’évaporent depuis le premier confinement, des milliers d’étudiants travaillent comme « tuteurs » au sein des universités, à distance ou non. L’Etat va financer 20 000 emplois supplémentaires dans ce domaine ( par Pascal Galinier)
Pairs, tuteurs, mentors, référents, parrains ou marraines… les mots sont divers et variés mais la cause est la même : parler et s’aider entre étudiants. Rompre le silence, le non-dit, la solitude, l’isolement. Frédérique Vidal, la ministre de l’enseignement supérieur, en a pris l’engagement : les universités vont créer, en 2021, 20 000 emplois étudiants supplémentaires pour des missions de tutorat de quatre mois.

UNE ÉCLAIRCIE ? (VA EN) COURS, RYAN, (VA EN) COURS !

Une rentrée universitaire par paquets de dix
Après avoir annoncé une reprise partielle des cours en janvier, la circulaire ministérielle n’autorise finalement que des séances de travail avec un maximum de dix étudiants. Par Olivier Monod

 

Réflexions de fond : clivage, confinement et technologie, clichés

 

Si vous n’en lisez qu’un, cliquez sur celui-ci, c’est l’article que je trouve le plus intéressant.
Le clivage entre les élites et le peuple se construit à l’école
« Si le mépris entre élite et classes populaires est réciproque, cela s’explique en grande partie par la ségrégation et la sélection qui règnent dans notre système éducatif. » Le point de vue de Vincent Troger, maître de conférences honoraire en sciences de l’éducation, extrait du journal Le Monde.

Enseignement et confinement, tous les résultats et les ressources de l’enquête de l’IFÉ

Les inégalités scolaires (1995-2020) Effets de l’origine sociale et du genre. article payant :
“Lors de leur recherche sur les transformations de l’accès à l’enseignement supérieur, Dominique Goux et Éric Maurin (1995) ont proposé la notion de démocratisation uniforme. Celle-ci caractérise une situation dans laquelle l’accroissement des taux d’accès des enfants de chaque catégorie sociale aux études supérieures n’a pas modifié les inégalités d’accès selon l’origine sociale. La notion de démocratisation ségrégative résulte, quant à elle, d’un accroissement des taux d’accès aux études qui se réalise simultanément à une augmentation des inégalités d’accès…”

État des lieux des enjeux technologiques dans l’éducation en 2020 par Louis Derrac
“Pour conclure cette année 2020, je vous propose de faire un état des lieux de certains enjeux posés par l’utilisation croissante des technologies, principalement numériques, dans l’éducation.”

Rire des clichés et autres tics de langage avec Jean-Michel Zakhartchouk :
Clichés 2020
« En 2020 ont fleuri et continueront à fleurir nombre de mots, d’expressions rebattus, les uns plutôt innocents et relevant davantage du tic de langage, les autres étant des révélateurs de certains types de pensée ou même des « empêcheurs de pensée ». »

La formule de notre revue de presse va changer. Moins mais mieux, pourrait la résumer. Un format hebdomadaire, plus thématique, avec toujours la veille indispensable de Bernard Desclaux, les dessins de Fabien Crégut et l’arrivée de Monique Royer qui apporte son savoir-faire à l’équipe composée de Géraldine Duboz et Emilie Kochert.

 

Joyeuses fêtes à tutti,
Catherine Rossignol

Lire la suite

Revue de Presse Education... Absence tolérée - Enseignement - Carte scolaire - Divers - Ailleurs...

18 Décembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Absence tolérée - Enseignement - Carte scolaire - Divers - Ailleurs...

Unanimité dans les médias. Unanimité contre le ministère : contre l’autoconfinement, contre la carte scolaire, contre les nouveaux programmes de maternelle. Le ministère fait très fort.


Absence tolérée

 

La dernière décision du gouvernement fait l’unanimité contre elle chez les enseignants et les personnels de direction qui n’acceptent pas le mépris de leur travail. Les enfants ne sont donc plus "non-contaminants" ? L’école est désormais à la carte ? Une garderie ?

JPEG - 73.5 ko

Le dessin de Fabien Crégut

L’école facultative jette le trouble
“L’annonce surprise par J Castex, le 15 décembre, que les élèves pourront ne pas venir en classe les 17 et 18 décembre jette le trouble chez les enseignants et les personnels de direction. Aucune déclaration officielle ne laissait présager cette décision alors que presque quotidiennement le ministre de l’éducation nationale répète que rien n’est plus important qu’aller à l’école. Elle ajoute à la désorganisation du système éducatif. Mais on s’interroge aussi sur les raisons qui ont conduit le gouvernement à prendre subitement cette décision et sur ce que cela veut dire pour la rentrée de janvier.”

Jean-Michel Blanquer : « La recommandation est d’envoyer les enfants à l’école »
“Les enfants pourront ne pas aller à l’école jeudi et vendredi, a annoncé Jean Castex mardi matin. « N’incitons pas » à cela, s’est agacé le ministre de l’Education, mardi soir : « L’absence (sera) tolérée, mais le principe c’est l’ouverture (des écoles) et chacun vient. »”

Dispenses d’école les 17 et 18 décembre : « C’est de l’improvisation permanente »
« Le Premier ministre, Jean Castex, a suggéré ce mardi que les enfants n’aillent pas à l’école jeudi et vendredi, comme conseillé par le Conseil scientifique, pour limiter les risques de contamination à Noël. Une recommandation de dernière minute qui passe mal du côté des enseignants. »

Auto-confinement : « je continuerai à dire à mes élèves qu’ils devront rattraper les cours de jeudi et vendredi »
« Les parents qui le souhaitent pourront ne pas envoyer leurs enfants à l’école jeudi et vendredi prochain. Une décision que déplorent les enseignants. » Pas mal de réactions d’enseignants qui ont beaucoup d’humour.


Enseignement

 

La note du CSP sur les programmes de l’école maternelle fait aussi l’unanimité contre elle.

Gilles Brougère : Le jeu et l’école maternelle française, une incompréhension récurrente
“Il suffit de lire la note d’analyse et de proposition sur le programme d’enseignement de l’école maternelle du CSP pour retrouver l’incapacité récurrente des textes officiels concernant l’école maternelle à comprendre ce qu’il y a derrière la question du jeu. Pour le dire rapidement après quelques propos généraux sur la place du jeu et du jeu libre en particulier et des références aux apprentissages informels assez peut fondés, il n’est jamais question que de contrôle, de vérification, et de développement d’exercices qui n’ont de jeu que le nom. Il est pourtant question du jeu qui serait libre – mais peut-on considérer comme jeu une activité qui ne le serait pas ? – « que lorsqu’il laisse à l’enfant la pleine initiative ».”

La maternelle mérite mieux que ça !
Communiqué de presse du CRAP-Cahiers pédagogiques
« Rien ne peut nous convenir dans la note d’analyse et de propositions du Conseil supérieur des programmes sur la maternelle !
Il s’agit de changer les programmes seulement cinq ans après la promulgation des précédents, en expliquant au passage aux enseignants que désormais, ils vont véritablement enseigner, tandis que jusqu’ici ils n’apprenaient rien de sérieux aux élèves. »

C’était mieux avant ?
Pourquoi les élèves régressent-ils ? Familles et enseignants ne sont pas d’accord…
“Si la majorité des Français admettent que le « niveau baisse » et que l’école n’est plus un acteur majeur « pour aider la jeunesse face à ses difficultés », les avis en revanche divergent sur les réponses à apporter, nous apprend un sondage réalisé à la rentrée.” abonnés

Esprit Montessori es-tu là ? » La girouette Blanquer a encore tourné !
Par Claude Lelièvre
« A peine arrivé au ministère de l’Education nationale, Blanquer avait invoqué « l’esprit Montessori ». Les nouvelles instructions qui viennent de paraître sous sa houlette pour la maternelle sont aux antipodes. La girouette Blanquer vire dans le sens du vent de la régression historique. »

Éducation : « La contrainte est essentielle pour devenir un être social »
Entretien “L’amour seul ne suffit pas pour élever un enfant. Le parent doit aussi parfois endosser le mauvais rôle de celui qui dit « non » afin de lui donner les outils pour évoluer avec les autres. Entretien avec Caroline Goldman, psychologue et professeure de psychologie.” Recueilli par Emmanuelle Lucas. abonné

« Etats généraux du numérique pour l’éducation : et après ? »
Pascal Plantard, professeur d’anthropologie des usages du numérique, et André Tricot, professeur de psychologie cognitive, analysent, dans une tribune au « Monde », l’organisation et les propositions issues des Etats généraux du numérique pour l’éducation
« Aujourd’hui, on fait comme si tous les enfants et les adolescents savaient utiliser les technologies numériques, alors que la recherche démontre depuis vingt ans que les caractéristiques des « digital natives » ne correspondent qu’à une minorité des jeunes. Cela conduit à un dessaisissement éducatif vis-à-vis du numérique, en particulier dans les familles et les quartiers populaires. Le confinement a rendu ce phénomène très visible. » Abonnés

Comment donner l’envie de lire aux enfants ?
« Quels livres pour lancer les enfants dans la lecture ? Comment cultiver le goût de la lecture en famille ? De nombreuses études montrent que la réussite scolaire, le développent cognitif, l’art de bien s’exprimer à l’oral, de développer son vocabulaire, son style puise largement ses racines dans la lecture. »

« Montrer aux élèves que l’Afrique fait partie de l’histoire du monde »
ENTRETIEN. « Faire entrer l’Afrique dans les classes ? Coconseiller pédagogique de la saison Africa2020, Naïl Ver-Ndoye explique le cheminement adopté avec Alexandre Lafon. »


Carte scolaire

 

En 2021, l’éducation nationale continuera à favoriser l’école primaire
« Le ministère a dévoilé mercredi la répartition des moyens alloués à chaque académie, dont Créteil et Versailles sortent gagnantes. En revanche, le second degré perd à nouveau des postes, malgré une hausse des effectifs. »

Carte scolaire du 2d degré : Les heures supplémentaires remplacent-elle vraiment des postes ?
« Officiellement, malgré 1800 suppressions de postes à la rentrée 2021, il n’y a pas d’inquiétude à avoir dans le 2d degré. Les heures supplémentaires vont "plus que compenser" les postes supprimés. Rien n’est moins sur. La réalité c’est qu’il y a 4 fois plus de postes supprimés qu’en 2019 et deux fois plus qu’en 2020. Et qu’il y aura des enseignants en moins dans 25 académies avec 43 500 élèves supplémentaires. Les syndicats s’inquiètent. Le Se Unsa parle de dégradation des conditions de travail. »


Divers

 

Pour Samuel, la réponse de la famille du professeur Paty à l’avocat d’Abdelhakim Sefrioui
Par Virginie Le Roy, Avocate de la famille de Samuel Paty
« Suite à la publication d’une lettre ouverte de l’avocat de Sefrioui à Emmanuel Macron, la famille de Samuel Paty sort du silence par la voix de son avocate Virginie Le Roy, et dénonce une « provocation ». »

Partiels à distance à l’université : « C’est trop facile, tout le monde triche »
« A l’université, de nombreux étudiants avouent avoir recours à la triche pour obtenir de bons résultats. Et mettent en place de nombreuses tactiques pour ne pas se faire prendre. »

La France ne respectera pas cette préconisation pour les surveillants de la garderie qu’est devenue l’éducation nationale.
Vaccin : les enseignants doivent être prioritaires selon l’UNESCO et l’UNICEF
L’UNESCO, l’Internationale de l’Education et l’UNICEF appellent à rendre prioritaires à la vaccination les enseignants et personnels d’éducation. Explications.
“« Les écoles sont irremplaçables ». Dans une vidéo publiée en début de semaine, la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, et le Secrétaire général de l’Internationale de l’éducation David Edwards unissent leurs voix pour demander aux gouvernements d’ajouter les enseignants à la liste des groupes prioritaires pour le vaccin contre la Covid-19. Ils ont été suivis de près par l’UNICEF dans cette démarche.”

Le port du masque a modifié le rapport profs-élèves par Thomas Messias
« Voix qui fatigue, gêne, perte de chaleur humaine... Les profs font le bilan d’une fin 2020 placée sous le signe du masque. »


Ailleurs

 

L’actualité éducative n’est pas plus réjouissante à l’étranger.

En Pologne, un ministre d’extrême droite pour reprendre en main l’éducation nationale
« Depuis sa prise de fonctions, le 19 octobre, Przemyslaw Czarnek ne cesse de faire les gros titres. Son obsession : extirper l’« idéologie LGBT », la « théorie du genre » et la « pédagogie de la honte » de l’institution. »

Boko Haram revendique l’enlèvement de centaines de lycéens au Nigeria
« Boko Haram a revendiqué mardi l’enlèvement de 333 lycéens, disparus dans la nuit de vendredi à samedi à Kankara. Des discussions sont en cours entre les kidnappeurs et le gouvernement local. En 2014, l’organisation djihadiste avait enlevé 276 lycéennes à Chibok. »

 

Géraldine Duboz

Lire la suite

Revue de Presse Education... "C’est toujours chaud à propos de la maternelle, de la laïcité et de la crise sanitaire."

16 Décembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... "C’est toujours chaud à propos de la maternelle, de la laïcité et de la crise sanitaire."

C’est toujours chaud à propos de la maternelle, de la laïcité et de la crise sanitaire. Heureusement il nous reste les sources et flexions pour prendre un peu de distance.

 

Maternelle

Ghislain Leroy : Pour une école maternelle de la résistance
Que penser des nouveaux programmes de maternelle ? Guislain Leroy, maître de conférences à l’université Rennes 2, les situe dans une évolution déjà ancienne qui affirme de plus en plus la "scolarisation" de l’école maternelle. Il dénonce le manque de bienveillance des enfants soumis, dans les nouveaux programmes, à une évaluation dès la petite section. Il proteste aussi contre l’impasse faite par le Conseil supérieur des programmes sur la recherche.”

La maternelle, « enfin » une école ? par Rachel Harent, Cahiers pédagogiques
Le Conseil supérieur des programmes (CSP) a rendu publique une Note d’analyse et de propositions sur le programme d’enseignement de la maternelle, le ministre de l’Éducation nationale lui ayant confié pour mission de se pencher sur ce niveau en 2020-2021. Cette note a provoqué beaucoup d’émoi chez les professeurs des écoles, en particulier ceux enseignant en maternelle : elle semble préfigurer des programmes centrés sur l’enseignement quasi exclusif des mathématiques et du français, et destinés à faire réussir aux élèves les tests passés à l’entrée en CP, plutôt qu’à leur faire apprendre ce qui leur sera nécessaire pour réussir au cours de leur scolarité.”

Arguant de la scolarisation obligatoire dès trois ans, le conseil supérieur des programmes (CSP) a publié une note qui marque un changement profond dans l’orientation des programmes de l’école maternelle. Alors que les programmes de 2015 ont été unanimement accueillis par la profession et la communauté éducative, les propositions du CSP sont très loin de faire l’unanimité.” Communiqué du Snuipp Fsu.

 

Crise sanitaire

Note d’éclairage du Conseil scientifique COVID-19 12 décembre 2020 ACCOMPAGNER UNE FIN D"ANNEE PAS COMME LES AUTRES
Libérer les jeudi 17 et vendredi 18 décembre

Auto-confinement avant les fêtes : les enfants pas obligés d’aller à l’école jeudi et vendredi
Pour éviter une troisième vague en janvier, le Conseil scientifique recommande l’auto-confinement. Le Premier ministre conseille à ceux qui le peuvent de ne pas envoyer leurs enfants à l’école jeudi et vendredi.”

JPEG - 113.5 ko

Crise sanitaire : Comment les autres pays ont-ils réagi ? sur le Café pédagogique
A force de dire que la France a géré mieux que les autres pays la crise sanitaire, ça donne envie d’y aller voir de plus près. Personne ne peut faire cette comparaison mieux que l’OCDE, un organisme neutre, qui a une vision mondiale de la situation et dont l’expertise en éducation est reconnue. Dans une étude publiée fin novembre, l’OCDE étudie les réponses des systèmes éducatifs à la crise sanitaire dans ses différentes dimensions. La France est citée 6 fois. Elle n’a pas ébloui les membres de l’OCDE. Et plusieurs dimensions jugées essentielles n’ont pas atteint la rue de Grenelle…

 

Laicité

Instruction en famille : « Ne vaut-il pas mieux endiguer les quelques dérives que d’enterrer une liberté ? » Tribune de Bernard Toulemonde, Juriste, inspecteur général honoraire
Le projet de loi « confortant les principes républicains » prévoit une limitation de l’instruction en famille pour lutter contre les « séparatismes ». Le juriste et inspecteur général honoraire Bernard Toulemonde rappelle que, en France, l’instruction est obligatoire, pas l’école.”

« Le gouvernement affirme renforcer la laïcité, alors qu’il porte atteinte à la séparation des religions et de l’Etat »
Pour l’historien et sociologue Jean Baubérot, le projet de loi sur les séparatismes « confortant le respect des principes républicains » remet en cause des libertés fondamentales et risque d’être contre-productif.” Propos recueillis par Claire Legros

 

Sources et flexions

Comment l’architecture peut transformer l’école
Le ministère de l’Education nationale compte sur la rénovation des établissements scolaires vieillissants pour les rendre compatibles avec les nouvelles méthodes pédagogiques. Pour diffuser cette nouvelle architecture scolaire encore faudra-t-il l’apport des enseignants et des collectivités.” abonnés

« Etats généraux du numérique pour l’éducation : et après ? »
Tribune de Pascal Plantard, Professeur d’anthropologie, membre du Cread (université Rennes-II) et codirecteur du GIS M@rsouin et André Tricot, Professeur de psychologie cognitive, membre du laboratoire Epsylon (université Paul-Valéry-Montpellier-III)
Pascal Plantard, professeur d’anthropologie des usages du numérique, et André Tricot, professeur de psychologie cognitive, analysent, dans une tribune au « Monde », l’organisation et les propositions issues des Etats généraux du numérique pour l’éducation” abonnés

Les dossiers des sciences de l’éducation 41 | 2019 La recherche francophone en éducation : réseaux, échanges, publications
Sous la direction de Richard Étienne, Vincent Dupriez, Olivier Maulini et Maurice Tardif
À l’occasion des rencontres de juillet 2019 à Toulouse, le comité d’organisation du Réseau international de recherche en éducation et en formation (REF) et le comité de rédaction des Dossiers des Sciences de l’éducation ont décidé de consacrer ce numéro 41 de la revue à une mise en perspective de la recherche francophone dans la discipline des sciences de l’éducation et de la formation.
Le REF est né en 1989. Ses diverses rencontres, maintenant organisées tous les deux ans dans l’un des quatre pays fondateurs (France, Belgique, Québec, Suisse), ont vu le nombre de symposiums, qui sont la marque distinctive de son fonctionnement, augmenter de 4 à 37 (Toulouse, 2019) et l’effectif des participantes et participants connaître la même croissance. Précédées et/ou suivies par une journée de colloque(s), ces rencontres contribuent à la réalisation et à la diffusion de la recherche comme en témoignent les dizaines de publications (plus de 140 livres ou dossiers de revue à ce jour)
.”

 

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Maternelle — Laïcité — Supérieur — Sources et flexions...

15 Décembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Maternelle — Laïcité — Supérieur — Sources et flexions...

Les projets concernant les maternelles sont peu appréciés, et la laïcité très défendue. De nombreuses questions portent sur le supérieur. Et on terminera par quelques ressources et réflexions.


Maternelle

 

Maternelle : Mireille Brigaudiot : "On va vers des échecs considérables"
" On va vers des échecs considérables en CP. Les enfants, surtout en REP, seront perdus devant le « charabia » des correspondances graphèmes – phonèmes le jour de la rentrée". Spécialiste de l’apprentissage du langage, Mireille Brigaudiot analyse la Note du CSP sur les nouveaux programmes de maternelle.”

Ne les laissons pas abîmer l’école maternelle Par Marc Bablet Blog : Le blog de Marc Bablet
Jusqu’à présent Jean-Michel Blanquer n’avait pas osé s’attaquer vraiment à la maternelle tant il savait que les programmes de 2015 étaient le fruit d’un consensus appuyé sur des constructions professionnelles collectives. Aujourd’hui il met en avant un texte du conseil « supérieur » des programmes qui met en question le sens de cette école.”


Laïcité

 

1905-2020 : le long chemin de la laïcité en France avec Patrick Weil sur FranceCulture
La laïcité est-elle en danger ? Cent quinze ans après la promulgation de la loi de 1905 entraînant la séparation des Églises et de l’Etat, l’assassinat au mois d’octobre dernier du professeur Samuel Paty remet en cause un principe jusqu’alors intimement lié à l’histoire de France.”

Laïcité : Les fausses annonces de JM Blanquer
Clôturant le 9 décembre le colloque organisé par le Conseil des sages de la laïcité, une institution qu’il a crée, JM Blanquer a insisté sur la place centrale de la laïcité. Il a fait plusieurs annonces qui ne devraient pas être difficiles à réaliser. Le ministre promet de mettre en place ce qui existe déjà…

« Parce qu’ils sont profondément attachés à la laïcité les mouvements d’éducation populaire ne veulent pas l’enseigner comme un catéchisme » Tribune d’un Collectif
La laïcité s’incarne quand des personnes se rencontrent, travaillent ensemble et progressent ainsi vers plus de lucidité et de fraternité soulignent dans une tribune au « Monde » un collectif de représentants de dix-huit mouvements et associations.”


Supérieur

 

PLF 2021 : le budget pour l’enseignement supérieur et la recherche, à la hauteur des enjeux ? Pauline Bluteau
À quelques semaines de l’adoption définitive du projet de loi de finances 2021, le doute s’installe du côté de l’opposition. Les 600 millions d’euros supplémentaires prévus pour l’enseignement supérieur et la recherche ne permettraient pas d’accompagner correctement les établissements du supérieur dans un contexte de crise sanitaire.”

Enseignement supérieur et recherche : Hervé Morin demande l’arbitrage de Jean Castex
Université. Le président de la Région Normandie est remonté contre l’État. Il juge très insuffisants les crédits accordés à l’enseignement supérieur et à la recherche en Normandie. Il en appelle désormais à l’arbitrage de Matignon.”

Enseignement supérieur : un rapport propose de nouvelles pistes pour accroître la diversité
Des nouvelles pistes dans l’enseignement supérieur, mais aucune ne sera imposée, reconnaît le ministère.”

Universités fermées : le Conseil d’Etat sur la ligne du gouvernement Par Olivier Monod
La santé psychique des étudiants inquiète leurs professeurs qui ont saisi le gouvernement et le Conseil d’Etat pour une réouverture des universités. Celle-ci devrait avoir lieu début janvier pour « des étudiants ciblés ».”

DOSSIER. Grandes écoles : le défi de la crise sanitaire sur L’Obs
L’enseignement supérieur doit se remettre en question. Les grandes écoles, elles aussi impactées par la crise sanitaire et sociale que nous traversons, doivent se réinventer. Les étudiants de ces formations sélectives font face à un nouveau type d’enseignement mêlant distanciel et présentiel, cours en direct ou enregistrés. Ils sont également plus sujets au stress et au risque de décrochage. La perte des petits boulots, comme le manque de relations sociales, fragilise ces jeunes pourtant considérés comme privilégiés. Et comment vivent-ils les immersions à distance censées remplacer les séjours à l’étranger, emblématiques de ces parcours ? « L’Obs » passe en revue, à travers des expériences et des exemples précis, tous ces bouleversements.”


Sources et flexions

 

Est-ce la faute des enseignants si l’école aggrave les inégalités ?
La parution mardi 27 septembre du rapport du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) « Inégalités sociales et migratoires : comment l’école amplifie-t-elle les inégalités » a suscité beaucoup de commentaires et de réactions. Ce rapport le mérite, car il est important et est le résultat d’un travail rigoureux de plus d’une vingtaine d’équipes de chercheurs français et étrangers qui font le tour de la question. On aurait pu cependant espérer une lecture plus sérieuse de la part des médias généralistes, qui le réduisent à tort à une remise en cause de l’éducation prioritaire.”

Professeur clandestin Par Cl R Blog : Miscellanées
Titulaire d’un CAPES estampillé par la République Française, me voici promue par un décret du 07 décembre au rang de professeur digne d’exception. En plus de ma légendaire agilité pour enseigner malgré les entraves placées sur mon chemin, j’ai été pourvu officiellement d’une cape d’invisibilité : j’ai l’immense pouvoir institutionnalisé d’enseigner sans être face aux élèves. Qui suis-je ?

Kéren Desmery : Le difficile parcours de l’Éducation Morale et Civique
Chercheuse postdoctorale à l’École Pratique des Hautes Études, Kéren Desmery publie un ouvrage, tiré de sa thèse, sur l’enseignement de l’Éducation Morale et Civique (EMC) (Pour une éducation à la liberté responsable : les perspectives d’un enseignement moral et civique, éditions Libermirabilis). Dans cet entretien, la jeune chercheuse revient sur l’histoire de l’EMC, avec sa dimension d’appréhension de la laïcité, son évolution et sur ses différents enjeux.”

100 ans après, quelle orientation ? Par Jacques Vauloup le lundi 14 décembre 2020
Avec La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940), l’historien Jérôme Martin documente les origines, il y a un siècle, de l’orientation professionnelle et du métier de conseiller d’orientation. Au croisement de l’histoire sociale, de l’histoire de l’éducation et de celle de la psychologie, il éclaire les conditions d’apparition de la question de l’orientation, ses bases idéologiques et scientifiques et la diversité des acteurs.”

Le lent et beau combat de la mixité à l’école
Dans son livre Des filles chez les garçons, l’historienne Geneviève Pezeu retrace la longue évolution des mentalités qui a permis aux filles de se faire une place dans la même classe que les garçons.” abonnés

 

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Maternelle — Séparatisme — Supérieur — Et pendant ce temps...

10 Décembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Maternelle — Séparatisme — Supérieur — Et pendant ce temps...

Et ça bouge pour les maternelles, la loi contre le séparatisme se discute, les inégalités dans le supérieur sont interrogées, et pendant ce temps...


Maternelle

 

Une note du CSP annonce un nouveau programme de maternelle
Epargnée jusque là, l’école maternelle va elle aussi être profondément modifiée par JM Blanquer. Arguant de la scolarisation obligatoire dès 3 ans, le Conseil supérieur des programmes (CSP) définit un recadrage important du programme de maternelle. La nouvelle école maternelle sera celle des fondamentaux, des évaluations nationales (de le PS à la GS), des listes de vocabulaire et surtout de la préparation de l’évaluation de CP. Car l’école maternelle sera axée sur la préparation à l’entrée en CP. Alors que les programmes existants donnent toute satisfaction, le ministre fait plus qu’amener un nouveau programme. Il construit une véritable rupture dans la culture professionnelle des enseignants de maternelle.”

Pascale Garnier : La fin du programme de 2015 en maternelle ?
Il fallait malheureusement s’y attendre : dans le sillage de la loi de 2019 sur l’instruction obligatoire à trois ans, et le projet de rendre obligatoire la fréquentation de l’école maternelle à la rentrée 2022, le programme de 2015 vit sans doute ses dernières heures. La Note d’analyse et de propositions sur le programme d’enseignement de l’école maternelle, publiée par le Conseil supérieur des programmes (CSP) le 8 décembre 2020 vient confirmer les récents documents, recommandations et circulaires de rentrée publiés depuis 2019. Au-delà des changements qui sont introduits dans la conception des domaines d’apprentissages et qui mériteraient une analyse spécifique, il faut insister ici sur quelques éléments de cette transformation institutionnelle, en renvoyant ailleurs pour une analyse approfondie de ces changements.”

Petites anecdotes laïques en maternelle Par Sebastien Rome sur son Blog : L’Ecole, les pieds sur terre...mais bientôt la tête sous l’eau
De nombreux témoignages d’enseignants font part de leur difficulté de parler de laïcité aux collégiens et aux lycéens. Qu’en est-il des enfants de maternelle ? On peut croire que la question laïque ne se pose pas à cet âge… mais c’est mal connaître l’étonnement enfantin et les valeurs parentales qu’il convoque. Petites anecdotes laïques.”


Séparatisme

 

Le projet de loi Séparatisme et l’Ecole
Le gouvernement a bien fait machine arrière sur l’interdiction de l’instruction en famille. Le Conseil des ministres du 9 décembre a adopté la nouvelle rédaction du projet de loi sur le séparatisme, appelé maintenant "loi confortant le respect des principes de la République". La volonté des familles reste soumise à l’appréciation de l’administration. Et rien n’est prévu pour scolariser les 100 000 enfants de la grande pauvreté exclus de l’école. D’autres articles vont restreindre la liberté de manifester et de s’exprimer.”

Éducation, justice, droits civils… Ce qu’il faut retenir du projet de loi sur les séparatismes
Le projet de loi « confortant les principes de la République » présentée mercredi n’est pas « contre les religions » mais vise « l’idéologie pernicieuse portant le nom d’islamisme radical », a souligné Jean Castex à l’issue du Conseil des ministres.”

Castex confirme l’assouplissement de l’interdiction de l’école à la maison
Très critiquée, la mesure visant à rendre l’école obligatoire dès l’âge de trois ans sauf motifs de santé devrait finalement comporter de nombreuses exceptions.”

L’école renforce-t-elle les séparatismes ? Par NICOLAS UBELMANN sur son Blog : Le blog de NICOLAS UBELMANN
“La question peut paraitre provocante, surtout dans le contexte actuel, mais c’est l’esprit du mauvais élève que d’en poser parfois au professeur. Et alors qu’une loi propose d’interdire l’école à la maison pour lutter contre les séparatismes et conforter les principes républicains, vérifions si ce contre-point audacieux a quelques arguments…” Nicolas UBELMANN, documentariste et co-réalisateur du film "MAUVAIS ELEVES" (de nombreux commentaires)

La laïcité n’est pas une idéologie au service d’un camp Par Nicolas Cadène, Rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité
Alors qu’on fêtait ce 9 décembre la Journée nationale de la laïcité, en souvenir du vote de la loi de 1905, et qu’une autre loi « confortant les principes républicains » est en discussion à l’Assemblée Nationale, jamais le débat sur ces sujets n’a semblé aussi confus. C’est que beaucoup préfèrent mettre en avant leur vision subjective de la laïcité plutôt que de s’en tenir au cadre juridico-politique laïque français, défini par nos textes fondateurs. À ceux-là il faut toujours rappeler que la laïcité française n’est pas une idéologie au service d’un camp, mais un formidable outil au service du commun.”


Supérieur

 

Enseignement supérieur : Martin Hirsch veut faire entrer plus de boursiers dans toutes les formations
Un rapport préconise d’accorder un bonus à l’entrée aux grandes écoles pour les classes prépas accueillant jusqu’à 50 % d’élèves boursiers.” Par Soazig Le Nevé

Des pistes pour « compenser » les inégalités de diversité dans le supérieur Par Miren Garaicoechea
Un rapport proposant des solutions pour réduire les inégalités dans l’accès aux études supérieures a été remis à la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal. Ses propositions sont parfois jugées comme manquant d’ambition.”
Au pays de la méritocratie, les chiffres sont vertigineux. Quand les parents sont diplômés du supérieur, 7 enfants sur 10 auront eux-mêmes un diplôme post-bac. Ce chiffre tombe à 2 enfants sur 10 si les parents n’ont pas fréquenté eux-mêmes l’enseignement supérieur (selon l’Education nationale, 2020).”

Santé mentale : le nombre de psychologues et d’assistantes sociales va augmenter dans les Crous
Le Premier ministre a annoncé, lors d’une réunion avec les acteurs de l’enseignement supérieur vendredi 4 décembre, un investissement de 3,3 millions d’euros pour améliorer la santé mentale des étudiants.
Ce plan prévoit la création de 80 postes de psychologue, pour 1,8 million d’euros, et de 60 postes d’assistante sociale, pour 1,5 million d’euros. Ces emplois verront le jour dans les Crous pour les six prochains mois
.”


Et pendant ce temps

 

Certains réorganisent
Les recteurs à la tête de la Jeunesse et du sport
Deux décrets publiés au JO du 10 décembre réorganisent les services au sein du grand ministère éducation, jeunesse, sport. Un premier texte confie aux recteurs de région académique et aux DASEN l’exercice des compétences dans les matières relevant des ministres chargés de la jeunesse, des sports, de l’engagement civique et de la vie associative, sous réserve des attributions maintenues aux préfets de région et de département sur ces mêmes champs. Il supprime des attributions des directions régionales et départementales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, leurs missions relatives à la jeunesse et aux sports. Il crée les délégations régionales académiques à la jeunesse, à l’engagement et aux sports, placées sous l’autorité hiérarchique du recteur de région académique et les services départementaux à la jeunesse, à l’engagement et aux sports, sous l’autorité hiérarchique du DASEN.”

et d’autres témoignent
"Carnets de profs" : en collège, la vocation malgré tout
Depuis des années, de nombreux profs le disent : ils sont "en première ligne". En première ligne et parfois démunis, dans leur salle de classe, pour assurer leur mission. Pourtant, ils continuent.
Pour cette cinquième édition des "Carnets de profs", trois enseignants font part à l’AFP de leur vocation tenace, malgré des conditions d’enseignement compliquées par l’épidémie de coronavirus ou des désaccords avec leur hiérarchie
.”

 

Bernard Desclaux

Lire la suite

Revue de Presse Education... Education — Le Bac — Orientation — Supérieur — Ressources

10 Décembre 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Education — Le Bac — Orientation — Supérieur — Ressources

Et bien ça tourne autour de l’éducation, à la maison, prioritaire, etc. Pendant la crise, le bac poursuit son évolution. Il y a des surprises côté orientation et le supérieur s’adapte. En ressource la brochure explicative du TIMSS.


Education

 

Éducation : Jean-Michel Blanquer précise des exceptions pour continuer l’école à la maison
Raisons de santé, sport intensif, situation particulière des gens du voyage... Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a listé ce mardi des exceptions pour que certaines familles poursuivent l’instruction à domicile.”

Éducation : ils préfèrent l’école à la maison
Alors que le projet de loi pour lutter contre le séparatisme ne supprimera finalement pas l’école à la maison, quelque 50 000 familles françaises ont choisi d’appliquer la méthode.”

L’éducation populaire et l’urgence du combat démocratique
Dans une tribune, la Fédération des Centres sociaux et Socioculturels de France s’associe à des acteurs de l’éducation populaire, des organisations de la société civile et des chercheurs pour interpeller sur l’urgence et la nécessité de mener un combat démocratique : « ne laissons pas l’appauvrissement démocratique nous diviser encore plus »

Tribune « Éducation prioritaire : suppression des REP programmée » par Yannick Trigance, secrétaire national du PS à l’École, à l’Éducation, à l’Enseignement supérieur et à la Recherche

L’échec scolaire, une épreuve douloureuse pour les parents par Denis Peiron,
Enquête : “Devant les difficultés de leurs enfants, beaucoup de parents s’angoissent ou culpabilisent, quand ils ne se sentent pas dépossédés de leur rôle éducatif.”


Le Bac

 

Bac : le sport en enseignement de spécialité dès la rentrée 2021 Par AFP agence
L’éducation physique et sportive pourra être choisie par les lycéens comme enseignement de spécialité du baccalauréat dès la rentrée 2021, a annoncé mardi le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. « Nous allons créer un enseignement de spécialité sport pour la rentrée prochaine », a déclaré le ministre de l’Éducation, également ministre des Sports sur BFMTV/RMC, à destination, notamment des « élèves qui veulent faire un métier dans le sport ».”

Bac : Le sport va devenir une spécialité dès la rentrée 2021
Le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé la création d’un "enseignement de spécialité sport pour la rentrée prochaine”.”

Grand oral du bac : le coup de flip de la grille de notation québécoise Par Marie Piquemal et Cécile Bourgneuf
Un document, donné à des enseignants lors d’une formation sur la nouvelle épreuve du grand oral, a semé l’inquiétude. Le rectorat de Bordeaux veut rassurer.”


Orientation

 

Une école pour trouver son orientation va ouvrir en janvier à Lyon
Début 2021, une nouvelle école associative va émerger à Lyon dans le but d’accompagner les étudiants décrocheurs ou en perte de visibilité sur leur parcours. Nommé Parenthèse utile, l’établissement s’inspire des modèles canadiens ou scandinaves où l’année de césure, la Gap Year est répandue.
« Le principe est que les jeunes vont prendre une année de pause pour souffler, vivre des expériences et réfléchir à leur projet », explique Romain Demeyrier, fondateur de l’association, ancien responsable des dispositifs de réorientation et de réussite à l’Université Lyon 2.
” Une première à ma connaissance !

Écoles de commerce : des rentrées décalées pour des étudiants en réorientation Par Agnès Millet
Intégrer une école de commerce en février plutôt qu’en septembre, c’est possible ! Devant la forte demande, de nombreuses écoles proposent cette option. Certaines écoles spécialisées s’y mettent également. Reste à se renseigner et suivre le mode d’emploi.”


Supérieur

 

L’Université de Caen s’équipe pour l’enseignement à distance
L’Université de Caen (Calvados) a investi 2,4 M€ dans des équipements numériques destinés à faciliter l’enseignement à distance.”

Lancement du Parcours préparatoire au professorat des écoles Publié par Sandra Ktourza
Le ministère de l’Enseignement supérieur vient d’annoncer le lancement officiel d’un nouveau parcours de préparation au professorat des écoles.”


Ressources

 

Evaluer les objectifs d’éducation globaux : le rôle de TIMSS Mesurer les progrès vers l’Objectif de développement durable 4 en utilisant TIMSS (Tendances internationales des études en mathématiques et sciences)
Cette brochure a été préparée en vue du lancement international de TIMSS (Tendances internationales des études en mathématiques et sciences) 2019 et dans le contexte des efforts de cette étude pour contribuer à l’Objectif de développement durable (ODD) 4, notamment pour mesurer les progrès et promouvoir des outils adéquats d’évaluation des résultats d’apprentissage au niveau national, régional et international.”

 

Bernard Desclaux

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>