Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

medef

Le Medef insulte les enseignants... (+ commentaire)

21 Septembre 2017 , Rédigé par France Info Publié dans #Education, #Politique, #Medef

Le Medef insulte les enseignants... (+ commentaire)

"Si l'école faisait son travail, j'aurais un travail" : le slogan provocateur du Medef provoque la colère des enseignants

Les enseignants ne décolèrent pas après l'émergence sur les réseaux sociaux d'un slogan mettant en cause l'Education nationale. Le syndicat patronal Medef, à l'origine de la phrase polémique, assume cette sortie provocatrice.

En pleine mobilisation sociale contre la réforme du Code du travail, jeudi 21 septembre, une polémique fait hurler les enseignants. Mercredi, un slogan adossé à un manifeste du Medef a commencé à faire le tour des réseaux sociaux : "Si l'école faisait son travail, j'aurais un travail." Le Medef assume totalement cette prise de position alors que, sur Internet, les réactions outrées se multiplient. 

La FSU enrage, le Medef assume

Le slogan lancé par le Medef suscite la polémique. Cette phrase est adossée au Manifeste pour l'éducation, publié le 14 juin et complété par un site internet. Elle était jusqu'ici passée inaperçue mais elle a été dénichée sur internet mercredi par la Fédération syndicale unitaire (FSU), le syndicat de la fonction publique, qui s'est fendu d'un communiqué pour la dénoncer. La présidente de la FSU, Bernadette Groison, ne décolère pas : "Cette phrase du Medef est une insulte pour tous les enseignants du pays", enrage-t-elle. Elle dénonce une stigmatisation des enseignants par le syndicat du patronat.

C'est grossier, c'est totalement faux et injuste. C'est jeter l'école en pâture !

Bernadette Groison, présidente de la FSU à franceinfo

De son côté, le Medef assume totalement ce slogan. Contacté par franceinfo, le service presse de l'organisation patronale explique que "les enseignants ne doivent pas le prendre pour eux". Il faudrait, d'après ce responsable de communication, parler des dysfonctionnements de l'Éducation nationale qui "doit améliorer sa performance. C'est bien l'école d'aujourd'hui qui débouche sur un chômage de masse des jeunes français, une éducation trop académique et pas assez professionnelle." Il résume : "Il faut réformer l'école." Certes, reconnaît-on au Medef, cette phrase était délibérément provocatrice, pour attirer l'attention sur cette campagne pour l'éducation élaborée par l'organisation patronale. Pari réussi : le Medef s'est attiré l'attention des enseignants mais aussi leurs foudres.

Solenne Le Hen

Commentaire

"...une éducation trop académique et pas assez professionnelle."

Les patrons du Medef seront les premiers à hurler, à inscrire leurs enfants dans de très onéreuses écoles privées hors contrat, si l'école tout à coup abandonnait l'"académique" pour plus de "professionnel".

L'éducation "académique" pour leurs enfants; l'éducation professionnelle pour les autres.

L'école à deux vitesses, avec sélection dès le CP?

Christophe Chartreux

Ci-dessous la réaction du MEN

http://www.leparisien.fr/societe/blanquer-consterne-demande-au-medef-le-retrait-de-son-slogan-contre-l-ecole-21-09-2017-7275492.php#xtor=AD-1481423553

Lire la suite