Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

hamon

Pourquoi je choisis le projet Hamon...

13 Avril 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Politique, #Hamon

Résultat de recherche d'images pour "benoit hamon"

Alors que s'achèvera bientôt la campagne d'avant premier tour, je suis de plus en plus convaincu de mon choix:

voter POUR le projet porté par Benoit Hamon.

Ce n'était pas une évidence. J'ai été, comme tous ceux qui ont soutenu le Président de la République et les gouvernements successifs, excédé par les frondeurs. N'être pas d'accord avec telle ou telle décision gouvernementale est toujours permis. C'est même sain en démocratie. Mais peut-être auraient-ils pu s'y prendre autrement.

J'ai donc, en cohérence, soutenu Manuel Valls lors de la primaire. J'ai accueilli avec satisfaction son engagement public à soutenir le vainqueur. Quelle ne furent ma déception et ma colère lorsque le même annonça qu'il voterait pour... Emmanuel Macron!

Si le projet de Benoit Hamon, mais aussi sa campagne, m'ont convaincu de le soutenir pleinement, c'est qu'il est le seul à offrir une vision du futur, à s'inscrire dans les pas des grands hommes de gauche et de leurs idéaux, loin des fureurs de tribuns, très loin des projets ultra libéraux d'un Rastignac s'essuyant les pieds sur la dépouille de son mentor. Evidemment à des années-lumière des candidats de droite empêtrés dans tellement d'affaires que le monde entier se demande comment ces candidats-là peuvent encore paraitre sur des plateaux de télévision!

Je voterai sans l'ombre d'un doute pour celui qui s'adresse à la génération qui vient, pour celui qui nous dit: "Considérez-vous normal qu'on interdise à nos enfants de courir à la récréation parce que l'air est saturé de particules fines?". Cette question simple pose simplement et concrètement un problème d'où en découlent tant d'autres. Il est le SEUL à nous offrir d'y réfléchir. Son projet est le seul à proposer les solutions qui s'imposent.

Je voterai sans l'ombre d'un doute pour un candidat qui a fait de son PROJET l'essentiel de son discours quand d'autres on fait de leur PERSONNE l'essentiel de leur campagne. Il n'est jamais bon - l'Histoire nous en livre de multiple exemples - d'élire des "Narcisse". Souvent ceux-là vous entraînent dans leur chute. Ils impressionnent par leur verbe, leurs tonitruantes envolées lyriques, leur monstrueux culot. Et puis on lit. On reprend. Et s'impose le vide abyssal de leur pensée traduit en phrases creuses,  promesses démagogiques et autres  banalités. Mais elles sont dites en criant, en hurlant dans des salles surchauffées, multipliées en hologrammes parfois. Narcisse virtuel!

Je voterai sans l'ombre d'un doute pour un PROJET faisant de l'école, de l'Europe, de l'environnement, de l'emploi, de la jeunesse des piliers essentiels. Liés les uns aux autres.

L'air du temps, les modes passagères, quelques médias paresseux nous ont vendu Juppé, puis Macron, aujourd'hui Mélenchon. Tous réduits à leur petite personne, à leurs qualités supposées ou réelles d'économistes et de tribuns. Très rarement à l'analyse fine de leurs propositions ni à leurs conséquences.

Voilà venu le temps des choix, des engagements. Jamais je ne plierai sous la dictature des émotions véhiculées habilement par les quatre "favoris" des sondages: Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon. Ce quatuor, n'en doutons pas, avancera masqué jusqu'au jour du premier tour. Trop à perdre pour se lancer dans la bataille des idées. Restons-en au pathos. C'est plus vendeur. Ceux-là ne persuaderont pas par leur projet mais par une surenchère dans l'affect quand Benoit Hamon s'adresse à nos intelligences.

Qu'on y prenne garde néanmoins. Si "les passions sont les seuls orateurs qui persuadent toujours" (La Rochefoucauld), elles n'apportent jamais ce qu'offre la réflexion:

des solutions aux problèmes majeurs de notre temps.

Pour toutes ces raisons et bien d'autres encore, je vote et appelle à voter pour le projet porté par Benoit Hamon.

Christophe Chartreux

Lire la suite

Benoit Hamon a le meilleur projet... Ne renonce pas camarade! Bien au contraire!...

12 Avril 2017 , Rédigé par Liberation Publié dans #Politique, #Hamon

Résultat de recherche d'images pour "benoit hamon"

Benoit Hamon, ne renoncez pas!

Cher Monsieur Hamon,

Philosophe et voyant, Monsieur Maniglier qui vient de signer une tribune sur le site de Libération devrait ouvrir boutique : il sait prédire l’avenir et lire dans vos pensées, ainsi que dans celles des électeurs de gauche en général. Renoncez, Monsieur Hamon et voici ce qu’il adviendra du résultat des élections, du Parti socialiste, des législatives…. J’ai bien ri lorsque j’ai lu dans ce texte une phrase évoquant «l’attitude de Monsieur Mélenchon lorsqu’il paraissait s’opposer à cette fusion pour des raisons que je croyais alors d’ambition personnelle». Quant à moi, je suis chaque jour un peu plus sidérée par la vocation de gourou de Jean-Luc Mélenchon !

Même le logo de la France insoumise, qui tient en équilibre entre la stylisation d’un bras d’honneur et la lettre grecque phi m’évoque une affiche pour la Nouvelle Acropole. Je ne pourrai jamais voter pour un homme qui méprise les journalistes et refuse de leur répondre. Proche en cela de l’attitude de Donald Trump à l’égard de la presse. C’est le plus mauvais signal démocratique qu’on puisse donner, mais il est vrai que d’un point de vue démagogique c’est très payant.

D’ailleurs, les ennemis c’est le truc de Monsieur Mélenchon, qui revendique un vocabulaire dur («qu’ils dégagent»), et l’héritage de Robespierre. En l’écoutant je pense à la Reine dans Alice au Pays des Merveilles qui s’écrie : «Qu’on leur coupe la tête» et qui est la première étonnée que sa folie soit reprise par la foule et chantée à tue-tête. N’y a-t-il pas des motifs de colère ? Si, bien sûr. Est-ce que j’ai envie d’être flattée du côté de ce que j’ai de pire en moi – comme le fait le Front national qui attise le plus petit dénominateur commun des individus autour d’un projet qui peut se résumer lui aussi à «Qu’ils dégagent» ? Non, pas du tout.

On peut avoir raison sans hurler. On peut avoir une détermination sans faille, mener des combats difficiles, être intègre et courageux dans sa volonté de changer les choses sans enfiler sa panoplie de justicier ou de Messie ouvrant la voie. J’ai envie d’un futur désirable. Vous l’incarnez. Vous êtes le meilleur, Benoît Hamon, le meilleur des hommes (et des femmes) en lice dans cette élection, parce votre projet écologiste et de gauche est juste, qu’il est impeccable, comme votre parole. J’espère que vous ne renoncerez pas.

Ingrid Cogny réalisatrice

Lire la suite

Le Revenu Universel d'Existence... (Video)

2 Avril 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Politique, #Hamon

Lire la suite

Benoit Hamon... Meeting de Montpellier... (Vidéo)

31 Mars 2017 , Rédigé par Youtube Publié dans #Politique, #Hamon

Lire la suite

Benoit Hamon? Un barrage contre le FN! (Vidéo)

31 Mars 2017 , Rédigé par Youtube Publié dans #Politique, #Hamon

Lire la suite

Benoît Hamon est le seul candidat d’un véritable renouvellement économique, écologique, social et européen...

31 Mars 2017 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Politique, #Hamon

Résultat de recherche d'images pour "votez hamon"

(...)

Un programme radicalement neuf

Son programme ne comporte pas d’impasses : il ne gaspille pas sans sourciller les ressources naturelles, il ne repose pas sur le pari de la destruction de ce qui reste de l’Etat social, il ne propose pas non plus de bérézina économique sur fond de sortie de l’Europe, ni d’aventure personnelle et tribunitienne, il ne prolonge pas les institutions de la Ve République qui semblent à bout. Son projet est en ce sens et sans aucun doute le plus soutenable économiquement, écologiquement, socialement, politiquement… mais il est si radicalement neuf qu’il semble improbable et reste difficilement audible au beau milieu de l’opposition entre populistes et gestionnaires.

L’enjeu est pourtant colossal : autour de quelles idées, de quels grands principes, de quels acteurs se reconstruira la gauche de demain ? La candidature de Benoît Hamon est portée – et c’est une première – par une alliance entre écologistes et Parti socialiste. Elle repose sur une convergence programmatique forte et non sur une personnalité forte détachée de toute dimension collective ou partisane. Elle ne joue pas de l’opportunité d’une tribune personnelle offerte par l’élection présidentielle, mais repose sur un vrai mouvement de fond qui réinterroge le programme d’une gauche qui veut gouverner et peser dans l’Europe.

(...)

Par les professeurs d’économie François-Xavier Devetter (Institut Mines-Télécom de Lille-Douai) ; Anne Fretel, Nicolas Postel et Richard Sobel (Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé), université de Lille) ; Vincent Frigant (université de Bordeaux) ; Julie Valentin (université Paris-1) ; Serge Volkoff (Centre d’études de l’emploi du CNAM).

Le billet complet est à lire ci-dessous (pour abonnés)

Lire la suite

Attaquez Mélenchon!... Il y a de quoi!...

27 Mars 2017 , Rédigé par Mediapart Publié dans #Politique, #Melenchon, #Hamon

Résultat de recherche d'images pour "melenchon"

A retenir, concernant Mélenchon:

"Défendant une vision essentiellement idéologique de la politique et s'exonérant  de réponses concrètes à bon nombre de questions posées, il a réussi à éviter toute attaque";

"Tour à tour rigolard ou intransigeant, Mélenchon fait le show. Sa verve et sa bonhommie naturelles pardonnent les failles de son raisonnement";

"... le système Mélenchon est bien rodé : Il repousse sans relâche les problèmes politiques, économiques et sociaux dans un futur utopique où, lui élu, ces problèmes ne se poseraient plus";

"Il décrit une France souveraine débarrassée de ses besoins en gaz et en pétrole, qui n’entre jamais en guerre et où les sociétés privées obéissent strictement à des règles de fonctionnement édictées par l’Etat.";

"la lutte contre le terrorisme est par exemple une question sensible qu’il peut éviter, le risque étant pratiquement inexistant dans sa vision d’une France apaisée.";

"Le passage d’un système à l’autre n’a pas besoin d’être développé outre mesure car il sera délégué au peuple, qui, après avoir adopté une nouvelle constitution, pourra fixer les nouvelles règles du fonctionnement politique.";

"L’économie française suivra naturellement le mouvement grâce à un formidable projet de relance keynésienne (100 milliards d’investissements publics financés par l’emprunt).";

"Chaque sujet amené par les journalistes  devient essentiellement une question de morale, là où ses concurrents doivent proposer des ajustements techniques au système existant.";

"S’en prendre au projet Mélenchon est donc une nécessité pour le candidat PS qui devrait se montrer très présent lorsque sont abordées les grandes questions d’avenir et de justice sociale.";

"En attaquant Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon devrait pouvoir appuyer sa proposition de revenu universel. Sans ça, cette proposition passe pour une idée bancale car défendue avec moins de conviction que le programme « package » de son concurrent direct, où tout est lié.";

"Benoît Hamon aurait pourtant intérêt à comparer systématiquement les mesures qu'il propose au programme de Mélenchon pour les faire apparaître comme concrètes et applicables. A condition, bien sûr, que le candidat du parti socialiste et ses soutiens politiques se décident enfin à attaquer !"

Valentin Garrette

Son texte complet est à lire ci-dessous

Lire la suite

Hamon est le meilleur...

25 Mars 2017 , Rédigé par Liberation Publié dans #Politique, #Hamon

Résultat de recherche d'images pour "hamon 2017"

Cette élection présidentielle est forte, ouverte. C’est ma sixième en tant qu’électeur ; en 81 j’étais mineur, en 74 j’étais d’extrême droite, comme tous les enfants. Politiquement, l’insatisfaction ne m’a pas complètement gagné ; la politique est toujours insatisfaisante. Refusons les états d’âme des prétendus anarchistes qui refusent de voter : cette élection est plus intéressante que la précédente, le niveau du débat plus élevé qu’avec ces deux cancres que furent Sarkozy et Hollande. La génération d’après (c’est la mienne) est-elle plus brillante ? Oui. Les cinq gros candidats forment un spectre idéologique varié, tout à l’honneur du système démocratique. En outre, une fois n’est pas coutume, les petits candidats sont tous ringards. Il va donc falloir choisir entre cinq vraies sensibilités. Sur quels critères voter ? J’ai des convictions politiques qui ne forment pas l’essentiel de ma vie mais qui l’informent. Je ne connais rien aux problèmes économiques et techniques soulevés par les candidats. Je n’admire pas leurs capacités de synthèse, qui relèvent nécessairement de l’imposture : comment peut-on s’y connaître à la fois en régime d’assurance-chômage, en lutte contre le terrorisme et en éoliennes ? Il y a une forme d’incompétence chez un politique, qui résonne avec la mienne : je ne m’y connais guère qu’en littérature, je suis donc incompétent ; mais comme la littérature englobe tout, elle donne une compétence indirecte pour comprendre le monde.

Deux incompétences se faisant face, celle de l’électeur et celle de l’élu, je voterai non pour celui qui prétend redresser économiquement la France (personne ne peut y croire sans mauvaise foi) mais pour le candidat le moins irrationnel et le plus honnête. Ces deux critères excluent de facto François Fillon. Ayant déjà exercé le pouvoir comme Premier ministre, il a prouvé sa nullité objective : pourquoi serait-il meilleur aujourd’hui avec ses recettes d’hier ? Surtout, sa rationalité stylistique (il dégage un air de compétence, qui plaît généralement aux gens influençables) est anéantie par ses mensonges : dans n’importe quel pays au monde, un candidat mis en examen devrait se retirer, a fortiori après avoir déclaré qu’il le ferait le cas échéant. Homme sans parole, homme sans honneur.

Marine Le Pen, elle, dit n’importe quoi ; si parfois elle frappe juste au plan rhétorique, c’est en vertu d’un vieux truc de l’extrême droite qui consiste à éructer des généralités d’autant plus fracassantes qu’elles sont hors-sol. Son incompétence est homogène, et ne peut déboucher que sur le chaos. Comme elle est encore plus incompétente que les autres, elle peut çà et là démasquer leurs prétentions à la compétence, d’une façon hargneuse.

A l’inverse, l’incompétence de Jean-Luc Mélenchon est sympathique et il est honnête. Mais sa lecture trop cohérente du monde et son intégrité totale conduiraient paradoxalement à des désastres : il faut un peu de corruption pour exercer raisonnablement le pouvoir. Le candidat le plus courtois, Emmanuel Macron, aime féliciter les autres. Plus pervers que le «ni gauche ni droite» (formule du fascisme), son programme «de droite et de gauche» sonne terriblement creux. Le Pen a pointé sa capacité à brasser du vide, il déroule des phrases de synthèse, empruntant çà et là pour plaire à ceux qui n’ont aucun axe, votent un coup à gauche un coup ailleurs, ou évoluent avec l’âge au nom du «réalisme». Macron est l’homme du milieu dans tous les sens du terme, sa fausse compétence brille comme le libéralisme, cette solution miracle qui est tout le problème.

Benoît Hamon est le meilleur. Il s’exprime avec l’intelligence et la maturité de celui qui a déjà exercé le pouvoir mais qui n’a pu le faire pleinement à cause du centrisme mou de Hollande. Sur un plan moral, il est admirable car il doit affronter les défections de ceux qui, n’ayant jamais été socialistes, rejoignent Macron par un opportunisme qui dégoûte. Il est surtout le seul candidat à proposer des idées nouvelles, cela fait plaisir : en littérature comme en politique, l’invention prime, le travail fait le reste, car Hamon connaît bien ses dossiers. Je ne suis pas toujours d’accord avec ce qu’il propose, mais son désir de construire une France moderne est manifeste : revenu universel, diminution du temps de travail, écologisme, taxe sur les robots, dépénalisation du cannabis, bref un socialisme qui consiste à exploiter les passions des hommes. Les autres gèrent le déclin, Hamon seul est le vrai progressiste.

Cette chronique est assurée en alternance par Christine Angot, Thomas Clerc, Camille Laurens et Sylvain Prudhomme.

Thomas Clerc

Lire la suite

Electeurs de gauche, vous êtes en train de vous faire enfler...

11 Mars 2017 , Rédigé par Slate Publié dans #Politique, #Hamon, #Macron

Résultat de recherche d'images pour "poignard dans le dos"

Les électeurs de gauche sont en train de se faire enfler

Aujourd’hui, je souhaite m’adresser à vous, gens de gauche.

Ça va bien? Vous arrivez à vous allonger? Ça ne vous fait pas trop mal cet énorme poignard planté dans votre dos?

Vous êtes de gauche, vous vous pensez plutôt gentils, mais visiblement les politiques eux, vous voient comme des cons. Pire, les politiques «de gauche» vous prennent pour des demeurés. Ces derniers temps, on s’est tous bien payé la tête des LR, mais vous avez vraiment l’impression que le PS fait tellement mieux?

Soyons clairs. Ce parti se targue de modernité avec ses primaires –franchement, la première fois où ils en ont organisées on aurait cru qu’ils avaient découvert l’électricité. Des électeurs de gauche s’emmerdent à aller voter deux dimanches pour ça. Ils choisissent un candidat –a priori plus pour son programme que pour son extraordinaire magnétisme personnel. Et ensuite, les cadres du parti font la moue, boudent un peu, et puis finalement au mieux font preuve d’un silence assourdissant, au pire vont soutenir un autre candidat.

Vous avez pas l’impression qu’ils se foutent allègrement de votre gueule? La semaine dernière, on a tous joué à actualiser le compteur des lâcheurs de Fillon, mais on peut aussi s’amuser avec le compteur des soutiens socialistes à Macron (mis au point par des fillonistes). On fait preuve d’une indulgence suspecte envers le Parti socialiste. C’est juste dingue de voir ce parti ne pas soutenir son candidat, comme si c’était normal. Vous me direz, ils avaient fait la même chose avec Ségolène Royal dont l’appareil du parti avait soigneusement scié la planche pendant toute la campagne. Mais elle était clairement ciblée comme femme, victime du sexisme.

Cette fois, ils trouvent le programme de Hamon «dangereux». Sérieusement? Ils expliquent que eux, ils vont choisir Macron parce qu’ils sont réformistes. Alors là, si vous avez un minimum de culture politique de gauche, vous devez vous étouffer. À les entendre, on a l'impression que Hamon, c'est un dangereux révolutionnaire, une réincarnation de Che Guevara. Rappelons qu’en gros, il veut un RSA amélioré, pas la collectivisation des moyens de production. Il rêve d’éoliennes et de panneaux solaires, pas d’insurrection armée pour prendre le pouvoir. Benoît Hamon est social démocrate. Le mec a été ministre de François Hollande. Il n’est pas marxiste-léniniste. Mais que les cadres du PS ne le jugent pas assez réformiste, ça en dit long sur leurs idées politiques.

Surtout, ça dit qu’ils aiment bien la démocratie quand les gens votent comme eux.

Alors certes, j’entends bien leur argument d’éviter le FN à tout prix. Mais d’un point de vue intellectuel, c’est quand même sacrément paradoxal de fouler aux pieds le processus démocratique de leur propre parti pour éviter la candidate du FN parce qu’elle n’est pas assez démocrate. En outre, leur calcul ressemble à celui de mecs enfermés dans une énorme bulle de savon. Leur idée que les citoyens vont choisir Macron plutôt que Le Pen me parait boÎteuse. Pour beaucoup, Macron = candidat des banquiers (désolée du raccourci mais les électeurs votent d’après une somme d’impressions plutôt que rationnellement). Or, entre Macron le banquier et Le Pen, pas certaine que la majorité des électeurs fera le même choix que ces cadres du PS.

Mais surtout, ils n’ont pas l’air de se rendre compte une fraction de seconde de la manière dont ils traitent leurs électeurs. Les électeurs de gauche se sont déjà fait bien enfler par François Hollande, ils ont avalé des couleuvres de type tropicales pendant cinq ans, bonne pâte, ils se traînent à leurs primaires, et là on leur dit «ah non, désolé, vous n’avez pas voté comme il fallait».

Bravo le Parti socialiste, venez donner des leçons de démocratie à la droite, drapez-vous dans votre lutte pour sauver la France d’un parti anti-démocratique.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq. Pour vous abonner c'est ici.

Lire la suite

Benoit Hamon - On n'est pas couché - 4 mars 2017 (Vidéo + commentaire)...

5 Mars 2017 , Rédigé par Youtube Publié dans #Politique, #Hamon

Commentaire

Un Benoit Hamon bluffant. La vidéo parle d'elle-même.

J'ai soutenu Manuel Valls lors de la primaire. Ma participation à la dite primaire m'engageait à soutenir le vainqueur, ce que je fais à cent pour cent. C'est agir autrement qui eût été une trahison.

Je suis aussi militant "encarté" PS. On ne quitte pas sa famille politique sur des états d'âme. Nous ne sommes pas dans un Congrès PS. L'enjeu - soyons pompeux - c'est la France!

Ces précisions étant données, j'exprime un regret, valable pour tous les candidats et ce type d'émission, toutes chaînes confondues:

le sujet "Education" qui a occupé le quinquennat parfois plus que de raison et souvent pour les enjeux qui n'étaient pas les plus importants, semble avoir disparu des débats. Pas des projets. Mais les journalistes n'abordent que très rarement et très rapidement ce sujet.

C'est dommage.

Christophe Chartreux

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>