Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

cinema

A Voir... "3 aventures de Brooke" - De Yuan Qing avec Xu Fangyi, Pascal Greggory, Ribbon, Kam Kia Kee...

15 Janvier 2020 , Rédigé par Liberation Publié dans #Cinéma

Lire la suite

La réponse cinglante de Jeanne Balibar aux propos d'Emmanuel Macron...

2 Janvier 2020 , Rédigé par AlloCiné Publié dans #Politique, #Cinéma

La réponse cinglante de Jeanne Balibar aux propos d'Emmanuel Macron...

Dans les colonnes du magazine So Film, Jeanne Balibar a répondu aux propos du Président Emmanuel Macron qui s'était dit "bouleversé" par le film "Les Misérables" dans lequel la comédienne tient un petit rôle.

"En fait, ma réponse tient en deux mots :

1) Bullshit 2) Piketty. (...) 

On voit des milliardaires devenus cent fois plus milliardaires qu’il y a vingt ans, et tout Chef d’État qui ne rapatrie pas cet argent aujourd’hui est un criminel, responsable de toute mort dans un hôpital, de toute dérive sociale ou psychique non soignée par la justice ou les hôpitaux, de tout enfant qui ne fera pas d'études à la hauteur de ses capacités intellectuelles, de toute personne qui ne pourra pas se déplacer pour trouver un travail - parce que ce n’est sûrement pas vrai qu’il suffit de traverser la rue... Tant qu’il n’y a pas de bouleversement de la politique fiscale, ça ne sert à rien d’aller voir un film et de dire “je suis bouleversé”, c’est de la merde."

Jeanne Balibar- Comédienne

Article complet à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite

A Voir... Séjour dans les Monts Fuchun - De Gu Xiaogang...

27 Décembre 2019 , Rédigé par christophe Publié dans #Cinéma

Fresque ambitieuse et superbe, le premier film de Gu Xiaogang inaugure un triptyque sur le sort d’une famille démunie confrontée à l’essor économique de la région.

Didier Péron

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Marhaba... Et le film commençait !

25 Décembre 2019 , Rédigé par christophe Publié dans #Cinéma

Marhaba…
 
Enfant, mes parents m’emmenaient au cinéma. Au théâtre aussi. Dans les musées les plus prestigieux: le Louvre, le Prado, l’Ermitage… À l’Opéra… J’avais treize ou quatorze ans et j’assistais, sans rien comprendre, à des représentations fastueuses… Aix-en-Provence… Salzbourg… J’ai eu cette chance d’être né dans une famille « éclairée », mélomane.
 
Le cinéma de mon enfance marocaine s’appelait le Marhaba. C’était à El Jadida, sur la côte Atlantique. Un cinéma à l’ancienne, avec les affiches immenses à l’entrée, les photos du film collées dans une vitrine que je courais regarder, la caissière vendant machinalement les précieux sésames. Enfin la salle. La placeuse déchirait les tickets, nous accompagnait. Elle était jolie en robe « années 60» et stilettos. Une fois assis sur des fauteuils inconfortables, nous attendions le début de la séance en regardant les publicités sur le grand écran blanc. Les murs étaient ornés d’appliques en forme d’étoile. Tout cela était d’une laide beauté. Nous étions heureux.
 
Lentement, l’obscurité. Le film ne commençait qu’après une première partie consacrée aux actualités marocaines. Le souverain de l’époque, le Roi Hassan II, était toujours présenté sous son meilleur jour. Quelques extraits de films « prochainement dans cette salle » et Jean Mineur qui lançait sa pioche vers une cible, parfois atteinte. « Balzac 00 01 » concluait mystérieusement une voix grave. « C’est qui Balzac, papa ? »… Mais à peine avais-je la réponse que revenait la placeuse pour quelques bonbons, glaces, chocolats… Elle me fascinait. Travailler dans un cinéma ! Voir tant de films ! Maman, plus tard je ferai placeuse ! Mais oui mon fils, mais oui…
 
Et le film commençait !
 
« Un homme et une femme » avec Jean-Louis Trintignant actionnant les phares de sa Mustang sur la plage de Deauville pour avertir Anouk Aimée de sa présence. Et Anouk courant vers lui. Chabadabada… « L’Homme de Rio » avec Belmondo… Ah Bébel ! Mon héros ! « Les tribulations d’un chinois en Chine », encore Jean-Paul… Et Ursula Andress ! Jules Verne revisité. « Paris brûle-t-il » de René Clément… J’avais aimé Claude Rich en Leclerc et Simone Signoret en tenancière de café. « Farenheit 451 » de Truffaut. Mais enfin pourquoi jettent-ils des livres dans le feu ? Les livres ça se lit, ça ne se brûle pas ! « Les demoiselles de Rochefort », Catherine et Françoise… Magnifiques chansons… Tragique destin…
 
Et puis tous les « gendarmes » avec de Funès, Galabru et leur petite bande. Curieusement, comme à la fin de tous les films, mais aussi de toutes les fins – fin de journée, fin de repas, fin de voyage, fin d’histoire d’amour – j’éclatais en sanglots ! « Cet enfant a un problème ! ». J’inquiétais mes parents. Ce n’était pas de ma faute si je détestais les fins au point de ne pas lire les dernières pages des romans ! J’imaginais MES dénouements. Je mariais les héros… Je tuais les méchants… Je sauvais les princesses… J’ « écrivais »…
 
Quelle chance d’avoir eu ces parents-là !…
 
Combien de fois je pense à ces élèves n’ayant pas éprouvé le bonheur de détester les fins, eux qui très souvent n’ont pas eu l’occasion d’aimer les commencements…
 
Christophe Chartreux
 
«Le soleil était très haut. J'avais la figure en feu à force de jouer et de bavarder avec la vie ». José Mauro de Vasconcellos
C'était elle, la salle de cinéma de mon enfance... La photo est mauvaise mais le souvenir est joli...

C'était elle, la salle de cinéma de mon enfance... La photo est mauvaise mais le souvenir est joli...

Lire la suite

A Voir... Talking about trees de Suhaib Gasmelbari...

21 Décembre 2019 , Rédigé par christophe Publié dans #Cinéma

Lire la suite

A Voir... La vie invisible d' Euridice Gusmao

14 Décembre 2019 , Rédigé par christophe Publié dans #Cinéma

Lire la suite

A Voir... "Les envoutés" - Un film de Pascal Bonitzer avec Sara Giraudeau, Nicolas Duvauchelle, Nicolas Maury...

11 Décembre 2019 , Rédigé par Liberation Publié dans #Cinéma

Pour le “récit du mois”, Coline, pigiste pour un magazine féminin, est envoyée au fin fond des Pyrénées interviewer Simon, un artiste un peu sauvage qui aurait vu lui apparaître le fantôme de sa mère à l’instant de la mort de celle-ci... Interview qu’elle est d’autant plus curieuse de faire que sa voisine la belle Azar prétend, elle, avoir vu le fantôme de son père ! Simon, au cours de la nuit de leur rencontre, tente de séduire Coline, qui lui résiste mais tombe amoureuse…

Lire la suite
Lire la suite

A Voir... Les Misérables - Par Ladj Ly...

15 Novembre 2019 , Rédigé par LCI Publié dans #Education, #Cinéma

Extrait

Ladj Ly : "On attend toujours le retour d'Emmanuel Macron sur 'Les Misérables'"

 

(...)

En mai dernier, lors de la présentation de son film au Festival de Cannes, Ladj Ly avait invité Emmanuel Macron à le découvrir d’urgence. Au soir de sa récompense sur la Croisette, le cinéaste révélait avoir reçu un coup de fil des équipes du chef de l’Etat.

"On nous a invité à lui montrer le film à l’Elysée", confirme-t-il aujourd’hui. "Finalement j’ai refusé et je lui ai proposé de venir le voir à Montfermeil. Parce que ce serait une démarche importante, un signal pour la banlieue." Sans nouvelle du président, Ladj Ly lui a fait envoyer un DVD. "On attend son retour".

Quid des récentes annonces du gouvernement en faveur de la Seine-Saint-Denis ? "Tous les 3 ou 4 ans, on a des nouvelles annonces sur les banlieues, qu’on va mettre le paquet", soupire le cinéaste. "J’ai vu qu’il y avait une enveloppe de 20 millions sur ces dix prochaines années pour 40 villes. Quand on fait le calcul, qu’on divise, ça fait 50.000 euros par ville. C’est dérisoire. A un moment donné qu’on arrête de se foutre des gens."

Lire la suite

A Voir... Papicha - Un film de Mounia Meddour...

19 Octobre 2019 , Rédigé par christophe Publié dans #Cinema

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>