Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

art

"Classé sans solution" : Mélanie Laurent met en scène des lycéens en difficulté à Clermont-Ferrand...

8 Juin 2018 , Rédigé par France Info Publié dans #Education, #Art

Artiste associée à la Comédie de Clermont-Ferrand pendant trois ans, Mélanie Laurent a choisi de réaliser un documentaire autour de lycéens en grand difficulté scolaire. Elle est allée à la rencontre de ces adolescents rejetés par le système scolaire classique et "classés sans solution". De cette rencontre est née une pièce de théâtre jouée par ces lycéens.

Réunis sur scène après la générale de leur spectacle, les lycéens de Vernet-la-Varenne dans le Puy-de Dôme ont le visage illuminé par d'immenses sourires. Ils se tiennent par la main comme des pros, saluent le public heureux. La pièce documentaire qui parle d'eux et qu'ils viennent de jouer est l'aboutissement d'un projet pédagogique fort, voire improbable.

Un témoignage dur à entendre

Quand Mélanie Laurent est venue à la rencontre de ces élèves de 4e Bac pro d'un lycée privé agricole il y a 18 mois, un témoignage entendu l'a profondément marquée.

"Je suis entrée dans la classe. Je leur ai posé des questions. Un môme a levé la main et a dit : nous madame on est jetés de partout, on nous dit qu'on est nuls... en fait on est classés sans solution. J'ai trouvé ça rude en terme d'espoir"

Alors, Mélanie Laurent est revenue plusieurs fois pendant un an dans ce lycée sans savoir ce qu'elle allait faire, sans projet. Elle venait chaque fois avec une caméra différente : "chaque fois que j'y allais j'avais envie de faire autre chose, j'avais d'autres idées."

Un projet qui a évolué

Tout n'est pas allé de soi, confirme Estelle Titeux la directrice de l'établissement : "Certains ont abandonné le projet parce qu'ils ne se sentaient pas à la hauteur; d'autres s'y sont raccrochés, hésitants au départ puis se disant que ça valait le coup d'essayer. Mélanie Laurent a été très ouverte. Du coup le projet a évolué comme les jeunes qui ont beaucoup appris".

Les lycéens qui ont vécu cette aventure confirment les propos de leur directrice : "Mélanie Laurent devait nous faire sortir nos émotions, elle nous poussait beaucoup, se souvient Théo. Je me sens mieux parce que je me lâche plus, prolonge Manaëlle. On se sent mieux dans notre peau. "

Avec cette pièce de théâtre documentaire, Mélanie Laurent a prouvé à ces adolescents au parcours chaotique qu'ils pouvaient se débarrasser de cette étiquette "classés sans solution" et que le regard des gens sur eux pouvait changer.

La preuve, l'actrice-réalisatrice mesure la prouesse dans un grand éclat de rire plein de fierté.

"Il y a dix jours on a commencé à écrire des textes... et il y a trois jours on a fait un spectacle !"

Par

Lire la suite

Éducation artistique et culturelle - Une semaine pas ordinaire...

6 Juin 2018 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Art

Éducation artistique et culturelle - Une semaine pas ordinaire...

EXTRAIT

Chaque année, l’école de la rue de Clichy à Paris organise une « semaine de l’art », où tous les adultes et enfants de l’école participent à des ateliers de pratique artistique en tout genre. Cette année, la date était fixée à la semaine du 7 mai, histoire de mettre à profit à une semaine comptant deux jours fériés, peu propice à la concentration des élèves.

Jeudi 24 mai, dès 18h15, les couloirs et les escaliers sont remplis de parents et d’enfants tout excités : c’est l’exposition de la semaine de l’art à l’école Clichy, dans le neuvième arrondissement de Paris. Deux semaines auparavant, toutes les classes et tous les adultes de l’école ont vécu une semaine très particulière, dont la plupart des demies journées ont été occupées par des ateliers de pratique artistique.

Le soir de l’exposition, les enfants guident leurs parents dans cette école aux locaux étonnants. Il s’agit d’un ancien hôtel particulier du XIXe siècle transformé en école élémentaire depuis 2011. On y trouve donc des salles de classe, un préau, une BCD (bibliothèque-centre de documentation), rien que de très classique, mais aussi des salles dont on a beaucoup moins l’habitude dans une école, les « salons patrimoniaux », aux murs recouverts de boiseries restaurées et à l’acoustique digne du salon de musique qu’était l’une d’entre elles à l’origine.

Les guides prennent leur rôle très au sérieux : « C’est par ici, ne suivez pas les flèches, suivez-nous ! ». Ils ont à cœur de tout monter, de ne rien oublier : « Et là, c’est l’atelier de ma maitresse ! Mais moi je ne l’ai pas fait. » Même si parfois, l’intérêt se recentre : « je ne trouve pas mon haïku ! » ou « attends, on ne m’a pas encore vu dans la vidéo ! ».

Des ateliers pour les petits et les grands

Pour cette semaine si particulière, tous les enseignants de l’école proposent un atelier : les enseignants de chaque classe (il y en a onze dans l’école, dont une ULIS), la maitresse E du RASED, la directrice (déchargée à 100 % à Paris), les professeurs de la Ville de Paris (arts visuels, musique et EPS). Cette année, seize ateliers ont ainsi été proposés aux 250 élèves, qui en ont chacun suivi quatre. Le matériel nécessaire est financé par la coopérative.

La répartition des élèves dans les ateliers se fait sur la base à la fois de leur choix et du choix de mélanger les classes, les âges, en tenant compte aussi des personnalités et des besoins des enfants. Chaque enseignant (et ils peuvent parfois être à deux pour construire et proposer un atelier) prépare une affiche présentant l’atelier de manière souvent énigmatique, avec le titre (pas toujours explicite) et une illustration. Les affiches sont présentées aux élèves dans le préau, sans plus d’explications, et, à sur ce qu’ils en devinent, sur leur expérience des années précédentes aussi, les élèves choisissent celui qu’ils veulent absolument faire et celui qu’ils ne veulent absolument pas faire. C’est sur cette base que les enseignants, classe par classe, construisent la répartition.

(...)

Cécile Blanchard

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Sortir... "Le jardin d'artiste - L’Impressionnisme Américain"...

14 Mai 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Cinéma, #Art

Après le succès du film "Peindre le jardin moderne de Monet à Matisse" lors de la troisième saison d’Expositions sur grand écran, découvrez une nouvelle production basée sur l’exposition très remarquée "The Artist’s Garden: American Impressionism and the Garden Movement, 1887–1920" au Florence Griswold Museum dans le Connecticut, considéré comme le haut lieu de l’impressionnisme américain.

En prenant modèle sur des artistes français tels que Renoir et Monet, le mouvement impressionniste américain a fini par suivre sa propre voie. Peints sur une période de 30 ans, ces tableaux dévoilent les États-Unis aussi bien comme nation que comme vivier créatif en ébullition. L’histoire de ce mouvement est étroitement liée à l’amour des jardins et à la volonté de préserver la nature dans un pays en pleine urbanisation. 

Ce voyage envoutant entre les ateliers, les jardins et des lieux célèbres aux États-Unis, au Royaume-Uni et en France est un véritable régal pour les yeux.

https://www.franceculture.fr/evenement/sortie-en-salle-le-jardin-dartiste-limpressionnisme-americain-de-la-serie-expositions-sur-grand#xtor=EPR-2-[LaLettre14052018]

Lire la suite

Sortir - Exposition Gilles Caron - Hôtel de Ville de Paris...

4 Mai 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Politique, #Histoire, #Art

Voir aussi

Lire la suite

A la Philarmonie de Paris, quinze siècles de voix et musiques arabes...

1 Mai 2018 , Rédigé par Mediapart Publié dans #Education, #Art, #Musique

Pour la première fois en France, une exposition d'envergure est consacrée aux voix et musiques arabes, à la Philharmonie de Paris. Des chants préislamiques à aujourd'hui, « Al Musiqa » traverse quinze siècles d’histoire et offre un voyage visuel et sonore impressionnant. De quoi bousculer les fantasmes qui voudraient que la musique soit frappée d'un interdit coranique en terre arabo-musulmane.

Parmi les nombreux clichés qui collent aux sociétés arabo-musulmanes, figure l’idée tenace que l’islam ne serait pas compatible avec la musique, le premier interdisant de créer, d’écouter la seconde. Insupportable fantasme, que vient balayer la première grande exposition d’envergure en France consacrée aux voix et musiques arabes : « Al Musiqa », à la Philharmonie de Paris. Des chants pré-islamiques à l’électro-chaâbi, du Maroc à la péninsule arabique, Al musiqa traverse quinze siècles d’histoire et offre un voyage visuel et sonore impressionnant sans filtre orientaliste.

Ce n’est pas une exposition figée, réservée à des musicologues savants et qui enfermerait les musiques arabes dans une définition péremptoire, mais une exposition ouverte, grand public, didactique, ludique, pour les grands et les petits. Et c’est là l’une de ses grandes forces si l’on veut tordre le cou aux stéréotypes. C’était l’ambition de Véronique Rieffel, la commissaire de cette monumentale exposition. Spécialiste des arts d’Afrique et du Moyen-Orient, elle a fondé et dirigé pendant huit ans l’Institut des cultures d’Islam au cœur de la Goutte d’Or à Paris, avant de poser ses valises en Égypte où elle a dirigé l’institut français du Caire.

(...)

Suite et fin en cliquant ci-dessous
Lire la suite

Université Populaire Musée du Quai Branly - Jacques Chirac - Programmation mai 2018...

30 Avril 2018 , Rédigé par Musée Quai Branly Publié dans #Education, #Histoire, #Art

UNIVERSITÉ POPULAIRE

MUSÉE DU QUAI BRANLY - JACQUES CHIRAC

***

PROGRAMMATION MAI 2018

Autour de quatre cycles thématiques – Du neuf dans la famille, L’invention du futur, Les Grandes Révoltes et Grands Témoins –l’Université populaire du musée du quai Branly – Jacques Chirac, sous la direction de Catherine Clément, interroge pour la onzième année les rapports entre les cultures et les questions d’universalité, d’altérité et de mémoire.

 

* LES CONFÉRENCES EN MAI *

CYCLE : L’INVENTION DU FUTUR

Mercredi 02 mai - 18H30

L’astrologie en Occident et en Inde


Par Arnaud Esquerre, sociologue, chargé de
recherche au CNRS et Catherine Clément,
philosophe et écrivain

Cette conférence propose de confronter deux approches de l’astrologie : d’une part la vision scientifique du sociologue Arnaud Esquerre qui questionne et étudie les pratiques de l’astrologie en Occident, d’autre part la vision subjective de Catherine Clément basée sur ses expériences personnelles de l’astrologie en Inde.

 

CYCLE : LES GRANDES RÉVOLTES

Vendredi 16 mai - 18H30

Richard Wagner

Par Alain Badiou,
philosophe, romancier et essayiste

Depuis plus d’un siècle Richard Wagner est au cœur d’intenses débats suscités notamment par les fondements et les répercussions idéologiques de son œuvre. Convoqué par des philosophes tels qu’Adorno, Nietzsche ou Heidegger, Wagner a ainsi fait l’objet de nombreux procès à charge. En écho à son ouvrage Cinq leçons sur le ‘cas’ Wagner, paru en 2010 aux éditions Nous, Alain Badiou propose de ré-étudier le « cas » Wagner en s’appuyant, entre autres, sur l’analyse critique des thèses d’Adorno ou de Philippe Lacoue-Labarthe. Il redéfinit ainsi ce que constitue aujourd’hui l’évocation du nom « Wagner » et, tout en s’appuyant sur une connaissance pointue de l’œuvre du compositeur, déconstruit l’existant pour ouvrir une réflexion nouvelle sur l’art d’aujourd’hui et de demain.

CONTACT PRESSE

Agence Alambret Communication

quaibranly@alambret.com

+33 (0) 1 48 87 70 77

 

Lire la suite

Le monde tel qu'on le voyait au XVIe siècle... (+ vidéo)

14 Avril 2018 , Rédigé par France Culture Publié dans #Education, #Histoire, #Art

Joyau de la cartographie de la renaissance, la "Cosmographie universelle" de Guillaume Le Testu décrit la totalité du monde connu, en ajoutant aux terres nouvellement découvertes, comme les Amériques ou l’Extrême-Orient, des territoires représentés par imagination, l’hypothétique Terre Australe.

Dans le goût de l’époque, c’est l’univers qu’il cherche à décrire, donnant à voir bien davantage qu’un essai de géographie. Habile navigateur capable de s’orienter grâce à la position des astres, formé à l’école de cartographie de Dieppe, il est l’auteur d’un magnifique atlas manuscrit richement enluminé, qu’il dessine et peint pour l’amiral de France Gaspard de Coligny, au retour des voyages qu’il fait entre 1552 et 1556, notamment au Brésil. Composée de 56 cartes commentées, dont 6 planisphères, l’oeuvre de Le Testu se veut un état de la connaissance d’un monde bouleversé par les grandes découvertes. Elle témoigne également d’une approche portée par la mythologie, griffons et licornes, Amazones et Cyclope peuplant les pages de l’ouvrage, sans doute comme l’imaginaire de ses lecteurs privilégiés…

Le manuscrit est à découvrir sur Gallica.

A écouter en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Le « Plan chorale » n’est pas sur la bonne « voix »!...

14 Avril 2018 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Art

EXTRAIT

On se souvient de l’annonce faite en juin 2017 par le tout nouveau ministre de l’Éducation nationale que la rentrée de septembre 2017 se ferait « en musique ». Cette annonce avait été suivie de l’annonce par le même ministre et sa consœur de la Culture d’un « plan chorale » en décembre 2017 destiné à développer les chorales sur le temps scolaire. La mise en œuvre de ce plan ne va pas sans créer des inquiétudes.

Après la rentrée en musique de septembre 2017, qui a donné lieu à une communication plus ou moins habile de la part du médiatique ministre de l’Éducation nationale, les chorales semblaient devoir bénéficier de l’engouement présidentiel pour l’éducation musicale. On avait même compris qu’un véritable écosystème favorable à la discipline allait être créé, preuve en était donnée par l’arrêté du Journal officiel du 2 février dernier créant « un enseignement de chant choral rassemblant des élèves de l’ensemble des niveaux du collège ». Cet enseignement devait être financé à hauteur d’une heure par semaine comprise dans la dotation horaire globale (DHG), et de trente-six heures supplémentaires éventuelles (HSE) ; c’est ce qui figure dans le dit arrêté. La ministre de la Culture avait même annoncé un financement de vingt millions d’euros. Un vadémécum pour appliquer la mise en place doit, ou plutôt devait, voir le jour.
 
(...)
 
Jean-Charles Leon
 
Suite et fin à lire en cliquant ci-dessous
Lire la suite

7 avril - Journée Albert Camus en public à l'Espace Cardin...

5 Avril 2018 , Rédigé par France Culture Publié dans #Education, #Littérature, #Art

7 avril - Journée Albert Camus en public à l'Espace Cardin...

France Culture et le Théâtre de la Ville s’associent pour une journée consacrée à la lecture de textes d’Albert Camus (discours, récits, extraits de romans, carnets ) en écho au spectacle "L’Etat de siège"

JOURNÉE ALBERT CAMUS
A L’ESPACE CARDIN 3 avenue Gabriel 75008 Paris​

France Culture et le Théâtre de la Ville s’associent pour une journée consacrée à la lecture de textes d’Albert Camus (discours, récits,  extraits de romans, carnets ) en écho au spectacle L’Etat de siège.

14h30 RÉSERVEZ ICI
La Crise de l’Homme, lu par Hugues Quester  et le premier chapitre du Premier Homme, lu par Elodie Bouchez

16h RÉSERVEZ ICI
L’Eté à Alger, lu par Valérie Dashwood et Les Carnets, extraits choisis et lus par Serge Maggiani

18h RÉSERVEZ ICI
Le Témoin de la liberté, lu par Alain Libolt

Accompagnement musical : Mahut / Réalisation de Pascal Deux / Textes publiés aux Éditions Gallimard 

Et découvrez actuellement à l'Espace Cardin L'État de siège d'Albert Camus , mise en scène d'Emmanuel Demarcy-Mota avec la Troupe du Théâtre de la Ville Compagnie

Lire la suite

Sortir... Palais des Beaux-Arts Paris - Jusqu'au 20 mai... "Images en lutte..."

31 Mars 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Politique, #Histoire, #Art

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>