Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

art

Sortir... Exposition - Les Olmèques et les cultures du golfe du Mexique - Musée Quai Branly/Paris

15 Octobre 2020 , Rédigé par Musée Branly Paris Publié dans #Art

Plein phare sur la civilisation olmèque et le monde méconnu des cultures précolombiennes du golfe du Mexique. Une plongée fascinante à travers plus de trois millénaires d’histoire, d’échanges et de traditions artistiques.

À propos de l'exposition

C’est au cœur des régions du golfe du Mexique, sur un terrain marécageux situé au sud des États actuels de Veracruz et de Tabasco, que s’est épanouie la culture olmèque – du mot Olmán, « pays du caoutchouc » – donnant naissance à l’une des plus importantes et mystérieuses civilisations mésoaméricaines. Une civilisation d’une profonde sensibilité artistique, restée méconnue jusqu’à la deuxième moitié du XIXe siècle, qui a pourtant joué un rôle éminent dans l’histoire du Mexique et de sa région. En témoigne la mise en place d’une pensée et de canons mésoaméricains (économiques, sociaux, politiques, intellectuels et artistiques) qui perdureront jusqu’à la conquête espagnole.

(...)

Suite et fin à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Sortir - "Secrets de beauté" - Maison de la culture du Japon - Paris

13 Octobre 2020 , Rédigé par MJCP Publié dans #Art

Cette exposition inédite, réunissant près de 150 estampes* et 60 objets (miroirs, peignes, épingles à cheveux, perruques…), est une plongée dans l’intimité et les rituels de beauté des femmes de l’époque Edo (1603-1868). Elle permet de découvrir à travers quatre sections thématiques l’évolution du maquillage et de la coiffure qui répondait au respect de règles sociales strictes et à la recherche de l’élégance. 

♦ Billetterie >>  1er volet de l'exposition : du 7 octobre au 28 novembre  
Modalités de visite liées au Covid-19 

Lire la suite

Sortir... "Le rire de Cabu" - Hôtel de Ville de Paris

12 Octobre 2020 , Rédigé par Ville de Paris - France Info Publié dans #Art

Lire la suite

Que nous enseigne l'art ?

5 Octobre 2020 , Rédigé par France Culture Publié dans #Education, #Art

Les artistes et connaisseurs de l’art l’affirment inlassablement : rien de moins que ces matières parfaitement sérieuses que sont la vérité, le bien et le mal, le sens de l’histoire, l’humain, la vie… Et pour vous ?

(Suite et fin en cliquant ci-dessous)

Lire la suite

Sortir... "À toi appartient le regard et (...) la liaison infinie entre les choses" - Musée du Quai Branly...

3 Octobre 2020 , Rédigé par Musée Quai Branly Publié dans #Art

Lire la suite

Sortir - « La Force du dessin, Chefs-d’œuvre de la Collection Prat ». Musée du Petit Palais...

8 Septembre 2020 Publié dans #Art

Lire la suite

Sortir... La Fabrique de l'Extravagance - Domaine de Chantilly - Jusqu'au 3 janvier 2021...

6 Septembre 2020 , Rédigé par Domaine de Chantilly Publié dans #Art, #Culture

Sortir... La Fabrique de l'Extravagance - Domaine de Chantilly - Jusqu'au 3 janvier 2021...
Sortir... La Fabrique de l'Extravagance - Domaine de Chantilly - Jusqu'au 3 janvier 2021...
Sortir... La Fabrique de l'Extravagance - Domaine de Chantilly - Jusqu'au 3 janvier 2021...
À la rentrée 2020, le Domaine de Chantilly accueillera, dans les Grands Appartements du château, une exposition inédite et joyeuse où porcelaines fines et excentrique modernité se rencontreront. Les porcelaines princières de Meissen et de Chantilly, qui ont marqué les arts décoratifs du Siècle des Lumières, seront mises à l’honneur grâce à une scénographie exceptionnelle signée Peter Marino.
 
Considérée comme "l’or blanc" du XVIIIe siècle, la porcelaine est désirée par les plus grands princes d’Europe.
 
Deux d’entre eux, Auguste le Fort, électeur de Saxe et roi de Pologne, et Louis-Henri de Bourbon, prince de Condé et premier ministre du roi Louis XV, mettent leur fortune au service de leur passion et fondent deux des plus prestigieuses manufactures de porcelaine, à Meissen et à Chantilly.
 
Pagodes et magots chinois, vases japonais, animaux en tous genres… le goût du Siècle des Lumières est à l’exotisme. Les manufactures de Meissen et de Chantilly imitent alors avec grande précision des pièces japonaises de style Kakiemon tout en s’adaptant aux formes et usages occidentaux.
 
Auguste le Fort ira jusqu’à repousser les limites techniques de la porcelaine en créant une fragile ménagerie, impressionnante par ses dimensions et sa technique.
 
Grâce à des prêts exceptionnels qui n’ont souvent jamais été montrés en France, cette exposition constituera une opportunité rare de contempler d’extraordinaires pièces, dont les gigantesques oiseaux en porcelaine de Meissen.
 
Et d'autres renseignements en cliquant ci-dessous
Lire la suite

Alain-Fournier et Modigliani, ou l’art de peindre l’enfance désenchantée de l’après-guerre...

10 Août 2020 , Rédigé par The Conversation Publié dans #Littérature, #Art

Collection Musée de l'Orangerie

Collection Musée de l'Orangerie

EXTRAIT

« Quelle idée de faire l’homme à dix-sept ans ! 

L’impossibilité de concilier le monde de l’enfance et celui de l’âge adulte, tel est le ressort du Grand Meaulnes publié en 1913. A 19 ans, en 1905, Alain-Fournier rencontrait celle qui, sous le nom d’Yvonne de Galais, serait l’héroïne de son roman le plus célèbre. Le roman raconte la sortie de l’enfance. À moins que ce ne soit son rêve continué, ou encore le drame de l’adolescence : « Quelqu’un est venu qui m’a enlevé à tous ces plaisirs d’enfant paisible. » – confesse le narrateur.

Alain-Fournier : dépeindre le passage

Ce quelqu’un, Augustin que tout le monde appellera « le Grand Meaulnes » était âgé de 17 ans, et le narrateur le compare à l’« adolescent anglais », Robinson Crusoé, « avant son grand départ ». Le « pays mystérieux » qui attend le voyageur au sortir de l’enfance est préfiguré par un rêve –« une vision plutôt, qu’il avait eue tout enfant », corrige le texte. Celle d’une jeune fille de dos qui cousait près d’une fenêtre « dans une longue pièce verte, aux tentures pareilles à des feuillages ».

Dans la « fête étrange » qui se déroule dans le « mystérieux domaine » de Sologne, il y a très peu de vieilles personnes : « Quant aux autres, c’étaient des adolescents et des enfants… » Et ils avaient le droit de faire tout ce qu’ils voulaient pendant les noces en costumes du temps jadis, de 1830. La conversation – le mot est répété quatre fois à des moments essentiels dans le roman – d’emblée profonde et amoureuse qu’il a avec Yvonne dès la première journée est rejetée par celle-ci comme une folie d’enfance : « Nous sommes deux enfants ; nous avons fait une folie ». La sortie de l’enfance est appelée dans la deuxième partie « Le grand Jeu ». En revanche, le départ du Grand Meaulnes pour Paris donne au narrateur cette impression : « mon adolescence venait de s’en aller pour toujours. »

(...)

Thierry Dufrêne, Enseignant-chercheur en histoire de l'art, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumière

Et la suite est à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Sortir... Festival Normandie impressionniste : du Havre à Caen, l’art reprend des couleurs...

19 Juillet 2020 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Art

 Sortir... Festival Normandie impressionniste : du Havre à Caen, l’art reprend des couleurs...

Après un report de trois mois lié à la crise sanitaire, ce rendez-vous artistique attendu, fait résonner, jusqu’au 15 novembre, dans plusieurs villes normandes, impressionnisme et art contemporain.

En 2010 a eu lieu le premier festival Normandie impressionniste, créé à l’initiative de Laurent Fabius sur une idée de Jacques-Sylvain Klein (d’origine rouennaise, ancien administrateur de l’Assemblée nationale, il est aussi spécialiste d’ingénierie culturelle), pour réunir culturellement les deux régions, Haute et Basse-Normandie, qui alors ne l’étaient pas encore administrativement.

L’idée était aussi de relancer leur attractivité touristique, les posant comme berceau de l’impressionnisme, un mouvement désormais universellement apprécié. Fut alors créé un groupement d’intérêt public (GIP), qui rassemble aujourd’hui 35 collectivités territoriales et dispose en 2020 d’un budget de 5 millions d’euros. La dernière édition, en 2016, a drainé 1,2 million de visiteurs.

(...)

Harry Bellet

Suite et fin en cliquant sur le lien de bas de page

                               _____________________________________

Tous nos articles sur le festival Normandie impressionniste

Festival Normandie impressionniste : du Havre à Caen, l’art reprend des couleurs Après un report de trois mois lié à la crise sanitaire, ce rendez-vous artistique attendu, fait résonner, jusqu’au 15 novembre, dans plusieurs villes normandes, impressionnisme et art contemporain.

Etretat, un fantasme de peintres A Fécamp, une exposition retrace, jusqu’au 15 novembre, l’engouement pour le village de pêcheurs, devenu un motif pictural incontournable au XIXe siècle.

« Les impressionnistes cultivent l’esprit de révolte » Philippe Piguet, commissaire général du festival Normandie impressionniste, a voulu jeter des ponts entre l’impressionnisme et l’art contemporain.

« Nuits électriques » : les réverbères, héros des villes et des peintres Au Havre, dans une exposition originale, le MuMA montre comment les peintres ont tiré profit de l’arrivée de l’électricité.

« Villes ardentes » : les lueurs de l’industrie s’invitent dans la peinture Une exposition au Musée des beaux-arts de Caen étudie comment, sous la IIIe République, les artistes ont intégré le monde ouvrier et les luttes sociales dans leurs œuvres.

François Depeaux, l’impressionnant collectionneur Ce notable méconnu a amassé des centaines de tableaux de Sisley ou Monet, qui sont aujourd’hui le trésor du Musée des beaux-arts de Rouen.

Bruno Peinado et Flora Moscovici embrasent les couleurs Les deux artistes contemporains invités par le Shed, près de Rouen, occupent deux lieux en jouant avec des miroirs et des pigments.

Lire la suite

Sortir... Grand Palais - Exposition "immersive"... Pompei...

9 Juillet 2020 , Rédigé par France Inter Publié dans #Art, #Histoire

Pompei chez vous en cliquant ci-dessous

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>