Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Articles récents

Cette campagne est mystique... (Mélenchon/Macron/Le Pen)

18 Avril 2017 , Rédigé par Slate Publié dans #Politique

Résultat de recherche d'images pour "christique macron"

EXTRAITS

Sous ses airs de laïcité, cette campagne est pétrie de mysticisme et de religion.

Et tout à coup, dimanche 9 avril, clôturant son meeting de Marseille face à une Méditerranée étincelante sous le soleil et un Vieux port de carte postale, on entendit Jean-Luc Mélenchon prêcher cette bonne parole à ses 70.000 fidèles: «Et maintenant, mes frères, mes sœurs, donnez-vous la main. C’est la paix!». Ce même dimanche des Rameaux, une semaine avant Pâques, les chrétiens du monde entier –comme à chaque messe après la récitation du Notre Père– faisaient un «geste de paix» en donnant la main au voisin et lui disant: «La paix du Christ soit avec toi».

Quelques minutes avant, le candidat de la France insoumise avait martelé les mots: «Il faut que cesse la guerre contre les pauvres». Une injonction sortie tout droit de la bouche du pape François. Et il avait invoqué l’exigence du «bien commun», principe suprême de la «doctrine sociale» de l’Eglise, contre les «intérêts singuliers».

Rarement dans une campagne électorale aura-t-on autant fait profession de foi de… laïcité! Et en même temps, dans les meetings ou à la télévision, adopté autant de postures religieuses, imité autant la gestuelle, l’incantation, le rite, la liturgie des cérémonies. Le mardi 11 avril à Lille, le même Jean-Luc Mélenchon –manifestement inspiré par le mystère pascal de la souffrance et du «sang» versé (par le Christ) comme signe de mort et de résurrection - s’est livré à une morbide menace contre François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron: «Si vous élisez un de ces trois-là, vous allez cracher du sang».

Chantre de l’extrême-droite intégriste, Patrick Buisson ne s’y est pas trompé et, dans Le Point, a reconnu l’un des siens et rendu hommage à «un discours qui emprunte des symboles à la spiritualité». Il en a conclu:

«Si le christianisme est le refus de la domination absolue de la marchandise –ce que la Bible condamne comme le culte des idoles–, Mélenchon est plus chrétien que Macron quand celui-ci se rend à Las Vegas ou entend faire de la France une smart nation».

Comment ne pas se souvenir ici des origines catholiques de Jean-Luc Mélenchon, de son passé de servant de messe qui, en 2012, déclarait déjà à L’Express: «Je ne me suis jamais moqué de la foi et je ne le ferai jamais». Ajoutant pour l’hebdomadaire chrétien La Vie: «J’éprouve une jubilation à discuter avec des gens qui ont la foi. Ils se situent dans un espace comparable au mien, dans un domaine plus grand que soi.» Il revendiquait alors être «le seul dirigeant de gauche» à lire les encycliques des papes. Cinq ans après, dans une interview à Famille chrétienne, il récidive: «Je suis de culture catholique, je connais la maison!»

(...)

Henri Tincq

Et pour en savoir plus au sujet des "mystiques" Macron et Le Pen, c'est ci-dessous

Lire la suite

Mercredi toutes et tous à République/Paris... 17h... Avec Benoit Hamon...

18 Avril 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Politique, #Hamon

Inscriptions au Grand Rassemblement de la République
 
 
Cher-e-s ami-e-s,
 
Nous avons besoin de vous pour faire connaitre l'événement et amplifier la mobilisation pour notre rassemblement du 19 avril, place de la République à Paris. 
 
À quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle, Benoît Hamon a souhaité vous convier à un grand rassemblement festif et populaire. 

Des intellectuels, qui sont nombreux à avoir contribué au programme de Benoît Hamon comme Thomas Piketty, Julia Cagé, Dominique Méda ou encore Alfred Spira, viendront échanger avec les citoyens dans le cadre d'un
forum qui ouvrira ses portes dès 17h.

Sur scène, de nombreux artistes se succéderont, à l'image de la diversité et du métissage de la France : Tahiti 80, Les Yeux noirs, Clarika, Romain Humeau (Eiffel), Jacob Devarieux (Kassav), Bob El West, Authentique, Free Mustakil, Oumou Kouyate, DJ Rag, DJ Calvino, Zabumba, DrumTeam, La Sirène, Phil Darwin (humoriste)...
 
Tous se mobilisent pour porter le projet de gauche, écologiste et européen de Benoît Hamon et faire battre le coeur de la République.
 
Nous vous invitons à en parler autour de vous, par SMS, sur les réseaux sociaux, autour d'un café, lors d'un repas de famille ou entre amis.
Lire la suite

Revue de Presse Education... Le programme Mélenchon...

18 Avril 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Politique, #Melenchon

Revue de Presse Education... Le programme Mélenchon...

EXTRAIT

(...)

Le programme de Mélenchon

Une conférence de presse de Paul Vannier, représentant éducation de Mélenchon, a suscité de nombreux articles. Une sélection :

« Nous voulons une rentrée 2017 100 % gratuite », a déclaré Paul Vannier, porte-parole éducation du candidat de La France insoumise, ce qui passera par « une loi rectificative durant l’été ». Seront concernés les manuels, les sorties scolaires, des fournitures sans marque, la cantine et le périscolaire, ce qui coûtera 5,2 milliards d’euros chaque année, avec « une montée en charge progressive ».

L’Etudiant met l’accent sur les dépenses importantes induites par ce programme. Mélenchon et l’éducation : des dépenses tous azimuts. "Cantine, soutien scolaire, activités périscolaires : dans le programme de Jean-Luc Mélenchon sur l’éducation, détaillé vendredi, tout devient gratuit. Et 60 000 enseignants seront recrutés."

Jean-Michel-Zakhartchouk étudie ce programme entre séduction et réaction. "Bref, d’un côté, un visage plutôt sympathique même si on reste dans le flou et dans les déclarations de principe, mais il est vrai qu’un programme présidentiel ne peut aller dans les détails.
Malheureusement, il y un autre versant, qui est fait pour la fraction la plus conservatrice du monde enseignant et se présente comme une entreprise de démolition de ce qui s’est fait de progressiste ces dernières années. Vision d’une école bien peu « insoumise », qui regarde surtout vers le passé et bien peu vers l’innovation…"

(...)

Géraldine Duboz

La revue de presse est à lire ci-dessous dans son intégralité

Lire la suite

Juliette Gréco...

17 Avril 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Baudelaire... De l'essence du rire...

17 Avril 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Résultat de recherche d'images pour "baudelaire l'essence du rire"

L’esprit le moins accoutumé à ces subtilités esthétiques saurait bien vite m’opposer cette objection insidieuse : le rire est divers. On ne se réjouit pas toujours d’un malheur, d’une faiblesse, d’une infériorité. Bien des spectacles qui excitent en nous le rire sont fort innocents, et non seulement les amusements de l’enfance, mais encore bien des choses qui servent au divertissement des artistes, n’ont rien à démêler avec l’esprit de Satan. Il y a bien là quelque apparence de vérité. Mais il faut d’abord bien distinguer la joie d’avec le rire. La joie existe par elle-même, mais elle a des manifestations diverses. Quelquefois elle est presque invisible ; d’autres fois, elle s’exprime par les pleurs. Le rire n’est qu’une expression, un symptôme, un diagnostic. Symptôme de quoi ? Voilà la question. La joie est une. Le rire est l’expression d’un sentiment double, ou contradictoire ; et c’est pour cela qu’il y a convulsion. Aussi le rire des enfants, qu’on voudrait en vain m’objecter, est-il tout à fait différent, même comme expression physique, comme forme, du rire de l’homme qui assiste à une comédie, regarde une caricature, ou du rire terrible de Melmoth ; de Melmoth, l’être déclassé, l’individu situé entre les dernières limites de la patrie humaine et les frontières de la vie supérieure ; de Melmoth se croyant toujours près de se débarrasser de son pacte infernal, espérant sans cesse troquer ce pouvoir surhumain, qui fait son malheur, contre la conscience pure d’un ignorant qui lui fait envie. – Le rire des enfants est comme un épanouissement de fleur. C’est la joie de recevoir, la joie de respirer, la joie de s’ouvrir, la joie de contempler, de vivre, de grandir. C’est une joie de plante. Aussi, généralement, est-ce plutôt le sourire, quelque chose d’analogue au balancement de queue des chiens ou au ronron des chats.

Et pourtant, remarquez bien que si le rire des enfants diffère encore des expressions du contentement animal, c’est que ce rire n’est pas tout à fait exempt d’ambition, ainsi qu’il convient à des bouts d’hommes, c’est-à-dire à des Satans en herbe. Il y a un cas où la question est plus compliquée. C’est le rire de l’homme, mais rire vrai, rire violent, à l’aspect d’objets qui ne sont pas un signe de faiblesse ou de malheur chez ses semblables. Il est facile de deviner que je veux parler du rire causé par le grotesque. Les créations fabuleuses, les êtres dont la raison, la légitimation ne peut pas être tirée du code du sens commun, excitent souvent en nous une hilarité folle, excessive, et qui se traduit en des déchirements et des pâmoisons interminables. Il est évident qu’il faut distinguer, et qu’il y a là un degré de plus. Le comique est, au point de vue artistique, une imitation ; le grotesque, une création. Le comique est une imitation mêlée d’une certaine faculté créatrice, c’est-à-dire d’une idéalité artistique. Or, l’orgueil humain, qui prend toujours le dessus, et qui est la cause naturelle du rire dans le cas du comique, devient aussi cause naturelle du rire dans le cas du grotesque, qui est une création mêlée d’une certaine faculté imitatrice d’éléments préexistants dans la nature. Je veux dire que dans ce cas-là le rire est l’expression de l’idée de supériorité, non plus de l’homme sur l’homme, mais de l’homme sur la nature. Il ne faut pas trouver cette idée trop subtile ; ce ne serait pas une raison suffisante pour la repousser. Il s’agit de trouver une autre explication plausible. Si celle-ci paraît tirée de loin et quelque peu difficile à admettre, c’est que le rire causé par le grotesque a en soi quelque chose de profond, d’axiomatique et de primitif qui se rapproche beaucoup plus de la vie innocente et de la joie absolue que le rire causé par le comique de moeurs. Il y a entre ces deux rires, abstraction faite de la question d’utilité, la même différence qu’entre l’école littéraire intéressée et l’école de l’art pour l’art. Ainsi le grotesque domine le comique d’une hauteur proportionnelle.

J’appellerai désormais le grotesque comique absolu, comme antithèse au comique ordinaire, que j’appellerai comique significatif. Le comique significatif est un langage plus clair, plus facile à comprendre pour le vulgaire, et surtout plus facile à analyser, son élément étant visiblement double : l’art et l’idée morale ; mais le comique absolu, se rapprochant beaucoup plus de la nature, se présente sous une espèce une, et qui veut être saisie par intuition. Il n’y a qu’une vérification du grotesque, c’est le rire, et le rire subit ; en face du comique significatif, il n’est pas défendu de rire après coup ; cela n’arguë pas contre sa valeur ; c’est une question de rapidité d’analyse. J’ai dit : comique absolu ; il faut toutefois prendre garde. Au point de vue de l’absolu définitif, il n’y a plus que la joie. Le comique ne peut être absolu que relativement à l’humanité déchue, et c’est ainsi que je l’entends.

Baudelaire, De l'essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques

Lire la suite

Les derniers jours d'une France heureuse?...

17 Avril 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Politique, #Hamon

Résultat de recherche d'images pour "danger"

Dans quelques jours, dimanche à 20h, s'afficheront deux visages sur nos écrans.

L'un des deux, si l'on en croit les sondages, sera Marine Le Pen, femme politique française d'extrême droite, à la tête du Front National dont le Président d'Honneur est Jean-Marie Le Pen, son père.

Un Front National qui n'a strictement rien changé de sa ligne politique passée contrairement à ce que les discours de Marine Le Pen veulent faire croire. Un vernis qui ne fait que dissimuler aux naïfs les réalités abominables qui resurgiront dès la victoire acquise.

Il y a pourtant longtemps que tous, moi le premier, aurions du être alertés et alerter nos concitoyens. Le Front National et les partis populistes de droite ne sont pas nés il y a huit jours. Ils sont installés, pour certains depuis plus de trente ans. Leurs représentants élus au Parlement européen ou progressant régulièrement et démocratiquement dans les diverses institutions représentatives. Je pense à la Belgique, à l'Autriche, à la Hongrie, à la Pologne, à l'Italie. Partout, la tâche brune s'étend régulièrement, inexorablement.

J'ai vu tardivement la montée du risque.

Tout à commencé, pour moi, après les attentats de Charlie Hebdo. C'est bien tard. J'espère qu'il n'est pas trop tard.

Le jour de la grande manifestation, nous étions tous Charlie. Tous? Pas tout à fait. Une partie non négligeable de jeunes français n'a pas été conviée au défilé. Dans la foule, très peu venaient des "cités". Ils étaient restés chez eux, au pied des barres d'immeubles. Pas par sympathie pour les assassins des journalistes de Charlie. Mais "tout simplement" parce qu'ils n'étaient pas concernés! Il y a si longtemps que plus personne ne les voit, ne les écoute, ne les encourage. Alors, aller grossir la foule? Pour ensuite les ignorer à nouveau? A quoi bon?

Et puis il y a eu les débats épiques au sujet de la réforme du collège.

On - enseignants, syndicalistes, parents, etc - a débattu des heures, des jours, des semaines, des mois sur la place du latin, du grec - langues que je défends et défendrai! - et des classes bilangues  alors que les enjeux se trouvaient ailleurs: 

dans les établissements REP et REP+, dans l'apprentissage, dans l'orientation, dans les lycées professionnels, dans la formation initiale et continue. Mais non!  NOUS participions sur réseaux sociaux et médias à des débats enflammés et savants à propos de la "fin de la civilisation par la mort du latin", de la "réforme de l'orthographe", de l' "enseignement de l'arabe au CP" et, cerise sur cet indigeste gâteau, de la place de l'accent circonflexe sur telle ou telle voyelle! Hallucinant!    

Pendant ce temps, d'autres jeunes, ni sourds ni idiots, observaient cela en se disant: "Mais, et nous?"...  Ces élèves (et parents) de REP et REP+, de lycées pro, ces décrocheurs, ces jeunes auxquels on ne disait rien alors qu'ils attendent et MERITENT tant! Ce que seule Najat Vallaud-Belkacem avait compris! Le comble étant que reproche lui en a été fait! 

Ces jeunes dont l'ascenseur social ne comporte qu'un bouton: rez-de-chaussée! Lisant des kilomètres de débats sur les "latinistes/hellénistes" pendant qu'eux étaient totalement abandonnés, ignorés du débat, ils ont halluciné! Beaucoup aujourd'hui se tournent vers des extrêmes qui les écoutent,  évidemment leur mentent. Mais leur parlent!

Loin de moi l'idée d'accuser qui que ce soit. Sinon moi-même! Le premier! Je n'ai pas pris la mesure suffisamment tôt du danger!

Dimanche, je plierai en deux le bulletin portant le nom de Benoit Hamon et le glisserai dans l'enveloppe qui rejoindra d'autres enveloppes anonymes dans l'urne transparente. 

Benoit Hamon:

- SEUL candidat qui n'ignore pas et n'ignorera pas les jeunesses oubliées, qui s'adresse et s'adressera à elles  sans démagogie, sans promesses intenables ni discours enflammés, mais vides de propositions immédiatement concrètes!

- SEUL candidat à se poser et à  nous poser la double question: quelle planète voulons-nous laisser à nos enfants? Quels enfants voulons-nous laisser à la planète?

- SEUL candidat qui nous préservera d'une catastrophe certaine en 2022 si tout autre que lui venait à être élu!

En priant, moi l'agnostique, je-ne-sais quelle puissance pour ne  pas vivre les derniers jours d'une France heureuse...

Christophe Chartreux

Lire la suite

Robin Renucci : « L’industrie du divertissement nous dévore »...

17 Avril 2017 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education, #Politique

Résultat de recherche d'images pour "robin renucci"

Photo Mathieu Zazzo

EXTRAIT

Acteur, metteur en scène, Robin Renucci, le médecin de campagne de la série télévisée « Un village français », sera à l’affiche du Festival d’Avignon.

(...)

Quel regard portez-vous sur cette campagne présidentielle ?

Nous sommes davantage dans le bavardage que dans la parole. Cette campagne électorale est complètement tiraillée entre ceux qui sont pour l’intérêt général et ceux qui sont pour la défense des intérêts privés. Nous n’avons pas été clairs sur la nécessité d’assainir les liens entre l’argent et le pouvoir. Le Conseil national de la Résistance – auquel je reste très fidèle, car c’est de là que vient la question de l’éducation populaire – disait très précisément qu’il fallait séparer les banques du pouvoir et séparer les médias du pouvoir.

Aujourd’hui, il y a ceux qui sont capables de tenir ce programme et ceux qui ne le sont pas. Cela se voit de manière extrêmement claire. Après, ce qui est déplorable, c’est que ce soit édulcoré par, d’un côté Poutou, d’un côté Mélenchon, d’un côté Hamon… Tout cela crée de la division dans des pensées qui pourraient être rassembleuses mais qui se diluent. Je suis atterré de savoir que Marine Le Pen risque d’être au deuxième tour et que, vraisemblablement, ce sera face à Fillon ou Macron. Mes pensées sont de gauche. Mais, franchement, je ne sais pas si je serais sécurisé que la gauche soit maintenant au pouvoir. Il faudrait vraiment qu’elle soit active, pas comme elle l’a été ces dernières années.

Une chose est certaine : le libéralisme tel qu’il nous est proposé est une impasse absolue et l’avenir est au métissage de nos sociétés. Il est inconcevable de ne pas se rendre compte que l’évolution du monde, quoi qu’il arrive, va vers le métissage. C’est l’avenir de l’humanité. Quant à l’avidité envers l’argent, c’est un système corrosif dont il faut sortir. Peut-être Benoît Hamon est-il en avance sur la question du travail et de la subsistance qui serait assurée par la société ?

Propos recueillis par Sandrine Blanchard

L'entretien complet (passionnant) est à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Volodia...

16 Avril 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Henri Barbusse...

16 Avril 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Résultat de recherche d'images pour "henri barbusse le feu"

Ce ne sont pas des soldats, ce sont des hommes. Ce ne sont pas des aventuriers, des guerriers, faits pour la boucherie humaine - bouchers ou bétail. Ce sont des laboureurs et des ouvriers qu'on reconnaît dans leurs uniformes. Ce sont des civils déracinés. Ils sont prêts. Ils attendent le signal de la mort et du meurtre ; mais on voit, en contemplant leurs figures entre les rayons verticaux des baïonnettes, que ce sont simplement des hommes.

Chacun sait qu'il va apporter sa tête, sa poitrine, son ventre, son corps tout entier, tout nu, aux fusils braqués d'avance, aux obus, aux grenades accumulées et prêtes, et surtout à la méthodique et presque infaillible mitrailleuse - à tout ce qui attend et se tait effroyablement là-bas - avant de trouver les autres soldats qu'il faudra tuer. Ils ne sont pas insouciants de leur vie comme des bandits, aveuglés de colère comme des sauvages. Malgré la propagande dont on les travaille, ils ne sont pas excités. Ils sont au-dessus de tout emportement instinctif. Ils ne sont pas ivres, ni matériellement ni moralement. C'est en pleine conscience, comme en plein forme et en pleine santé, qu'ils ne massent là, pour se jeter une fois de plus dans cet espèce de rôle de fou imposé à tout homme par la folie du genre humain.

Lire la suite
Lire la suite