Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Articles récents

Michel Lussault désapprouve les annonces de son ministre Jean-Michel Blanquer...

15 Septembre 2017 , Rédigé par L'Alsace.fr Publié dans #Education

Michel Lussault désapprouve les annonces de son ministre Jean-Michel Blanquer...

Le patron des programmes scolaires, Michel Lussault désapprouve les annonces de son ministre Jean-Michel Blanquer. Un clash au sommet de l’Éducation nationale.

Le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé une réforme des programmes scolaires. Quelle est votre réaction ?

En tant que président du Conseil supérieur des programmes et à titre personnel, je suis surpris sur la forme et sur le fond. Sur la forme, Jean-Michel Blanquer annonce ses décisions dans la presse. Il fait cela tout seul, comme un ministre « omnicompétent », alors qu’à l’inverse, les programmes mis en œuvre en 2016 ont été élaborés après deux ans de consultation d’une centaine de personnes. Sur la forme encore, les programmes d’aujourd’hui n’ont pas été évalués, le Conseil supérieur n’a pas été consulté. Je note que le ministre de l’Éducation nationale avait dit qu’il ne préparait pas de grande réforme, or on assiste au détricotage de tout ce qui a été fait auparavant.

Sur le fond, comment analysez-vous les changements à venir ?

Le ministre remet en cause la notion de cycle. Or, les systèmes qui fonctionnent le mieux sont fondés sur la continuité des apprentissages. A contrario, il fait du CP une classe couperet. En littérature et en histoire, nous avions voulu sortir du Lagarde et Michard. Il revient à la chronologie… Quant aux mathématiques, les spécialistes sont sceptiques. Ils préconisent plutôt de maîtriser l’addition et la soustraction, puis la multiplication avant d’aborder la division en CE2, ce qui est le plus souvent pratiqué. Les changements annoncés semblent ouvrir la perspective de plus nombreux échecs scolaires.

Le ministre justifie ces réformes par la prise en compte des sciences cognitives. Est-ce un bon argument ?

Le ministre s’adresse à une fraction politique qui n’a pas accepté la refondation et qui confond la démocratisation avec la baisse du niveau. Le message est destiné à une clientèle, mais ne s’attaque pas aux problèmes que l’école rencontre. Les sciences cognitives disent qu’il faut mettre les élèves en activité, qu’on peut pratiquer des activités de dénombrement et de lecture à partir de 4 ou 5 ans. Elles insistent sur la plasticité du cerveau. Mais elles n’ont jamais stipulé que la division devait être apprise à 7 ou à 8 ans. Les sciences cognitives ne sont que le cache-sexe de décisions politiques.

Pourtant, Jean-Michel Blanquer se dit pragmatique.

Est-ce pragmatique de ne pas évaluer les programmes existants avant de les modifier ? Est-ce pragmatique de les qualifier de précieusement ridicules ? Ou encore de revenir à un enseignement chronologique ? Ce n’est pas pragmatique, non. C’est dogmatique. S’il était pragmatique, Jean-Michel Blanquer ne déciderait pas tout seul et laisserait les professeurs faire leur travail. S’il était pragmatique, il verrait qu’il n’y a pas urgence à donner un nouveau coup de guidon.

On évoque une querelle des anciens et des modernes.

Je ne pense pas les réformes en ces termes. Je crois plutôt qu’il y a des visions différentes de l’éducation. Elles s’opposent sur l’idée de continuité des apprentissages, la notion de cycle. Mais aujourd’hui, quand la plupart des jeunes font plusieurs années d’études, quelle est l’importance d’avoir acquis la maîtrise d’une opération à 6 ou bien à 8 ans ? Elles s’opposent aussi sur la notion d’égalité. Certains l’assimilant à une baisse de niveau.

Étant donné vos divergences avec le ministre, allez-vous rester président du Conseil supérieur des programmes ?

Je ne répondrai pas à cette question aujourd’hui (rires), mais sûrement bientôt !

Lire la suite

Revue de Presse Education... Déclarations et réactions - Supérieur - Ailleurs, les filles...

15 Septembre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Déclarations et réactions - Supérieur - Ailleurs, les filles...

Les déclarations de notre ministre suscitent des réactions et des commentaires. suivent des infos sur l’enseignement supérieur, et pour finir un petit tour ailleurs à propos des filles.

Déclarations et réactions

Irma : Jean-Michel Blanquer avance un plan pour le retour à la normale de l’enseignement à Saint-Martin. “Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer a avancé jeudi 14 septembre ; un plan de retour à la normale de l’enseignement sur Saint-Martin après Irma. Le "recensement" du personnel a commencé et l’accueil d’élèves "quelques heures" par jour, dès la semaine prochaine.”

Fin du prédicat, divisions au CP… Les annonces de Blanquer pour réformer les programmes. “Le ministre de l’éducation nationale veut notamment introduire la multiplication et la division dès les classes de CP et CE1.”

Ce que prévoit le gouvernement pour l’enseignement des mathématiques en primaire. Reportage est issu du journal télévisé de LCI de 20h du 13 septembre 2017.

Rémi Brissiaud : En maths une réforme hors de portée. “Pour Rémi Brissiaud la réforme du programme de maths de CE et CE1 envisagée par JM Blanquer nous ramènerait au programme de 1945. Surtout elle aggraverait les difficultés des élèves. Dans un pays où le niveau en maths à l’école primaire est préoccupant, revenir sur les programmes de 2016 serait une mauvaise chose.”

Enseignement des maths : en quoi consiste la méthode de Singapour ?Le ministre de l’Education nationale souhaite que les quatre opérations mathématiques de base, addition, soustraction, multiplication et division, soient maîtrisées par les élèves dès le CP et le CE1. Jean-Michel Blanquer s’inspire là de la méthode dite "de Singapour". En quoi consiste-t-elle ? Explications.”

Grammaire : la fin du prédicat, qui n’aura connu qu’une rentrée scolaire. “Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, a annoncé la suppression du prédicat, terme employé en grammaire pour remplacer les notions de complément, qui avait suscité la polémique.”

Éducation : « Vouloir sans cesse faciliter la tâche des élèves, c’est les mépriser ». Par Caroline Beyer. “Professeur de lettres classiques à Roubaix puis Tourcoing, Isabelle Dignocourt vient de publier L’Éducation nationale, une machine à broyer.” “Adhérente au Snalc, co-administratrice du groupe Facebook « Défendons sans maugréer les langues anciennes », créé en réaction à la réforme du collège, la professeur de latin réfute le qualificatif de « réactionnaire », dont elle est régulièrement affublée sur les réseaux sociaux. De son 14e ministre, Jean-Michel Blanquer, qui a promis de « soutenir » les langues anciennes, elle attend des « actes forts ».”

Christophe Chartreux déclare : L’enseignement "chronologique" de la littérature, c’est le massacre des innocents !...En français, il serait donc question d’enseigner la littérature "dans l’ordre chronologique, en respectant les courants littéraires". Autant, j’y suis très attaché pour l’enseignement de l’Histoire - ce qui est d’ailleurs fait - autant pour la littérature, c’est une bêtise.” C’est vrai qu’il doit y avoir encore beaucoup de nostalgique de la collection de Lagarde et Michard.

Les neurosciences, une piste à explorer pour l’éducation. “Mais pour Olivier Houdé, professeur de psychologie à l’Université Paris Descartes, « le ministre a raison sur le fond ». « Les intuitions arithmétiques sont ancrées très tôt dans le cerveau de l’enfant, avant même son entrée à l’école, poursuit le directeur du Laboratoire de psychologie du développement et de l’éducation de l’enfant (LaPsyDÉ) du CNRS. C’est donc une aberration de ne plus faire d’entraînement cognitif dès la maternelle. »
« Mais il faut le faire en respectant le rythme de chaque enfant », nuance le chercheur, qui préconise de créer un « cycle pour les 5-8 ans » comme certains pays le font, afin de ne pas freiner l’impulsion d’apprendre qu’ont certains, tout en évitant de pénaliser les autres
.”

Focus Première : Le portable bientôt banni au collège !- 14/09. “Encore une promesse de campagne honorée par Emmanuel Macron. En effet, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, veut interdire le téléphone portable à l’école et au collège. Quel est le but de cette nouvelle mesure ? Comment les établissements scolaires comptent-ils l’appliquer ? - Avec : Jean-Rémi Girard, secrétaire national à la pédagogie du SNALC-FGAF. Et Philippe Watrelot, ancien président du CRAP-Cahiers Pédagogiques. - Focus Première, du jeudi 14 septembre 2017, sur BFMTV.”

Et en toile de fond, toujours le rapport de l’OCDE...
Regards sur l’éducation 2017 de l’OCDE - Les caractéristiques du système scolaire français

Corinne Heckmannn (OCDE) : « Il faut une collaboration entre les enseignants ». "Corinne Heckmann, analyste de l’OCDE, a jugé les récentes réformes mises en place par les ministres de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur lors de la parution du rapport "Regards sur l’éducation".”

Et en Suisse, … elle trouve De bonnes pistes de réflexion sur l’enseignement. “En France, actuellement, le nouveau ministre de l’Education prend des décisions que les observateurs, même les plus critiques, s’entendent à juger pertinentes. Est-il question de les appliquer à la Suisse ? se demande notre chroniqueuse Marie-Hélène Miauton.”

Supérieur

Problèmes avec APB, facs bondées, étudiants en échec… l’université va craquer !Poussé à prendre le problème à bras-le-corps suite au scandale APB avec ces élèves refusés sur tirage au sort, le gouvernement consulte et devrait prendre des mesures. Sélection ? Prérequis ? Vrai travail sur l’orientation ? Quelles solutions ?

Près de 1 500 masters sélectionnent sur dossier ou concours pour 2018. “Dans ces masters sélectifs, les étudiants doivent se soumettre à une sélection sur dossier ou sur concours.”

Plusieurs médias se font l’écho de la nouvelle : Budget 2018 : 700 millions de plus pour l’enseignement supérieur.

Universités : ce à quoi pourrait ressembler la réforme par Marie-Christine Corbier. “Un rapport du think tank Terra Nova dresse une série de propositions sur-mesure pour réformer la licence.”

Terra Nova propose d’assouplir l’organisation des études universitaires. “Le cercle de réflexion Terra Nova propose dans un rapport d’introduire davantage de souplesse dans le calendrier et l’organisation des études.”

Le rapport : Etudes supérieures : rythmes subis, rythmes choisis. "Un nombre croissant d’étudiants se trouvent en décalage avec les rythmes théoriques de l’université. Elle ne tient pas compte du fait que, pour presque la moitié d’entre eux, ils travaillent en même temps qu’ils mènent leurs études. Elle les prive en outre de la possibilité de mûrir leur choix d’orientation, de varier leurs parcours, de bifurquer si leurs choix ne sont pas assez assurés. Terra Nova propose dans ce rapport, une réorganisation des temps universitaires. Il faut reprendre la question des rythmes universitaires à toutes les échelles de temps : la journée, la semaine, le semestre, le cycle et la vie entière (formation tout au long de la vie).

Par Martin Andler, Laurent Daudet, Gilles Halbout, Jean-Pierre Korolitski, Yves Lichtenberger, Catherine Paradeise, le 14/09/2017. "

A écouter ou réécouter sur FranceInfo les déclarations de la ministre : Frédérique Vidal : "Les études supérieures restent un droit pour tous"

Ailleurs, les filles

Australie : les filles sont enfin autorisées à porter des pantalons à l’école. “Les filles inscrites dans les écoles publiques d’Australie-Occidentale ne seront plus cantonnées aux seules jupes en guise d’uniformes.”

Majda El Krami, Chroniqueuse au Maroc. Quand la violence et l’obscurantisme se propagent dans nos écoles. “Depuis la rentrée scolaire, les enseignants du secteur public font les gros titres de nos médias nationaux complètement déchaînés. J’aurais aimé, croyez en ma sincérité, vous annoncer qu’ils ont trouvé des méthodes révolutionnaires pour transmettre leur savoir à nos petites têtes brunes. J’aurais aimé vous dire qu’ils se sont tous soulevés pour demander à leurs responsables de réfléchir, ensemble peut-être, à des solutions réalistes pour rendre son honneur à un enseignement public en faillite depuis bien des années. J’aurais aimé vous apprendre leur décision d’encourager l’esprit critique, banni depuis des lustres des bancs de nos écoles, et demander à ce que leurs élèves aient enfin le droit de discuter les textes divins ou les théories scientifiques. J’aurais aimé vous dire qu’ils ont tapé du poing sur la table et décidé que, cette année, leurs élèves auront du matériel dans leurs laboratoires pour enfin passer de la théorie à la pratique... il aurait été temps. J’aurais aussi aimé vous annoncer leur volonté ferme et unanime de placer la pédagogie -ce fantôme survolant les couloirs moisis de leurs écoles- comme principal axe d’épanouissement de leurs élèves. J’aurais aimé vous annoncer tellement de bonnes nouvelles, croyez-moi ! Tellement de bonnes nouvelles !

Bernard Desclaux

Lire la suite

Interdire les téléphones portables au collège? Un débat affligeant...

15 Septembre 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Education

Interdire les téléphones portables au collège? Un débat affligeant...

Un "débat" (un "vrai" débat celui-là, puisque d'après le Ministère, il y aurait vrais et faux débats) agite le microcosme éducatif ces jours-ci. J'ai hésité avant d'y consacrer ce court billet car il est des sujets qui ne méritent pas le "bruit" volontairement provoqué afin de masquer d'autres dossiers plus urgents, plus essentiels pour nos élèves. Et puis je me suis dit: "Allons-y... Amusons-nous"...

Il serait donc question d'interdire les téléphones portables au collège. Seraient concernés: les élèves. Pas les adultes. Il ne faudrait pas provoquer la colère enseignante.

La raison avancée pour justifier cette promesse de campagne macronienne - c'est l'élément de langage de tous les ministres - est la préservation des neurones de nos adolescents. Etudes à l'appui, notre Ministre veut mettre fin à l'utilisation des ces appendices chers à nos têtes blondes, brunes et autres couleurs ...

Sauf que...

Sauf que de "97% des collèges interdisent DEJA l'utilisation du téléphone portable"/Lysiane Gervais, secrétaire nationale du SNPDEN-Unsa, le syndicat des chefs d'établissement.

Sauf que de nombreux collègues utilisent le téléphone portable des élèves à des fins pédagogiques, de manière parfaitement maîtrisée, contrôlée et occasionnelle. On manque cruellement de tablettes et d'ordinateurs individuels en France.

Sauf que nos établissements manquent cruellement de personnels pour procéder à la collecte des téléphones chaque matin, pour les rendre chaque soir (et chaque midi pour les externes), un par un. Que de temps perdu!

Sauf qu'il est légalement interdit de confisquer un bien personnel si ce bien n'est pas utilisé en contradiction avec le règlement intérieur.

Sauf qu'il est interdit de fouiller un-e élève. Élèves qui ne manqueront pas d'affirmer que "Non non m'sieur, je n'ai pas de portable sur moi!". Et qui, comme cela se fait partout, le consulteront à la récréation. Comme les enseignants.

Faudra-t-il dépenser des fortunes pour installer des détecteurs d'ondes et autres brouilleurs?

Sauf que le téléphone portable et les tablettes pourraient résoudre un problème sanitaire d'une toute autre importance: les conséquences du poids des cartables sur la colonne vertébrale de nos élèves les plus jeunes. Car dans un téléphone portable, dans une tablette, il est possible de ranger ONZE KILOGS dans quelques grammes...

Sauf que la prévention et l'apprentissage d'un usage raisonnable et raisonné du téléphone donneraient (donnent déjà) d'excellents résultats. Sauf à croire que l'éducabilité est moins souhaitable que les interdictions irréalistes et irréalisables.

Tout cela prêterait à sourire si ce "débat" n'occultait  d'autres sujets. Le but ministériel est sans doute de chevaucher l'air du temps, de montrer que l' Ecole "redevient" sérieuse...

Comme titrait un magazine: "La fin de la récré"... Tout cela est affligeant!

Bonjour tristesse...

Christophe Chartreux

Lire la suite

Françoiz Breut...

14 Septembre 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Hervé Le Tellier...

14 Septembre 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Parfois quand un inconnu indiscret vient à le questionner sur sa vie - un taxi, un coiffeur de province, un voisin de train – Yves s’invente un métier, se fabrique une vie, dans l’impunité de l’anonymat ….Le temps d'une course place d'Italie - rue Montmartre, il devient l'un des spécialistes européens de la cryptobiose des tardigrades.

- De la quoi des quoi? dit le taxi

- De la cryptobiose des tardigrades. Les tardigrades sont de tout petits animaux pas plus gros qu'une tête d'épingle. Ils sont capables d'expulser toute l'eau de leur corps pour résister à des températures extrêmes dans l'Antarctique : c'est cela, la cryptobiose. Dans cet état, ils peuvent survivre des années, parfois des siècles. Je les étudie depuis vingt-deux ans maintenant.

--On vous paye pour ça avec nos impôts? Demande le taxi inquiet."

Son dernier livre:

Toutes les familles heureuses, JC Lattès, Paris 2017

Lire la suite

La division en CP, une littérature chronologique : « une remise en question préoccupante des nouveaux programmes » (Michel Lussault)

14 Septembre 2017 , Rédigé par VousNousIls Publié dans #Education, #Pédagogie

La division en CP, une littérature chronologique : « une remise en question préoccupante des nouveaux programmes » (Michel Lussault)

Deux semaines après avoir effectué sa rentrée, Jean-Michel Blanquer  lance 2 réformes : l’apprentissage des 4 opérations arithmétiques dès la  maternelle, et une littérature chronologique. Des propositions qui ne  font pas l’unanimité.

Jean-Michel Blanquer vient de dévoiler deux nouvelles réformes à venir, qui ne font pas, une nouvelle fois, l’unanimité. Dans une interview à L’Express, le ministre de l’Education nationale affirme vouloir avancer le calendrier d’apprentissage des maths. L’addition, la soustraction, la multiplication… mais aussi la division, devront être maîtrisées entre le CP et le CE1.

Actuellement, la division, dernière opération arithmétique apprise en primaire, n’est enseignée qu’en CM1, et doit être maîtrisée pour entrer au collège. L’addition et la soustraction sont enseignées entre le CP et le CE2, et la multiplication n’apparaît qu’à ce dernier niveau. Suivant la mesure voulue par Jean-Michel Blanquer, les 4 opérations seraient abordées en même temps, dès la maternelle.

(...)

Un apprentissage de la littérature chronologique

Jean-Michel Blanquer souhaite aussi introduire davantage de chronologie en littérature, via un “enseignement chronologique”. Plus de programmes rédigés autour de grands thèmes permettant de découvrir des auteurs de différents siècles, mais une progression par siècles. “La façon dont on aborde aujourd’hui notre patrimoine littéraire au collège, par grandes idées un peu conceptuelles et non par courants et époques spécifiques, doit être repensée”, explique ainsi le ministre.

Dans Le Figaro, Michel Lussault, président du Conseil supérieur des programmes (CSP), mis en place sous François Hollande, s’étonne “de ne pas avoir été prévenu de ces changements”. Il estime que “les déclarations du ministre participent d’une remise en question préoccupante des nouveaux programmes”.

Interrogée par le Café Pédagogique, Viviane Youx, présidente de l’association des profs de français (AFEF), note que “ce n’est pas en commençant avec le 16e siècle que l’on va réussir à créer une compréhension de la littérature”. Pour l’enseignante, “ il ne faut pas faire croire que la chronologie est suffisante pour comprendre la littérature”.

Lire la suite

4 (bonnes) raisons philosophiques d’être fainéant...

14 Septembre 2017 , Rédigé par France Culture Publié dans #Philosophie, #Faineant

EXTRAITS

Paria, marginal ou cynique, le fainéant a toujours suscité autant louanges que dédain ou critiques, jusqu'à Emmanuel Macron. Depuis l'Antiquité, les philosophes font l'éloge de l'oisiveté contre le dogme du travail. Mais pourquoi Sénèque, Rousseau, Lafargue ou Russell défendent-ils la paresse ?

"Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes", déclarait le chef de l'État, Emmanuel Macron, vendredi 8 septembre depuis Athènes. Mais pourquoi s'insurger contre ces "fainéants", la paresse ne pourrait-elle pas être ce terreau de la réflexion et de la liberté ? Les philosophes interrogent cet art de ne rien faire : Sénèque, Rousseau, Lafargue et Russell font ainsi l'apologie de l'oisiveté et des loisirs.

(...)

Extrait de la Lettre LV, issue des Lettres à Lucilius, écrites en 63-64 :

Il y a loin du vrai repos à l'apathie. Pour moi, du vivant de Vatia, je ne passais jamais devant sa demeure sans me dire : "Ci-gît Vatia." Mais tel est ô Lucilius, le caractère vénérable et saint de la philosophie, qu'au moindre trait qui la rappelle le faux-semblant nous séduit. Car dans l'oisif le vulgaire voit un homme retiré de tout, libre de crainte, qui se suffit et vit pour lui-même, tous privilèges qui ne sont réservés qu'au sage. C'est le sage qui, sans ombre de sollicitude, sait vivre pour lui ; car il possède la première des sciences de la vie. Mais fuir les affaires et les hommes parce nos prétentions échouées nous ont décidées à la retraite, ou que nous n'avons pu souffrir de voir le bonheur des autres ; mais, de même qu'un animal timide et sans énergie se cache par peur, c'est vivre, non pour soi, mais de la plus honteuse vie : pour son ventre, pour le sommeil, pour la luxure. Il ne s'ensuit pas qu'on vive pour soi de ce qu'on ne vit pour personne. Au reste, c'est une si belle chose d'être constant et ferme dans ses résolutions, que même la persévérance dans le rien faire nous impose.

(...)

Dans Les rêveries du promeneur solitaire, "sixième promenade", rédigées entre 1776 et 1778 et publiées à titre posthume en 1782, Jean-Jacques Rousseau écrivait ceci :

Je m'abstiens d'agir, car toute ma faiblesse est pour l'action, toute ma force est négative, et tous mes péchés sont d'omission, rarement de commission. Je n'ai jamais cru que la liberté de l'homme consistât à faire ce qu'il veut, mais bien à ne jamais faire ce qu'il ne veut pas, et voilà celle que j'ai toujours réclamée, souvent conservée, et par qui j'ai été le plus en scandale à mes contemporains ; car, pour eux, actifs, remuants, ambitieux, détestant la liberté dans les autres et n'en voulant point pour eux-mêmes, pourvu qu'ils fassent quelque-fois leur volonté, ou plutôt qu'ils dominent celle d'autrui, ils se gênent toute leur vie à faire ce qui leur répugne, et n'omettent rien de servile à commander.

(...)

Extrait de Le droit à la paresse de Paul Lafargue, paru en 1880 :

Et cependant le génie des grands philosophes du capitalisme reste dominé par le préjugé du salariat, le pire des esclavages. Ils ne comprennent pas encore que la machine est le rédempteur de l'humanité, le Dieu qui rachètera l'homme des sordidæ artes et du travail salarié, le Dieu qui lui donnera des loisirs et la liberté.

(...)

Russell écrivait dans L'éloge de l'oisiveté, en 1932 :

Si le salarié ordinaire travaillait quatre heures par jour, il y aurait assez de tout pour tout le monde, et pas de chômage (en supposant qu'on ait recours à un minimum d'organisation rationnelle). Cette idée choque les nantis parce qu'ils sont convaincus que les pauvres ne sauraient comment utiliser autant de loisir. [...] Le bon usage du loisir, il faut le reconnaître, est le produit de la civilisation et de l'éducation. Un homme qui a fait de longues journées de travail toute sa vie n'ennuiera s'il est soudain livré à l'oisiveté. Mais sans une somme considérable de loisir à sa disposition, un homme n'a pas accès à la plupart des meilleurs choses de la vie. Il n'y a plus aucune raison pour que la majeure partie de la population subisse cette privation ; seul un ascétisme irréfléchi, qui s'exerce généralement par procuration entretient notre obsession du travail excessif à présent que le besoin ne s'en fait plus sentir.

(...)

Caroline Barkhou

L'article est à lire dans son intégralité en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Enseignement des maths : "Pas réaliste de demander aux élèves de poser tous types de divisions en CE1"...

14 Septembre 2017 , Rédigé par christophe

Jean-Michel Blanquer a annoncé mercredi une série de bouleversements pédagogiques pour le primaire et le collège. Dans un entretien à "L’Express", le ministre de l’Education nationale explique notamment vouloir remettre à plat certaines notions de grammaire, l’enseignement du français ou encore les mathématiques. Ainsi, il souhaite que les quatre types d’opération (addition, soustraction, multiplication et division) puissent être maîtrisés entre le CP et le CE1, contre le CM1 actuellement pour les divisions. Mais pour Christine Chambris, maître de conférences en didactique des mathématiques à l’université de Cergy Pontoise, et invitée mercredi d’Europe Midi, le ministre ne fait pas la différence entre savoir résoudre un énoncé et "poser des opérations en colonne". Un mécanisme cognitif qui, pour cette universitaire, paraît difficile à acquérir avant huit ans.

Invité(s) : Christine Chambris, maître de conférences en didactique des mathématiques à l’université de Cergy Pontoise

Lire la suite

Revue de Presse Education... Détricotage et chamboule tout - OCDE - Laïcité et religions - Supérieur - Ressources...

14 Septembre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Détricotage et chamboule tout - OCDE - Laïcité et religions - Supérieur - Ressources...

Après le détricotage c’est le chamboule tout qui s’annonce. Le rapport de l’OCDE est encore d’actualité. Il sera également question de laïcité et de religions, d’enseignement supérieur. Et quelques ressources pour terminer cette revue de presse.

Détricotage et chamboule tout

L’interview de Blanquer dans l’Express : Laïcité, prédicat, portable au collège : ce que Blanquer a dit à L’Express.

Education : Blanquer annonce une série de bouleversements dans les enseignements. “Mathématiques, grammaire, enseignement de la littérature au collège... Le ministre de l’Education promet tout une série de changements au primaire et au collège, dans une interview accordée à L’Express.”

Jean-Michel Blanquer veut que la division soit enseignée en CE1 et non plus en CM1. ""Je m’insurge contre cette fausse bienveillance qui consiste à retarder sans arrêt les apprentissages", affirme le ministre de l’Education."

Enseignement des maths : "Pas réaliste de demander aux élèves de poser tous types de divisions en CE1". “Ainsi, il souhaite que les quatre types d’opération (addition, soustraction, multiplication et division) puissent être maîtrisés entre le CP et le CE1, contre le CM1 actuellement pour les divisions. Mais pour Christine Chambris, maître de conférences en didactique des mathématiques à l’université de Cergy Pontoise, et invitée mercredi d’Europe Midi, le ministre ne fait pas la différence entre savoir résoudre un énoncé et "poser des opérations en colonne". Un mécanisme cognitif qui, pour cette universitaire, paraît difficile à acquérir avant huit ans.”

Les portables bientôt déposés dans des casiers à l’entrée des classes ? Par Marie-Estelle Pech. “En Conseil des ministres, ces derniers déposent leurs portables dans des casiers avant de se réunir. « Il me semble que cela est faisable pour tout groupe humain, y compris une classe », estime le ministre de l’Éducation.”

Lancement d’un partenariat d’innovation pour expérimenter l’intelligence artificielle en classe par Marie-Caroline Missir “Apprendre les mathématiques et le français grâce à l’intelligence artificielle. C’est l’objet d’un partenariat d’innovation lancé en juillet 2017 par le ministère de l’Éducation et la Caisse des dépôts. Le projet, qui s’adresse aux entreprises et start-up EdTech, doit permettre de faire émerger six solutions innovantes.”

Rentrée précaire. “L’esprit d’entreprendre et l’individualisation des parcours d’études font partie intégrante du système d’enseignement. Cela se traduit par un esprit de compétition malsaine qui remplace l’entraide et par une pression toujours plus forte exercée sur les jeunes. L’exemple des examens d’entrée en médecine et de l’arbitraire des quotas appliqués aux étudiants en est la preuve.”

“Le discours dominant est que l’école, considérée comme « capital humain », doit se mettre en adéquation avec le monde du travail. Si c’est en partie vrai, il ne faudrait pas sacrifier dans les établissements l’égalité, la justice et les savoirs citoyens. « L’étude des documents les plus récents de l’OCDE et de l’Union européenne révèle que cette évolution engendre, non pas un développement quantitatif ou qualitatif de l’enseignement, mais sa polarisation et son repli sur des « compétences » de base. La victime principale de cette situation, c’est le jeune qui sort de cette école-là. On en aura fait un travailleur adaptable, non en développant sa compréhension du changement, mais en brisant sa capacité de résistance au changement ; non par une émancipation culturelle, mais par une privation de culture »

OCDE

Poursuite du commentaire du rapport de l’OCDE.

Pour FranceInfo, c’est 5 : Dépenses par élève, rythmes scolaires... Cinq choses à retenir du rapport annuel de l’OCDE sur l’éducation française. “L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié son vingtième rapport annuel "Regards sur l’éducation", mardi 12 septembre. Franceinfo revient sur cinq conclusions de ce rapport sur l’éducation française.”

Pour Challenges, c’est Education : les 4 leçons de l’OCDE à la France. “L’OCDE a publié mardi son rapport annuel "Regards sur l’éducation" qui compare les systèmes éducatifs de ses 35 pays membres. L’organisme en profite pour donner son avis sur les politiques lancées par les ministres en charge de l’éducation et de l’enseignement supérieur, Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal. La France en prend pour son grade.

L’OCDE a publié mardi son rapport annuel "Regards sur l’éducation" qui compare les systèmes éducatifs de ses 35 pays membres. L’organisme en profite pour donner son avis sur les politiques lancées par les ministres en charge de l’éducation et de l’enseignement supérieur, Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal. La France en prend pour son grade.

Regards sur l’éducation 2017 : l’enseignement supérieur français en 10 chiffres clés par Virginie Bertereau “Mardi 12 septembre 2017, l’OCDE a rendu public son rapport annuel "Regards sur l’éducation". Outre les données habituelles sur les dépenses pour l’éducation ou la mobilité des étudiants, l’édition 2017 s’est penchée sur les différentes possibilités d’entrer dans le supérieur, comme APB.”

Formation continue : quelle stratégie pour l’enseignement supérieur ? par Olivier Rollot.

Mirage ou réalité les milliards de la formation continue font rêver l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur. Alors que 11 universités et grandes écoles ont été sélectionnées par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation pour tester des solutions beaucoup d’autres acteurs avancent sur le sujet. Le tout dans un contexte instable : le gouvernement travaille sur une nouvelle réforme (la troisième en cinq ans) de la formation professionnelle qui pourrait bien remettre en cause un certain nombre de leurs décisions.”

Laïcité et religions

Les aumôneries scolaires, petites "enclaves" religieuses méconnues. “Croiser un prêtre en col romain dans un collège ou lycée public ? C’est possible puisque l’enseignement secondaire laïque accueille des aumôneries. De petites "enclaves" confessionnelles méconnues et un droit que l’islam, deuxième culte de France, n’a toujours pas fait valoir.

Nées en 1802 avec le concordat, les aumôneries de l’enseignement public, qui proposent catéchèse et autres activités religieuses, n’ont pas été remises en cause par la loi de 1905 séparant les Eglises et l’Etat.”

Les écoles catholiques renforcent le dialogue interreligieux. “Un document pédagogique pour sensibiliser les écoles catholiques aux évolutions culturelles et religieuses de la société française sort mercredi 13 septembre.

Accueillant de plus en plus d’élèves issus d’origines et de confessions différentes, l’enseignement catholique veut renforcer le dialogue des cultures et religions au sein des établissements.”

Et justement, Blanquer envisage de créer une "cellule laïcité" au sein du ministère de l’Éducation. “Face aux dérives religieuses à l’école, le ministre de l’Éducation nationale envisage de créer une "cellule laïcité", constituée de juristes et d’experts disciplinaires.”

Enseignement supérieur

Exclusif. APB, "angoissant" et "injuste" pour un tiers des étudiants par Laura Taillandier. “SONDAGE. À la veille de leur première rentrée dans l’enseignement supérieur, ce sont des étudiants stressés, peu préparés mais, malgré tout, très enthousiastes qui s’apprêtent à découvrir ce nouvel univers. S’ils ont un avis très critique sur APB, selon notre baromètre publié le 13 septembre, ils sont également divisés sur la question des prérequis à l’entrée de l’université.”

APB, licence, budget des facs : les annonces de la ministre. “INTERVIEW A quelques semaines de la rentrée universitaire, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal fait un point sur tous les sujets chaud de la rentrée et annonce la création d’un "contrat de réussite étudiant".”

Ressources

Sur Eduveille une série d’articles dont ce premier qui répond à la question Que sont les Lesson Studies ?. “L’étude collective d’une leçon consiste en la préparation d’une leçon par un groupe d’enseignants. Cette leçon, savamment préparée avec l’aide d’experts et en consultant la littérature académique, sera ensuite enseignée par un des professeurs pendant que les autres observeront attentivement l’apprentissage des élèves. L’étape suivante est le moment de discussion sur ce qui a été observé, ce qu’on a appris et comment s’améliorer par rapport à l’item enseigné. Enfin, l’étude fait l’objet d’une diffusion dans la communauté éducative au niveau local voire national.”

Sur le site de La Fabrique de l’industrie, Portraits de travailleurs. “En cette période de réforme du code du travail, La Fabrique se penche sur les travailleurs français. Qui sont-ils ? Dans quelles conditions travaillent-ils ? Et comment se sentent-ils ? Des portraits types de travailleurs sont construits à partir des réponses de l’enquête Conditions de travail de la Dares (2013)

Roland Goigoux : quels savoirs utiles aux formateurs ?Quel est l’état de l’art des connaissances disponibles dans la profession, celles que ne doit pas ignorer un formateur, au bénéfice des élèves qui ont le plus besoin de l’Ecole pour apprendre ? Quels sont les savoirs et savoir-faire qu’il faut transmettre aux jeunes enseignants ? Un important travail de recherche est nécessaire pour théoriser les « réussites en acte » de l’enseignement et les transmettre, au-delà des modes et des effets médiatiques.”

Ségrégation à l’école : Europe discrimine enfants différents !"La ségrégation (à l’école) reste une triste réalité en Europe", soutient Nils Muiznieks, le commissaire aux droits de l’Homme au sein du Conseil de l’Europe (dont la mission est de promouvoir la prise de conscience et le respect des droits de l’homme dans les 47 Etats membres), dans un rapport très critique publié le 12 septembre 2017 (en lien ci-dessous). "Elle sape clairement les futures perspectives d’emploi et de salaire de nombreux enfants et adolescents".”

Bernard Desclaux

Lire la suite

Anna Karina... (Et Serge Gainsbourg)

13 Septembre 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>