Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Articles récents

Timber Timbre...

23 Mai 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Jean Rouaud...

23 Mai 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Résultat de recherche d'images pour "jean rouaud comment gagner sa vie honnêtement folio"

Avec  le temps, d'un été à l'autre, j'aurais pu grâce à Georges me faire une  idée de ce qui se passait et disait sur l'autre rive, me familiariser  avec une pensée politique, avec son vocabulaire, mais après la mort de  notre père tout s'est écroulé. La joie ayant déserté la maison, les uns  et les autres n'osaient plus pousser la porte de peur de déranger notre  pleureuse. On y parlait à voix basse, comme dans une chambre mortuaire.  Fini les discussions. On se contentait de venir aux nouvelles et  d'apporter un peu de réconfort à la pauvre Annick, notre mère, laquelle  n'avait qu'un souhait, que ça se termine au plus vite, ce rituel de la  visite annuelle, pour pouvoir réintégrer son monde de tristesse. Et dans  cet isolement carcéral du deuil aucune information ne passait. Ce qui  obligeait à développer un imaginaire de résistance, éthéré, nourri par  la seule rêverie, qui était pour moi un rêve d'amour.    

Lequel ne m'a pas quitté, enfantin, précieux, inadapté, tenace, auquel  je n'ai pas renoncé en dépit de son peu de réalité, et qui m'a conduit  jusqu'à ce "Mmm, enfin" que m'adressa la fiancée par courrier  électronique, à qui j'avais confié, après des mois d'attente pour elle  qui, suite au malentendu de la Grand-Place, désespérait que je la  remarque, mon désir de la revoir. Mais si vous avez envie de me revoir,  j'aimerais que vous me le disiez plus. Et j'avais longtemps retourné ses  mots, est-ce que je lisais bien? Et comprenant enfin ma stupidité :  J'ai très envie de vous revoir, j'ai très envie de vous revoir, et pour  tout dire, j'ai très envie de vous revoir. Mmm enfin, avait-elle  simplement répondu, juste ce soupir lumineux, ce cri de soulagement  quand on a été au bord de tout lâcher, qu'on s'est cramponné contre les  apparences trompeuses, qu'on a tenu encore et encore jusqu'à penser n'en  plus pouvoir. Mmm enfin, vous êtes là. Mmm enfin, votre voix à mon  oreille. Mmm enfin, je ne me suis pas trompée, sur moi, sur vous. Mmm  enfin, peut-être ai-je une chance d'aborder ma vraie vie, de trouver une  place à mes aspirations cachées, à mes désirs de poésie, d'envol. Mmm  enfin, vous m'avez vue et vous voulez me revoir. Mais un étrange écho ce  mmm enfin. Pas seulement l'aveu solaire de la femme aimée. J'aurais pu  le formuler moi aussi s'il n'avait été aussi profondément enseveli sous  les décombres. Longue attente, remontant à bien plus loin, à se demander  comment elle avait survécu, comment je pouvais encore y croire,  interminable attente commencée dans les nocturnes de Saint-Louis, au  milieu des hululements plaintifs des cornes de brume et des gifles de  pluie sur les vitres. Mmm enfin. Mystère de mon amour. Mais depuis, je  sais : les rêves sont des programmes.

Lire la suite

Comment détricoter une réforme sans le dire...

23 Mai 2017 , Rédigé par VousNousIls Publié dans #Education

Résultat de recherche d'images pour "détricoter"

EXTRAITS

Jean-Michel Blanquer : « nous allons rétablir les classes bilangues »

(...)

Interrogé par Le Monde et BFMTV, le nouveau ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a indiqué quelles seraient ses toutes premières mesures.

Dans un entretien accordé au Monde samedi 20 mai, il explique vouloir « rétablir les classes bilangues, » les sections européennes et « valoriser le latin et le grec. » Il demande d’arrêter « de considérer que ces disciplines rigidifient les différences sociales ; ce sont des outils de promotion pour tous. »

Ce qui signifie tout bonnement détricoter la réforme du collège et les EPI

Le ministre de l’Education nationale affirme toutefois que « ceux qui souhaiteront rester dans le cadre actuel de la réforme du collège le pourront. »

(...)

Première mesure dès septembre

Sur BFMTV ce matin le ministre de l’Education nationale a également déclaré vouloir mettre en place dès la prochaine rentrée des classes 12 élèves par classe dans 2200 classes de CP de REP+. Il affirme par ailleurs vouloir conserver le dispositif Plus de maîtres que de classes.

Commentaire

Plutôt que ces mesures qui n'en sont pas vraiment puisqu' aussitôt annoncées, il est dit en même temps (très macronien ça) que chacun pourra faire ce que bon lui semble, ne serait-il pas préférable de prendre des décisions dans l'intérêt des élèves?

"Retour" du latin en option (les guillemets sont importantes) à condition que les parents s'engagent à poursuivre jusqu'en terminale.

"Option" pour élèves très motivés et pour des parents éloignés de toutes "stratégies scolaires".

MAIS EN MEME TEMPS

maintien des langues anciennes et enseignement de complément POUR TOUS.

Quant à diviser par deux les CP et CE1 (quid des CE2 pourtant intégrés au même cycle 2?) en REP sans toucher aux "Plus de maîtres que de classes", qu'il me soit permis d'être TRES circonspect.

Rien que dans le "bassin" local que je connais le mieux, des projections ont déjà été réalisées et le verdict est tombé:

infaisable.

Christophe Chartreux

PS: que signifiera sur le terrain: "valoriser le latin et le grec"?

Lire la suite

Top 10 des trucs que Najat Vallaud-Belkacem n’a pas faits, tu le sauras Vanessa...

23 Mai 2017 , Rédigé par Topito Publié dans #Education, #Politique, #ONPC

Résultat de recherche d'images pour "najat demonte les fake humour"

Comme à peu près un dimanche sur un, la toile s’est enflammée après un passage sulfureux de l’émission de la veille : On n’est pas couché. Un passage retenu et retweeté à l’infini qui nous a permis d’assister en long en large et en travers au vif échange entre Najat Vallaud-Belkacem et Vanessa Burggraff. Du coup, histoire d’être sûr pour la prochaine fois, voilà un petit récap’ des trucs de Najat Vallaud-Belkacem n’a pas fait.

1. Elle n'a pas réformé l'orthographe française

Voilà, c’est dit, on devrait plus se gourer là dessus. Même si le mal est fait, la viralité de cet accrochage aura au moins eu le mérite de clarifier cette fausse information. Najat Vallaud-Belkacem a réformé les rythmes scolaires du collège mais pas l’orthographe. Ce à quoi fait référence Vanessa Burggraf concerne une réforme datant en fait de 1990 initiée par l’Académie Française (seule institution en mesure d’engager ce genre de réforme). Cette réforme propose donc depuis tout ce temps une double orthographe pour un ensemble de mots (le fameux oignon/ognon) et la suppression de l’accent circonflexe. Elle n’a commencé à être appliquée dans les ouvrages scolaires qu’en 2016 mais ça n’a rien à voir avec NVB.

2. Elle n'a pas imposé des cours d'arabe à l'école

Tout ça partait d’une rumeur encore plus sournoise que celle qui porte à croire que NVB a réformé l’orthographe. Tout vient d’une photo partagée par une maman d’élève sur Facebook, il s’agit d’un papier délivré par l’école qui stipule que les parents doivent le « retourner obligatoirement » pour indiquer s’ils veulent que leur enfant prenne des cours d’arabe. Sauf que les lumières ne brillent pas toujours de leurs mille feux, et la madame a cru que le cours d’arabe était obligatoire. En fait, ces cours sont proposés dans le cadre des ELCO (enseignement de langue et culture d’origine) destinés aux élèves qui viennent de pays étrangers et méritent donc de maintenir leur niveau dans leur langue maternelle. Eh ouais parfois, souvent, toujours, c’est con les rumeurs.

3. Elle n'a pas supprimé l'enseignement du latin et du grec dans les écoles

Eh non. En fait ce qui a changé c’est qu’on n'a plus proposé ces langues en option facultative à partir de la 5ème, mais plutôt dans le cadre des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires. Alors certes le volume de cours dédiés au latin et au grec a diminué, en revanche il n’a pas du tout été supprimé.

4. Elle n'a pas inoculé la théorie du genre (avec des cours de masturbation en école élémentaire)

C’est précisément une intox relayée par l’extrême-droite et les partisans de la manif pour tous. Bref des gens très sympas. Tout ça vient aussi d’une mauvaise interprétation des ateliers que la ministre a voulu mettre en place afin de lutter contre les stéréotypes garçons/filles (appelés « ABCD de l’égalité »).

5. Elle ne s'appelle pas Claudine Dupont

Et on peut d’ailleurs la féliciter pour cet exploit parce que franchement Claudine Dupont ça claque pas des masses (mes excuses à toutes les Claudine Dupont). Là encore, tout vient d’un montage à la con qui s’est répandu comme une traînée de poudre et c’était bien sûr plus simple d’y croire que de se dire que c’était bidon.

6. Elle ne veut pas qu'on enseigne les principes coraniques à l'école

Tout vient d’une fausse citation partagée à foison par nos sympathiques militants d’extrême droite (qui sont visiblement très doués en photomontage il faut le dire).

7. Elle n'a pas de contact direct avec les Illuminati

Des alliances qui lui auraient permis d’accéder au poste de ministre de l’éducation afin de transformer les cerveaux des futurs citoyens en leur inculquant des théories reptiliennes et en les forçant à dessiner des triangles avec un œil dedans en guise de signature sur tous leurs devoirs. Bah ça elle l’a pas fait. Enfin… on pense qu’elle l’a pas fait, mais après tout, on n’en sait rien. Si personne n’en parle c’est qu’il y a peut-être une raison non ?

8. Elle n'est pas coupable de l'emmêlement des fils d'écouteurs dans ton sac

OK mais bon si elle n’est pas coupable, elle est certainement responsable quand même quelque part là dedans.

9. Elle n'a pas tué Dumbledore

Encore une vaste rumeur que les internautes font suivre et à laquelle même les journalistes se sont laissés prendre. Mais en fait non, NVB n’a pas tué Dumbledore dans la mesure où c’est un personnage de fiction et que du coup elle ne peut pas le tuer physiquement. En revanche, il est tout à fait possible de supposer qu’elle en ait eu envie.

10. Elle n'a pas dansé avec Cyril Hanouna

Ah bah merde. En fait, si. MALHEUR.

Nous tu vas nous manquer Najat ! Cœur, cœur.

Sources :

Libération

Le Monde

LCI

Lire la suite

Revue de Presse Education... Mesures annoncées - Polémiques et politique - Enseignement - Ailleurs (…)

23 Mai 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Résultat de recherche d'images pour "revue de presse education profencampagne"

La presse revient sur les annonces du nouveau ministre. Il est aussi question de polémiques à la télévision et de réflexions politiques. Il sera aussi question d’enseignement et de l’école ailleurs.

Les mesures annoncées

L’annonce de baisser à 12 élèves les classes de CP de REP+ continue à faire couler l’encre. C’était le sujet de Rue des Ecoles hier sur France Culture. "Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Education, pourra-t-il obtenir un consensus sur ce chantier prioritaire des REP et des REP+, parmi les engagements-phare d’Emmanuel Macron durant la campagne ?"

L’OZP est d’ailleurs sceptique :

"Abaisser le nombre d’élèves à 12 ne peut pas produire d’effets sans transformation des pratiques pédagogiques". Réuni à l’occasion de sa Journée nationale, l’Observatoire des zones prioritaires (OZP), une association d’acteurs de l’éducation prioritaire, accueille avec scepticisme les mesures annoncées par E Macron, c’est à dire la réduction à 12 élèves par classe des CP e CE des Rep+ (la catégorie la plus défavorisée de l’éducation prioritaire) et l’augmentation de 3000 € de la prime annuelle versée aux enseignants de ces Rep+. La centaine de formateurs, coordonnateurs, enseignants de l’éducation prioritaire réunis le 20 mai ont manifesté leur attachement au dispositif des maitres surnuméraires (maitres +)."

On parle aussi de la remise en cause des rythmes scolaires. "L’exécutif veut, dès l’été, permettre aux maires de choisir l’organisation de la semaine d’école.
Cette mesure soulève des questions financières et risque de mécontenter des familles qui avaient déjà dû s’adapter aux nouveaux rythmes scolaires."

Polémiques et politique

L’ancienne ministre de l’éducation était samedi soir dans l’émission de Laurent Ruquier. Elle a commenté la nomination de son successeur assez durement. "Un sarkozyste à l’Éducation : quelle plaisanterie !"

Elle a été aussi confrontée à une "séquence d’invectives avec Vanessa Burggraf [qui] met mal à l’aise. Car voilà, pour « se payer » l’invité, selon le cahier des charges bien établi de l’émission, la chroniqueuse utilise sans distance les fake news distillées par la fachosphère, mâtinées d’un argument de bon sens (« dans la classe de ma fille… ») qui entend désamorcer tout débat.

On peut contester la réforme du collège (une réforme que Vallaud-Belkacem a bien menée, celle-là) avec des arguments de fond (les syndicats de profs ne s’en sont d’ailleurs pas privés en leur temps), on peut discuter du bien-fondé de telle ou telle mesure mise en place ces trois dernières années par la rue de Grenelle. Mais qu’une journaliste utilise son magistère pour relayer des mensonges manifestes inventés pour nuire consterne. Qu’elle le fasse de bonne foi, comme cela semble être le cas, est encore plus atterrant."

Claude Lelièvre se demande si Blanquer est ’’Macron’’ ou ’’Fillon’’ compatible ?

"Si on en juge à partir de ce que le nouveau ministre de l’Education nationale vient de dire à propos de l’enseignement de l’histoire, le doute est pour le moins permis.

La focalisation sur « l’histoire de France », « sa chronologie » a été patente pour ces deux candidats en matière d’ « éducation nationale ». Les réponses du nouveau ministre de l’Education nationale ne paraissent pas vraiment affranchies de ces ombres portées de Nicolas Sarkozy et de François Fillon en l’occurrence, même si Jean-Michel Blanquer indique qu’il ne s’agit pas de remettre en chantier les programmes et qu’il n’y a pas besoin d’une nouvelle loi d’orientation scolaire."

Luc Cédelle, quant à lui remarque que les idées de l’Institut Montaigne sont désormais au pouvoir. "Dix ­sept ans d’existence, une forte présence médiatique, des propositions déclinables par des politiques de couleurs différentes et le soutien indéfectible d’un cénacle de grands patrons valent authink tank libéral la présence de ses idées au sommet de l’Etat"

La nouvelle ministre de la culture s’intéresse beaucoup à l’éducation. "Le rapport éducation- culture m’importe énormément. Et je sais que cela importe aussi à ce nouveau gouvernement. J’ai tout de suite demandé à rencontrer mon collègue de l’Éducation nationale, Jean-Michel Banquer, pour voir comment réfléchir ensemble. J’ai participé pendant des années au Haut conseil de l’éducation artistique et culturelle et cette éducation-là doit se faire partout, tout le temps, dès le plus jeune âge. C’est l’une des priorités. C’est fondamental."

Enseignement

TV5Monde revient sur la nouvelle position du ministère sur les GAFAM.

" Le mail du délégué du numérique éducatif, Mathieu Jeandron n’a pas fini de faire du bruit. Et pour cause : il incite clairement les cadres de l’éducation nationale à utiliser les services numériques des "GAFAM" (Google Apple Facebook Amazon Microsoft) dans les établissements scolaires. Cette surveillance et l’utilisation des données personnelles scolaires peut mener à des abus qui inquiètent les fonctionnaires de l’Education nationale."

Remarquons cependant de nombreux enseignants utilisent déjà les services des GAFAM mais de manière anonyme pour leurs élèves. Une autre voie est possible. Les ENT n’ont pas toujours des outils performants et intéressants.

Dans la Lettre de l’Education un entretien avec Marie-Ange Dat sur l’enseignement des langues vivantes en primaire.

"Tant que nous aurons environ une moitié des professeurs des écoles à ce niveau de quasi-débutant, on ne peut espérer un résultat de qualité. Il serait bon, aussi, qu’ils choisissent la langue qu’ils vont enseigner, ce qui n’est pas du tout le cas aujourd’hui en raison des injonctions locales. S’ils enseignent une langue qu’ils n’ont pas choisie et dans laquelle ils n’ont pas le niveau requis, je ne vois pas comment les élèves pourraient vraiment bénéficier de cet apprentissage. De cette façon, on dépense beaucoup d’énergie pour des résultats insatisfaisants."

Des élèves de Polytechnique envoient un satellite dans l’espace

"Le nano-satellite X-CubeSat, mis en orbite le 17 mai, analysera l’une des couches atmosphériques les moins étudiées. Un projet qui a mobilisé 57 élèves polytechniciens pendant six ans."

APB : la phase cruciale des réponses aux candidatures exprimées par les élèves de terminale

"Comment cela se présente-t-il ? Selon quel calendrier ? Quelles sont les diverses propositions d’admission que les candidats peuvent recevoir ? Quelle(s) réponse(s) ces derniers peuvent-ils exprimer et comment doivent-ils le faire ? Quelles sont les erreurs à éviter ?"

Ailleurs

Une prof d’anglais suspendue pour s’être moquée de la copie d’une élève sur Facebook. "Les enseignants y réfléchiront peut-être à deux fois avant de poster sur les réseaux sociaux les « perles » de copies de leurs étudiants. En Argentine, une professeur d’anglais de Buenos Aires a été suspendue après avoir publié sur son compte Facebook une photo d’une réponse d’une de ses élèves, relate le quotidien El Pais."

"Au Royaume-Uni, Theresa May a annoncé une nouvelle mesure qui n’enchante pas le monde de l’Education nationale. Elle voudrait supprimer les repas gratuits qui sont actuellement distribués dans les écoles primaires, car cela coûterait trop d’argent au gouvernement."

Eugénie, 12 ans, raconte sa vie de collégienne à Singapour. Un témoignage intéressant d’une élève au lycée français de Singapour.

Géraldine Duboz


Lire la suite

Ruquier/Burggraf... Les preuves de la mauvaise foi... (Vidéos)

22 Mai 2017 , Rédigé par Huffington Post Publié dans #Education, #Politique, #Médias

Lire la suite

Idir...

22 Mai 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Jean Amrouche...

22 Mai 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Résultat de recherche d'images pour "jean amrouche chants berbères de kabylie"

En donnant ces chants berbères au public, j'ai le sentiment de livrer un trésor privé, de me dessaisir d'un bien de famille. Mais, il n'est pas de meilleure manière de préserver de la destruction une richesse. Aussi loin que j'essaie de remonter le cours de ma vie, le moindre événement qui affleure à ma mémoire est accompagné du bercement des chants de mon pays.

                                        _____________________________________

Eboulez-vous montagnes
Qui des miens m’avez séparé,
Laissez à mes yeux la voie libre,
Vers le pays de mon père bien-aimé.
Je m’acharne en vain à l’ouvrage;
 Mon cœur là-bas est prisonnier. 
 Paix et salut, ô mon pays !
 Mes yeux ont parcouru des mondes.
 Ma vue est orage de printemps
 Dans le tumulte des neiges fondantes.
 Mère, ô mère bien-aimée, 
 Ah ! l’exil est un long calvaire        

                                        ______________________________________

J'ai versé tant de pleurs sans que vous pleuriez.
J'ai compris : je suis étranger

Lire la suite

De quoi Burggraf et Ruquier sont-ils le nom?...

22 Mai 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Politique, #Ruquier

Résultat de recherche d'images pour "langue arabe calligraphie"

Samedi 20 mai, dans l'émission "On n'est pas couché" diffusée sur France 2, Madame Burggraf, journaliste/chroniqueuse a cru intelligent d'accuser madame Najat Vallaud-Belkacem d' imposer une réforme de l'orthographe et d'avoir donné son "accord" à l'enseignement obligatoire de l'arabe dès le CP.

Monsieur Ruquier, animateur d'une émission qui est à la politique/spectacle ce que Cyril Hanouna est à l'actualité des médias, prend la défense de sa collaboratrice en affirmant à tort que celle-ci n'a pas relayé de fake news et qu'il a lu les accusation de Madame Burggraf "dans de nombreux journaux"!

Il ajoute sur les réseaux dits "sociaux", pas très en forme, que l'énervement de Madame Vallaud-Belkacem est sans doute la conséquence d'une "fatigue" (féminine?), de son remplacement au Ministère et de supposées difficultés sur le terrain des législatives. Vous aurez noté la succession d'amalgames très éloignés du sujet qui nous occupe et la "hauteur" argumentative de la défense soutenue par Monsieur Ruquier.

Ce dernier allant même jusqu'à accuser les journalistes de Libération de "complicité" avec l'ex Ministre qui aurait plus ou moins "monté" un coup médiatique. Du délire!

Je ne reviendrai pas ici sur les dizaines d'articles, tous très argumentés eux, ayant démontré la non implication de Najat Vallaud-Belkacem dans la "réforme de l'orthographe" et ayant démonté les mensonges concernant l"enseignement obligatoire de l'arabe dès le CP". Cette "affaire" est depuis longtemps classée. Seule la fachosphère les véhicule. Il est affligeant de constater qu'un homme qui se dit "de gauche" puisse lui-aussi se prêter à ce genre de diffusion.

Lors de l'émission il fut donc question de l'orthographe de la langue française et de l'apprentissage de la langue arabe.

Dans le premier cas, il s'agissait d'accuser Madame Vallaud-Belkacem d'agresser la langue de Molière.

Dans le second cas, il s'agissait de surligner la menace que représentait la langue arabe, coupable, allez savoir, de vouloir remplacer la notre.

Car - et j'invite chacun à visionner l'émission disponible sur ce blog - lorsque Madame Burggraf aborde ces sujets, c'est pour se poser en porte-parole de ces millions de "bons français" terrorisés par le seul fait d'entendre l'expression "langue arabe".

Car c'est bien de cela dont il s'agit.

Au-delà de la polémique dont chacun reconnait qu'elle n'a aucun intérêt puisqu'elle repose sur un tissu mélangé de mensonges et d'erreurs, il y a cette PEUR de l'étranger, cet air triste, terrorisé, dégoûté de Madame Burggraf lorsqu'elle prononce les mots: "langue arabe". Elle semble ne pouvoir le dire qu'à regret. "Langue arabe"...

Quelle horreur, chers téléspectateurs! Rendez-vous compte! Cette femme - NAJAT Vallaud-BELKACEM - aurait donc souhaité que fût enseignée la langue des envahisseurs! L'arabe! Oh mon dieu, préservez-nous!

La langue arabe, pourtant si belle, si riche, si complexe par ces entrelacs... Ouvrez un jour un livre ancien, consultez un manuscrit calligraphié... Vous comprendrez sans même comprendre... Passons...

Voilà Madame Burggraf, Monsieur Ruquier, ce dont vous êtes le nom. Le nom de la peur de l'autre, du rejet, de l'enfermement dans les préjugés, du mensonge fasciste relayé par ignorance plus que, j'espère, par réelle volonté de nuire. Vous, Monsieur Ruquier, qui lors d'une émission précédente défendiez Madame Vallaud-Belkacem sur le même sujet de la réforme de l'orthographe. Le "retournement de veste" semble être une pathologie dans l'air du temps.

Madame Vallaud-Belkacem fut une Ministre courageuse, passionnée, opiniâtre et elle a défendu les élèves et les enseignants de ce pays, qu'elle aime sans aucun doute autant que vous, si ce n'est bien plus! Elle n'a privilégié aucune orthographe, aucune langue. Son seul souci fut de faire progresser TOUS les élèves.

Et même si ce "TOUS" en gêne quelques-uns, elle a réussi!

Car elle a cerné les véritables enjeux de l'école, très éloignés des polémiques stériles qui ont empuanti l'atmosphère des débats pendant ce quinquennat, et dont font partie ces histoires stupides de réforme de l'orthographe et d'apprentissage de la langue arabe en CP!

Elle n'a rien privilégié, sinon l'amour de la transmission des savoirs et de valeurs situées à des années-lumière de celles que vous avez plus que maladroitement cautionnées un soir de mai...

S'il vous plait... Ne recommencez pas!

Christophe Chartreux

"J'ai versé tant de pleurs sans que vous pleuriez.
J'ai compris : je suis étranger

Jean Amrouche - Chants berbères de Kabylie

Lire la suite

Blanquer est-il «Macron» ou «Fillon» compatible?... Par Claude Lelièvre...

22 Mai 2017 , Rédigé par Mediapart - Claude Lelievre Publié dans #Education, #Politique

Résultat de recherche d'images pour "point d'interrogation"

Dans une interview parue dans « Le Monde » d'hier, Jean-Michel Blanquer a répondu que « l’amour du pays et l’enseignement de l’histoire ne se confondent pas, mais sont en interaction. Ce qui est important est la structuration de l’enseignement et pour cela une approche chronologique est nécessaire, au moins jusqu’à la fin du collège. Nous allons renforcer cette dimension chronologique. Les enfants ont besoin de points de repère historiques. Le fait de connaître les rois de France, ce n’est pas du passéisme ». Et il a ajouté qu'il n'était « pas du tout » question de « remettre en chantier les programmes d'histoire », mais qu'il fallait « plutôt s’intéresser à ce qui se passe en pratique dans cet enseignement, à travers les outils pédagogiques, la formation des professeurs et les débats scientifiques que nous allons avoir ».

Durant la campagne des présidentielles (et contrairement à d'autres candidats) Emmanuel Macron s'est prononcé publiquement pour que les programmes du CP à la troisième (qui viennent d'être redéfinis d'un seul tenant, une première dans toute l'histoire de l'éducation en France) ne soient pas remis en cause.

Dans une tribune parue le 6 avril 2016 dans « Le Figaro », Nicolas Sarkozy avait prétendu – lui - qu' « en Histoire, les grandes figures qui structurent la mémoire nationale ont été soigneusement gommées. Un universalisme éthéré est venu remplacer le récit national. Personne, bien sûr, ne conteste le principe d'un enseignement ouvert sur le monde et qui permet d'en comprendre la complexité ; mais comment comprendre l'Histoire des autres si l'on ne connaît pas sa propre Histoire, à commencer par sa chronologie ? La mémoire d'un peuple n'est pas un kaléidoscope où les époques s'entremêlent dans un mouvement perpétuel, elle est une trame serrée d'événements et d'évolutions tissée par les siècles ». Ainsi parlait Nicolas Sarkozy, grand historien devant l'Eternel,

Dans son discours de rentrée d'août 2016, le candidat François Fillon a voulu - lui aussi – ne pas être en reste et frapper les esprits : « revoir l'enseignement de l'Histoire à l'école primaire » afin que les maîtres ne soient « plus obligés d'apprendre aux enfants à comprendre que le passé est source d'interrogations » (sic). « Faire douter de notre Histoire : cette instruction est honteuse » a-t-il asséné. Il s'agissait de rien moins que de « retrouver la confiance dans notre patrie ». Et François Fillon a précisé qu'il demanderait « à trois académiciens de s'entourer des meilleurs avis pour réécrire les programmes d'histoire avec l'idée de la concevoir comme récit national. Car le récit national, c'est une Histoire faite d'hommes et de femmes, de symboles, de lieux, de monuments, d'événements qui trouvent un sens et une signification dans l'édification progressive de la civilisation singulière de la France ».

La focalisation sur « l'histoire de France », « sa chronologie » a été patente pour ces deux candidats en matière d' « éducation nationale ». Les réponses du nouveau ministre de l'Education nationale ne paraissent pas vraiment affranchies de ces ombres portées de Nicolas Sarkozy et de François Fillon en l'occurrence, même si Jean-Michel Blanquer indique qu'il ne s'agit pas de remettre en chantier les programmes et qu'il n'y a pas besoin d'une nouvelle loi d'orientation scolaire.

A cet égard, pour être clairement en phase avec ce qui a été l'un des axes fondamentaux de la campagne d'Emmanuel Macron (à savoir la dimension européenne), le nouveau ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer devrait se situer clairement dans cette mouvance, qui a été justement tout à fait présente dans la dernière loi d'orientation -celle de juillet 2013 - et dans les propos de son auteur, Vincent Peillon. Or on en est loin pour le moment, et l'on peut mesurer la différence.

Dans un article de la loi de refondation de juillet 2013 intitulé : « Promouvoir une plus grande ouverture sur l’Europe et le monde », il est écrit que « l'’école doit favoriser l’intégration des futurs citoyens français dans l’espace politique de l’Union européenne et rendre possible la mobilité professionnelle dans l’espace économique européen. C’est pourquoi la France promouvra les initiatives visant à développer un esprit européen et un sentiment d’appartenance partagé à la communauté politique que constitue l’Union européenne ».

A une question du parlementaire Christophe Sirugue, Vincent Peillon a répondu le 4 mars 2014 que « cette dimension européenne de l'enseignement dans la loi du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République » est inscrite dans «  l'apprentissage des valeurs et symboles de la République et de l'Union européenne, notamment de l'hymne national et de son histoire, et l'apposition du drapeau européen sur toutes les façades des établissements scolaires  […]. En lien avec l'histoire et la géographie, doivent être étudiés l'hymne européen, la diversité des cultures et le sens du projet politique de la construction européenne [...]. Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture, inscrit dans la loi du 8 juillet 2013, et cadre de référence de la scolarité obligatoire, doit donner des repères communs pour préparer chaque élève à la construction de sa propre culture, et participer à la construction du sentiment d'appartenance à la communauté des citoyens de l'Europe auxquels ils appartiennent ».

Est-ce cela l'avenir ? Ou un passé déjà dépassé ? ''Macron'' ou ''Fillon''? Pour le moment « seule une obscure clarté tombe des étoiles » !

Claude Lelièvre

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>