Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Viser l’excellence, mais laquelle ?

6 Juin 2021 , Rédigé par christophe Publié dans #Education

Talent is overrated : Le secret de l'excellence est la pratique délibérée -  Mikael Ecanvil

EXTRAIT

On parle souvent d'excellence, constate Charles Pépin. Mais on ne la conçoit que d'une façon restrictive, ce qui lui fait perdre son intérêt, pour nous et pour la société.

J’ai toujours été agacé par la recherche de l’« excellence ». Il me semble qu’elle cache le plus souvent quelque chose : un excès normatif, une menace sur les singularités, une obsession pour l’excellence technique qui ne s’accompagne pas nécessairement d’un souci de l’« excellence » humaine. Ou simplement une logique de pouvoir. D’ailleurs, qui décide de l’excellence ? Ceux qui ont le pouvoir d’éliminer les « non-excellents », d’imposer une norme. Il faudrait recenser tous ces grands chefs odieux, amoureux des excellents produits, mais incapables de respecter ceux avec qui ils travaillent. Ces marques de cosmétiques vendant les « meilleurs » produits, mais imposant à leurs salariés une soumission aux process et un quotidien oppressant. Ces établissements « d’exception » où la singularité devient l’ennemie à abattre. Ces laboratoires de recherche où ceux qui ont le pouvoir de faire ou défaire les carrières ont aussi celui de décréter l’excellence.

(...)

Charles Pépin

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Et à part ça, les déclinistes, c'était mieux avant? (Vidéo)

6 Juin 2021 , Rédigé par France Culture Publié dans #Education

Lire la suite

Régionales 2021 - L'Alternative pour enrayer une politique "climaticide", pour réussir la transition écologique

5 Juin 2021 , Rédigé par NVB Publié dans #Régionales 2021, #Auvergne-Rhône-Alpes

Chères amies, chers amis,

Aujourd'hui, c'était la Journée mondiale de l’Environnement. L'occasion de vous détailler l’ensemble de nos mesures en faveur de la transition écologique pour rendre notre région plus durable, et plus respirable.

�� �� ��  Inondations, réchauffement, gel, pénurie d’eau, disparition de la neige...
Notre Région subit de plein fouet les effets du dérèglement climatique qui mettent en péril les activités de nos agriculteurs, industriels, professionnels du tourisme mais aussi le quotidien de chacun d’entre nous. 


Face à ces aléas climatiques et à leurs conséquences, l’actuel président de la région n’a rien fait pour inverser la tendance, pire il a mené à bien des égards une politique climaticide en baissant les actions en faveur de la biodiversité, de l’agriculture biologique, en supprimant deux Parcs Naturels Régionaux ou encore en misant sur les infrastructures routières. 

 
L’urgence est là. Il nous faut agir. Et vite !
Il en va de la préservation de notre territoire et de l’avenir de nos enfants. 

En Isère, j'ai dévoilé notre plan pour permettre à nos territoires de montagne à faire face aux défis climatiques et économiques dans les 10 ans à venir : en savoir plus
  • Ce jeudi 3 juin, j'étais dans l’Ain avec la coopérative CoopéPoisson qui défend la pisciculture afin de maintenir la biodiversité des étangs et la qualité de l’eau. Soutenir l’évolution de l’agriculture dans ces secteurs porteur fait partie de notre programme pour ce département : en savoir plus
  • Ce vendredi, j'étais en Haute-Savoie pour visiter la voie verte d’Ambilly. L'occasion de confirmer un plan Vélo du quotidien partout sur le territoire où nous investirons 500 millions d’euros sur la durée du mandat. 
 

Pour réussir la transition écologique de notre région, l’Alternative s’engage à :

�� Instaurer l'état d’urgence afin que toutes les aides ou subventions accordées par la Région soient conditionnées à des critères écologiques stricts. 

�� Construire un fonds de réserve dédié aux aléas climatiques pour soutenir nos agriculteurs.

�� Lancer la transition écologique de notre économie en accompagnant l’innovation et les filières d’avenir en créant sur notre territoire la Silicon Valley européenne des énergies renouvelables, de l’agroécologie et des solutions alternatives. 

�� Développer un plan de 2 milliards d’euros pour accompagner la transition économique de la montagne et développer le tourisme de 4 saisons, vert et durable.

�� Lancer un plan global de transformation de l’agriculture pour tendre à des pratiques plus vertueuses et plus rémunératrices pour les agriculteurs.

�� Développer les transports décarbonnés en investissant massivement dans le train avec la création d’un RER lyonnais, des accès français du Lyon-Turin, la réouverture des petites lignes TER fermées, la mise en place de la tarification sociale pour les cars, les TER, des billets de TER à 1€ pour les 18-25 ans du vendredi soir au lundi matin ainsi que la gratuité pour les jeunes précaires. Nous créerons également un réseau régional de 1 000 voitures électriques à la demande et lancerons un grand plan vélo régional.

�� Concilier justice sociale et justice environnementale pour veiller à ce que l’ensemble de nos choix écologiques soient soutenables pour les plus modestes. Nous contribuerons par exemple à la réhabilitation thermique de 100.000 logements privés tous les ans. Nous permettrons à tous les habitants d’avoir accès à des produits locaux et de qualité dans la grande distribution, les associations, les petits commerces, les cantines, les résidences étudiantes, les EHPAD...

�� Défendre le droit à la nature pour tous en protégeant l’ensemble de notre patrimoine naturel, nos biens communs et notre biodiversité, en relançant par exemple les projets des Parcs Naturels Régionaux de la Dombes et du Haut-Allier et en créant un nouveau Parc Naturel à Belledonne. 

�� Créer le Parlement des possibles : une instance de démocratie participative qui réunira experts, associations, ONG et citoyens pour veiller à ce que toutes les politiques publiques émises par la Région tiennent compte de la nécessaire transition environnementale et de la protection de la biodiversité.

Pour plus de détails, retrouvez l’intégralité de notre programme �� ici 

Ainsi qu'une page focus sur l'Alternative écologique :

 

��  SAVE THE DATE  ��

Le premier meeting aura lieu le 10 juin 
à Clermont-Ferrand! Plus d’infos par ici.   

Second meeting date et lieu à déterminer 


Vous ne pouvez pas vous déplacer pour aller voter, ou vous n’êtes pas là les 20 et 27 juins, pensez à la procuration !

Vous souhaitez vous engager à nos côtés dans cette campagne, nous faire part d’une idée, d’une remarque, faire un don ou tout simplement recevoir des informations.

 
Contactez-nous : www.aura-alternative.fr
 
Najat Vallaud-Belkacem
Candidate à la Présidence de la Région Auvergne-Rhône-Alpes
J'envoie un email à mes proches
Instagram
Facebook
Twitter
Website
Lire la suite

Ray Lema...

5 Juin 2021 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Sébastien Brebel...

5 Juin 2021 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

À peine la voiture avait-elle commencé à reprendre de la vitesse, que son conducteur se mit à me parler. Les tempes grisonnantes et les joues grêlées par des cicatrices de variole, il devait avoir dans les cinquante ans et semblait en proie à un intense besoin de communiquer, le besoin, ai-je tout de suite pensé, de verser sans le moindre ménagement tout le contenu de son cerveau dans les oreilles du premier venu – moi en l’occurrence.

J’ai bien failli ne pas vous voir, dit l’homme, après avoir brièvement tourné son visage de mon côté. Un fantôme surgi au milieu de nulle part, poursuivit-il, d’une voix emphatique, emprunte d’une dérision un peu lasse ; et comme pour suggérer la dose de confusion et d’effarement qu’avait suscitée mon apparition soudaine dans son champ de vision, il eut un geste évasif de la main au-dessus du volant. La nuit presque tombée, sur le bord de la route, j’avais dû lui faire l’effet d’être un type fraîchement débarqué de l’asile, quelque candidat au suicide prêt à se laisser souffler par n’importe quel camion. Après une brève pause, il ajouta, comme pour lui-même : j’imagine que vous ne vous attendiez pas à ce que quelqu’un s’arrête pour vous prendre en stop.

 

Sébastien Brebel - Erre, erre

Lire la suite

En Auvergne-Rhône-Alpes, la culture a un nom: l'Alternative! Avec Najat Vallaud-Belkacem...

5 Juin 2021 , Rédigé par christophe Publié dans #Culture

Lire la suite

Najat Vallaud-Belkacem - Lettre de campagne - Régionales 2021 Auvergne-Rhône-Alpes

5 Juin 2021 , Rédigé par NVB Publié dans #Politique

Chères amies, chers amis,

Depuis presque 4 mois, je sillonne les routes et les lignes de chemin de fer à travers les départements de la Région, à la rencontre de tous les acteurs qui font notre territoire au quotidien, et qui invente son avenir, dans tous les domaines. 

C’est ainsi, qu’avec l’ensemble de nos candidates et candidats, nous avons construit notre projet, et qu’aujourd’hui nous pouvons convaincre une majorité d’électeurs de nous faire confiance, les 20 et 27 juin prochains.

Je vous invite à retrouver l’ensemble de ces échanges, évènements et moments de campagne sur les réseaux sociaux, mais aussi sur notre site internet, tout y est :

www.aura-alternative.fr


Je vous incite surtout à diffuser largement ce carnet de campagne autour de vous : c’est ainsi que déciderons, sujet par sujet, les habitants de notre Région à se mobiliser et à voter pour une véritable alternative sociale, économique, écologique, démocratique et citoyenne.
 
Notre projet, lui, est ici, expliqué, éclairé, illustré en vidéo. 
Diffusez-le très largement par mail à vos réseaux ! 
 
A partir de maintenant, je partagerai donc avec vous un e-mail tous les jours jusqu’au 19 juin au soir, avec un focus sur l’une des priorités de notre projet, un évènement de campagne, et un retour sur quelques moment médiatiques importants.

Aujourd’hui, une priorité: inviter largement vos proches à nos deux meetings régionaux, les 10 et 14 juin prochains. Toutes les informations pratiques : par ici 
 
     



Je vous invite également à regarder et à partager ces deux entretiens télévisés réalisés ces derniers jours :

> Hier soir, j'étais l'invitée de BFM TV Lyon, dans l'émission " Lyon Politique "

 

 
Cliquez sur l' image pour revoir l' interview
 

> Mercredi, j'étais également l'invitée de Lyon Mag Tv pour " Les coulisses du Grand Lyon "

 
 
 
Retrouvez toute la couverture médiatique de la campagne sur l'espace presse du site : par ici !
 
Une journée de campagne dans l'Ain accompagnée de Florence Blatrix et Jean-François Debat
J'envoie un email à mes proches
Lire la suite

Bac 2021 : «On pense grand oral, on dort grand oral, on mange grand oral»

5 Juin 2021 , Rédigé par Liberation Publié dans #Education, #Baccalaureat

Grand oral du bac : le déroulement enfin dévoilé - Le Point

Deux semaines avant le début des épreuves du baccalauréat, une classe de terminale du lycée Edouard-Branly, à Créteil, s’entraîne une ultime fois pour son grand oral. Emma Bertoin, de l’association Trouve ta voix, prodigue les derniers conseils.

«Tu connais ton sujet parfaitement, alors maintenant, amuse-toi.» Depuis 8 heures ce vendredi, Emma Bertoin enchaîne les conseils avec pédagogie et bienveillance. Dans la petite salle du lycée Edouard-Branly à Créteil (Val-de-Marne), cette membre de l’association Trouve ta voixqui forme les lycéens en région parisienne à la prise de parole en public, rend visite à des élèves de terminale aux spécialités scientifiques. Objectif : les préparer au grand oral du baccalauréat.

Instaurée par la réforme du ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, cette épreuve est l’une des principales nouveautés de la session du bac général et technologique 2021. «Cette épreuve vise à évaluer les élèves sur leur capacité à prendre la parole de manière structurée et argumentée mais aussi à développer une réflexion», a souligné le ministère dans un communiqué publié mercredi. Pendant cinq minutes, chaque candidat devra répondre à une des deux questions préparées pendant son année de terminale. S’ensuivra un échange de quinze minutes avec un jury composé de deux professeurs.

«Evacuer mon stress avec les mains»

Après avoir accompagné la classe toute l’année, Emma Bertoin, étudiante de 23 ans, propose ce matin une dixième (et ultime) séance de préparation, lors d’un cours de mathématiques. «Les élèves doivent travailler une des deux questions sur laquelle ils seront interrogés le Jour J», explique la jeune femme. Sous la lumière blafarde de la petite salle de classe, Alexis est le premier à se lancer. Debout et dos au tableau blanc, le garçon redresse ses lunettes nerveusement : «Je vous préviens, je ne suis pas hyper prêt.»

Si les présentations peuvent encore s’améliorer, Emma Bertoin félicite néanmoins ses élèves : «Tous ont beaucoup progressé dans leur expression orale, leur expression corporelle mais aussi dans la tenue de leur discours», explique-t-elle. Un constat partagé par Maimouna, une élève pour qui s’exprimer à l’oral était au départ une grosse source d’inquiétude. «Maintenant ça va mieux, Emma m’a montré comment évacuer mon stress avec les mains. J’ai l’impression d’avoir plus d’expérience», confie la jeune fille.

Une expérience «vitale» pour nombre d’élèves de la classe, privés l’an dernier de l’oral de français, annulé pour cause de Covid. Alors que l’échéance se rapproche, les sources d’inquiétude grandissent chez les futurs candidats. «Ma plus grande peur, c’est d’oublier un élément de démonstration pendant l’exposé», explique Nikita qui se désole de n’avoir droit à «aucun support», comme un Powerpoint. Pour ne rien oublier Maimouna a préféré apprendre tout par cœur. «Si je ne fais pas cela, j’ai peur de me laisser déstabiliser par le stress», explique la jeune fille.

Une technique contre laquelle Emma Bertoin met néanmoins en garde : «Ne donnez surtout pas l’impression que vous récitez», martèle celle qui mise aussi beaucoup sur la capacité de vulgarisation. «Parlez-moi comme à une enfant de cinq ans», leur répète-t-elle à chaque fin d’exposé. Si le conseil fait sourire, il n’est pas évident à appliquer pour ces élèves peu rodés à l’exercice. «Expliquer les maths à l’oral, c’est super dur», se défend Nikita.

«Des zones d’ombre»

Dans la salle à côté, Madame Zaabani, professeure de mathématiques, aide les retardataires à finaliser leurs questions. «Ça fait deux semaines qu’on pense grand oral, qu’on dort grand oral, qu’on mange grand oral», plaisante l’enseignante, qui consacre les dernières heures de ses cours à la préparation de l’épreuve. Alors que les consignes sur le déroulé de l’examen continuent d’être communiquées au compte-gouttes par le gouvernement, les élèves n’ont réellement commencé la préparation de leur question qu’il y a deux semaines.

«On passe notre temps à aller à la pêche aux infos», soupire l’enseignante qui regrette de faire face, encore aujourd’hui à d’importantes «zones d’ombre» sur le déroulé et la notation des épreuves. N’ayant toujours reçu aucune directive ministérielle sur un barème exact et uniformisé de notation, l’enseignante se dit «inquiète» : «En tant qu’examinatrice, je ne voudrais pas être injuste en allant à l’encontre des conseils prodigués par un autre enseignant qui aurait privilégié le fond à la forme ou inversement.» Pour Emma Bertoin, il est malheureusement trop tard pour s’en préoccuper à présent : «Les conseils ont déjà été donnés, il ne leur reste qu’à faire de leur mieux.»

Julie Richard

Lire la suite

Du lycée aux grandes écoles, la fabrique des élites

4 Juin 2021 , Rédigé par France Culture Publié dans #Education

Que se passe-t-il derrière la porte d’un grand lycée parisien? Elles nous font entrer à Henri-IV : Sarah Pochon, socio-ethnologue et auteure de "Derrière la grande porte" (Editions du Détour, 2021), et Laure-Elisabeth Bourdaud, co-scénariste du téléfilm d'Arte "Les Héritières", sont nos invitées.

Sarah Pochon est socio-ethnologue au sein de l’atelier Sherpas (URePSSS) à l’université d’Artois à Arras. Spécialiste de l’enseignement de l’EPS, elle a consacré une thèse au sujet en 2019 :  «L’EPS dans les “beaux quartiers”. Socio-ethno-didactique de l’EPS en contexte scolaire d’excellence : Le cas du lycée Henri-IV de Paris». 

"La réputation précède la réalité : c’est l’image d’une carte postale, cet établissement qui a un petit côté anachronique voire exotique, puisque c’est l'institution qui scolarise une élite scolaire" (Sarah Pochon)

Derrière la grande porte (Editions du Détour, mars 2021), son premier livre, est une vulgarisation de sa thèse. Une enquête d’un an au cours de laquelle elle s’est intéressée à l’enseignement au sein du lycée public Henri IV à Paris, établissement de prestige et objet de nombreux fantasmes. Explorant les lieux et récoltant les témoignages, elle s'intéresse à la réalité au-delà des clichés. Le résultat est une enquête à contre-courant des études habituelles, lesquelles se concentrent davantage sur les établissements dits "difficiles" au prétexte qu'il ne se passe "rien" dans les écoles au contexte plus favorisé. Elle se concentre notamment sur les traces de la distinction sur le corps de ces élèves.

"On pourrait se dire que la place du corps dans cet endroit n'est pas forcément centrale pour des élèves qui doivent se préparer aux futurs concours, qui doivent obtenir les meilleures notes. Or on a cette omnivorité, cette pédagogisation des loisirs chez cette jeunesse favorisée" (Sarah Pochon)

Laure-Elisabeth Bourdaud, notre deuxième invitée, a co-écrit avec Johanna Goldschmidt le scénario de la fiction Les Héritières, un téléfilm à voir sur arte.tv du 28 mai au 1er septembre et sur Arte vendredi 4 juin à 20h55. Réalisé par Nolwenn Lemesle, il montre l'année décisive de Sanou (Tracy Gotoas), adolescente originaire de La Plaine Saint-Denis, dans le 93, qui intègre le lycée Henri-IV. En échange d’une bourse, elle devient la tutrice de Khady (Fanta Kebe), une élève de son ancien collège au fort potentiel mais traînant avec de mauvaises fréquentations et se désintéressant des études, nourrie par sa passion pour le hip hop.

"Dans son discours, la proviseure discipline davantage le rapport à l’effort et le rapport au travail plutôt que les comportements. C'est typique des élites" (Sarah Pochon)

Le film montre les nombreuses difficultés de Sanou à intégrer les codes d'un milieu dans lequel elle débarque et qui demande deux fois plus de travail à ceux qui n'en sont pas. Il déroule également la difficulté à rester fidèle à ses origines et à concilier deux mondes socialement distincts.

"Sanou est en train de faire à la fois son travail d'élève et d'apprendre les codes. Elle n'apprend pas que ses leçons, elle apprend aussi le milieu dans lequel elle doit se mouvoir" (Laure-Elisabeth Bourdaud)

Olivia Gesbert

Pour aller plus loin : 

Lire la suite

De quoi le refus de débattre de Laurent Wauquiez est-il le nom ?

4 Juin 2021 , Rédigé par christophe

Le projet de Najat Vallaud-Belkacem pour la région Auvergne-Rhône-Alpes

En cliquant ci-dessous

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 > >>