Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Hanouna, la macronie par excellence ?

21 Mai 2021 , Rédigé par France Inter Publié dans #Politique, #Médias, #Propagande macroniste, #Démagogie, #Populisme

Elisabeth Borne, ministre du Travail, sera demain aux côtés de Cyril Hanouna pour une émission spéciale intitulée "1 jeune, 1 solution".

"1 jeune, 1 solution", c’est le nom du plan lancé il y a un an par le gouvernement. Cyril Hanouna monte un programme pour donner corps à un plan du gouvernement. A moins que ce ne soit l’inverse. Tant l’animateur apparaît comme la courroie de transmission idéale du macronisme auprès du public populaire. Hanouna, incarnation et bras médiatique de la macronie.

Dès la campagne, Hanouna chope Macron à la sortie d’un débat. Le futur président souhaite une bonne millième aux téléspectateurs de "Touche pas à mon poste". L’animateur lui souhaite lui, "une belle échéance" le 7 mai. Ensuite, Hanouna aura Emmanuel au téléphone, en direct sur C8. Il transmettra au nouveau président ses vœux d’anniversaire. Récemment, l’émission a appelé Brigitte Macron pour son anniversaire aussi. Je n’ai pas trouvé d’autres exemples, à part la matinale de "Fox news" appelant Donald Trump pour son anniversaire.  

D’autant qu’on franchit un cran. Après 24 heures de pression sur les réseaux sociaux, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, cède : le voici par téléphone dans TPMP. Elisabeth Borne, demain. Quant à Marlène Schiappa, elle y a son rond de serviette. Et le plus choquant (je ne partage pas l’analyse de Sophia Aram) n’est pas que la numéro deux du ministère de l’Intérieur y trône entre deux pouet-pouet ou deux dérives trash, c’est que l’exécutif y soit systématiquement opposé à l’extrême-droite.    

Il y aurait une thèse à faire sur la manière dont Cyril Hanouna façonne les tenants de l’extrême-droite en parfaits personnages de télé. Prenez Jean Messiha, énarque, corédacteur du programme de Marine Le Pen en 2017, souffre-douleur au potentiel comique énorme, se réfugiant sans cesse derrière ses origines arabes pour professer le pire. Redoutable.   

Cyril Hanouna, un gars issu des quartiers devenu riche, ultra-libéral, autoritaire, sans tabou, qui adule les self-made men. Le bréviaire macronien fait homme. Hanouna qui organise le face-à-face avec le Rassemblement National mieux que personne. Ce que veut le président.

Sonia Devillers

Lire la suite

Jacques Dutronc...

20 Mai 2021 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Anton Tchekhov...

20 Mai 2021 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Toute la Russie est notre Cerisaie. La terre est vaste et belle, il y a beaucoup d'endroits splendides. Imaginez, Ania : votre grand-père, votre arrière-grand-père, tous vos ancêtres possédaient des esclaves, ils possédaient des âmes vivantes, et ne sentez-vous pas dans chaque fruit de votre cerisaie, dans chaque feuille, dans chaque tronc, des créatures humaines qui vous regardent, n'entendez-vous donc pas leurs voix ?... Posséder des âmes vivantes - mais cela vous a dégénérés, vous tous, vivants ou morts, si bien que votre mère, vous, votre oncle, vous ne voyez même plus que vous vivez sur des dettes, sur le compte des autres, le compte de ces gens que vous laissez à peine entrer dans votre vestibule... Nous sommes en retard d'au moins deux siècles, nous n'avons rien de rien, pas de rapport défini avec notre passé, nous ne faisons que philosopher, nous plaindre de l'ennui ou boire de la vodka. C'est tellement clair, pour commencer à vivre dans le présent, il faut d'abord racheter notre passé, en finir avec lui, et l'on ne peut le racheter qu'au prix de la souffrance, au prix d'un labeur inouï et sans relâche. Comprenez cela, Ania.

Anton Tchekhov - La cerisaie

Lire la suite

Nouveaux programmes de maternelles. Vallaud-Belkacem: 1 / Blanquer: 0... Ou presque.

20 Mai 2021 , Rédigé par Ouest France Publié dans #Education

Nouveaux programmes de maternelles. Vallaud-Belkacem: 1 / Blanquer: 0... Ou presque.

École maternelle : que contient le nouveau programme qui rentrera en vigueur à la rentrée ?

Il n’y aura pas d’évaluations en fin de grande section, comme initialement annoncé. Mais une longue liste d’attendus en français et en approche des maths. Entrée en vigueur en septembre.

C’est désormais officiel : le nouveau programme de maternelle entrera bien en vigueur à la rentrée 2021. Et, surprise, il n’est pas aussi radical qu’annoncé. Le premier projet, dévoilé en décembre par le Conseil supérieur des programmes, avait fait l’effet d’une bombe.

Oubliés les principes qui avaient guidé Najat Vallaud-Belkacem dans l’élaboration du programme actuel, en 2015 : la bienveillance, l’accent mis sur le développement comportemental et psycho-cognitif des 3-6 ans.

La maternelle se voyait assigner comme mission de bâtir les fondements, éducatifs et pédagogiques, qui permettront aux enfants de bénéficier des meilleures conditions pour aborder, dès le cours préparatoire, l’apprentissage des savoirs fondamentaux : lire, écrire, compter et respecter autrui​. Avec évaluations à la clé en français et maths.

Face à la fronde des enseignants, la direction générale de l’enseignement scolaire a repris le dossier en main. Résultat : un toilettage du programme de 2015 qui maintient l’essentiel : la reconnaissance des modalités spécifiques d’apprentissage ​de la maternelle. Le jeu, bien sûr, qui favorise la richesse des expériences ​et permet aux enfants d’exercer leur autonomie​, de construire des fictions et de développer leur imaginaire​. Mais aussi la stimulation de la curiosité, la multiplication des expériences sensorielles. Et une évaluation positive.

Compter jusqu’à 30

Une école maternelle bienveillante ​certes, mais ambitieuse​, précise d’emblée le nouveau programme, qui fixe une longue liste d’attendus​. En fin de grande section, l’élève devra pouvoir s’exprimer dans un langage oral syntaxiquement correct et précis, reformuler pour se faire mieux comprendre, utiliser le lexique appris en classe de façon appropriée, reformuler le propos d’autrui​. Une phrase résume l’ambition du ministère : En fin d’école maternelle, l’enseignant peut donc avoir avec les enfants des conversations proches de celles qu’il a avec les adultes.

Enfin, chaque élève devra savoir compter jusqu’à trente en fin de grande section et utiliser le nombre pour résoudre des problèmes​, trouver une quantité donnée d’objets ou le nombre nécessaire d’objets pour compléter une collection​, par exemple. Ambitieux ?

Arnaud Bélier

https://www.ouest-france.fr/education/ecole-maternelle-que-contient-le-nouveau-programme-qui-rentrera-en-vigueur-a-la-rentree-08c25262-b727-11eb-b73a-358c628dc742

Lire la suite

La réforme du lycée menée par JM Blanquer prolonge les inégalités sociales jusqu'en terminale

20 Mai 2021 , Rédigé par Le Cafe Pedagogique Publié dans #Education

Les inégalités explosent dans le monde - Studyrama Grandes Ecoles

 

EXTRAITS

 

Censée supprimer les filières pour échapper aux déterminismes sociaux et aux inégalités de genre, la réforme du lycée menée par JM Blanquer les prolonge jusqu'en terminale comme le montre une nouvelle étude Depp. En terminale le choix des doublettes est dicté par l'origine sociale et par le genre. Les maths sont la discipline du tri social dans cette réforme.

 

Inégalités sociales

 

Dans une nouvelle Note, la Depp, division des études du ministère, étudie le choix des "doublettes" de spécialités faisant suite au choix des triplettes en première. Bien loin d'avoir ouvert aux élèves le champ des possibles en fonction de leurs goûts, la réforme a reconstitué des filières d'excellence marquées par l'origine sociale et le genre.

 

(...)

 

Les élèves d'origine sociale défavorisée se retrouvent davantage dans les combinaisons "plus rares et plus littéraires", note la Depp. Le lycée Blanquer s'affiche non comme le lycée du choix mais comme celui du tri social.

 

F Jarraud

 

Billet complet + docs à lire et consulter en cliquant ci-dessous

 

Lire la suite

Blanquer, c'est comme l'éternité : c'est long sur la fin - Par Claude Lelièvre

20 Mai 2021 , Rédigé par Mediapart - Claude Lelièvre Publié dans #Education

Un trajet domicile-travail trop long accroît le risque de démission - Focus  RH

Quatre ans ont passé depuis sa nomination le 17 mai 2017. A-t-il encore beaucoup à montrer pour son image dans l'Histoire ? On peut en douter. Deux ministres seulement ont duré plus que lui depuis l'instauration d'un ministère de l'Instruction publique il y a presque deux siècles : Christian Fouchet et François Bayrou.

François Bayrou a été ministre de l'Education nationale du 30 mars 1993 au 2 juin 1997 (soit quatre ans et deux mois)

Trois ans avant sa nomination, il avait publié un ouvrage ( « La décennie des mal-appris ») où son ambition déclarée était d'opérer une « révolution magistrale », c'est à dire une transformation de l'Ecole par le maître et non par l'administration et l'organisation.

Dans une interview au journal « La Croix » du 29 novembre 1993, François Bayrou déclare que « la qualité d'une société ne se reconnaît pas seulement à sa capacité à satisfaire les besoins matériels de l'être humain, mais aussi à épanouir ce qu'il y a de spirituel en lui ».
Dès son arrivée au ministère, il annonce son intention de faire voter une loi abrogeant la célèbre loi Falloux de 1850 qui interdit de financer plus de 10 % des dépenses d'investissement des établissements scolaires privés.

Le ''camp laïque'' se mobilise. Une manifestation est organisée qui réunit, dit-on, 600000 personnes. Suite à une décision du Conseil constitutionnel, le gouvernement abandonne le projet.

Pour ''rebondir'', François Bayrou ouvre une concertation nationale en vue de définir « un nouveau contrat pour l'école ». Une synthèse de cette concertation est réalisée sous la forme de « 145 propositions ». Excusez du peu ! Selon François Bayrou, l'originalité de ses « propositions » réside en ce qu'elles ne forment pas une réforme nouvelle du système éducatif, mais qu'elles l'adaptent pour qu'il réponde mieux aux besoins du moment". 

Le Premier ministre annonce que le gouvernement reprend à son compte la quasi-totalité des propositions. Compte-tenu du nombre, il est tout à fait impossible d'en faire le bilan. Le ''flou artistique'' lové dans la diversité et la multiplicité comme mode de gouvernement et comme entrée dans les mémoires sinon dans l'Histoire !

Christian Fouchet a été ministre de l'Education nationale du 29 novembre 1962 au 6 avril 1967 (soit 4 ans, 4 mois et 8 jours) et il détient toujours le record de longévité.

La ''réforme Fouchet'' du CES.

Des « collèges d'enseignement secondaire » sont créés par décrets le 3 août 1963. Ils  comprennent « trois groupes de sections, caractérisées par leur pédagogie propre » : un enseignement général long, classique ou moderne, dispensé par des professeurs agrégés ou certifiés ; un enseignement général moderne court assuré par des professeurs de collège bivalents ; un enseignement terminal encadré par des instituteurs en principe spécialisés (sixième et cinquième de « transition » ; quatrième et troisième « pratiques »)

La décision de supprimer les classes de fin d'études des écoles primaires est prise. Le primaire va finir par se limiter à l'élémentaire au cours des années 1970. Une école moyenne de quatre années (avec un cycle dit d'observation de deux ans suivi d'un cycle dit d' « orientation de deux années) succède à l'élémentaire 

Cette mise en système de l'Ecole se poursuit par la restructuration des seconds cycles du secondaire
Par décret du 10 juin 1965, les filières conduisant au baccalauréat se spécialisent dès la classe de seconde avec quatre séries générales ( A, B, C, D) . Le baccalauréat de technicien est créé : il sanctionne des formations techniques très spécialisées ( séries F, G, H)

Les réformes ''Fouchet'' du supérieur

Les décrets du 22 juin 1966 transforment profondément eux aussi l'organisation des études en lettres et en sciences. Ils distinguent deux cycles successifs, de deux années chacun. Le premier est sanctionné par un diplôme d'études littéraires ou scientifiques (DUEL ou DUES) : ce cycle est plus long que l'année de « propédeutique » qu'il remplace. Il est décidé que le second cycle doit désormais fonctionner selon une bifurcation : la licence conduisant en un an à l'enseignement ou bien   la maitrise menant en deux ans à la recherche. Enfin le décret du 7 janvier 1966 crée les Instituts universitaires de technologie (IUT) chargés de former des techniciens supérieurs en deux ans.

Ce grand ensemble de réformes structurelles  a été institué sans lois et par simples décrets en quatre ans . 

En regard, on peut se demander ce qui restera du long ministère de Jean-Michel Blanquer par delà l'écume de  ses incessantes prises de parole médiatiques . On verra. Et certains des lecteurs de cet article feront sans doute déjà  part de leur ''petite idée''.

Claude Lelièvre

Lire la suite

Jennifer Warnes...

19 Mai 2021 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... André Breton....

19 Mai 2021 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

C'est cette histoire que, moi aussi, j'ai obéi au désir de te conter, alors que je te connaissais à peine, toi qui ne peux plus te souvenir, mais ayant, comme par hasard, eu connaissance du début de livre, es intervenue si opportunément, si violemment et si efficacement auprès de moi sans doute pour me rappeler que je le voulais "battant comme une porte" et que par cette porte je ne verrais sans doute jamais entrer que toi. Entrer et sortir que toi. Toi qui de tout ce qu'ici j'ai dit n'auras reçu qu'un peu de pluie sur ta main levée vers "LES AUBES". Toi qui me fais tant regretter d'avoir écrit cette phrase absurde et irrétractable sur l'amour, le seul amour, "tel qu'il ne peut être qu'à toute épreuve". Toi qui, pour tous ceux qui m'écoutent, ne dois pas être une entité mais une femme, toi qui n'est rien tant qu'une femme, malgré tout ce qui m'en a imposé et m'en impose en toi pour que tu sois la Chimère. Toi qui fait admirablement tout ce que tu fais et donc les raisons splendides, sans confiner pour moi à la déraison, rayonnent et tombent mortellement comme le tonnerre. Toi la créature la plus vivante, qui ne parais avoir été mise sur mon chemin que pour que j'éprouve dans toute sa rigueur la force de ce qui n'est éprouvé en toi. Toi qui ne reconnais le mal que par ouï-dire. Toi, bien sûr, idéalement belle. Toi que tout ramène au point du jour et que par cela même je ne reverrai peut-être plus...

André Breton - Nadja

Lire la suite

Dans le Rhône, une enseignante interdite de faire cours avec un masque arc-en-ciel

19 Mai 2021 , Rédigé par Rue89 Publié dans #Education

Masque pré-personnalisé ARC EN CIEL - Eyes Up

[INFO RUE89LYON] Début mai, une enseignante du lycée Germaine Tillion de Sain-Bel (Rhône), à l’ouest de Lyon, a été interdite de faire cours à plusieurs reprises au motif qu’elle portait un masque aux couleurs de l’arc-en-ciel.

Lundi 3 mai, Anne-Laure avait repris avec plaisir le chemin du lycée Germaine Tillion, situé à Sain-Bel, à 30 kilomètres de Lyon. Après plusieurs semaines de cours menés « en distanciel », l’enseignante de lettres classiques avait enfin retrouvé ses élèves en classe. Elle était loin d’imaginer le scandale qui allait se déclencher quelques heures plus tard. En cause : son masque aux couleurs de l’arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT.

Porter un masque arc-en-ciel au lycée, contraire au devoir de neutralité ?

Quelques minutes avant la sonnerie des cours de l’après-midi, Anne-Laure discute avec des collègues en salle des professeurs quand la proviseure adjointe du lycée l’interpelle au sujet de son masque.

« Il y avait une dizaine de collègues, on portait tous des masques différents mais elle n’a demandé qu’à moi si mon masque était homologué. Oui, il l’est. »

La réponse ne paraît pas convaincre l’adjointe car cinq minutes plus tard, c’est la proviseure du lycée qui convoque Anne-Laure dans son bureau. Deux semaines après les faits, elle se souvient encore de cet entretien :

« La proviseure m’a interdit de faire mes cours de l’après-midi avec mon masque arc-en-ciel. Elle m’a dit que ce masque mettait en évidence une opinion, ce qui était contraire au devoir de neutralité. »

La proviseure demande donc à Anne-Laure de remplacer son masque arc-en-ciel par un des masques en tissu de l’Éducation nationale. L’enseignante refuse. Deux de ses collègues tentent à leur tour de faire entendre raison à la proviseure, sans succès. Anne-Laure décide de quitter le lycée. Le lendemain, mardi 4 mai, elle revient au lycée, son masque arc-en-ciel sur le nez. Mais la proviseure l’attend à l’entrée de l’établissement.

« Je n’ai pas pu prendre mes classes, la proviseure m’a escortée jusqu’à son bureau », raconte l’enseignante.

Après un nouveau couplet sur l’entorse au devoir de neutralité que représenterait son masque arc-en-ciel, la proviseure rédige un rapport à l’attention de l’enseignante. On peut en effet y lire que la proviseure demande à Anne-Laure de ne pas prendre ses classes tant qu’elle n’ôte pas son masque.

masque arc-en-ciel

L’arc-en-ciel, « une manière de prôner un certain type de sexualité » pour le rectorat

L’enseignante est convoquée au rectorat le 11 mai suivant. Après deux heures d’entretien, elle retourne en cours avec un masque blanc et un profond sentiment de malaise.

« On m’a expliqué que le symbole de l’arc-en-ciel pouvait être interprété comme une manière de prôner un certain type de sexualité et certaines pratiques. La DRH (directrice des ressources humaines) a même dit que l’arc-en-ciel pouvait être perçu comme le fait de militer pour la GPA (gestation pour autrui, ndlr). »

Si Anne-Laure n’a écopé d’aucune sanction ni interdiction formelle de porter son masque arc-en-ciel, on lui a fortement conseillé de ne pas faire de vague, se rappelle-t-elle, amère :

« On m’a demandé de ne pas nuire à la sérénité de l’établissement. »

L’arc-en-ciel affichable uniquement le 17 mai ?

Depuis, Anne-Laure est retournée en cours avec un masque blanc. Ce lundi 17 mai, en entrant au lycée, elle a eu la surprise de voir les murs recouverts d’arcs-en-ciel pour la journée mondiale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie. Mais cette fois-ci, il s’agit d’affiches officielles provenant du ministère de l’Éducation. L’enseignante est perplexe :

« C’est la première fois que le lycée fait quelque chose pour le 17 mai. Je n’ai pas osé remettre mon masque arc-en-ciel mais j’ai pu arborer un badge. »

Il faut dire que d’après Anne-Laure, la direction de l’établissement semble avoir une dent particulière contre les arcs-en-ciel. Un problème similaire à celui du masque arc-en-ciel avait déjà éclaté au lycée, en début d’année 2021, dans la classe de l’enseignante.

« Il y avait déjà eu une histoire semblable en cours de latin. Après un cours sur la fluidité des genres dans l’Antiquité, des élèves m’ont offert un drapeau arc-en-ciel que j’ai accroché dans la salle. La proviseure m’a aussitôt demandé de l’enlever. »

Contacté par Rue89Lyon, le rectorat a assuré n’avoir eu connaissance d’aucun incident de ce type. Mais le service communication s’est empressé d’envoyer un communiqué pour rappeler que l’institution « est pleinement mobilisée au quotidien dans la lutte de toutes formes de discriminations ».

« Ce symbole arc-en-ciel n’est pas une opinion »

Suite à cet épisode, et pour la première fois de sa carrière, Anne-Laure a dû être arrêtée quelques jours par son médecin traitant. Elle dit être très affectée psychologiquement par la polémique déclenchée par son masque arc-en-ciel.

« Je suis au lycée Germaine Tillion depuis un an et demi. Il y a eu des mois de confinement et pourtant l’ambiance est toujours très compliquée avec la direction. Psychologiquement, c’est très difficile. L’idée de retourner faire cours au lycée m’est insupportable. J’ai trouvé très violent que la proviseure m’interdise de prendre mes classes, à quelques minutes du début de mon cours et devant mes collègues. M’interdire de prendre mes classes, c’est considérer que je suis un danger pour mes élèves. »

Pour l’enseignante, il n’y a aucune raison que porter un masque arc-en-ciel soit une entrave à son devoir de neutralité.

« Ce symbole arc-en-ciel, ce n’est pas une opinion. Ce masque n’était pas politique et il est complètement en accord avec les valeurs de la République. Ce masque montre la diversité. Je rappelle que l’homophobie est un délit. Dans l’arc-en-ciel, toutes les couleurs sont à égalité et l’égalité, c’est une des valeurs de la République. »

Anne-Laure a écrit un courrier au recteur de l’académie de Lyon, Olivier Dugrip, pour lui demander l’autorisation de porter le masque en question. En attendant sa réponse, l’enseignante a décidé de troquer son masque arc-en-ciel pour un masque blanc. Elle a par ailleurs demandé à être mutée dans un autre établissement à la rentrée prochaine.

Oriane Mollaret

Lire la suite

L'avenir en toutes sécurités - Le programme de Najat Vallaud-Belkacem pour la région Auvergne-Rhône-Alpes

19 Mai 2021 , Rédigé par Najat Vallaud-Belkacem Publié dans #Politique

Ensemble, nous allons décider de nos vies quotidiennes pour les 6 prochaines années, celles de 8 millions de Françaises et de Français qui ont, en partage, la région Auvergne-Rhône-Alpes. L’enjeu, au tournant de la crise sans précédent du Covid, c’est la reconstruction solidaire, la relance pour tous, la protection, la sécurité de chacun ainsi que la préparation de l’avenir.

Najat Vallaud-Belkacem - Candidate à la présidence de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Le document est à lire en cliquant sur le lien ci-dessous

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>