Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Où est passé le projet de revalorisation “historique” du salaire des enseignants ?

26 Avril 2021 , Rédigé par Télérama Publié dans #Education

Où est passé le projet de revalorisation “historique” du salaire des enseignants ?

L’HUMEUR DU JOUR – En février, à l’issue du Grenelle de l’éducation, Jean-Michel Blanquer s’était engagé à augmenter enfin les salaires des profs. Depuis, plus de nouvelles… Un “grand débat” pour rien ?

Mais où est donc passé le projet de revalorisation « historique » de l’ensemble des enseignants promis par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports ? Nulle trace d’augmentation de salaires – exceptée la maigre prime d’attractivité pour les débuts de carrière –, à notre connaissance, dans les dernières interventions médiatiques du ministre. C’est fâcheux, on se demande bien à quoi a pu servir le Grenelle de l’éducation, ce « grand processus de concertation », cogitation majuscule qui s’est tenue entre fin octobre 2020 et début février 2021, qui devait répondre à la crise des vocations, sévère dans notre pays. Et en finir avec cette indignité désormais bien connue : la France figure mal dans le classement européen du salaire moyen des profs. Jean-Michel Blanquer devait faire des annonces le 3 février dernier, soit il y a onze semaines, et puis rien…

Si on en parle aujourd’hui, c’est qu’en ce 26 avril, jour de rentrée des élèves de primaire et de maternelle, alors que tous les regards se tournent vers le corps enseignant, on devine que le ministère a toutes les peines du monde à recruter les cinq mille profs remplaçants annoncés pour éviter, selon le protocole sanitaire, les brassages d’élèves en cas d’absence. Comment en serait-il autrement… Certes, le Covid impose à l’État des dépenses extraordinaires, le déficit public se creuse terriblement et une hausse des salaires des enseignants (plus de huit cent soixante mille personnes) se traduit par un budget conséquent. Mais si l’État a fait temporairement une croix sur le sujet, qu’il le dise ! Sans quoi l’idée s’ancre un peu plus dans les esprits que les grands débats organisés par le gouvernement – ce Grenelle comme les États généraux du numérique éducatif en novembre dernier – n’ont d’autre vocation que de faire diversion.

Marc Belpoix

Lire la suite

Pour que l’école tienne : adapter, vacciner, recruter

26 Avril 2021 , Rédigé par FSU Publié dans #Education

Pour que l’école tienne : adapter, vacciner, recruter

Pour que l’école tienne : adapter, vacciner, recruter

Paris, le 25 avril 2021

La reprise scolaire se fait dans un contexte sanitaire toujours préoccupant. Jeudi soir, le gouvernement a annoncé les modalités de cette reprise : retour en classe dès le 26 avril pour le premier degré, école à distance jusqu'au 3 mai pour le second degré.


Les demandes portées conjointement par nos organisations ont amené le ministre à annoncer des mesures plus fortes que celles appliquées précédemment pour cette reprise : maintien des fermetures de classes à partir d’un cas de covid, arrêt de la répartition des élèves dans les autres classes des écoles en cas de non remplacement, montée en charge de la politique de tests ou encore extension des demi jauges à tous les lycées et à certains collèges. Ce sont des mesures indispensables non seulement pour assurer le fonctionnement des écoles et établissements scolaires, mais aussi pour l'ensemble de la société afin que les écoles ne soient pas des vecteurs d’une nouvelle accélération de l'épidémie.

Il est maintenant nécessaire d’aller plus loin pour maintenir sur le long terme l’ouverture des écoles en assurant la sécurité des personnels et des élèves. La question de la vaccination des personnels n'a pas véritablement avancé, et aucune politique n'est aujourd'hui définie pour vacciner tous les personnels qui en font la demande. Les personnels sont légitimement inquiets à l’idée de reprendre sans pouvoir se faire vacciner, ils doivent faire l’objet d’une priorisation de la part du gouvernement. La stratégie de mise en œuvre de la politique de tests reste floue, sans que l'on sache si les objectifs ambitieux affichés se traduiront réellement sur le terrain. La volonté d'organiser les auto tests à l'intérieur des lycées pour les élèves pose toute une série de problèmes. Les "demi jauges" doivent être plus nombreuses, y compris hors des départements en tension, et avoir pour objectif de limiter les effectifs globaux et de classes ou groupes d’élèves trop chargés. La généralisation des demi-groupes doit être acceptée partout où elle est jugée nécessaire par les équipes. Elles nécessitent des recrutements immédiats. La suspension des classes en cas d’absence doit être précisée ; à ce jour personne ne sait qui assurerait les enseignements à distance. Cela ne peut, en tout état de cause, se solder par une remise en cause des obligations réglementaires de service.


L'école ne pourra fonctionner, à court et à long terme, sans moyens supplémentaires. Concernant les besoins de rénovation du bâti et d'équipement (en capteurs de CO 2, en purificateurs d'air, etc), le gouvernement doit agir en ce sens avec les collectivités territoriales. Les besoins en moyens humains, eux, n'ont fait l'objet que de quelques recrutements de personnels contractuels et d’AED, le remplacement continue à ne pas pouvoir être assuré correctement. L’annonce de 5000 recrutements doit encore se traduire dans les faits. En outre, il est inacceptable que la rentrée 2021 se prépare toujours avec des moyens humains insuffisants, alors que les besoins créés par plus d'une année d'école en mode dégradé sont énormes. Nous demandons dans l'immédiat les moyens d’assurer les remplacements, et des créations de postes d’enseignantes et d’enseignants, de Psy-EN, de personnels administratifs, santé et sociaux, vie scolaire dans les écoles et les établissements pour la rentrée de septembre, pour annuler les fermetures de classes et de postes, répondre aux inégalités qui se creusent, et pouvoir anticiper une possible poursuite de la crise sanitaire.

Les examens, en collège comme dans les trois voies du lycée, ne pourront pas se tenir comme prévu puisque l'année n'a pas été normale, nous demandons que des décisions rapides soient prises pour clarifier l'organisation et les attentes de l'ensemble des examens.

L'école restera à distance pour le second degré sur la semaine du 26 avril. Là aussi, la semaine avant les congés a montré que peu de choses ont été anticipées, laissant les collègues improviser des solutions avec des élèves inquiets et absolument pas préparés à cet enseignement à distance annoncé brutalement.

Ce sont les personnels qui permettent au service public d'éducation de tenir. Les organisations CFDT (SGEN et FEP), FSU, SNALC, Sud Education, UNSA Education les soutiennent, partout, en continuant d’intervenir pour que leur sécurité soit assurée, que leur santé soit préservée et que leurs conditions de travail soient améliorées dans l'immédiat et sur le plus long terme. Nos organisations décident de se revoir sous 15 jours pour faire un bilan de la reprise et envisager des suites

CFDT (Sgen et FEP), FSU, SNALC, Sud, UNSA

 

Lire la suite

Rentrée - L'absence d'anticipation... Pour ne pas changer...

26 Avril 2021 , Rédigé par France Info Publié dans #Education

Vacances scolaires : les profs ne veulent pas «revivre le coup du  "débrouillez-vous"» - Vivement l'Ecole!
Covid-19 : "Je ne vois aucun changement par rapport à avant", certains enseignants réticents avant la rentrée des classes sous protocole renforcé
Les élèves d'élémentaire et de primaire retournent en classe lundi, avec un protocole sanitaire renforcé.
La rentrée pour les élèves d'élémentaire et de maternelle a lieu lundi 26 avril, après une semaine d'école à distance et deux semaines de vacances. Le protocole sanitaire a été renforcé, puisque désormais un seul cas positif entraînera la fermeture automatique de la classe. Les dépistages par tests salivaires doivent par ailleurs s'intensifier, avec 400 000 dépistages hebdomadaires dans les écoles élémentaires.
"Je n’espère rien, je n’attends rien"
Émilie, enseignante dans une école élémentaire de Marseille est "très contente de retrouver [ses] élèves""Je vois bien que les chiffres ne sont pas bons, reconnaît-elle. Mais je constate aussi que mes élèves ont besoin de retourner à l’école. Tout le monde en a besoin et l’école à distance n’est pas souhaitable."
Mais les inquiétudes sont encore nombreuses. Les annonces de mesures renforcées n'ont pas du tout convaincu Christine, enseignante en banlieue parisienne, qui "n’espère rien, n’attend rien". "On nous dit qu’il y aura des tests mais je pense qu’il n’y en aura pas, déplore-t-elle. On va se retrouver exactement dans la même situation qu’avant ce pseudo-confinement. S’il y a des enfants malades, on va refermer la classe. Je ne vois aucun changement par rapport à avant.
"Dans les faits, ça ne fonctionne pas correctement"
Éric, directeur d'une école dans l'ouest parisien ne croit pas en ce nouveau protocole sanitaire renforcé : "Dans les faits, ça ne fonctionne pas correctement, dit-il. Jusqu’à présent, je n’ai pas vu un seul test salivaire sur l’ensemble des écoles de la commune dans laquelle je travaille. Quand un enseignant sera absent, nous n’aurons pas de remplaçant. Ils vont certainement être répartis et il y aura quelques brassages d’enfants, alors qu’il ne doit pas en y avoir." Les enseignants en école élémentaire et maternelle doivent en principe recevoir deux autotests hebdomadaires à partir de cette semaine.
Lire la suite

Rentrée - "Revolver"...

25 Avril 2021 , Rédigé par Liberation Publié dans #Education

Rentrée - "Revolver"...

Les élèves du primaire reprennent ce lundi le chemin de l’école, alors que les contaminations restent hautes et que les recrutements, la vaccination des enseignants et les tests dans les établissements sont en rade.

C’est un peu comme jouer à la roulette russe avec un revolver dont le barillet est chargé avec toutes les balles. Après trois semaines d’arrêt, les crèches, maternelles et écoles primaires rouvrent ce lundi, tandis que les collégiens et les lycéens suivront lundi prochain. Or, le danger sanitaire pour les enseignants et leurs élèves reste exactement le même, car rien n’a été fait pendant cet interlude pour mettre en place des protocoles réalisables, sécurisés et budgétés. Ainsi, alors que la courbe du nombre de nouvelles contaminations quotidiennes est encore à un niveau très haut, l’immense majorité (87%) des personnels de l’Education nationale ne sont toujours pas prioritaires pour la vaccination. Et ce même chez les éducateurs des plus petits, qui font face à des enfants sans masques. On remarquera au passage que ceux-ci doivent apprendre prononciation et intonation du langage avec des enseignants dont ils ne voient pas les lèvres ou les expressions du visage, puisque les fameux masques transparents promis en début d’année aux crèches et maternelles sont en fait invisibles.

Pire, les tests salivaires pour élèves et les autotests pour les enseignants, censés rassurer (un peu) les profs, sont victimes eux aussi de «problèmes de logistique», pour ne rien changer. Même les consignes sanitaires les plus simples, comme aérer les classes en continu, ne sont toujours pas mises en place, entre autres parce que les seules classes avec capteurs de CO2 sont celles que les enseignants ont équipées à leurs frais. Seule protection contre le virus pour les profs ce lundi : les affirmations infondées du ministre de l’Education, qui continue de minimiser le rôle de l’école dans la dynamique épidémique. Quant au protocole permettant de remplacer au pied levé un prof cas contact, il ne pourra se mettre en place car le recrutement a lamentablement échoué : il semblerait que peu de Français veuillent devenir enseignants. On se demande bien pourquoi.

Dov Alfon

Lire la suite

Ben Mazué... (et Pomme)

25 Avril 2021 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Nicolas Fargues...

25 Avril 2021 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Un saut au présentoir des conditionnements méditerranéens pré-cuisinés, un autre aux modèles fromagers cent pour cent non bactériels, visite des crudités chlorées en sachets à soudure latérale, ponction à même les bacs de quelques fruits de saison inoxydables puis un ultime crochet par la section des médaillés de la technologie viticole, juste avant le passage obligé par les terminaux de cuisson des pâtes à pain à levure express: moins de huit minutes plus tard, je patientais perpendiculairement à l'interminable ligne de caisses, laquelle pouvait, sans trop d'imagination, évoquer un front adverse de fantassins épars et inamovibles.

Nicolas Fargues - La ligne de courtoisie

Lire la suite

Philippe Sollers : "Le bonheur est un acte de courage"

25 Avril 2021 , Rédigé par France Inter Publié dans #Littérature

Désir - Philippe Sollers - Folio - Site Folio

"Le rideau déchiré" d'Alfred Hitchcock, Lacan, Nietzsche, Lautréamont, écrire, Juliette Gréco et Serge Gainsbourg, Nicolas Poussin... Retrouvez tous les remèdes de notre invité !

Philippe Sollers

Après la sortie de Une curieuse solitude en 1958, un premier roman salué par la critique, Philippe Sollers anime de 1960 à 1982 la revue d'avant-garde Tel Quel

Depuis 1983, il dirige la revue et la collection L'Infini aux éditions Gallimard.

Auteur de textes critiques et de littérature expérimentale dans les années 1970, l’œuvre de Philippe Sollers évolue. Il a publié depuis les années 80, de nombreux romans, essais et monographies.

Il est ainsi devenu une figure majeure de la littérature française.

Influencé par la culture chinoise, Philippe Sollers se passionne pour la calligraphie et le taoïsme.

Ses dernières parutions sont :

Légende - Éditions Gallimard - Mars 2021

Agent secret - Éditions Mercure de France - Coll. Traits et portraits - Mars 2021

Désir - Éditions Folio - Mars 2021

Les remèdes de Philippe Sollers

  • La citation de Jacques Lacan : « Il n’y a rien à espérer du désespoir. »
  • Une idée philosophique : Le gai savoir de Nietzsche (1882)
  • Son activité préférée : Écrire
  • Poésies de Lautréamont (1870)
  • La Javanaise - Juliette Gréco (1963)
  • La Marseillaise / Aux armes etc. - Serge Gainsbourg (1979)
  • Le rideau déchiré d’Alfred Hitchcock (1966)
  • Le tableau : Apollon amoureux de Daphné de Poussin (1664)
  • Un dîner avec un excellent Bordeaux, un Margaux. N’importe où.
  • « Le paradis terrestre est où je suis », Voltaire (1736)

La gourmandise d'Eva Bester

Semmelweis de Louis-Ferdinand Céline (thèse de médecine rédigée en 1924)

La programmation musicale

  • Keep moving - Jungle (2021)
  • Kora - Ballake Sissoko et Camille (2021)
  • La Marseillaise / Aux armes etc. - Serge Gainsbourg (1979)

 

 

Les invités: Philippe Sollers, romancier

 

EXTRAIT - Désir

Les abus de faiblesse ne se comptent plus. En réalité, les femmes ont été harcelées, agressées et violées depuis la plus haute Antiquité, mais pourquoi parlent-elles maintenant ? Effondrement du patriarcat ? Mise en place de la reproduction technique ? Découverte plus que tardive de la différence sexuelle ? Sans doute, sans doute. En tout cas, un monde nouveau surgit, celui du contre-désir. Le désir était brutal et absurde, le contre-désir ramène la sécurité. Les hommes étaient ridicules de poursuivre les femmes de leurs fantasmes. Ça va continuer, mais le truc est crevé.

Regardez l’homme du contre-désir : il est très agité, son seul pôle est l’emploi qu’il occupe. Il veut monter de plus en plus haut dans l’ascenseur social, sa tête est pleine de chiffres, c’est un manager for ever. La femme de contre-désir est pareille, meilleure encore en termes de marketing. Si ces deux-là s’accouplent, d’une manière ou d’une autre, c’est juste pour vérifier la répulsion que son partenaire lui inspire. Elle l’ennuie, il la choque. Ils se parlent le moins possible, et toujours d’argent. Leurs enfants sont idiots et insatiables. Il faut sans cesse leur acheter autre chose, changer les téléphones portables et les ordinateurs, les emmener en vacances, les empêcher de consulter des sites porno, débrancher la télévision devant laquelle ils s’abrutissent pendant des heures, tenter de contrôler leurs contacts sur le net. Horreur : ils communiquent en prenant des pseudos, en jouant à être adultes, alors qu’ils ne sont même pas des ados.

Philippe Sollers - Désir

Lire la suite

Covid-19 : avant le retour en classe, des professionnels de l'éducation ne sont pas rassurés

25 Avril 2021 , Rédigé par France Info Publié dans #Education

Covid-19 : avant le retour en classe, des professionnels de l'éducation ne sont pas rassurés

"En ce moment, j'ai pas mal d'élèves qui ont le Covid-19, qui m'ont prévenue qu'ils ne seraient pas là à la rentrée", a notamment déclaré sur franceinfo la représentante du SNUipp-FSU 93.

A la veille d'un retour en classe des élèves de maternelle et de primaire, première phase vers la levée des restrictions face à l'épidémie de Covid-19, certains professionnels de l'éducation partagent leurs réserves. "On aura les autotests pour les enseignants, mais pour ce qui est des tests salivaires, on n'en a pas encore vu la couleur avant les vacances et je ne sais pas si on en verra la couleur après les vacances, j'espère que des efforts seront faits"a déclaré sur franceinfo Catherine Da Silva, dimanche 25 avril. Cette directrice d'école élémentaire à Saint-Denis et représentante du syndicat SNUipp-FSU 93 n'est "pas vraiment sereine". Suivez la situation dans notre direct.

Inquiétude de professionnels de l'éducation avant la rentrée. "Il ne me semble pas que les chiffres soient extrêmement favorables à une réouverture des écoles. En ce moment, j'ai pas mal d'élèves qui ont le Covid-19, qui m'ont prévenue qu'ils ne seraient pas là à la rentrée", a estimé sur franceinfo Catherine Da Silva.

Lire la suite

Revue de Presse Education... Reprise - Laïcité - Covid et conséquences

25 Avril 2021 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Reprise - Laïcité - Covid et conséquences

Comme de nombreuses semaines ces derniers mois, l’actualité est dominée par la pandémie et ses conséquences, notamment la reprise dans les écoles, les collèges et lycées. L’autre fait marquant et polémique est l’annonce des états généraux de la laïcité. Diverses publications pour terminer.

JPEG - 87.5 ko
Le dessin de Fabien Crégut.

Reprise

Les réactions sont nombreuses à la suite de l’annonce de la réouverture des écoles demain puis des collèges et lycées la semaine prochaine.
Tout d’abord, le protocole. Il n’a pas vraiment changé, comme l’explique le Café pédagogique.
“22 avril - Alors que l’épidémie n’a pas réellement régressé, l’Education nationale maintient les dates de réouverture des établissements. Lors d’un échange avec les syndicats, le ministère a annoncé quelques améliorations du protocole sanitaire. Cela concerne surtout la fermeture des classes dès le 1er cas de covid. Dans les départements les plus exposés, les collèges passeront en demi jauge. Celle-ci reste la règle dans tous les lycées. Rien de neuf par contre en ce qui concerne la vaccination des enseignants, le maintien des examens ou l’aération des cantines et des salles de classe.” La seule nouveauté c’est que les classes de primaire sans enseignant ne seront plus accueillies. Covid-19 : la classe sera fermée quand un prof de primaire n’est pas remplacé dans Libération.
Les examens sont maintenus (grand oral, philosophie, brevet, etc) ce qui engendre de nombreuses réactions, de même que les autres mesures annoncées.
Tests, demi-jauge, grand oral : parents et syndicats divisés avant la réouverture des classes"Dernier objet de querelle : le maintien de l’écrit de philosophie et surtout du grand oral du baccalauréat annoncé par Jean-Michel Blanquer. "Cela fait un moment que nous disons que cette année n’est pas normale et que par conséquent il faut en prendre la mesure au niveau des examens et donc neutraliser le grand oral." défend Sophie Vénétitay, assurant qu’"il y a une rupture d’égalité" entre les élèves selon les conditions épidémiologiques de leurs lycées ou le recours au fonctionnement hybride ou non dès octobre lorsqu’il n’était pas obligatoire. "C’est une nouvelle épreuve, issue d’une réforme, nous estimons qu’il faut lâcher du lest et le neutraliser cette année" croit également Jean-Rémi Girard."
Les scientifiques réagissent aussi à la réouverture des écoles, eux qui n’y étaient pas favorables pour une grande majorité.Le protocole sanitaire des écoles sera-t-il efficace ? Ce qu’en disent 3 scientifiques
“Si les scientifiques considèrent qu’il est trop tôt pour rouvrir, ils saluent l’arrivée de la question de l’aération dans le protocole sanitaire à destination des écoles.” A lire dans le HuffingtonPost.
La nouveauté que constitue les autotests au lycée fait couler beaucoup d’encre, notamment à propos du fait que le gouvernement aurait souhaité que les enseignants s’en chargent (ils s’ennuient tellement en classe). Les médecins scolaires s’étonnent. Covid-19 : il n’y a pas assez de médecins pour former les "élèves aux autotests", s’inquiète le Syndicat national des médecins scolaires. "Comme on dit "autotest", forcément, c’est la personne elle-même qui le fait. Et dans l’allocution de Jean-Michel Blanquer, il a parlé de la semaine du 3 mai, d’activités pédagogiques, de tutoriels et de personnels formés qui, pendant une semaine, expliqueraient aux élèves de quoi il s’agit. Alors, j’aimerais bien savoir qui sont ces personnels ? Par qui seront-ils formés ? Nous n’avons pas de précisions à ce niveau-là."
(FranceTvInfo)
Pour cette reprise se pose la question de l’aération des salles de classe. Nombreux sont les scientifiques et les enseignants ayant réclamé, en vain, des capteurs de CO2. Covid-19 : mesurer le CO2 pour mieux aérer et diminuer la transmission
“La transmission du SARS-CoV-2 se fait essentiellement par aérosols. Pour limiter leur concentration, un groupe d’enseignants-chercheurs propose d’équiper les écoles de capteurs de CO2, un gaz qui trahit la qualité de l’air respiré”. (Le Monde)

Une autre revendication ignorée des enseignants : la vaccination. D’ailleurs les Français sont d’accord : 79% de la population estime qu’il faut vacciner le personnel enseignant en priorité
“Selon un sondage OpinionWay pour le syndicat d’enseignants Snes-FSU, 79% des Françaises et Français pensent que le personnel enseignant doit faire partie des publics prioritaires à la vaccination contre le coronavirus.” (RTL)
Pour le gouvernement, ouvrir la vaccination aux enseignants de plus de 55 ans (comme à tous les Français) semble avoir résolu le problème. D’ailleurs beaucoup de Français n’ont pas retenu l’âge et sont persuadé que tous les enseignants peuvent être vaccinés. La communication est donc un point fort de cette présidence.


Laïcité

C’est l’autre sujet polémique de la semaine, avec l’annonce par Marlène Schiappa des états généraux de la laïcité.
Les associations s’interrogent : pourquoi maintenant et pour quoi faire ?
“Une trentaine d’organisations, dont le CRAP-Cahiers pédagogiques, signent un texte commun pour s’inquiéter de l’organisation d’États Généraux de la laïcité, sans concertation et dans un délai très court.”
Et beaucoup ont décidé de boycotter. 28 organisations syndicales et associatives refusent de participer aux états généraux de la laïcité lancés par la ministre Marlène Schiappa. La Croix
Comme le rappelle Libération,L’initiative survient en plein bras de fer sur le devenir de l’Observatoire de la laïcité.
Rappelons que la laïcité est déjà aux coeur des débats de la loi sur les séparatismes.
Misère du débat public sur l’école
“Le mercredi 10 mars 2021, la commission de l’éducation, de la culture et de la communication du Sénat auditionnait Jean-Pierre Obin, inspecteur général honoraire de l’Éducation nationale, dans le cadre de l’examen de la « loi séparatisme ». Olivier Vincent réagit ici aux propos tenus pendant cette audition, et notamment à son postulat que ce serait à l’État de dire quels sont les auteurs et les références acceptables dans la formation des enseignants en matière de laïcité.”
Et revoilà l’islamogauchisme.
"Islamo-gauchisme" craint par la ministre de l’Enseignement supérieur en France : le sociologue Michel Wieviorka remet son rapport final
“Le sociologue Michel Wieviorka a remis un rapport à la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal sur le supposé "islamo-gauchisme" à l’université, après s’être saisi lui-même de la question, a-t-il indiqué à l’AFP. Ce rapport de quelque 80 pages, qu’il a intitulé "Racisme, antisémitisme, antiracisme : apologie pour la recherche", paraît jeudi aux éditions La Boîte à Pandore.” RTL


Covid et conséquences.

Tout d’abord les conséquences sur les jeunes.
Coronavirus : « Les journées sont devenues trop longues »… Comment les ados d’un village limousin vivent la crise sanitaire
“Ce mardi, ils tapent dans un ballon sous un ciel lumineux. Amandine, Léa, Noah et Maïa sont en vacances. Mais confinement oblige, les quatre adolescents n’ont pas eu droit au dépaysement. D’ailleurs, depuis le début de la crise sanitaire, leurs vacances, c’est souvent dans leur village qu’ils les ont passées : à Magnac-Bourg, en Haute-Vienne, où vivent 1.117 âmes. Alors qu’ils voudraient courir le monde, leur horizon s’est brutalement rétréci depuis un an.”
Coronavirus : Le « think tank » Terra Nova propose des pistes pour lutter contre le décrochage des jeunes
“COVID-19 Le « think tank » proche du centre gauche plaide pour « un effort accru de formation » à l’intention de ces jeunes, au plus près d’eux, « dans leurs territoires », grâce au numérique
Un déploiement massif de l’apprentissage en s’appuyant sur le numérique pour des formations à distance souples : le centre de réflexion Terra Nova lance des pistes dans un rapport publié mercredi pour lutter contre le décrochage des jeunes frappés par la crise du Covid-19.” 20 Minutes

Ensuite, les enseignants.
Covid à l’école : "En France, on a parfois oublié les enseignants"
“Pour Eric Charbonnier, analyste de l’OCDE, la politique éducative française affiche des résultats mitigés dans sa gestion de la crise.
Nous nous sommes interrogés sur les modes d’organisation : est-ce que les décisions relatives aux protocoles sanitaires, sont très centralisées dans les pays de l’OCDE ? Ou, est-ce que, finalement, les écoles ont leur mot à dire ? Or, notre étude démontre que le système est très centralisé, quasiment partout. Même dans des pays plutôt fédéraux, ou découpés en provinces comme la Canada. Ce qui a pu susciter pas mal de problèmes sur le terrain et créer des mécontentements. Les enseignants ne comprennent pas que l’on change aussi souvent de protocole. Sur ce point, la situation de la France est donc la même qu’ailleurs. Les difficultés propres qu’elle rencontre sont plutôt liées à son modèle éducatif. ”
 L’Express, pour les abonnés.

Et après le covid ? Une analyse de Bruno Magliulo
L’école de l’après covid 19 : sur quels fondements se construit-elle ?
“Depuis près de dix-huit mois, du fait de la crise créée par le virus Covid 19, comme la société toute entière, l’école est soumise, en France comme ailleurs, à une série de défis nouveaux. Tant bien que mal, grâce à la mobilisation des acteurs de terrain, le navire prend l’eau mais ne coule pas. Cependant, les transformations induites par cette crise sont si profondes que nombreux sont ceux qui pensent que l’école de l’après Covid 19 sera marquée par les bouleversements qui la traversent en cette période de pandémie. Pour diverses raisons, on peut prédire un large retour sur l’école d’avant, avec cependant diverses évolutions nées des pratiques de temps de crise.”


Divers

Le Cned a fait la une de l’actualité à cause de l’échec des classes virtuelles, mais peu de gens connaissent les conditions de travail de ses salariés.
Au Cned, des agents et des enseignants se sentent débordés et isolés
“Le quotidien au Cned est pourtant l’inverse d’une utopie 2.0, selon les salariés interrogés par StreetPress. « Il y a des bugs quasiment chaque semaine qui durent entre une et quatre heures. Pendant ce temps, on ne peut pas travailler », témoigne Catherine, 54 ans, qui corrige des copies d’histoire-géographie. Jeudi 8 avril, plusieurs dizaines d’employés du Cned se sont mis en grève. Et ce n’est pas seulement parce que leurs ordis rament. Ils éteignent leurs tours centrales pour protester contre leurs conditions de travail et l’absence de moyens supplémentaires malgré l’augmentation du nombre d’inscrits depuis la crise sanitaire.”

Un sujet qui revient régulièrement, l’affection dans les lycées de Paris. Pourquoi tant de bruit autour de l’affectation dans les lycées parisiens ? Par Cécile Blanchard Rédactrice en chef des Cahiers pédagogiques
“En matière d’éducation, Paris fait figure d’exception : les directeurs d’école y sont systématiquement déchargés de toute heure de cours et la Ville fournit aux écoles élémentaires des PVP (professeurs de la Ville de Paris) qui se chargent des enseignements de musique, arts visuels et EPS dans les écoles élémentaires. Surtout, l’affectation en lycée suit une procédure très spéciale, appelée Affelnet (dont les résultats seront connus cette année le 30 juin)” pour les abonnés d’Alternatives-economiques.

Au moment où Joe Biden reconnait le génocide arménien, de nombreux enseignants témoignent de la difficulté de l’enseigner. Génocide arménien : de plus en plus, les professeurs doivent faire face au négationnisme
“Encouragées par des associations franco-turques, les contestations des élèves et de leurs parents du génocide arménien sont de plus en plus fréquentes, pendant les cours et en dehors.” Le JDD

Un sujet important et grave, l’accès à la pédophilie via le net.
Pornographie en ligne : des risques préoccupants pour les adolescents
“L’adolescence est une période de bouleversements et de maturations physiques, biologiques et psychiques. Pour les jeunes, Internet va alors sembler un lieu privilégié pour chercher des informations et partager des questionnements, les confrontant seuls aux dangers et aux risques de cette utilisation.
Un adolescent sur cinq serait concerné par un de ces risques : cyberharcèlement, contact avec des inconnus, utilisation de sexting et usage de la pornographie.
La confrontation avec la pornographie en ligne est un risque qui questionne. En effet, le nombre de sites de cet ordre s’est multiplié de manière exponentielle : en 2007, il existait déjà plus de 4 millions de sites d’ordre pornographique sur Internet et, souvent, il suffit de valider « être majeur » ou « avoir plus de 18 ans » pour y accéder.”

Pour terminer, on s’intéresse aux jeunes filles. Celles qui vivent en milieu rural et les étudiantes victimes d’agressions.
Elle a enquêté sur les jeunes filles en milieu rural populaire
“La sociologue Yaëlle Amsellem-Mainguy est allée rencontrer des jeunes filles de milieu populaire vivant en milieu rural. Elle met en lumière les ressources déployées par cette jeunesse.” Ouest France
« La majorité des étudiantes qui viennent consulter se libèrent de faits d’agressions »
“Margaux Leroyer-Mordacq le Blanc, psychologue clinicienne et accompagnant les étudiants, revient sur les violences sexuelles et morales au sein de l’enseignement supérieur.”

Géraldine Duboz

Lire la suite

L'école? Une variable d'ajustement dans la communication sanitaire gouvernementale - Par Lucien Marboeuf

25 Avril 2021 , Rédigé par France Info Publié dans #Education

L'école? Une variable d'ajustement dans la communication sanitaire gouvernementale - Par Lucien Marboeuf

EXTRAITS

Comme si de rien n'était

Les écoles vont donc rouvrir demain lundi 26 avril, après quatre jours de distanciel et deux semaines de vacances anticipées. Si on peut, à la lecture de certains chiffres, espérer être au début d’un « plateau haut » après ces trois semaines, les indicateurs nationaux et locaux sont peu ou prou les mêmes que ceux qui avaient prévalu à la mise en place de ce "confinement" avec écoles fermées. Autrement dit ce qui nécessitait une fermeture il y a trois semaines n’empêche pas, aujourd’hui, une réouverture complète. Pour quelles raisons avait-on fermé, au juste ?

Fermeture politique

Quand le président Macron avait annoncé, le 31 mars, la fermeture des établissements scolaires pour trois semaines (quatre dans le secondaire), vacances incluses, on avait naïvement pensé qu’enfin l’exécutif avait entendu, qu’enfin la présidence, le gouvernement avaient pris conscience : entendu les alertes des épidémiologistes, qui disaient qu’il fallait serrer la vis pour de bon et fermer les écoles ; entendu les professeurs, les familles, qui voyaient les cas covid+ se multiplier, les classes fermer par centaines, les chiffres doublant ou triplant d’une semaine sur l’autre ; pris conscience, au-delà des contaminations en milieu scolaire, du rôle de l’école dans la circulation invisible du virus ; pris conscience qu’opérer un tour de vis dans la lutte contre l’épidémie passait nécessairement par une maitrise de ce qui se passe à l’école, quitte à la fermer pour un temps.

On s’est bien trompé.

De toute évidence, l’exécutif, président en tête, n’a pas écouté, n’a pas réalisé. La fermeture des écoles début avril ne doit rien à une quelconque prise de conscience, rien à une capacité d’écoute soudaine, pire : rien à la situation sanitaire. E. Macron en a lui-même fait l’aveu assumé, le 6 avril, au Parisien : « Je ne conditionne pas la réouverture des écoles à des indicateurs sanitaires. Pourquoi ? Parce que ces trois semaines d’absence physique de cours sont déjà un effort important ». Trois semaines, vraiment ? En réalité 3 ou 4 jours en primaire et 9 dans le secondaire. Et puis, de quel effort parle-t-on, au juste ?... Jeudi 15 avril, en visio avec une quinzaine de maires, E. Macron confirme les dates d’ouverture des écoles (26 avril) et des collèges et lycées (3 mai) et répète que « ça ne dépend pas de l’épidémie ».

La réouverture des écoles est donc un acte politique totalement déconnecté de la situation sanitaire, tout comme leur fermeture n’avait, on le comprend maintenant, rien à voir avec l’épidémie. L’école est une variable d’ajustement dans la communication sanitaire de l’exécutif.

(...)

87% des enseignants non éligibles à la vaccination

L’accent mis sur les tests est une bonne chose, mais comme le disait un internaute cette semaine, « on ne veut pas savoir qu’on est positif, on ne veut pas attraper le covid ! ». Pour cela, il n’y a que la vaccination, mais le gouvernement ne voit décidément pas les enseignants comme une priorité. On se souvient que le ministre Blanquer avait annoncé en janvier que les enseignants seraient vaccinés « en mars au plus tard, si on arrive à le faire avant, ce serait bien ».

On en est très loin aujourd’hui, seuls les enseignants de plus de 55 ans sont éligibles à la vaccination, comme le reste de la population, ce qui concerne 13% des profs Pour les 87% restants, l’horizon est maintenant à la mi-juin, autant dire qu’ils ont une petite chance d’être vaccinés pile pour le dernier jour d’école. Ce calendrier est désapprouvé par 75% des français.

Pour rappel, la France est un des pays de l’OCDE à n’avoir pas fait de la vaccination des enseignants une priorité. En mars, 19 pays sur 30 avaient déjà placé les enseignants sur la liste des personnes à vacciner prioritairement (en Allemagne, les profs sont au niveau 2 de priorité, celui des 70-80 ans). Et parmi les pays qui n’en font pas une priorité, certains comme le Japon ou l’Angleterre sont de toute façon très avancés dans la vaccination…

En France, le 22 avril, le ministère annonçait fièrement 15 000 personnels vaccinés, soit… 1,31%.

(...)

Le pire, mais pas le plus étonnant, est que le ministre lui-même ait participé insidieusement à ce prof bashing : lorsque les journalistes de France info, vendredi, le questionnaient sur le vaccin, demandant « pourquoi ne pas avoir ouvert la vaccination à tous les enseignants, ne pas avoir profité de ces deux trois semaines pour vacciner en masse les enseignants ? », puis insistant d’une relance « pourquoi on ne va pas plus vite ? », JMB a insisté sur le fait que « ce n’est pas la totalité de ceux qui sont concernés qui ont profité de cette possibilité »…

C’est la base, en politique : quand vous ne voulez pas qu’on parle de vous, parlez des autres.

Suivez l’instit’humeurs sur Facebook et sur Twitter @LucienMarboeuf.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>