Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Revue de Presse Education... La rentrée — Innovations — Ressources...

27 Août 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... La rentrée — Innovations — Ressources...

La rentrée toujours l’objet de toutes les attentions. Quelques infos sur des innovations et quelques ressources.

Rentrée

Le Café pédagogique annonce : Un nouveau protocole sanitaire dévoilé aujourd’hui
"Vous recevrez mercredi le protocole sanitaire définitif de rentrée". Dans un message envoyé aux directeurs d’école et aux personnels de direction le 25 août, JM Blanquer confirme la rédaction d’un nouveau protocole comme le Café pédagogique l’avait annoncé. Le nouveau protocole devrait imposer le port du masque par tous les adultes et les élèves à partir de 11 ans. Il ne modifie pas les choses en ce qui concerne la distanciation, le brassage ou le nettoyage. Des déclinaisons locales plus rigoureuses sont annoncées et pourraient concerner l’Ile-de-France, les Bouches du Rhône, Mayotte et la Guyane.”

Masques : Les collectivités territoriales se substituent à l’Etat
Le gouvernement aurait décidé de ne pas offrir de masques gratuits aux parents lors de la rentrée alors que celui-ci devient obligatoire au collège et au lycée. Pour JM Blanquer, le masque ’fait partie des fournitures scolaires" et à ce titre entre dans la revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire. Des collectivités territoriales ont donc décidé de se substituer à l’Etat pour permettre aux familles modestes d’accéder à l’école.”

Ile-de-France : chaque lycéen de seconde va recevoir un ordinateur Par Lucas Biosca
Pour la rentrée, la région Ile-de-France va distribuer un ordinateur à chaque nouveau lycéen entrant en seconde. Soit plus de 100.000 machines, annonce Valérie Pécresse, la présidente francilienne, ce mardi 25 août à CNEWS. Un effort entamé l’an dernier, et qui prend d’autant plus de sens avec le coronavirus.” Polémique sur les réseaux concernant la différence de traitement entre les différents lycéens...

Covid-19 : la région Île-de-France va distribuer deux masques en tissu à chaque lycéen Par Le Figaro avec AFP
Pour éviter les inégalités sociales en cas de télé-enseignement, la région va aussi équiper d’ordinateurs ou de tablettes tous les élèves entrant en classes de seconde générale et technologique.”

Nice Matin : Masque, cantine, enseignement à distance... Le ministre de l’Education attendu sur les dispositifs pris pour la rentrée
Permettre à tous les élèves de reprendre le chemin de l’école tout en garantissant les meilleures conditions sanitaires : Jean-Michel Blanquer, qui fait sa rentrée mercredi 26 août, la plus délicate depuis son arrivée au gouvernement, espère concilier ces deux objectifs.
Rarement, la conférence de presse de rentrée du ministre de l’Education, prévue en milieu d’après-midi, aura été aussi attendue..Lors de ce traditionnel rendez-vous, il va en effet devoir mettre fin aux interrogations qui planent encore sur la rentrée scolaire, en plein rebond de l’épidémie de coronavirus
.”

Rentrée scolaire : quels départements et régions distribueront des masques gratuits aux élèves ? Publié par Fériel Boudjelal sur Vousnousils
A la rentrée, le port du masque sera obligatoire dès 11 ans dans les établissements scolaires. Un coût important à la charge des parents.”

Et au final, L’Etat ne fournira pas de masques aux élèves à la rentrée Par Françoise Fressoz et Cédric Pietralunga
"Le gouvernement a décidé de ne pas rendre gratuits les masques pour les collégiens et les lycéens alors que de nombreux élus le réclamaient."
"Emmanuel Macron et Jean Castex ont tranché. Malgré la pression et les appels venus de tous les bords de la classe politique, l’éducation nationale ne fournira pas de masques de protection contre le Covid-19 aux élèves lors de la rentrée scolaire, alors que son port sera obligatoire toute la journée dans les collèges et les lycées. La décision a été prise lors d’un conseil de défense sanitaire qui s’est tenu à l’Elysée, mardi matin, et devrait être officialisée lors du conseil des ministres de rentrée, mercredi 26 août."

L’Education nationale sous le choc Par Rodrigo Arenas, co-président de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE)
"Tribune. Comme il y a les profiteurs de guerre, il y a les vautours du désastre. Dans son célèbre essai la Stratégie du choc, Naomi Klein décrit bien comment les catastrophes, naturelles ou humaines offrent toujours aux forces du marché de nouveaux territoires à conquérir. Certes, dans le sillage de la crise sanitaire, et de ses bouleversements sociaux et économiques, on a parlé d’un « retour de l’Etat ». Mais quand l’Etat se met au service des intérêts privés, c’est le bien commun qui recule."

Innovations

Ken Robinson, universitaire et conférencier TED aux 66 millions de vues, est mort Par Emmanuel Davidenkoff
Sa notoriété s’était construite sur Internet ; l’annonce de sa disparition a suscité, en quelques heures, des milliers de réactions sur les réseaux sociaux. Sir Kenneth Robinson est mort le 21 août, en Californie, des suites d’un cancer, à l’âge de 70 ans. Jusqu’en février 2006, rien n’annonçait que cet universitaire anglais, expert des questions d’art et d’éducation, deviendrait, dans le monde entier, le porte-parole adulé autant que discuté des acteurs de l’innovation éducative.” pour abonnés

Innovations à l’école – Transformer les salles de classe Par Anne-Noémie Dorion, avec Alice Pairo-Vasseur
ÉPISODE 2. Pratiquée dans l’enseignement supérieur, à l’étranger ou par quelques enseignants français, l’évolution des espaces de cours pourrait métamorphoser l’enseignement.”

Ressources

Le tournant sanitaire et environnemental : la Covid-19 et les programmes d’Histoire-Géographie
A une semaine de la rentrée scolaire, celle-ci s’annonce encore sous les menaces de la Covid-19. La pandémie mondiale a eu (et a encore) des conséquences économiques et sociales visibles. Elle a aussi touché l’enseignement en général, et l’Histoire-Géographie en particulier. Durant près de cinq mois (de mars à juillet 2020), la crise du coronavirus a contraint les différentes équipes académiques à proposer à leurs élèves des outils de réflexion disciplinaire.” Sur le site GaïaClio à l’Ecole, didactiques de la géohistoire.

Rachid Zerrouki : Les incasables
"En enseignant en Segpa à des élèves âgés de 12 à 16 ans, je savais que je ne façonnerais pas des ingénieurs, des médecins ou des avocats, mais des manutentionnaires, carreleurs, tourneurs-fraiseurs ou professionnels de l’aide à domicile – des prolétaires sans qui tout s’effondrerait, mais que la société méprise, maltraite, sous-paye et exploite. En revanche, j’ignorais tout de ce que j’allais recevoir en retour : des leçons de vie en pagaille, des souvenirs impérissables et un sens à mon métier". Professeur des écoles, Rachid Zerrouki, que beaucoup connaissent sur Twitter sous le pseudo "Rachid l’instit", enseigne en SEGPA. Il publie un livre « Les incasables » aux éditions Laffont. Un livre à la fois témoignage professionnel et aussi personnel sur des élèves et un parcours singulier. Entretien.”

Rencontres d’été 2020 du CRAP-Cahiers pédagogiques : Enseigner le climat, un défi pour le futur Conférence de Mathilde Tricoire sur les
Qu’est-ce que le changement climatique ? Quelles preuves en avons-nous ? Et que pouvons-nous faire ? Après avoir mené des ateliers avec les enfants des participants des rencontres d’été du CRAP-Cahiers pédagogiques, Mathilde Tricoire, responsable pédagogique à l’Office for Climate Education (OCE), organisation chargée de promouvoir et développer l’éducation au changement climatique. Après avoir présenté quelques bases scientifiques sur le changement climatique, elle a proposé des pistes pour travailler avec des enfants, en classe ou ailleurs.”

Livre sur Galica La pension des oiseaux / dessins de Jordic ; texte de Tony d’Ulmès

Bernard Desclaux

Abonnez-vous, Réabonnez-vous, Offrez un abonnement, diffusez cet appel !
Pour vous abonner : https://librairie.cahiers-pedagogiques.com/74-abonnements

Lire la suite

Chers amis... Les vacances s'achèvent...

25 Août 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Education

Chers amis,

Demain me verra reprendre la route vers "ma" Normandie d'adoption.

Ces vacances d'été furent les dernières de ma carrière d'enseignant et les premières de ma nouvelle vie sans élèves. Une page se tourne. D'autres vont s'écrire.

A jeudi donc pour la suite de mes "aventures"...

CC

Lire la suite

Ali Farka Touré & Toumani Diabaté...

25 Août 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Education

Lire la suite

Coup de coeur... Albert Cohen...

25 Août 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

"Les autres mettent des semaines et des mois pour arriver à aimer, et à aimer peu, et il leur faut des entretiens et des goûts communs et des cristallisations. Moi, ce fut le temps d’un battement de paupières. Dites moi fou, mais croyez-moi. Un battement de ses paupières, et elle me regarda sans me voir, et ce fut la gloire et le printemps et le soleil et la mer tiède et sa transparence près du rivage et ma jeunesse revenue, et le monde était né, et je sus que personne avant elle, ni Adrienne, ni Aude, ni Isolde, ni les autres de ma splendeur et jeunesse, toutes d’ELLE annonciatrices et servantes."

 

Albert Cohen - Belle du Seigneur

Lire la suite

Réussir la rentrée, réussir l’année scolaire 2020-2021 - Les propositions de Parti Socialiste

25 Août 2020 , Rédigé par Liberation Publié dans #Education

Réussir la rentrée, réussir l’année scolaire 2020-2021 - Les propositions de Parti Socialiste

Pour garantir le droit à la réussite pour tous, il faut sans plus attendre atténuer le coût de la rentrée des classes pour les familles et pour les étudiants les plus modestes, faciliter la différenciation pédagogique au sein des classes et ouvrir des postes dans le secondaire plutôt que de les supprimer.

Tribune. Notre école n’est pas une bulle «hors-sol», à l’écart de notre vie quotidienne, bien au contraire. En ce mois de septembre, elle ne peut reprendre comme avant. Au plan sanitaire, le virus n’a pas disparu et il impose une rentrée sous surveillance. Au plan scolaire, la fin de l’année et les vacances n’ont pas permis de rattraper le retard pris et de combler les inégalités entre les élèves. C’est pourquoi, dans ce contexte, qui reste marqué du sceau de l’instabilité et d’une crainte permanente d’une nouvelle vague épidémique qui n’épargne pas l’école, deux axes nous apparaissent essentiels pour réussir la rentrée et au-delà, l’année scolaire à venir : aider les familles et les élèves en difficulté et donner à l’école les moyens de réussir sa mission.

Au-delà de l’augmentation de l’allocation de rentrée scolaire, il convient d’atténuer plus avant le coût de la rentrée pour les familles et de bien préparer les enfants à leur retour en classe. Les masques doivent être gratuits pour les élèves. Un jeu de dix masques lavables devrait être proposé à chacun. Le coût mensuel pour les familles est élevé. Rien ne serait pire que de s’apercevoir avec retard que des enfants utilisent des masques souillés pour faire semblant de respecter des règles que leurs parents ne peuvent supporter financièrement. La tarification sociale des cantines devrait être mise en place partout, en lien avec les collectivités territoriales. L’Etat devrait, pour sa part, s’engager en finançant par exemple la création d’une tranche gratuite pour la restauration scolaire à destination des familles vivant sous le seuil de pauvreté.

Atténuer le coût des études pour les plus modestes

Lors de la crise sanitaire, de nombreux étudiants se sont retrouvés avec des ressources diminuées – voire sans ressources, sans accès aux restaurants universitaires et en difficulté pour vivre au quotidien – ce qui a pu affecter leurs études. Le gouvernement a annoncé une revalorisation des bourses à hauteur de 1,20%, ce qui reste insuffisant pour la Fédération des associations générales étudiantes – chiffrant à 3% et l’Unef à 3,6% l’augmentation du coût de la vie étudiante avec, notamment, un budget lié au coût des masques qu’il faudra porter pendant les cours. Le doublement du nombre de bourses à taux zéro s’impose plus que jamais, tout comme le gel du prix des restaurants universitaires et des loyers des résidences universitaires pour 2020 et 2021.

Renforcer le réseau d’aides spécialisées

Les professeurs spécialisés et les psychologues scolaires sont des renforts utiles aux équipes enseignantes et aux parents. Dans le contexte inédit que connaît l’institution scolaire, il n’est pas possible qu’elle se prive de leurs compétences. Les besoins en postes existaient avant la crise sanitaire, ils n’ont pas disparu depuis, bien au contraire. C’est pourquoi un moratoire sur la fermeture des postes en Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased) devrait être appliqué, ainsi qu’une carte des renforts nécessaires en lien avec le collectif national des Rased. Dans le second degré, l’abondement des fonds sociaux des établissements constitue une urgence absolue pour les familles pauvres et leurs enfants.

De la scolarisation des enfants en situation de handicap

En dépit des efforts qui ont pu être faits pour le recrutement de postes d’accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH), la situation n’est pas satisfaisante sur le terrain. Ces élèves ont vécu péniblement le confinement et, depuis la reprise, bien peu d’entre eux ont pu retourner dans les écoles et établissements scolaires. Le statut des accompagnants devrait être sécurisé et une véritable formation dispensée. Les classes dans lesquelles sont scolarisés des élèves en situation de handicap ne devraient pas excéder vingt élèves et les élèves inscrits dans des dispositifs Ulis (unités localisées pour l’inclusion scolaire) devraient être pris en compte dans les effectifs de classe en application du décret de la rentrée 2019.

Plus de moyens à l’éducation prioritaire

La période de confinement et la reprise des cours, en dépit de l’investissement des enseignants et des collectivités locales, ont été particulièrement préjudiciables pour les élèves scolarisés en REP et en REP+. Les conditions de logement, le manque de ressources dans l’univers familial, l’absence de matériel ont eu des répercussions sur les apprentissages scolaires de ces élèves. Pour remobiliser les élèves et les équipes pédagogiques, des moyens supplémentaires devront être engagés, en particulier dans les classes charnières.

Tout n’est certes pas réductible à une question de moyens, mais sans moyens suffisants, c’est la meilleure façon de faire échouer les élèves, notamment ceux qui décrochent ou ont de réelles difficultés à suivre en classe. En ce qui concerne le premier degré, il faut opter pour une réelle différenciation pédagogique : le niveau des élèves en cette rentrée de septembre sera très hétérogène. Il dépendra fortement de la manière dont les élèves ont pu être aidés et accompagnés durant les six derniers mois. Il conviendrait de faciliter la différenciation pédagogique au sein des classes. D’autant que si l’on en croit Roland Goigoux, professeur à l’université de Clermont-Auvergne, le dispositif des classes dédoublées en grande section, CP et CE1 est à la fois très coûteux et peu efficace. Le gouvernement devrait relancer le dispositif «plus de maîtres que de classes» en réallouant une partie des moyens affectés aux classes dédoublées, ce qui permettrait de toucher un plus grand nombre d’écoles au bénéfice d’un plus grand nombre d’élèves – environ six fois plus.

Quant au second degré, il est en souffrance : pour rappel, le gouvernement a fait voter la suppression de 440 emplois alors qu’il faudra accueillir 30 000 élèves supplémentaires dans le secondaire. Il conviendrait, à l’inverse, de donner des moyens au second degré et d’ouvrir des postes en conséquence aux concours de recrutement afin de pourvoir ces nouveaux postes.

L’enseignement professionnel est délaissé : la reprise des cours en lycées professionnels, qui scolarisent 643 800 jeunes, soit 40% des lycéens en France, ne peut pas s’envisager à moyens constants. C’est «la première priorité» du ministre Blanquer, mais c’est là aussi où le taux de décrocheurs a été le plus important. Les enseignants demandent, à juste titre, un accroissement du nombre de places dans les lycées professionnels et les sections de techniciens supérieurs, pour permettre la poursuite ou la reprise de formation des jeunes dont le contrat d’apprentissage aura été rompu ou dont le projet d’insertion professionnelle est remis en cause par la situation économique dégradée.

Revaloriser les personnels de l’éducation

Plus que jamais, les enseignants ont besoin de travailler dans un environnement sécurisé et reconnaissant, à la hauteur de leur niveau de qualification et de leur responsabilité sociale. La revalorisation engagée depuis 2016 dans les Parcours professionnels carrières rémunérations (PPCR) doit être poursuivie. Les salaires doivent être revus à la hausse, non pas pour compenser les effets d’une réforme annoncée des retraites injuste, mais pour mieux apprécier leur travail et prendre en compte l’utilité sociale de leur métier. La promesse d’une loi de programmation pluriannuelle sur la période 2022-2026 devra être tenue et le montant des enveloppes discuté avec les partenaires sociaux. Au total, il s’agit moins «d’improviser l’école de demain sur une crise», (Thibaut Poirot) que d’arrêter d’improviser l’école sur un système éducatif en crise miné par des inégalités structurelles à corriger.

C’est un enjeu mais surtout un défi : celui de garantir le droit à la réussite pour tous nos jeunes, quel que soit l’endroit où ils vivent, quel que soit le milieu d’où ils viennent, partout sur le territoire de la République.Yannick Trigance conseiller régional d'Ile-de-France, secrétaire national PS Education Enseignement supérieur Olivier Faure premier secrétaire du Parti socialiste, député

 

Lire la suite

Coronavirus : avant la rentrée, Blanquer multiplie les consultations... sans convaincre

25 Août 2020 , Rédigé par Europe 1 Publié dans #Education

Coronavirus : avant la rentrée, Blanquer multiplie les consultations... sans convaincre

Depuis lundi, le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, multiplie les consultations avec les syndicats d'enseignants pour rassurer au sujet d'une rentrée scolaire à haut risque à cause du coronavirus. Les professeurs feront leur pré-rentrée lundi prochain et leurs élèves, dès le lendemain.

Plus qu'une semaine avant la rentrée ! Les enseignants ont rendez-vous lundi prochain pour la pré-rentrée et les élèves, eux, sont attendus dès le lendemain. Cette rentrée scolaire est particulièrement scrutée en raison du contexte sanitaire marqué par l'épidémie de coronavirus. Les parents s'inquiètent pour leurs enfants même si le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, tente de les rassurer. Les professionnels du secteur scolaire, eux, se demandent comment assurer une rentrée des classes dans les meilleures conditions possibles. En première ligne, le ministre multiplie cette semaine les consultations pour que tout se passe pour le mieux... mais a toujours du mal à convaincre.

Le syndicat SNUipp-FSU, reçu en premier par le ministre lundi après-midi, reste en effet mitigé après cet entretien. Une mesure trouve toutefois grâce aux yeux du syndicat : le port du masque obligatoire pour les élèves de 11 ans et pour tous les enseignants dès l'école élémentaire. Pour le reste, le protocole sanitaire appliqué sera celui proposé il y a un mois par l'exécutif, ce qui ne satisfait par Régis Metzger, co-secrétaire général du syndicat.

"Dans les cantines, une diffusion accrue du virus"

Le syndicaliste estime que dès lors que le masque ne sera plus obligatoire, pendant la récréation ou à la cantine, "la situation sera la même qu'avant la période d'épidémie". Or, "dans les cantines par exemple, il y a des signes qui montrent une diffusion accrue du virus". Ces moments de brassage des élèves, c'est-à-dire lorsqu'ils se croisent, restent les plus difficiles à gérer pour bien faire appliquer les mesures sanitaires.

"Nous aurions préféré que l'on se donne le temps et les moyens d'organiser cette rentrée", plaide le co-secrétaire général de SNUipp-FSU au micro d'Europe 1. Le représentant syndical s'inquiète enfin au sujet du ménage dans les classes. Le protocole prévoit un seul nettoyage journalier. Le ministre a néanmoins prévu des ajustements locaux dans les zones les plus touchées par le virus, c'est-à-dire l'Île-de-France, les Bouches-du-Rhône ainsi que Mayotte et la Guyane.

 

 

Hélène Terzian

Lire la suite

Philippe Meirieu : Ce que l'Ecole peut encore pour la démocratie

25 Août 2020 , Rédigé par Le Café Pédagogique Publié dans #Education, #Pédagogie

Philippe Meirieu : Ce que l'Ecole peut encore pour la démocratie

EXTRAITS

"Il faut parier que l'éducation peut encore quelque chose pour nous aider à avancer vers  la démocratie". C'est bien à un parcours que nous invite le dernier livre de Philippe Meirieu. Dans ce livre, qui est probablement le plus personnel, Philippe Meirieu n'assène pas de leçons de pédagogie. Il partage son propre parcours, jalonné de rencontres avec les grands pédagogues actuels ou anciens. Il évoque ses doutes. Mais l'ouvrage porte aussi ses convictions, toujours interrogées, et son espoir de voir l'Ecole aider à faire naitre un monde moins inégalitaire et moins dominé. Philippe Meirieu évoque ce parcours dans cet entretien donné au Café pédagogique.

 

Ce nouveau livre est peut-être le plus personnel de vos récents ouvrages. Vous mettez en avant votre expérience d'enseignant dans le scolaire. Pourquoi ?

 

Je parle effectivement, dans ce livre, de mon expérience d'enseignement dans une école rurale de la grande banlieue parisienne, mais aussi dans un collège lyonnais durant de nombreuses années ou encore, plus brièvement, en lycée professionnel à Vénissieux. Mais j’évoque également mes pratiques de formateur et d’enseignant à l’université que j’ai toujours voulu cohérentes avec mes convictions pédagogiques. C’est très important pour moi : j’ai trop vu de cours magistraux qui expliquaient doctement qu'il n’en faut point faire ou de magnifiques exposés sur le conflit sociocognitif sans que l’on s’interroge le moins du monde sur ce qui se passait « dans la tête » des auditeurs ni sur la manière dont ils pourraient transférer ce qu’on leur avait enseigné. J’ai aussi été très attentif à la mise en place, tant avec mes élèves qu’avec mes étudiants ou en formation, à la construction de situations authentiques de coopération. J’essaye d’expliquer, le plus honnêtement possible, mon cheminement sur ces questions.

Ça n’a pas toujours été facile, tant il est vrai que les meilleurs analystes de la forme scolaire et de ses défauts peinent eux-mêmes à s’en dégager. Je me suis heurté également à la violence symbolique exercée sur les étudiants venant de BTS ou DUT dans une université qui prône la VAE mais ne la met pas en pratique. Le combat pour l'accès à la culture et aux études des jeunes qui n'ont pas le bagage culturel nécessaire doit s’incarner dans l’invention de formes d’accompagnement social adapté, mais on ne peut pas faire l'impasse sur les pratiques pédagogiques mises en place avec ces jeunes, la manière dont elles les excluent ouvertement ou subrepticement.

Finalement ce livre parle de mes engagements mais se veut surtout le témoignage d'une trajectoire. Il rend compte des rencontres, des découvertes, des émerveillements mais aussi des drames et des déceptions de ce parcours ainsi que de la manière de les surmonter. Peut-être est-ce utile, pour les collègues, de découvrir le cheminement de l’un des leurs, qui avoue comment il a évolué et ce qui lui a permis de progresser ?

 

(...)

 

Vous dites aussi que la pédagogie et les pédagogues sont dans la tourmente. Pourquoi ?

 

Précisément parce que nous vivons dans un contexte intellectuel où l’on dénie toute réflexion à caractère éthique en matière éducative au profit d'un scientisme qui prétend résoudre toutes les questions. Cela compromet, tout à la fois, la recherche pédagogique et la formation des enseignants.

En prétendant asseoir l’éducation sur des certitudes, indépendamment, de toute réflexion philosophique, on transforme les enseignants en exécutants de procédures « validées scientifiquement » alors que le métier est constitué de prises de décisions qui implique des choix de valeurs. Enseigner, ce n’est pas seulement « transmettre des savoirs » - même si, évidemment, cette transmission est essentielle -, c’est aussi s’engager à faire de cette transmission une émancipation. Et cela passe par le partage du plaisir d’apprendre : si les enseignants n’incarnent pas ce plaisir d’apprendre, ils réservent le bénéfice de la transmission à ceux et celles qui ont découvert ce plaisir par ailleurs, à l’extérieur de l’école.

Mais, peut-être bien que dire que les pédagogues sont "dans la tourmente" est plutôt une vision optimiste. Ils sont, en réalité, largement dans l'oubli. Si l’on excepte la totémisation de Montessori et quelques références à Freinet, l’histoire de la pédagogie est la grande absente de la formation initiale et continue dans l’Education nationale. Et il faut s'inquiéter de l'inculture pédagogique de nos dirigeants comme de ceux qui pilotent la formation des cadres et n'ont comme seule référence les neurosciences et le « management agile ».

 

(...)

 

Au-delà des questions de son organisation, sur quoi voudriez-vous insister pour cette rentrée ?

 

Je suis évidemment très sensible à l’impréparation matérielle de cette rentrée et à une scandaleuse absence d’anticipation. Mais il y a autre chose : quand j'écoute ceux qui aujourd'hui prétendent organiser la rentrée, j'ai le sentiment qu'ils s'adressent à un « enfant machine ». Il faut certes nourrir et protéger l’enfant, lui fournir des outils intellectuels qui lui permettront d’exercer un métier dans de bonnes conditions... Mais on oublie ce que les enfants ont vécu durant cette crise sanitaire sur le plan psychique : ils ont souvent souffert de solitude, certains ont subi des violences physiques ou psychiques, beaucoup ont pâti d’une situation oppressante où la mort était omniprésente. J'aimerais entendre dans la bouche du ministre qu'il est temps de relancer l’EMC, d'institutionnaliser les ateliers philo et de développer les activités artistiques et culturelles pour permettre à nos enfants de mettre des mots et des images sur ce vécu, pour que toutes et tous bénéficient d’une « catharsis » dont ils ont bien besoin.

 

(...)

 

... L’école n’est pas simplement un ensemble de « services » offerts à des usagers, elle est une institution pour permettre à nos enfants de découvrir et de se reconnaître dans ce que Montaigne nommait "l'humaine condition".

 

Propos recueillis par François Jarraud

 

L'entretien complet est à lire en cliquant ci-dessous

 

Philippe Meirieu, Ce que l'école peut encore pour la démocratie, éditions Autrement, ISBN : 9782746755697, 19.90€

Lire la suite

Benjamin Biolay...

24 Août 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Fatima Daas...

24 Août 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

"En dehors de ma famille, à Clichy-sous-Bois, les personnes avec qui j’ai grandi, le voisinage, les amies, les camarades de classe sont presque tous des musulmans. Alors, je n’ai pas de mal à être une « musulmane »."

 

"Je m'appelle Fatima.
Je recherche une stabilité.
Parce c'est difficile d'être toujours à côté, à côté des autres, jamais avec eux, à côté de sa vie, à côté de la plaque."

 

"Mon père disait souvent que les mots c’est « du cinéma », il n’y a que les actes qui comptent.
Il disait smata, qui signifie insister jusqu’à provoquer le dégoût, quand il voyait à la télé deux personnes se dire « Je t’aime ."

 

"Un mois plus tard, j'ai arrêté la prépa.
Je ne suis pas allée en médecine.
Je n'ai pas intégré Science Po.
J'ai écrit."

 

" On ne se rend pas compte qu'on est musulmane et lesbienne jusqu'à ce qu'on vous le dise "

 

""Avant, les vérités me paraissaient dangereuses à dire. J'ai longtemps pensé que les choses se ressentent plus qu'elles ne se montrent. Des restes de mon éducation: montrer par petites touches mais ne jamais dire."

 

Fatma Daas - La petite dernière

Lire la suite

Revue de Presse Education... Rentrée — Dans le rétroviseur — Supérieur — Cadres et innovations — Hommages — Publicité

24 Août 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Rentrée — Dans le rétroviseur — Supérieur — Cadres et innovations — Hommages — Publicité

Et la revue reprend ! Mais sur le même thème, le/la covid ! Désolé, surtout pour vous qui allez affronter cette situation. J’ai tout de même trouvé quelques autres informations.

Rentrée

Rentrée maintenue "sauf exceptions locales", élèves masqués : ce qu’il faut retenir des annonces de Jean-Michel Blanquer
Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a annoncé ce jeudi soir que la rentrée du 1er septembre est bien maintenue, sauf "exceptions locales". Modification importante du protocole : les masques seront obligatoires en classe pour tous, enseignants et élèves dès 11 ans.”

Le Café pédagogique s’interroge : Rentrée : L’Ecole est-elle prête ?
JM Blanquer a beau répéter sur toutes les ondes que "tout est prêt", voire que "le protocole élaboré en juillet prévoit tous les types de situation", la réalité semble toute autre. Sur le plan sanitaire, le protocole de juillet reste la seule référence officielle alors qu’il est dépassé. Sur le plan pédagogique, le ministère impose la mise en place de programmes nouveaux et plus lourds là où un recentrage serait nécessaire. Sur le plan matériel, les adaptations nécessaires à cette rentrée hors du commun n’ont pas été faites. Or, depuis mars 2020, JM Blanquer est bien placé pour le savoir : en temps de crise, le temps perdu ne se rattrape pas.”
.
Coronavirus à La Réunion : La liste des écoles qui restent fermées
L’épidémie de Coronavirus continue de prendre de l’ampleur à La Réunion. L’île a enregistré ce dimanche le record du plus grand nombre de cas depuis le début de la crise sanitaire : 92 en 24 heures.”

Rentrée scolaire 2020 : le protocole sanitaire de référence
Publié le 21 août 2020 - Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)
À partir de quel âge le port du masque sera-t-il obligatoire pour les élèves ? Quelles seront les règles de distanciation dans les cours de récréation et dans les salles de classe ? L’accès aux jeux extérieurs sera-t-il possible ? Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a établi un nouveau protocole sanitaire qui précise les modalités applicables à la rentrée scolaire 2020 dans les écoles, les collèges et les lycées dans un cadre sanitaire normal. En cas de dégradation de la situation justifiant des restrictions d’accueil ou des fermetures, un plan de continuité pédagogique a été diffusé.”

Ecole : une rentrée sous haute incertitude par Philippe Watrelot Enseignant et militant pédagogique
A la fin du mois de juillet, le ministère de l’Education a publié sur son site un « guide sanitaire » pour la rentrée 2020. Dans la torpeur de l’été, cette publication passe un peu inaperçue (en « catimini » titrera le Monde) jusqu’à ce que la presse et une bonne partie des enseignants s’en rendent compte au milieu du mois d’aout.”

Carole Delga : « Nous offrons, ici, en région Occitanie, la rentrée scolaire la moins chère de France »
Si la rentrée scolaire en Occitanie n’échappe pas aux nouvelles contraintes, elle reste la moins chère de France selon Carole Delga, président de la région. Interview”
“Compétente dans la gestion des lycées et de l’enseignement supérieur sur son territoire, la région Occitanie prend à bras le corps la question de la rentrée scolaire chaque année avec l’objectif de diminuer toujours plus les coûts pour les familles. A quelques jours de la rentrée 2020/2021, la présidente de la région Carole Delga évoque l’ensemble des dispositifs en vigueur cette année mais également les précautions qui seront prises dans les établissements scolaires pour faire face à la pandémie de Covid-19. Interview
.”

Dans le rétroviseur

La réforme des rythmes scolaires 2012-2017. Troisième partie. Par Delahaye JP sur son blog.
 3. La réforme portée par Vincent Peillon en 2012-2014 répond point par point aux différentes demandes formulées depuis 2010.
A l’été 2012, Vincent Peillon réunit une grande concertation nationale pour la refondation de l’école (avec des représentants des enseignants, des parents, des élus, des associations, des experts…). La conclusion concernant les rythmes scolaires (groupe de travail animé par Agnès Buzyn) est une nouvelle fois sans ambiguïté : « En primaire, le nombre d’heures de cours ne doit pas excéder 5h par jour […] Augmenter à l’école primaire le nombre de jours de classe, par la mise en place d’une semaine de quatre jours et demi. La demi-journée supplémentaire serait le mercredi, avec possibilité de dérogations au niveau des communes »[2]. Parce que la réforme des rythmes scolaires ne concerne pas que l’école, le ministre de l’éducation nationale demande au premier ministre, fin août 2012, une réunion interministérielle en suggérant une liste des ministres potentiellement engagés (Jeunesse et Sports, Culture, Intérieur, etc.). Cette réunion, pourtant essentielle pour la mise en œuvre de nouveaux rythmes pour les enfants, ne sera jamais organisée
.”

LA POLITIQUE SCOLAIRE DE JEAN-MICHEL BLANQUER… Par Daniel Amedro
NDLR de MAC : un texte indispensable pour comprendre les enjeux de l’école de demain, de l’éducation nationale et trouver des ressources militantes pour contrer ce monstrueux projet pour une véritable école démocratique.
Daniel Amedro est un inspecteur d’académie à la retraite dont le dernier lieu d’exercice fut le Tarn et Garonne. Aujourd’hui, libéré des contingences de sa charge, il intervient dans le débat politique et sur le terrain des luttes sociales dans sa ville de prédilection de Nice. Un retraité actif dont les écrits comme les interventions sont toujours empreintes d’humanisme et de volonté de combattre les travers de la société capitaliste. Un engagement qui ne se dément pas au fil du temps
.”

Comment les notes ont-elles pris tant d’importance dans le système scolaire ? par Claude Lelièvre
Quoiqu’il en soit, que les élèves étudient dans leur établissement ou soient contraints de suivre une partie des enseignements à distance, il est une dimension qui ne varie pas : leur parcours d’études reste marqué par les bulletins de notes. On l’a vu avec la dernière session du baccalauréat, bouleversée par le confinement. Si les épreuves terminales ont été supprimées, l’évaluation a pris la forme du continu.

Supérieur

Université française : après le classement, le déclassement ? Par Pierre-Alain Martinez sur son Blog : Le blog de Pierre-Alain Martinez
Les nouvelles s’accumulent et vont toutes dans le même sens : c’est celui de la détérioration programmée de l’enseignement supérieur en France. Tour d’horizon à l’approche d’une rentrée chaotique

Cadres et innovations

Décret n° 2020-978 du 5 août 2020 relatif à l’obligation de formation des jeunes de seize à dix-huit ans NOR : MENE2014598D
Publics concernés : jeunes âgés de seize à dix-huit ans, missions locales.
Objet : définition des conditions de mise en œuvre de l’obligation de formation et des motifs d’exemption pour les jeunes âgés de seize à dix-huit ans.
Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur à la rentrée scolaire 2020.
Notice : le décret définit les conditions de mise en œuvre de l’obligation de formation et les motifs d’exemption pour les jeunes soumis à cette obligation ainsi que le rôle des missions locales chargées de contrôler le respect de cette obligation de formation et celui de leurs partenaires.
Références : le texte est pris pour l’application de l’article L. 114-1 du code de l’éducation tel qu’il résulte de l’article 15 de la loi n° 2019-791 du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance. Les dispositions du code de l’éducation modifiées par le décret peuvent être consultées, dans leur rédaction résultant de cette modification, sur le site Légifrance (https://www.legifrance.gouv.fr)
.”

Innovations à l’école – Se défaire du cours magistral Par Anne-Noémie Dorion, avec Alice Pairo-Vasseur
ÉPISODE 1. Pratiquées dans l’enseignement supérieur, à l’étranger ou par quelques profs français, des pédagogies nouvelles pourraient servir de source d’inspiration.”

Conseil supérieur de l’éducation (2020). Le bien‑être de l’enfant à l’école : faisons nos devoirs, Québec, Le Conseil, 176 p.
Le Conseil supérieur de l’éducation a confié la production de cet avis à la Commission de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire (CEPEP), dont la liste des membres figure à la fin du document.” C’est au Québec.

Hommages

Sir Ken Robinson dead : Author dies ’peacefully’ aged 70 following short battle from cancer
SIR KEN ROBINSON - the best-selling author and TED Talk speaker - has died aged 70 "surrounded by his family" following a short battle from cancer.” C’était le 21 août 2020.

Rappel Apprendre au 21è siècle. L’école de la créativité selon Ken Robinson par Roseline Ndiaye, le 9 juillet 2015
Rendre les élèves plus acteurs, leur donner ainsi la possibilité de développer leurs talents et passions, voilà ce que prône Ken Robinson, allant à l’encontre de notre système scolaire trop standardisé. Et que disent les enfants quand on leur donne l’occasion d’exprimer leurs idées pour changer l’école ?

Publicité

Mais ça peut servir
De nouveaux scénarios d’enseignement pour votre rentrée
Maintenir la continuité pédagogique en situation de confinement nous a démontré plus que jamais le besoin impérieux de s’adapter afin de garantir la qualité des apprentissages.”
Ce livret présente quatre scénarios d’enseignement : L’exposé interactif, le travail en petit groupe, la classe inversée, la présence à distance. Ils débutent tous par une situation fictive, mais basée sur des expériences réelles.” Avec un ebook gratuit.

Sylvain Connac : La coopération, ça s’apprend
C’est une des leçons du confinement : on apprend bien mieux avec les autres. Alors que l’épidémie est toujours là, Sylvain Connac publie un livre clé pour relancer la coopération des élèves en classe. Il présente les différentes formes de coopération, du travail en groupe aux conseils coopératifs. Très concret, agrémenté de nombreux tests et exercices, ce livre est un véritable manuel pour faire évoluer sa pédagogie en sécurité. Alors que rétablir du commun est une priorité, Sylvain Connac répond à nos questions. Le Café pédagogique vous fait cadeau de ce livre en échange de votre soutien.”

Abonnez-vous, Réabonnez-vous, Offrez un abonnement, diffusez cet appel !
Pour vous abonner : https://librairie.cahiers-pedagogiques.com/74-abonnements

Bernard Desclaux

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>