Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Coup de coeur... Scholastique Mukasonga... "Un si beau diplôme" ou l'émancipation par l'école...

10 Août 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Maman, pourquoi ne nous as-tu pas appris le kinyarwanda ? Ne sommes-nous pas nous aussi rwandais ? Nous avons honte quand nous allons au Rwanda voir nos cousins et nos cousines. Que pensent-ils de nous ? Que nous méprisons leur langue ? " A cette époque, j'avais peur pour mes enfants. La langue est une identité, et cette identité , on me l'avait niée. Elle était devenue une menace de mort. Je voulais leur épargner cette menace, qui semblait planer sur eux comme elle planait sur moi.

(...)

Les malheurs du pauvre Edmond Dantès me fascinaient. Reviendrais-je comme lui au pays ? Mais faudrait-il comme lui, devenu comte de Monte-Cristo, exercer vengeance ? Ces questions me dépassaient mais, en attendant, l'école d'assistantes sociales devenait mon château d'If et il ne me restait plus qu'à trouver un abbé Faria et son trésor. Comment aurais-je deviner que mon trésor serait de pouvoir écrire ?

Scholastique Mukasonga - Un si beau diplôme

Lire la suite

La formation des futures élites face à la logique du cloisonnement... (Vidéo)

10 Août 2020 , Rédigé par Xerfi Canal Publié dans #Education, #Université

Lire la suite

« On ne peut pas continuer à parquer les enfants » : septembre, le spectre d'une rentrée assouplie Un cadrage, sans doute définitif, a été communiqué par le ministère. Relativement souple, il suscite des réactions en demi-teintes chez les professeurs.

10 Août 2020 , Rédigé par Le Point Publié dans #Education

« On ne peut pas continuer à parquer les enfants » : septembre, le spectre d'une rentrée assouplie Un cadrage, sans doute définitif, a été communiqué par le ministère. Relativement souple, il suscite des réactions en demi-teintes chez les professeurs.

EXTRAIT

Un cadrage, sans doute définitif, a été communiqué par le ministère. Relativement souple, il suscite des réactions en demi-teintes chez les professeurs.

« C'est un soulagement ! » confie Christine Portevin, professeure de CM1 dans une école primaire des Hautes-Alpes. Comme ses pairs, l'institutrice a eu connaissance ce vendredi matin du dernier cadrage sanitaire retenu par le ministère de l'Éducation pour la rentrée de septembre. Et – sous réserve que la situation épidémique n'évolue – elle devrait être placée sous le signe de l'allègement. 

« Nous allons enfin pouvoir travailler sereinement », s'enthousiasme l'enseignante. Et pour cause, ces dernières directives abolissent purement et simplement la distanciation physique – et la limitation du brassage entre les classes – en vigueur lors de la réouverture des écoles en mai. Un paramètre clé, puisqu'il conditionne la capacité d'accueil de l'établissement. Tous les élèves pourront donc rentrer à l'école en septembre.

« Les enfants restent des enfants et ces conditions étaient très difficiles à tenir, se souvient Christine Portevin, on ne peut pas continuer à les parquer comme des animaux », estime la professeure. Et si l'enseignement à distance a été une gageure pour nombre d'enseignants et leurs élèves, faire classe dans ce contexte strict et aseptisé n'a guère été plus simple. 

(...)

Alice Pairo-Vasseur

Suite et fin en cliquant ci-dessous

 
close
volume_off
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Se priver de travaux de groupe et de manipulation est délétère pour les apprentissages« Les enfants restent des enfants et ces conditions étaient très difficiles à tenir, se souvient Christine Portevin, on ne peut pas continuer à les parquer comme des animaux », estime la professeure. Et si l'enseignement à distance a été une gageure pour nombre d'enseignants et leurs élèves, faire classe dans ce contexte strict et aseptisé n'a guère été plus simple. 
Lire la suite

Malgré les réformes des résultats stables en CP - Malgré les dédoublements pas de réduction des inégalités

10 Août 2020 , Rédigé par Le Café Pédagogique Publié dans #Education

Malgré les réformes des résultats stables en CP - Malgré les dédoublements pas de réduction des inégalités

EXTRAITS

CP : Quel effet des réformes Blanquer ?

Fleuron des réformes menées par JM Blanquer depuis 2017, le dédoublement des classes de CP et la réforme pédagogique menée dans ces classes portent-ils des fruits ? Deux Notes de la Depp (Division des études du ministère de l'éducation nationale), montre que les progrès sont maigres voir inexistants. Si les enseignants des classes de CP dédoublés se sentent plus confiants,  il n'est pas possible de dire que cela a quelque chose à voir avec les dédoublements eux-mêmes. Par contre l'étude de la Depp montre le maintien d'un fort écart entre les classes de rep et rep+ et hors éducation prioritaire. Alors que les réformes Blanquer ont couté des milliers de postes, les grands progrès promis ne sont pas au rendez-vous.

Malgré les réformes des résultats stables en CP

On se rappelle en janvier 2019 la publication triomphante de premiers résultats des CP dédoublés par la Depp et le cabinet du ministre. Le ministère n'hésitait pas  à affirmer le contraire de ce que montraient les chiffres. Là où on attendait les très bons résultats promis on ne voyait en fait que des progrès très légers et sans rapport avec l'investissement fait dans ces classes.

Un peu plus d'un an plus tard, la Depp publie deux études. Une porte sur le ressenti des enseignants exerçant en CP dédoublés. L'autre porte sur les résultats à mi-CP de tous les cours préparatoires, et parmi eux les CP dédoublés.

Deux années après le lancement des CP dédoublés et de la réforme pédagogique dans ces classes, les résultats montrent surtout une grande stabilité dans les résultats. La Depp reprend d'ailleurs les mêmes formules qu'en 2018-2019. "En français un peu moins des trois quarts des élèves sont entrés correctement dans la lecture.. Comme cela a déjà été observé dans d'autres dispositifs d'évaluation, les écarts sont importants entre les élèves accueillis dans el secteur public hors éducation prioritaire et les élève sde Rep et rep+".

Regardons-y de plus près. Les tests évaluent les compétences en lecture écriture et en maths des écoliers de CP avec des seuils de réussite qui sont établis par la Depp en accord avec la Dgesco et le Conseil scientifique du ministère, les deux structures responsables des réformes mises en place.

La comparaison des résultats en français à mi-CP entre 2018-19 et 2019-20 montre très peu de variation. Le taux de réussite est un peu meilleur en connaissance des noms des lettres et de leur son mais ils sont moins bon en manipulation de phonème, pourtant un exercice central de la réforme Blanquer. Partout ailleurs il n'y a pas de changement.

Si l'on regarde du coté des maths, Si la proportion d'élèves sachant soustraire est un peu plus élevée celle des élèves sachant additionner est plus faible. Il y a quelques progrès quand il s'agit d'écrire des nombres sous la dictée ou de les placer sur une ligne numérique. Mais on est dans des progrès infimes (de 76 à 79% pour le premier par exemple).

(...)

F Jarraud

Depp évaluation de mi CP 2019-2020

Depp évaluation de mi CP 2019-2019

Depp ressenti des enseignants des CP dédoublés

En janvier 2019

Suite et fin à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Alain-Fournier et Modigliani, ou l’art de peindre l’enfance désenchantée de l’après-guerre...

10 Août 2020 , Rédigé par The Conversation Publié dans #Littérature, #Art

Collection Musée de l'Orangerie

Collection Musée de l'Orangerie

EXTRAIT

« Quelle idée de faire l’homme à dix-sept ans ! 

L’impossibilité de concilier le monde de l’enfance et celui de l’âge adulte, tel est le ressort du Grand Meaulnes publié en 1913. A 19 ans, en 1905, Alain-Fournier rencontrait celle qui, sous le nom d’Yvonne de Galais, serait l’héroïne de son roman le plus célèbre. Le roman raconte la sortie de l’enfance. À moins que ce ne soit son rêve continué, ou encore le drame de l’adolescence : « Quelqu’un est venu qui m’a enlevé à tous ces plaisirs d’enfant paisible. » – confesse le narrateur.

Alain-Fournier : dépeindre le passage

Ce quelqu’un, Augustin que tout le monde appellera « le Grand Meaulnes » était âgé de 17 ans, et le narrateur le compare à l’« adolescent anglais », Robinson Crusoé, « avant son grand départ ». Le « pays mystérieux » qui attend le voyageur au sortir de l’enfance est préfiguré par un rêve –« une vision plutôt, qu’il avait eue tout enfant », corrige le texte. Celle d’une jeune fille de dos qui cousait près d’une fenêtre « dans une longue pièce verte, aux tentures pareilles à des feuillages ».

Dans la « fête étrange » qui se déroule dans le « mystérieux domaine » de Sologne, il y a très peu de vieilles personnes : « Quant aux autres, c’étaient des adolescents et des enfants… » Et ils avaient le droit de faire tout ce qu’ils voulaient pendant les noces en costumes du temps jadis, de 1830. La conversation – le mot est répété quatre fois à des moments essentiels dans le roman – d’emblée profonde et amoureuse qu’il a avec Yvonne dès la première journée est rejetée par celle-ci comme une folie d’enfance : « Nous sommes deux enfants ; nous avons fait une folie ». La sortie de l’enfance est appelée dans la deuxième partie « Le grand Jeu ». En revanche, le départ du Grand Meaulnes pour Paris donne au narrateur cette impression : « mon adolescence venait de s’en aller pour toujours. »

(...)

Thierry Dufrêne, Enseignant-chercheur en histoire de l'art, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumière

Et la suite est à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Sting...

9 Août 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Milena Agus...

9 Août 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

D'après maman en effet, dans une famille, le désordre doit s'emparer de quelqu'un parce que la vie est ainsi faite, un équilibre entre les deux, sinon le monde se sclérose et s'arrête. Si nos nuits sont sans cauchemars, si le mariage de papa et maman a toujours été sans nuages, si j'épouse mon premier amour, si nous ne connaissons pas d'accès de panique et ne tentons pas de nous suicider, de nous jeter dans une benne à ordures ou de nous mutiler, c'est grâce à grand-mère qui a payé pour nous tous. Dans chaque famille, il y a toujours quelqu'un qui paie son tribut pour que l'équilibre entre ordre et désordre soit respecté et que le monde ne s'arrête pas.

Milena Agus - Mal de pierres

Lire la suite

L’Education nationale parraine un système de cours organisé par un centre commercial à Meaux...

9 Août 2020 , Rédigé par Actu.fr Publié dans #Education

L’Education nationale parraine un système de cours organisé par un centre commercial à Meaux...

Seine-et-Marne : des cours donnés gratuitement au centre commercial de Meaux

Au centre commercial "Aushopping - les saisons de Meaux", il est possible de faire ses courses pendant que les enfants révisent pour la rentrée.

Des cours de révision sont donnés gratuitement au centre commercial « Aushopping – Saisons de Meaux », tous les mercredis et samedis, jusqu’au 22 août 2020.

Les matinées sont réservées aux enfants de primaire et les après-midi aux collégiens et lycéens. Au menu : cahier de révision et anglais pour les plus jeunes, français, mathématiques, sciences et anglais pour les plus âgés.

Les révisions sont encadrées par des professeurs d’anglais et des étudiants titulaires du BAFA. Chaque créneau dure deux heures. Les cours sont limités à 9 élèves et Il est nécessaire de s’inscrire auparavant.

« Aushopping – les saisons », partenaire des Vacances Apprenantes

« Aushopping – les saisons de Meaux » a été le premier centre commercial a lancé ce projet. Il a été imité depuis par cinquante centres en France. La grande surface a travaillé en partenariat avec le lycée Coubertin de Meaux pour définir les grandes lignes du projet.

Les cours d’anglais se font en partenariat avec Hatier et la franchise « les petits bilingues ». Le concept a été validé par l’éducation nationale, dans le cadre des Vacances Apprenantes.

Lucie Labeau, responsable communication au centre commercial explique la naissance du projet : « Les enjeux sont particuliers cette année pour les scolaires à cause de la crise sanitaire. Certains lycéens peuvent repasser le bac en septembre. Nous avons réfléchi et trouvé intéressant de joindre le côté scolaire au côté commercial. Cela donne une dimension plus conviviale au centre commercial. On espère poursuivre et mettre en place les cours chaque année. »

Loredana Aceto, maman de Lewis, 8 ans, approuve l’initiative : « C’est bénéfique de garder ce lien avec l’école pendant les vacances. Lors du confinement, l’instituteur s’est concentré sur les matières principales et a délaissé les leçons d’anglais. Lewis peut rattraper les cours perdus. En plus, je ne suis pas obligée de faire les allers-retours ou d’attendre comme lorsqu’il pratique ses autres activités extrascolaires. Cette fois, je peux faire mes courses tranquillement pendant qu’il révise. »

Bientôt des enseignements en fonction des achats effectués ? Quand l’institution se dissout dans les services aux consommateurs...

Philippe Meirieu

https://twitter.com/PhilippeMeirieu/status/1292396752465793025

Lire la suite

Lorànt Deutsch gomme deux siècles d’esclavage et de racisme anti-noir...

9 Août 2020 , Rédigé par christophe

Dans sa nouvelle « berzingue » consacrée à La Rochelle, l’acteur et écrivain fait réviser, en 5 interminables minutes, une histoire de la ville qui gomme deux siècles d’un crime contre l’humanité. Une omission coupable car forcément volontaire.

Malgré une allure juvénile savamment entretenue, Lorant Deutch ressemble, de plus en plus, à un vieil adepte d’un « roman national » qu’il enrobe dans le rythme physique et historique effréné  qu’il nous inflige depuis une décennie. Surdoué précoce sur les planches, avouant un penchant pour l’histoire et « les grands criminels », l’acteur a une proximité idéologique avec nombre de personnalités aux tendances monarchistes, révisionnistes et extrémistes à la droite de la droite française.

Le quarantenaire grandit à Sablé sur Sarthe et avant de devenir le comédien, écrivain et vulgarisateur historique réputé qu’il est devenu, cherche sa voie entre la philosophie et l’histoire tout en échouant au concours de la police dont il avouera plus tard « J’étais vraiment déçu : je voulais travailler dans la police scientifique, chercher les grands criminels… »

Des « grands criminels » qu’il ne trouve pas à La Rochelle ou qu’il tait et passe par pertes et profits. Malgré les études historiques attestant le rôle de la Rochelle dans le commerce, l’esclavage et le racisme antiNoir et les lois votées dans notre pays reconnaissant cette activité fondatrice de la mondialisation comme crime contre l’humanité.

(...)

Karfa Sira Diallo

Site et fin en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Edith Piaf...

8 Août 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 > >>