Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Ecoles/collèges : plus d'un Français sur deux pense que la reprise le 22 juin est une mauvaise décision, selon un sondage...

19 Juin 2020 , Rédigé par France Info Publié dans #Education

Ecoles/collèges : plus d'un Français sur deux pense que la reprise le 22 juin est une mauvaise décision, selon un sondage...

Moins de la moitié des personnes interrogées affirment qu'elles enverront leur enfant en classe, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro. Les deux tiers des sondés tiennent à saluer le travail des professeurs pendant le confinement.

La reprise obligatoire des cours pour quinze jours dans les écoles et les collèges, annoncée dimanche 14 juin par Emmanuel Macron, est une mauvaise décision pour 56% des Français, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi 18 juin. Cette décision est même réprouvée par 70% des parents n'ayant pas encore remis leur enfant à l'école. Elle divise également sociologiquement les parents. Près des deux tiers des ouvriers et employés (64%) et 62% des Français les plus modestes se disent mécontent de la mesure.

Un quart des parents est sûr de ne pas remettre son enfant à l'école

Politiquement, l'annonce du chef de l'Etat emporte l'adhésion de huit sympathisants LREM sur dix (80%). Les personnes proches de LR apportent un soutien mesuré (53%). En revanche, la décision est rejetée par plus des trois quarts des Insoumis (78%), six sympathisants PS sur dix (60%), 55% des écologistes et les deux tiers des RN (66%).

Selon ce sondage, seule une minorité de parents (45%) répondront à la demande d'Emmanuel Macron et renverront leur enfant en classe lundi pour deux semaines avant les grandes vacances. Un quart des personnes interrogées est sûr de ne pas remettre leur enfant à l'école et 30% hésitent encore.

Mais les Français n'ignorent pas les conséquences de cette période sans école. Les trois quarts (74%) gardent à l'esprit que les deux mois de confinement auront des conséquences négatives sur le niveau de l'ensemble des élèves. 70% jugent qu'ils accentueront les inégalités entre les élèves. Enfin, six personnes interrogées sur dix (61%) ne croient pas non plus que les deux mois auront permis aux professeurs et aux élèves de travailler mieux et différemment grâce au numérique.

Deux tiers des sondés saluent le travail des professeurs pendant le confinement

Les deux tiers des Français saluent le travail des professeurs pendant le confinement : 65% des personnes interrogées estiment que les enseignants ont su proposer des nouveaux outils efficaces pour que l’enseignement se poursuive malgré le confinement. Ils jugent également à 66% que les professeurs, dans leur immense majorité, ont réussi à s’adapter au confinement et ont maintenu un enseignement de qualité.

Seule une minorité (48%) pense que trop de professeurs ont été des décrocheurs et sont restés injoignables pendant le confinement. Mais 56% des parents d'élèves sont en désaccord avec cette idée.

La côte de popularité de Jean-Michel Blanquer en baisse continue

A l'inverse de leur soutien aux enseignants, les Français perdent confiance dans le ministre de l'Education nationale. 58% des Français ont une mauvaise opinion de Jean-Michel Blanquer, après la crise sanitaire qui a tenu les élèves éloignés de l'école et sur fond de désaccord des Français avec les directives du gouvernement et du président sur le retour à l'école.

La côte de popularité du ministre est en baisse continue. Seul 41% lui sont favorables, c'est 21 points de moins qu'il y a deux ans. Le désaveu est encore plus marqué par les parents d'élèves. Les deux tiers d'entre eux (65%) ont une mauvaise opinion du ministre.

L'enquête d'Odoxa note tout de même que la chute de popularité de Jean-Michel Blanquer n'est pas seulement liée à la crise sanitaire. Elle avait été entamée au mois d'août 2019. 54% des personnes interrogées avaient déjà une mauvaise opinion de lui. Le ministre de l'Education nationale n'est plus soutenu que par les sympathisants LR (58%) et les Marcheurs (86%). En revanche, les deux tiers des PS (66%), 72% des Insoumis et 73% des RN gardent une mauvaise opinion de lui.

Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisée par internet les 17 et 18 juin 2020, sur un échantillon de 1 004 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Lire la suite

Revue de Presse Education... Appel du 22 juin - Humeurs - Supérieur - Ailleurs...

19 Juin 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Appel du 22 juin - Humeurs - Supérieur - Ailleurs...

La "reprise" (oui, encore une reprise !) du 22 juin s’annonce très compliquée à mettre en œuvre. On s’intéresse au supérieur et à ce qui se passe ailleurs. Quelques billets d’humeur.

Appel du 22 juin

Écoles, collèges : comment revenir à la normale ?
« Le président de la République a annoncé un retour obligatoire dans des conditions normales à l’école dès lundi prochain dans les écoles et collèges. Est-ce possible ? Dans quelles conditions ? »

Retour à l’école le 22 juin : assouplissement de la distanciation, fin du port du masque... ce qui va changer
“Le ministère de l’Education Nationale va publier, ce mercredi, le protocole sanitaire qui va servir de document de référence aux établissements scolaires pour préparer le retour obligatoire des élèves le lundi 22 juin pour deux semaines.”

Directeurs d’écoles et enseignants sèchent devant l’équation infernale de la reprise du 22 juin
“Bonne nouvelle, l’école est de nouveau obligatoire pour tous. En revanche, la règle de distanciation physique est maintenue dans les écoles, les collèges et les lycées. Prises en étau, les équipes éducatives ont maintenant deux jours pour faire entrer tous leurs élèves dans des salles de classe où une place sur deux est censée être condamnée.”

Le retour à l’école s’organise en catastrophe
Par Faïza Zerouala pour abonnés
“Fin de la distanciation physique à l’école maternelle, assouplissement des règles en élémentaire, port du masque au collège… Jean-Michel Blanquer a présenté le nouveau protocole sanitaire. Sur le terrain, les directeurs d’écoles sont soulagés mais épuisés.”

L’école "obligatoire" à partir du 22 juin, mais sans sanctions pour les parents récalcitrants
“Jean-Michel Blanquer a semblé affirmer qu’il n’y aurait pas de sanctions pour les parents qui ne remettront pas leurs enfants à l’école.”

Humeurs

Haro sur les professeurs ! De ces journalistes qui chassent en meute
Par petrus borel
“Depuis quelques jours se répand dans les médias dominants une petite musique concernant les profs « décrocheurs ». De 4 à 6% des enseignants auraient déserté leur propre classe durant la durée du confinement. Comment recontextualiser cette information ? D’où vient cet acharnement subit ? Et quelles peuvent en être les conséquences ? Quelques hypothèses…”

Enseignement à distance, quelle douloureuse illusion ! Guillaume von der Weid - Philosophe et conférencier
“Cette nuit, j’ai rêvé que je faisais cours. Tout se passait bien, je déclamais, les élèves notaient. Puis tout d’un coup, comme quand on s’oublie dans une discussion passionnée, je voulus récapituler, montrer que tout cela convergeait vers une conclusion grandiose. Impossible de me souvenir du sujet. J’essayai de remonter le fil des arguments, rien. Je pris le cahier d’un élève pour retrouver la question initiale : les notes s’enchaînaient sans fin. Je levai la tête. « Vous êtes qui déjà ? »”

Enseignants : un éreintement si commode… Par Luc Bentz sur son Blog : Vie publique, société, délices et orgues
“Les propos sur ces quarante mille enseignants déserteurs ont été infirmés sur plusieurs pages de « décodage », mais il en restera quelque chose, tant il est vrai que les infox perdurent malgré les démentis. Au bénéfice de qui ?”

Supérieur

La plateforme Parcoursup a été victime d’une tentative d’hameçonnage
« Le site pirate a été fermé, d’après le ministère de l’Enseignement supérieur.
Si vous recevez des mails de Parcoursup, soyez très vigilants. La plateforme dédiée à l’orientation postbac a été la cible d’une campagne d’hameçonnage. Une technique utilisée par les fraudeurs dans le but d’obtenir des renseignements personnels à des fins d’usurpation d’identité. »

Coronavirus : comment les universités vont-elles sélectionner les élèves ? Publié par Mehdi Bautier
“Grèves, manifestations, crise sanitaire… L’année scolaire a été rude pour les lycéens. Comment préparer l’entrée à l’université dans ce contexte ? Le point avec Erwan Quesseveur, enseignant-chercheur et vice président des questions en charge des formations tout au long de la vie, de l’orientation et d’insertion professionnelle à Rennes II.”

« Imaginer une université à distance, c’est renoncer à sa fonction sociale »
Tribune Collectif
“Au nom de la commission permanente du Conseil national des universités, sa présidente, Sylvie Bauer, demande à la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, dans une tribune au « Monde », le retour du présentiel à la rentrée de septembre.”

Ailleurs

Enseignement universitaire, vers un automne pédagogique ou catastrophique ?
“En mai dernier, le recteur de l’Université de Montréal a annoncé que la « presque totalité des universités canadiennes et américaines [amorçaient] les préparatifs pour un automne très majoritairement à distance ». Ce sera le cas de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), au sein de laquelle nous enseignons. Nous nous interrogeons sur les conditions de travail mises en place par nos institutions pour favoriser un enseignement à distance de qualité, d’autant plus que les étudiants ont été échaudés par leur expérience de la fin de session à distance à l’hiver 2020.”

Au Québec : « La réussite passe par le lien pédagogique ! »
Rentrée collégiale virtuelle : les profs sont préoccupés
“Les enseignants du Collège Lionel-Groulx craignent que l’enseignement virtuel, identifié par la direction comme une solution sécuritaire en temps de pandémie, soit néfaste chez certains étudiants. Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, est pointé du doigt.”

“Une dérive illibérale”, la Roumanie interdit l’enseignement sur le genre dans ses écoles et universités
“Le parlement roumain a interdit les études de genre dans les écoles et universités, s’attirant mercredi de vives critiques sur les réseaux sociaux et dans le milieu académique qui dénonce une dérive "illibérale" rappelant la Hongrie du Premier ministre nationaliste Viktor Orban.”

Débat : La Suisse, ce pays où la réussite sociale n’est pas déterminée par le bac par Richard-Emmanuel Eastes Head of the academic development : University of applied science and arts Western Switzerland (HES-SO, Suisse), Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO)
“Outre un excédent budgétaire récurrent, un taux de chômage insignifiant et des salaires élevés en comparaison internationale, la Suisse est également le pays qui présente le plus fort taux de prix Nobel scientifiques par habitant. Si c’est en général à la robustesse de ses banques que l’imaginaire populaire attribue ces succès (et à son secret bancaire dont il est toutefois bon de rappeler qu’il n’est plus effectif depuis 2018), cette idée préconçue en masque très probablement les autres origines potentielles. À commencer par son étonnant système de formation… qui ne conduit que 40 % d’une classe d’âge à l’obtention d’un baccalauréat.”

« Une femme » a désormais sa page Wikipédia
Billet de blog Pierre Bouvier
“Après le hashtag #unefemme et le compte @PepiteSexiste, qui dénoncent l’invisibilisation des femmes dans les médias, « Une femme » a, depuis quelques semaines, son propre compte parodique sur Wikipédia.” Drôle et intéressant.

Géraldine Duboz (avec l’aide de Bernard Desclaux).

Lire la suite

Vivaldi...

18 Juin 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Boris Vian...

18 Juin 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Le jardin s'accrochait partiellement à la falaise et des essences variées croissaient sur ses parties abruptes, accessibles à la rigueur, mais laissées le plus souvent à l'état de nature. Il y avait des calaios, dont le feuillage bleu violet par-dessous, est vert tendre et nervuré de blanc à l'extérieur ; des ormandes sauvages, aux tiges filiformes, bossuées de nodosités monstrueuses, qui s'épanouissaient en fleurs séches comme des meringues de sang, des touffes de rêviole lustrée gris perle, de longues grappes de garillias crémeux accrochés aux basses branches des araucarias, des sirtes, des mayanges bleues, diverses espèces de bécabunga, dont l'épais tapis vert abritait de petites grenouilles vives, des haies de cormarin, de cannais, des sensiaires, mille fleurs pétulantes ou modestes terrées dans des angles de roc, épandues en rideaux le long des murs du jardin, rampant au sol comme autant d'algues, jaillissant de partout, ou se glissant discrètes autour des barres métalliques de la grille. Plus haut, le jardin horizontal était divisé en pelouses nourries et fraîches, coupées de sentiers gravelés. Des arbres multiples crevaient le sol de leurs troncs rugueux.

Boris Vian - L'Arrache-coeur

Lire la suite

"Je ne suis pas une girouette" : la colère d'une institutrice sur la réouverture totale des écoles...

18 Juin 2020 , Rédigé par Positvr Publié dans #Education

"Je ne suis pas une girouette" : la colère d'une institutrice sur la réouverture totale des écoles...

« À Monsieur le Président …

Quand vous avez annoncé la fermeture des écoles, mes collègues et moi-même avons de suite organisé tout ce qu’il fallait pour mettre en place la continuité pédagogique de nos élèves. Dès le lundi suivant, tout était opérationnel pour nos élèves : fichiers de devoirs, visio, mails quotidiens. On a appelé les familles une à une, plusieurs fois. Week-ends, vacances, jours fériés, soirées, tout y est passé. En dépit du non fonctionnement des serveurs et plateformes de l’Éducation Nationale. Avec nos matériels personnels, notre bonne volonté, nos heures que l’on n’a pas comptées. On s’est adaptés.

Quand vous avez annoncé la réouverture des écoles avec un protocole de dingue, les collègues et moi-même avons de suite tout réorganisé. On était prêtes. La rubalise a été posée, les tables espacées, certaines toilettes condamnées, les meubles poussés, les jeux mis sous bâche. Par nous-mêmes. Avec nos ATSEMs, nos petites fées du protocole qui ne font même plus vraiment leur métier de cœur en ce moment, sans qui l’ouverture des écoles n’aurait pas été possible et qui ont subi aussi les injonctions pressantes parfois des mairies et parfois des ministères. On a joué sur chacun de nos 2 pieds pour assurer l’école à l’école et l’école à la maison de nos élèves encore confinés alors que les journées faisaient toujours 24h et pas une seconde plus. En dépit des injonctions contraires que l’on recevait chaque jour. Avec notre bonne volonté, nos heures que l’on n’a pas comptées. On s’est adaptés.

Quand les médias tabassent à longueur de journée que les profs ont disparu, on s’est tus. On a pris sur nous en se disant que nous, nos élèves savent, nos parents d’élèves savent. Que ce n’était sûrement qu’une stratégie gouvernementale : le fameux « diviser pour mieux régner ».

Quand il a fallu accueillir les enfants dans des conditions douteuses, en les empêchant de s’approcher, de jouer, de manipuler, de se lever. On s’est adaptés. On a creusé nos petites têtes de feignant payés grassement à rien faire pour que les journées d’enfants de 3 ans se déroulent malgré tout au mieux.

Aujourd’hui, vous annoncez une réouverture totale des écoles pour lundi matin prochain. Mais cette fois-ci, Monsieur Macron, je ne vais pas m’adapter. Je ne vais pas revenir le week-end prochain sur temps non scolaire pour remettre en place mes tables, enlever la rubalise, tout préparer. Parce qu’à force de tirer sur la corde, elle finit par céder. Nous nous sommes adaptés, sans aide, sans reconnaissance. Je ne vais plus autant m’adapter et je refuse de sacrifier le temps que j’ai à passer avec ma famille pour venir remettre ma classe comme avant, sur du temps non scolaire, pour des lubies politiques alors que vous vous complaisez dans le prof-bashing.

Maintenant, on nous dit que la règle de la distanciation est valable seulement « latéralement ». Qu’est ce que cela veut dire pour nous, concrètement ? Quand sommes nous sensés pour la 3ème fois depuis le mois de mars déménager les locaux, préparer le matériel, prévenir les familles ? Je soupçonne que vous comptiez sur notre temps personnel, sur notre week-end parce que même si l’on s’amuse à nous faire passer pour des fainéants, on sait aussi à quel point la plupart d’entre nous ne compte ni les heures ni l’investissement. Pour eux. Pour les enfants. Je serai là, je ferai de mon mieux lundi, comme nous le faisons depuis la réouverture des écoles, pour les enfants. Mais cette fois-ci, j’y mets une limite car je ne suis pas une girouette et car quoi que l’on fasse, ce ne sera jamais assez pour certains.

Si vous décidiez, par hasard, de proposer de l’aide au sens physique, pour déplacer les meubles, les enseignants de France vous attendent. Merci.

Si vous décidiez également de communiquer avec les enseignants de ce pays par un autre moyen que par les médias, sachez que nous en serions ravis. Nous avons des boîtes mails professionnelles sur lesquelles notre Ministre nous envoie de temps à autre de petites vidéos. Nous serions ravis de recevoir d’autres communications de la part du gouvernement sur un sujet qui nous préoccupe beaucoup actuellement : la reprise des écoles en pandémie. Merci. »

Margot Poretti

Depuis sa publication sur Facebook, la lettre de Margot Poretti a été vue plus de 40 000 fois et partagée près de 70 000 fois par les internautes. De vives réactions qui témoignent du mécontentement général des enseignants.

Désormais, il ne reste plus qu’à savoir si ce discours sera entendu par le gouvernement.

Lire la suite

Merci les profs ! (Audio)

18 Juin 2020 , Rédigé par France Inter Publié dans #Education

Merci les profs ! (Audio)

Au retour du confinement, Frédérick Sigrist fait le bilan de l'école à la maison...

Oh la vache, moi j'ai plus l'habitude ! Ça fait une éternité que j'ai pas fait de chronique ! C'est bien simple la dernière fois que j'ai fait une chronique, on applaudissait encore les soignants !

Hier ils ont manifesté pour avoir plus des moyens mais à mon avis, ça va pas le faire !

C'est un truc qu'on sait nous les comédiens, il faut toujours faire payer le public avant qu'il nous applaudisse !

Moi j’avoue, j'y avais pris goût à être payé pour rien dire...

J'avais l'impression d'être le Franck Riester de la Bande originale !

Faut dire moi j'ai du mal à suivre l'actualité en ce moment, ça va beaucoup trop vite !

Un jour t'applaudis les soignants, le lendemain c’est eux qu’il faut soigner…

Un coup, je vois plein de noirs dans la rue, je cligne des yeux, je vois que des gens en blanc !

Ça va trop vite !

En plus avec deux enfants à la maison, t'as pas le temps de t'intéresser à tout ce qui se passe !

Parce qu'on fait l'échec à la maison...Oui j'appelle pas ça l'école à la maison ! Quand à quarante balais, tu comprends pas les énoncés, je crois qu'il Il faut rester humble ! 

Moi ce confinement je l’ai vécu comme un redoublement !

L’école de la ville où je vis a réouvert mais mes enfants peuvent pas encore y retourner, ils m’ont demandé si j’avais une profession essentielle... Et rien qu’à profession, je le sentais déjà mal... Alors essentiel...

« Je fais des chroniques quand Daniel Morin a pas envie d’en faire » Ça donne droit à rien!

On a des amis, ils ont trop pris la confiance depuis qu'ils font l'école à la maison ! L'autre fois, on faisait un apéro, ils nous sortent : " Je vois pas de quoi ils se plaignent les profs, ça fait 2 mois qu'on fait l'école à la maison avec Paul, c'est pas si terrible !"

Attends, déjà on va se mettre d'accord, tu ne fais pas l'école à la maison ?! Tu imprimes des polycopiés et tu regardes "C'est pas sorcier !" 

Et puis quoi ?! Encore deux secondes et tu vas me dire que depuis que t'as fait du pain au levain, tu te sens l'âme d'un boulanger !

Ensuite, c'est pas une classe, c'est tes gosses !

Tu gères pas un élève de la même manière quand c’est toi qui l’a fait !!!

Sincèrement un prof parlerait à mes gosses comme je leur parle quand ils se trompent dans la table de 8, je porterais plainte direct !

Moi j'avoue, je pensais naïvement qu'après ce confinement, les gens comprendraient à quel point c'est compliqué d'être prof ! Je pensais même que certains parents présenteraient leurs excuses: "Pardon madame, pardon ! On vient de passer 2 mois avec Lubin et effectivement, il n’est pas précoce...il est complètement con ! »

Mais non, là depuis 15 jours, ce qu’ils se prennent les profs! La violence du truc ! T’as l’impression que le Covid 19, il est né dans un cours de SVT ou que le pangolin était prof d’EPS !

Attendez, les profs, ça fait juste 3 mois qu’ils organisent des rentrées différentes toutes les semaines ! 

« Cette semaine, vous avez le droit d’accueillir tous les enfants de parents nés une année bissextile, vaccinés contre la rubéole et dont le nom commence par Z, dans une distanciation d’1 mètre 30 les nuits de pleine lune ! L’enfant pourra suivre un cursus apprenant si il vient avec son propre repas qu’il mangera sans ustensile, ou qui lui sera jeté par une atsem ayant passé un diplôme de dresseuse d’otaries certifié conforme par l’éducation nationale ! »

Et ça ils l’apprennent même pas par une circulaire, ils l’apprennent un dimanche soir à la télé  avant de se coucher !

« Jean Mimi a dit cette année, y a pas de bac !

Jean Mimi a dit, les écoles sont fermées à partir du 16 mars !

L’école est obligatoire à partir du 22 juin ! Ah j’ai pas dit Jean Mimi ! »

Franchement, moi je dis merci les profs !

J’ai lu des gens qui disaient qu’avec l’école à la maison, c’était une honte de voir des élèves s’autoévaluer...Que c’étaient des notes qui ne valaient rien !

Dimanche dernier, j’ai vu Emmanuel Macron se donner des bonnes notes devant 35 millions de spectateurs...

Franchement si il le fait, pourquoi s’en priver!  

Lire la suite

"Education : que risquent les parents qui choisiraient de ne pas remettre leurs enfants à l’école ?" (Rien)

18 Juin 2020 , Rédigé par Sud Ouest Publié dans #Education

"Education : que risquent les parents qui choisiraient de ne pas remettre leurs enfants à l’école ?" (Rien)

A partir du lundi 22 juin, la présence des élèves à l’école (primaire et secondaire) est obligatoire, jusqu’au vendredi 3 juillet. Mais que risquent les parents qui ne souhaitent pas renvoyer leurs enfants en classe ?

"Les crèches, les écoles, les collèges se prépareront à accueillir à partir du 22 juin tous les élèves de manière obligatoire et selon les règles de présence normale", a déclaré le président Emmanuel Macron le dimanche 14 juin.

Le ministre de l’Éducation Nationale Jean-Michel Blanquer a justifié ce retour en cours lundi sur Europe 1 : "Deux semaines, ça compte, deux semaines ce n’est pas rien, que ce soit sur le plan pédagogique et psychologie" pour les élèves.

Quatre demi-journées d’absence pour lancer une médiation

D’ordinaire, l’établissement est censé réagir après quatre demi-journées d’absence dans le mois. Une action de médiation est alors lancée, ce qui risque d’être fort limité sur la période de deux semaines s’ouvrant, avant le début des vacances d’été.

Toujours en temps normal, la démarche peut aboutir à une saisie des services sociaux et  du directeur académique des services de l’Éducation nationale (Dasen). Ce dernier est habilité à adresser un avertissement à la famille pour leur rappeler leurs obligations légales et les sanctions pénales encourues. Il peut éventuellement convoquer les parents.

Quand toutes les tentatives de médiation et de dialogue ont échoué, le Dasen saisit le procureur de la République. Les parents encourent une amende pouvant aller jusqu’à 750 euros.

La législation stipule même qu’un père ou une mère qui se soustrait « sans motif légitime, à ses obligations légales, au point de compromettre la santé, la sécurité, la moralité ou l’éducation de son enfant mineur » risque deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

Pas de chasse aux parents 

"Les parents ne risquent absolument rien, assure Jean-Rémi Girard, président du Syndicat national des lycées et collèges (SNALC), interrogé par LCI. Les directeurs ne vont pas faire la chasse aux parents, ils ne perdront pas de temps à noter les élèves absents et leur coller un conseil de discipline. Au mieux, ils appelleront les parents le premier jour de l’absence, ces derniers trouveront une bonne excuse et ça s’arrêtera là".

Lire la suite

Revue de Presse Education... Humeurs - Bac - Reprise épisode 83 - Supérieur - Ailleurs...

18 Juin 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Humeurs - Bac - Reprise épisode 83 - Supérieur - Ailleurs...

On commence cette revue de presse par des réactions à la façon dont sont traités les personnels de l’éducation nationale. Ensuite, pas mal d’articles sur le bac dont les épreuves auraient dû commencer aujourd’hui. L’énième épisode de la reprise à l’école occupe pas mal aussi. On ira voir un peu ailleurs.

Humeurs

Report du protocole sanitaire : les profs en colère
Publié par Fériel Boudjelal
« La publication du nouveau protocole sanitaire à l’école a été décalée d’une journée. Sur Twitter, les enseignants n’ont pas hésité à montrer leur mécontentement… »

 

Contradictions, confusion, injonctions, pressions, coercition : des personnels de direction craquent et le SNPDEN dit STOP !
“Des équipes de direction sont actuellement confrontées, de manière pour le moins insistante, à des « demandes » de certaines autorités académiques à se porter volontaires pour la mise en place cet été de différentes initiatives ministérielles du type « vacances apprenantes ».
Sans mettre en cause l’opportunité de ces projets, dont certains seront de nature à compenser positivement pour des jeunes de nos établissements les conséquences parfois lourdes de la période de confinement que nous venons de vivre, le SNPDEN rappelle que l’engagement de nos collègues ne peut se faire que sur la base de leur seul volontariat « spontané ».”

"Profs décrocheurs" durant le confinement : et si on remettait l’église au centre du village ? prof en varech
“27 ans depuis mon entrée dans l’Éducation Nationale.
14 ans depuis que j’ai basculé dans le corps des personnels de direction...
Et depuis longtemps je me prends à rêver qu’un jour un gouvernement fera son examen de conscience et s’excusera de ne pas avoir mis en œuvre un accompagnement des personnels qui permette une application fluide et sereine des politiques éducatives depuis plus de 50 ans.
Mon analyse après ces années est que les personnels enseignants ne sont pas correctement suivis et accompagnés dans leur quotidien, que leur santé n’est pas activement suivie, et que leurs conditions matérielles de travail (quand ils ne sont pas en présence des élèves) sont nettement insuffisantes.
Et je pense que cette analyse de haute volée est majoritairement partagée par les acteurs en présence.
A force nous en avons pris notre parti, suivant la sainte règle des 5C (C’est Con mais C’est Comme Ça).”

Bac

Bac 2020 : Comment sont notés les candidats avec le contrôle continu ?
« Le bac général 2020 devait officiellement commencer ce mercredi
Cela devait être aujourd’hui : l’épreuve de philosophie du bac général, qui « ouvre » traditionnellement les épreuves équipe du fameux concours qui signe la fin du lycée. Mais cette année, Covid-19 oblige, toutes les épreuves ont été supprimées et remplacées par le contrôle continu, c’est-à-dire une moyenne pondérée sur les deux premiers trimestres de l’année. Sans compter, donc le dernier trimestre, pour le moins troublé par le confinement et la fermeture des lycées. »

Bac en contrôle continu : « C’est une première historique »
Par Christel Brigaudeau
« Le chercheur Julien Cahon, spécialiste de l’histoire de l’éducation, juge que même en contrôle continu, le diplôme de fin de lycée reste un rite de passage pour les 700000 lycéens de terminale. » Abonnés

En l’absence d’examen, comment savoir si on a eu son bac ? Par Alice Sangouard
« Alors que la traditionnelle épreuve de philosophie aurait dû ouvrir les festivités du baccalauréat général 2020, on vous explique comment fonctionne cette version 2.0 de l’examen. »

Bac de français 2020 : comment les élèves de première vont-ils être évalués ?
« Le bac de français a finalement été supprimé en 2020. Mais comment les élèves de première vont-ils être évalués ?
Elle aurait dû se tenir à partir du 26 juin prochain et a finalement été annulée. Le jeudi 28 mai, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé la suppression de l’épreuve orale de français pour les 540.000 élèves de première. « L’évaluation la plus juste est de prendre en compte les deux premiers trimestres de l’année et par conséquent l’épreuve orale de français sera validée par le contrôle continu », avait déclaré le ministre. »

Coronavirus : 2020, l’année du bac fantôme
Par Christel Brigaudeau « C’est ce mercredi qu’aurait dû débuter l’écrit de philosophie. A la place, les 740601 candidats seront évalués sur la base des notes obtenues en classe, aux premier et deuxième trimestres. Du jamais-vu. »

Bac 2020 : de petits arrangements avec les notes
Par Christel Brigaudeau
« Certains enseignants ont gonflé les résultats de leurs élèves pour leur permettre de décrocher plus facilement le diplôme de fin de lycée qui, pour la première fois, sera entièrement en contrôle continu cette année. » Abonnés

Quartier prioritaire : quel avenir pour les jeunes après le bac ?
Laetitia HÉLARY.
« Davantage de bacheliers pro, des études plus courtes, des métiers moins qualifiés… Un « effet quartier » pèse sur l’avenir des jeunes.
Le quartier de résidence des bacheliers a-t-il un impact sur leurs études et leur insertion professionnelle ? Clairement oui, d’après une étude récente du Centre d’études et de recherches sur les qualifications.
Les analystes ont décortiqué les trajectoires de 19 500 jeunes sortis du système scolaire en 2013, qui vivaient dans un quartier prioritaire de la ville (en difficulté sociale). Leur constat ? Il y a de fortes disparités avec les quartiers voisins, même en gommant les effets liés à l’appartenance sociale (origine, professions des parents). »

L’enquête : https://www.cereq.fr/que-deviennent-les-jeunes-des-quartiers-prioritaires-de-la-ville-apres-leur-bac

Reprise épisode 83

Déconfinement : ces règles sanitaires qui sont assouplies pour accueillir davantage d’élèves dans les écoles Par Marie-Christine Corbier
« Les élèves de maternelle d’une même classe n’auront plus à respecter de règle de distanciation. Ceux de l’élémentaire et des collèges devront garder au moins un mètre de distance entre eux à l’intérieur de la classe, mais plus à l’extérieur - le ministère de l’Education encourage à faire cours « à l’air libre ». Dans les lycées, les règles restent plus strictes. »

Profs sans masque, distanciation réduite... Voici le projet de protocole sanitaire dans les écoles
« Du nettoyage des classes au port du masque... BFMTV a consulté le projet de protocole sanitaire élaboré pour le ministère de l’Éducation nationale en vue de l’accueil de "tous les enfants" dans les écoles et les collèges à partir du 22 juin. »

« Ils vont pouvoir se dire au revoir » : les bienfaits du retour en classe pour les enfants
Par Michalik Marie-Liévine PSYCHOLOGIE - « Tous les élèves devront reprendre le chemin de l’école lundi 22 juin, a annoncé le président de la République. Entre excitation et stress, enfants et parents se préparent à la nouvelle rentrée. »

Que risquent les parents qui ne remettent pas leur enfant à l’école le 22 juin ?
« Habituellement, quand un enfant est absent plus de quatre demi-journées dans le mois dans raison valable, l’école signale son cas à l’Inspection d’académie et les parents peuvent d’exposer dans le pire des cas à des poursuites pénales. La sanction encourue est de 2 ans de prison et une amende de 30 000 euros. L’instruction est en effet obligatoire en France, dans une école ou à la maison. En cas de classe à la maison, il faut adresser une déclaration à sa mairie et à l’Inspection d’académie dans les huit jours qui suivent le changement. »

Comment le confinement a pu détériorer les relations parents-enfants Par Alice Sangouard
« Dans une étude publiée mardi 16 juin, l’INED dévoile en chiffres les nouvelles dynamiques familiales façonnées par la crise du coronavirus. A cause du Covid-19, les Français ont dû réaménager leur temps et leurs conditions de travail. Dans une étude* publiée mardi 16 juin, l’Institut national d’études démographiques (INED) révèle que certaines relations intrafamiliales ont évolué pendant le confinement, de manière positive comme négative. »

Pour un de mes élèves, le retour à l’école arrive trop tard. Beaucoup trop tard - BLOG
« J. est revenu en classe, mais ses mains ne savent plus bien comment tenir un crayon. »
Par Anouk F. Professeure des écoles en REP (Réseau d’Éducation Prioritaire) et auteure du blog Merci Maîtresse

Quelle rentrée en septembre ?
« Comment faire face à une rentrée qui sera totalement inédite et où, en plus, les effectifs seront particulièrement nombreux dans le second degré ? Largement annoncée par JM Blanquer dans les médias, la réunion de concertation sur la rentrée de septembre s’est tenue le 16 juin. Les syndicats, les associations de parents ont pu écouter et parler au ministre. Trois points se dégagent : le ministre ne travaille vraiment qu’un ou deux scénarios alors que la situation sanitaire risque d’amener des surprises. Les moyens ne seront pas suffisants. Blanquer reste Blanquer : le ministre va lancer un plan maths et un plan français... »

Supérieur

Quelles seront les règles de distanciation physique dans les universités à la rentrée ?
Par Mélenn Gautier
« A l’université, les cours reprendront à la rentrée de septembre. Une circulaire, publiée jeudi par le ministère de l’Enseignement supérieur, détaille les consignes que devront suivre les établissements. »

ENTRETIEN. À l’université, « la classe inversée va responsabiliser les étudiants »
« Le confinement a laissé place aux cours à distance à l’université. Pour la rentrée, le principe de la classe inversée, qui permet d’apprendre ses leçons chez soi et d’effectuer les devoirs en classe, peut-il être un modèle à suivre ? »

Ailleurs

Les profs romands pointent les ratés de l’enseignement à distance Aïna Skjellaug
« Le Syndicat des enseignants romands tire un bilan en demi-teinte des huit semaines d’école à la maison. Il parle notamment de la fracture sociale engendrée par des disparités de matériel informatique et veut doter les élèves d’ordinateurs privés »

Coronavirus : Pékin en alerte maximale après un regain de contagion
« La ville chinoise a recensé 106 nouveaux cas de Covid-19 en cinq jours. La mairie a fait fermer les écoles. »

Un jeu vidéo bientôt prescrit aux enfants avec des troubles de l’attention ?
« Aux États-Unis, le jeu vidéo « EndeavorRX », considéré comme une thérapie numérique, pourra être vendu sur ordonnance aux enfants âgés de 8 à 12 ans. »

Géraldine Duboz

Lire la suite

L'école, c'était mieux avant ! - Le Moment Meurice...

17 Juin 2020 , Rédigé par France Inter Publié dans #Education

Lire la suite

Clio...

17 Juin 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>