Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Revue de Presse Education... Examens et réouverture - Enseignement confiné - Divers...

3 Avril 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Examens et réouverture - Enseignement confiné - Divers...

Confinement, on tourne en rond !

Examens et réouverture

En attente des mesures qui devraient être annoncées demain, de nombreux articles sur le bac 2020.

Quels sont les scénarios possibles pour le retour des élèves français à l’école ?
« Un temps envisagé, la réouverture des écoles le 4 mai n’apparaît plus comme le scénario privilégié. Du côté de l’exécutif, on réfléchit à un report des examens en septembre et à une fermeture des établissements scolaires jusqu’à l’été, en fonction de l’évolution de l’épidémie sur le territoire. »

Quand pourra t-on rouvrir les écoles ?
« JM Blanquer devrait faire connaitre en fin de semaine sa décision pour le bac. Ce sera un première indication sur la réouverture des écoles. Or celle-ci ne peut être prise qu’après avoir trouvé une réponse aux nombreux défis sanitaires, sociaux, économiques que pose l’épidémie. Loin d’être secondaire, la fermeture des écoles tient une position centrale dans la lutte contre la maladie. La décider a été très difficile. Ordonner la réouverture l’est encore plus… »

Le baccalauréat 2020 sera-t-il remodelé comme en 1968 ?
« En pleine crise du coronavirus, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer doit annoncer cette semaine sous quelle forme se déroulera le baccalauréat. »

Le bac 2020 ne pourra pas être organisé « dans des conditions normales », admet Philippe
« « Il y aura forcément une dose de contrôle continu », a concédé Jean-Michel Blanquer, qui doit présenter dans les prochains jours les scénarios possibles pour le bac 2020. »

Coronavirus : quelles formes pourrait prendre le baccalauréat 2020 ?
« Les établissements scolaires sont fermés depuis le 16 mars et les élèves doivent suivre les cours à distance. De quoi inquiéter les lycéens, à moins de trois mois du bac. »

Au moins un article sur le brevet, que les médias oublient très souvent.
Coronavirus : le brevet 2020 aura-t-il lieu ?
« Les élèves de troisième ne vont plus au collège depuis le 16 mars dernier en raison du coronavirus. Mais le brevet sera-t-il maintenu ?
Il s’agit du premier examen de leur vie. Cette année, les élèves de troisième doivent passer leur brevet les 29 et 30 juin 2020. Toutefois, depuis le 16 mars, l’ensemble des établissements scolaires est fermé aux élèves. Les cours se font à distance, mais certains rencontrent des difficultés à avancer correctement dans le programme. Le ministre de l’Éducation nationale a affirmé qu’« entre 5 et 8% des élèves » ont été « perdus » par leurs professeurs, qui ne parviennent pas les joindre pour assurer la « continuité pédagogique ». »

Et une tribune de Philippe Watrelot sur la forme du bac.
A propos du bac, des symboles, du principe de réalité et du contrôle continu…
« Pendant que le ministre tergiverse et promet des réponses sur le bac d’ici la fin de la semaine, le débat sur le contrôle continu se poursuit !
Certains continuent à s’insurger d’autant plus que l’an dernier, les luttes autour de la réforme du bac portaient déjà sur l’introduction d’une dose de contrôle continu. On se souvient des blocages et autres rétentions de notes.
Et aujourd’hui malgré les circonstances et l’urgence sanitaire, cela fait toujours polémique.
Quitte à relancer le débat, je voudrais faire valoir quelques arguments aussi bien pour la période actuelle que d’une manière plus générale. »

Enseignement confiné

Confinement : comment les profs, "livrés à eux même", se débrouillent pour enseigner
« En temps de confinement, la "continuité pédagogique" se fait par Whatsapp, sur Zoom ou Discord. Et au prix d’une surcharge de travail conséquente pour les professeurs.
Pas le temps d’aller cueillir des gariguettes dans le Finistère. Si la formule maladroite de Sibeth Ndiaye, insinuant que les professeurs ne travaillaient pas en raison de l’épidémie de coronavirus, est si mal passée du côté des enseignants, c’est parce que depuis le début du confinement, la majorité d’entre eux bûche plus que d’ordinaire. »

Numérisation de l’école : "On ne fait pas un cours de philosophie par courriels"
Harold Bernat, professeur de philosophie

« La vraie question est plutôt de savoir que faire exactement dans sa discipline (tant qu’il reste encore des disciplines) sans que cela rentre en contradiction manifeste avec son esprit, son essence pourrait-on dire si on ne craignait pas d’effrayer les techniciens du savoir pour qui tout peut finir dans une clé USB ou une plate-forme interactive. Qu’est-ce qui, dans ma discipline, échappe à la continuité quand l’absence des corps interdit la rencontre des esprits ? »

"Les enseignants ’inverseurs’ avaient déjà les outils et les moyens de gérer le choc" (Claude Tran, "Inversons la classe !)
« Les membres de l’association "Inversons la classe !" ont l’expérience des outils numériques et de leurs usages pédagogiques, qui sont sollicités actuellement pour assurer la "continuité pédagogique" qu’impose la fermeture des établissements scolaires et le confinement des élèves et de leurs professeurs. Les enseignants qui se réclament de ce mouvement sont toutefois confrontés comme tous leurs collègues à une “école à distance” qui renvoie à la maison une partie du travail habituellement fait en classe. Mais comment s’organisent ils ? Claude Tran, le président de l’association (pédagogue, ancien chef d’établissement et inspecteur*) répond à nos questions. »

Education et confinement : les oubliés de l’enseignement à distance
“Après la fermeture des établissements scolaires pour lutter contre le coronavirus, certains élèves ont du mal à rester en contact avec leurs professeurs. Fracture numérique, zone blanche, ou volonté de rester en retrait : 5 % des élèves de l’académie de Bordeaux seraient concernés.”

Coronavirus : l’Education nationale et La Poste se mobilisent pour les élèves qui n’ont pas accès au numérique
« L’Education nationale et La Poste veulent assurer la continuité du service public de l’éducation en Côte-d’Or comme dans tous les départements de France. Du matériel informatique mais aussi des cours et des devoirs par courrier postal vont être envoyés aux familles en "précarité numérique". »

Voir aussi sur le site de La Poste

Divers

Parcoursup : dernier jour ce jeudi pour les lycéens qui doivent confirmer leurs choix
« Les candidats de Parcoursup ont jusqu’à ce jeudi 2 avril 23h59 pour compléter leur dossier, joindre les éventuelles pièces jointes demandées et confirmer leurs vœux. »

Les vacances scolaires d’été raccourcies ? Poisson d’avril !
« Un nouveau pseudo-courrier officiel attribué au ministère de l’éducation évoque des congés d’été réduits à quatre semaines pour les enseignants et les élèves. Daté du 1er avril, il s’agit encore d’un faux. »

Cinq applis pour enseigner aux enfants selon leur âge
« Si les professeurs de l’Education nationale redoublent d’efforts pour épauler les enfants et poursuivre l’enseignement scolaire à la maison, les parents se retrouvent parfois débordés entre le télétravail et la vie de famille.
Surtout, il reste compliqué d’occuper les plus jeunes lorsqu’ils ne peuvent pas sortir se défouler. Et pourquoi pas le faire de manière pédagogique et ludique ? Surtout, toutes ces activités liées à un écran doivent se faire avec parcimonie et ne venir qu’en complément de vraies leçons et dans un temps strictement limité, recommandent les pédopsychiatres.
Voici notre sélection d’applications, avec des plates-formes à la fois mobile et web. »

Géraldine Duboz

Lire la suite

Hubert-Félix Thiefaine...

2 Avril 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Aloysius Bertrand...

2 Avril 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

L’Écolier de Leyde

Il s’assied dans son fauteuil de velours d’Utrecht, messire Blasius, le menton dans sa fraise de fine dentelle, comme une volaille qu’un cuisinier s’est rôtie sur une faïence.

Il s’assied devant sa banque pour compter la monnaie d’un demi-florin ; moi, pauvre écolier de Leyde, qui ai un bonnet et une culotte percée, debout sur un pied comme une grue sur un pal.

Voilà le trébuchet qui sort de la boîte de laque aux bizarres figures chinoises, comme une araignée qui, repliant ses longs bras, se réfugie dans une tulipe nuancée de mille couleurs.

Ne dirait-on pas, à voir la mine allongée du maître, trembler ses doigts décharnés découplant les pièces d’or, d’un voleur pris sur le fait et contraint, le pistolet sur la gorge, de rendre à Dieu ce qu’il a gagné avec le diable ?

Mon florin que tu examines avec défiance à travers la loupe est moins équivoque et louche que ton petit œil gris, qui fume comme un lampion mal éteint.

Le trébuchet est rentré dans sa boîte de laque aux brillantes figures chinoises, messire Blasius s’est levé à demi de son fauteuil de velours d’Utrecht, et moi, saluant jusqu’à terre, je sors à reculons, pauvre écolier de Leyde qui ai bas et chausses percés.

Aloysius Bertrand - Gaspard de la nuit

Lire la suite

Confinement: comment les profs, "livrés à eux même", se débrouillent pour enseigner...

2 Avril 2020 , Rédigé par Huffington Post Publié dans #Education

Confinement: comment les profs, "livrés à eux même", se débrouillent pour enseigner...

EXTRAIT

En temps de confinement, la "continuité pédagogique" se fait par Whatsapp, sur Zoom ou Discord. Et au prix d'une surcharge de travail conséquente pour les professeurs.

POLITIQUE - Pas le temps d’aller cueillir des gariguettes dans le Finistère. Si la formule maladroite de Sibeth Ndiaye, insinuant que les professeurs ne travaillaient pas en raison de l’épidémie de coronavirus, est si mal passée du côté des enseignants, c’est parce que depuis le début du confinement, la majorité d’entre eux bûche plus que d’ordinaire. 

“Les professeurs sont épuisés, ils se sur-donnent”, tranche sans ambages Norman Gourrier du Syndicat National des Collèges et des Lycées à l’unisson de toutes les organisations et des professeurs contactés par Le HuffPost. Sur les réseaux sociaux aussi, nombreux sont ceux à raconter les difficultés que provoque l’enseignement à distance. 

Et toutes découlent, selon eux, de l’impréparation de l’État et du ministère de l’Éducation nationale. “Contrairement à ce qu’a pu expliquer Jean-Michel Blanquer à la télévision le samedi qui a suivi la fermeture des établissements scolaires, rien n’avait été prévu pour faire face à une telle situation”, explique Benoît* (prénom modifié), un professeur d’Italien dans le Lot-et-Garonne, au HuffPost.

Face à des outils officiels incomplets, souvent grippés et une hiérarchie aux abonnées absentes, les enseignants se débrouillent comme ils peuvent pour assurer “la continuité pédagogique” promise par le ministre de l’Éducation nationale. Des cours qui passent donc désormais par Whatsapp, Skype, Discord ou Zoom.

“Défaillance institutionnelle”

Contactée par Le HuffPost, Sophie Vénétitay, professeure de SES et secrétaire générale adjointe du SNES-FSU dénonce “une défaillance institutionnelle importante” de la part du Ministère.  

“Au début du confinement, les professeurs ont été forcés de constater que les ENT (ensemble d’outils du ministère permettant un accès aux cours à distance NDLR) étaient extrêmement défaillants. Certains collègues ont été perdus face à l’absence d’outils institutionnels. On a été nombreux à ne pas savoir comment joindre nos élèves”, explique-t-elle. 

Benoît, le professeur d’Italien nous confirme les difficultés concrètes vécues par la communauté éducative pendant les quelques jours suivant l’annonce surprise de la fermeture des établissements scolaires.

“Dès le lundi matin, avec des élèves et des parents très angoissés par la réalité de la ‘continuité pédagogique’, on s’est tous retrouvés à devoir utiliser des plateformes institutionnelles totalement obsolètes et totalement incapables de faire face à l’afflux de connexions”, déplore-t-il. 

(...)

Anthony Berthelier

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Coronavirus : quelles formes pourrait prendre le baccalauréat 2020 ?...

2 Avril 2020 , Rédigé par France Info Publié dans #Education, #Baccalaureat

Coronavirus : quelles formes pourrait prendre le baccalauréat 2020 ?...

Les établissements scolaires sont fermés depuis le 16 mars et les élèves doivent suivre les cours à distance. De quoi inquiéter les lycéens, à moins de trois mois du bac.

Le bac 2020 aura lieu, assure le ministre de l'Education. Mais sous quelle forme ? Avec quels aménagements ? Les lycées sont fermés depuis le 16 mars pour limiter l'épidémie de coronavirus et, pour le moment, la date de levée du confinement reste inconnue (il est prolongé jusqu'au 15 avril minimum). Jean-Michel Blanquer doit détailler, d'ici au 5 avril, les options retenues pour que les élèves de terminale puissent passer leur diplôme. Une seule certitude : le baccalauréat de cette année ne ressemblera à nul autre. Voici les scénarios qui sont sur la table.

Le maintien d'épreuves écrites semble abandonné

Il avait d'abord été envisagé, si les cours reprenaient entre le 4 et le 18 mai, qu'une épreuve écrite ou orale (au lieu de cinq ou six habituellement) portant sur la dominante du bac (littéraire, scientifique, etc.) soit maintenue fin juin ou début juillet. Ce scénario semble abandonné. Le Premier ministre, Edouard Philippe, enterre tout report des épreuves en juillet, selon les informations du service politique de France Télévisions.

Le contrôle continu serait quasi déterminant

"Il y aura forcément une dose de contrôle continu", avait d'emblée reconnu Jean-Michel Blanquer. C'est désormais le scénario privilégié, avec l'accord des syndicats, et il est fort probable que la moyenne au contrôle continu serve de sésame pour le bac. "Nous plaidons pour un maximum de contrôle continu car la situation sanitaire est encore très floue, souligne Stéphane Crochet, du syndicat enseignant SE-Unsa, cité par l'AFP. Ce serait imprudent de reconstruire des sujets et de finalement devoir tout refaire d'ici un mois. Le contrôle continu est plus simple." 

Quelles notes seraient alors utilisées ? Faudrait-il utiliser les notes des deux premiers trimestres de terminale, comme le préconisent plusieurs syndicats (Unsa, Snes-FSU, Snalc) ? Ou bien intégrer aussi celles de l'année de première, une option retenue par le Sgen-CFDT ? Il semble en tout cas y avoir consensus pour ne pas utiliser les notes qui auraient pu être attribuées pendant la durée du confinement, par souci d'équité entre les élèves.

Un oral de rattrapage pourrait être conservé

Une possibilité de repêchage serait donnée aux élèves qui n'ont pas la moyenne au contrôle continu : ils pourraient passer un oral pour tenter de remonter leurs notes. Jean-Michel Blanquer avait déjà laissé entendre que les oraux de rattrapage, prévus début juillet, seraient ouverts cette année, "dans un souci de bienveillance", à tous les élèves n'ayant pas eu la moyenne, et pas seulement à ceux dont la note finale est comprise entre 8 et 10, comme c'est le cas habituellement.

Un jury pourrait harmoniser les notes

Point de convergence entre le ministère et les syndicats : la nécessité de maintenir un jury d'harmonisation des notes. "A partir du moment où il y a du contrôle continu, c'est indispensable qu'il y ait un jury avec des professeurs différents de ceux des élèves dont ils étudient les dossiers", estime Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du Snes-FSU, premier syndicat du secondaire.

Et pour le brevet et le bac français ?

Quant aux épreuves du bac français pour les élèves de première et du brevet pour ceux de troisième, tout dépendra également de la date de reprise. Plus elle sera tardive, moins il sera possible d'organiser des écrits. En français, seuls les oraux pourraient être conservés, tandis que la part du contrôle continu au brevet risque fort de peser davantage que d'ordinaire.

Lire la suite

La maison Lumni : audiences TV en chute pour les cours de France 2, France 4 et France 5...

2 Avril 2020 , Rédigé par Toute la télé Publié dans #Education

La maison Lumni : audiences TV en chute pour les cours de France 2, France 4 et France 5...

La maison Lumni a affiché des audiences en net retrait ce mardi 24 mars 2020 sur France 2, France 4 et France 5 après un démarrage tonitruant sur France Télévisions.

Face à la pandémie du coronavirus en France et aux mesures de confinement, les établissements scolaires ont fermé leurs portes et France Télévisions a mis en place un dispositif innovant pour continuer à faire le lien entre l’école et les enfants et adolescents. Depuis ce lundi 23 mars 2020, plusieurs rendez-vous sont distillés sur les grilles de France 2, France 4 et France 5. La maison Lumni , animée par Alex Goude, était de retour à partir de à 9 heures du matin sur France 4 en compagnie de 822 000 téléspectateurs, soit 12.9% des 4 ans et plus, et 20.2% des femmes responsables des achats de moins de 50 ans. La veille, le programme éducatif avait été plébiscité par 1.07 million de téléspectateurs, soit 16% des 4 ans et + et 26.3% des femmes de moins de 50 ans responsables des achats. Tous les autres rendez-vous sont également impactés par la baisse d’audience.

La maison Lumni perd des fidèles

La maison Lumni s’est poursuivie sur France 2 dès 9h59 devant 375 000 Français, soit 6.1% du public âgé de 4 ans et plus, dont 6% des femmes responsables des achats. Pour son lancement sur la première chaîne publique la veille, 517.000 Français avaient été au rendez-vous, soit 8.4% des 4 ans et + et 8.9% des femmes de moins de 50 ans responsables des achats. Dès 10h59, La maison Lumni a rebondi sur France 5 devant 214 000 téléspectateurs, soit 2.9% des 4 ans et plus, et 2.9% des fameuses ménagères de moins de 50 ans. Un jour avant, le programme affichait 263.000 téléspectateurs, soit 3.6% des 4 ans et plus, dont 5% des femmes de moins de 50 ans.

Audiences en baisse sur France 4

France 4 a mobilisé son après-midi dès 14 heures. La maison Lumni Collège a attiré 444 000 Français, soit 3.3% des 4 ans et plus, et 4.8% des femmes responsables des achats de moins de 50 ans (contre 840.000 téléspectateurs, soit 6.1% des 4 ans et + et 10.5% des femmes de moins de 50 ans responsables des achats la veille). Dès 14h56, La maison Lumni Lycée a captivé 253 000 téléspectateurs, soit 2.1% des 4 ans et plus, et 2.6% des femmes responsables des achats (vs. 440.000 téléspectateurs, soit 3.7% des 4 ans et + et 6.4% des femmes de moins de 50 ans responsables des achats). Aucune des tranches n’a été épargnée par la baisse d’audience.

Benjamin Lopes

Lire la suite
Lire la suite

Revue de Presse Education... Ministère - S’adapter - Ailleurs - Ressources - Humour...

2 Avril 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Ministère - S’adapter - Ailleurs - Ressources - Humour...

Certes, l’actualité éducative est toujours rythmée par le confinement. Mais dans cette ambiance répétitive, une bonne nouvelle est à saluer : « Invité de BFM ce matin, Jean-Michel Blanquer a lancé l’opération ’’Les abdos apprenants’’, pour inciter les élèves à faire de l’exercice tout en récitant les tables de multiplication. » Cette initiative du ministre est de bon augure pour les apprentissages des élèves

Ministère

Continuité pédagogique pour les élèves à besoins éducatifs particuliers
Annoncées par Jean-Michel Blanquer, des ressources pour les élèves à besoins éducatifs particuliers sont en ligne sur Eduscol « Quels que soient leur âge et leur niveau de scolarisation, certains élèves ont des besoins éducatifs particuliers. L’enseignement dont ils bénéficient doit être adapté. Les cours ou exercices transmis par le ou les enseignants à la famille doivent présenter des pistes d’adaptations afin d’aider les enfants ou adolescents à entrer dans les apprentissages. Des ressources pédagogiques en ligne sont à la disposition des enseignants et des familles afin de les aider à adapter l’enseignement. Elles seront régulièrement enrichies d’autres ressources. »

Le ministre Jean-Michel Blanquer est devenu la risée des twittos... à cause de hackers russes
« Justifier en partie les ruptures techniques des espaces numériques de travail par des cyberattaques « venues de Russie » n’était probablement pas le meilleur réflexe de communication. »

Coronavirus : les modalités des concours aux écoles de commerce post-bac clarifiées par Dahvia Ouadia
« Alors que la France est toujours confinée, les candidats aux concours d’écoles de commerce peuvent souffler. Les modalités de concours sont enfin clarifiées par le Chapitre des écoles de commerce qui suit les directives des ministères de l’Enseignement supérieur et de l’Education nationale. Principale information : les oraux sont annulés, pour la plupart des écoles. »

Coronavirus : l’Éducation nationale a perdu le contact avec "5 à 8% des élèves"
« Selon le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, des enseignants ne parviennent pas à joindre certains élèves pour assurer la continuité pédagogique depuis la fermeture des écoles et le début du confinement. »

S’adapter

La FCPE veut arrêter les notes avant le lycée, les devoirs et le redoublement
« La FCPE, principale fédération de parents d’élèves, a demandé jeudi l’arrêt des notes jusqu’à la fin du collège, des devoirs à la maison et du redoublement, estimant que l’école a besoin d’une "rénovation pédagogique". »

(L'article date de 2012/Note du webmaster)

Nantes étend la garde d’enfants aux personnels de l’alimentaire
« Cette organisation « est complémentaire à ce qui est mis en place par l’Éducation nationale » pour les enfants de soignants, explique la maire de Nantes. »

Classe virtuelle : « certains enseignants l’utilisent pour recréer du lien social avec leurs élèves.
Pendant la fermeture des écoles, le CNED a mis à disposition des enseignants et des élèves une plate-forme de parcours d’apprentissages doublée d’un accès à un service de classe virtuelle. Point sur le dispositif avec Michel Reverchon-Billot, directeur général du CNED.
 »

Coronavirus : les filières pros adaptent leur enseignement au confinement
« Comment font les lycéens des filières professionnelles ou les apprentis pour suivre leurs cours à distance ? Le retard accumulé par certains en classe ou entreprise sera-t-il rattrapable ? »

« Un risque de déflagration pour les plus démunis » Par Faïza Zerouala
« Le sociologue Bernard Lahire, professeur de sociologie et auteur du très remarqué Enfances de classe – De l’inégalité parmi les enfants, décrypte pour Mediapart les risques de l’école à la maison pour les plus fragiles. » La lecture des articles est réservée aux abonnés.

12 infox sur le e-learning au temps du coronavirus par Eric Sanchez
« Le contexte épidémique actuel aura eu, parmi ses nombreux effets collatéraux, celui de mettre au centre des réflexions la question de l’enseignement à distance ou e-learning. Cet enseignement à distance n’est pas vraiment nouveau. On connaît “the school of the air” qui dès les années 30, en Australie, permettait à des enfants vivant dans des fermes isolées, de suivre une scolarité par l’intermédiaire de la radio. En France, la télévision scolaire a pris son essor en 1962, lorsque Henri Dieuzeide prend la direction de la Radio Télévision Scolaire (RTS). Avec le développement du numérique, le e-learning permet de mettre en place des modalités nouvelles d’interaction au service de l’apprentissage. Les Massive Online Open Courses (MOOCs) sont une forme de e-learning qui rencontrent un grand succès au début des années 2010. Ils permettent un enseignement à distance qui peut concerner plusieurs milliers d’étudiants simultanément. »

La visioconférence, une bonne alternative aux cours en amphi ?par Delphine Billouard-Fuentes Professeur associé, EM Lyon
« Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, les établissements d’enseignement supérieur ont fermé leurs portes. Mais si les salles de classe sont vides, les cours se réorganisent en ligne et le recours à la visioconférence explose, alors qu’il était jusqu’ici assez marginal. »

La formation au numérique des enseignants, enjeu crucial du confinement
« La fermeture des écoles impose aux enseignants de repenser leurs pratiques, en s’appuyant davantage sur le numérique. Le réseau Canopé et quelques start-up se penchent sur ces enjeux de ressources et de formation des enseignants au numérique. »

Confinement et éducation : "L’autonomie est le point central de la difficulté"
« Le laboratoire Techné (Technologie numérique pour l’éducation) de l’université de Poitiers est composé d’une quinzaine de chercheurs qui s’est tout de suite mise au travail pour suivre la problématique de la continuité pédagogique pendant la période de confinement que nous vivons actuellement. « Cela conduira à un travail de thèse qui pourrait éclairer la modification de l’environnement pédagogique à l’avenir », explique le directeur de Techné Jean-François Cerisier qui éclaire ici pour la NR la période actuelle de confinement à laquelle sont confrontés élèves et enseignants. »

Ailleurs

Les écoles fermées jusqu’au 4 mai en Ontario, avec un plan d’enseignement à distance
« Le premier ministre Doug Ford a expliqué en conférence de presse qu’il suivait ainsi les recommandations des experts en santé publique.
Plus tôt ce mois-ci, le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, avait ordonné la fermeture des écoles pendant quinze jours, après les semaines de relâche du mois de mars, et ce jusqu’au 6 avril.
 »

Québec, La plateforme « L’école ouverte » est en ligne par Radio-Canada

Coronavirus : neuf enseignants sur dix sont contre l’école cet été [en Belgique]
« Un sondage lancé mardi par l’ASBL Enseignons.be révèle la franche opposition des enseignants à l’idée de rattraper, cet été, des heures de cours perdues durant le confinement. »

Algérie par El Watan
« Reprise des cours : Le MESRS recommande le recours à l’enseignement à distance »

Ressources

La Cité de l’espace propose :
« TOUS CONFINÉS DANS NOTRE MINI-STATION SPATIALE !
Dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, nous partageons pour quelques semaines un point commun avec les astronautes : confinés dans un lieu réduit, nous n’avons qu’un accès limité vers l’extérieur…
Profitez de cette expérience inédite pour découvrir la vie des astronautes enfermés à bord de la Station Spatiale Internationale !
 »

Humour

Parce que confinés, il faut rire...
Le sketch hilarant de Laura Calu adressé aux professeurs

Au fait, la bonne nouvelle est un poisson (nous remercions Erwin Canard de nous avoir autorisé à reprendre son tweet-poisson), désolée...

Emilie Kochert avec l’aide des trouvailles de Bernard Desclaux et Géraldine Duboz

Lire la suite

Nouvelle Vague... Dance with me...

1 Avril 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Pierre Reverdy...

1 Avril 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Front de nuages 
 
Sous le vent qui chasse 
Sous le vent qui chante 
Le vent de la mer 
 
Le cœur lourd dépasse 
L’esprit qui le hante 
Le temps est amer 
 
Le ciel bas se masque 
Et l’espoir se lasse 
Dans mes yeux ouverts 
 
J’attends que tout passe 
Ma douleur plus basse 
Sous le front couvert 
 
Aucun secret dans les rides inextricables de tes mains 
Aucun regret dans ton regard qui ouvre le matin 
Même l’oubli du sang qui coule goutte à goutte des sources du destin 

                ______________

Le sens du vide 
 
Ces lignes à franchir que je ne peux pas lire 
Ces formes inouïes qui ne veulent rien dire 
Que la mort 
La mort étant le plus juste prix 
Le poids du corps dans la balance 
Et l’étrange circuit de la distance 
Au bout des fils qui se rejoignent dans le port 
Départ demain vers d’autres houles vaines 
Retour certain au foyer sans chaleur 
Une peine jamais éteinte sous la cendre 
Ni braise ni charbon ni flamme 
On ne pense à rien de réel 
Pas plus de terre que de ciel 
Pas plus d’écho que de silence 
Encore moins la flèche d’un regard 
Déliés dénoués rompus 
Nœuds de l’espoir 

                __________________

A la limite 
 
Quand les gens passent la nuit dans l’allée bleue – la nuit d'hiver. Les branches bougent contre les murs, contre la haie qui se retranche – la barrière enchantée dans le gris plus épais – le trou vivant des ombres.  
Si les lumières courent, si elles naissent et meurent, tout ce qui est devant s’anime et les yeux sont meurtris. Tous ce qui pèse sur cet espace étroit où s’accoude la nuit.  
La tête a son rayon qui file loin du monde. Le coeur parti à l’aile et faible au souvenir. S'il fait froid dans l’allée vide où le vent s'arrête aux branches qui déchirent – où l’aile immense touche en remuant la pluie – une larme au rebord du toit luisant, un mot qui plane. Et la lumière fixe dans le cadre des lignes – Tous ces gens qui passent le soir d’hiver dans l’allée bleue et grise qui traverse la nuit  

Pierre Reverdy - Œuvres complètes

Lire la suite
<< < 10 20 21 > >>