Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Coup de coeur... Guy de Maupassant...

18 Mars 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Il riait en pensant à ce rendez-vous. " Les églises lui sont bonnes à tous les usages, se disait-il. Elles la consolent d'avoir épousé un juif, lui donnent une attitude de protestation dans le monde politique, une allure comme il faut dans le monde distingué, et un abri pour ses rencontres galantes. Ce que c'est que l'habitude de se servir de la religion comme on se sert d'un en-tout-cas. S'il fait beau, c'est une canne ; s'il fait du soleil, c'est une ombrelle ; s'il pleut, c'est un parapluie, et, si on ne sort pas, on le laisse dans l'antichambre. Et elles sont des centaines comme ça, qui se fichent du bon Dieu comme d'une guigne, mais qui ne veulent pas qu'on en dise du mal et qui le prennent à l'occasion pour entremetteur. Si on leur proposait d'entrer dans un hôtel meublé, elles trouveraient ça une infamie, et il leur semble tout simple de filer l'amour au pied des autels."

Bel-Ami / Guy de Maupassant

Lire la suite

Au silence...

18 Mars 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Les silences…

J’aime le silence… Celui après Mozart qui est encore du Mozart… Celui imposé par un baiser échangé avec une femme aimée… Le silence d’une classe à condition qu’il soit utile, occupé, et rompu par l’échange que le maître organise dans le plaisir de la recherche, du questionnement, de la compréhension enfin… Le silence qui s’installe à la tombée de la nuit, l’été, dans El Jadida qui se prépare à vite se réveiller une fois l’obscurité venue. Les nuits y étaient délicieusement animées après la longue après-midi chaude, lourde, obligeant à la sieste, la pénombre pour unique vêtement au-dessus des draps, volets clos laissant filtrer quelques rais de lumière invitant la poussière à danser dans l’air… Le silence était doux à ma peau d’enfant…

Il est des lieux qui appellent le silence. Qui sont et font silence. Vasterival au printemps… Le Jardin du Luxembourg enneigé… Les églises des villages… Agnostique, je ne m’interdis pas la quiétude, l’ombre, la fraîcheur de ces lieux. Il y a dans le recueillement de ceux qui croient, de ceux qui prient, quel que soit le dieu, un mystère qui m’échappe et m’envahit à la fois. Si tu savais la fascination qu’exerce sur moi le silence choisi des moines et moniales !

Quel bonheur d’avoir pu partager, tout à l'heure, ton silence devant cette tombe au cimetière. Un silence à deux est plus profond encore…

Le silence de la maison, un dimanche matin, tôt. Quand tout dort. Même le chat… On attend - on entend? - le soleil et c’est la pluie qui vient. Rompant la quiétude en cognant aux carreaux.

Le silence de ma mère, m’observant travailler. Elle tricotait en écoutant Barbara ou Marie Laforêt… Son regard sur moi enveloppait l’espace d’un silence studieux, bienveillant, chaleureux, musical… Jusqu’au « Maman, j’ai fini ! »

Le silence du résistant qui n'a pas parlé. Ne parlera jamais…

Et puis Khadija, silencieuse… Elle parlait peu… Riait beaucoup ! Au moindre détail… Je la regardais, assis sur le carrelage de la cour intérieure, un livre à la main. Je levais la tête pour m’assurer de sa présence. Elle était toujours là. Précieuse. Ne pas l’entendre ne me dérangeait pas quand je la savais proche. Un sourire échangé offrait à l’instant un bonheur silencieux…

Ne pas tout dire… Ne pas parler… Savoir garder le silence. GARDER LE SILENCE ! Dans le secret de sa mémoire, de sa conscience. De tout ce qui ne s’ouvre pas. Se taire. Savoir se taire pour faire comprendre. Et peu importe que l’autre, aussi, se taise. Puisqu’elle vous fait comprendre son silence… Ne pas dire « Je t’aime » tout en le prononçant dans le silence profond d’un sourire, d’un regard, d’un effleurement… Une merveille médiévale. Le surnaturel n’est jamais loin lorsqu’il s’agit d’amour… Ces choses que l’on tait révélant bien davantage que ces choses que l’on dit…

Et puis il y a les silences détestables…

Celui des politiques silencieusement sourds aux enjeux du XXIe siècle… Celui du monde devant le réfugié qui se noie… Celui de ceux qui ne veulent pas entendre les hurlements de la femme battue, de la femme violée, de l’enfant frappé. Le silence des complices… Celui, le plus terrifiant, massacré par le bruit des bombes, le fracas des guerres, les cris des blessés, des mutilés, les larmes des veuves et des orphelins. Ce silence plein de bruit et de fureur ! Car le silence semble n’exister que pour servir d’écrin aux bruits, des plus agréables aux plus atroces. Une verre vide qui attend son eau ou son vin. Il n’y a de tempête que dans les verres pleins !

- Reparle-moi des silences que tu aimes… Laissons de coté la laideur. Regarde, il fait si beau...

Tu as raison… Je me souviens tout particulièrement de silences offerts par mes parents. Mon père m’a un jour rapporté un livre dont le titre m’a immédiatement emporté. « Le Silence de la Mer » d’un auteur au nom sans prénom… Vercors. Tout sonnait juste dès la couverture. En noir et blanc. Une photo extraite du film tiré du roman – film que je regarde encore, fasciné. Une table, une lampe, trois personnages… Un vieil homme qui aurait pu être mon grand-père, une jeune fille lui fait face. Elle pourrait être ma mère. Et, debout, regardant mon grand-père, lui-même regardant ma mère, cet homme à qui aucun des deux autres ne parle. Ni même ne veut voir. Le silence est d’une épaisseur à faire peur ! Je lirai ce livre et le relirai souvent. Il me semble tellement bien connaître ces trois-là… Faire partie de leur silence.

Je me souviens aussi de ce film d’une beauté envoûtante. Un film japonais déjà ancien. « L’Ile nue » ... Je l’ai vu très jeune, avec mes parents. À Casablanca je crois, au Rex ou à l’Empire. Un sujet aussi dépouillé que les champs de ce couple d’agriculteurs peinant à irriguer leurs maigres cultures. Ils rejoignaient le paysan de mon enfance, derrière sa charrue tirée par un âne. Il se taisait lui aussi. Je n’entendais que les rires de sa fille. Je vois tant de peines silencieuses encore aujourd’hui, dans une France que d’aucuns rêvent en « Startup nation », dans un pays qui ne parlerait que d’une voix. Une autre forme de « silence ». Dangereuse. Mais laissons cela…

L’ile nue… On n’entend dans ce film que des chants d’écoliers et le cri de la mère, tout à la fin… Pas un mot n’est prononcé. Une terre aride… Une musique… Un silence tragique…

- Tu as remarqué ? Les tragédies se déroulent toujours par beau temps...

Oui… A lui qui parle aux ombres… Créées par lui, par nous. Dans le silence des ruelles aux volets clos, encore.

D’où échappent parfois quelques voix disloquées se brisant au soleil. Jusqu’au silence retrouvé par les pas qui m’éloignent...

Christophe Chartreux

Lire la suite

Enseigner à distance ?

18 Mars 2020 , Rédigé par Eveline Charmeux Publié dans #Education

Enseigner à distance ?

Enseigner à distance ?

Avec le confinement généralisé, et les établissements scolaires fermés, c'est l'enseignement dit "à distance" qui s'installe, la "classe à la maison", comme dit joliment le CNED.
Depuis de nombreuses années, c'est une forme d'enseignement que je pratique régulièrement, et sur lequel j'ai pu réfléchir de façon approfondie.
Il n'est peut-être pas inutile de partager avec les lecteurs de ce blog, quelques-unes de mes réflexions sur ce sujet.
 
Peut-on transposer dans une situation de distance, le travail que nous faisons en présence des élèves ?
 
Il est bien évident que les pratiques habituelles, toujours officiellement préconisées — un cours magistral, bien explicite, suivi d'exercices d'application — se prêtent sans difficulté à la pratique à distance.
Il suffit de rédiger le cours de façon plus explicite, et d'élaborer, avec davantage de soin, des consignes d'exercices divers, pour envoyer le tout aux élèves par courrier ou courriel, ceux-ci renvoyant le travail effectué pour que le professeur le corrige, en veillant, là aussi, à être plus explicite encore, et plus précis.
Certes, en plus de ceux qui sont évidents (motivation molle, liberté de l'élève, et absence d'aide, etc.) l'obstacle spécifique ne tarde pas à surgir : il faut qu'ils sachent lire. Et l'on sait que c'est loin d'être le cas, même pour les élèves du cycle 3 et du collège.
Se résigner alors, à ce que seuls, ceux qui maîtrisent la chose écrite, puissent tirer parti tout de même de ce temps de crise ?
 
Comment éviter les erreurs de cette façon de faire ?

Elles sont, hélas, ancrées profondément dans nos habitudes scolaires.
1- Passons sur la première, maintes fois rappelée, sur ce que signifie le verbe "apprendre".
Comme on le sait depuis des lustres, apprendre ne se fait pas en rajoutant des connaissances à celles qu'on a, mais consiste en une transformation de celles-ci, rendue possible à deux conditions :
* Découvrir, lors de la réalisation d'un projet, que ce qu'on croyait savoir ne suffit pas.
* Que l'on ait acquis des moyens de s'y prendre autrement.

Moralité : ce ne sont pas les savoir qu'il faut transmettre, ce sont les stratégies par lesquelles on les construit.
Cela a souvent été dit sur ce blog : depuis toujours, on donne aux élèves des savoirs tout faits, en exigeant d'eux qu'ils découvrent tout seuls comment on s'en sert. C'est exactement le contraire dont les élèves ont besoin.
Il s'agit donc d'envoyer avant tout, non des fiches et des consignes de travail à suivre, mais des outils, des explications, des manières de s'y prendre, que les moyens technologiques d'aujourd'hui permettent d'envoyer oralement ou par écrit.

2- La seconde erreur résulte d'une confusion vieille comme l'école, entre "faire des exercices" et "apprendre". Confirmée dans les discours officiels actuels, où cette notion d'exercices que les élèves vont devoir faire à la maison, est omniprésente.
Rappelons — car c'est généralement oublié, voire ignoré — qu'un exercice est une activité d'entraînement d'un savoir acquis récemment. Ce n'est jamais un moyen d'apprendre.
L'exercice est censé accélérer le passage du savoir passif, que l'on a après la découverte d'un savoir nouveau, au savoir actif, c'est-à-dire au savoir que l'on peut et que l'on sait utiliser en situation. On sait en effet que ce passage demande du temps, beaucoup de temps, et il n'est pas évident que quelques exercices réussissent à le rendre plus rapide.
Donc, quand on est loin des élèves, au lieu de leur envoyer des "exercices" à faire, ce sont des situations d'apprentissage, qu'il faut trouver à leur envoyer. Et comme la motivation à apprendre n'est alors guère évidente, c'est évidemment le jeu et le caractère ludique des activités proposées, qui vont remplacer l'obligation et la surveillance scolaire. Des problèmes et des énigmes à résoudre, focalisées sur des notions à construire, toujours accompagnées d'explications nombreuses sur la manière de s'y prendre, pour les résoudre.

3- Une troisième erreur, que le travail à distance devrait permettre d'éviter facilement, mais qui a la vie dure, tant les a-priori traditionnels sont coriaces, c'est celle qui considère que le vrai travail doit se faire de mémoire, et sans aide d'aucune sorte.
C'est plus qu'une erreur, c'est une aberration, une faute monumentale. C'est en plus, une malhonnêteté grave : la mémoire, est, de tous les outils humains, le plus infidèle et le moins fiable. Demander aux élèves, comme on le fait et comme on l'exige, de travailler sur leur unique mémoire, est une contradiction morale absolument incompréhensible. Se documenter avant d'affirmer est la clé de l'honnêteté. Et, adulte, personne n'agit autrement : n'est-il pas ahurissant d'empêcher les enfants de le faire ?
C'est pourquoi, en classe, il faut que, dès le plus jeune âge, le réflexe "documentation, recherches et vérifications" soit installé, et qu'en classe, les enfants aient pris l'habitude d'avoir, près d'eux, les outils documentaires, dictionnaires, manuels, ressources diverses, archivées lors des leçons.
Il va de soi qu'à la maison, ces ressources doivent être là pour tout le travail qu'ils ont à y faire. Et comme on sait qu'elles sont souvent absentes, pour des raisons évidentes dans beaucoup de familles, c'est de la documentation qu'il faut envoyer aux élèves et non des fiches d'exercices ! De la documentation et des explications orales sur l'utilisation de celle-ci.
 
Et, de grâce, faisons le vœu que, pendant ces journées hors normes, on se passe d'évaluations !!
En matière d'apprentissage et d'éducation, l'essentiel, c'est d'apprendre : prouver ce qu'on a appris, c'est du temps de perdu et on n'en a pas à perdre.
La "classe à la maison", la formule est jolie, mais elle est bien discutable : la maison n'est pas un lieu pour faire la classe. Je pense qu'il faut donner un autre rôle à ce moment étrange et douloureux qu'est le nôtre.
Ce temps d'apprentissage à la maison peut très bien être, si on le veut, un temps positif et bénéfique, où les choses deviennent autres, les relations parents/enfants, le regard des uns et des autres sur le savoir et sur la manière de l'acquérir...
 
Il peut être un temps de découvertes réciproques, pour les parents et pour les petits...
A condition, bien sûr, que que rien ne vienne gâcher ce positif, et surtout pas des comptes à rendre et des jugements de valeur, inutiles et blessants.
 
Il est en nous, de faire en sorte que cela le soit.
 
Eveline Charmeux
Lire la suite

Revue de Presse Education... Confinement et distance — Ailleurs — Ressources — Autres infos...

18 Mars 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Confinement et distance — Ailleurs — Ressources — Autres infos...

Mêmes tonalités qu’hier avec la technologie qui ne suit pas. On fera un petit voyage ailleurs. Il y aura une section ressources, et quelques infos diverses.

Confinement et distance

COVID-19 : comment ça va se passer pour les lycéens ?
Depuis l’annonce d’Emmanuel Macron concernant la fermeture de toutes les classes de France de la maternelle à l’université, l’inquiétude commence à monter chez les lycéens. Pourront-ils passer leur bac, comment vont-ils suivre leurs cours ?” Par Lina Waka-ceou

Ecole à la maison : un « stress test » pour l’Education nationale par Marie-Amélie Lombard-Latune
Assurer la continuité pédagogique malgré le coronavirus ​ : c’est le défi pour le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, et les enseignants. Mais aussi pour l’Enseignement supérieur, logé à la même enseigne. Des solutions techniques existent pour ce télétravail. Mais elles ne sont pas très familières au monde éducatif français, qui va devoir apprendre dans les prochains jours à se passer du tableau noir et des cours en amphi.
C’est un véritable « stress test ​ » qui commence ce lundi. Il concerne près de 12 millions d’élèves, 2,7 millions d’étudiants et les 870 000 enseignants qui ne les encadreront plus dans les classes. Pour tous, débute l’expérience de l’école virtuelle, notion encore souvent bien théorique, qui, en quelques heures, est devenue très concrète. A chacun sa manière de s’organiser, se discipliner et faire preuve d’inventivité pour résister au choc. « ​La situation est totalement inédite. Les réponses sont forcément imparfaites ​ », a reconnu vendredi soir, sur France 2, Jean-Michel Blanquer
.”

Coronavirus et enseignement à distance : les enseignants s’adaptent Par Jean-Michel Le Ray, France Bleu Vaucluse
Depuis lundi, les 850.000 enseignants de France vont devoir assurer les cours à distance, de la grande section de maternelle au lycée. Pour Philippe Brenier, le secrétaire départemental du SNES-FSU en Vaucluse, "il semble qu’on va vite en trouver les limites au fil des semaines".”

Coronavirus : l’enseignement à distance s’installe, malgré les dysfonctionnements
Enseignants, élèves et parents ont tenté, lundi, de s’approprier les outils numériques pour faire classe à distance. Quitte à contourner les bugs des plateformes de l’Education nationale pour passer par Whatsapp ou Snapchat. L’école à la maison pourrait durer, peut-être même jusqu’à la fin de l’année scolaire.”

Alençon. Coronavirus : l’enseignement technique à distance est impossible
Il faut se rendre à l’évidence, malgré les annonces ministérielles, il va être compliqué de maintenir un enseignement pour tous, durant le confinement pour cause de coronavirus.”

A Bordeaux, les enseignants transmettent aux élèves le travail à faire à la maison
REPORTAGE - Face à l’épidémie de coronavirus, tous les établissements scolaires dans l’Hexagone sont fermés jusqu’à nouvel ordre. A Bordeaux, les cours de récréation sont complètement désertes.”

Coronavirus : chez les enseignants, l’organisation d’un « service minimum d’accueil » pose question
Ecoles, collèges et lycées ont fermé, mais des enseignants doivent se rendre disponibles pour accueillir les enfants de soignants.” Par Mattea Battaglia

Coronavirus : "Rien ne marche, les espaces numériques sont saturés", témoigne un enseignant
"Le site plante complètement, on n’est plus en contact ni avec nos élèves, ni avec nos collègues", confie ce professeur de maths du Tarn. L’Education nationale promet une résolution rapide des pannes. L’enseignement à distance est la norme depuis lundi, pour limiter la progression du coronavirus.”

Covid-19 : le premier jour d’e-enseignement rendu compliqué par les plateformes en ligne
Ce lundi matin marquait le premier jour de fermeture des établissements scolaires. Des outils numériques sont censés être mis à disposition des élèves, cela afin de limiter la propagation du Covid-19. Ces outils de travail à distance doivent permettre de poursuivre les enseignements et d’échanger avec les professeurs. L’application Tilkee pourrait d’ailleurs permettre de s’assurer de l’assiduité de leurs élèves… encore faudrait-il que les plateformes d’e-enseignement supportent l’affluence des 12 millions d’écoliers, collégiens, lycéens, étudiants…

De la continuité pédagogique à l’enseignement à distance sur le Café pédagogique
La première journée de continuité pédagogique a été marquée par une série de pannes des espaces numériques de travail (ENT) et des plateformes privées. Quant aux sites du CNED ils ont été souvent inaccessibles. Tous ces tracas sont finalement plutôt le signe d’une évolution dont on a du mal à distinguer le terme. Alors que la perspective d’une fermeture des écoles plus longue qu’annoncé se dessine, la crise du coronavirus pourrait bien marquer l’Ecole plus profondément que ce que l’on croyait.”

Coronavirus : les débuts compliqués de l’enseignement à distance
12 millions d’enfants effectuent les cours à la maison depuis lundi 16 mars. Le ministère de l’Éducation nationale a mobilisé chefs d’établissement et enseignants pour préparer le dispositif. Était-il prêt ?” Les quelques secondes avec Philippe Watrelot au JT d’hier soir de la 2
La salle de classe a disparu à cause du coronavirus, les cours, eux, sont maintenus. Lundi 16 mars, Philippe Watrelot, professeur de sciences économiques et sociales, pensait pouvoir compter sur la plateforme mise en place par le gouvernement, Ma classe à la maison, pour parler avec ses élèves en visioconférence. Mais au moment de se connecter, le site ne fonctionne pas. "On est dans la situation que doivent vivre pas mal d’enseignants. Il faut que l’intendance suive", déplore le professeur.”

« Pour le CNED et son avenir, c’est l’épreuve du feu »
Alors que l’ensemble des élèves est désormais concerné par les fermetures d’écoles, le spécialiste des usages du numérique dans l’éducation, Bruno Devauchelle, rappelle, dans un entretien au « Monde », la fragile « culture de l’enseignement à distance » en France.” Propos recueillis par Séverin Graveleau

Les business schools déploient l’enseignement à distance Par Kira Mitrofanoff Abonnés
Face à la crise du coronavirus et à la fermeture de leur campus, certaines business schools déploient leurs formations en ligne. Une pédagogie qui s’avère parfois plus efficace que les cours en classe.”

Ailleurs

Démarrage à grande échelle du projet de l’éducation numérique ivoirien

Démarrage à grande échelle du projet « Education numérique » en Côte d’Ivoire

Au Québec Coronavirus - Questions et réponses Réseaux de l’éducation et de l’enseignement supérieur

Ressources

ACCUEIL - accompagnement des enseignants par Sophie Pons
Pour vous accompagner et vous soutenir pendant cette période particulière, que nous savons complexe pour chacun-e, nous vous proposons différentes ressources mobilisables en SVT pour préparer vos enseignements à distance.” sur le site de Créteil

Covid-19 : des ressources pour assurer « une continuité pédagogique » à la maison
En raison de la propagation du coronavirus, les établissements scolaires sont actuellement fermés. Réseau Canopé met à disposition des ressources pédagogiques pour travailler à la maison”.

Le service de presse d’Arte annonce : “En raison de la fermeture des écoles, collèges et lycées, ARTE met gratuitement ses ressources pédagogiques à la disposition des enseignants et de leurs élèves, via sa plateforme Educ’ARTE à compter du lundi 16 mars.
Tous les enseignants, dont les établissements ne sont pas encore abonnés à Educ’ARTE, peuvent s’inscrire dès aujourd’hui sur le site internet www.educarte.fr et se créer un compte. Ils recevront alors un accès et toutes les modalités pratiques pour que leurs élèves puissent y accéder à distance.”

COVID-19 : Les Éditeurs d’Éducation mettent gratuitement leurs manuels numériques à la disposition de tous les élèves
Les liens utiles.

L’école à l’heure du Covid-19 Ressources diverses et gratuites pour accompagner les élèves Le CRAP-Cahiers pédagogiques
https://www.cahiers-pedagogiques.com/-L-ecole-a-l-heure-du-Covid-19-?fbclid=IwAR254fefA6X7iboAQ1Ly1bvhHqnlaKYIxbXVrGQ-gY6ukOjd3MNifk_9XeM

Autres infos

Jean-Michel Blanquer : le bac aura lieu d’une manière ou d’une autre Publié par Sandra Ktourza
Pour ce qui est du baccalauréat, le ministre de l’Education nationale a indiqué qu’il serait bien maintenu : « Pour les élèves de terminale, je veux leur dire que bien entendu, d’une manière ou d’une autre, il y aura une session du baccalauréat. »
Pour les élèves de première, il a indiqué que le contrôle continu serait bien maintenu, et qu’ « on a de toute façon étendu cette deuxième période qui s’ouvre ces temps-ci, jusqu’au mois de juin. »

Coronavirus et enseignement à distance, « entre augmentation des inégalités éducatives et transformation pédagogique » Tribune de Pascal Plantard, Professeur d’anthropologie des usages des technologies numériques
« La crise sanitaire nous pousse à réfléchir la classe “hors la classe” » mais « risque d’amplifier les inégalités », explique Pascal Plantard, professeur d’anthropologie des usages des technologies numériques, dans une tribune au « Monde ».”

"Tout élève doit pouvoir accéder à une formation mathématique adaptée et rigoureuse." (Emmanuel Royer, CNRS) Par Clément Rocher
Emmanuel Royer est directeur adjoint scientifique de l’Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions (INSMI), un des dix instituts disciplinaires du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Au lendemain de la semaine des mathématiques, qui s’est tenue du 9 au 15 mars 2020, il établit un état des lieux de la présence des mathématiques en France.”

Bernard Desclaux

Lire la suite

John Coltrane...

17 Mars 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Georges Simenon...

17 Mars 2020 Publié dans #Littérature

« - Tu vas me dire pourquoi ça t’a pris un jour de ne plus me regarder que comme un objet, de me préférer un chat trouvé dans la rue. Qu’est-ce qui s’est passé ?

 

- Il ne s’est rien passé ! J’ai changé et c’est tout, voilà !

 

- Pourquoi tu as changé ? Tu as changé de quoi ?

 

- J’ai changé comme le monde entier a changé !

 

- Qu’est-ce que j’ai fait de mal ?

 

- Rien, tu as été parfaite, et moi j’ai été dégueulasse, dégueulasse comme tous les hommes. Je n’ai rien à te reprocher mais je ne peux plus te voir devant moi ! Je t’avais dit que je t’aimerais toujours. Et bien, je me suis gouré, j’ai vieilli, je ne t’aime plus !

 

- Mais moi si !

 

- Oh, je t’en prie, ne sois pas grotesque, pas à notre âge ! Maintenant, le temps nous a séparés et dis-toi bien qu’il nous séparera pour de bon un jour ou l’autre !

 

- Je préfère tout de suite !

 

- Tu n’as qu’à te suicider ! »

 

Il lui donne son pistolet.

 

« Tiens, ça fera un chouette fait divers : l’acrobate tue son mari parce qu’il l’a trompée avec le chat ! »

Georges Simenon - Le Chat

Lire la suite

Revue de Presse Education... Coronavirus — Divers...

17 Mars 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Coronavirus — Divers...

Finalement après quelques hésitations (terme gentil) l’EN est confinée. Et les débuts ne sont pas aussi faciles. On trouvera néanmoins quelques infos diverses.

Coronavirus

Coronavirus : Enfin des consignes claires de rester chez soi
Il aura fallu trois jours à l’éducation nationale pour donner des consignes claires et conformes aux consignes gouvernementales. Après les propos de JM BLanquer le 13 mars , où il prévoyait que la moitié des enseignants soient dans les écoles et établissements à partir du 16 mars, le 14 mars le ministre annonçait encore que 10% des enseignants auraient à venir. Finalement il a fini par prendre en compte les consigne claires données par le premier ministre le 15 mars en fin d’après midi. Dans une lettre aux recteurs et dans la FAQ mise en ligne sur le site du ministère, JM Blanquer revient sur tout ce qu’il a dit. Ne doivent venir dans les écoles et établissements que des enseignants volontaires pour accueillir les enfants des soignants là où il y en a.”

Ecoles fermées à cause du coronavirus : Blanquer précise les modalités d’enseignement à distance
Deux jours après l’allocution du président de la République Emmanuel Macron, le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a fait un point détaillé sur les mesures mises en place pour l’enseignement à distance, qui va concerner près de 13 millions d’élèves.” message du 14 mars sur LCI

Coronavirus : comment s’organisent les profs
Entre jeudi soir et ce weekend, les enseignants ont reçu une multitude de consignes contradictoires : école fermée aux élèves mais présence obligatoire, une moitié des enseignants présents, continuité des réunions et différents conseils de classes, présence sur la base du volontariat ou injonctions… Bref, une situation qui ne rassure pas les professeurs, qui par ailleurs comme tous les français, commencent à saisir l’ampleur de la crise que rencontre le pays, mais aussi le monde. Sur les réseaux, les collectifs de professionnels d’interrogent, échangent les infos mais aussi les ressources car quoique l’on se dise, les profs sont tous inquiets pour leurs élèves… Certains ont accepté de témoigner.”

Les professeurs face au défi de l’enseignement à distance par afp dans La Croix
A partir de lundi, les 850.000 enseignants de France vont devoir assurer les cours à distance, de la grande section de maternelle au lycée, une tâche « surmontable » pour beaucoup mais qui demandera, selon eux, « pas mal de travail et d’organisation ».”

Coronavirus : casse-tête pour les parents aussi

Avec l’expansion du coronavirus, la difficile mise en place de l’enseignement à distance Par Marie-Estelle Pech
Alors que les établissements scolaires fermeront dès lundi, enseignants et parents tentent de s’adapter.”

Coronavirus : "Les enseignants sont prêts" pour les cours à distance, mais "on ne fera pas de miracle", prévient le responsable du Snes-FSU
Un certain nombre d’élèves n’ont "pas de connexion internet" ou des ordinateurs "qui ne fonctionnent pas bien", explique Stéphane Audebeau, du syndicat enseignant Snes-FSU.”

Cours à distance : de nombreux outils destinés aux enseignants et aux élèves sont en panne
De nombreux enseignants évoquent ce lundi matin des difficultés techniques pour accéder aux plateformes numériques mises à disposition par les différentes académies.”

Coronavirus : Les éditeurs mettent des ressources en ligne
Après les éditeurs d’Editis, ce sont tous les éditeurs scolaires de l’association Les éditeurs de l’éducation, soit Belin Éducation, Bertrand-Lacoste, Bordas, Casteilla, Delagrave, Éditions Didier, Docéo, Fontaine Picard, Foucher, Le Génie Éditeur, Génération 5, Hachette Éducation, Hachette Technique, Hatier, Istra, Jeulin, la Librairie Des Écoles, Lelivrescolaire.Fr, Lt Lanore, Magnard, Maison Des Langues, Nathan, Nathan Technique, Retz, Le Robert, Sedrap et Vuibert, qui mettent gratuitement à disposition des élèves des ressources durant la crise du coronavirus.”

Le coronavirus et l’école. Faire l’école à la maison sous coronavirus ? Le CRAP-Cahiers pédagogiques, le 14 mars 2020
Les parents peuvent difficilement réaliser le travail des professionnels de l’enseignement. Toutefois, face à la crise sanitaire actuelle, faute de mieux, plusieurs possibles sont à portée des familles. C’est en tant que mouvement pédagogique, regroupant de nombreux professeurs de disciplines et niveaux d’enseignements différents, que nous mettons à disposition quelques idées pour agir dans ce contexte inédit.”

Enseignement supérieur : des annulations de concours et examens « dans des cas extrêmes » en raison du coronavirus
« Les examens et les concours de recrutement sont reportés », annonce ce dimanche le ministère de l’Education nationale. Les concours post-classes préparatoires sont, pour le moment, maintenus et leurs dates sont inchangées, avait indiqué vendredi après-midi la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal. En revanche, les concours postbac vont évoluer ou laisser la place à un recrutement sur dossier. Les universités vont mettre en place des examens à distance ou faire évoluer leurs modalités de contrôle des connaissances.”

Coronavirus : l’Education nationale reporte ses examens et concours Publié le 15 Mars
"Cette mesure concerne aussi bien les concours de l’enseignement supérieur (post-classes préparatoires) que les concours de recrutement de l’Education nationale."

Face au coronavirus, comment je gère la situation de crise dans mon lycée Par Bertrand Gaufryau, Contributeur Chef d’établissement de lycée agricole, économiste, militant de la pédagogie, citoyen engagé
Et si cette situation pour le moins singulière due au coronavirus permettait de renouer les liens de confiance avec notre système éducatif ?

Et ce soir vous aurez Philippe Watrelot au JT sur la 2 au sujet de l’enseignement à distance.

Divers

Du temps court de l’orientation scolaire d’hier, au temps long d’aujourd’hui par Bruno Magliulo
Le temps de l’orientation c’est celui de son organisation - tant pour les familles que pour les membres de l’institution (psychologues de l’éducation et autres faisant fonction de conseiller d’orientation, professeurs principaux ou autres, équipes de direction ...) - tout au long de chacune des années scolaires, mais aussi durant le continuum des années collège puis lycée. Pendant longtemps, il fut très concentré sur les fins d’années scolaires des seules classes de troisième et terminale. Progressivement ces dernières années, on a constaté une tendance croissante à étendre le temps de l’orientation vers l’amont du calendrier de chaque année scolaire (dès novembre/décembre), mais aussi à concerner l’ensemble du parcours cinquième/terminale. Autrement dit, on est progressivement passé d’un temps court à un temps long de l’orientation. Quelles sont les raisons d’une telle évolution ?

Épisode 1 : Michelle Perrot : "Je trouvais que les femmes avaient une éducation de deuxième zone, je voulais rompre avec tout cela" une émission de 38 minutes sur France Culture
"Le Chemin des femmes" chez Robert Laffont est le dernier ouvrage de l’historienne spécialiste des mouvements ouvriers et de l’histoire des femmes. Cette nuit, Michelle Perrot retrace son parcours avec la complicité des voix qui l’ont accompagnée.”

Décrochage : La situation s’améliore selon la Depp
"Au cours des douze dernières années, les parcours des élèves dans l’enseignement secondaire se sont profondément transformés. Les sorties sans diplômes ont décru de moitié et plus des trois quarts des élèves deviennent aujourd’hui bacheliers", note la Depp dans une nouvelle Note d’information. "Sous l’effet de la baisse des redoublements et de la réforme du baccalauréat professionnel de 2009, ces améliorations se sont accompagnées d’un raccourcissement de la durée de scolarité dans toutes les voies d’enseignement. Ces évolutions ont permis aux élèves entrés en sixième avec les acquis les plus fragiles de sortir plus souvent qualifiés du système éducatif". Le raccourcissement est lié à la baisse du nombre des redoublements et à la réforme du bac pro. Au final, même les sortants sans diplôme arrêtent leurs études à des niveaux de formation plus élevés.”

La Chine promeut l’application de l’informatique pour réduire les inégalités dans l’enseignement
BEIJING, 16 mars (Xinhua) — Le ministère de l’Education a publié lundi une ligne directrice, s’engageant à mieux appliquer l’informatique dans l’enseignement au sein des écoles primaires et secondaires, en vue d’assurer un accès généralisé à un enseignement de qualité.
D’ici 2022, les cours en ligne seront disponibles dans les écoles rurales, pour les aider à répondre à la pénurie d’enseignants et autres ressources éducatives, selon le document.
Parallèlement, les cours exemplaires donnés par des enseignants remarquables seront mis sur Internet afin d’aider le personnel enseignant à l’échelle nationale à améliorer ses compétences professionnelles, a noté le ministère.
Pour combler le fossé éducatif entre les zones urbaines et rurales et entre les différentes régions, les écoles de premier plan partageront leurs ressources éducatives de haute qualité, notamment en ouvrant des écoles numériques ou en donnant des cours en ligne, d’après le document
.”

Enseigner les Lumières. Questions didactiques et construction des savoirs de l’école élémentaire à l’université
Projet de volume collectif sous la direction d’Éric NÉGREL
En tant que courant de pensée européen, les « Lumières » constituent un objet d’étude commun à plusieurs disciplines scolaires et universitaires. Si la recherche scientifique concernant les Lumières adopte volontiers une approche pluridisciplinaire, la réflexion didactique au sujet de cet objet commun d’enseignement est en revanche plus cloisonnée. Le présent volume se propose de nouer un dialogue entre les différents acteurs du monde enseignant qui sont amenés à approcher les Lumières dans le cadre de leur pratique professionnelle : les enseignants-chercheurs en études théâtrales, histoire, histoire de l’art, littérature française, littératures étrangères, musicologie ou philosophie ; les enseignants-praticiens des disciplines ou enseignements connexes dans les premier et second degrés ; les enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation et les didacticiens de ces disciplines, intervenant dans la formation initiale des futurs enseignants ainsi que dans la formation continue.”

Bernard Desclaux

Lire la suite

Coronavirus et enseignement à distance, « entre augmentation des inégalités éducatives et transformation pédagogique »

17 Mars 2020 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education

Coronavirus et enseignement à distance, « entre augmentation des inégalités éducatives et transformation pédagogique »

EXTRAITS

« La crise sanitaire nous pousse à réfléchir la classe “hors la classe” » mais « risque d’amplifier les inégalités », explique Pascal Plantard, professeur d’anthropologie des usages des technologies numériques, dans une tribune au « Monde ».

Emmanuel Macron a annoncé la fermeture, à partir de lundi 16 mars, des crèches, écoles, collèges, lycées et universités pour une durée indéterminée afin de lutter contre la propagation du Covid-19. S’il a fait l’éloge du service public de santé, et c’est bien normal, il a oublié de motiver la communauté éducative. Le ministre de l’éducation nationale s’en est chargé en donnant les orientations nationales lors de sa conférence de presse du 14 mars. La crise sanitaire nous pousse à réfléchir la classe « hors la classe », et cela pose deux grandes questions : quels sont les principaux obstacles ? Quels accompagnements pour les enseignants dans cette transformation pédagogique et numérique ?

Si 91 % des Français sont internautes – ils se sont connectés au moins une fois à Internet dans les trois dernières semaines – selon l’enquête CAPUNI de 2019 sur l’évolution des usages numériques, cela ne décrit en rien la capacité à travailler en ligne pour un élève ou pour un salarié. Des inégalités persistantes, notamment territoriales, dans l’accès aux technologies (en 2019, seules 77 % des familles possèdent au moins un ordinateur), se doublent de distances culturelles face au numérique dans les familles modestes. « Pour eux, le mail est un instrument de torture et ce d’autant plus qu’il est l’outil de l’injonction administrative », explique la sociologue Dominique Pasquier. Le recours à la formation à distance risque d’amplifier des inégalités sociales déjà très perceptibles en ce qui concerne la dématérialisation administrative.

(...)

« Je n’y comprends rien mais vous allez m’apprendre »

Qu’en est-il du côté des enseignants, auxquels on demande expressément d’assurer la continuité pédagogique auprès des élèves par l’enseignement à distance ? Ils sont, en 2020, encore trop peu nombreux à intégrer des pratiques qui dépassent l’illustration d’un cours par un diaporama. Dans le 1er degré, la polyvalence devrait permettre à des enseignants d’intégrer facilement des innovations numériques mais l’organisation enlise ce mouvement : équipements à la charge des mairies, enseignants référents numériques pas assez nombreux, formations pas assez développées et environnements numériques de travail (ENT) extrêmement rares.

Pour le collège, si de nombreuses initiatives y sont développées, la triade discipline-programme-classe rend difficile la massification des pratiques pédagogiques numériques. Les référents numériques ne sont pas assez nombreux non plus, les services académiques ont des moyens et des projets très différents et, enfin, les ENT, qui vont être centraux dans la période qui s’ouvre, ne sont pas interopérables entre les différentes académies.

(...)

Pour aider les enseignants du monde entier, l’Unesco publie en anglais une liste d’applications et de plates-formes d’apprentissage dans laquelle on retrouve, au premier plan, les Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). Mais respectent-ils la neutralité commerciale de l’éducation nationale, et surtout la protection des données des enfants et des familles ? Ces choix, autant technologiques que politiques, ne peuvent pas être laissés aux seuls enseignants, qui vont se retrouver dans des conflits de légitimité professionnelle insolubles. Une clarification des ressources qui peuvent être utilisées dans le cadre scolaire doit vite être faite.

(...)

Lire la suite

Face au coronavirus, comment je gère la situation de crise dans mon lycée...

17 Mars 2020 , Rédigé par Huffington Post Publié dans #Education

Face au coronavirus, comment je gère la situation de crise dans mon lycée...

EXTRAIT

Et si cette situation pour le moins singulière due au coronavirus permettait de renouer les liens de confiance avec notre système éducatif?

Lire la suite

Jean-Sebastien Bach...

16 Mars 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>