Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Le macronisme est un populisme, un totalitarisme intellectuel... (Ecrit en 2019)

1 Mars 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature, #Politique

7 mai 2017…
 
(À lire en écoutant la ballade numéro 1 de Chopin, par Kristian Zimermann au piano)
 
7 mai 2017… Un jeune homme de trente-neuf ans était élu huitième Président de la Ve République. Face à Marine Le Pen parvenue au second tour, profitant de la faiblesse d’une gauche épuisée, divisée, en manque de forces de conviction.
 
Alors, c’est ce jeune homme qui fut déclaré vainqueur. Pourtant sans le début de commencement d’un programme politique, d’un « projet », même si lui et ses communicants ont réussi l’exploit – aidés par quelques médias mainstream – de donner l’illusion qu’il en proposait un. Il y eut bien quelques analystes affirmant que tout cela était quand même très peu précis, très flou. Ils furent très vite isolés, puis disparurent des plateaux.
 
L’effet « sidération » se mettait en place. Il allait durer un an. Avant de commencer à s’effriter.
 
À Dieppe, la plage est de galets. Des millions de galets, puis du sable et la mer. De part et d’autre de la ville, des falaises dont certaines s’effondrent. Une ville de pêcheurs, d’hommes rudes et attachants. Ici pas de faux-semblant. Le chômage est une réalité. Les fins de mois sont difficiles. Mais ces femmes, ces hommes se plaignent rarement. Ils ne montrent pas leurs douleurs. Ils la vivent. Sans simulacre… Dans les cafés du port, ils parlent. Débattent. Se disputent. Ne leur parlez pas de Macron ! Vous pourriez les fâcher. Oui, c’est vrai, certains d’entre eux ont fait le choix de Marine Le Pen. Pas par conviction. Par découragement. Hélas, le « macronisme » continue d’entretenir ce découragement, l’augmente. Marion se prépare. 2022, c’est demain… C’est DEJA demain ! Elle aussi sait y faire pour séduire les « innocents »…
 
Ah la séduction !… C’est joli la séduction… Tu étais jolie au restaurant, le visage éclairé par le soleil couchant… Tu étais belle à Varengeville, admirative devant les vitraux bleus de Braque… Tu étais sublime, pieds nus dans la voiture… J’étais séduit… Mais je l’étais par une réalité vivante ! Aucun simulacre ! Aucun mensonge !
 
Or qu’avons-nous élu le 7 mai 2017 sinon l’incarnation du vide ? Abusés par une séduction vulgaire…
 
Avant de proposer – et ce n’est pas l’objet de ce livre – des idées qui, ensemble, feront « programme », il convient de faire prendre conscience aux citoyens, y compris à celles et ceux qui, très sincèrement, ont choisi Emmanuel Macron dès le premier tour de la présidentielle 2017, que la sidération ne peut plus durer ! Qu’il faut désormais rêver, bien sûr rêver, mais les yeux ouverts, la conscience aux aguets ! Il y va de la survie du débat politique, de la politique tout court. Le macronisme a la folle ambition d’abolir LE et LA politique. Pour une et une seule raison :
 
Le macronisme est un populisme, un totalitarisme intellectuel. Ni l’un ni l’autre ne supporte débats ou clivages.
 
Mon amie commanda une soupe de poisson…
 
Je crois te l’avoir déjà dit mais j’ai souvent relu les discours du candidat Macron. Ceux du Président aussi. Tous, sans exception, absolument tous sont suffisamment flous, imprécis pour que chacun y trouve à picorer. Pour que les médias trouvent à commenter, à organiser des plateaux-télés comme autant de plateaux-repas. Toutes et tous autour de la table et chacun choisit son sujet. Des paroles partout, tout le temps… Des critiques, nulle part, jamais. Emmanuel Macron « a raison » puisqu’il n’affirme jamais rien, ne prend jamais parti. Quand par-dessus tout cela, ses troupes copient-collent le vide et le diffusent, alors tu auras tout compris du macronisme: une immense opération d’hypnose collective. « Aie confiance » disait Kaa à Mowgli…
 
N’attendons ni Bagheera ni Sher Khan pour nous réveiller…
 
Laissons-nous séduire par la beauté d’un regard, la douceur d’une voix, les lumières d’un paysage au couchant, par cette femme qui sourit en regardant l’enfant… Son enfant…
 
Sans CHERCHER à séduire, elle.
 
Fuyons les simulacres et revenons au réel!
 
Christophe Chartreux
Lire la suite

"Coronavirus: les enseignants et les enfants d'abord! (Quid des justifications?)" - Par Claude Lelièvre...

1 Mars 2020 , Rédigé par Mediapart - Claude Lelièvre Publié dans #Education

"Coronavirus: les enseignants et les enfants d'abord! (Quid des justifications?)" - Par Claude Lelièvre...

Fermeture totale en cette fin des vacances de février pour huit communes de l'Oise. Plus de 26000 élèves sont concernés et plus de 2000 personnels enseignants, administratifs et technique. Quid des justifications?

Outre l'IUT de Creil, 102 établissements scolaires relèvent de cette décision: neuf lycées, dix collèges et 83 écoles.

La rectrice de l'Académie d'Amiens a évoqué l'ENT ('L'espace numérique de travail) et la plate-forme d'enseignement à distance via le CNED pour garantir "un enseignement de classe virtuelle dès lundi de la grande section de maternelle à la terminale, avec pas moins de sept millions de connexions informatiques possibles''.

On peut être dubitatif quant à l'efficience du dispositif ( ''dès la maternelle''...) et pour tout le monde à égalité ( les connexions pouvant se faire de façon très différenciée selon les familles ) : ''un enseignement de classe virtuelle'' ou ''un enseignement de classe virtuel''?

Mais à la guerre comme à la guerre''? En tout cas , une pétition circule depuis samedi soir sur les réseaux sociaux pour demander que l'ensemble des établissements scolaires du département de l'Oise soit préventivement fermés.

Contagiosité et rôle des enfants selon le rapport de juillet 2012 "Fermeture des établissements scolaires et autres lieux collectifs dans le cadre de la révision du plan pandémique grippale'' (conclusion d'un groupe de travail dans le cadre de "la commission des Maladies transmissibles'' du Haut Conseil de la Santé publique)

''Au cours des épidémies de grippe saisonnière, les enfants sont considérés comme les plus susceptibles d’être infectés en raison de leur immunité incomplète et de la multiplicité de leurs contacts notamment scolaire. L’analyse au Royaume-Uni de la pandémie grippale de 1957 [qui a été à l'origine de plus de 100000 décès en France] a souligné la part importante des enfants âgés de 1 à 4 ans d’une part et de 5 à 14 ans d’autre part dans la transmission virale. Les premiers représentaient 5 % de la population mais étaient considérés comme responsables de 6 à 8 % des infections, les seconds, soit 13 % de la population, étaient responsables de 37 à 43 % des cas ( page 8)

''Les enfants jouent un rôle particulièrement important dans la transmission de la grippe ; ils sont plus réceptifs à l’infection que les adultes, sont responsables de plus de cas secondaires dans les foyers que les adultes, ont un portage viral plus important et prolongé, « maîtrisent » beaucoup moins leurs sécrétions respiratoires, et sont en contact étroit avec les autres enfants à l’école, favorisant ainsi les transmission'' (page 9 )

"L’école constitue une zone d’amplification de la grippe. Ces spécificités pédiatriques sont celles de toutes les collectivités d’enfants, quel que soit leur âge, et concernent les écoles (primaire, secondaire), comme les crèches et les haltes-garderies. Les recommandations quant à la fermeture des écoles s’appliqueraient par conséquent aussi aux collectivités d’enfants en âge préscolaire sauf s’il était démontré que l’épidémie analysée épargnait la tranche d’âge des moins de trois ans.Dans le cadre de la diffusion des virus dans les collectivités d’adultes jeunes que sont les universités, la notion d’amplification de la diffusion n’est pas aussi nette que celle rapportées pour les collectivités de jeunes enfants. Les universités ne sont donc pas considérées au même titre que les écoles."

Claude Lelièvre

https://blogs.mediapart.fr/claude-lelievre/blog/010320/coronavirus-les-enseignants-et-les-enfants-dabord?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-67

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19