Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

"Les Français se désintéressent de l’actualité : comment y remédier ?" (De son traitement surtout)

19 Janvier 2020 , Rédigé par France Culture Publié dans #Médias

 "Les Français se désintéressent de l’actualité : comment y remédier ?" (De son traitement surtout)

Après la publication annuelle du baromètre Kantar/La Croix jeudi dernier, il apparaît que les Français boudent l'info. Analyse et décryptage, quelles solutions pour recréer du lien entre médias et citoyens ?

Comme chaque début d’année, le baromètre du journal La Croix, réalisé par Kantar pour sa 33ème édition, nous révèle la confiance des français envers les médias. Le constat est sans appel : l’intérêt des Français pour l’information atteint son plus bas niveau historique. Un peu moins de 6  français sur 10 déclarent s’intéresser à l’actualité. Internet suscite une incrédulité sans précédent. Pire, 71 % des Français n’ont pas le sentiment que les médias rendent « mieux et davantage compte » de leurs préoccupations. 

Pourtant depuis un an, suite à la crise des gilets jaunes, force est de constater que  les rédactions tentent de faire plus de reportages pour être au plus près des citoyens, des podcasts se sont multipliés pour expliquer comment l’information est créée, décryptée, les fact checking aussi prolifèrent sur tous les supports. Alors pourquoi les médias n’arrivent-ils pas à reconquérir leur public ? Pourquoi l’actualité semble-t-elle désintéresser de plus en plus les Français ? Comment l’expliquer ? Et surtout, comment y remédier ?

Guillaume Goubert, directeur du quotidien La Croix

"La confiance à l'égard d’Internet était déjà très basse et elle baisse encore. Il y a une méfiance à l'égard des sources et plus particulièrement d'Internet qui est très forte, ce qui est rassurant dans un sens, cela veut dire que le public a un esprit critique. Et en même temps, on a envie de leur demander pourquoi ils consomment autant d'informations sur Internet alors qu'ils n'ont pas confiance."

Vincent Giret, directeur de France Info

"L'ère du numérique nous a plongés dans un tsunami d'informations, où chacun peut devenir un média, participer, partager, commenter, contester. Cet ensemble crée une saturation de l'information, qui provoque des mécanismes de méfiance et qui propage le relativisme et la défiance. Cela polarise et radicalise l'expression des débats publics."

Pour aller plus loin :

Baromètre médias : pourquoi 4 Français sur 10 boudent l’information, La Croix

A Couthures, les médias face aux questions qui fâchent, Le Monde

En France, on ne fait vraiment plus confiance aux médias, L'Express

Confiance dans les médias : léger regain de crédibilité mais désintérêt grandissant, LCI

Lire la suite

Livres jetés, brûlés, empilés : des gestes symboliques de la colère des enseignants...

19 Janvier 2020 , Rédigé par Actua Litté Publié dans #Education

Livres jetés, brûlés, empilés : des gestes symboliques de la colère des enseignants...

EXTRAIT

Lors de ces dernières journées de mobilisation contre la réforme des retraites, des enseignants ont jeté des manuels scolaires derrière les grilles de rectorats de plusieurs villes en France, ou ont constitué des barricades avec les ouvrages. Des mises en scène qualifiées par les grévistes de « symboliques » pour manifester tant leur colère que leur inquiétude de voir leur profession menacée par les décisions du gouvernement. 

L’enveloppe budgétaire annoncée par le ministère de l’Éducation n’a pas suffi à calmer la colère des enseignants. D’un montant de 400 à 500 millions €, celle-ci vise à assurer à la profession la préservation du montant de leur pension de retraite malgré la nouvelle réforme. Aux yeux des syndicats représentatifs, cette proposition du gouvernement n’est qu’une « avancée », loin de signer la fin de la contestation. 

Signe de leur détermination à poursuivre leur mobilisation : jeudi 16 janvier, 43e journée de grève, nombre d’entre eux se sont rassemblés dans la rue partout en France. Le taux de grévistes de grévistes étant de 18,81 % dans le primaire, et de 16,49 % dans le secondaire, selon les chiffres du ministère, et de 40 % et 50 % selon les syndicats. 

Dans plusieurs villes, des enseignants ont alors décidé de rendre leur protestation plus significative en jetant des manuels scolaires obsolètes, des craies ou des cartables par-dessus les grilles de différents établissements scolaires ou rectorats de France. 

(...)

Clara Vincent

Suite et fin à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Les maux du corps enseignant - France Inter (Audio)

19 Janvier 2020 , Rédigé par France Inter Publié dans #Education

Les maux du corps enseignant - France Inter (Audio)

Le 23 septembre dernier, trois semaines après la rentrée scolaire, on retrouvait, dans son école de Pantin, le corps de Christine Renon. Le 6 janvier, un rapport de l‘Inspection générale de l’Éducation nationale reconnaissait plusieurs dysfonctionnements, comme facteurs possibles du suicide de la directrice.

Dans une lettre bouleversante envoyée deux jours avant son suicide, cette enseignante expérimentée et respectée, détaillait son quotidien pour justifier son geste.

Le 6 janvier, un rapport de l‘Inspection générale de l’Éducation nationale reconnaissait plusieurs dysfonctionnements, notamment locaux, comme facteurs possibles du suicide de la directrice. Le ministère a en outre rendu publiques les conclusions d’une enquête auprès de 30 000 directeurs d’école (64% du total). Ils expriment le souhait de voir allégées leurs tâches administratives, et renforcé l’accompagnement humain dans les écoles.

À l’autre bout de l’enseignement scolaire, les enseignants des collèges et des lycées sont en proie à un malaise qui provoque chez eux, selon une enquête du syndicat SNES FSU, le sentiment que leur santé se dégrade à cause de leur travail.

Suicides (il y en a eu 58 chez les agents de l’éducation nationale en 2018/2019 et 11 depuis la rentrée), arrêts maladie, dépression et démissions, même si on parle de "malaise enseignant" depuis plus d’un siècle, le métier semble bien être de plus en plus difficile à exercer.

Pour ausculter ce corps enseignant à la santé préoccupante, Vanessa Descouraux a rencontré plusieurs experts et enseignants.  Pour s’exprimer sur leur lieu de travail, les profs doivent naturellement obtenir l’autorisation de leur hiérarchie. C’est pourquoi, le premier témoignage de ce reportage est anonyme : il a été recueilli quelque part en France métropolitaine. Et ce directeur ressentait la nécessité de témoigner dans son école, de son mal-être quotidien.

Lutter contre la solitude des professeurs, c’est une des pistes à explorer pour atténuer leur malaise. Mais l’Éducation nationale emploie un million cent mille agents, dont environ 900 000 enseignants, avec un ratio de un médecin du travail pour 16 000 agents.

"Les maux du corps enseignant", c’est un reportage de Vanessa Descouraux. Réalisation, Violaine Ballet assistée de Martine Meyssonnier. Documentation, Sabine Bonamy

Pour aller plus loin

Le suicide de Christine Renon n'a pas eu l'écho qu'il aurait dû avoir, Louise Tourret, Slate, 02/10/2019

"Directeurs d’écoles primaires : un statut source de mal être",  Cécile Roaux, The Conversation, 01/10/2019

On se suicide dans les écoles, on ne peut plus l'ignorer”, Les Inrocks, 27/09/2019

"Je suis tellement fatiguée", la lettre de Christine Renon, la directrice de maternelle de Pantin, avant son suicide, HuffPost, 26/09/2019

Directeur d’école : "Un pair parmi ses pairs même s’il en reste le premier", Le Café pédagogique, 03/10/2018

Le"sale boulot" : division morale du travail dans un collège en banlieue, Persée, 1997

Philippe Bardonnaud , Vanessa Descouraux , Géraldine Hallot

Pour écouter l'émission c'est ci-dessous

Lire la suite

Pet Shop Boys... (La pop à l'état parfait!)

18 Janvier 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Laurent Rivelaygue...

18 Janvier 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Coup de coeur... Laurent Rivelaygue...
Sur le chemin du retour, alors que midi tapait à sa porte, Sophie décida de briser la glace avec Albert et un petit mar-teau pointu.
– Que tricotez-vous, Albert ?
– Une chaussette.
– Une seule ?, soupira-t-elle, mais sa phrase resta en l’air, comme maintenue par les fils invisibles d’une contrariété unijambiste.
Pendant leur absence, Bruce avait fomenté le plan diabolique de faire un trou, mais il ne réussit pas à mettre la main sur la perceuse sans fil. Il avait donc décidé de se reposer à qui mieux mieux. Sophie fit une entrée triomphale dans le corridor en exécutant deux entrechats pirouettés.
– Mon amour, je viens de consulter un médecin récent, j’ai cru comprendre que je n’en avais plus que pour trois mois, s’inquiéta-t-elle avec parcimonie.
– Savez-vous où nous avons rangé la perceuse sans fil ?, lança Bruce à la cantonade sans s’alarmer outre mesure.
– Oui, dans le bac à légumes du réfrigérateur américain classe A, dégivra Albert qui savait garder les pieds sur terre en toutes circonstances.
 
Laurent Rivelaygue - Albert et l'argent du beurre
 
 
Lire la suite
Lire la suite

Je crois au socialisme. Et au Parti Socialiste!

18 Janvier 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Politique

Je crois au socialisme. Et au Parti Socialiste!
S’engager…
 
Clignotant à droite… Je me gare dans le parking qui sert les soirs de matchs du Paris-Saint-Germain à accueillir les milliers de supporters de cette équipe qui survole le football français depuis plusieurs années. Tu es rechaussée. Nous retenons encore un peu de temps. Nous nous permettons ce partage. Sans doute te reverrai-je très vite. Quelle importance puisque nos « rencontres » sont épistolairement si fréquentes? Quasi quotidiennes.
 
C'est ma dernière année d'enseignement. Je pourrais continuer deux ans de plus mais j’ai pris la décision de m’engager davantage en politique. Peut-être dans d'autres domaines. Je verrai… J'ai le temps...
 
Je me suis toujours engagé. Lycéen, j’ai participé à bien des mouvements, jusqu’à me retrouver perché sur un toit à chanter « Parachutiste » de Maxime Le Forestier. J’accomplirai pourtant mon service militaire. M’y ennuyant à mourir d’août 1980 jusqu’au 29 juillet 1981. Juste à temps pour assister au mariage de Diana et Charles. J’étais « désengagé » pour le meilleur… Elle s’engageait pour le pire…
 
Je me suis toujours « senti de gauche » sans jamais adhérer à un parti. Trop occupé sans doute par mes activités sportives dans le monde associatif. Trop libre aussi… Cette impossibilité de me laisser enfermer dans une « ligne », un cadre. Pas d’injonctions. Pas de carte. Pas d’idéologie.
 
Puis vinrent 2006 et Ségolène Royal. La « démocratie participative ». J’ai été séduit. Quelle déception aujourd'hui! D’autres rencontres, magnifiques, vont me rapprocher du Parti Socialiste. Que je n’ai plus quitté. Encore moins aujourd’hui, dans la difficulté.
 
Je crois au socialisme. Et au Parti Socialiste. Je n’y crois pas comme on « croit » en tel ou tel dieu. J’y crois parce que le socialisme existe, qu’il a un avenir et que le parti socialiste, qu’il soit de Jaurès ou d’Olivier Faure en passant par toutes ses grandes figures, doit se relever et se relèvera lorsque les Français en auront fini avec la sidération macronienne. Fin en cours… Il se relèvera, surtout, lorsqu’il saura proposer – et cela ne se construit pas en un jour – d’autres vies à imaginer. À réaliser ! Le macronisme est un simulacre, un « neutre » mortellement ennuyeux, un conformisme comme on n’en a rarement connu, une accumulation d’images généreusement offertes aux citoyens priés d’être spectateurs, un piège à émotions, une « startupisation » générale à marche forcée. Un château de cartes biseautées. Le macronisme se résume en une phrase :
 
«La droite en rêvait. Macron l’a fait »
 
Tu ajustes ton imperméable. Moi qui n’aime pas les fins, je n’apprécie pas ce moment. Nous allons retrouver la méchanceté du quotidien, l’indifférence des hommes devant leur propre folie, la condamnation des différences au nom des certitudes… Tout ce que le socialisme doit combattre, non pas pour un « égalitarisme » caricaturalement dénoncé par les réactionnaires de tout poil, mais pour faire triompher les valeurs de progrès humain. Elles sont inscrites au fronton de ma Mairie… De toutes les mairies de France :
Liberté – Egalité – Fraternité… C’est pourtant simple !
 
Loin, très loin du "communautarisme des élites" ! Loin, très loin de la dénonciation paresseuse d’une « bien pensance de gauche » ! Loin, très loin du ruissellement devenu évaporation, des premiers de cordée qui se contrefichent des derniers ! Loin, très loin de l'individualisme piétinant le commun!
 
Clignotant à gauche… Je reprends l’avenue qui longe le Parc des Princes puis m’engage sur le périphérique… Je me glisse dans le flot ininterrompu de la circulation… Direction Rouen… Puis Dieppe…
 
À la radio, par un de ces hasards que seule la vie réserve, j’entends Fugain chanter « Le Chiffon Rouge »…
 
Je pense à toi…
 
Christophe Chartreux
Lire la suite

Revue de Presse Education... Réformes — Recrutement — Orientation...

18 Janvier 2020 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Réformes — Recrutement — Orientation...

Les réformes sont toujours en débat. La question des difficultés de recrutement de nouveaux personnels émerge en France.

Réformes

Pour le directeur général de l’enseignement scolaire Édouard Geffray, la réforme du Bac est "une bonne réforme pour les élèves" Vidéo

E3C : quelle organisation ? Publié par Fériel Boudjelal sur NousVousIls
Le ministère de l’Éducation nationale vient de publier une note sur l’organisation des épreuves communes de contrôle continu du bac.”

Etudes de santé : le gouvernement répond aux inquiétudes des présidents de facultés
Par Louis Heidsieck
Ce jeudi matin dans un café proche des Invalides à Paris, le président de la conférence des doyens de facultés de médecine Jean Sibilia s’est montré rassuré quant à la mise en place de la réforme des études de santé prévue pour septembre prochain. Après avoir envoyé en décembre dernier une lettre aux ministres de la Santé et de l’Enseignement supérieur faisant part de ses « profondes inquiétudes » concernant le peu de temps et de moyens mis à disposition pour lancer cette réforme, la Conférence des doyens a en effet reçu une réponse encourageante de la part du gouvernement. Avec notamment un budget revu -légèrement- à la hausse et un bon état d’avancement de la mise en place des nouveaux cursus dans les universités.”

Arrivée mouvementée pour le directeur par intérim du réseau Canopé à Poitiers
Le réseau Canopé présent dans chacun des départements français devrait passer sous la tutelle des rectorats d’académie. Les salariés y voient un démantèlement de leur service. L’arrivée du directeur général par intérim ce mardi était pour eux l’occasion de manifester.”

Recrutement

Ce matin, la crise des vocations dans l’enseignement.
Quoi de plus préoccupant pour un pays que de voir ses étudiants se détourner du plus beau métier, celui de transmettre la connaissance. Le taux de candidats pour les concours chute. Il n’y plus que 5,6 candidats par poste à pourvoir. Ils étaient 6,3 l’année dernière et 8,4 en 2006 ! Les raisons sont connues : dégradation des conditions de travail ; impression d’être broyé par des programmes, des méthodes inconstantes ; sentiment, par exemple, que les inspections ne servent plus à rien... tant la marge de manoeuvre de chaque échelon de l’institution est contrainte budgétairement ; rapports compliqués avec des parents toujours plus inquiets et défiants. Tout le monde connaît des profs, ceux de ses enfants en 1er lieu. Les ambiances à l’école infusent rapidement la société. Dès lors, les étudiants intéressés par la carrière d’enseignants savent exactement quel est l’état d’esprit du moment chez les profs du primaire ou du secondaire...
Et donc, en ce moment... quelles sont les remontées de salles de professeurs ?

"Quand le nombre de candidats diminue, la qualité aussi" : l’inquiétante chute des inscrits aux concours de l’enseignement
Le nombre d’inscrits aux concours de l’enseignement a encore baissé de 10% entre 2019 et 2020, sur fond d’une tendance lourde depuis plusieurs années. Mais moins de candidats signifie également des concours plus simples et donc des professeurs qui n’ont pas forcément le niveau requis pour se retrouver devant des élèves.”

Les nouveaux masters bousculent la formation des futurs enseignants Par Soazig Le Nevé
Les nouvelles maquettes des masters MEEF, qui entreront en vigueur en septembre 2020 et septembre 2021, décalent le concours de recrutement et donnent plus de place aux compétences pédagogiques.”

Profs : une « crise » des vocations à géométrie variable Par Marie-Estelle Pech
Si certaines disciplines restent attractives, les lettres classiques, l’allemand, les maths et la physique peinent à attirer les enseignants.”

Au BO du 16 janvier 2020 : certificat d’aptitude professionnelle, formation à l’étranger pour les enseignants, centres d’excellence de formation technique à l’étranger, programme de mobilité internationale enseignante Jules Verne

« Les enseignants ont l’impression d’être sacrifiés » Publié par Dorothée Blancheton sur NousVousIls
Dotations budgétaires en baisse dans le secondaire à la rentrée 2020, suppression d’emplois, nouveau Capes… Christine Guimonnet, secrétaire générale de l’Aphg (Association des professeurs d’histoire et de géographie) et professeur au Lycée Pissaro de Pontoise, nous livre ses impressions.”

Orientation

Orientation : « les classes populaires ont besoin d’accompagnement » par Hugo Soutra
Le milieu d’origine social et culturel, comme le lieu de résidence, influe fortement sur l’ambition des jeunes ou à contrario leur degré d’autocensure. Pour le co-président de l’association « Article 1 », Benjamin Blavier, les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur et les freins à l’insertion professionnelle ont atteint des niveaux tels que les collectivités et les élus n’ont plus d’autre choix que de s’y investir aux côtés de l’Etat.”

Bernard Desclaux

Lire la suite
Lire la suite

Francis Cabrel...

17 Janvier 2020 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>