Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!
Lire la suite

73% des personnels du second degré estiment que leur travail a dégradé leur santé au cours des derniers mois

6 Novembre 2019 , Rédigé par France Info Publié dans #Education

73% des personnels du second degré estiment que leur travail a dégradé leur santé au cours des derniers mois

Une enquête menée par le syndicat Snes-FSU indique que seules 18% des personnes interrogées sont satisfaites du travail accompli à la fin de leur journée.

Franceinfo révèle en exclusivité l'enquête sur les conditions de travail du personnel éducatif du second degré, menée par le syndicat Snes-FSU. Près de 8 700 enseignants, conseillers principaux d'éducation, assistants d'éducation ou encore accompagnants d'élèves en situation de handicap ont été interrogés. 73% des personnels d'éducation estiment que leur travail a dégradé leur santé ces derniers mois.

Cette enquête du Snes-FSU sort alors que le ministère de l'Education nationale réunit mercredi 6 novembre un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail  (CHSCT) exceptionnel. Une réunion organisée à la demande des syndicats, et consacrée à la souffrance au travail à l'école primaire, au collège et au lycée, un mois et demi après le suicide de Christine Renon, une directrice d'école de Pantin.

93% des personnels interrogés estiment que leur charge de travail s'intensifie. Et pour 14%, cela a conduit à un arrêt de travail. C'est le cas de Claire, une professeure de langues en banlieue parisienne, qui a craqué en novembre 2018. "Je ne me suis pas levée pendant deux ou trois jours. Faire le moindre mouvement était épuisant, je passais mes journées à dormir", raconte-t-elle.

Un sentiment de perte de sens

Claire attribue ce burn-out à son travail dans un quartier défavorisé. "Cela a été la conséquence de la multitude des tâches qu'on nous demande ou que l'on fait implicitement parce que l'on ne se contente pas de faire cours et de rentrer chez nous, indique-t-elle. On s'occupe de nos élèves, on essaie de pallier certains manques de la société aussi. L'écart entre l'idéal du travail bien fait et ce que l'on arrive à produire au quotidien, même si on fait de notre mieux, est particulièrement difficile à vivre."

Seules 18% des personnes interrogées dans l'enquête du Snes-FSU sont satisfaites, à la fin de leur journée, du travail accompli. Un peu moins de la moitié (47%) ne sont pas contentes de la qualité du travail fourni. Enfin, plus des trois quarts ont le sentiment d'une perte de sens de leur métier. Côté paie, une grande majorité des personnels (94%) s'estiment mal payés, et pensent que leurs salaires n’augmentent pas proportionnellement aux tâches fournies et aux compétences demandées.

Alexis  Morel

Lire la suite

Brahms...

5 Novembre 2019 , Rédigé par christophe

Lire la suite

Coup de coeur... Edna O'Brien...

5 Novembre 2019 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Coup de coeur... Edna O'Brien...

À la télévision, un ou deux parlèrent de lui [Radovan Karadzic] comme un poète guerrier qui avait toujours eu une conviction mystique de son rôle dans l'histoire. Obscur médecin, il avait acquis la notoriété mondiale dont il avait toujours rêvé, et il était maintenant en route pour le tribunal de La Haye, inculpé de divers crimes : génocide, nettoyage ethnique, massacres, tortures, détention de gens dans des camps et déplacements de centaines de milliers d'habitants. La première chose qu'il demanda, dans le centre où il attendait son extradition, ce fut un coiffeur, si bien que sa mèche blanche et sa barbe blanche étaient maintenant quelque part, sur le sol du barbier.

Edna O'Brien - Les petites chaises rouges

Lire la suite

La politique du dédoublement des CP en éducation prioritaire? Un échec total.

5 Novembre 2019 , Rédigé par Mediapart Publié dans #Education

La politique du dédoublement des CP en éducation prioritaire? Un échec total.
Évaluations 2019 : des silences qui en disent long

Évaluations 2019 : des silences qui en disent long

La communication ministérielle sur les premiers résultats des évaluations CP et CE1 de la rentrée 2019 met en avant quelques progrès mais passe sous silence des résultats décevants en lecture-écriture qui contredisent les gros titres de la presse (cf. par exemple le JDD du 3 novembre).

Le principal résultat masqué est celui de l’échec de la politique du dédoublement des CP en éducation prioritaire, échec visible en étudiant les résultats CE1.

Les évaluations internationales avaient déjà montré que cette stratégie dont les objectifs démocratisants sont louables est le plus souvent d’un médiocre rapport coût-efficacité. Bref, elle coûte cher pour des améliorations modestes. Dans la France de 2019, elle coûte cher pour un bénéfice deux fois moindre qu’à l’étranger selon les évaluations de la DEPP.

Une lecture attentive du document de travail publié par la DEPP le 3 novembre (n° 2019-E03 : « Évaluations 2019 - Repères CP, CE1 : premiers résultats » ) permet de dévoiler les omissions ministérielles sur trois points au moins.

1. Le suivi de cohorte

La DEPP a suivi une cohorte d’élèves qu’elle a fait évaluer à trois reprises par les enseignants : au début du CP, mi-CP et début CE1. En janvier 2019, elle avait noté une légère réduction des écarts entre les performances des élèves scolarisés en Éducation prioritaire (EP) et hors EP. Ce n’est plus le cas au début du CE1, bien au contraire : la DEPP relève « une augmentation des écarts entre secteurs de scolarisation » (p. 68). En d’autres termes, les progrès moyens observés entre 2018 et 2019 ne sont pas également répartis sur le territoire : ce sont surtout ceux des élèves hors EP. Ce résultat est vrai pour tous les domaines de compétence évalués en Français : en un an, selon la DEPP (figure 54, p. 69), l’écart entre EP et hors EP s’est creusé d’environ 3 % en fluence, en compréhension de phrases comme en écriture de mots et de syllabes.

2. La comparaison entre REP+ et Hors EP

La DEPP présente certains résultats en isolant les élèves scolarisés en REP+, c’est-à-dire dans les secteurs les plus défavorisés, ceux qui étaient le cœur de cible de la politique du dédoublement. La figure 52 (p. 68) présente « les écarts de performances dans les domaines comparables en CE1 en 2018 et 2019 entre élèves scolarisés dans le secteur public hors EP et élèves scolarisés en REP+ ». On peut constater qu’en fluence, cible emblématique de la politique gouvernementale en matière de lecture, l’écart se creuse entre 2018 et 2019 : il était de 14,5 points en 2018, il est actuellement de 15,2 points. En vocabulaire, il passe de 31,1 en 2018 à 32,4 en 2019. Si « le niveau monte », il faut bien avouer qu’il ne monte pas pour tous.

3. Le niveau des élèves de REP+ 

L’analyse des gains, réalisée en comparant les performances de divers publics d’élèves ou des mêmes publics à un an d’intervalle, ne doit pas masquer la gravité des difficultés persistantes rencontrées par les élèves. À la rentrée 2019, 43,3 % des élèves de REP+ lisent moins de 30 mots par minute dont une moitié ne dépasse pas 11 mots. Ce résultat est très inquiétant alors même que depuis deux ans toutes les injonctions ont été orientées vers la maitrise du code et que les tests de fluence ont été massivement transformés en tâches d’enseignement.

La DEPP constate que dans le même temps les performances langagières, notamment en vocabulaire délaissé au profit du déchiffrage, se dégradent (figure 52).

Pour expliquer les faibles performances des élèves de l’EP au début du CE1, le ministre invoque l’oubli qui affecterait les élèves défavorisés durant les vacances scolaires d’été et propose d’y remédier par des stages gratuits de soutien scolaire. Terrible aveu d’échec de l’année scolaire dédoublée qu’une semaine de soutien estival pourrait compenser.

Pourquoi un tel échec ?

Surtout parce que l’abaissement des effectifs ne s’est pas accompagné d’une modification significative des pratiques pédagogiques. Ce constat n’est pas surprenant au vu des résultats des recherches internationales : le changement ne se décrète pas, il nécessite l’adhésion des enseignants traités comme des professionnels compétents et responsables. La France a fait un choix diamétralement opposé : préoccupée par les élèves, elle a maltraité les maitres. Elle a suivi naïvement les sciences cognitives et oublié les sciences humaines. Le ministère de l’Éducation nationale a appliqué une méthode autoritaire et brutale de conduite du changement, imposant une pédagogie officielle unique, discréditant et démobilisant les praticiens efficaces mais non conformes, dénoncés au motif de leur manque de « loyauté ».

Une méthode qui ne marche dans aucun pays au monde.

Roland Goigoux

Lire la suite

"Un gouvernement qui tourne le dos à son système éducatif et à la culture, c’est un pays en train de mourir."

5 Novembre 2019 , Rédigé par Mediapart Publié dans #Education, #Culture

"Un gouvernement qui tourne le dos à son système éducatif et à la culture, c’est un pays en train de mourir."

« Donner les moyens, c’est reconnaître une nécessité. Un gouvernement qui tourne le dos à son système éducatif et à la culture, c’est un pays en train de mourir. Il faut le vivre pour comprendre cela, voir le regard des mômes et des adolescents à qui tu lis des livres : ça réveille une lumière au fond d’eux et si tu prends la peine de regarder leurs yeux, tu le vois tout de suite. » Lucie Braud

Bonjour Lucie. D'abord, un grand merci d'avoir accepté d'inaugurer l'édition BDleaks. C'est une première, alors j'ai eu l'idée de ce petit questionnaire pour démarrer, un prétexte à évoquer le métier d'auteur à notre époque, les questionnements de la création au quotidien, et de faire ton portrait à toi, Lucie, en artiste libre...

Si tu devais définir ton activité en trois adjectifs, trois noms ?

Les trois noms seraient :

Liberté : pour la partie créative du métier qui permet des espaces d’expression que je ne trouve pas ailleurs. J’aime également la liberté que j’ai de gérer mon temps comme je le souhaite. Il y a des périodes de temps plus lâches et d’autres plus serrées. La rythmique change en permanence. La forme de liberté que je trouve dans ce métier a ses limites et ses contraintes, il y a bien sûr le revers de la médaille, mais j’accepte cette contre-partie.

Rencontre : dans mon précédent métier, je rencontrais pas mal de personnes et je ne travaillais pas seule. J’ai craint un temps qu’en choisissant d’être auteur, j’allais être confrontée à une solitude qui aurait pu me faire renoncer. Mais ce n’est pas le cas, bien au contraire. C’est un métier où la rencontre est permanente, avec d’autres auteurs, des lecteurs, des professionnels du livre. Pour chaque projet, je rencontre des gens que je n’aurais pas rencontrés autrement. C’est une vraie chance et une richesse. Et j’aime cette dualité entre les moments où tu es au milieu des gens et le moment où tu es seule à ta table.

Discipline : l’écriture est un travail qui demande une discipline : travailler chaque jour pour chercher, réinventer, se tromper, recommencer. Cette discipline peut parfois me coûter, mais je sais qu’elle est nécessaire pour se confronter à certaines difficultés d’écriture. Et il n’y a rien de meilleur que de surmonter les difficultés. Je travaille autant derrière la table que lorsque je pars en balade. C’est peut-être même dans ces moments où je suis la plus productive.

Les trois adjectifs seraient :

Bleue : parce que j’écris en voyant la mer et le ciel et que mon horizon n’est pas fermé, que cela m’apporte une certaine sérénité qui permet de me concentrer ou de laisser aller mon esprit. Il y a aussi le bleu du blues qui arrive quand il y a un blocage et que les doutes s’installent. Je sais que cela fait partie du métier, mais c’est toujours angoissant.

Envahissante : parce que passionnante. Je peux oublier la notion du temps au détriment de ceux qui m’entourent. Je n’ai jamais l’impression de « décrocher ». S’il n’y avait pas le rythme qu’imposent les contraintes de la vie de famille, je serais hors temps, décalée. Je pense souvent à ma fille : ce n’est pas simple de vivre avec des parents auteurs parce que chez nous, tout tourne autour de notre travail et qu’il faut qu’elle trouve sa place au milieu de toute cette matière qui occupe notre esprit. Parfois, je rêve de passer des semaines seule dans un endroit où je pourrai me consacrer à l’écriture sans aucune contrainte du quotidien, mais j’ai encore du mal à rester éloignée de ma fille très longtemps.

Contrainte : la contrainte de la pagination ou du format oblige à contenir son propos, à l’adapter, c’est parfois nécessaire et parfois très frustrant, mais l’exercice sous contrainte me plaît parce qu’il me pousse à aller hors d’une zone de confort, à être dans la recherche permanente. Et si la contrainte pose un cadre, celui-ci bouge en permanence selon les projets.

(...)

Céline Wagner

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Lire la suite

A lire... L'origine sociale des élèves - Mythes et réalités - Sous la direction de Patrick rayou

5 Novembre 2019 , Rédigé par Ed Retz Publié dans #Education

A lire... L'origine sociale des élèves - Mythes et réalités - Sous la direction de Patrick rayou

Conforme aux principes de la collection, cet ouvrage décortique les mythes et les réalités qui entourent la question de l’origine sociale des élèves.

Dans la première partie, « L’école peut tout », les auteurs abordent les mythes du type :
« L'école inclusive abolit les clivages sociaux », « Les parents collaborent, les enfants réussissent », « Exposer aux mêmes savoirs garantit l'égalité ».

La seconde partie, « L’école n’y est pour rien », apporte des éclairages sur des mythes comme « L'école fréquentée fait toute la différence », « Les élèves de milieu populaire sont insensibles à la culture légitime », « Les héritages décident de tout ».

Un ouvrage qui donne des clés pour comprendre les études scientifiques récentes et pour se former un avis éclairé.

Lire la suite

Revue de Presse Education... Bonnes nouvelles ! — Des pas si bonnes...

5 Novembre 2019 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Bonnes nouvelles ! — Des pas si bonnes...

Une reprise un peu binaire. Il y aura de “bonnes nouvelles” et “des pas si bonnes” ! ;)

Bonnes nouvelles !

Une loi interdisant le voile lors des sorties scolaires « serait contre-productive », estime Blanquer Par Le Figaro avec AFP
Le ministre de l’Éducation a réaffirmé ce mardi au Sénat son opposition à la proposition de loi LR visant à interdire le port de signes religieux pour les accompagnants des sorties scolaires.”

Jean-Michel Blanquer au JDD : "Le niveau des élèves remonte !" Par Hervé Gattegno, Zoé Lastennet, Cyril Petit
Les évaluations réalisées pour la seconde fois à la rentrée auprès des élèves de CP et de CE1 montrent des progrès en calcul et en lecture. De quoi transmettre aux parents et aux professeurs un "message de confiance", veut croire Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education.”

Education : le niveau des élèves monte au CE1
Les données du ministère de l’Education nationale publiées dimanche montrent que les résultats s’améliorent dans tous les territoires.”

Handicapés à l’école : « L’Éducation nationale est en train de faire du sur-mesure » Par Caroline Beyer
Comment faire entrer à l’école toujours plus d’enfants handicapés ? Après des propositions formulées il y a huit mois, une série de mesures ont été déclinées en cette rentrée. Elles devront aboutir, d’ici à 2022, à une vraie école « inclusive ». « Nous sommes en avance sur le calendrier », expliquent Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, et Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées.”

Education : le clitoris passe en mode manuels Par Marlène Thomas
A l’occasion de la refonte des programmes de seconde, cinq livres de SVT sur sept représentent enfin l’organe sexuel féminin de façon complète. En 2017, lors des changements de programmes du collège, Magnard était le seul éditeur à le faire.”

La Cnil juge illégale la reconnaissance faciale à l’entrée des lycées Par Jérôme Hourdeaux
La Région Sud avait demandé à la Cnil d’analyser son projet d’installation de dispositifs biométriques à l’entrée de deux lycées situés à Nice et à Marseille. « Ce dispositif ne saurait être légalement mis en œuvre », affirme la Commission dans sa réponse, obtenue par Mediapart.” pour abonné

Les acteurs de l’orientation réunis dans une agence unique
La Région Auvergne-Rhône-Alpes a validé en assemblée plénière les 17 et 18 octobre la création d’une agence régionale de l’orientation. Le statut sera validé lors de la séance de décembre.” Il y a tout de même un gros paquet d’interrogations !

La voie est ouverte vers le titre de Docteur en Sciences Infirmières !
La ministre des solidarités et de la santé et la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ont présenté un décret portant modification du décret n° 87-311 relatif au Conseil national des universités pour les disciplines médicales, odontologiques et pharmaceutiques. Ce décret2 est paru au Journal Officiel du 31 octobre 2019. Il est complété par un arrêté3 qui fixe les modalités d’organisation de ces sections. La profession infirmière ne peut que s’en réjouir... et c’est ce qu’elle fait !

RALENTIR TRAVAUX passe enfin au HTTPS
Ralentir travaux est un site tout entier consacré à l’enseignement du français.
Tout ce qui a un rapport aux lettres modernes s’y trouve : séquences et séances détaillées de collège ou de lycée, cours de grammaire et d’orthographe, textes, exercices en tout genre, dictées, rédactions, idées de lecture, et bien d’autres choses encore
.”

Les lieux labellisés Campus Connecté
Frédérique Vidal annonce un investissement de 25 millions d’euros pour la création d’une centaine de nouveaux campus connectés
En mai dernier, au lendemain du Grand débat national, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, avait annoncé le lancement de campus connectés, avec pour ambition de reconnecter à la formation des jeunes vivants dans des territoires isolés.”

Des pas si bonnes

« C’est historique, le niveau des élèves remonte » dit Blanquer très remonté Par Claude Lelièvre sur son Blog : Histoire et politiques scolaires
On pouvait s’y attendre, le ministre est « remonté » comme un coucou ! Avec Blanquer, les historiens de l’éducation peuvent être « heureux » car ils ont du « grain à moudre » : il ne se passe jamais longtemps entre deux de ses annonces qualifiées d’historiques. On n’est pas déçu suite aux évaluations CP et CE1.”

Les évaluations en CP/CE1, saluées par le ministre de l’Éducation, deviennent de la "propagande gouvernementale" estime la FCPE
"Ces évaluations ont été faites sur des critères académiques de français, d’anglais, qui permettent de redorer l’image de la France à l’étranger" sans permettre de servir "d’outil d’analyse et de perspective" estime Rodrigo Arenas, président de la FCPE.”

Résultats CP - CE1 : La coûteuse impasse des dédoublements
Pour Jean-Michel Blanquer, "c’est un moment historique pour l’école". Selon les données de la Depp qu’il a révélé au Journal du dimanche du 3 novembre, le niveau remonte. Or l’analyse des données est nettement moins positive. Globalement la couteuse politique de dédoublement porte des fruits bien maigres. Pire encore l’écart entre les élèves de Rep+ et les autres augmente. Comme en 2018, la communication triomphante du ministre tente d’occulter l’échec de sa politique. Pour Roland Goigoux, "on n’a pas du tout ce qu’on espérait".”

Voir le document de travail de NOVEMBRE 2019 Evaluations 2019 Repères CP, CE1 : premiers résultats, publié par la DEPP

Au lycée, les nouveaux programmes de mathématiques sont-ils trop difficiles ?
Des enseignants dénoncent le niveau de la spécialité math en classe de première, jugé trop ardu pour une grande partie des élèves.”

Réforme du lycée : les profs battus par chaos Par Marie Piquemal
Organisation du contrôle continu, répartition entre spécialités, nouveaux programmes… Deux mois après la rentrée, les inquiétudes des enseignants se concrétisent face à la refonte orchestrée par le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer.”

Deux mois après la rentrée, certains parents d’enfants handicapés attendent toujours l’application des mesures du gouvernement
Malgré le "grand service public de l’école inclusive" annoncé à la rentrée par le gouvernement, des familles rencontrent toujours des problèmes pour scolariser leur enfant handicapé, tandis que certains accompagnants ont eu 20 jours de retard de paie.”

Féroce douceur d’une notion en vogue La « bienveillance », cache-misère de la sélection sociale à l’école par Clothilde Dozier & Samuel Dumoulin
Alors que l’éducation nationale connaît un manque croissant de moyens et d’effectifs, un mot d’ordre y fait florès : la « bienveillance » que les enseignants sont invités à témoigner à leurs élèves, et qui pourrait triompher de tous les obstacles. Cette antienne masque l’impuissance de l’institution à réduire le fossé entre les enfants des classes favorisées et ceux des classes populaires.”

L’orientation scolaire en manque de perspectives par Eva Mignot
Préférant miser sur la formation des enseignants plutôt que sur les centres spécialisés, le gouvernement a amorcé un tournant dans l’orientation scolaire. Cette politique profite d’abord aux acteurs privés et renforce les inégalités à l’heure où les élèves sont amenés, de fait, à être de plus en plus stratégiques dans leur choix de cursus.” pour abonné

Pourquoi les Polytechniciens trustent-ils la direction des grandes écoles ? par Violaine Cherrier
Un nombre croissant d’écoles d’ingénieurs sont dirigées par des Polytechniciens. Pour leurs recruteurs, les X combinent sens de l’organisation et envie d’excellence. Et n’en déplaise aux "machos", des polytechniciennes de plus en plus nombreuses sont aussi à la manœuvre.”

L’éducation aux médias et au numérique
Sujet sensible de notre époque, l’éducation aux médias est un enjeu qui dépasse celui de l’information : il concerne nos cultures démocratiques en tension. Entretien avec Serge Barbet (directeur du CLÉMI), François Saltiel (VP de Txiki Productions) et Vincent Coquaz (journaliste).” Emission à écouter sur France Culture.

Bernard Desclaux

Lire la suite

Clarika... (Et Allain Leprest)

4 Novembre 2019 , Rédigé par christophe

Lire la suite

Coup de coeur... Jean-Paul Dubois...

4 Novembre 2019 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

La logique eût voulu que notre relation en restât là, au stade de ce débarquement express au cul d’un Beaver, en bordure de la rivière des Prairies, boulevard Gouin. Mais la vie, au hasard de ses jeux, a ses astuces pour rapprocher les êtres qu’elle a décidé de perdre.

Jean-Paul Dubois - Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon/Prix Goncourt 2019

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 > >>