Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Coup de coeur... Andrée Chedid...

20 Juin 2019 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Elle tentait d'imaginer un monde d'où la mort serait exclue, ce monde-là deviendrait démentiel avec l'enchevêtrement des générations, l'encombrement, les haines perpétuées, la confusion, les détresses, les maladies sans limites, les conflits jamais dénoués, les temps jamais révolus... L'horreur d'une éternité parfaitement inhumaine. Peut-être que la vie même y perdrait son sens. "Dans sa sagesse la vie s'inventa la mort", se disait-elle.

Qu'elle vienne donc cette mort, elle l'acceptait à présent. Mais pas trop vite. Pas trop vite. Un peu de temps encore... Encore un peu de temps...

Andrée Chedid - Le Message

Lire la suite

Najat Vallaud-Belkacem : « Pour qu’au courage des réfugiés nous répondions avec la force de notre honneur »

20 Juin 2019 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Refugies

A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, l’ex-ministre de l’éducation nationale appelle, dans une tribune au « Monde », à s’appuyer sur la recherche et les ONG pour « briser » la mécanique de la désinformation et rétablir les conditions « d’un débat démocratique, éclairé, raisonné, informé ».

Aujourd’hui, partout dans le monde, les militants des droits humains se mobilisent pour informer, alerter, appeler les opinions publiques et les gouvernements à la responsabilité afin de faire respecter les droits fondamentaux des personnes déracinées, et d’améliorer leurs conditions de vie. On parle des demandeurs d’asile, des apatrides, des rapatriés, des personnes déplacées au sein même de leurs pays, des réfugiés. En 2017, ils étaient 70,8 millions à travers le monde, selon les Nations unies. Sans doute, ils sont plus nombreux aujourd’hui, et le seront plus encore demain.

Le courage de ces enfants, femmes et hommes pour affronter ces vies de déracinement, de fuite, d’exil et persévérer à se construire dignement un avenir, en dépit des dangers et des persécutions, puis de la défiance ou l’indifférence qu’ils rencontrent partout sur leur route, est proprement inimaginable.

Il faut pourtant faire cet effort d’humanité, d’empathie, d’intelligence et de savoir pour mettre fin au cercle vicieux qui nous mène à la catastrophe globale : toujours plus de peur, de crainte, et d’hostilité, mais aussi de contestation des faits et des chiffres, et donc d’ignorance chez celles et ceux qui ont la chance de pouvoir vivre et rester chez eux, et donc, d’accueillir. Si nous voulons que notre honneur soit à la hauteur de leur courage, alors il nous faut briser cette mécanique infernale qui prospère à l’ère de la « post-vérité », et rétablir les conditions d’un vrai débat démocratique, raisonné, informé, éclairé, juste et humain.

(...)

Pour qu’enfin, au courage des réfugiés, nous puissions collectivement répondre avec la force de notre honneur, et le sens de la fierté retrouvée. Après tout, 70 % des Français se disent fiers et confiants que la France accueille des personnes persécutées dans leur pays. Lorsque la raison peine à infléchir les opinions à elle seule, pourquoi ne pas faire appel, nous aussi, à la puissance des sentiments et des émotions en convoquant aussi la fierté d’agir en êtres humains, d’abord guidés par les valeurs, le sens moral, et la volonté de construire une société meilleure, à l’avenir plus solidaire et plus juste pour toutes et tous ?

Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre de l’éducation nationale (2014-2017), est présidente du conseil stratégique de la fondation d’aide aux réfugiés Tent, et directrice des affaires publiques internationales du groupe Ipsos.

Lire la suite

Pédagogie - "L'école française est celle de la tradition"...

20 Juin 2019 , Rédigé par Le Café Pédagogique Publié dans #Education

Pédagogie -  "L'école française est celle de la tradition"...

Contrairement aux idées véhiculées par quelques opposants au "pédagogisme" qui aurait "détruit les fondements de l'Ecole française" et préparé l' "avènement de générations d'illettrés", le tout sous la houlette du "grand satan Philippe Meirieu", les pédagogies en France sont très majoritairement traditionnelles et ne laissent que bien peu de place à celles accusées de tous les maux.

Plutôt bon à savoir...

Christophe Chartreux

                                      ___________________________________

EXTRAIT

Que sait-on des pratiques pédagogiques en France par rapport aux autres pays ? Finalement pas mal de choses si on suit l'enquête Talis 2018 de l'OCDE, publiée le 19 juin. Entre pratiques structurantes, management de la classe, pratiques axées sur les élèves et activités d'approfondissement, l'école française est celle de la tradition...

Comment classer les pratiques pédagogiques ?

Proposée à 48 systèmes éducatifs, l'enquête Talis permet de comparer les pratiques pédagogiques entre les pays. Talis les classe en trois grandes catégories : la gestion de classe, les pratiques qui apportent de la clarté dans l'enseignement (comme présenter les objectifs d'apprentissage, se référer à un problème de la vie quotidienne pour expliquer pourquoi la leçon est utile, présenter un résumé de ce qu'on a appris, laisser les élèves refaire jusqu'à ce qu'ils comprennent), des pratiques axées sur l'élève , ce que Talis appelle "cognitive activation (comme donner des taches qui invitent à l'esprit critique, faire travailler en groupe, laisser les élèves décider de leurs procédures) et des activités d'approfondissement (comme donner des projets demandant une semaine ou plus, inviter les élèves à utiliser les TICE ou donner des taches pour lesquelles il n'y a pas de solution évidente).

Des pratiques traditionnelles encore bien installées

Si l'indiscipline est un problème particulièrement grave en France, les enseignants français font appel aux mêmes pratiques que la moyenne des pays de Talis pour la gestion de classe : 76% invitent les élèves à écouter (contre 70% en moyenne des 48 pays de Talis), 69% invitent les élève sà se taire en début de leçon (61%), 77% invitent à respecter les règles de la classe (contre 71%). Sur tous ces aspects les professeurs français sont plutôt forts.

On va voir que c'est aussi le cas pour ce qui relève de la clarté de l'instruction. 90% des enseignants expliquent ce qu'ils attendent des élèves (moyenne ocde 90%), 79% fixent des objectifs en début de séquence (80% en moyenne), 78% font un résumé (73%). Ils sont juste un peu moins nombreux à laisser les élèves refaire jusqu'à ce que ça rentre (55 contre 68%).

(...)

François Jarraud

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Revue de Presse Education... Malaises au SNU — Des enseignants — Des Psychologues — Et ailleurs...

20 Juin 2019 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Malaises au SNU — Des enseignants — Des Psychologues — Et ailleurs...

Une thématique unique pour cette revue de presse : le malaise ! Malaise au SNU, des enseignants, des psychologues, et ailleurs.

Malaises au SNU

Le SNU est lancé : sera-t-il possible d’y échapper ? Par Geoffroy Clavel
Le Service national universel va être expérimenté par 2000 jeunes de 16 ans avant de devenir obligatoire. "On ne pourra pas être réformé", prévient Gabriel Attal. Sauf si…

Service national universel : pour un droit familial à l’objection de conscience par Louise Tourret
Cette mise en scène ne correspond pas à l’éducation que je souhaite pour nos enfants.
Gabriel Attal l’a dit, il n’y aura pas d’exception. Le Service national universel (SNU) sera obligatoire et on ne pourra pas se faire exempter
.”

VIDÉO. Évreux : malaises en série lors de l’inauguration de la nouvelle place de l’hôtel de ville
La cérémonie d’inauguration de la nouvelle place de Gaulle à Évreux s’est déroulée sous un soleil de plomb... et a provoqué plusieurs malaises dans l’assistance.”

SNU : une vingtaine de malaises lors d’une cérémonie en plein soleil à Evreux
“Bonne ambiance à Evreux (Eure), où des volontaires du Service national (pas encore) universel (SNU) fraîchement appelés avaient été rameutés mardi pour accompagner l’inauguration d’une statue du général de Gaulle. Selon un étudiant infirmier interrogé par une journaliste de Eure Infos / La Dépêche, « il y a eu 26 malaises » de jeunes en tenue obligés de se tenir debout en plein soleil, par environ 30°C ressentis, pendant tout le temps de la cérémonie. France Bleu avance le nombre de 25, en donnant la parole à la préfecture, qui relativise : « Ces jeunes ont été rapidement pris en charge par les pompiers, puisque très rapidement une quinzaine de pompiers sont venus, ainsi qu’un véhicule du SAMU. Et la police municipale nous a beaucoup aidé. Ces jeunes ont été réhydratés rapidement et on rapidement retrouvé la forme. Ce matin ils vont mieux et on pu reprendre leur cursus de SNU. »

Des enseignants

« Le monde en face » sur France 5 s’interroge sur le malaise des professeurs
Marina Carrère d’Encausse revient sur le malaise actuel des professeurs en France dans un nouveau numéro du Monde en face.
À l’heure où les élèvent commencent à ranger trousses et cahiers, Le monde en face focalise son attention sur les professeurs. Instituteurs, professeurs des écoles ou de collège, dans l’enseignement général ou professionnel, une poignée évoque, sans filtre, le quotidien de leur métier. D’une image parfois idéalisée à une réalité bien différente, leurs désillusions sont nombreuses
.”

Le replay de l’émission

Les enseignants français ne se sentent pas assez formés par Morgane Choquer et Aude Dejaifve
L’OCDE publie ce mercredi 19 juin son rapport TALIS (1) sur l’enseignement et l’apprentissage, réalisé tous les cinq ans.
Il souligne notamment le manque de formation chez les enseignants français
.”

Les enseignants veulent être mieux formés Par Alice Pairo-Vasseur
Dans l’étude Talis 2018 de l’OCDE, les professeurs de français font part de leur manque de préparation pour affronter des situations difficiles.”

Les professeurs français passent plus de temps à faire de la discipline que leurs homologues de 48 pays
Les professeurs français, bonnets d’ânes en matière de gestion de classe et de comportements perturbateurs des élèves ? C’est le résultat d’une grande enquête de l’OCDE publiée ce jour, à propos de la formation des enseignants à travers le monde qui gagnerait à être plus intéressante intellectuellement et financièrement.”

Talis : L’indiscipline, le mal qui ronge les collèges français
Chaque année, les élèves des collèges défavorisés français perdent une semaine de cours par rapport à leurs camarades favorisés. C’est l’indiscipline qui explique cet écart. En France plus d’un tiers des enseignants des collèges signale des problèmes de discipline, un taux supérieur à la moyenne de l’OCDE (28%). Et qui se concentre sur les collèges défavorisés. C’est un des principaux enseignements de l’enquête Talis menée auprès de 3000 enseignants et 200 principaux de collège par l’OCDE. Talis pointe la ségrégation sociale dans les collèges et les conditions d’affectation des enseignants en France. Les enseignants eux se déclarent de moins en moins compétents pour faire face.”

Et du coup Philippe Meirieu rappelle sa chronique parue dans Le Café pédagogique du 30 janvier 2015 Des rituels, oui... mais lesquels ?

Réforme du bac : « Le grand oral va être un formidable levier d’égalité des chances »
INTERVIEW par Delphine Bancaud. Ce mercredi, Cyril Delhay, professeur d’art oratoire à Sciences Po Paris, remettra au ministre de l’Education son rapport sur le futur grand oral du bac
Avec le bac 2021 va naître une nouvelle épreuve : le grand oral. Pour Cyril Delhay, professeur d’art oratoire à Sciences Po Paris, cette épreuve sera l’occasion de lutter contre les inégalités, en permettant à chaque élève, quel que soit son milieu social, d’acquérir des compétences oratoires. Et ce grand oral pourrait aussi permettre à des élèves, moyens par ailleurs, de se révéler.” C’est vrai que “ça pourrait”.... si. et l’inverse est aussi vraisemblable.

Des Psychologues

Les personnels des CIO existent-ils ?
Près de 400 personnels des CIO et des directions régionales Onisep ont manifesté à Paris le 18 juin. Alors que la loi sur l’avenir professionnel est entrée en vigueur début 2019 et a donné l’orientation aux régions, les uns et les autres ne savent toujours pas ce qu’ils vont devenir. D’où la question…

Psychologue de l’éducation nationale, un métier méconnu
Psychologue scolaire, psychologue de l’éducation nationale… Deux appellations différentes pour le même métier ? Une reconnaissance institutionnelle de la spécificité de ce poste ? Sûrement. Auparavant, pour être psychologue scolaire, il fallait être professeur des écoles titulaire, être titulaire d’une licence de sciences de l’éducation et partir en formation pendant un an. Les psychologues scolaires du premier degré étaient rattachés au RASED (Réseau d’aides spécialisées aux enfants en difficulté), ceux du second degré étaient aussi conseillers d’orientation. Aujourd’hui, le psychologue scolaire ne passe plus par la case professeur des écoles. Il s’agit d’un nouveau corps de l’éducation nationale, harmonisé sur le premier et second degré. Mais dans les faits, que fait un psychologue scolaire ? Quelles sont ses missions ? Cécile Garonou, psychologue de l’éducation nationale en Seine-Saint-Denis nous en parle.”

Et ailleurs

Le Courrier International signale : Sous-payés, les profs polonais désertent l’école en Pologne Gazeta Wyborcza - Varsovie
Découragés par le manque de considération des pouvoirs publics et d’une part importante des parents d’élèves, de nombreux enseignants polonais ne reprendront pas le chemin de l’école en septembre et se tournent vers des métiers qui pourront leur assurer un revenu décent.”

En Belgique Plus de directeurs que de directrices, une déficience au niveau du numérique, etc., grande enquête sur l’enseignement.
L’OCDE vient de réaliser une vaste enquête sur les enseignants et l’apprentissage dans le premier cycle du secondaire. Une enquête internationale menée dans 24 pays dont la Belgique. En Fédération Wallonie-Bruxelles, il apparaît notamment que l’enseignement a été le premier choix de carrière pour 62% des profs. Et quand on leur demande ce qui les a motivés, 80% répondent qu’il s’agit de contribuer à la société ou d’influencer le développement des enfants. En Fédération Wallonie-Bruxelles, la moyenne d’âge des enseignants est de 4O ans. Néanmoins, il y a aussi 22% des profs qui ont plus de 50 ans et qu’il faudra donc remplacer dans les 10 prochaines années.”

La Côte d’Ivoire ouvre bientôt son premier « hôpital des enseignants »

Bernard Desclaux

Lire la suite

Georges Brassens...

19 Juin 2019 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Denis Langlois (Objecteur de conscience)

19 Juin 2019 , Rédigé par christophe

Coup de coeur... Denis Langlois (Objecteur de conscience)

Denis Langlois a écrit Le cachot en 1966, à Fresnes, où il était détenu comme objecteur de conscience. Il raconte quarante-cinq jours de mitard : quarante-cinq jours de solitude, sans meubles, et avec un repas tous les deux jours. Ce livre, c'est d'abord le récit d'une lutte constante pour garder son intégrité. Mais, au travers, se dessine aussi une description rigoureuse de l'univers carcéral, qui garde toute son actualité : si les quartiers de haute sécurité ont été supprimés, les mitards existent toujours. Par ailleurs, les effets psychologiques de la punition par isolement, que rapporte Denis Langlois, ont donné lieu à des études systématiques de professionnels de la destruction des personnalités. Ces études, depuis, ont conduit aux sinistres pratiques de privation sensorielle. Autre atteinte aux libertés individuelles : le refus de l'objection de conscience, également toujours actuel, puisque les aménagements, passés ou à venir, du statut d'objecteur, paraissent loin de satisfaire les exigences de ceux qui le revendiquent. Seize ans plus tard, Le cachot n'a donc rien perdu de sa force. Denis Langlois propose ici une édition remaniée, dans laquelle il revient sur le rôle que cette expérience a joué dans sa vie, et dans sa pratique professionnelle.

https://www.amazon.fr/cachot-Denis-Langlois-ebook/dp/B01M0OXRDP

Lire la suite

Service national universel: pour un droit familial à l'objection de conscience...

19 Juin 2019 , Rédigé par Slate Publié dans #Education

EXTRAIT

Cette mise en scène ne correspond pas à l'éducation que je souhaite pour nos enfants.

Gabriel Attal l'a dit, il n'y aura pas d'exception. Le Service national universel (SNU) sera obligatoire et on ne pourra pas se faire exempter.

C'était déjà en soi, à la veille du jour de lancement du SNU, une information de taille. Pour les personnes qui se souviennent du service militaire, on pouvait se faire réformer pour raisons de santé (le fameux P3 et P4) ou parce qu'on avait des idées à défendre –on pouvait devenir objecteur de conscience et donner de son temps autrement, en faisant un service civil par exemple.

À voir la tournure que prend le SNU, cela devrait être prévu. Nombre de citoyen·nes ont été interloqué·es par les images qui ont circulé le 17 juin et ont fait part de leur indignation sur le réseau social dont c'est l'une des principales fonctions, Twitter.

Ce premier aperçu donnait l'impression que, concernant le SNU, la mise en scène compte plus que le fond. Impression renforcée par la durée de l'engagement relativement bref –quatre mois mininum, moins que les six mois de services civiques promus par les associations qui ont lancé l'idée du service civique telles que l'a fait Uni-cité (qui propose par ailleurs d'indemniser les volontaires à hauteur de 580 euros par mois).

«Mascarade patriotique»

Lors de la présentation de ce nouveau dispositif, Gabriel Attal a tenu à communiquer sur l'heure du lever (7 heures), sur le salut au drapeau (8 heures) ou encore sur la confiscation du téléphone portable. Je suis étonnée qu'il n'ait pas précisé qu'on forcerait les jeunes gens à finir leur assiette, ça aurait été tout à fait dans la tonalité du projet.

En voyant ces ados chanter, droits comme des piquets, je voyais mes enfants. Comme de nombreux parent, je me suis posé la question: «Est-ce que je les verrais faire la même chose? L'uniforme, le salut au drapeau, la Marseillaise, etc.»

Cette mise en scène correspond-elle à l'éducation que je souhaite pour mes enfants? À titre personnel, je répondrai «pas du tout» –comme beaucoup– et je me vois très mal forcer mes enfants s'ils n'ont pas envie d'y aller.

Tout comme je me vois mal soutenir des parents qui forceraient les leurs. Même si, à 16 ans, on est encore un peu jeune pour décider, puis-je le faire à leur place, de la même manière que je leur interdirais un tatouage? Pour moi, y compris dans ce cas, ce serait non.

Alors faut-il «dénoncer le SNU» comme me le soufflait un confrère journaliste, qui parle de «mascarade patriotique»? On l'a vu plus haut nombre d'internautes, anonymes ou non, s'en sont chargé·es sur Twitter, déplorant souvent le coût de l'opération –1,6 milliard d'euros– au regard des urgences éducatives de notre pays ou des manques auxquels doit faire face la protection à l'enfance, qui ne parvient pas toujours, faute de moyens, à gérer les situations extrêmes dont elle est quotidiennement saisie.

On peut débattre du principe et revendiquer les siens, avec ses idées, son histoire propre. Estimer par exemple que le salut au drapeau et les petits polos assortis ne sont en rien des preuves d'amour envers son pays. D'ailleurs, sommes-nous vraiment obligés d'aimer notre pays? Si comme moi vous avez été élevé·es avec Boris Vian («Le Déserteur»), Georges Brassens («La balade des gens qui sont nés quelque part», «La mauvaise réputation») et que vous fredonniez, en maternelle, les paroles d'«Hexagone», de Renaud –qui, pour le paraphraser poliment, chantait sa haine du patriotisme– la réponse sera non.

Cette mise en cause de l'amour du pays est une tradition bien française, qui est aussi une forme d'éducation à l'esprit critique héritée de Voltaire et des lumières, de respect pour la diversité des opinions et l'amour de la liberté.

(...)

Louise Tourret

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Lire la suite

A Voir... "Le daim", de Quentin Dupieux avec Jean Dujardin...

19 Juin 2019 , Rédigé par Liberation Publié dans #Cinéma

Lire la suite

Revue de Presse Education... Le bac — CIO — Ressources...

19 Juin 2019 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Le bac — CIO — Ressources...

Petite revue sur le bac bien sûr et la grève, les risques concernant les CIO et quelques ressources recommandées.

Le bac

Blanquer :‘J’ai raison, mais ils ne le savent pas encore’, les enseignants :‘on n’a pas tort, râlons plus fort’ l’Edito politique de Thomas Legrand Éditorialiste politique à France Inter

Grève du bac : Blanquer additionne des choux et des carottes Par Marie Piquemal pour abonné

Bac 2019 : des grévistes, mais pas de perturbations

Grève du 17 : Une contestation nationale
"Je dirais au ministre qu’on est plus sur un divorce que sur un mariage". La petite phrase de Jean-Rémi Girard, président du Snalc, en réponse au "petit pli à la robe de la mariée" évoqué le matin même par JM Blanquer, donne le ton de la journée de mobilisation réussie du 17 juin même si les épreuves du bac ont eu lieu partout. En fin de journée l’intersyndicale du 2d degré appelle les enseignants à décider en assemblée générale la poursuite ou non du mouvement."

Bac 2019. Les surveillants grévistes poursuivent leur mobilisation et contestent les chiffres du ministère
Les épreuves écrites de philosophie et de français ont bien eu lieu ce lundi, malgré l’appel à la grève de la surveillance lancée par onze syndicats d’enseignants. Pour le ministère, le mouvement a été peu suivi, ce que contestent les syndicats, qui comptent maintenir la pression. Des syndicats ont reconduit la grève ce mardi 18 juin.”

Grève dans l’Education nationale : des préavis déposés "sur toute la période des examens", le brevet potentiellement touché
L’intersyndicale annonce que les préavis de grève sont déposés sur toute la période des examens et des concours.”

Le jour du bac, les profs protestent contre « la ségrégation scolaire » Par Faïza Zerouala réservé aux abonnés
Au premier jour du bac, des enseignants ont appelé à la grève de la surveillance et manifesté devant plusieurs établissements, sans empêcher les épreuves de se dérouler normalement. 5,40 % des enseignants ont suivi le mouvement dans le second degré selon le ministère.”

Bac 2019 : à Saint-Denis, les enseignants étaient en grève pour le premier jour des épreuves Par Léa Taieb
Au lycée Paul-Eluard à Saint-Denis, une trentaine d’enseignants étaient en grève au premier jour des épreuves du baccalauréat.”

"A quoi bon avoir le bac ?" : à quelques heures de l’examen, le spleen des lycéens "refusés" ou "en attente" sur Parcoursup
Des élèves de terminale sans proposition de formation sur la plateforme d’orientation racontent à franceinfo comment ils vivent cette situation.”

Baccalauréat : « L’exception française » Tribune Roger-François Gauthier Expert international en éducation et ancien inspecteur général
« La France se distingue de presque tous les autres pays dans la façon dont elle vit l’examen et dans la fonction sociale qu’elle lui fait jouer », explique dans une tribune au « Monde » l’expert international en éducation et ancien inspecteur général Roger-François Gauthier.”

Bac : les élèves d’aujourd’hui seraient-ils plus brillants que leurs prédécesseurs ? Par SEVERINE MAUBLANC
Fig Data - Un nombre de bacheliers qui n’en finit pas de grimper, 90% de réussite, toujours plus de mentions. Voici quatre graphiques qui mettent en avant l’évolution du bac au cours des dernières années.”

Le « bac Blanquer » bouscule aussi les prépas Par Jessica Gourdon
Les classes préparatoires aux écoles de commerce et d’ingénieur vont se réorganiser pour accueillir les futurs étudiants issus du nouveau bac en 2021. Et tenter de maintenir leur attractivité.”

« Il faut imaginer les correcteurs du bac heureux » Tribune Thibaut Poirot professeur d’histoire en lycée
Pour les enseignants qui participent à la correction du baccalauréat, l’exercice est souvent bien plus intéressant que ce que pourraient laisser penser les critiques dont fait l’objet, chaque année, l’examen, selon le professeur agrégé d’histoire Thibaut Poirot.”

CIO

En pleine période de choix d’orientation, les personnels des CIO en grève ce mardi
Alors que les épreuves du baccalauréat ont débuté ce lundi, pour une période de deux semaines, les psychologues de l’Education nationale et les autres personnels des centres d’information et d’orientation (CIO) du département ont indiqué qu’ils seront en grève ce mardi 18 juin, à l’appel de l’intersyndicale nationale. Une grève qui intervient alors que cette période est celle des échéances en matière d’orientation : commissions d’appel, affectations post-troisième et post-seconde, validation des choix de spécialité pour les élèves de première…

Jacques Vauloup : Il faut sauver le soldat CIO !
Alors que des rassemblements des PsyEN et des personnels des CIO et de l’Onisep sont organisés nationalement le 18 juin, Jacques Vauloup, inspecteur en orientation, explique dans cette tribune pourquoi il faut sauver les CIO.
Par un arrangement politicien dont sont friands les politiques professionnels en mal d’alliances préélectorales, Régions de France et le Gouvernement se sont entendus à peu de frais : tu me laisses l’apprentissage (État) , je te donne l’orientation (Conseils régionaux). Suite à la loi du 5 septembre 2018 dite Pour la liberté de choisir son avenir professionnel qui transfère aux régions l’information liée à l’orientation, le gouvernement a engagé ce qu’il dénomme une « transformation de l’orientation ». Il prévoit de diviser par trois le nombre de centres d’information et d’orientation (CIO) de 454 (aujourd’hui) à 150 (demain)
.”

Ressources

Fraternité : l’école a un rôle central à jouer
Aziz Jellab, inspecteur général de l’Education nationale, docteur en sociologie et en sciences de l’éducation, vient de publier « Une fraternité à construire », aux éditions Berger Levrault. A travers cet essai, il évoque le vivre-ensemble dans la société française, et notamment la place que l’école pourrait y occuper.” Fraternité vs Confiance ?

Créations, opportunités et développements du numérique éducatif Edito Écrit par Laurissergues Michelle sur Educavox
En fin d’année scolaire, c’est l’heure des bilans, des résultats de concours, c’est l’heure des fêtes, des spectacles...C’est aussi le moment de s’interroger encore sur les actions et projets à défendre et à poursuivre, sur le numérique éducatif, sur les évolutions technologiques qui changent nos repères et nous entrainent parfois dans un rythme frénétique. Il est bon parfois, de se rencontrer pour trouver des repères, mieux intégrer le numérique avec toutes ses facettes pour en tirer le meilleur et essayer d’éviter le pire. Mieux éduquer sans doute, mieux former aussi afin de faire comprendre l’importance de l’éthique. Ces dernières réflexions là, c’était à Bordeaux, le Forum Educavox.”

Réformes de l’éducation : la voie de l’« autocratie » par Romuald NORMAND, Recherches et Études dans le monde
La théorie sociale de la troisième voie plaide en faveur d’une pensée intégratrice – établir un lien entre le meilleur de la gouvernance et des marchés novateurs en termes de changement éducatif. Dans la pratique, cependant, de nombreuses politiques de la Troisième Voie se sont éloignées de ces idéaux premiers – l’aliénation des élèves, la corruption des salles de classe, la manipulation des éducateurs et la tromperie du public. Comment cela s’est-il produit ?” Très, très intéressant.

Et puis sourions… Morning Glory : gros malaise pour Jean-Michel Blanquer sur France inter

Bernard Desclaux

Lire la suite

Les signes qui montrent que tu as un CP dédoublé...

19 Juin 2019 , Rédigé par Parents Profs Publié dans #Education, #humour

Les signes qui montrent que tu as un CP dédoublé...

EXTRAITS

Tu es enseignant(e) et tu n'as pas beaucoup d'élèves dans ta classe. Épidémie de gastro ? Annulation des transports de scolaires ? Et si tout simplement tu avais un CP dédoublé ?

Avec neuf enfants dans ta classe, tu ne peux décemment pas envoyer un groupe de besoin à la maîtresse du RASED. De toute façon, il n’y a plus de RASED.

Tu pouvais l’improviser au dernier moment, profitant d’un rayon de soleil impromptu ou d’une baisse de motivation. C’était pratique, mais maintenant c’est fini : tu ne peux plus faire de balle aux prisonniers.

Le guide orange sur l’enseignement de la lecture et l’écriture distribué par le Ministère de l’Education nationale est ton livre de chevet. Dans ta vie tout est orange. Opérateur téléphonique, crudités, fruits… Orange is the new Bible.

(...)

A la récréation, quand tu parles de tes évaluations de lecture entre le café et le Mon Chéri cerise pour tenir jusqu’à la fin de la période, tu ne dis plus :
« Shannon lit de mieux en mieux maintenant, elle lit des phrases et en plus, elle comprend leur sens. »
Mais…
« Shannon a pété les chronos cette période : 34 syllabes/ minutes, 17 non-mots/min et elle a mis 27 secondes pour lire les 29 mots du micro-texte de la séquence Français 2. »

Le billet (hilarant) complet - et bien d'autres - est à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>