Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

A mes potes les gitans... Musique...

1 Février 2019 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Charles Baudelaire..

1 Février 2019 , Rédigé par Christophe Publié dans #Littérature

Bohémiens en Voyage

La tribu prophétique aux prunelles ardentes
Hier s’est mise en route, emportant ses petits
Sur son dos, ou livrant à leurs fiers appétits
Le trésor toujours prêt des mamelles pendantes.

Les hommes vont à pied sous leurs armes luisantes
Le long des chariots où les leurs sont blottis,
Promenant sur le ciel des yeux appesantis
Par le morne regret des chimères absentes.

Du fond de son réduit sablonneux, le grillon,
Les regardant passer, redouble sa chanson;
Cybèle, qui les aime, augmente ses verdures,

Fait couler le rocher et fleurir le désert
Devant ces voyageurs, pour lesquels est ouvert
L’empire familier des ténèbres futures.

Charles Baudelaire - Les Fleurs du Mal

Lire la suite

Evaluations au CP : pourquoi certains enseignants ne les font pas passer...

1 Février 2019 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education

Evaluations au CP : pourquoi certains enseignants ne les font pas passer...

EXTRAIT

Malgré les aménagements mis en place par le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer, des enseignants ont décidé de boycotter la deuxième salve des évaluations qui a démarré le 21 janvier.

Dans toutes les écoles de France, publiques et privées, a officiellement démarré lundi 21 janvier la seconde salve d’évaluations des élèves de CP. La première, à la rentrée, avait déjà vu les syndicats d’enseignants serrer les rangs pour questionner autant le contenu que la finalité des tests centrés sur la lecture, l’écriture et le calcul. La « phase 2 », programmée durant la troisième semaine de janvier, voit sans surprise rebondir les débats.

Dans l’école de Seine-et-Marne où Lisa enseigne (elle a requis l’anonymat, comme les autres professeurs cités), une classe organise la passation, une autre non. « Et c’est la mienne », confie Lisa, quinze ans de métier. « En septembre, j’ai joué le jeu. J’ai expliqué à mes 22 élèves qu’un monsieur en France – le ministre de l’éducation – avait décidé d’organiser un jeu pour tous les enfants ; que le but était de nous donner des outils pour qu’on progresse, à eux les élèves, à moi la maîtresse. Ils ont dit chouette… avant de déchanter. »

Une « perte de temps »

La durée des tests n’est pas adaptée, estime Lisa : « Les temps de passation annoncés étaient de 15 à 20 minutes par séquence. Mais, suivant les élèves, j’ai pu dépasser une heure et demie ! Il a fallu aménager des exercices, poursuit-elle. Dès lors, qu’elle est leur fiabilité ? » Après réflexion, elle a pris sa décision : « Ne pas refaire ces évaluations, c’est ne pas faire perdre de temps à ma classe. »

(...)

Mattea Battaglia

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Lire la suite

« Établissements publics des savoirs fondamentaux » : un amendement à contre-sens...

1 Février 2019 , Rédigé par Se Unsa Publié dans #Education

« Établissements publics des savoirs fondamentaux » : un amendement à contre-sens...
La commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale vient d’adopter un amendement au Projet de Loi pour l’École de la Confiance créant des « établissements publics des savoirs fondamentaux » pour regrouper des classes primaires et le collège.
 
Le SE-Unsa est opposé à cet amendement. Malgré une présentation portant une entrée pédagogique, l’amendement n’a qu’une vision administrative, qui plus est partielle, méconnaissant les réalités des écoles, collèges, et des communautés éducatives.
 
Des acteurs oubliés
 
Tout d’abord, l’amendement ne prévoit en aucune façon de recueillir l’accord des communautés éducatives et de l’institution éducation nationale mais seulement une décision du préfet sur proposition des collectivités pour créer un « établissement public des savoirs fondamentaux ». Il n’est pas envisagé de soumettre le projet à l’avis des conseils d’école et d’administration, pas plus que celui des instances de dialogue départemental que sont le CTSD et le CDEN. Même l’avis du Directeur académique des services de l’Éducation nationale n’y figure pas.
 
La vie des écoles et des collèges oubliée aussi
 
Par ailleurs, l’amendement néglige des pans entiers de la vie des écoles et des collèges. Les compétences sur le périscolaire et les agents municipaux ne sont pas dans le paysage.  Seules les charges avant tout liées aux bâtiments, à l’équipement et au fonctionnement feraient l’objet d’une convention. Quid de l’organisation du périscolaire ? Quid des agents, en particuliers des Atsem pour l’école maternelle ?
 
Dans quel(s) lieu(x) ?
 
La question du lieu n’est pas abordée. Il s’agirait de « regrouper les classes d’un collège et d’une ou plusieurs écoles situées dans le bassin de vie ». Mais il n’est pas indiqué si ce regroupement est seulement administratif ou physique. On ne sait même pas s’il regroupe toutes les classes du collège et des écoles concernées.
 
Et les personnels ?
 
On ne sait pas non plus si les directeurs disparaissent lorsque plusieurs écoles sont concernées. En tout cas le texte n’en dit rien. S’il disparaissait, qui serait l’interlocuteur de proximité pour un établissement multi-sites ?
La seule disposition prévue est de placer un directeur dans une fonction de « directeur adjoint »  au chef d’établissement.  Quelle plus-value pour ce directeur devenu, « directeur adjoint » si ce n’est l’assurance de multiplier les réunions -ce qui vaut aussi pour les enseignants- avec la seule promesse de pouvoir « se répartir les tâches administratives avec l’équipe administrative du collège » ? Cette perspective, non traduite dans la loi, laisse croire d’ailleurs qu’il y aurait toute une équipe disponible dans les collèges.
 
Pour le SE-Unsa, l’objectif de cet amendement pourrait être de renforcer par un cadre juridique des dispositifs d’école du socle* menées par certaines équipes ; en l’état, il contient tous les ingrédients pour briser ces dynamiques enclenchées aujourd’hui dans les territoires.  Si l’objectif est la généralisation à l’ensemble du système éducatif, pour le SE-Unsa, cela ne répond pas à la problématique de la direction et du fonctionnement de l’école. Ce n’est d’ailleurs pas la réponse attendue par les personnels non plus.
Cet amendement, désormais intégré au projet de loi, se donne toutes les chances de rater encore une fois le rendez-vous du progrès pour les élèves et les personnels.
 
 
* dans plusieurs départements, des regroupements entre des classes du primaire et le collège sont effectifs. Ces dispositifs sont basés sur des objectifs partagés par tous les partenaires : équipes, collectivités, administration Education nationale.
 
Lire la suite

Revue de Presse Education... De bien en mieux ? — Lycée — Supérieur — Ressources...

1 Février 2019 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... De bien en mieux ? — Lycée — Supérieur — Ressources...

Commençons par une série d’articles "optimistes". Il y aura également du lycée du supérieur et quelques ressources à l’approche du week-end.

De bien en mieux ?

Davantage d’heures sup pour les professeurs
Les syndicats dénoncent la mesure du ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, mais les enseignants la plébiscitent. La disposition devrait entrer en vigueur en septembre 2019.” réservé aux abonnés.

Le bien-être à l’école passe par l’architecture
Les établissements scolaires neufs ou rénovés sont conçus pour être flexibles et modulables, afin de s’adapter aux évolutions pédagogiques mais aussi aux demandes des enseignants et des parents.”

La France, championne du décrochage scolaire par Anthony Cortes
Le très fort taux de jeunes inactifs dans notre pays, comme le rapporte l’OCDE, met en lumière les défaillances du système scolaire français à la peine. Tour d’horizon des principaux symptômes dont il faut venir à bout.”
*

Nice et Marseille testeront des dispositifs de reconnaissance faciale à l’entrée de deux lycées

Mention bien pour le plan Chorale à l’école
Lancé à la rentrée 2018, le plan Chorale à l’école se met en place de façon satisfaisante.
La Croix a pu avoir accès, en exclusivité, aux premières évaluations sur la mise en place de cet ambitieux projet
.”

Lycée

Lycée : coup de neuf dans les programmes de seconde à la rentrée 2019 par Eva Mignot
Qui dit réforme du bac, dit évolution des programmes. Si vous entrez en seconde à la rentrée 2019, vos cours d’histoire, de sciences économiques et sociales ou de physique ne ressembleront plus à ceux de vos aînés. Décryptage.” Coup de jeune ou coup de vieux ?

Réforme Blanquer : non, le lycée ne doit pas former des spécialistes dès l’âge de 16 ans ! Par COLLECTIF COLLECTIF
Quatre professeurs agrégés*, enseignant en classes préparatoires ou dans le supérieur, expriment leurs vives inquiétudes quant au nouveau modèle de lycée décidé par le ministre de l’Éducation nationale, qui, selon eux, fragilise, contre toute attente, les humanités et la culture générale.”

Programmes de sciences économiques et sociales : « Aucune place n’est faite ni aux réalités de l’économie sociale et solidaire, ni à ses modèles »
Sept collectifs de professionnels et d’enseignants-chercheurs de l’économie sociale et solidaire s’élèvent, dans une tribune au « Monde », contre l’absence de ce secteur d’activité dans les propositions de nouveaux programmes de sciences économiques et sociales au lycée.”

Supérieur

Grandes écoles : des investisseurs dans les starting-blocks
Confrontés à une concurrence mondiale, les établissements de l’enseignement supérieur non universitaire cherchent de nouvelles ressources financières. Mais ils hésitent sur la stratégie à adopter.”

Frais d’inscription à l’université : « On pousse l’étudiant à être entrepreneur de lui-même » par Balla Fofana
Une maître de conférence en sociologie a comparé les modèles universitaires français et britannique qui, sous-couvert de vouloir « diversifier » les profils, font exploser les prix d’inscription.”

Ressources

Dossier de veille de l’IFÉ, n° 127, janvier 2019 : Apprendre (dans) l’école inclusive par Catherine Reverdy, Chargée d’études et de recherche à l’unité Veille et Analyses - IFÉ
L’école inclusive telle qu’elle est présentée dans les textes internationaux a vocation à faire accéder tou.te.s les élèves à une éducation de qualité dans leur école ou leur établissement de secteur. Souvent traduite dans les faits par la scolarisation des élèves en situation de handicap, elle recouvre en réalité toutes les manières possibles, pour les systèmes éducatifs, de répondre à l’ensemble des besoins éducatifs des élèves, quels qu’ils soient.”

Qu’est-ce qu’une éducation jésuite ?
Au milieu du XVIe siècle, les jésuites, fondés à Rome par Ignace de Loyola, ont été à l’origine du modèle éducatif de l’enseignement secondaire tel qu’il fonctionne aujourd’hui encore en France et dans la plupart des pays du monde.” Sur France Culture Emmanuel Laurentin s’entretient avec Philippe Rocher, chargé de mission Recherche et Action culturelle à l’Université de Bourgogne et Bruno Poucet, enseignant-chercheur à l’université de Picardie-Jules Verne.

Les principales tâches du chef d’établissement à Pékin
Un chef d’établissement à Pékin consacre son temps aux huit tâches suivantes

7 principes de base de la direction scolaire : (1) Inverser les règles
Les théories courantes de la gestion, du leadership et du changement supposent que les établissements et les autres types d’organisation sont resserrées sur le plan managérial et relâchées sur le plan culturel. Ils décrivent le fonctionnement des établissements scolaires le fonctionnement mécanique d’une horloge composée de pignons et d’engrenages, de roues, de disques et de goupilles, toutes étroitement reliées de manière ordonnée et prévisible. Il découle de cette vision d’une horlogerie bien rangée et ordonnée que la tâche de direction scolaire est de prendre le contrôle et de maîtriser les mécanismes.”
Les améliorations réussies dans les établissements scolaires exigent que nous inversions cette règle. Les établissements scolaires ne sont pas resserrés sur un plan managérial et relâchés sur le plan culturel, mais ils sont plutôt culturellement resserrés et relâchés sur le plan managérial. En fait, les enseignants et les autres salariés dans l’établissement réagissent beaucoup plus à leurs valeurs et croyances, à la façon dont ils sont socialisés, et aux normes du groupe de travail qu’à ce qu’ils font pour répondre aux contrôles de gestion.”

Bernard Desclaux

* Article dont beaucoup de propos sont particulièrement discutables.

En contrepoint, cet article des Echos

CC

 

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17