Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

A l'école de l'autonomie nordique...

22 Décembre 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Education

A l'école de l'autonomie nordique...

Ce dossier s’intéresse à l’inscription historique des réformes de l’éducation en Europe du nord et à leurs résonances contemporaines, en particulier en Suède et en Finlande. Il revient sur les conflits politiques, les enjeux normatifs ou les questions d’évaluation dans des mondes scolaires en profonde mutation. Il interroge enfin les représentations que l’on peut avoir de ces expériences depuis la France, en particulier au sein du secteur de l’éducation lui-même.

                               _______________________________________________

Et pages 76 à 97, les interventions de ma compagne (entre autres) sur le sujet...

CC

Lire la suite

Brésil...

21 Décembre 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Ovide...

21 Décembre 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

"Des faveurs trop facilement accordées sont peu propres à nourrir longtemps l'amour: il faut mêler à ses douces joies quelques refus qui l'irritent. Que votre amant, devant le seuil de votre chambre, s'écrie: "Porte cruelle!" et qu'il emploie tour à tour la prière et la menace." 

(...)

L'amour est de nature peu traitable; souvent même il me résiste; mais c'est un enfant; cet âge est souple et facile à diriger. Chiron éleva le jeune Achille aux sons de la lyre, et, par cet art paisible, dompta son naturel sauvage : celui qui tant de fois fit trembler ses ennemis, qui tant de fois effraya même ses compagnons d'armes, on le vit, dit-on, craintif devant un faible vieillard et docile à la voix de son maître, tendre au châtiment des mains dont Hector devait sentir le poids. Chiron fut le précepteur du fils de Pélée; moi je suis celui de l'amour; tous deux enfants redoutables, tous deux fils d'une déesse. Mais on soumet au joug le front du fier taureau; le coursier généreux broie en vain sous sa dent le frein qui l'asservit : moi aussi, je réduirai l'Amour, bien que son arc blesse mon cœur, et qu'il secoue sur moi sa torche enflammée. Plus ses traits sont aigus, plus ses feux sont brillants, plus ils m'excitent à venger mes blessures. Je ne chercherai point, Phébus, à faire croire que je tiens de toi l'art que j'enseigne : ce n'est point le chant des oiseaux qui me l'a révélé; Clio et ses sœurs ne me sont point apparues, comme à Hésiode, lorsqu'il paissait son troupeau dans les vallons d'Accra. L'expérience est mon guide; obéissez au poète qui possède à fond son sujet. La vérité préside à mes chants; toi, mère des amours, seconde mes efforts !

Ovide - L'art d'aimer

Lire la suite

Obligation de réserve: neutralité et/ou neutralisation des enseignants?... Par Claude Lelièvre...

21 Décembre 2018 , Rédigé par Mediapart Publié dans #Education

Obligation de réserve: neutralité et/ou neutralisation des enseignants?... Par Claude Lelièvre...

L'invocation par le rectorat de Dijon du non -respect d'"une obligation de réserve' ' par une professeure de lycée qui avait pris à parti en termes fort vifs le président de la République après son intervention télévisée du 10 décembre relance un débat sur la légitimité voire l'existence même d'une ''obligation de réserve''.

Interrogé par l'excellent site ToutEduc, le rectorat de Dijon a indiqué que ""l'enseignante a été reçue le 20 décembre pour un dialogue sans caractère disciplinaire et que lui a été rappelée son obligation de réserve consacrée par la jurisprudence qui émane d'un jugement du tribunal administratif de Rouen en date du 29 juillet 1981. Cette décision, toujours selon le rectorat, "a résumé les éléments de base de l’obligation de réserve du fonctionnaire : Ne pas s’ingérer directement dans le champ du politique ; Ne pas prendre parti, ce qui serait contraire à la neutralité du service ; Ne pas proclamer ses propres idées, ce qui serait perçu comme contraire à l’impartialité; Prendre conscience que l’obligation de réserve est rendue nécessaire par la fonction. Toute prise de position écrite relève de l’obligation de réserve, a fortiori lorsque l’agent s’exprime es qualité." Or ''l'enseignante s'est exprimée par écrit et en faisant état de sa qualité de professeure''.

On observera que cette jurisprudence est d'un niveau plutôt faible (le TA de Rouen) et qu'elle est antérieure au Statut de 1983 dans lequel ne se trouve nullement mentionnée une ''obligation de réserve'' (un choix délibéré et explicité par le ministre qui a été le maître d'oeuvre de ce Statut, à savoir Anicet Le Pors; cf mon billet du 9 décembre: "Le capitaine de réserve Blanquer en appelle à une ''obligation de réserve'' des enseignants'')

Et c'est d'ailleurs une autre curiosité ( sans doute significative ) du contexte : Jean-Michel Blanquer veut en faire un premier article de sa loi ''fourre-tout'' qui devrait étre examinée en début d'année prochaine.

Un petit détour historique pour finir; deux textes de deux monstres sacrés en l'occurrence: Jules Ferry puis Jean-Jaurès.

« Ne souffrez pas qu’on fasse jamais de vous des agents politiques ! […]. La politique contre laquelle je tiens à vous mettre en garde, est la politique militante et quotidienne, la politique de parti, de personnes, de coterie ! […]. Nous nous entendons bien, nous ne rééditons pas ici la formule qui fut célèbre dans les dernières années de l’établissement si difficile, si contesté de la République, cette formule du fonctionnaire qui disait : ‘’ Je ne fais pas de politique !’’. Nous ne l’entendons pas ainsi : je ne dirai pas, et vous ne me laisseriez pas dire qu’il ne doit pas y avoir dans l’enseignement primaire, dans votre enseignement, aucun esprit, aucune tendance politique. Pour deux raisons : d’abord, n’êtes-vous pas chargés, d’après les nouveaux programmes, de l’enseignement civique ? C’est une première raison. Il y en a une seconde, et plus haute, c’est que vous êtes tous les fils de 1789 ! Vous avez été affranchis comme citoyens par la Révolution française, vous allez être émancipés comme instituteurs par la République de 1880 : comment n’aimeriez-vous pas et ne feriez-vous pas aimer dans votre enseignement et la Révolution et la République ?

Cette politique là , c'est une politique nationale; et vous pouvez et vous devez la faire entrer sous les formes et par les voies voulues, dans l'esprit des jeunes enfants

Mais la politique contre laquelle je tiens à vous mettre en garde, est celle que j'appelais tout à l'heure la politique militante et quotidienne, la politique de parti , de personne et de coterie! Elle se fait, elle est nécessaire, c'est un rouage naturel, indispensable dans un pays de liberté; mais ne vous laissez pas prendre dans cet engrenage: il vous aurait bien vite emportés et déconsidérés tout entiers"» (Discours de Jules Ferry au Congrès pédagogique des instituteurs et institutrices de France du 19 avril 1881).

« La plus perfide manœuvre des ennemis de l'école laïque, c'est de la rappeler à ce qu'ils appellent la ''neutralité'', et de la condamner par là à n'avoir ni doctrine, ni pensée, ni efficacité intellectuelle et morale. En fait, il n'y a que le néant qui soit neutre […]. Rien n'est plus facile que cette sorte de neutralité morte. Il suffit de parcourir la surface des choses et des événements sans essayer de rattacher les faits à des idées, d'en pénétrer le sens, d'en marquer la place […]. Le difficile, au contraire, pour le maître, c'est de sortir de cette neutralité inerte sans manquer à la justice [...]. Mais qui ne voit que cet enseignement, où l'équité est faite non d'une sorte d'indifférence, mais de la plus large compréhension, suppose chez le maître une haute et sérieuse culture ? Cette façon d'enseigner l'oblige à un perpétuel effort de pensée, de réflexion, à un enrichissement constant de son propre esprit […]. Mais le sentiment même de cette difficulté sera pour l'enseignant un stimulant admirable à l'étude, au travail, au progrès incessant de l'esprit. La neutralité, au contraire, serait comme une prime à la paresse de l'intelligence, un oreiller commode pour le sommeil de l'esprit ». (Jean Jaurès, « Revue de l'enseignement primaire et primaire supérieur », octobre 1908 )

Claude Lelièvre

Lire la suite

Revue de Presse Education... Primaire - Secondaire - Orientation - Supérieur...

21 Décembre 2018 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Primaire - Secondaire - Orientation - Supérieur...

Et bien des questions dans cette revue...

Primaire

« Le premier degré n’est pas piloté » (1) Par Marc Bablet sur son Blog : Le blog de Marc Bablet
Tout annonce que les recteurs et les IA DASEN vont être réunis pour leur dire que le premier degré n’est pas piloté. Ce billet et les suivants vont chercher à comprendre ce que signifie cette obsession d’un pouvoir qui de longue date souhaite avoir davantage l’école à sa main et de quel pilotage ils parlent.”

L’École républicaine : une institution de la Troisième République
Au début de la Troisième République, sur les cendres encore chaudes des poussées démocratiques de La Commune, les lois Ferry de 1881 et 82 inaugurent une révolution éducative majeure : la création d’une école laïque, gratuite, obligatoire et suivant un programme commun à toutes les régions et toutes les classes sociales françaises.
RetroNews se propose de revenir sur la genèse et l’adoption progressive de cette idée révolutionnaire par la France entière, sur la création d’une nouvelle figure, le « maître d’école », de même que sur les nombreuses critiques et évolutions dont cette nouvelle institution a fait l’objet depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale
.”

Secondaire

Les programmes du lycée rejetés massivement par le CSE
Le Conseil supérieur de l’éducation étudie pendant deux journées, les 18 et 19 décembre, pas moins de 39 textes correspondant aux nouveaux programmes du lycée général et du lycée technologique. La première journée n’a statué que sur 15 textes. Tous les programmes, à l’exception de celui de physique-chimie, ont été repoussés par le CSE.”

Education nationale : des heures sup pour faire passer les suppressions de postes par Marie-Christine Corbier
Les suppressions de postes dans les collèges et lycées n’entraîneront pas de diminution du nombre d’enseignants devant élèves, assure-t-on au ministère de l’Education nationale. Dans le premier degré, 2.325 créations de postes seront réparties entre les académies, malgré une baisse du nombre d’élèves.”

Parcoursup, réforme du bac… la méthode du gouvernement en question. Par Mattea Battaglia et Camille Stromboni
Les ministres de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur ont mis en chantier des réformes d’ampleur, sans oser ouvrir véritablement le débat avec les lycéens.”

Éducation : "Mais quel est donc leur secret aux Finlandais ?" se demande Saporta
En Finlande, les élèves de ce petit pays de 5 millions et demi d’habitants caracolent en tête des classements internationaux en maths, en science et en lecture.”

Orientation

Dans les Cahiers pédagogiques, Éducation à l’orientation. « La compétence la plus précieuse : bien se connaître et prendre confiance en soi » Entretien avec Yves Dutercq
Les 8 et 9 novembre 2018, Yves Dutercq a présidé la conférence de comparaisons internationales du Cnesco (Conseil national d’évaluation du système scolaire) sur l’éducation à l’orientation, organisée en partenariat avec le Cese, France Stratégie et le Ciep. Professeur en sciences de l’éducation à l’université de Nantes, il apporte son éclairage de chercheur sur les failles du système d’orientation en France et des solutions concrètes pour y remédier.”

Voir mon commentaire de la conférence du CNESCO dans mon article : L’orientation scolaire, un non-dit quasi universel
Les jeudi 8 et vendredi 9 novembre, se tenait la conférence de comparaisons internationales sur l’éducation à l’orientation, organisée par le CNESCO[1]. Nathalie MONS, Présidente du Cnesco, professeure de sociologie à l’université de Cergy-Pontoise vient d’être associée à Pascal Charvet, pour une mission de réflexion sur l’orientation décrite dans une lettre de mission. Curieusement on ne la trouve pas sur le site du ministère, mais certains ont pu se la procurer et la publier[2]. De son côté, le Café pédagogique fait l’annonce d’une mission sur l’éducation à l’orientation tandis que la lettre ne donne aucun titre à cette mission et liste toute une série d’objectifs.”

Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, est l’invitée du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé à 8h20.
La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé ce mercredi l’ouverture de la plateforme Parcoursup dès jeudi 20 décembre pour l’orientation des futurs bacheliers. Une ouverture anticipée qui tire les conclusions d’une première année de fonctionnement très décriée et qui vise à tranquilliser les lycéens déjà angoissés l’année du baccalauréat.”

Valentin Perraud : Pour un conseil de classe participatif
Comment essayer de redonner une place plus importante à la pédagogie durant les conseils de classe ? Professeur d’EPS au collège Roger Martin du Gard à Epinay Sur Seine, Valentin Perraud présente un nouveau modèle de conseil de classe avec l’objectif d’impliquer davantage les élèves et les parents dans la réussite scolaire. Dans ce sens, chaque élève et chaque parent d’élève sont invités à y participer ce qui amène des véritables échanges durant ce temps scolaire.”

Supérieur

Enseignement supérieur : 30 ans de réformes, toujours trop d’inégalités par Magali Jaoul-Grammare, Chargée de Recherche CNRS en Economie, Université de Strasbourg
Depuis les années 80, la notion d’égalité des chances est au cœur de toutes les réformes éducatives et la lutte contre les disparités, qu’elles soient de genre ou sociales, est devenue une priorité politique. C’est d’ailleurs l’un des objectifs affichés de la réforme LMD (2002-2006) et du processus de Bologne, inscrit dans le code de l’éducation, qui a harmonisé l’organisation des études supérieures au niveau européen.
Pourtant force est de constater que malgré les nombreuses réformes politiques, « les dispositifs successifs sont venus s’empiler, perdant peu à peu en efficacité » (Ministère de l’Éducation nationale, 2015). Et selon l’OCDE et son enquête PISA (2012), la France est d’ailleurs le pays où le milieu social influence le plus les résultats scolaires
.”

Et au Japon ...
Cette nuit en Asie : Pour aider les garçons, des universités japonaises pénalisaient les filles trop douées
A Tokyo, une fac de médecine avait notamment mis en place de la « discrimination positive » pour les hommes, réputés moins matures.” pour les abonnés.

Bernard Desclaux

Lire la suite

Ella Fitzgerald...

20 Décembre 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Louis Aragon...

20 Décembre 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Tu m'as trouvé comme un caillou que l'on ramasse sur la plage

Comme un bizarre objet perdu dont nul ne peut dire l'usage

Comme l'algue sur un sextant qu'échoue à terre la marée

Comme à la fenêtre un brouillard qui ne demande qu'à entrer

Comme le désordre d'une chambre d'hôtel qu'on n'a pas faite

Un voyageur sans billet assis sur le marchepied du train

                                 ___________________________________

Les Mots m'ont pris par la main

Je demeurai longtemps derrière un Vittel-menthe

L’histoire quelque part poursuivait sa tourmente

Ceux qui n’ont pas d’amour habitent les cafés

La boule de nickel est leur conte de fées

Si pauvre que l’on soit il y fait bon l’hiver

On y traîne sans fin par la vertu d’un verre

Moi j’aimais au Rocher boulevard Saint-Germain

Trouver le noir et or usagé des sous-mains

Garçon de quoi écrire Et sur la molesquine

J’oubliais l’hôpital les démarches mesquines

A raturer des vers sur papier quadrillé

 

Tant que le réverbère au-dehors vînt briller

Jaune et lilas de pluie au cœur du macadam

J’épongeais à mon tour sur le buvard-réclame

Mon rêve où l’encre des passants abandonna

Les secrets de leur âme entre deux quinquinas

J’aimais à Saint-Michel le Cluny pour l’équerre

Qu’il offre ombre et rayons à nos matins précaires

Sur le coin de la rue Bonaparte et du quai

J’aimais ce haut Tabac où le soleil manquait

Il y eut la saison de la Rotonde et celle

D’un quelconque bistrot du côté de Courcelles

Il y eut ce café du passage Jouffroy

L’Excelsior Porte-Maillot Ce bar étroit

Rue du Faubourg-Saint-Honoré mais bien plus tard

J’entends siffler le percolateur dans un Biard

C’est un lieu trop bruyant et nous nous en allons

Place du Théâtre-Français dans ce salon

Au fond d’un lac d’où l’on

Voit passer par les glaces

Entre les poissons-chats les voitures de place

Or d’autres profondeurs étaient notre souci

Nous étions trois ou quatre au bout du jour

Assis

A marier les sons pour rebâtir les choses

Sans cesse procédant à des métamorphoses

Et nous faisions surgir d’étranges animaux

Car l’un de nous avait inventé pour les mots

Le piège à loup de la vitesse

Garçon de quoi écrire Et naissaient à nos pas

L’antilope-plaisir les mouettes compas

Les tamanoirs de la tristesse

Images à l’envers comme on peint les plafonds

Hybrides du sommeil inconnus à Buffon

Êtres de déraison Chimères

Vaste alphabet d’oiseaux tracé sur l’horizon

De coraux sur le fond des mers

Hiéroglyphes aux murs cyniques des prisons

N’attendez pas de moi que je les énumère

Chasse à courre aux taillis épais Ténèbre-mère

Cargaison de rébus devant les victimaires

Louves de la rosée Élans des lunaisons

Floraisons à rebours où Mesmer mime Homère

Sur le marbre où les mots entre nos mains s’aimèrent

Voici le gibier mort voici la cargaison

Voici le bestiaire et voici le blason

Au soir on compte les têtes de venaison

Nous nous grisons d’alcools amers

O saisons

Du langage ô conjugaison

Des éphémères

Nous traversons la toile et le toit des maisons

Serait-ce la fin de ce vieux monde brumaire

Les prodiges sont là qui frappent la cloison

Et déjà nos cahiers s’en firent le sommaire

Couverture illustrée où l’on voit Barbizon

La mort du Grand Ferré Jason et la Toison

Déjà le papier manque au temps mort du délire

Garçon de quoi écrire

Louis Aragon- Le roman inachevé

Lire la suite

Programmes des lycées: Blanquer en marche forcée?... Par Claude Lelièvre...

20 Décembre 2018 , Rédigé par Mediapart Publié dans #Education

Programmes des lycées: Blanquer en marche forcée?... Par Claude Lelièvre...

La précipitation dans l'élaboration puis l'examen des programmes proposés a suscité une opposition ample et déterminée au Conseil supérieur de l'Education. Jean-Michel Blanquer va-t-il passer outre, et transformer sa marche précipitée en marche forcée?

Va-t-il encore prétendre que, de toutes façons, la grande majorité des représentants des organisations présentes au Conseil supérieur de l'Education se complaisent dans l'opposition (voire ne prennent pas vraiment leurs responsabilités) quels que soient les projets ou les ministres?

Il y a eu déjà des précédents dans la forte opposition (et dans la tentation du ministre de l'Education nationale en exercice de ''passer en force''...).

On peut citer, entre autres, celui qui a eu lieu sous le ministère de Gilles de Robien .Le 5 février 2007, un communiqué ministériel signale que le "projet de décret relatif à l'expérimentation des Etablissements Publics d'Enseignement primaire a été soumis au CSE. Il est pris en application de l'article 86 de la loi du 13 août 2005". Ce communiqué annonce que le décret sera appliqué (en omettant que le Conseil supérieur a rejeté le projet par 41 voix contre 1). Les organisations (Fcpe, Peep, Snuipp-Fsu, Se-Unsa, Sgen-Cfdt,Unsa-Education, Fsu, Snpden,, Sien, Fep-Cfdt, Cfdt, Unsen-Cgt, Unaf, FO, Ligue de l'enseignement, Jpa, Unef, Sud, Unl, Arf) qui avaient refusé de siéger le 25 janvier 2007 avaient une nouvelle fois demandé le 5 février que soit retiré de l'ordre du jour ce projet de texte avant de voter massivement contre.

On peut citer aussi - a contrario - des cas (sur des sujets d'ampleur) où le ministre en exercice a pu recevoir l'approbation d'une majorité de ces représentants au CSE

On se contentera d'un seul exemple, mais fort significatif en l'occurrence puisqu'il s'agit des votes au Conseil supérieur de l'Education concernant la réforme du lycée, le 10 décembre 2009 (c'est à dire juste deux semaines avant la nomination de Jean-Michel Blanquer à la Direction des Enseignements scolaires). Le décret sur l'organisation du lycée (décret EPLE) a été adopté par 32 voix pour et 26 contre (12 abstentions et refus de vote). Le décret sur l'orientation a été adopté par 35 voix pour , 20 contre (13 abstentions). L'arrêté sur les horaires de seconde a eu 32 voix pour, 19 contre. L'arrêté sur les horaires de terminale et première a eu 22 voix pour et 22 contre (13 abstentions et 7 refus de vote).

Le Conseil supérieur de l'Education du 18 décembre 2018 s'est ouvert - lui - par un voeu de moratoire sur les réformes du lycée adopté par 49 voix pour:"Ni la structure ni les programmes présentés ce jour ne peuvent être mis en application à la rentrée 2019". Il y a eu quatre voix seulement contre ce voeu de moratoire (dont l'Apel, représentant les parents de l'enseignement privé; et le Spelc, un syndicat enseignant du privé) .

Le Conseil supérieur de l'Education a ensuite commencé à examiner durant la journée du 18 décembre un certain nombre de propositions de programmes qui ont presque tous été refusés à de très larges majorités.

Selon le site ''Le Café pédagogique'', le programme de français a été rejeté par 41 voix contre deux voix pour (Apel et Spelc). Celui d'humanités ''HLP'' n'a obtenu qu'une voix (Spelc) et 40 contre.  Le programme d'EMC n'a reçu aucune voix favorable et 41 contre. Le programme de SES de seconde a été rejeté par 50 voix (aucune voix favorable), un record. Celui de première a obtenu 48 voix contre (aucune pour). Le programme d'EPS a été rejeté par 38 voix contre (aucune favorable). Le programme de mathématiques de seconde a reçu 6 voix favorables (Snalc) mais 32 contre Celui de première technologique a été refusé par 21 voix (7 votes favorables) Un seul vote a été positif: celui concernant le programme de physique-chimie de seconde qui a été adopté par 16 voix pour et 4 voix  contre. Le 19 décembre les programmes d'histoire-géographie de seconde et première ont été rejetés par 47 voix ( une seule voix pour, celle du SNALC).

Le 19 décembre, la FSU (dont le SNES-FSU) la CGT, SUD et la CFE-CGC ont quitté la réunion du Conseil supérieur de l'Education en dénonçant les conditions de travail autour des textes. Fermer le ban?

Claude Lelièvre

Lire la suite

« La compétence la plus précieuse : bien se connaître et prendre confiance en soi »

20 Décembre 2018 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Orientation

« La compétence la plus précieuse : bien se connaître et prendre confiance en soi »

EXTRAIT

Les 8 et 9 novembre 2018, Yves Dutercq a présidé la conférence de comparaisons internationales du Cnesco (Conseil national d’évaluation du système scolaire) sur l’éducation à l’orientation, organisée en partenariat avec le Cese, France Stratégie et le Ciep. Professeur en sciences de l’éducation à l’université de Nantes, il apporte son éclairage de chercheur sur les failles du système d’orientation en France et des solutions concrètes pour y remédier.

Quels principaux constats pouvez-vous faire concernant l’éducation à l’orientation des jeunes en France ?

En préparant le colloque du Cnesco sur l’éducation à l’orientation, nous avons observé que ce sont les enfants dont les familles disposent d’un faible capital culturel qui sont les premières victimes de la déficience de l’école en matière d’orientation, d’information et d’accompagnement des décisions. Et nous avons effectivement constaté que les politiques d’orientation des élèves conduites en France ne proposent pas d’objectifs clairs en matière de justice sociale et de promotion de la mobilité sociale, ce qui est d’autant plus pénalisant à l’ère de l’individualisation de l’action publique.

C’est dire la nécessité d’organiser sur le long terme un accompagnement informé des familles pour les aider à accéder à une autonomie de décision et ne pas subir en permanence la pression à court terme des résultats scolaires. Certaines innovations locales françaises sont précisément orientées vers l’aide à l’autonomie des élèves et des familles et des expériences conduites dans plusieurs pays pourraient aussi inspirer des mesures à prendre en France (dossier de suivi individuel des projets, plateforme internet unique d’information et de conseil, comme au Danemark ou en Australie, etc.)

La mise en œuvre à une échelle nationale et coordonnée de telles initiatives suppose des personnels informés qui leur soient dédiés dans une logique de collaboration, au premier rang desquels professeurs principaux formés ad hoc et PsyEN (Psychologue de l’Éducation nationale). Ces derniers devraient être eux-mêmes moteurs du fonctionnement de la plateforme nationale d’information préconisée.

(...)

Propos recueillis par Cécile Blanchard et Natacha Lefauconnier

Suite et fin de l'entretien en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Revue de Presse Education... Blanquer - Réformes des lycées - Supérieur...

20 Décembre 2018 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Blanquer - Réformes des lycées - Supérieur...

En approche des vacances, une petite revue de presse.

Blanquer

Jean-Michel Blanquer : "La robotique est une formidable opportunité pédagogique" par Philippe Crouzillacq
Au dernier salon Educatec-Educatice, la Ligue de l’enseignement, en partenariat avec le réseau Canopé, a consacré une table-ronde aux défis posés par la robotique éducative. Les intervenants, tous ardents défenseurs de la chose, y partageaient un point commun : la robotique éducative est pleine de (belles) promesses. Revue de détails.”

Jean-Michel Blanquer confirme ses ambitions sur l’apprentissage
Lors de la réception organisée par Wolrdskills France, ce mardi 18 décembre, afin de célébrer les excellentes performances de l’équipe de France des métiers aux Euroskills 2018, le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a confirmé sa volonté de renforcer les formations par l’apprentissage.”

Après #PasDeVague, la loi Blanquer accusée de vouloir museler les professeurs par Anthony Cortes
Après l’épisode #PasDeVague, les professeurs s’estimant peu soutenus par leur hiérarchie attendaient une réponse du gouvernement. Le projet de loi Blanquer insiste pourtant… sur leur devoir de discrétion, notamment sur les réseaux sociaux. Et ce, afin de ne pas porter atteinte à la "réputation" de l’Education nationale…

Et justement… Le DASEN des Bouches du Rhône : interdiction de réunion , éduc nat . Par avellino sur le blog : Le blog de avellino
""Afin d’éviter que ne s’installent chez nos élèves et leurs parents, des éléments d’information relatifs à la réforme du lycée et du baccalauréat, tronqués, incomplets voire fallacieux, je vous demanderai de bien vouloir veiller à ce que nos établissements ne puissent accueillir des temps de réunion communs entre enseignants, parents d’élèves et élèves." (sic)."

Réformes des lycées

Commençons par le professionnel. Pour Terra Nova, L’enseignement professionnel : une priorité
L’enseignement professionnel reste mal connu et ne fait pas toujours l’objet d’une vision collective partagée. La filière professionnelle, et à un moindre degré la filière technologique, restent mal considérées, et la coordination entre l’Éducation nationale et les entreprises demeure trop faible.Il est donc utile de retracer, dans les grandes lignes, les choix qui ont conduit à l’organisation actuelle de la filière professionnelle. Et il s’agit ensuite de se demander comment enclencher une nouvelle dynamique, ce que propose cette note de Terra Nova.” Par Daniel Bloch.

Au lycée, l’éducation morale et civique confrontée à ses illusions par B. Girard sur le blog : Histoire, Ecole et Cie
Dans le contexte actuel, avec un système éducatif où la transmission aux élèves de tout âge des « valeurs de la république » occupe une place centrale, obsessionnelle, la distance entre les principes affichés et la réalité vécue est impressionnante.”

Réforme du lycée, quels choix pour les élèves ?
Les académies commencent à dévoiler, mardi 18 décembre, les « enseignements de spécialité » qui seront proposés, lycée par lycée, à la rentrée prochaine. La réforme, qui supprime les filières, devrait s’appliquer différemment d’un établissement à l’autre.”

Lycées : le syndicat SGEN-CFDT réclame le "report" de la réforme du bac, "conçue dans la précipitation"
"Rien n’est stabilisé : ni les programmes, ni les offres de formation et spécialités, ni l’articulation entre compétences acquises et compétences attendues en post-bac", dénonce la secrétaire générale du syndicat SGEN-CFDT, Catherine Nave-Bekhti.”

Réforme du bac et du lycée : la liste des nouvelles spécialités communiquées par lycée
La réforme du bac se concrétise avec en première étape l’officialisation par établissement de la liste des nouvelles spécialités à choisir par les futurs bacheliers au lycée. Découvrez aussi les emplois correspondant aux meilleurs débouchés…

Lycées : la carte nationale des nouvelles spécialités dévoilée cette semaine
Les lycées dévoilent cette semaine quelles spécialités ils pourront offrir à leurs élèves à la rentrée 2019. Sept des douze matières seront obligatoires, mais les cinq options restantes ne seront pas proposées partout.”

Nouveau lycée : le très complexe choix des enseignements de spécialité à l’entrée des classes de première et terminale générales. Par Magliulo Bruno Analyse qu’il conclu ainsi : “Entre le rêve porté en aval par le lien entre le choix des enseignements de spécialité vers les "bons débouchés" dans l’enseignement supérieur, et la réalité qu’exprime en amont le bilan scolaire et personnel de l’élève, il va falloir que les familles, mais aussi les équipes pédagogiques, trouvent pour chaque lycéen un point d’équilibre. Le bon choix se situera au croisement de cette double façon d’aborder le problème du choix des enseignements de spécialité.”

Et il y aura quelques conséquences pour le supérieur...
Réforme du lycée : comment l’enseignement supérieur sélectionnera les jeunes en 2021 par Marie-Estelle Pech
Le choix des nouvelles spécialités impactera les possibilités d’orientation des lycéens après le bac.” Pour les abonnés.

Supérieur

Parcoursup 2019 : tout ce qu’il faut savoir sur la plateforme d’orientation
A partir de jeudi, les futurs bacheliers peuvent aller se renseigner en ligne sur leur orientation. Le site parcoursup.fr détaille le contenu des formations proposées sur la plateforme et les critères généraux d’examen des vœux. Les critères spécifiques sont fournis au cas par cas, au bon vouloir des universités. Le site se veut également plus simple et plus riche que son prédécesseur, notamment en expliquant à quoi mènent des diplômes au nom peu explicite.”

Question 12 des décodeurs : Le doctorat est-il un diplôme attractif pour les étudiants français ?
Comme nous l’avons vu avec la question d’hier, la mobilité est un phénomène grandissant, particulièrement pour les étudiants de l’enseignement supérieur. Le nombre d’étudiants en mobilité internationale est passé de 2 millions en 1999 à 5 millions en 2016. Mais quels sont les diplômes les plus attractifs ? Comment se situe le doctorat par rapport aux autres formations du supérieur ? C’est le sujet de la question du jour préparée avec Simon Normandeau, statisticien à l’OCDE.”

Trois pistes pour sauver l’enseignement supérieur par Cyril Pierre de Geyer / fondateur de Rocket School
Notre système éducatif a été pensé au XIXe siècle. Nos professeurs ont été formés au XXe et enseignent aux étudiants du XXIe siècle. A une époque où des empires commerciaux se font et se défont en quelques années, il y a un anachronisme édifiant dans cette approche. Pour s’adapter à ce monde instable et fluctuant, le système éducatif supérieur français doit se renouveler.”

Dans quelle mesure l’intelligence artificielle va-t-elle bouleverser l’enseignement du droit ? par Amaury DUJEAN
Intelligence artificielle, innovation, big data, legaltech, nouvelles technologies… tels sont les nouveaux « buzzwords » répétés dans tous les médias. La consécration de ce progrès technologique à qui l’on prête la vocation de révolutionner le monde du droit, est-elle vraiment d’ores et déjà justifiée ?

Dans Le Monde/Campus, « Il est urgent que l’Europe se saisisse du problème des classements »
Les établissements universitaires européens ne doivent ni suivre ni subir les palmarès internationaux, mais choisir une position plus offensive, selon Timothée Toury, enseignant-chercheur.”

Bernard Desclaux

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>