Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Coup de coeur... Jean-Paul Sartre...

3 Janvier 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature, #Philosophie

Si la franchise ou sincérité est une valeur universelle, il va de soit que sa maxime “il faut être ce que l’on est“ ne sert pas uniquement de principe régulateur pour les jugements et les concepts par lesquels j’exprime ce que je suis. Elle pose non pas simplement un idéal du connaitre mais un idéal d’être, elle nous propose une adéquation absolue de l’être avec lui-même comme prototype d’être. En ce sens, il nous faut faire être ce que nous sommes. Mais que sommes-nous donc si nous avons l’obligation constante de nous faire être ce que nous sommes, si nous sommes sur le mode d’être du devoir être ce que nous sommes ?

Jean-Paul Sartre - L'Etre et le Néant

Lire la suite

Najat Vallaud-Belkacem: "J’aimerais qu’on fasse un autre pari : celui de la réflexion et des savoirs d’aujourd’hui"

3 Janvier 2018 , Rédigé par L'Obs Publié dans #Education, #Politique, #Médias

Najat Vallaud-Belkacem: "J’aimerais qu’on fasse un autre pari : celui de la réflexion et des savoirs d’aujourd’hui"
EXTRAITS
 
"Je veux vraiment réfléchir, travailler et comprendre d'autres mondes que le seul monde politique", explique l'ex-ministre de l'Education nationale qui dévoile sa nouvelle vie.
 
Vous n’avez donné aucune interview depuis votre défaite aux législatives. Pourquoi ce silence ?
 
Cela correspond à un besoin personnel de prendre du recul, de ne pas être happée par le commentaire quotidien qui devient la règle médiatique et qui empêche de se poser, de réfléchir. C’est aussi une forme de respect à l’égard de ce que les électeurs nous ont dit à la présidentielle et aux législatives: nous avons été désavoués. C’est cette réflexion que je voulais mener à bien et cela se fait dans le silence plus que dans le bavardage.
 
Quelle est votre nouvelle vie ? 
 
C’est une vie où je me concentre sur moi-même, sur les miens, sur d’autres projets que des projets politiques. J’ai toujours en moi autant  d’engagement qu’auparavant . Mais depuis plusieurs mois, je ressens le besoin de l’exprimer autrement.
 
Un de vos projets est donc éditorial…
 
Oui. J’ai tellement souffert de la trop faible qualité du débat public ces dernières années que je m’étais promise qu’un pan de ma vie future serait consacrée à l’aider à reprendre du souffle. Or pour un débat public de qualité, on ne peut pas se satisfaire du seul spectacle médiatique quotidien entre commentateurs, polémistes  et adversaires politiques qui finissent par se caricaturer eux mêmes. On a besoin de penseurs, de chercheurs qui acceptent de se mettre à portée d’homme et nous aident à être collectivement  plus intelligents. Alors oui, une de mes activités, parmi d’autres, au sein de ma nouvelle vie, sera de diriger cette  collection d’essais chez Fayard qui sera une collection dédiée aux batailles culturelles du progressisme. Je vois bien que ces idées là  peinent de plus en plus à convaincre les gens. Si nous voulons reconstruire de la conviction, il faut aussi renouveler les savoirs.
 
(...)
 
Pourquoi la gauche a-t-elle perdu ce combat culturel ?
 
L’opinion publique se construit dans un bain général mêlé d’ultra- libéralisme au plan économique , d’individualisme au plan social  et de délégitimation des idéaux au plan politique .  Voilà ce qui transpire à longueur de journée des réseaux sociaux, des chaines d’info continue, du discours dominant. Et je ne parle même pas des fake news. On ne peut pas franchement dire qu’on fasse appel  à la rationalité des citoyens, à leur capacité à vivre et à penser ensemble, mais plutôt à l’émotion immédiate, au sensationnel, au confort des préjugés... Et nous n’avons pas suffisamment combattu. Clairement. 
 
Par paresse ? 
 
Pas vraiment. Si l’on regarde le champ intellectuel, peu de chercheurs ont été conviés à alimenter les débats politiques de leur science. Ce sont toujours les  mêmes polémistes qui saturent  l’espace médiatique. Si encore c’était pour éclairer l’opinion dans un sens ou dans l’autre , si c’était dans un souci de partage d’un savoir, pourquoi pas, mais chacun perçoit bien que ce n’est évidemment pas le cas : que les propos d’un Luc Ferry, pour lequel le problème de l’école pourrait se résoudre en « se débarrassant de 15% des élèves de quartiers pourris qui l’empêchent d’aller bien » ou d’un Finkielkraut qui ne trouve rien d’autre à commenter dans les obsèques de Johnny que ce qu’il perçoit comme « l’absence des non souchiens » n’apportent  strictement rien à la compréhension par les français des grands enjeux, de la hiérarchie des problèmes et de la complexité de notre monde. Ce n’est pas comme si nous n’avions pas de meilleurs analystes . Ce n’est pas comme si nous manquions de chercheurs. Pourquoi ne les entend-on, ne les lit-on pas davantage ?  Pour partie parce qu’on ne va pas les chercher, foin de la complexité à l’ère du click et du buzz , et pour partie parce que comme me le disait l’un d’entre eux   : «moi même je me suis coupé des canaux médiatiques ,  je n’ai aucune envie de voir ma pensée tronquée en 140 caractères  ». Eh bien moi non plus, je n’ai plus envie de cela ! Notre système médiatico-politique est à bout de souffle. Alors j’aimerais qu’on fasse un autre pari : celui de la réflexion et des savoirs d’aujourd’hui . Des chercheurs, des intellectuels, des penseurs doivent venir investir le débat public et l’éclairer avec le recul de leurs travaux, leurs expertises, leurs comparaisons internationales. Ils doivent participer à  cette bataille culturelle qui est une bataille pour le progrès. 
 
Qui sont les chercheurs qui écriront dans votre collection, et qui contribueront aussi avec d’autres au Labo de l’Obs que nous lancerons en janvier ? 
 
Je peux dire à qui j’aimerais faire appel, mais j’espère aussi recevoir des propositions spontanées . L’idée est de donner la parole à  des chercheurs à la fois pointus (ils le sont de plus en plus) , et désireux d’offrir un aboutissement « civique »  à leurs recherches. Le regard critique doit conduire à esquisser des propositions de politiques publiques. Que ce soit sur des sujets déjà installés de longue date dans notre débat public , une Marion Fontaine sur les classes populaires , un Fabien Truong sur les aspirations de la jeunesse, une Juliette Rennes sur les questions d’égalité, un Nicolas Delalande sur le consentement à l’impôt..., ou que ce soit sur des sujets en germe, notre nouveau monde en fourmille : un Yves Citton sur l’économie de l’attention, un Frédéric Worms sur les questions de  bioéthique à l’ère de l’homme augmenté, d’autres encore sur  les risques et défis de  l’Intelligence artificielle ou  l’utilisation des données en matière de santé, sans oublier les sciences de la terre qui nous disent les dangers inédits d’un monde en train de devenir inhabitable... À partir de quelles réalités déjà présentes, et de quelles valeurs, penser ces bouleversements pour réguler une société comme celle-là ? L’idée est d’aller chercher, en France mais aussi en Europe,  à la fois des auteurs qui ont déjà publié et qu’on aimerait entendre davantage, et de jeunes thésards dont les travaux  méritent d’être partagés plus largement que sous un seul format académique .
 
(...)
 
Comment regagner la bataille culturelle ?
 
En comprenant déjà que conquête électorale et conquête culturelle ne sont pas nécessairement concomitantes. Ça s’est vérifié souvent dans le passé :  un « camp politique » peut  très bien à la faveur d’une défaillance des camps d’en face regagner les élections qu’il avait perdues, sans avoir pour autant entre-temps remporté  la bataille culturelle, ce qui laisse le probléme entier. Le combat des idées est  un temps long. Parce qu’il faut cette production intellectuelle  d’abord, mais aussi parce que, derrière, il faut des acteurs qui s’en saisissent, comme vous le ferez au sein du Labo de l’Obs , pour faire discuter sur des forums les propositions des chercheurs, pour partager le plus largement possible les constats, et même si possible pour expérimenter quelques unes des préconisations dans des collectivités ou entreprises volontaires . Bref le défi est de retisser un lien entre excellence de notre recherche et vécu de nos concitoyens.  
 
En dirigeant une collection d’essai, faites-vous un pas de côté par rapport à la politique ?
 
Cela fait partie de ces autres façons  de m’engager pour le bien public que j’évoquais plus haut. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’un métier , mais d’un investissement personnel dans un champ qui me tient à cœur. Cela ne dit pas grand chose de ce que sera ma vie par ailleurs.
 
Est-ce une manière de faire une croix sur un engagement partisan au moment où certains vous pressent de reprendre le PS  ?
 
J’ai toujours pris parti et je continuerai à le faire sans me dérober devant les responsabilités. Je refuse simplement de me poser la question comme ça. L’avenir de la gauche dépasse de très loin la question de l’appareil socialiste. Je sais que cela peut paraître étrange de ne pas céder à l’amicale pression de ses amis, que les standards  de la politique nous ont plutôt habitués au contraire, mais je veux vraiment réfléchir, travailler et comprendre d’autres mondes que le seul monde politique. Je n’ai d’ailleurs jamais voulu d’une vie réduite à la politique. Je sais qu’il y a d’autres façons de se rendre utile. Mener une expérience dans le privé en particulier, et en même temps ne pas déserter le champ des valeurs avec cette contribution à la réflexion intellectuelle qui, je l’espère, contribuera à mieux armer qu'elle ne l'a été parfois cette gauche de progrès qui est la mienne. A ma manière, singulière, je serai là à ses côtés.
 
L'entretien complet est à lire en cliquant ci-dessous ou dans la version papier de l'Observateur à paraître demain
Lire la suite

Pour un espace médiatique de réflexion longue destiné au plus grand nombre...

3 Janvier 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Politique, #Médias

Pour un espace médiatique de réflexion longue destiné au plus grand nombre...

L'article remarquable de Samuel Gontier dans Télérama (Voir post ci-dessous) pose bien le(s) problèmes(s) que l'opposition - mais pas qu'elle -  a et aura vis-à-vis de CERTAINS médias qui, de plus en plus s'éloignent de leur "cœur de cible" (informer) pour s'enfermer et NOUS enfermer dans un "système médiatico-politique" divisant les citoyens de ce pays en deux catégories. J'y reviendrai.

L'opposition face à ce tsunami de commentaires/chroniques est inaudible. Le "grand public", le citoyen lambda - je le vérifie chaque jour dans les discussions que je peux avoir avec des amis éloignés de la politique - n'a comme références que les chroniqueurs, les sondeurs (Brice Teinturier omniprésent) et quelques émissions populistes hélas très écoutées; je pense aux Grandes Gueules sur RMC et toujours sur RMC le très médiocre - je parle de ses propos - Eric Brunet (qui sévit souvent aussi chez Ardisson puisque ce "petit monde" se connait, se mélange, se croise.). Dans peu de temps, j'exagère à peine, Cyril Hanouna servira de "phare" à la pensée politique pour les français les moins politisés, les moins "éclairés" (ce n'est pas péjoratif).

Car il existe aujourd'hui - très schématiquement  - deux catégories de téléspectateurs/auditeurs/lecteurs:

- les "informés", politisés, curieux, hyper connectés, plutôt CSP+, abonnés à Télérama, Le Monde, Le Figaro et Mediapart. En très gros traits évidemment.

- les "non éclairés" que des médias - qui sont des entreprises devant faire de l'audience, donc de l'argent - attirent avec les "GG" sur RMC, les multiples talk show dont celui de Ruquier par exemple ou le "show" permet, grâce à une petite phrase extraite d'une heure d'antenne d'effacer la totalité du "talk" dans un buzz effréné qui s'étire jusqu'au samedi suivant.

Pour ce public-là, nul besoin de réflexion longue, de sujets "creusés". Du "prêt-à-penser" versant dans la facilité, voire la médiocrité paresseuse. Pire même, des erreurs monumentales, des approximations permanentes sont assénées sans la moindre correction, sans la moindre contradiction. Ou, comme chez Bourdin, des contradictions surjouées plus spectaculaires qu'informatives. Pour ce public, un politique peut se "planter" pendant 10 minutes sans que cela dérange qui que ce soit. (Je me souviens de ce passage cataclysmique d'Edouard Philippe chez Bourdin. Il fut "nul de chez nul" mais personne ne lui a adressé le moindre reproche. Très curieusement, il fut BEAUCOUP plus pointu sur le plateau de Médiapart. Il y a les émissions "nobles" et celles "populaires". La caviar contre le hamburger.

En clair, il y a - comme au restaurant - l'info 4 étoiles réservée à quelques-uns et l'info "gargote" pour les autres.

C'est ce public-là, "les autres", qu'il va falloir aller chercher. Ce n'est pas une entreprise facile tant ces français sont happés par les mâchoires de la facilité. Je le redis: ce ne sont pas des imbéciles. Mais quelques médias les prennent pour des imbéciles, voire en FONT des imbéciles.

Deux anecdotes pour finir: je prends parfois un café le matin en allant chercher mes journaux dans un bar du port. Il y a là des pêcheurs, des gens très simples avec lesquels j'aime parler et que j'aime écouter. Ils sont du "bon sens", parfois excessifs dans leurs propos mais il est intéressant de les entendre. Ici à Dieppe on penche beaucoup à gauche. C'est une ville communiste historique avec un bassin d'emplois TRES défavorisé. Ces gens-là souffrent avec dignité. J'ai beaucoup d'admiration pour eux. Et écoutant, ce matin, une conversation entre pêcheurs, j'ai entendu l'un d'entre eux, approuvé par les autres, tenir des propos "politiques" qu'il illustrait, sans rire, en citant...Hanouna et Téléstar!

Autre expérience vécue: AUCUN de mes élèves de 3e n'a jamais entendu parler de Médiapart, Télérama, l'Observateur. Je veux bien l'accepter. MAIS aucun n'a jamais entendu parler non plus du Monde, du Figaro ni de L'Express ou du Point. Leurs seules références "médias" sont des émissions de télévision (les plus populistes), "Les Infos dieppoises" (bi hebdo local) et pour certains, Paris-Normandie.

Ce n'est pas pourtant pas faute de les inciter à lire autre chose. Et pas seulement à l'occasion de la semaine de la presse au collège. Mais nous - les enseignants - ne sommes plus LA référence. Nous sommes entrés - depuis quelques temps - dans un monde qui informe, voire forme, les élèves par le biais d'outils qui nous échappent. Et évidemment, nous retrouvons les deux France dont je parlais:

- les élèves informés par des parents éclairés;

- les élèves "désinformés" par des parents qui le sont moins

Et la vie continue...

Il faudra trouver, construire, renforcer, faire connaitre des outils qui permettent d'aller vers cette dernière catégorie.

Sachant qu'il sera très difficile. de contrebalancer l'influence des "machines à buzz et à clics".

Celle ou celui qui proposera un tel espace de réflexion longue et d'échanges aura tout mon soutien.

Christophe Chartreux

Lire la suite

En 2018, Emmanuel Macron sera plus à gauche (que Georges Marchais)...

3 Janvier 2018 , Rédigé par Télérama Publié dans #Education, #Politique, #Médias

En 2018, Emmanuel Macron sera plus à gauche (que Georges Marchais)...

EXTRAIT - J'invite chacune et chacun à lire l'intégralité de cet article remarquable et passionnant/Voir lien en bas de page)

               ____________________________________________________

Réunie dans “C dans l’air” et dans “24h Pujadas”, la fine fleur des éditorialistes a sacrifié son Jour de l’An à l’exégèse des premiers vœux télévisés d’Emmanuel Macron. Leurs analyses sans cesse renouvelées laissent penser que 2018 devrait furieusement ressembler à 2017. En tout cas, à la télé.

« Attention, danger pour Emmanuel Macron ! », prévient Bruce Toussaint. Comment ça ? On est le 1er janvier et notre président est déjà en danger ?? « Est-ce que ce sujet sensible peut faire tanguer la majorité ? » Le « sujet sensible » du présentateur de C dans l’air, sur France 5, ce sont « les migrants ». Bruce Toussaint sollicite un invité : « Est-ce que ce “et-en-même-temps” sur ce sujet précis, est-ce que ça peut marcher ? » De lacérer les tentes des exilés et-en-même-temps de gazer leurs couvertures ? « Est-ce que ça crée pas de la confusion ? » Pas du tout.

Brice Teinturier : « Il y a une constante qui est en phase avec ce que pensent majoritairement les Français. » Rien de tel qu’un sondologue pour m’informer de la constante en phase avec ce que je pense majoritairement. « Je rappelle que 65 % de nos concitoyens, depuis des années maintenant, considèrent qu’il y a trop d’immigrés en France. » Coïncidence, Ipsos leur demande depuis des années maintenant s’il y a trop d’immigrés en France. « Il y a des moments effectivement où la demande de générosité et d’humanité est très forte, nuance Brice Teinturier. On l’avait vu sur la photo du petit Eylan en 2015. Mais ça avait été très éphémère. » Ipsos n’avait même pas eu le temps de le mesurer. « Il y avait un + 9 points mesuré par mon confrère Elabe qui avait montré une émotion puis c’était retombé. » Un + 9 points d’émotion avant un brusque retour à la raison (des sondages).

« Il y a quelque chose d’assez constant, poursuit Brice Teinturier, c’est que les Français sont plutôt sur une position dure à l’égard de la question de l’immigration. » Pas plus dure que les questions qui leur sont posées par de prétendus « instituts ». « Et puis il y a cette distinction entre l’asile politique, “oui”, et l’arrivée de migrants économiques, “non”. C’est en gros ce que les Français se représentent à tort ou à raison. » Coïncidence, cette distinction est serinée par le personnel politique, les éditorialistes et les sondologues à tort ou à raison.

Brice Teinturier résume l’état de mon opinion : « Oui à un asile politique à condition que ses conditions d’opérationnalité soient bien précises. » La condition des conditions d’opérationnibilité est sans conditions, c’est très clair. « C’est tout l’objet du projet de loi. » Ouf, le gouvernement a tout prévu, même l’opérationnalitude. « Mais l’immigration économique, elle inquiète les Français. » « Y compris chez les sympathisants de gauche ? », demande Bruce Toussaint. « C'est chez eux que vous avez le clivage le plus équilibré entre une ligne d’ouverture et une ligne dure. » Ça me fait plaisir de savoir que je suis équilibré.

« Mais ça a beaucoup évolué. Quand vous avez 65 % des Français qui vous disent “il y a trop d’immigrés en France”, eh bien ça touche une partie des électeurs de gauche. » Par exemple, les électeurs de Manuel Valls, l’homme politique le plus extrêmement de gauche, au point de devenir l’étalon de la gauche à la télévision, comme le prouve la question suivante : « Gérard Collomb va-t-il plus loin que Manuel Valls ? »

(...)

Samuel Gontier

Suite et fin à lire en cliquant - absolument -  ci-dessous

Lire la suite

Revue de Presse Education... Récap...

3 Janvier 2018 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Politique, #Médias

Revue de Presse Education... Récap...

Vous avez pu peut-être vous mettre entre parenthèse lors de ces vacances. Aussi, je vous propose une petite “récap” de quelques articles présentés simplement par ordre approximatif de parution.

Et pour vous mettre en bouche, une petite “Vue du Québec” par Stéphane Allaire dans Le Quotidien dont le titre donne bien le ton : L’interdiction avant l’éducation. “On a appris récemment que, dès septembre prochain, le ministre de l’Éducation de la France, Jean-Michel Blanquer, interdira l’utilisation des téléphones intelligents aux élèves dans les écoles primaires. Cette orientation, qui avait été annoncée lors de la campagne électorale du président Emmanuel Macron, est justifiée par les motifs suivants. D’une part, on prétend que l’interdiction permettra aux élèves d’être plus attentifs en classe et de s’amuser avec leurs camarades pendant les pauses, plutôt qu’avoir le nez dans un écran. D’autre part, on affirme que la prohibition des téléphones réduira la cyberintimidation. En dépit de bonnes intentions, il est malheureux de constater que le gouvernement français privilégie l’interdiction à l’éducation.”

Le 26 déc. 2017, Claude Lelièvre sur son blog : Histoire et politiques scolaires réagit à L’étrange déclaration de Blanquer devant les représentants des cultes. ’ Jeudi dernier, le ministre de l’’Education nationale a déclaré que « les esprits sont mûrs » pour que soit développé l’enseignement du fait religieux dans l’Education nationale. De quoi peut-il s’agir puisque cet enseignement existe déjà, et que les « esprits » se sont révélés « mûrs » pour cela depuis pas mal de temps ?

Monsieur Blanquer, la discipline comme méthode d’apprentissage de la lecture n’est simplement pas la solution déclare Gabriel Cohn Bendit Professeur, ancien responsable national de l’École émancipée dans une Lettre ouverte à Jean Michel Blanquer, Ministre de l’Education Nationale.

Jean-Michel Zakhartchouk déclare, La laïcité, le fait religieux : tout sauf simple ! "En cette période de Noël où les crèches kitch côtoient les sapins en tous genres et où s’éloigne toujours plus le temps où des curés nous admonestaient de trop mélanger le profane et le sacré, « petit papa Noël » et « il est né le divin enfant », plusieurs faits ou déclarations nous font à nouveau réfléchir ce que peut être la laïcité aujourd’hui et en particulier concernant l’école."

Caroline Beyer dans le Figaro constate : La chorale revient en force à l’école. "Persuadé de son utilité pour le développement des enfants, le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer mise sur le chant pour « permettre aux collégiens de prendre confiance en eux et en leur réussite »." Mais elle conclue par : “Une annonce qui laisse Loïc Saouter, directeur de la prestigieuse chorale du collège Hippolyte-Rémy de Coulommiers, un peu sceptique. « Nous connaissons bien ce type de plans, grince-t-il. Najat Vallaud-Belkacem nous avait promis la même chose l’an dernier sans que rien n’ait changé depuis (une circulaire avait été signée fin 2016 pour généraliser la pratique du chant choral, NDLR.) Et puis, comment trouver en un an autant de professeurs de chorale qu’il existe d’écoles en France ? »

Bruno Magliulo poursuit ses réflexions sur le “remplacement” d’APB : Les "attendus" dans la nouvelle plateforme "Parcours sup" : de quoi s’agit-il ? A quoi cela servira-t-il ? "Comme beaucoup le savent désormais, en France, il a été décidé de mettre en œuvre une nouvelle plateforme télématique de gestion des candidatures des bacheliers désireux de passer dans l’enseignement supérieur. Nommée "Parcours sup", elle vient remplacer en 2018 la plateforme "admission post bac" (APB") qui existait depuis 2009. Au moment où nous rédigeons cet article, la version définitive de cette nouvelle plateforme n’est pas encore connue : elle fait l’objet d’un débat parlementaire qui doit aboutir à une loi dont on espère qu’elle sera votée avant le 15 janvier 2018, date officielle du lancement de la nouvelle plateforme."

Des sociologues lancent une pétition contre la sélection à l’université, le 28 décembre 2017 ! Un peu tard, n’est-il pas ?

Le 28 décembre, sur Adozen.fr, une ancienne vidéo refait surface, l’interview de Michel Fize dans laquelle il déclarait : « Il faut supprimer les notes à l’école » en juin … 2014. “Michel Fize est sociologue et chercheur au CNRS. Il nous explique en quoi le système scolaire mériterait d’être révolutionné notamment par l’abandon des notes et même la transformation du Bac. L’enjeu, selon lui, est de développer le plaisir d’apprendre en favorisant le renforcement positif. Les élèves seraient ainsi bien plus motivés (intrinsèquement) et moins stressés.” Une ancienne vidéo, oui, mais à réécouter !

Le 29 déc. 2017 Christophe Chartreux sur son blog : Le blog de chris titre : Education - Notre école mérite un débat digne, majeur et responsable…Voilà ce que mérite notre école : un débat digne, majeur et responsable. Utile. Gardons-nous de l’enchaîner aux modes populistes, aux bassesses, aux résumés hâtifs. Et par là, de l’asservir !

Et puis la célèbre polémique est relancée par Jean Sévillia le 29/12 : Histoire de France : arrêtons les mensonges. “Faut-il débaptiser les lycées Colbert ou réhabiliter les « fusillés pour l’exemple » de 14-18 ? Il n’est pas de mois où l’actualité ne ramène une controverse suscitée par la volonté de certains de réécrire l’histoire de France selon leurs critères politiques et idéologiques. Face à la manipulation du passé par le politiquement correct, défendre l’histoire véridique est un impératif vital.”

Toute l’équipe des rédactrices et rédacteurs de votre revue vous souhaite une très belle et heureuse année 2018.

Bernard Desclaux

Lire la suite

Zachary Richard...

2 Janvier 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Romain Rolland...

2 Janvier 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Telle est l’infirmité de la nature humaine! Soyez bon, pitoyable, intelligent, ayez souffert mille morts : vous ne sentirez pas la douleur de votre ami qui a mal aux dents. Si la maladie se prolonge, on est tenté de trouver que le malade exagère ses plaintes. Combien plus, lorsque le mal est invisible, au fond de l’âme! Celui qui n’est pas en cause trouve irritant que l’autre se fasse tant de bile pour un sentiment qui ne lui importe guère. Et enfin, l’on se dit , pour mettre sa conscience en repos :

“Qu’y puis-je? Toutes les raisons ne servent de rien.”

Toutes les raisons, cela est vrai. On ne peut faire du bien qu’en aimant celui qui souffre, en aimant bêtement, sans chercher à le convaincre, sans chercher à la guérir, en l’aimant et en le plaignant. L’amour est le seul baume aux blessures de l’amour. Mais l’amour n’est pas inépuisable, même chez ceux qui aiment le mieux; ils n’en n’ont qu’une provision limitée. Quand les amis ont dit ou écrit une fois tout ce qu’ils ont pu trouver de paroles d’affection, quand à leurs propres yeux ils ont fait leur devoir, ils se retirent prudemment, ils font le vide autour d’un patient, ainsi que d’un coupable. Et comme ils ne sont pas dans une honte secrète de l’aimer aussi peu, ils l’aident de moins en moins; il cherchent à se faire oublier, à oublier eux-mêmes. Et si le malheur importun s’obstine, si un écho indiscret pénètre jusqu’à leur retraite, ils en viennent à juger sévèrement cet homme sans courage, qui supporte mal l’épreuve. Soyez sûrs que s’il succombe, il se trouvera au fond de leur pitié sincère cette sentence dédaigneuse:

“Le pauvre diable! J’avais de lui une meilleur opinion.”

Romain Rolland - Jean-Christophe

Lire la suite

Aulnay... Champigny... Attention, danger imminent...

2 Janvier 2018 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Politique, #Champigny

Aulnay... Champigny... Attention, danger imminent...

Danger imminent!

Après ce qui s'est passé à Aulnay et Champigny, et qui est EVIDEMMENT intolérable et inexcusable, après les indignations, les colères, les récupérations habituelles du FN et de Wauquiez (pléonasme?), il faudra que vienne l'autre temps: celui de la réflexion et de l'action.

Je me souviens d'un texte écrit et envoyé à titre privé il y a quelques mois. Dans lequel je parlais des "banlieues" et de ces jeunes écoutant des chansons appelant quasiment à la violence "anti flics", s'ennuyant à mourir, dealant à longueur de journée, absentéistes scolaires la plupart du temps. Bref des "exclus" qui sont exclus ou s'excluent d'eux-mêmes.

Résumer la jeunesse des "banlieues" à cela est évidemment TRES réducteur mais cette jeunesse existe et, hélas, voit ses rangs grossir année après année.

Beaucoup de choses ont été faites et continuent, pour certaines, de l'être:

- la police de proximité (Jospin) stupidement supprimée par Sarkozy et timidement réinstallée par Macron/Collomb sous une forme hybride qui ne convient pas;

- l'Ecole qui travaille dans des conditions difficiles. Au passage, ce n'est pas en distribuant les Fables de La Fontaine dans trois académies ou en organisant des "rentrées en chantant" que cette jeunesse trouvera matière à espérer, à rêver, à se projeter au sens de "réaliser des projets". Les projets de cette jeunesse-là s'arrêtent souvent dans les cages d'escaliers.

- de nombreuses associations réalisent aussi des petits miracles quotidiens mais isolément, chacune dans leur coin, sans beaucoup de moyens.

Je crois qu'il serait temps qu'une voix forte, que DES voix collectives, s'élèvent pour:

1- mettre en lumière ce qui est fait, parfois par des jeunes eux-mêmes;

2- exiger une sorte de "Grenelle" (je n'aime pas trop cette expression qu'on a mise à toutes les sauces) réunissant LES interlocuteurs impliqués et concernés:

Police/Justice/Education/Culture/Monde associatif/Urbanisme et architecture (Architecture scolaire et urbaine: je crois essentiel de se pencher sur les lieux de vie et de travail, lieux qui conditionnent, par leurs formes, des vies entières.), etc...

Si l'on continue de limiter nos réactions à des colères, des indignations sans lendemains, nous irons vers des tragédies et des soulèvements d'une jeunesse qui, à tort ou à raison, considère qu'elle ne fait plus partie de la République...

De cette "Nation française" dont Emmanuel Macron a très imprudemment parlé lors de ses vœux. La Nation n'est pas française. Elle est Nation. Point!

Sanctionnons mais, "en même temps", arrêtons d'exclure...

Christophe Chartreux

Lire la suite

L'école publique à l'ancienne... (Video)

2 Janvier 2018 , Rédigé par France Inter Publié dans #Education, #Pédagogie, #Politique

Lire la suite

" Il n’est plus interdit d’interdire..." - 2018 sera-t-il l’anti-Mai 68?...

2 Janvier 2018 , Rédigé par Liberation Publié dans #Education, #Politique, #Mai 68

Anticipation d’une comparaison sociale et sociétale entre l’année qui vient (2018) et la cinquantenaire dont on se souvient (1968).

Je suis le (tout) petit frère de Mai 68. Et je garde une admiration enflammée pour les barricadiers de l’amour libre et pour les incendiaires d’une consommation à laquelle ils céderont avec délices. Je ne suis pas encore, à diable ne plaise, le grand-père de la génération gnangnan, celle de 2018. Dans cette comparaison déraisonnable que déclenche la rime chiffrée des saisons, je vais essayer de m’éviter l’acrimonieux «C’était mieux avant», comme le bêta «Demain sera bien».

Mai 68 ? Mais, c’était il y a un siècle, voyons… Il paraît certain que la prometteuse et ambivalente 2018 n’aura rien à voir avec cette échauffourée d’enfants gâtés, furieuse et ardente, libératrice et libérale. L’année 2018 sera bienveillante et geek, vegan et réseauteuse, édifiante et décroissante.

Essayons pourtant de voir comment les tweets guillotineurs des années bientôt 20 font écho aux slogans de rue du joli Mai. Ou comment les murs Facebook à amitiés en chaussettes et en «likettes» pourraient se faire bombarder par les pavés des émeutiers d’avant-hier.

«Je ne veux pas perdre ma vie à la gagner»

1968 est glorieuse et industrieuse. L’exode rural se poursuit et l’immobilier prospère. Les usines fument noir et les voitures roulent à tombeau ouvert. Surtout, le chômage est inconnu au bataillon. Ce qui permet la revendication salariale et l’acquisition sociale.

2018 s’annonce comme une rare trouée de bleu dans un ciel plombé depuis des décennies par la mondialisation délocalisatrice et la révolution numérique. Macron-la-Chance croise les doigts pour que les patrons qu’il chouchoute consentent à embaucher au lieu de robotiser. Le récent quadra est d’un tradi pompidolien dans son approche quand Mai 68 estimait qu’on ne pouvait tomber amoureux d’un taux de croissance. L’ennui, c’est qu’en 2018, la sociale est plus morte que vive et le syndicalisme aux abonnés absents. Un mouvement imaginatif comme Nuit debout reste lettre morte. Malgré sa fécondité, l’idée d’un revenu universel avorte. La peur du déclassement et l’angoisse du lendemain courbent les échines. Le questionnement métaphysique n’est plus de saison. La majorité de la population craint de perdre son boulot et de vider sa vie de cette distraction rémunératrice. Seules les marges continuent à interroger les modes de production. Hier, le Larzac et Lip étaient autogestionnaires. Aujourd’hui, on est zadiste ou start-upper, baba bricoleur de sobriété ou techno rivé en permanence au miroir flatteur de son écran.

«Faites l’amour, pas la guerre»

Mai 68 est le contemporain du «Summer of Love» hippie et de l’orgasmique chanson Je t’aime moi non plus de Gainsbourg. Les corps se dénudent, les droits (contraception et avortement) se conquièrent, les frustrations se liquident. Catho ou coco, la morale classique vole au vent. Les divorces recomposent les familles et les autonomies se font aventureuses et esseulées.

L’année 2018 s’annonce comme une contre-révolution sexuelle. L’égalité rêvée par 68 tardant à s’imposer, les femmes saturent des abus de pouvoir et des harcèlements masculins continués. Anonymat d’Internet aidant, elles mitraillent à tout va, ciblant les violences répertoriées comme les libidos qui leur déplaisent. Estomaqués, les hommes prennent cher. Ils n’ont pas vu le coup venir, tout à leur illusion d’avoir grandement évolué depuis 68. Prostitution interdite, porno menacé, censure féministe en remontée, l’époque rogne sur des libertés vécues comme des agressions. Et on se clashe sur #Balancetonporc tout en se «matchant» sur Tinder dans une remise en cause déstabilisante des codes de séduction français.

Si l’amour devient une guerre de (presque) toutes contre beaucoup, les conflits armés prospèrent, les marchands de canon ont les pouces aux bretelles et le pacifisme qu’espérait tant 68 se regarde avec commisération. La France de 2018 continue à jouer les gendarmes dans son pré carré africain d’autant plus facilement que Daech est un épouvantail sanglant. Entre deux attentats, on se retrouve embarrassé d’oser encore en référer au Déserteur de Vian, comme aux Deux Oncles de Brassens.

«Comment peut-on penser à l’ombre d’une chapelle ?»

Mai 68, c’est le refus des croyances et la contestation permanente, la remise en cause de l’autorité bourgeoise et du conservatisme bienséant. Surtout, c’est l’irrespect à langue tirée. 2018, c’est le respect exigé à coup de tweets hurleurs par les religions, les minorités, les disgraciés divers et variés et même par les chênes centenaires, symboles phalliques et grabataires s’il en est, qu’il faudrait enlacer au lieu de les abattre.

Mai 68 s’est construit contre l’Empire américain avant de s’y rallier à plein. 2018 va devoir se dépatouiller avec le politiquement correct qui a traversé l’océan et déconseille de rire de tout avec n’importe qui. Il n’est plus interdit d’interdire. Ce serait même recommandé. Et, c’est souvent bête à pleurer.

Luc Le Vaillant

Lire la suite
<< < 10 20 21 > >>