Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

A Voir... Corps et Ames.. "Le murmure de la passion écorchée"...

27 Octobre 2017 , Rédigé par Slate Publié dans #Cinéma

Lire la suite

Revue de Presse Education... Politique - Apprentissage - Eduquer...

27 Octobre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Politique - Apprentissage - Eduquer...

Il s’agit d’abord de politique éducative en France comme en Belgique. L’apprentissage, notamment suisse fait parler de lui. On termine avec un peu d’éducation.

Politique

J-M Blanquer accompagne le président en Guyane. "Le ministre de l’Education fait partie de la délégation présidentielle qui arrive le 26 octobre. Il ne débarque pas en terrain inconnu. La Guyane a été la première affectation de Jean-Michel Blanquer nommé recteur de 2004 à 2006, avant de rejoindre le cabinet du ministre Gilles de Robien."

Enseignement supérieur : le discours d’Emmanuel Macron à Saclay.

"Emmanuel Macron a annoncé mercredi la constitution de deux ensembles universitaires sur le plateau de Saclay, actant l’impossibilité de réunir une vingtaine d’universités et de grandes écoles pour créer un pôle unique scientifique de rang mondial. Il s’est rendu dans l’après-midi sur le plateau de Saclay, au sud-ouest de Paris, où il a visité l’Institut de mathématiques d’Orsay, Polytechnique et CentraleSupélec, selon l’Élysée. Cette visite visait à « donner une nouvelle impulsion » à ce vaste campus qui regroupe 19 grandes écoles, universités et centres de recherche, soit 76 000 étudiants et 11 000 enseignants-chercheurs."

Rétrograde ou ouverture ?

"Comment ne pas voir l’importance du changement introduit à cette rentrée ? Le Café mensuel n°178 revient sur la rupture que JM Blanquer puis le gouvernement tout entier ont impulsé aussi bien pour l’organisation des enseignements à l’école comme au collège que pour la rémunération des enseignants"

La Belgique francophone va repenser les programmes d’enseignement. Plus précis, les futurs référentiels qui déterminent les programmes des cours se rapprocheront du modèle flamand.

"On avait un peu oublié que les savoirs peuvent aider l’élève à comprendre le monde"

C’est le grand débat qui divise le monde de l’enseignement depuis vingt ans. Que faut-il favoriser : l’apprentissage de savoirs ? Ou celui des compétences, c’est-à-dire la capacité de réaliser certaines tâches comme la comparaison, la critique et la mise en perspective de documents historiques, par exemple ?

"Les futurs référentiels ne vont pas mettre en concurrence les savoirs et les compétences, répond la ministre. Ils revaloriseront néanmoins la présence des savoirs."

Apprentissage

Apprentissage : les secrets du modèle suisse
“En Suisse, deux lycéens sur trois optent pour l’apprentissage. Résultat, le chômage des jeunes y est trois fois moins élevé qu’en France.”

Pourquoi la Suisse « vend » son système d’apprentissage
“La ministre du travail Muriel Pénicaud se rend aujourd’hui en Suisse, dans le cadre de la réforme annoncée de l’apprentissage. La Suisse promeut activement son modèle, qui est cependant difficilement exportable.”

Réforme sociale : la feuille de route du Premier ministre notamment à propos de l’apprentissage.
“Le Premier ministre a présenté, ce mercredi, l’agenda du deuxième volet des réformes sociales sur la formation professionnelle, l’assurance-chômage et l’apprentissage. Le gouvernement souhaite que le texte soit adopté avant l’été.”

Le point de vue du MEDEF : "Chômage : accélérons les réformes sur l’apprentissage, la formation professionnelle et l’assurance chômage"

Eduquer

Violences sexuelles : l’école peine à imposer les cours d’éducation
"L’affaire Weinstein et la parole libérée sur les réseaux sociaux à propos des violences sexuelles posent la question de l’éducation à la sexualité des plus jeunes. Sur le terrain, elle reste un angle mort, faute de moyens dédiés, et ce au mépris de la loi qui oblige la tenue de trois séances annuelles sur le sujet dans les classes."

Aider chaque enfant à grandir. Comment aménager les temps de l’enfant.
Les documents de Claire Leconte, chronobiologiste. Très utiles dans les débats actuels.

Géraldine Duboz

Lire la suite

L'école manque-t-elle de pragmatisme?... (Audio/ Michel Lussault face à Isabelle Dignocourt)

26 Octobre 2017 , Rédigé par France Culture Publié dans #Education

Lire la suite

Laurie Darmon...

26 Octobre 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Coup de coeur... Lydie Salvayre...

26 Octobre 2017 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Coup de coeur... Lydie Salvayre...

N’avoir personne sur le dos ou s’infiltrant en moi, ni père, ni mère, ni épouse, ni amis, ni enfants, ni voisins, vivre sans laisse au cou, sans explications à donner ni promesses à tenir, sans bavardages à bavasser ni sentiments à sangloter, sans cette obligation où vous mettent vos proches de devoir sans répit être fidèle à soi, rester hautainement le maître de son temps et ses gestes, tout cela me semblait, en ce moment de ma vie, un luxe formidable.

Lire la suite

L’empreinte de l’élève que l’on a été...

26 Octobre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Pédagogie

L’empreinte de l’élève que l’on a été...

EXTRAIT

Le métier de l’enseignant s’irrigue des traces scolaires laissées dans sa mémoire. L’élève que l’on a été donne-t-il le la de ses pratiques ? Cyril Lascassies, enseignant en technologie au collège Voltaire de Tarbes et formateur à l’ESPE Midi-Pyrénées, nous raconte comment et pourquoi il prend le soin de donner les clés à chacun du goût d’apprendre.

Il explique que c’est dans son parcours d’élève qu’il a puisé son envie de devenir enseignant. Scolarisé dans une classe unique à la campagne, il a appris avec plaisir dans l’entraide, au contact des plus grands, a vécu difficilement le passage au collège, y rencontrant l’ennui, le désintérêt des professeurs pour ses découvertes, pour ce moteur électrique construit par ses soins à partir de matériaux récupérés. Il raconte l’ambiance dans la classe, les réactions moqueuses lorsqu’il reçoit les félicitations bêtifiantes d’une enseignante.

L’autoritarisme l’insupporte. Il se rebelle, choisit « d’arrêter de travailler pour faire l’idiot », y gagne des copains mais frôle le redoublement en 3e et l’orientation en CAP. Le lycée lui donnera un nouveau départ, une réconciliation avec la scolarité. Il est le plus âgé de sa fratrie et de ses cousins et passe du temps auprès d’eux à expliquer les cours, les exercices. De ces trois expériences là, le bonheur d’apprendre en primaire, la rébellion du collégien et le plaisir de voir les autres peu à peu comprendre, il tisse aujourd’hui sa façon de pratiquer son métier, d’aller chercher les élèves là où ils sont et de les voir peu à peu prendre confiance en eux.

Pas tout de suite

Enseignant, il ne le devient pas tout de suite. Il entreprend des études en mathématiques, hésitant d’abord avec l’éducation physique et sportive, poursuit en troisième cycle informatique et devient ingénieur informaticien. « Par provocation, je disais que je voulais avoir un vrai métier avant d’être enseignant. »

Et puis, il se rend compte que ce n’est pas ce qu’il désire faire. Il répond à une annonce de l’ANPE pour être remplaçant en technologie. « On m’a alloué une salle informatique pour préparer les élèves au B2i. J’ai découvert qu’il y avait un programme en technologie trois mois après. » Il prend goût au métier, passe le concours d’enseignant sans temps pour réviser et l’obtient de justesse. Son année de stage est une année de plein apprentissage avec des classes de la 6e à la 3e, une SEGPA (section d’enseignement général professionnel et adapté), des élèves malentendants. Ensuite, il enseigne dans douze établissements différents, de remplacements en mutations, et arrive en 2012 à Tarbes.

(...)

Monique Royer

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Quand l'Inspection Générale mettait en garde contre la semaine de 4 jours en primaire...

26 Octobre 2017 , Rédigé par FCPE Publié dans #Education

Quand l'Inspection Générale mettait en garde contre la semaine de 4 jours en primaire...

Rythmes scolaires

"Peu de temps après sa mise en œuvre, la semaine de quatre jours a été dénoncée comme préjudiciable aux apprentissages, la concentration du travail des élèves étant source de fatigue et tendant à aggraver les difficultés scolaires.

Dès l'été 2009, l'inspection générale de l'éducation nationale (IGEN) constatait que le resserrement de la semaine scolaire sur quatre jours avait des conséquences néfastes de plusieurs ordres :

- une plus grande fatigue des élèves et des enseignants;

- « la réduction du temps de dialogue avec les parents » auquel se prêtait le samedi matin;

- la réduction du temps de concertation des enseignants;

- à l'échelle de l'année scolaire, une difficulté accrue à achever les programmes d'enseignement".

Lire la suite

Bilan des six premiers mois du "ministère Blanquer"...

26 Octobre 2017 , Rédigé par ToutEduc Publié dans #Education, #Politique

http://www.anthea-rh.com/

http://www.anthea-rh.com/

EXTRAITS

Les congés de la Toussaint sont l'occasion de dresser un bilan des six premiers mois du "ministère Blanquer". Le ministre de l'Education nationale (et de la Jeunesse) a beaucoup parlé aux médias, mais il a signé très peu de textes officiels. Toutefois son action n'a pas toujours besoin de décrets ou d'arrêtés, elle peut même aller à l'encontre de la réglementation, et les acteurs, y compris au sein des administrations académiques, ne savent pas toujours ce qui est effectif et ce qui est de l'ordre des intentions. Nous vous proposons donc une recension et une analyse succincte des mesures effectivement mises en oeuvre, cette semaine et la semaine prochaine.

(...)

Le dédoublement des classes de CP en REP+ (puis en REP), qui doit se prolonger avec le dédoublement des CE1, apparaît comme la mesure emblématique de la politique éducative du quinquennat, au point d'être citée par l'Elysée comme un élément de la stratégie de lutte contre la pauvreté. Elle ne repose pourtant sur aucun texte, voire s'oppose aux textes en vigueur, puisque le code de l'éducation (article D 411-7) prévoit que, "dans chaque école, le conseil des maîtres de l'école (...) donne son avis sur l'organisation du service qui est ensuite arrêtée par le directeur de l'école", conformément aux dispositions d'un décret de 1989.

(...)

L'intégralité de la Lettre de ToutEduc est à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Les faux-semblants des filières d’excellence...

26 Octobre 2017 , Rédigé par La Vie Des Idees Publié dans #Education

Les faux-semblants des filières d’excellence...

EXTRAIT

Les filières d’excellence au collège sont controversées. Ceux qui les défendent considèrent qu’elles sont indispensables au système scolaire et à la constitution des élites. Mais elles s’avèrent inefficaces et ne font que creuser les inégalités, sociales et ethniques.

Depuis juin 2017, Jean-Michel Blanquer, nouveau ministre de l’Éducation nationale, est revenu sur la politique de réduction du redoublement et, à l’école élémentaire, a autorisé la semaine de 4 jours au lieu de 4 jours et demi. Il est aussi revenu sur une dimension essentielle de la réforme du collège entrée en vigueur à la rentrée scolaire 2016. Celle-ci se caractérisait notamment par une réduction de la diversité de l’offre pédagogique des établissements avec l’intégration des options latin et grec intégrées dans les EPI (Enseignements pratiques interdisciplinaires) et, mesure emblématique, la suppression des sections européennes et des classes bilangues (2 langues vivantes dès la sixième). L’une et l’autre sont de nouveau autorisées. Le retour des filières d’excellence est-il souhaitable ou néfaste ? Quelles peuvent être les conséquences de cette décision ?

Les arguments discutables en faveur des filières d’excellence

Les partisans des filières d’excellence présentent plusieurs arguments pour défendre celles-ci. Le premier est de considérer que ces filières, réservées de fait aux bons élèves, seraient nécessaires à la constitution d’une élite scolaire. L’argument peut se résumer de la façon suivante : si l’école française n’est pas performante, ne supprimons pas ce qui fonctionne. Cet argument n’est pas valide. De 2008 à 2014, en classe de troisième, la proportion de bons et très bons élèves en mathématiques (groupes de compétences 4 et 5) a baissé de 28,6 % à 24,4 %, soit une baisse de plus de 4 points en 6 ans (voir Graphique 1). Si le regroupement des meilleurs élèves dans des filières d’excellence est une condition nécessaire et suffisante à la constitution ou au maintien d’une élite scolaire, pourquoi celle-ci a-t-elle connu une baisse si rapide pour les élèves de troisième ?

La constitution d’une élite scolaire dès la classe de sixième est même contre-productive. La concentration des très bons élèves dans une même classe, source de concurrence interindividuelle, est potentiellement un facteur de stress défavorable aux apprentissages. De surcroît, pour les moins bons élèves scolarisés dans ces classes d’excellence lors de leur inscription en sixième, leur déclassement scolaire relatif peut entraîner une révision à la baisse de leur estime de soi, et affecter leur progression scolaire (Lieury et Fenouillet, 2006).

Plus globalement, plus le niveau des classes et des établissements augmente, moins leurs élèves, pourtant de bons niveaux scolaires, ont tendance à se percevoir compétents (Dumas et Huguet, 2011). Les établissements sélectifs et élitistes exercent pour cette raison un effet négatif sur l’image de soi des élèves. À l’inverse, scolarisé dans un établissement et une classe de niveau scolaire hétérogène, un bon élève, se comparant à ses pairs, développera un sentiment de compétence élevé. Cet effet est connu sous l’expression du « gros poisson dans une petite mare » (Big Fish Little Pond Effect) (Davis, 1966). Il montre que l’image qu’a un élève de soi est meilleure s’il se perçoit comme un gros poisson dans une petite mare (c’est-à-dire un bon élève dans un établissement moyen) qu’un petit poisson dans une grande mare (un bon élève dans un établissement d’excellence scolaire). Or l’image de soi est un des meilleurs prédicteurs de la réussite scolaire, et exerce des effets cognitifs et comportementaux spécifiques, notamment sur la motivation et la performance scolaire. La pertinence de la théorie du « gros poisson dans une petite mare » a été validée pour les collégiens français (Huguet et al., 2008) et dans 26 systèmes éducatifs (Marsh et Hau, 2003).

Un deuxième argument avancé par les défenseurs des filières d’excellence est que celles-ci sont nécessaires aux collèges publics pour lutter contre la concurrence des établissements privés. Cet argument est également discutable. La réforme du collège de 2016 a supprimé les classes européennes et bilangues dans tous les collèges, qu’ils soient publics ou privés. À l’inverse, quand ces filières d’excellence existaient, certains des établissements publics au recrutement social défavorisé en étaient dotés par le Rectorat, pour éviter une trop forte ségrégation entre les établissements publics et la fuite des élèves dans les établissements au recrutement plus aisés, qu’ils soient publics ou privés. La situation des établissements privés était toute différente. En l’absence d’établissements privés au recrutement fortement populaire, les diocèses concentraient leurs filières d’excellence dans les meilleurs établissements, pour concurrencer les établissements publics (Merle, 2010, 2011). La concurrence public-privé est donc accentuée par l’existence des filières d’excellence et une moindre différenciation de l’offre pédagogique réduit celle-ci.

(...)

Pierre Merle

Suite et fin à lire en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Revue de Presse Education... Blanquer - Supérieur - Ressources...

26 Octobre 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Blanquer - Supérieur - Ressources...

Temps calme sur l’actu éducative, mais on a un débat autour de Blanquer, et accrochez-vous ! Dans le supérieur ça s’agite entre APB, les problèmes de taille, les mœurs, la pédagogie (ah, quand même). et puis quelques ressources.

Blanquer

GASPARD KOENIG avait publié le 04/10/ : Comment la France a saboté son école. “En imposant le sacrifice d’ une éducation fondée sur la mémorisation des contenus au profit de la « différenciation pédagogique ", les intellectuels progressistes ont tué l’école française. Et accentué le fossé social qu’ils voulaient combler.”

Et aujourd’hui, nous avons droit à : Blanquer à l’Education nationale : Un Ouf de soulagement. Avec comme sous-titre : Blanquer à l’Education nationale, moins d’idéologie et plus d’enseignement. “La nomination de Jean-Michel Blanquer au ministère de l’Education nationale a été ressentie avec soulagement et espoir par beaucoup de Français. Qu’attendent-ils de lui ? Plus d’enseignement pour les enfants, et moins d’idéologie pour les enseignements !” signé Par Jean-Michel Castaing sur TvLanguedoc.

Pour ne pas vous gâcher la soirée avec ces lectures on peux vous en conseiller d’autres qui datent de quelques jours, mais pertinentes dans ce contexte.

Cachez ces inégalités que je ne saurais voir par Denis Colombi, agrégé de sciences sociales, professeur de sciences économiques et sociales, docteur en sociologie.

Ainsi que le texte de François Dubet : La nouvelle idéologie scolaire. “Le nouveau ministre de l’Éducation nationale paraît incarner une politique conservatrice en matière scolaire. Pourtant, un examen approfondi de ses propositions signale un changement profond de méthode et d’orientation, fondé sur l’expertise. Ceci appelle un déplacement de la critique sur le terrain de la recherche.”

Supérieur

Toujours APB pour commencer.

Enseignement supérieur : les pistes pour un APB nouvelle formule. Quelques pistes proposées dans la dépêche de l’AFP relayée par Libération.

Et sur le site Vie Publique : Enseignement supérieur : vers une réforme de la plateforme Admission post-bac (APB). “Rendus publics le 19 octobre 2017, deux rapports reviennent sur le dispositif Admission post-bac (APB). Le premier est publié par la Cour des comptes, le second, rédigé par Daniel Filâtre, recteur de l’Académie de Versailles, est la restitution de la concertation pour l’accueil et la réussite des étudiants lancée en juillet 2017 par la ministre chargée de l’enseignement supérieur.”

Taille, rivalité et concurrence internationale, l’affaire Saclay.

Pourquoi le projet Paris-Saclay a-t-il été scindé en deux ?Le président de la République se rend mercredi 25 octobre sur le plateau de Saclay, en région parisienne, pour relancer ce pôle d’enseignement et de recherche qui devrait concentrer à terme 20 % de la recherche française.
Oublié le grand rêve unitaire… Deux groupements distincts seront chargés de fédérer les énergies entre enseignement, recherche et entreprise
.”

Macron à Saclay pour acter la création de deux pôles universitaires par Marie-Christine Corbier. “Pour certains, c’est la fin d’un rêve. Pour d’autres, c’est l’occasion de sortir enfin du bourbier. Emmanuel Macron se rend, ce mercredi, sur le plateau de Saclay pour sceller un divorce : celui de deux projets universitaires. Dix ans après l’annonce d’un pôle scientifique et technologique de rang mondial, les trois universités, les neuf écoles et les sept organismes de recherche du site (15 % de la recherche publique française) ont relancé un projet en deux pôles.”

Quelques questions pédagogiques.

Réinventer la pédagogie dans l’enseignement supérieur : La Web School Factory imagine le rôle des parents. “La Web School Factory intègre depuis quelques mois les parents dans le cursus pédagogique de leurs enfants par le biais de différentes actions et temps forts. Après les avoir associés en mai 2017 au premier week-end de challenge pédagogique avec leurs enfants étudiants, l’école lance un nouveau cycle de « Conférences Métiers ».
En partenariat avec des entreprises et des diplômés, ce cycle de conférences a pour but de présenter toutes les spécialisations et les débouchés pour éclairer les parents et les étudiants
.”

L’évaluation multipoints de vue, une autre façon d’engager l’apprenant dans l’enseignement supérieur. “Le rapport 2007 de l’inspection générale de l’administration française de l’éducation nationale et de la recherche portait sur l’amélioration du dispositif d’évaluation à l’université. Dix ans plus tard cette préoccupation persiste. Les formes traditionnelles d’évaluation autour de questions à choix multiples, questions de cours ou d’études de cas limités dans le temps, fortement critiquées par les acteurs, sont toujours d’actualité.”

Mœurs

Bizutage : enquête à la faculté de médecine de Caen. “À Caen (Calvados), les étudiants en médecine seront privés du week-end d’intégration prévu ces 27 et 28 octobre. Une enquête a été ouverte sur des soupçons de bizutage.”

Harcèlement sexuel : Françoise Nyssen veut sensibiliser les étudiants. “La ministre de la Culture souhaite mettre en place des actions de « sensibilisation sur l’éducation à la non-discrimination et le rejet de toute forme de harcèlement sexuel » dans les établissements préparant aux métiers de la culture.” Ah, mais c’est pas en médecine ?

Heureusement...

Lille : la faculté accueille des étudiants passés par la jungle de Calais. “La faculté de Lille (Nord) accueille des étudiants qui ont dû quitter leur pays et qui sont passés par la jungle de Calais (Pas-de-Calais).” “Ils apprennent les bases de la grammaire française dans une salle moderne de l’université de Lille (Nord). Ils viennent du Soudan, d’Afghanistan ou du Pakistan où ils étaient étudiants, vétérinaires ou journalistes. Tous sont passés par la jungle de Calais (Pas-de-Calais) et ont été sélectionnés il y a un an pour intégrer la faculté.”

Ressources

Éducation et BD : les enseignants manquent de cadres par Natacha Lefauconnier. “Les albums à vocation pédagogique ont le vent en poupe. Pour autant, la bande dessinée peine à avoir sa place dans les programmes, ce qui pose la question de son utilisation par les enseignants du secondaire au supérieur, peu formés à ce médium. Chercheurs et profs se sont réunis début octobre à Angoulême pour en débattre.”

Un accès documenté à la célèbre Encyclopédie sur un nouveau site qui vient d’être inauguré : Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772)

Leçon de classes (The teacher)est réalisé par Jan Hrebejk, déjà nommé aux Oscars du meilleur film étranger pour Divided We Fall (2000). Dans les salles le 25 octobre 2017, l’œuvre est une satire sur l’enseignement tchèque sous l’ère communiste. Notre avis et critique.

Bernard Desclaux

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>