Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Revue de Presse Education... Du vrac, mais du bon!...

1 Avril 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Du vrac, mais du bon!...

Bon, et bien pour ce dernier jour de la semaine, dernier jour de mars, et dernier avant les vacances pour certains, ce sera simple : il y aura du vrac, mais du bon !

Du vrac mais du bon !

Les missions des professeurs documentalistes redéfinies dans une circulaire. “Le métier de professeur documentaliste n’avait pas bougé depuis 1986. 31 ans et un capes plus tard, une circulaire très attendue, publiée au B.O. du 30 mars, définit les missions du professeur documentaliste en articulant le métier entre la culture de l’information et des médias , la mise en place d’une politique documentaire et l’ouverture de l’établissement sur son environnement culturel. Mieux : la circulaire rappelle que le professeur documentaliste peut effectuer des heures d’enseignement comptées double et qu’il peut recevoir des missions avec une IMP.”

Pourquoi lire des travaux de recherches sur l’éducation aux médias et à l’information ? se demande Claire Joubaire, Chargée d’études et de recherche, service Veille et analyse de l’Institut français de l’éducation (ENS de Lyon) dans l’actualité de la recherche du n° 536. “Pour mettre en œuvre l’enseignement de l’éducation aux médias et à l’information, pourquoi lire des travaux de recherches, alors que des ressources intéressantes sont d’ores et déjà à disposition et se multiplient ? Peut-être non seulement pour renforcer ses convictions ou s’assurer des bases scientifiques des scénarios pédagogiques que l’on pratique ou des méthodes que l’on envisage de mettre en œuvre, mais aussi, à contrario, pour prendre le risque de voir ses cadres de pensée troublés (comme c’est souvent le cas) par les apports des recherches menées ces dix dernières années, afin d’enrichir ses pratiques.”

Le feuilleton se poursuit. Discipline à l’école : "Le bavardage est devenu un fléau". “Du chahut et des élèves peu attentifs. La deuxième note du conseil scientifique de la FCPE publié en mars relève une mauvaise discipline dans les classes françaises. "En 2015, la France est le pays où ce climat de discipline est le plus dégradé", explique Denis Meuret, professeur émérite en sciences de l’éducation et auteur de cette note.” A lire en détail le point de vue de Denis Meuret.

Education : "La France est le pays où la discipline est la plus dégradée" parmi les pays de l’OCDE. Entretien avec Denis Meuret sur Francetvinfo.

Inégalités scolaires : au coeur d’une classe de CP (troisième épisode). “Comment des élèves apprennent-ils à lire ? Pour le savoir, nous suivons toute cette année une classe dans l’Eure. A l’heure où les vacances de Pâques s’annoncent, tous savent pratiquement déchiffrer les phrases de leurs livres.”

Le Café pédagogique signale L’appel du Snes pour un "lycée pour tous". “"Le SNES-FSU... revendique une scolarité obligatoire portée à 18 ans répondant à la demande sociale. Il s’agit de permettre à tous les jeunes d’accéder à de hauts niveaux de diplôme et de qualification, de partager les outils d’émancipation par l’accès à une culture commune nécessaire pour comprendre le monde agir en citoyen éclairé et permettre une insertion sociale et professionnelle réussie. Ce droit au « lycée pour toutes et tous » sera une nouvelle révolution progressiste de notre société, c’est pourquoi nous le revendiquons haut et fort ! " A l’issue de son colloque lycée, le Snes lance cet appel.”

Enseignement de l’histoire : clap de fin. “Depuis les années 1970, l’enseignement de l’histoire à l’école a subi de nombreuses attaques. Si la matière n’a pas encore disparu, les élèves n’en apprennent plus grand chose depuis bien longtemps. L’ouvrage « Enseignement de l’histoire », écrit par Joëlle Fontaine et Gisèle Jamet – deux enseignantes qui ont vécu les changements des programmes – nous montre comment et pourquoi c’est arrivé en suivant les évolutions de l’enseignement du fascisme.

Les programmes d’histoire actuellement en vigueur proposent aux élèves une histoire thématique. C’est-à-dire qu’au lieu de suivre l’ordre chronologique, ils se présentent comme une succession de thèmes organisés autour de concepts présentés comme des évidences : “Le siècle des totalitarismes”, “La Deuxième Guerre mondiale, une guerre d’anéantissement”… Plus que l’histoire, ce sont bel et bien ces concepts qui sont enseignés, comme des slogans facilement assimilables qui dictent aux élèves ce qu’il y a à voir et à comprendre de l’histoire. Ils sont pourtant tous contestés à des degrés divers par un certain nombre d’historiens.” par Luc Toutpense sur le site Le comptoir.

Encore une vision apocalyptique de personnes qui ne vont pas voir le travail réalisé par les enseignants d’histoire dans leurs classes !

Désorienté par l’orientation de mes élèves. Le Témoignage de Jean-Riad Kechaou. “Fin mars, les professeurs principaux de troisième sont confrontés comme chaque année au difficile exercice de l’orientation des élèves qu’ils ont en charge. Avec l’aide de la conseillère d’orientation-psychologue et du chef d’établissement, l’enjeu est de trouver une orientation adaptée aux souhaits de l’élève en conformité avec son niveau scolaire. Un exercice qui s’avère parfois périlleux.”

Éducation : la rhétorique d’élèves de Seine-Saint-Denis à l’honneur dans un livre. Mathilde Levesque, agrégée de lettres modernes, enseigne dans un lycée de Seine-Saint-Denis et transmet à ses élèves l’amour de la rhétorique. Avec une vidéo-reportage.

Enseignement supérieur. Débat autour des « prérequis » Les universités face à l’échec. “L’instauration de prérequis à l’entrée de la fac fait son chemin. Comment concilier la volonté affichée d’accueillir le plus grand nombre et mettre un terme au massacre de 1re année ? Le débat est ouvert.” Réservé aux abonnés.

Les facs innovent pour réduire l’échec des étudiants. “Des étudiants qui collaborent à la conception de leur cursus, d’autres qui font du tutorat entre eux, un sas d’un an pour des bacheliers pro avant l’IUT : plusieurs innovations pédagogiques pour réduire l’échec dans le supérieur ont été présentées jeudi.”

Et puis une curiosité : Marine Le Pen déclare : "Le bac doit redevenir un diplôme de sélection et d’orientation". “Aux yeux de la présidente du Front national candidate à l’élection présidentielle, le mérite doit devenir un pilier de l’enseignement et de l’orientation. Dans une interview réalisée par écrit pour l’Etudiant, Marine Le Pen égrène ses propositions : supprimer le collège unique, instaurer une sélection à l’entrée de l’université... Nouveau volet de notre série d’entretiens avec les candidats à l’élection présidentielle, tous sollicités par notre rédaction.” Mais quand est-ce qu’il le fut ? Ah la rhétorique du “c’était mieux avant” !

Bernard Desclaux


Lire la suite

Conférence de consensus sur la différenciation pédagogique : impressions d’une participante...

1 Avril 2017 , Rédigé par Les Cahiers Pedagogiques Publié dans #Education

Conférence de consensus sur la différenciation pédagogique : impressions d’une participante...

Anne-Sophie Martinez, enseignante de collège et adhérente du CRAP, représentait les Cahiers à ces deux journées organisées par le CNESCO les 7 et 8 mars au lycée Diderot à Paris sur un sujet cher à notre revue qui publiait voici trente ans un épais hors série sur «  différencier la pédagogie  »

Lorsque j’ai appris l’organisation de ce qui était pour moi au départ un colloque, cela m’a tout de suite interpellée, avec les deux volets du sujet : la différenciation et la réussite de tous les élèves.

Pourquoi ? D’abord avec la réforme du collège a été mis en place l’AP (accompagnement personnalisé), qui apparaissait comme une nouveauté, aux contours parfois flous. En réalité, c’était plus une reconnaissance d’une pratique antérieure pour un grand nombre d’entre nous.

C’était aussi une occasion de me former davantage sur la différenciation. J’avais réalisé des expérimentations dans mes cours (mais avec des résultats variables et des hésitations) lu des articles, mais j’avais besoin à la fois d’un regard plus englobant et en même temps d’exemples d’applications concrètes. Et enfin, faire réussir tous les élèves est notre objectif à tous en tant qu’enseignants : mais nous avons été pour la plupart de bons élèves, sans vraiment savoir comment on y parvenait… pas simple alors d’envisager les chemins permettant à tous d’atteindre le même but.

La différenciation, c’est quoi ?

Il n’est pas simple de s’entendre sur une définition de LA différenciation, d’ailleurs beaucoup d’intervenants préfèrent parler de différenciationS. Pour Alexia Forget, c’est «  un cadre souple où les apprentissages sont suffisamment explicités et diversifiés pour que les élèves puissent travailler selon leurs propres itinéraires d’appropriation, tout en restant dans une démarche collective d’enseignement des savoirs et savoirs faires communs  ». En somme, différencier, c’est permettre à chaque élève au sein d’un groupe, par son propre chemin, d’atteindre une compétence.

La différenciation, n’est pas «  un kit prêt à l’emploi  », comme le rappelle Nathalie Mons. «  Les apprentissages et les élèves sont multiples  », et on peut aussi inclure la diversité des enseignants (personnalité, parcours, formation…).

La différenciation, une palette d’outils

La liste ci-dessous n’est qu’un court résumé de tout ce qui a été présenté lors de riches interventions. J’ai recensé quelques possibilités que je pensais pouvoir mettre en œuvre dans ma pratique : cette liste est donc subjective et non exhaustive, j’espère ne pas avoir trahi la pensée des auteurs.

D’abord, la différenciation peut se pratiquer à différents moments de l’apprentissage. Avant un nouvel apprentissage, tester les pré-requis et réactiver les connaissances, pour s’assurer que tous les élèves ont le même point de départ. Ensuite, soutenir l’apprentissage par différents dispositifs (tutorat entre élèves, plan de travail, table d’appui avec mise à disposition de ressources pour aider les élèves). Après l’apprentissage, vérifier les acquisitions, par exemple entre pairs.

La différenciation se pratique d’abord en classe, pas en allongeant à tout prix la journée de l’élève.

L’enseignement explicite bien compris consiste à rendre visible à l’élève, tout ce qui ne va pas forcément de soi, en particulier clarifier les consignes, en les inscrivant dans le cadre scolaire. L’enseignant doit anticiper, dans sa préparation, les difficultés possibles et les ressources qu’il peut prodiguer.

L’enseignant peut aussi travailler en co-enseignement, avec certaines conditions à respecter pour un bon fonctionnement, comme l’explique Philippe Tremblay : un réel partage de la responsabilité de la tâche, des objectifs communs, un engagement de chacun… et bien entendu, une compatibilité minimale des caractères !

L’évaluation formative permet de rendre l’élève acteur de ses apprentissages et de sa progression : il revient sur ses apprentissages (métacognition) ou au contraire, dans une démarche prospective, réfléchit aux compétences et moyens utiles pour réussir. L’élève a le droit de recommencer, dans l’évaluation par compétences. Sophie Romero-Pinazo évoque dans le cadre de ce type d’évaluation, la pratique de l’auto-régulation : une boucle de rétro-action effectuée par l’enfant sur ses apprentissages (retour positif sur l’erreur, ajustement des stratégies d’apprentissage, dire et faire dire les choses aux enfants), avec l’appui de l’enseignant.

La classe inversée, selon ses différentes modalités, peut permettre la différenciation. Le modèle 1 (leçons à la maison, devoirs en classe) est parfois remis en cause (augmentation de la charge de travail à la maison, problème d’accès aux ressources). Le modèle 2 – faire des recherches présentées ensuite aux autres- permet aux élèves de mieux s’approprier connaissances et compétences. La motivation des élèves augmente et «  on comprend également mieux ce que l’on enseigne » (Marcel Lebrun).

Le numérique est un outil au service de la différenciation, à condition de ne pas multiplier les liens, les supports (vidéo, image, texte…) et les présentations (police, surlignage, couleurs…), au risque d’une surcharge cognitive (Franck Amadieu). Il faut guider l’élève : sélection des informations, indiquer les objectifs…

Le travail de groupe permet d’améliorer la qualité d’apprentissage, si on respecte certaines règles que rappelle Céline Buchs : structurer les interactions entre les élèves (pour éviter que seuls les plus «  populaires  » ou les plus à l’aise osent prendre la parole), préparer la tâche de telle manière que la participation de tous soit nécessaire pour l’accomplir (les élèves sont ainsi responsables de l’effort des autres), être à l’écoute des groupes et de leurs échanges (pour entendre les hésitations ou mauvaises compréhensions).

S’interroger quant à la (sur)charge cognitive permet aussi d’améliorer les apprentissages, à savoir les informations liées à cette tâche mais aussi les informations «  parasites  » liées au support. On peut donc alléger ces quantités d’informations inutiles (informations elles-mêmes, polices différentes…) pour se concentrer sur l’essentiel : André Tricot donne l’exemple d’une double page de manuel avec 27 codes différents (police, soulignement, couleurs, mise en page…). On peut proposer à l’élève une consigne plus large : plutôt que le calcul d’angles précis d’une figure, demander de calculer autant d’angles que possibles. On peut aussi travailler sur la présentation de l’information : enlever toute information inutile, rapprocher les éléments utiles dans la mise en page, amener les informations progressivement, faire des pauses sur les éléments plus importants… En somme, on hiérarchise l’information, pour concentrer l’attention de l’élève sur l’apprentissage.

(...)

Anne-Sophie Martinez

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Le «  jury  » vient après délibération de rendre ses conclusions et «  recommandations  » voir https://www.cnesco.fr/fr/differenciation-pedagogique/recommandations/

Un exemple de recommandation :

«  La différenciation pédagogique peut passer par une réorganisation de la classe. Les dispositifs proposés aux élèves doivent être variés et souples. Ils doivent favoriser les interactions entre l’enseignant et ses élèves d’une part, et entre les élèves d’autre part. Ils peuvent aussi s’appuyer sur la présence de deux enseignants intervenant ensemble ou séparément dans la même classe.  »

Des vidéos permettent d’ailleurs de visionner les conférences : https://www.cnesco.fr/fr/differenciation-pedagogique-inscrivez-vous-a-la-conference-de-consensus/

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18