Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Les intox des candidats de la droite sur l'éducation...

4 Novembre 2016 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education

Les intox des candidats de la droite sur l'éducation...

Outre le fait que la partie consacrée à l'éducation fut réduite à rien (20 minutes sur la place de François Bayrou/8 minutes sur l'éducation!), en toute fin de soirée avec des candidats visiblement gênés d'avoir à traiter ce sujet - il n'est pas facile d'avouer qu'ils s'apprêtent TOUS à supprimer entre 50 000 et 80 000 postes d'enseignants! - et franchement totalement incompétents en la matière, voici les intox relevées par les journalistes du Monde:

Bruno Le Maire et le niveau de lecture des écoliers

CE QU’IL A DIT

Le candidat à la primaire a déclaré que « 20 % des élèves qui rentrent au collège ne maîtrisent pas correctement la langue française. »

POURQUOI C’EST TROMPEUR

Ce n’est pas la première fois que Bruno Le Maire sort ce chiffre en le présentant de la mauvaise manière. Environ 18 % des élèves de CM2 ne maîtrisaient effectivement pas les compétences attendues en lecture en 2013, selon les statistiques du ministère de l’éducation nationale. Mais il est faux d’affirmer qu’il s’agit d’écoliers qui ne maîtrisent pas la langue française. Sur la compétence « lire », il est notamment attendu à ce niveau de savoir « dégager le thème d’un texte, repérer dans un texte des informations explicites, inférer des informations nouvelles (implicites), repérer les effets de choix formels ».

L’analphabétisme, soit le fait de ne pas pouvoir, à 15 ans, comprendre, lire ou écrire un texte court en rapport avec la vie de tous les jours, concerne 1 % de la population.

François Fillon et le niveau des élèves en CM2

CE QU’IL A DIT

« La situation est catastrophique, 40 % des élèves de CM2 ne maîtrisent pas les fondamentaux. »

POURQUOI C’EST EXAGÉRÉ

Si l’on reprend les statistiques de l’éducation nationale pour l’année 2013, ce sont en réalité environ 20,2 % des élèves qui ne maîtrisent pas les compétences du socle commun en lecture, écriture et étude de la langue et 29,1 % en mathématiques et en sciences en CM2.

Adrien Sénécat - Maxime Vaudanot - Samuel Laurent

L'article complet est à retrouver ci-dessous

Lire la suite

"Les choses vont changer le jour où la campagne va commencer..." Najat Vallaud-Belkacem...

4 Novembre 2016 , Rédigé par Libération Publié dans #Politique

«Vous savez, il est dans une situation assez particulière. C’est-à-dire qu’il n’est pas encore candidat, il ne s’est pas encore déclaré candidat ; le temps de la campagne n’est pas venu. Et donc, il concentre les critiques sans toujours être en situation de répondre

[…]

Moi, j’estime que les choses vont changer le jour où la campagne va commencer, parce que ça permettra aux Français d’y voir très clair, tout simplement.»

Lire la suite

Revue de Presse Education... Harcèlement - Pédagogie...

4 Novembre 2016 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Harcèlement - Pédagogie...

Curieusement la journée nationale sur le harcèlement est surtout couverte par la presse régionale, tandis qu’il y a un silence pour la journée de la gentillesse. Il faut dire qu’on est au troisième jour du mois sans tabac. Quelques réflexions d’ordre pédagogique surnagent dans l’actualité inondées par les élections, les nôtres et les étatsuniennes, les combats à Mossoul et le traitement des migrants, des réfugiés, des humains.

Harcèlement

Journée nationale sur le Harcèlement : Premiers résultats, nouveaux efforts. " "Un tabou a été brisé". La Journée contre le harcèlement à l’Ecole, le 3 novembre, est ouverte par N Vallaud Belkacem par un bon chiffre : la baisse du taux de harcèlement dans les écoles françaises. Le ministère ne baisse pas la garde. Il annonce de nouveaux outils et lance un nouveau chantier : celui du cyberharcèlement.”

L’école face au fléau du cyberharcèlement.Le ministère de l’Éducation nationale organise aujourd’hui la deuxième Journée annuelle contre le harcèlement. De la cour de récré aux smartphones, l’accent est mis sur les cyberviolences diffusées par les réseaux sociaux notamment.”

Violences De la cour de récré aux smartphones. “L’école face au fléau du cyber-harcèlement. Le ministère de l’Éducation nationale organise aujourd’hui la deuxième Journée annuelle contre le harcèlement. L’accent est mis sur les cyberviolences diffusées par les réseaux sociaux notamment.”

Le harcèlement scolaire recule en France, une première depuis 20 ans. “Cette année, l’accent est mis sur le cyberharcèlement. Pour la première fois depuis 20 ans, le harcèlement scolaire est en baisse de 15 % en France, d’après une étude de l’OMS.”

Le harcèlement scolaire n’est plus un tabou mais la lutte doit continuer.

Ce phénomène est à mettre sans doute dans un contexte plus large : L’école face à la violence : Agir avec Eric Debarbieux. “"Techniquement – la plus grande partie de la violence à l’école est inscrite au coeur du pédagogique. C’est l’approche uniquement sécuritaire qui est idéologique, dangereuse par son renforcement des pratiques d’exclusion et inadaptée à la réalité de la violence quotidienne". Ancien Délégué ministériel à la prévention de la violence scolaire, redevenu chercheur et libre de parole, Eric Debarbieux publie un ouvrage qui réunit les meilleurs chercheurs internationaux sur la violence scolaire. Cette réunion d’études françaises et internationales converge vers des recommandations d’action qui concluent le livre. Face à la violence scolaire, la réponse est pédagogique et non sécuritaire. Dans un entretien accordé au Café pédagogique, Eric Debarbieux insiste sur un point : en France, il est urgent de changer notre philosophie de l’éducation pour lutter contre les violences scolaires.”

Pédagogie

Un article dans Le Monde se demande Où apprendra-t-on demain ?

On se pose souvent la question de la manière dont on apprend, et les nouvelles technologies ont fortement contribué ces dernières années à remettre en question les méthodes pédagogiques. Mais une autre question émerge désormais : celle des lieux d’apprentissage. Après le comment, c’est donc le où qui suscite aujourd’hui les réflexions, aussi bien des enseignants et chercheurs en neurosciences, mais aussi des designers et architectes.”

En 2016, le code informatique arrive à l’école.Pour faire face à la révolution numérique, il est impératif que les enfants, mais aussi les enseignants et les parents, comprennent l’enjeu de l’introduction de ce nouvel enseignement.”

Appel à contributions pour la revue Tic & société : L’éducation critique aux médias à l’épreuve du numérique.L’expression « éducation critique aux médias » évoque tout à la fois un projet social et une pratique pédagogique dont les principaux ancrages conceptuels proviennent à la fois des sciences de la communication et des sciences de l’éducation.”

Enfin ailleurs il y a aussi quelques interrogations fondamentales qui restent en suspend. Décryptage. Russie : faut-il privilégier une école des savoirs ou des compétences ?Depuis l’effondrement de l’URSS, qui a bouleversé les valeurs, l’enseignement est en crise en Russie. Dans ce contexte, la nomination d’une nouvelle ministre de l’Éducation relance le débat sur le rôle de l’école dans la formation du citoyen.”

Bernard Desclaux

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Les parents et l’école, trente ans de réflexion

Hors série numérique 41

Coordonné par Guy Lavrilleux

La question des relations entre les parents d’élèves et l’école n’est pas nouvelle. Les Cahiers pédagogiques en parlent et y réfléchissent depuis plus de quarante ans. Ce nouveau hors-série numérique est constitué d’articles tirés de nos archives des trente dernières années, pour mettre en perspective enjeux et débats d’hier et d’aujourd’hui, pointer les problématiques qui perdurent mais aussi des pistes pour aller vers plus de dialogue et de coéducation.

N° 532 - Justice et injustices à l’école

Dossier coordonné par Marie-Christine Chycki et Émilie Pradel

L’école est traversée par tous les débats qui agitent la société. La question de la justice y est particulièrement vive et le sentiment d’injustice très prégnant chez tous les acteurs aux prises avec l’institution. Entre la subjectivité du sentiment et les conditions objectives des injustices vécues à l’école, quelles réponses pouvons-nous apporter

Lire la suite

The Dogs... (En souvenir de mon pote de fac, Dominique Laboubée...)

3 Novembre 2016 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Souvenir de Dominique Laboubée, leader des Dogs, groupe rouennais mythique des années 80...

Etudiant en lettres avec moi à l'Université de Rouen/Mont-Saint-Aignan, il me descendait des hauteurs de Rouen vers la gare où je devais prendre le train pour Dieppe.

Sa 2CV ne tenait plus que par des bouts de ficelle mais elle me remontait courageusement de la gare vers la fac aussi... Et nous refaisions le monde en écoutant des groupes sur une vieille radiocassette...

Un garçon extraordinaire de vie, de talent, de coeur, d'âme...

Terrassé par un cancer foudroyant en 2002 pendant une tournée aux USA...

Mais écoutez-le...

C'était un "rocoeur"!

Salut Dominique... Fais danser les anges!

Christophe Chartreux

Lire la suite

Coup de coeur... Leïla Slimani...

3 Novembre 2016 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Coup de coeur... Leïla Slimani...

Le bébé est mort. Il a suffi de quelques secondes. Le médecin a assuré qu’il n’avait pas souffert. On l’a couché dans une housse grise et on a fait glisser la fermeture éclair sur le corps désarticulé qui flottait au milieu des jouets. La petite, elle, était encore vivante quand les secours sont arrivés. Elle s’est battue comme un fauve. On a retrouvé des traces de lutte, des morceaux de peau sous ses ongles mous. Dans l’ambulance qui la transportait à l’hôpital, elle était agitée, secouée de convulsions. Les yeux exorbités, elle semblait chercher de l’air. Sa gorge s’était emplie de sang. Ses poumons étaient perforés et sa tête avait violemment heurté la commode bleue.

On a photographié la scène de crime. La police a relevé des empreintes et mesuré la superficie de la salle de bains et de la chambre d’enfants. Au sol, le tapis de princesse était imbibé de sang. La table à langer était à moitié renversée. Les jouets ont été emportés dans des sacs transparents et mis sous scellés. Même la commode bleue servira au procès.

La mère était en état de choc. C’est ce qu’ont dit les pompiers, ce qu’ont répété les policiers, ce qu’ont écrit les journalistes. En entrant dans la chambre où gisaient ses enfants, elle a poussé un cri, un cri des profondeurs, un hurlement de louve. Les murs en ont tremblé. La nuit s’est abattue sur cette journée de mai. Elle a vomi et la police l’a découverte ainsi, ses vêtements souillés, accroupie dans la chambre, hoquetant comme une forcenée. Elle a hurlé à s’en déchirer les poumons. L’ambulancier a fait un signe discret de la tête, ils l’ont relevée, malgré sa résistance, ses coups de pied. Ils l’ont soulevée lentement et la jeune interne du SAMU lui a administré un calmant. C’était son premier mois de stage.

L’autre aussi, il a fallu la sauver. Avec autant de professionnalisme, avec objectivité. Elle n’a pas su mourir. La mort, elle n’a su que la donner. Elle s’est sectionné les deux poignets et s’est planté le couteau dans la gorge. Elle a perdu connaissance, au pied du lit à barreaux. Ils l’ont redressée, ils ont pris son pouls et sa tension. Ils l’ont installée sur le brancard et la jeune stagiaire a tenu sa main appuyée sur son cou.

Lire la suite

Revue de Presse Education... Savoir/Faire - Formation(s) - Enseigner...

3 Novembre 2016 , Rédigé par Les Chiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Savoir/Faire - Formation(s) - Enseigner...

Savoir/Faire

C’est un éternel retour, faut-il privilégier les savoirs ou les savoir-faire ? C’est l’objet  d’un article de Slate, “Humanités contre savoirs pratiques, un combat vieux de près de 2.000 ans!”. “L’année dernière, on a beaucoup débattu sur l’utilité (ou l’inutilité) d’enseigner les langues anciennes au collège. À ces questions –valables–, Cassiodore, homme politique puis auteur du Ve siècle après J.C., avait une réponse toute prête. Au tout début du VIe siècle, il écrit dans une lettre au roi ostrogoth Théodoric une série de conseils en matière d’éducation. Son avis? Arrêtons un peu les matières orientées vers la seule science («ad scientiam solam»). Et concentrons-nous sur les disciplines utiles: la mécanique, l’architecture, ou bien... l’arpentage!”. On pourrait argumenter que les compétences sont la réponse combinant les deux, mais parfois on peut se fatiguer de n’être jamais écouté...

Claude lelièvre y revient involontairement à travers son analyse des propositions des candidats à la primaire de la droite et commente : “Décidément, "on n’arrête pas le progrès" ! Et l’invention du futur a de fortes allures de retour en arrière (parfois même avec dépassement inédit).”

C’est aussi le sujet d’un article dont on parle beaucoup : “Plaidoyer pour enseigner Wikipédia”. On y lit que “Wikipédia est (ou devrait être) un objet extraordinaire à enseigner : tout le monde connaît Wikipédia, et presque tout le monde connaît mal Wikipédia. Cela devrait être la situation idéale pour un enseignant : intéresser les étudiants avec quelque chose qu’ils connaissent, les surprendre en leur montrant qu’ils peuvent y découvrir beaucoup de choses.” et l’autteur explique que son “but est de parvenir à faire partager [s]a vision distanciée mais pas complètement de Wikipédia, faire toucher du doigt comment Wikipédia est un monde avec des aspects techniques, des aspects politiques, des aspects sociologiques, démocratiques, juridiques, épistémologiques uniques et surtout complètement entremêlés les uns aux autres.”

Oui, mais enseigner c’est aussi se demander où se situe l’éducation. “La chose sexuelle": quand la mairie de Paris censure deux livres” nous annonce le Nouvel Obs. C’est François Morel le premier qui l’avait appris aux auditeurs. “La ville de Paris a demandé le rappel de deux ouvrages destinés aux élèves des écoles maternelles et primaires. Une censure incompréhensible, pour les animateurs des bibliothèques scolaires.”.

Au final, ce qui inquiète c’est peut-être bien qu’au final, peu importe ce qu’on nous enseigne si c’est pour aboutir à cela “Les entreprises veulent des gens intelligents qui n’utilisent pas leurs capacités de réflexion” selon Slate. “C’est une des réalités cruelles du monde du travail: alors qu’à chaque rentrée, des jeunes gens brillants et (sur-)diplômés font leurs premiers pas en entreprise, ils se rendent rapidement compte que si c’est grâce à leur intelligence et leurs capacités de réflexion qu’ils ont été recrutés, personne ne s’attend à ce qu’ils utilisent ce potentiel une fois en poste.”

Formation(s)

Et donc, cette question judicieuse de Pierre-Michel Menger au Collège de France : “Quel contrat entre l’enseignant et les élèves des filières sélectives ?” est-elle réellement importante ? au vu du cours, oui. “Ces professeurs, souvent "maîtres de sagesse", anciens khâgneux ou taupins, "ne cessent-ils jamais de passer le concours" avec leurs étudiants comme a pu le souligner impitoyablement Pierre Bourdieu dans La Noblesse d’Etat : grandes écoles et esprit de corps ? Quel pacte, quel contrat se noue entre l’enseignant et les élèves des filières sélectives ? Quelle est la demande d’encadrement, d’intensité d’effort, de suivi, de technologies éducatives particulières ? ”

C’est aussi la question de Claude lelièvre sur la laïcisation des enseignants. La laïcisation du personnel de l’enseignement public... “La loi du 30 octobre 1886 parachève l’oeuvre de laïcisation de Jules Ferry en substituant – mais très progressivement- un personnel laïque aux congréganistes présents dans les écoles communales. La « laïcisation » : un long fleuve (tranquille?)”

Dans la formation, sur son blog, Didier Delignière s’interroge sur celle des enseignants à la réforme du collège.

Réjouissant ou déprimant, Xavier Darcos fait partie de la tête du baromètre du courage politique pour sa réforme de la formation des enseignants... Je vous laisse juges sur Europe 1.

Enseigner

Le Café pédagogique s’en fait l’écho, enseigner redeviendrait attractif. “Concours : Vers la fin de la crise de recrutement ?” “Selon le ministère, le nombre de candidats aux concours de recrutement d’enseignants atteint un sommet avec 189 885 personnes, soit un nombre jamais atteint depuis 2008. N Vallaud-Belkacem se félicite de ces bons chiffres qui « confirment un engouement retrouvé pour le métier enseignant et permettent d’espérer un nombre de lauréats à la hauteur des besoins de recrutement ».””

Mais enseigner est-ce choisir un camp ? C’est l’hypothèse de Pierre Waubun enseignant belge. “marre de se faire dire « Oui, mais vous, vous êtes des militants, alors…» Alors quoi ? Voir lentement le couperet tomber et continuer à huiler la machine ? Il n’y a pas de lampiste dans l’enseignement: l’enseignant devrait voir ce qui se passe dans sa classe, se poser des (bonnes) questions et choisir son camp.”

En tout cas, c’est faire des choix, pour ses élèves. C’est ainsi qu’on découvre dans Libération Philippe Landru qui «amène ses élèves dans les cimetières car il est fan d’art funéraire.

Ou encore dans Télérama, cette professeur qui apprécie l’AP de collège 2016 (même si elle n’a visiblement pas compris le concept). “J’ai trouvé quelque chose de (relativement) positif dans la réforme du collègeUne fois n’est pas coutume, je vais vous parler du seul dispositif que je trouve pour le moment (relativement) positif dans la réforme du collège : l’accompagnement personnalisé, vulgairement appelé « AP ». Enfin nous récupérons des classes en demi-groupe, 14 ou 15 élèves au lieu des éternels 28 à 30, et vous pouvez me croire, cela change tout.”

Est-ce accepter les limites du manque de psychologues scolaires ? Apparemment selon Marie-Rose Moro, chef de service à la maison des adolescents de Cochin à Paris. “Adresser des enfants et des adolescents à des psychologues de ville ? L’expérimentation, votée jeudi 27 octobre par les députés, est saluée par le professeur Marie-Rose Moro” à lire dans La Croix.

Emilie Kochert

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Enseignant : un métier qui bouge

Revue n°514 - juin 2014

Tous les enseignants expérimentés le disent : ce n’est plus comme avant, le métier change. Allons voir de plus près ce qui évolue, comment le métier change, comment ces évolutions pourraient être accompagnées par l’institution, à toutes les échelles, en quoi elles vont dans le sens de l’essentiel : mieux faire apprendre les élèves.

Débuter dans l’enseignement

Hors série numérique 43

Coordonné par Catherine Rossignol et Sylvain Connac
Selon Freud (1937), avec gouverner et soigner, éduquer serait un métier impossible. Pourtant, des milliers de jeunes (et moins jeunes) choisissent chaque année l’enseignement pour profession et désirent s’y engager. Ce dossier des Cahiers pédagogiques leur donne la parole, ainsi qu’à leurs formateurs et partenaires.

Lire la suite

Chers amis...

3 Novembre 2016 , Rédigé par christophe Publié dans #Divers

Chers amis...

Chers amis,

En raison de travaux importants chez moi, le blog reprendra sa route normale mercredi prochain.

A très vite donc.

Quelques informations néanmoins dès que possible jusqu'au 9...

Christophe

Lire la suite

Les 4 vérités - Najat Vallaud-Belkacem... Vidéo

3 Novembre 2016 , Rédigé par France2 Publié dans #Education, #Politique

Lire la suite

Serge Gainsbourg...

2 Novembre 2016 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite
Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 > >>