Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Bilan de la visite de la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem...

26 Octobre 2016 , Rédigé par Polynésie 1ere et Najat Vallaud-Belkacem Publié dans #Education

Le départ de la ministre de l’éducation pour la Nouvelle Calédonie, sonne la fin de sa visite au fenua. Au cours de ces trois jours elle s’est engagée sur plusieurs projets structurants. Retour sur les  principaux points abordés.

Au cours des trois jours de sa visite officielle, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé plusieurs décisions importantes pour le développement du système éducatif en Polynésie :

- Le déblocage de 656 millions cfp pour la rénovation de l'internat de Rangiroa et la construction de deux autres aux Marquises et à Faaa.

- La signature d’une convention décennale pour l’éducation entre le pays et le territoire. Cette décision engage les deux parties à donner à l’éducation les moyens et les objectifs de progresser vers une meilleure formation des élèves. Elle entrera en vigueur dès janvier 2017.

- Les transports scolaires bénéficient de 31 millions supplémentaires augmentant ainsi la participation de l’Etat de 10%.

- La ministre s’est engagée à mettre en place une deuxième formation préparatoire aux écoles d’ingénieurs au lycée de Taaone. Une première avait déjà vu le jour l’année dernière.

- A Huahine, un nouvel appel à projet financé pour moitié par l’Etat pour le développement du numérique à l'école a été abordé.

- Pour l’université, annonce d'une une augmentation de 60 millions du budget de fonctionnement et la création de postes supplémentaires.

- Pour le centre des métiers d’art, quatre nouveaux CAP reconnus par l’Education nationale devraient voir le jour.

Reportage vidéo en cliquant ci-dessous

Lire la suite

Les classes inversées? Bien plus que de regarder des vidéos à la maison...

26 Octobre 2016 , Rédigé par TheConversation Publié dans #Education, #Classes inversées

Ce texte est issu de la journée d’étude, « Apprendre et enseigner à l’ère numérique », qui s’est tenue au Collège des Bernardins le 6 octobre 2016, dans le cadre d’une réflexion partagée de la Chaire du Collège des Bernardins sur « L’humain au défi du numérique », et du séminaire de recherche « École et République ». La journée d’étude aborde les questions de fond des transformations que le numérique engendre dans l’apprentissage et l’enseignement et s’interroge sur les bénéfices apportés à l’humain. Par Marcel Lebrun, Professeur en technologies de l’éducation, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve (Belgique), et intervenant au Collège des Bernardins.

Le concept de « classes inversées », d’origine anglo-saxonne (flipped classroom) et développé depuis 2012, a connu un engouement incomparable en moins d’un an. Ainsi, les événements CLIC – CLasses Inversées, le Congrès – sont passés d’environ 200 participants en 2015 à plus de 800 participants en 2016. Les récents colloques et journées d’étude à son sujet et la diversité des pratiques témoignent de l’intérêt croissant des enseignants.

Même si le phénomène des classes inversées est relativement récent, on peut tracer un continuum entre des pratiques plutôt « centrées sur l’enseignant » (des cours virtualisés par le truchement de vidéos) et d’autres davantage « centrés sur l’apprenant ». On trouve ainsi aux extrémités de ce continuum l’usage de la vidéo, un média emblématique mais non rédhibitoire, à regarder avant la classe pour pouvoir consacrer plus de temps et développer davantage d’activités et d’interactivités pendant celle-ci (la classe inversée proprement dite).

On trouve également, à l’autre bout de ce continuum, des dispositifs construits par les élèves eux-mêmes dans lesquels ils deviennent à la fois « didacticiens » des savoirs récoltés sur Internet et ingénieurs pédagogiques des interactivités qu’ils ont préparées à l’intention de leurs collègues, une pratique appelée « classes renversées » par notre collègue Jean-Charles Cailliez.

(...)

Marcel Lebrun

L'article complet est à retrouver ci-dessous

Lire la suite

"Il faut se méfier des réseaux sociaux" selon Najat Vallaud-Belkacem...

26 Octobre 2016 , Rédigé par TNTV News Publié dans #Education, #Tahiti

"Il faut se méfier des réseaux sociaux" selon Najat Vallaud-Belkacem...

La ministre de l'éducation a répondu dimanche soir, dans le Grand JT de TNTV, aux polémiques lancées sur facebook : non, elle ne souhaite pas imposer l'arabe dans les établissements. Oui, sa réforme permet un apprentissage plus précoce des langues polynésiennes. Explications.     

Les réseaux sociaux s'étaient déchaînés dès l'annonce de l'arrivée de Najat Vallaud-Belkacem par Tahiti Nui télévision. Et son arrivée a relancé les rumeurs véhiculées sur Facebook. Quelques internautes, minoritaires, critiquent sa réforme de l'éducation en connaissance de cause. D'autres, bien plus nombreux, lui reprochent à nouveau de "vouloir imposer la langue arabe aux Polynésiens", ou encore de "vouloir détruire le reo Tahiti". Dans un délire xénophobe, certains appellent tout simplement au meurtre. Et lorsque les sites d'information masquent ces commentaires diffamatoires, ces internautes crient à la censure. Faut-il rappeler que le racisme n'est pas une opinion, mais un délit ? 

"Il faut se méfier des réseaux sociaux. C'est évidemment totalement faux : pourquoi voudrais-je imposer l'apprentissage de la langue arabe ?" s'est étonnée Najat Vallaud-Belkacem lors du Grand JT. "Je souhaite que dans le système scolaire, on puisse voir des langues vivantes diverses qui soient enseignées" a-t-elle précisé. Plusieurs dizaines de langues différentes pourront donc être apprises, selon les régions de France et d'outre-mer, et surtout selon les populations qui y vivent. Et ce sera un choix des collectivités locales, et non de l'Etat. Autrement dit, au fenua, c'est le ministère de l'éducation local qui choisira.

(...)

Mike Leyral

Suite et fin en cliquant ci-dessous
 

Lire la suite

Revue de Presse Education... Points de vue - Voyage en Polynésie - Divers...

26 Octobre 2016 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Points de vue - Voyage en Polynésie - Divers...

On trouve quelques points de vue exprimés dans l’actualité du jour. On ira également en Polynésie avec notre ministre avant de se plonger dans quelques éléments divers.

Points de vue

Jean-Michel Blanquer, ministre de « L’Ecole de demain » ?Il est des livres qui accusent et qui détruisent l’école, il y en a d’autres qui proposent et espèrent. Le dernier livre de Jean-Michel Blanquer, directeur général de l’ESSEC et ancien numéro 2 du ministère de l’Education nationale est de ceux-là. L’Ecole de Demain(Odile Jacob) trace une voie originale de transformation du système éducatif qui se veut résolument optimiste, confiante dans la capacité de chaque être humain à apprendre et à se dépasser, balayant tranquillement les clivages et querelles idéologiques sur l’école.”

Pourquoi l’école privée réussit mieux que le public (et comment réduire l’écart). "L’absence de mixité sociale dans le privé, très regrettable au demeurant, n’est pas la seule explication de l’efficacité du privé, explique Bernard Toulemonde, inspecteur général honoraire de l’Education nationale.”

C. ALVAREZ À GENNEVILLIERS : LES LIMITES D’UNE EXPÉRIENCE. “On peut être tenté de penser que l’institution n’est pas rancunière en invitant Céline Alvarez à donner une conférence à des enseignants, elle qui a démissionné avec fracas, au prétexte d’un manque de soutien de l’inspection, et partant, du ministère de l’Éducation nationale. Une conférence tarifée d’ailleurs, dont le montant n’est pas rendu public, mais « conforme à celui accordé à tous les conférenciers qu’on fait venir », réagit Sophie de Souza, directrice de l’Atelier 54 de Canopé.[...] De fait, Céline Alvarez refuse aujourd’hui toute interview, contrôle l’utilisation des photos (quand elle les accepte) : « Vous écrivez ce que vous voulez, moi, je gère ma communication avec mon équipe ». La bienveillance et l’empathie, prônées par la conférencière, restent donc désormais confinées à la salle de classe. Une inspectrice de maternelle, qui posait une question sur « bienveillance et exigence », en a d’ailleurs fait les frais.”

Voyage en Polynésie

V-Belkacem : « La culture polynésienne apporte de la force intérieure aux élèves ». “Najat Vallaud-Belkacem est en Polynésie française pour y visiter les établissements scolaires. Elle a promis de défendre plusieurs dossiers de la région en rentrant en métropole.
La Polynésie française, autonome en matière d’éducation, a besoin d’argent : elle peine à construire et à rénover ses établissements scolaires et ses internats, souvent vétustes indique l’AFP, à l’occasion de la visite de la ministre de l’Education nationale en Polynésie.
La ministre le promet, ces derniers bénéficieront de crédits de rénovation, comme celui du collège d’Avatoru, vieux de 25 ans. Il faut savoir par ailleurs que dans les Tuamotu, aux Australes ou aux Marquises, les élèves entrent en internat dès la 6e
.”

"Il faut se méfier des réseaux sociaux" selon Najat Vallaud-Belkacem. “LANGUES - La ministre de l’éducation a répondu dimanche soir, dans le Grand JT de TNTV, aux polémiques lancées sur facebook : non, elle ne souhaite pas imposer l’arabe dans les établissements. Oui, sa réforme permet un apprentissage plus précoce des langues polynésiennes. Explications.”

Bilan de la visite de la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem. “Le départ de la ministre de l’éducation pour la Nouvelle Calédonie, sonne la fin de sa visite au fenua. Au cours de ces trois jours elle s’est engagée sur plusieurs projets structurants. Retour sur les principaux points abordés.”

Divers

Alerte : Clisthène et Lycée autogéré en danger. Agissons !Le 20 octobre, deux informations inquiétantes ont été diffusées – uniquement sur les réseaux sociaux : les menaces sur la survie à court terme de deux structures emblématiques de ce mouvement déjà ancien que l’on appelle souvent « l’éducation nouvelle », le collège « expérimental » Clisthène de Bordeaux et le lycée autogéré de Saint-Nazaire.”

Humour, faisons un TEST : QUEL PROF FEIGNASSE ES-TU ?Tu es plutôt du genre à ne pas en ramer une ou à te la couler douce ? Pour le savoir, fais le test.”

Ressources : à écouter sur France Culture le Cours au Collège de France de Pierre-Michel Menger, directeur d’études à l’EHESS et professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Sociologie du travail créateur. Il présente, ce matin et demain, différentes enquêtes sur le temps long qui nous montrent l’expansion du système d’enseignement dans le secondaire et dans le supérieur en France : production du savoir, l’enseignement et la recherche. Carrières, disciplines et organisations. “Quelle est l’expansion du système d’enseignement secondaire et supérieur depuis un demi-siècle ? Quelle est l’évolution du parcours des élèves au fil des différentes séries de transitions, de la 6e à la « bifurcation » du bac ? Quel est le rendement des études ?

Bernard Desclaux sur une récolte de Géraldine Duboz.

 

Lire la suite

Agnès Obel... Citizen of Glass...

25 Octobre 2016 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite

Un Jour... Deux auteurs... André Gide... Francis Jammes...

25 Octobre 2016 , Rédigé par christophe Publié dans #Littérature

Un Jour... Deux auteurs... André Gide... Francis Jammes...

Ô ! que le jour eut donc de peine
Ce matin à laver la plaine...

Monsieur,

qui à présent êtes un peu mon ami, j’ai mis beaucoup de temps à vous remercier de votre petit volume - d’abord parce que je ne l’avais pas reçu - un exemplaire s’en est perdu, à Tunis je crois, et j’ai vainement tâché de la ravoir. Notre ami commun Eugène Rouart, par son obligeante entremise, m’en a procuré un nouveau : ensemble nous avons lu presque toutes vos pièces. Je vois, presque avec confusion, que vous vous êtes souvenu de mon admirative sympathie, et mon nom, lu ainsi dans votre volume, et de façon inattendue, m’a paru celui de quelqu’un qui a raison.

J’ai mis beaucoup de temps à ne pas préférer, à tous vos nouveaux vers, les premiers. Ils ont pour moi déjà cette vertu d’éveiller d’exquis souvenirs : et si j’entends encore Rouart me les lire, je m’entends aussi bien les relire à Régnier, le jour où je lui remis votre première plaquette. Souvent dès lors, à la campagne, je me plus à les réciter, et je les aime d’une étrange façon qui m’a fait vous aimer vous-même.

Pour les nouvelles pièces, qu’à présent je connais aussi bien, le charme est plus étrange encore peut-être ; elles rebuteront d’abord ; tant de naturel étourdit comme un air trop raréfié dans la montagne - mais un parfum extraordinairement agreste y circule ; on ne l’a pas senti d’abord, on s’aperçoit enfin qu’on en est imprégné. Vraiment vous fîtes là des choses excellentes (la pièce sur les villages surtout) et d’une bien particulière poésie. Que faites-vous à présent ? j’aimerais le savoir ! Il me semble que je vois assez bien ce que vous avez voulu faire, voilà pourquoi je m’inquiète tant de ce que vous ferez. Nous verrons-nous jamais ?

Je vis à présent complètement seul et confonds de plus en plus l’inspiration avec la ferveur, qui est une brûlure de l’âme.

Adieu, Monsieur. Je suis

André Gide

                             _____________________________

Francis Jammes à André Gide

[Orthez, vendredi] 7 février 1896

Mon cher ami,

J’ai reçu enfin L’Ermitage ; et j’ai lu et relu ta prose. Je l’ai trouvé magnifique ; mais si je la pensais absolument sincère, de ta part, elle me serait pénible, désagréable, et tu eusses mieux agi, en ce cas, en ne me la signalant pas.

Quoique jamais, sauf dans Le Voyage d’Urien et La Tentative amoureuse, ton art ( ?) et ta pensée n’aient été plus élevés, cette exposition de luxe moral et d’égoïsme est une insulte à ceux qui, pareils à moi, vivent dans l’ombre amère.

Lorsque j’étais un écolier, mon père me disait qu’il ne fallait jamais exposer devant sa porte, à cause des pauvres, des plumes de perdreaux ou des coquilles d’huîtres. Tu as fait cela. Dans cet article, ton orgueil et ton égoïsme ne se maintiennent que par le Bonheur qu’un Panthéisme outré ne t’a point donné. Cet enfant qui était au village, que tu arraches à sa famille et que tu envoies par la plaine, a-t-il seulement des souliers ? Aura-t-il seulement, un jour, comme toi, une femme exquise et simple pour le soigner lorsqu’il sera fatigué ? Ne lui eût-il pas mieux valu souffrir, dans sa pauvre famille, le désespoir des deuils, à côté de son chien et de son chat ? Et puis mourir, à la lueur d’une petite lampe, après avoir accepté cette sublime vertu des pauvres dont tu parles dans Paludes ?

Je te dis tout cela parce que je sais que Ménalque n’est pas toi. Tu nous as servi là de l’Anatole France aristocratique, du Barrès intelligent, de l’Henri de Régnier souple ; avec, entre les lignes, l’accompagnement invoulu de ton âme délicieuse et de ta poésie divine. Et j’avais gardé cela pour la fin.

J’avais gardé cela pour la fin, parce que, si tout le long de l’article, je n’avais pas senti ta main dans la mienne, si je n’avais pas compris que, pour t’excuser vis-à-vis de toi-même, tu as enfantinement essayé d’établir un parallèle évangélique à cet égoïsme de faux prophète, quittant tout pour suivre une fausse foi - eh bien, j’aurais retiré ma main. Tu deviendras, demain, célèbre. Je resterai sans doute dans l’ombre. Pas une voix sympathique ne s’est levée sur mon Jour. Il vaudra peut-être mieux que je ne publie plus. Mais je garderai l’orgueil et la souffrance de ce que je suis et je chasserai de ma pensée cette phrase que tu dois renier : « [...] les amitiés [...] me furent, plus que tout le reste, précieuses, et pourtant, même à elles, je ne m’attachai point. »

Qu’est-ce, une amitié sans attachement ? Je te crois encore la pâtre des berges. Et je veux te dire, en terminant, que je n’applique pas à toi la censure que porte ma lettre, ton article n’étant pas sincère.

(...)

Francis Jammes

Et la suite ci-dessous

Lire la suite

Une Phrase... Un Jour... Immoralité...

25 Octobre 2016 , Rédigé par christophe Publié dans #Citation

Une Phrase... Un Jour... Immoralité...

L'homme sage vit sans morale, selon sa sagesse. Nous devons essayer d'arriver à l'immoralité supérieure.

André Gide

(Illustration: André Gide par Albert Laurens - 1924)

Lire la suite

Revue de Presse Education... Malaises - Réformes et politique - Supérieur...

25 Octobre 2016 , Rédigé par Les Cahiers Pédagogiques Publié dans #Education, #Médias

Revue de Presse Education... Malaises - Réformes et politique - Supérieur...

En ce premier lundi de vacances l’actualité continue à bruisser du malaise enseignant causé par les déclarations des candidats de droite, mais pas que. On y parle encore et toujours de réformes politiques ou d’ailleurs. Quelques infos aussi sur le supérieur.

Malaises

A la suite de la déclaration sarkozyste sur les 6 mois de travail des enseignants, un groupe Facebook s’est créé : 800 000 feignasses. “Les petites phrases de N Sarkozy sur France Inter le 18 octobre font des vagues chez les enseignants. Elles sont largement commentées dans le groupe du Café pédagogique sur Facebook. Surtout elles sont reprises par un mouvement spontané né sur Facebook. En 48 heures plus de 3 000 "profs feignasses" marquent leur indignation devant les propos de Nicolas Sarkozy. Nous avons rencontré Kloé Mansc, une des administratrices du groupe Facebook des "800 000 feignasses".”

Dans la lignée, l’Instit’humeur nous parle du travail invisible des enseignants. "Cette semaine, j’ai pas mal bossé. Voici mon emploi du temps."

Plus généralement, la sociologue Agnès Van Zanten évoque le malaise des urgentistes de la République : les profs et les policiers.

« L’État poursuivra sans relâche ceux qui s’en prennent à nos professeurs, nos écoles, nos forces de l’ordre » tweetait mardi dernier le premier ministre Manuel Valls suite à la recrudescence de violences contre les représentants des institutions de la République. Ces violences ont notamment ciblé le corps enseignant et policier. En effet, le personnel de la Fonction Publique, et plus sensiblement, ceux qui occupent des fonctions régaliennes, semblent être confrontés à une hausse d’insécurité, de violences et de tensions dans leur travail quotidien." A écouter sur France Culture.

On entend souvent que "Les enfants seraient plus violents, moins bons à l’école, en orthographe, moins respectueux des aînés…

Aussi paradoxal soit-il dans une société qui loue le progrès, ne jure que par les « réformes » et place nombre de ses espoirs dans la science, il n’en est pas moins omniprésent, dans les médias et le discours public, surtout lorsqu’il s’agit de prophétiser l’apocalypse civilisationnelle que la décadence des mœurs enfantines est censée annoncer.”

Mais “Avec l’âge, nous retenons plus facilement les stimuli (événements, visages, informations) positifs que négatifs, ce qui pourrait expliquer physiologiquement notre tendance à dire que « c’était mieux avant »”

Réforme et politique

Pour Luc Ferry, "Rendre l’école obligatoire jusqu’à 18 ans est la pire connerie imaginable".

Christophe Cailleaux quant à lui, se sent menacé par les "marchands de l’école".

“Les débats publics sur l’éducation et sur "la" pédagogie sont le théâtre d’une double offensive : celle des réactionnaires et de leurs outrances, mais aussi celle, souvent plus habile, des marchands d’éducation. De notre point de vue d’enseignant.e.s et de militant.e.s, le gouvernement actuel, si prompt à dénoncer les premiers, ne nous protège pas des seconds, bien au contraire.”

“Souvent décriée, la réforme scolaire québécoise est pourtant source d’inspiration pour la France, qui négocie à son tour le virage « évaluation des compétences ». Des directeurs d’école de l’Hexagone sont d’ailleurs de passage à Québec pour prendre des notes.”

Najat Vallaud Belkacem souhaite "développer l’enseignement à distance". “Vendredi soir, La ministre de l’Enseignement supérieur Najat Vallaud Belkacem s’est rendu à l’université de Polynésie française où elle a été accueillie par des chants entonnés par les étudiants. Après une visite des locaux, elle a échangé avec les étudiants qui lui ont fait part des problèmes qu’ils rencontraient.”

Supérieur

La ministre souhaite renforcer l’accompagnement des lycéens dans l’orientation post-bac. “Sur le modèle des « commissions d’orientation post-bac » expérimentées dans cinq académies, la ministre veut mieux accompagner les lycéens dont les choix d’orientation dans le supérieur sont « problématiques ».”

Une analyse pour savoir quelles sont les filières les plus sélectives. “On mesure le niveau de sélection d’une formation en comparant la quantité de candidatures reçues et le nombre de places disponibles. En tête : les BTS pour les formations courtes, les écoles d’architecture et d’art pour les bac+4/5. L’analyse de Séverine Maestri, extraite de son ouvrage “Réussir sa candidature pour entrer en filière sélective”.”

Géraldine Duboz (sur une récolte de Bernard Desclaux).

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Le climat scolaire
Revue n°523 - septembre 2015
Qu’est-ce qu’un bon climat scolaire ? Est-ce lorsque les élèves répondent à notre fantasme du «  bon élève  » ? On ne peut nier l’impact qu’il a sur les personnels et les élèves. Se sentir bien ou mal à l’école détermine en profondeur le parcours que l’on y mènera.

Le pari du collectif

Revue n°524 - novembre 2015
C’est une évidence, nous travaillons tous en équipe : dans l’établissement, autour d’une classe, pour un projet, sur un cas particulier d’élève… Hors du collectif, point de salut ! Est-ce si sûr ?

Lire la suite

Comment l'extrême droite remporte la bataille du net...

24 Octobre 2016 , Rédigé par Fondation Jean Jaurès Publié dans #Politique, #FN

L’extrême droite progresse dans les urnes et dans les têtes. Serait-elle également en train de gagner la bataille sur Internet ? C'est ce que cherchent à comprendre Dominique Albertini et David Doucet, dans cette enquête passionnante - et glaçante - sur la "fachosphère". Retrouvez les auteurs en débat avec Sarah Proust.

De l’annulation du concert du rappeur Black M à Verdun à la défense acharnée de Donald Trump, il ne se passe plus une semaine sans que la "fachosphère" ne fasse, en France, parler d’elle. Depuis quelques années, ce mot s’est répandu dans les médias pour désigner une nébuleuse d’extrême droite omniprésente sur Internet. Mais jamais celle-ci n’avait fait l’objet d’une enquête approfondie. Qui la compose ? Quels sont son influence et ses moyens d’existence ? Comment ses militants voient-ils le monde et diffusent-ils leurs idées ?

(...)

La fachosphère. Comment l'extrême droite remporte la bataille du net, Flammarion, octobre 2016.

Présentation complète ci-dessous

Lire la suite

Randy Newman...

24 Octobre 2016 , Rédigé par christophe Publié dans #Musique

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>