Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Coup de coeur... François Truffaut...

5 Décembre 2022 , Rédigé par christophe Publié dans #Litterature, #Cinema

 

1er septembre 1978

 

Cher Jean-Louis Bory,

 

Ces déchirements qui sont comme des morts, la sensation de trou noir, du je n’existe plus, cette irréalité des visages croisés dans la rue, tout cela je l’ai connu et aussi la certitude qu’on ne peut pas faire comprendre aux autres ce qui se passe en soi, le concret qui se dérobe, ce vide hébété.

J’ai connu cela et il m’a fallu un an et demi pour m’en sortir, avant de retrouver le ressort qui fait rebondir et puis encore trois ans avant de pouvoir revivre normalement, c’est-à-dire d’aimer sans méfiance.

Je vais plier cette lettre dans une enveloppe et la poster, mais imaginez qu’elle vous parvient roulée dans une bouteille. Vous faîtes partie de ceux qui ont la chance de pouvoir exprimer l’inexprimable et de se tirer d’affaire par la création. N’oubliez pas cela.

J’ai admiré votre courage quand vous avez bravé le sardonique Philippe Bouvard en présentant la Moitié d’orange ; chaque semaine, au Masque et la Plume, vous donniez un exemple de vaillance, gaité et vitalité. A cause de cela, je sais que vous allez trouver, le moment venu, la force de donner le coup de pied qui vous fera remonter à la surface, parmi nous.

 

toute mon amitié,

François Truffaut

             _________________

 

A JEAN-LUC GODARD [mai-juin 1973]

Jean-Luc. Pour ne pas t’obliger à lire cette lettre désagréable jusqu’au bout, je commence par l’essentiel : je n’entrerai pas en coproduction dans ton film.

Deuxièmement, je te retourne ta lettre à Jean-Pierre Léaud : je l’ai lue et je la trouve dégueulasse. C’est à cause d’elle que je sens le moment venu de te dire, longuement, que selon moi tu te conduis comme une merde.

 

François Truffaut - Correspondance

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :