Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Coup de coeur... Joseph Kessel... La fontaine Médicis

30 Novembre 2022 , Rédigé par christophe Publié dans #Litterature

LA FONTAINE MÉDICIS joseph KESSEL EUR 6,70 - PicClick FR

 

Richard aborda Étienne de la façon la plus négligente, en rejetant avec affectation ses cheveux naturellement bouclés qu'il portait très longs et en désordre. Il s'aperçut alors, et en fut heureux, que son front arrivait au niveau de celui d'Étienne, et que ce dernier ne paraissait plus grand qu'à cause de sa minceur. Mais dès que Bernan, ayant écouté attentivement les questions de son camarade, commença de lui répondre, Richard ne s'occupa plus ni de ses préventions ni de ses attitudes. La voix sourde et pensive d'Étienne, la simplicité absolue de son langage, la façon un peu hésitante qu'il avait de parler, comme s'il cherchait avant tout une vérification, une approbation intérieure, firent sentir à Richard que ce garçon bien habillé, bien tenu, et au maintien distant n'avait aucun orgueil. Et Richard fut content d'oublier le sien. Il ne savait pas à quel point il avait besoin de naturel, et, se trouvant tout à coup heureux, attribua ce bonheur à Étienne. Soudain, ils se mirent à discuter sur les valeurs de la vie. Étienne eut son premier sourire, maladroit, difficile, comme si, venant des sources les plus profondes, il avait dû filtrer à travers beaucoup de résistances.

– Enfin, je trouve quelqu'un qui parle ma langue, s'écria-t-il. Vous savez ce que je veux dire, Dalleau. Les autres emploient les mêmes mots que nous. Mais ces mots, sauf pour l'usage le plus vulgaire, je ne les comprends jamais ainsi qu'ils le font. Ils perdent leur sens, leur poids, leur pouvoir.

– C'est vrai, absolument vrai, s'écria Richard. Combien de fois je l'ai senti sans y réfléchir. Bernan, vous êtes un grand type de m'avoir fait mettre le doigt dessus. Un grand type...

Dès lors, ils se virent chaque jour. Dans la grande cour de la Sorbonne, dans les galeries, le long des fresques de Puvis de Chavannes ou sous les arbres du Luxembourg, ils menaient des conversations sans fin ni mesure. Ils avaient ce besoin l'un de l'autre qui ne poursuit que les très jeunes hommes quand ils sentent la première amitié s'épanouir en eux comme une plante sacrée, quand leur commerce les aide à se révéler, et qu'ils assistent avec émerveillement à cette découverte.

A la Noël, Étienne remit un paquet assez volumineux à Richard en disant très vite :

– J'ai pensé que ce cadeau ne vous gênera pas à recevoir, et qu'il vous plaira. Je ne vous ai jamais parlé de ces bouquins, parce que... ça ne se raconte pas.

Le paquet contenait les principaux romans de Dostoïevski.

 

Joseph Kessel - la Fontaine Médicis

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :