Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Coup de coeur... Beata Umubyeyi Mairesse...

25 Novembre 2022 , Rédigé par christophe Publié dans #Litterature

Consolée - broché - Beata Umubyeyi-Mairesse - Achat Livre ou ebook | fnac

Et la beauté ?
Consolée rouvre les yeux, pupilles rétractées, cils immobiles.
Elle égrène les visions comme d’autres des perles de prière et le vieux traduit dans sa tête alourdie par la sagesse des ans :

La brume du matin.
Des voiles blancs qui flottent encore au-delà de la haie, s’accrochant parfois aux branches des arbres les plus hauts. C’est un drap si léger qu’elle s’imagine pouvoir le déchiqueter d’un souffle.

Les fleurs près de la porte.
Il y en a de trois sortes mais un seul mot pour les désigner.
Les rouges à jupe froufrou au duvet soyeux, les jaunes regorgeant d’un pistil farineux, tiges si frêles que la moindre brise les fait ployer, les blanches et mauves aux pétales irréguliers, dents-ivoire cariées sans raison à moins qu’elles n’émettent spontanément un sucre incolore, ce qui expliquerait le ballet incessant des abeilles sur leurs têtes.
Les fleurs sont à cet âge-là une source permanente d’éblouissement.
Éclosion de sourires.

La rosée.
C’est l’élégance de l’amant qui part sans bruit, effleurant d’une caresse le front de l’endormie, ce que l’ombre laisse au jour naissant.
Une promesse de retour.
Le père de Consolée a-t-il laissé autre chose qu’une goutte d’enfant dans le ventre de la mère ? Il n’est jamais revenu.
Un citronnier pousse au milieu de la cour.
Ses feuilles vertes, comme les ailes d’un scarabée, brillent de mille reflets mordorés. Les perles de rosée s’évaporeront bien trop vite, fraîcheur envolée comme un anneau de fiançailles rompues.
Mais à cet instant, cette humidité scintillante dit tous les petits matins, tous les songes qui survivent à la nuit.

Le vieux imagine le spectacle que sa petite-fille et lui-même offrent en ce jour d’été : nous sommes le beau et le bon, deux âmes qui se consolent mutuellement d’être déjà ou encore là.
À l’aube et au crépuscule de la vie, la même fragilité irisée.

Beata Umubyeyi Mairesse - Consolée

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :