Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Explosion des gestes suicidaires des adolescentes depuis le Covid : un phénomène sans frontière qui demeure inexpliqué

4 Octobre 2022 , Rédigé par Liberation Publié dans #Education, #Jeunesse, #Femme

Suicide chez les adolescents : que faire ? quelle prévention ? | Santé  Magazine

Du Canada à l’Australie en passant par Hongkong, on constate, comme en France, une très forte croissance des gestes suicidaires recensés pour les filles de 10 à 19 ans depuis fin 2020. Alors que la hausse a été faible ou inexistante chez les adolescents. Les chercheurs restent prudents dans les hypothèses avancées pour expliquer ce phénomène.

Début 2022, Libération avait révélé que la hausse des gestes suicidaires enregistrée en France chez les adolescents et les jeunes adultes depuis fin 2020 était essentiellement portée par une progression inédite chez les adolescentes et les jeunes femmes (+27,7 % d’hospitalisations pour lésions auto-infligées chez les femmes âgées de 10 à 19 ans sur la période couvrant septembre 2020 à août 2021 comparée à l’année 2019). Fin septembre, un rapport de la Drees est venu confirmer les éléments que nous avions alors présentés.

Une très forte augmentation des pensées suicidaires et des tentatives de suicide chez les seules adolescentes et jeunes femmes avait déjà été rapportée aux Etats-Unis. Les centres de prévention des maladies avaient en effet observé «un bond de 50 %» des hospitalisations hebdomadaires pour tentatives de suicide chez les adolescentes entre février 2021 et mars 2021, par rapport la même période en 2019. Alors que le nombre d’hospitalisations pour les mêmes causes chez les adolescents demeurait stable sur la même période.

De nombreuses études scientifiques parues depuis un an démontrent que ces deux pays ne sont pas des exceptions. Ainsi, en Espagne, l’analyse du registre des tentatives de suicides de Catalogne montre que les tentatives de suicides des adolescentes ont augmenté de 195 % sur la période courant de septembre 2020 à mars 2021, comparée à la même période une année plus tôt.

Si l’on regarde du côté du Canada, les tendances sont également évocatrices. Ainsi, pour le Québec, entre 2019 et 2021, le taux de visites aux urgences en raison d’idée suicidaires a crû de 50,9 % chez les filles de 10-14 ans et de 16,3 % chez les filles de 15-19 ans (à comparer avec une progression de -1 % et -14,5 %, respectivement, chez les garçons). Concernant les tentatives de suicides, la progression est de 84,8 % et 21,3 % dans ces deux classes d’âges (contre 28,9 % et 8,7 % chez les garçons), selon les chiffres de l’Institut national de santé publique du Québec.

De telles tendances se retrouvent également en Australie. Selon une étude publiée courant 2022, relative à la situation dans le sud-est du pays, «chez les jeunes femmes (10-24 ans), la croissance des taux de présentation aux urgences pour automutilation ou idées suicidaires s’est accélérée depuis le Covid-19, pour atteindre 31,7 % par an. Les adolescentes âgées de 13 à 17 ans sont à l’origine de la majeure partie de cette augmentation, les taux augmentant de 47,1 % par an […]. En revanche, chez les hommes âgés de 10 à 24 ans, il n’y a pas eu de croissance significative des présentations au cours de la période». Chez les hommes de 18 à 24 ans, «ces taux ont même diminué : -5,2 % par an».

«Limiter les comparaisons directes»

Si ces courbes semblent similaires, le psychiatre au CHU Bicêtre et chercheur à l’université de Paris-Saclay Fabrice Jollant met en garde contre la juxtaposition de chiffres issus de travaux qui peuvent suivre des méthodologies très différentes : «Dans ces études, il y a beaucoup de variabilité sur l’âge des populations, sur ce qui est mesuré (tentatives de suicide, suicides, gestes auto-infligés, idées suicidaires), sur les périodes étudiées (selon qu’elles couvrent ou non le début de pandémie), les modalités de “recrutement” des personnes qui sont le sujet des recherches (personnes passant par les urgences, patients hospitalisés uniquement, sondages téléphoniques en population générale, ou auprès de populations étudiantes, etc.). Les pays en eux-mêmes varient sur le plan culturel, mais également sur celui des modalités de contrôle de la pandémie, des actions de soutien à l’économie… Tout cela complique les synthèses. De fait, il est souvent plus pertinent de limiter les comparaisons directes, ou tout du moins de les restreindre aux pays sociologiquement et économiquement proches.»

Par ailleurs, la hausse statistique des pensées suicidaires et des tentatives de suicides ne se retrouve toutefois pas dans tous les pays pour lesquels des données existent (la grande majorité des données proviennent de pays à revenu élevé). Ainsi, au Danemark, aucune différence statistiquement significative entre les sexes n’a été constatée depuis le début de la crise, comme l’ont confirmé à CheckNews les auteurs d’une étude parue en septembre 2021, qui ont poursuivi l’analyse et le suivi après publication. Une étude suisse mentionne également une augmentation «statistiquement non significative» des passages des filles aux urgences psychiatriques en 2021 comparé à 2019. Un suivi de cohorte réalisé à Hongkong au fil des deux premières vagues, dont le détail nous a été transmis par les auteurs, suggère que la part d’adolescentes présentant des idées suicidaires est restée stable (autour de 24,5 %) – bien que, dans le même temps, celle des adolescents diminuait de manière très notable (passant de 24 % à 17 %).

Pour l’heure, si le phénomène semble s’observer dans plusieurs pays, aucun bilan n’a encore été dressé, à l’échelle mondiale, sur le sujet.

Distinguer gestes suicidaires et décès par suicide

Comme nous l’expliquions début 2022, il est important de distinguer pensées suicidaires et tentatives de suicide d’une part, et des suicides conduisant à la mort d’autre part (dits «suicides aboutis»). Notons par exemple que, dans l’essentiel des pays pour lesquels les données sont disponibles, le Covid n’a pas entraîné d’augmentation du nombre de morts par suicide chez les adolescents (voir par exemple en Allemagne). Toutefois, une étude sur 24 pays à revenus élevés et 9 à revenus moyens a identifié une augmentation significative des suicides des adolescentes en Angleterre, en Autriche, au Japon et en Estonie (les services statistiques du pays nous confirment qu’aucune donnée n’est collectée sur les seules pensées suicidaires ou tentatives de suicides). Selon des données consultées par le Washington Postune augmentation de 43 % des suicides chez les femmes d’une vingtaine d’années aurait été rapportée en Corée du Sud au cours du premier semestre de 2020, alors même que le taux de suicide chez les hommes diminuait.

Si la surreprésentation des femmes, en particulier jeunes, dans les statistiques liées aux idées suicidaires (ou aux tentatives de suicides n’aboutissant pas à la mort) semble donc avoir été accrue depuis la pandémie, de manière parfois spectaculaire, dans plusieurs pays, celle-ci n’est pas du tout une chose nouvelle. «Les différences de genre dans les conduites suicidaires entre filles et garçons sont l’un des résultats les plus forts de l’épidémiologie des comportements suicidaires», note ainsi le psychiatre Charles-Edouard Notredame, spécialiste des enfants et adolescents au CHU de Lille. Ce constat se retrouve dans de nombreuses régions du monde. A titre d’exemple, en Australie, avant le Covid-19, les taux de présentation aux urgences des femmes de 10 à 24 ans pour ces motifs étaient déjà près de deux fois supérieurs à ceux de leurs homologues masculins, selon l’étude précitée.

Pierre-André Michaud, professeur honoraire de l’université de Lausanne spécialiste de la santé des adolescents, résume le constat habituellement dressé sur ce sujet : «Les garçons, de façon générale, expriment leur malaise dans l’action : ils ont des accidents, et lorsqu’ils font des tentatives de suicide, elles se terminent plus fréquemment par un décès que chez les filles. Ces dernières ont tendance à manifester leur malaise à travers la communication et moins au travers l’action.» Mais comme le précise Charles-Edouard Notredame, «ce phénomène extrêmement connu, ancien même s’il n’est pas constant ou continu, reste paradoxalement assez mal expliqué. Il n’y a, à vrai dire, pas énormément d’études qui traitent spécifiquement des causes des différences de genre au niveau des conduites suicidaires. Et, à ma connaissance, aucune étude n’a présenté de résultat spécifique sur la cause de cette différence de genre durant le Covid».

«Difficile de bien interpréter des données hospitalières»

De fait, les auteurs des études menées dans les différents pays concernés restent encore très prudents dans les hypothèses avancées pour expliquer l’évolution des chiffres.

«Qu’elles portent sur le suicide ou les tentatives de suicide, les statistiques doivent être interprétées avec prudence, insiste Pierre-André Michaud. Tout d’abord parce que dans certaines cultures et dans certains pays, le suicide lui-même n’est pas toujours enregistré comme tel. D’autre part, parce que les autorités sanitaires mettent toujours un certain temps, généralement plusieurs années, à mettre à jour les statistiques de mortalité. Et il en va de même pour les tentatives de suicide. Celles qu’on peut enregistrer sont celles qui résultent d’une hospitalisation. Mais tous les pays n’ont pas les standards de la France en la matière, qui recommande une hospitalisation pour toute tentative de suicide. Par ailleurs, si les hôpitaux universitaires tiennent des statistiques, dans tous les pays les petits hôpitaux ne répertorient pas nécessairement ces hospitalisations.»

La chercheuse à l’université McGill de Montréal Marie-Claude Geoffroy, spécialisée dans la prévention du suicide des jeunes, juge également «difficile de bien interpréter des données hospitalières». «Cela reflète-t-il une aggravation de la détresse plus marquée chez les filles ? Une augmentation de la recherche d’aide plus marquée chez les filles ? Une diminution des services à l’externe [avec un report massif sur l’hôpital, ndlr] ?»

L’hypothèse selon laquelle les chiffres traduiraient, au moins en partie, une meilleure recherche d’aide de la part des filles est avancée par plusieurs interlocuteurs. «Présentement, on n’est pas capables d’affirmer qu’il y aurait une augmentation des tentatives de suicide, ou s’il n’y aurait pas plutôt une plus grande vigilance à l’égard des tentatives de suicide, note ainsi Jérôme Gaudreault, président de l’Association québécoise de prévention du suicide. Car s’il y avait plus de tentatives de suicide, il y aurait plus de morts par suicide, ce qui n’est pas le cas.» Pierre-André Michaud, de son côté, note «qu’en Suisse, mais aussi en Pologne, ainsi qu’en Slovénie, on a observé une forte augmentation des consultations pour idées suicidaires depuis le début de la crise du Covid, alors même que la mortalité par suicide a – très modestement – diminué. On peut émettre l’hypothèse que grâce à ces consultations, grâce au repérage qu’on peut faire de l’adolescent à risque de suicide, on fait diminuer le taux de mortalité par suicide».

La croissance observée dans les statistiques pourrait donc être celle des pensées suicidaires exprimées à un professionnel de santé, et non pas les pensées suicidaires dans l’absolu. L’expression plus précoce du mal-être permettrait un meilleur diagnostic, une meilleure prise en charge. Tout en insistant sur le fait qu’il s’agit d’une hypothèse explicative parmi d’autres, «qui n’est pas encore étudiée scientifiquement», Jérôme Gaudreault souligne ainsi que «les efforts de sensibilisation sur la santé mentale, sur la prévention du suicide, particulièrement la santé mentale chez les jeunes, pourraient avoir conduit à ce que les professionnels de santé, mais aussi le grand public, identifient mieux les troubles de santé mentale. On va demander de l’aide plus rapidement, et on va plus rapidement orienter vers l’hôpital. On pourrait aussi ajouter que les urgentologues, dans les hôpitaux, prennent les tentatives de suicides plus au sérieux, particulièrement chez les jeunes, et vont avoir tendance à hospitaliser les gens davantage».

Les femmes plus exposées aux risques de la crise

Mais ces interprétations sont loin d’être les seules hypothèses en lice pour expliquer l’explosion des gestes suicidaires recensés depuis fin 2020 chez les adolescentes et les jeunes femmes. Aux Etats-Unis, des travaux réalisés auprès d’adolescents hospitalisés en psychiatrie suggèrent que, durant le Covid, les pensées suicidaires pourraient avoir été renforcées par l’apparition de conflits familiaux, de problèmes financiers, de changements marqués dans les modes de vie, et l’impossibilité de participer à des événements importants à ces âges. D’autres travaux, plus spécifiquement centrés sur les adolescentes, suggèrent un rôle central de la perte d’interactions sociales durant la pandémie sur l’apparition d’idées suicidaires.

Selon une étude islandaise parue mi-2021«les symptômes dépressifs plus marqués [durant la crise du Covid] étaient associés à une utilisation passive accrue des médias sociaux et à une diminution des contacts avec les membres de la famille par téléphone ou par les médias sociaux chez les filles, et à une diminution du sommeil et à une augmentation des jeux en ligne en solitaire chez les garçons. Les inquiétudes concernant le fait d’avoir contracté le Covid, les changements dans la routine quotidienne et scolaire, et le fait de ne pas voir ses amis en personne figuraient parmi les principaux facteurs contribuant à une mauvaise santé mentale identifiés par les jeunes, en particulier les filles».

Une étude slovène, qui corrobore une surreprésentation des femmes parmi les personnes exprimant des idées suicidaires durant le Covid-19, avance des éléments de réflexion complémentaires, soulignant que «les jeunes femmes constituent un groupe potentiellement particulièrement touché par l’isolement social, ce qui entraîne un niveau plus élevé de solitude, d’anxiété et de stress». Les auteurs estiment que les adolescents «ont généralement une capacité plus faible que les adultes à faire face aux situations stressantes et sont enclins à réagir de manière impulsive et émotionnelle. Par conséquent, la détresse liée à la pandémie peut entraîner une augmentation des comportements suicidaires». Parmi d’autres hypothèses avancées, le fait que «le stress lié aux études, aux notes et aux difficultés à suivre des cours en ligne en raison d’un soutien technique ou adulte inadéquat [pourrait constituer] l’un des facteurs de risque importants contribuant à l’augmentation du comportement suicidaire des adolescents pendant la pandémie de Covid-19».

Selon l’ONU Femmes, en charge de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes au sein des Nations unies, la pandémie s’est accompagnée d’une augmentation et d’une intensification des violences à l’égard des femmes et des filles, en particulier au sein des foyers.

Florian Gouthière

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :