Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

De la place de l'oral à l'Ecole en France...

7 Août 2022 , Rédigé par christophe Publié dans #Education, #Pédagogie

La force de cette lycéenne et sa rage tragique après la mort de lycéens et professeurs américains à Parkland/Floride le 14 février 2018 se suffisent à elles mêmes. Elles traduisent, seules, sa peine et son incompréhension devant les décisions et réactions d'un Président irresponsable mais coupable ! J'ai pleuré. Avec elle. C'est peut-être une marque de faiblesse. Je préfère être "faible" qu'indifférent.

Je n'ai pu m'empêcher de porter un regard professionnel sur cette jeune fille remarquable.

Chacun-e aura apprécié son aisance oratoire hors du commun pour une élève de son âge. La raison est simple : les Etats-Unis n'ont pas le meilleur système éducatif au monde, loin de là. MAIS aux Etats-Unis, dans la plupart des établissements - je peux en témoigner - les élèves prennent la parole, les professeurs échangent avec eux, avant, pendant et après les cours. L'oral va de soi quand en France l'écrit est encore trop valorisé. L'oral n'est "toléré" que sous forme d' "écrit oralisé" : oral d'Histoire des Arts ou les fameuses récitations ou même encore les clubs théâtre. 

Il faut aussi reconsidérer nos séances de cours. Nos élèves sont passifs parce que NOUS les avons rendus passifs. Notamment en collège. Je l'ai constaté pendant des années. Ils arrivent en 6e, enthousiastes, souriants, participatifs. Ca part un peu dans tous les sens mais en "canalisant", ils sont formidablement réceptifs et manifestent des qualités "orales" formidables. Les MEMES en 3e sont "éteints". Je le sais puisque j'ai enseigné dans le même établissement pendant des années. 

L'idée du Ministre Blanquer, un "grand oral" copié-collé du "colloquio" des lycées italiens, n'a strictement rien à voir avec l'ORAL! Ce n'est pas ça l'oral! L'oral est d'ailleurs un mot que je n'utilise jamais. Je parle d' "échanges argumentés". Et cela demande, de la part de l'enseignant, le "courage" de laisser les élèves s'exprimer, d'abord avec LEURS mots, LEURS expressions, LEURS erreurs. Puis, par un travail lent, bienveillant mais rigoureux (la bienveillance est une rigueur, une exigence !), par des corrections progressives, les amener à débattre posément, à respecter la parole de l'autre, à écouter et à répondre "verticalement" (prof/élèves) et "horizontalement" (élèves/élèves). Voilà ce que c'est l'oral. Le Ministre ne proposait que cet "écrit oralisé" qui n'a d'oral que le nom. Nos élèves DOIVENT être incités à s'exprimer, pas à subir de mini oraux de CAPES. Or la parole est encore trop souvent considérée, en tout cas en collège, comme une agression à l'encontre du professeur qui y voit une atteinte contre son POUVOIR! Il A la parole et il A le stylo rouge, ce rouge "couleur du maître et des empereurs de Chine"...

Il m'est arrivé, lors de certaines séances, de ne quasiment pas intervenir. Les élèves SE PARLAIENT, notaient au tableau les arguments des uns et des autres, construisaient la réflexion. Je recadrais de temps à autres... Puis nous rédigions la fameuse trace écrite - incontournable - à partir de leurs échanges. Dans une classe de 4e à 28 ! Et toutes et tous pendant 50 minutes ont participé. Mais ceux-là, avec une autre collègue de maths qui appliquaient les mêmes pédagogies, nous les avions depuis la 6e. Ils étaient "formés" et SURTOUT ils n'avaient pas PEUR de s'exprimer, d'échanger parce qu'ils savaient que leur parole prenait sens en étant respectée.

AUCUNE de mes séances n'a jamais été silencieuse ni privée d'échanges. Je serais mort d'ennui et mes élèves avec moi ! 

Christophe Chartreux

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :