Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Le retour du "c'était mieux avant" à propos du BAC

6 Juillet 2022 , Rédigé par France Inter Publié dans #Education, #Baccalaureat

Le retour du "c'était mieux avant" à propos du BAC

C’est un marronnier décliniste ‘à quoi bon 80% d’une classe d’âge au BAC, si c’est pour brader l’examen national’. C’est le même refrain chaque année début juillet. Ce matin, la question sondage du Figaro c’est Le niveau du BAC est-il trop faible ? Je parie sur la réponse demain ! Entendez, c’était mieux avant la victoire du pédagogisme post 68 et la culture du tout-écran. S’il est vrai, comme l’a montré le sociologue Gérald Bronner, qu’Internet, les algorithmes, ont tendance à s’adresser plus à notre cerveau archaïque, il est aussi vrai, comme le montre de nombreux tests de connaissances, qu’un adolescent d’aujourd’hui acquiert beaucoup plus d’informations qu’un adolescent du siècle dernier. Et qu’il sait aussi les traiter, les analyser. Internet n’a pas tuer la connaissance ni la capacité à raisonner, seul l’abus des écrans est néfaste. Le déclinisme qui accuse la modernité d’acculturer nos enfants rappelle le mythe de Theuth (Platon). Le Dieu Theuth invente l’écriture et propose sa trouvaille au roi d’Egypte qui la refuse parce que bien sûr, cette nouvelle technique va tuer la culture orale et atrophier le cerveau, puisque la mémoire ne sera plus nécessaire !

Mais le niveau baisse-t-il vraiment?

Si l’on prend l’orthographe, la syntaxe en français (pour les sciences c’est plus sujet à caution), si l’on prend la connaissance des grands classiques de la littérature, il y a une baisse certaine du niveau telle qu’on le mesure avec nos critères académiques. appelons ça la culture verticale. et c’est préoccupant puisqu’il s’agit de notre culture commune, qui faisait que nos grands-parents, partout en France, savaient 3 ou 4 fables de la fontaine… et les grandes dates de l’histoire, du baptême de Clovis à jusqu’à Valmy. mais ils ne savaient pas grand-chose du vaste monde, des idées et des cultures des autres. nos enfants ont une large culture horizontale, internet leur a développé des capacités, des agilités intellectuelles très puissantes, même si –en cas d’abus d’écran- leur capacité de concentration sur des formes plus classiques d’acquisition des connaissances se détériore. l’idéal serait d’arriver à restaurer de la culture verticale sans perdre la culture horizontale, c’est l’éternel dilemme entre le nombre d’heures de français et calcul (les savoirs fondamentaux) et les nécessaires apprentissages de notre temps. ce débat très politique mérite mieux que les anathèmes pavloviens sur le bradage du bac qui, de toute façon, n’est plus le bon instrument de mesure des savoirs. les réactions aux résultats du bac dépendent de ce que l’on veut faire dire au réel… ce n’est pas parce qu’on rehausse les notes, que le niveau baisse. et d’ailleurs qu’est-ce que le niveau global? une somme de connaissances classiques ou la capacité à s’adapter à un monde devenu complexe ? le plus préoccupant, c’est que la maitrise des savoirs verticaux dépend à nouveau du capital culturel de chacun. donc les inégalités se creusent. mais que chaque année une controverse existe souligne un aspect positif : l’éducation reste un enjeu central des préoccupations françaises. et ce n’est pas le cas dans tous les pays.

 
Thomas Legrand
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :