Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Ecoles primaires : les résultats des concours confirment la pénurie d’enseignants

25 Juin 2022 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education

Ecoles primaires : les résultats des concours confirment la pénurie d’enseignants

EXTRAITS

Les postes aux concours ne seront pas tous pourvus. A Versailles et à Créteil, des centaines d’entre eux pourraient même rester vacants, alertent les syndicats. Face à l’urgence, les académies engagent des contractuels.

L’alerte avait été donnée à la mi-mai. Elle est désormais confirmée : les résultats définitifs des concours de recrutement des enseignants du premier degré, qui ont commencé à circuler dans toutes les académies – ou presque –, vendredi 24 juin, confirment, pour la rentrée 2022, les pires craintes agitées par les syndicats d’enseignants : à Paris, 62 enseignants manquent à l’appel (219 postes ouverts pour 157 admis). Il manque 660 postes à Créteil (1 079 postes, 419 admis) et 1 006 à Versailles (1 430 postes, 424 admis), selon les calculs du SNUipp-FSU.

Seulement un poste sur trois pourvu en Ile-de-France ? A ce stade, le « ratio choc » avancé, vendredi matin, par le site d’informations spécialisé Café pédagogique reste à confirmer : on attend encore, pour le 5 juillet, les résultats des deux concours complémentaires du premier degré instaurés, sous la gauche, à Créteil et à Versailles, pour, à l’époque déjà, tenter d’endiguer la tendance.

Mais difficile d’imaginer qu’ils puissent, à eux seuls, fournir les contingents nécessaires : ces deux concours n’offriraient, à eux deux, que 700 postes – 500 à Créteil, 200 à Versailles, de source syndicale. De son côté, l’éducation nationale préfère attendre les résultats de tous les concours (y compris du second degré) pour communiquer.

(...)

« Les élèves des quartiers populaires vont payer le prix fort »

En guise de solution « d’urgence », les rectorats misent, à ce stade, sur le recours aux contractuels. Ces dernières semaines, les académies en tension ont, pour certaines, organisé des « job datings », des opérations de recrutement express à leur intention. Le nombre de postes ouverts révélait, déjà, l’ampleur des besoins : à Versailles, on recherchait 700 contractuels pour les écoles primaires (1 300 personnels, en tout, en comptant le second degré). A Paris, quelque 250 postes étaient ouverts.

Une méthode qui inquiète la communauté éducative, en particulier dans les académies les plus touchées par la pénurie. « Les élèves des quartiers populaires vont payer le prix fort, s’alarme Guislaine David, secrétaire générale du SNUipp-FSU. Mais, à court terme, on n’a pas d’autre choix que de recruter des contractuels » pour pallier l’urgence.

(...)

Mattea Battaglia et Violaine Morin

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :