Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Face à la pénurie de professeurs remplaçants, une académie expérimente l’enseignement à distance

9 Mai 2022 , Rédigé par Ouest France Publié dans #Education

Etablissements d'enseignement à distance - Instruction en famille

C’est une première en France. Face à la pénurie de contractuels, l’académie de Nancy-Metz va expérimenter la création d’une brigade remplacement numérique. Les profs enseigneront à distance.

Peut-on enseigner à distance ? Oui, répondront en chœur les promoteurs des cours en ligne et autres Moocs, qui se sont fortement développés depuis vingt ans. La réponse est ici avant tout individuelle. Mais quand est-il pour des classes entières ? Peut-on se passer du format classique : un professeur devant un tableau face à des élèves sagement assis ? Pas si simple : les confinements ont montré les limites, techniques, pratiques, pédagogiques, du télé-enseignement.

Difficultés à recruter

L’académie de Nancy-Metz envisage pourtant de mettre en place, à la rentrée, une brigade numérique de remplacement constituée d’enseignants titulaires qui n’exerceront qu’en visioconférence. L’académie a perdu 495 postes d’enseignants de collège et lycée depuis 2017. Vingt-neuf autres seront supprimés à la rentrée. Or, dans certains territoires et dans certaines disciplines, nous avons de grandes difficultés à recruter des enseignants contractuels​, constate le recteur Jean-Marc Huart, dans des propos rapportés par L’Est-Républicain.

La fiche de poste, que nous avons pu consulter, précise que les professeurs (titulaires sur zone de remplacement dans le jargon de l’Éducation nationale) seront rattachés au lycée le plus proche de leur domicile. Ils pourront ainsi travailler au sein d’une équipe pédagogique », ​avoir accès au centre de documentation et d’information (CDI) et seront bien sûr dotés de leur propre équipement informatique (ordinateur portable, connexion 4G de secours, etc.). Durant le cours, les élèves seront, eux, surveillés par un assistant d’éducation (AED).

L’annonce a surpris. Ce n’est pas sérieux, un enseignement rigoureux ne peut se faire que face à des élèves​, tempête Solange de Jesus, secrétaire départementale du Syndicat national des collèges et lycées (Snalc). Un enseignant n’est pas statique dans sa classe, il circule entre les rangs, ajuste son enseignement. Le processus d’apprentissage nécessite de l’interaction, un dialogue permanent entre le professeur et ses élèves afin d’être en mesure d’adapter au mieux sa pratique aux réactions, aux besoins de ces derniers​, insiste le syndicat FO.

Initialement, la brigade numérique de remplacement devait comprendre seize visio-remplaçants​. Face au tollé syndical, elle n’en comprendra que sept dans un premier temps. Les recrutements sont en cours​, précise le rectorat.Il s’agit d’une expérimentation propre à l’académie de Nancy-Metz. Nous n’avons pas planifié de l’étendre, au niveau central », indique Édouard Geffray, directeur général de l’enseignement scolaire, au ministère de l’Éducation nationale.

Arnaud Bélier

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :