Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Au revoir, JM Blanquer ?

2 Mai 2022 , Rédigé par Le Cafe Pedagogique Publié dans #Education

Au revoir, JM Blanquer ?

EXTRAITS

Alors que le président de la République tarde à publier la composition de son nouveau gouvernement, deux faits encadrent le devenir de JM Blanquer. Lui-même publie un bilan élogieux des 5 années de son ministère. Il le fait au moment même où la hausse du SMIC amène le salaire de départ des enseignants à son point historiquement le plus bas : 1.1 fois le smic. Malgré la communication ministérielle, le maintien de JM Blanquer rue de Grenelle semble impossible. Mais deux réalités cadrent le nouveau mandat ministériel. Quel que soit le successeur de JM Blanquer, il aura à affronter une situation sociale extraordinairement dégradée. Surtout, il devra le faire tout en mettant en œuvre la même politique que JM Blanquer. La page n'est pas tournée…

Un auto bilan élogieux

"Une école qui transmet à tous les élèves les savoirs et les valeurs qui le guideront tout au long de la vie, une nouvelle gestion des ressources humaines pour développer la personnalisation, renforcer l'esprit d'équipe et améliorer le service public d'éducation".  Ainsi JM Blanquer présente-il, sur le site de son ministère, les 5 années de son mandat.

" Rehausser le niveau général et lutter contre les inégalités sociales : tels étaient les deux objectifs que nous affichions très clairement dès 2017, dans la lignée des engagements pris par le président de la République lors de son élection. Depuis, tous ces engagements ont été tenus et même dépassés", écrit-il. Il cite les dédoublements, la revalorisation des primes rep+, les réformes du lycée et du lycée professionnel. " Le principe a été de donner une assise scientifique et républicaine renforcée à ces politiques par la création d’un Conseil  scientifique de l’éducation nationale et d’un Conseil des sages de la laïcité".

Les résultats ne sont pas là

Curieusement il y a un vrai record dont le ministre ne se vante pas, c'est celui de la longévité. Mais au bout de 5 années de son ministère, les résultats ne sont pas, contrairement à ce qu'il assure, au rendez vous. Commençons par ceux des élèves. Améliorer le niveau des élèves a été proclamé par JM Blanquer comme son objectif principal. Pour l'évaluer il a créé un outil ministériel, directement dépendant de lui, qui évalue tous les élèves de CP, CE1, 6ème et , théoriquement, 2de (mais au lycée il a échoué à l'imposer). JM Blanquer a promis "100% de réussite" en CP. Il a mis des moyens pour cela en dédoublant les classes de l'éducation prioritaire (Rep et Rep+). Ce que montrent les évaluations mêmes du ministère c'est que le niveau monte lentement. Ne nous laissons pas impressionner. Dans tous les pays qui utilisent ces évaluations, le niveau progresse ne serait ce que parce que les élèves sont mieux préparés aux tests. Par contre ce que disent les données ministérielles c'est que les objectifs ne sont pas atteints. JM Blanquer avait promis un vrai bond au début de l'école primaire grâce à plus de 10 000 postes. En fait l'évolution est faible. Pire, les résultats des élèves socialement défavorisés des classes dédoublées ne sont pas meilleurs que ceux des élèves défavorisés des classes non dédoublées. On ne saurait mieux attester de l'impasse pédagogique dans laquelle le ministre s'est mis.

(...)

Les 5 années du ministère Blanquer se traduisent par un rejet inédit de la politique ministérielle. Toutes les enquêtes le disent qu'il s'agisse du Baromètre Unsa ou des enquêtes menées par la FSU. Selon le baromètre Unsa, la confiance est morte entre le ministre et ses personnels depuis 2018. En 2021 il compte seulement 8% de soutiens chez les professeurs des écoles et 6% chez les enseignants du 2d degré. Cela touche aussi les cadres. Un inspecteur (IPR ou IEN) ou personnel de direction sur quatre seulement partage les vues de JM Blanquer. En 2017, trois inspecteurs sur quatre adhéraient aux réformes de N Vallaud Belkacem. Selon le sondage Harris pour le Snuep Fsu, 71% des PLP jugent négativement la réforme de la voie professionnelle. Selon le sondage réalisé pour le Snuipp Fsu, seulement 5% des enseignants du 1er degré soutiennent la politique ministérielle. 85% sont contre la loi Rilhac.

(...)

F Jarraud

Billet complet à lire en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :