Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Du Viet Nam à l'Ukraine... Une vie....

19 Avril 2022 , Rédigé par christophe Publié dans #Divers

Comme je l'ai déjà écrit, j'ai grandi dans les années 60 en pleine guerre du Viet Nam. Je la suivais à la radio et je feuilletais les pages de Paris-Match - le grand Paris-Match; pas ce qu'il est devenu aujourd'hui. 

J'étais fasciné et horrifié par les articles et les photographies. Les explosions des bombes au napalm figées sur papier glacé. Les B-52 larguant des tonnes de munitions sur des villages et des ennemis invisibles enterrés dans des forêts, des collines et des rizières dont s'occupaient des femmes aux chapeaux en pagode et aux pas caressant la terre dont ils étaient les héritiers millénaires. 

Me reviennent en mémoire les regards des GI's américains. Dépoitraillés, usés par la peur, les pupilles dilatées par les excès de drogues. Des hommes qui ne savaient plus très bien où était le bien, où était le mal. Les regards de ces autres soldats, aux pieds nus, attendant de partir à l'assaut des "impérialistes", certains de la victoire, de la noblesse de leur cause, quel que soit le contenu des lendemains pourvu qu'il fût le leur. 

Je découvrais les "protest songs" et Joan Baez. Woodstock et Jimmy Hendrix reproduisant les explosions des bombes à la guitare. J'avais 11 ans...

53 ans plus tard, nous vivons en direct à la télévision le massacre de l'Ukraine. Des bombardements incessants réduisant des villes en cendres. Des populations obligées de vivre dans des caves ou des couloirs de métros. Des enfants souriants ou en larmes. Ou les deux à la fois, incrédules, terrifiés par des adultes enragés qu'ils croyaient - on leur disait à l'école - des exemples. Des femmes, parfois même pas encore, violées devant leurs proches par des "soldats" voués aux enfers d'un despote. Des innocents abandonnés à même le sol dans la rue d'un village. Fusillés pour rien !

Alors m'est venu ce texte. Déstructuré comme ce massacre, ces immeubles éventrés, ces corps déchiquetés...

                 ____________

Du ciel vient la mort explosions murs éventrés

Hurlements du blessé sirènes un homme qui court

Le village silencieux quel village plus rien 

Chars des chiens errants le métro refuge

Dans le ciel des avions bombes fuite abri

Cadavres charniers puanteur Guernica encore

Tout s'évanouit le réel est néant le jour devient la nuit

Et la nuit s'illumine des éclairs des missiles

Et le jour se tapit tremblant comme une flamme

Et puis...

Et puis une femme belle blonde maquillée

Le feu partout mais son sourire !

Christophe Chartreux

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :