Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Les écoles toujours sous la pression du Covid-19, malgré les annonces de Jean-Michel Blanquer

17 Janvier 2022 , Rédigé par France Inter Publié dans #Education

https://images.sudouest.fr/2020/09/24/5f6cbd4466a4bd3220d0c6e1/widescreen/1000x500/certains-enseignants.jpg?v1

Élèves positifs, enseignants malades et non remplacés, classes fermées... Une nouvelle semaine de stress commence pour les parents d'élèves et le personnel de l'Éducation nationale. Les mesures annoncées par Jean-Michel Blanquer ne seront pas effectives tout de suite.

Jean-Michel Blanquer a annoncé la semaine dernière un renfort de 8.000 personnes dans l'Éducation nationale, après un mouvement de grève très suivi, et pour subvenir aux besoins de l'école désorganisée par le Covid-19. Il a par ailleurs promis la distribution de cinq millions de masques FFP2, notamment pour les enseignants de maternelle, et de deux masques chirurgicaux par jour pour tous les professeurs. Mais certains instituteurs et directeurs d'établissement sont sceptiques, voire résignés, sur la mise en place de ces mesures à court-terme. 

Des classes toujours fermées faute de personnel ce lundi

Ce lundi, deux classes seront fermées dans l’école élémentaire du Hazay à Cergy, faute de remplaçants disponibles pour assurer les cours des enseignants malades du coronavirus. "Je suis obligé de fermer ces deux class es, et de demander aux familles de garder leurs enfants, 56 élèves sont concernés", se désole Olivier Flipo, directeur d'une école de banlieue parisienne et délégué SE-UNSA du Val-d'Oise.

"Je viens de passer 15 jours insupportables, à travailler en permanence, tard le soir, y compris parfois la nuit, à informer les familles qui n’attendaient plus rien du ministère."

Les enseignants sceptiques sur le recrutement de contractuels

Parmi les 8.000 recrutements attendus dans l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer a annoncé l'embauche de "3.300 enseignants contractuels", qui verront leur contrat prolongé pour assurer la totalité de l'année scolaire. Les recrutements doivent commencer dès cette semaine, selon le ministre. 

Mais Emmanuel Villain, instituteur à l’école du Hazay de Cergy n’y croit pas. "Je ne vois pas comment ils peuvent faire. Avant le coronavirus, il y avait des tas de problèmes de remplacement, une crise de recrutement. Je n’arrive pas à croire qu’ en une semaine on puisse recruter des gens et les mettre dans des écoles."

Caroline (le prénom a été changé), institutrice en école maternelle en Charente-Maritime est du même avis. "Surtout si ce sont des contractuels, les contrats ne sont pas attrayants, il faut trouver les gens, en zone rurale c’est très compliqué de recruter."

Impatience vis-à-vis des masques

Les premiers masques "vont arriver en début de semaine prochaine, et ça va s’échelonner jusqu’à la fin du mois", a déclaré ce vendredi Jean-Michel Blanquer sur Franceinfo. Dans les écoles, la livraison est attendue avec beaucoup d'impatience. 

Jérémy Rousset, porte-parole du syndicat SNUIPP-FSU dans la Loire, est directeur d'école maternelle à Saint-Etienne "Aucun masque n’est arrivé jusqu’à l’école pour l’instant" , note-t-il, déçu de "toutes les promesses" qui sont déjà restées "à l'état de promesses". 

Jérémy Rousset s’attend aussi à des classes fermées dans le département de la Loire cette semaine, faute de personnel enseignant. L'ensemble des mesures annoncées par Jean-Michel Blanquer ne le satisfont pas, mais il relève un signe encourageant :

"Entendre notre ministre avouer qu’il se trompe, cela a fait du bien."

"Car on a l’impression, poursuit-il, que depuis le début, Jean-Michel Blanquer vit dans une autre école que la nôtre". 

Elie Abergel

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :