Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Najat Vallaud-Belkacem : « Les morts des migrants sur nos côtes ne sont pas une fatalité »

17 Décembre 2021 , Rédigé par L'obs Publié dans #Migrants

Au large de Calais, le naufrage d'un bateau de migrants fait de nombreux  morts | Le HuffPost

EXTRAITS

Carte blanche : L’ancienne ministre de l’Education nationale aujourd’hui directrice de l’ONG One analyse et dénonce la somme « de nos inactions, de nos erreurs et de nos renoncements » qui aboutissent à la noyade de dizaines de migrants dans la Manche.

Le 24 novembre dernier, 27 personnes, dont sept femmes et trois jeunes, ont trouvé la mort dans la Manche en tentant de rejoindre l’Angleterre. Cette tragédie frappe par son ampleur. C’est, depuis 2018, le drame le plus meurtrier que la Manche ait connu, qui porte à trente le nombre de décès en mer depuis le début de l’année, auxquels s’ajoutent quatre disparitions. En 2020, six migrants avaient trouvé la mort et trois autres étaient portés disparus. Quatre autres décès avaient été recensés en 2019. Et encore, il ne s’agit que des recensements officiels, car la mer ne rend pas tous les corps. Et ces chiffres viennent s’ajouter aux autres vies fauchées sur les routes de l’exil qui ne font pas les gros titres des journaux. Selon les associations, au moins 336 personnes sont mortes à la frontière avec l’Angleterre depuis 1999.

Face à ce drame, la première réaction, c’est celle du cœur. Notre commune humanité ne peut supporter sans réagir que la mer rejette sur nos côtes des hommes, des femmes et des enfants dont le seul crime est de chercher dans notre monde un avenir un peu meilleur que celui que le destin ou les circonstances leur ont infligé. En mer, tout particulièrement, la sauvegarde des vies humaines doit primer sur toute autre considération, de statut, de nationalité, ou de politique migratoire. Le cynisme de ceux qui cherchent à rejeter sur les victimes la responsabilité de leur sort, qui assortissent leur émotion feinte devant les caméras de « oui, mais… » lourds de sous-entendus, ou qui tentent d’instrumentaliser politiquement de tels drames, n’a d’égal que leur indécence et n’appelle que le mépris de tous ceux qui se sentent frères et sœurs en humanité avec ceux qui souffrent. L’empathie et la compassion ne peuvent s’épuiser qu’à mesure que notre humanité recule.

Mais ce n’est pas simplement d’absence de cynisme que nous avons besoin pour renouer avec notre humanité. Derrière les chiffres, il y a des vies, des destins, des souffrances et des espoirs.

Il est insupportable, et tristement révélateur, qu’aucun hommage officiel, qu’aucune condoléances présidentielles, qu’aucune reconnaissance ministérielle, qu’aucune minute de silence parlementaire, ou qu’aucune période de deuil et de décence n’ait suivi le drame.

(...)

Najat Vallaud-Belkacem, directrice de l’ONG One/France

Suite et fin en cliquant ci-dessous

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :