Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Wokisme contre universalisme ! Mais que va faire Jean-Michel Blanquer dans ce débat caricatural ?

16 Octobre 2021 , Rédigé par France Inter Publié dans #Education

D'après JM Blanquer, le grand danger qui menace les écoles françaises. Le  Covid ? Naaaaan!!! - Vivement l'Ecole!

Jean-Michel Blanquer lance un cercle de réflexion : "Laboratoire de la République" Quel drôle d’idée ! Pourquoi le ministre de l’Éducation dépense son maigre capital de sympathie en prenant fait et cause pour l’un des deux camps d’une controverse caricaturale ?

D’un côté, le wokisme, cette vision de l’antiracisme venue des Etats-Unis au défaut principal de promouvoir non pas la diversité mais le différencialisme, segmentant la population en de multiples sous-groupes dominés par l’homme blanc hétérosexuel. 

De l’autre côté, des républicains universalistes qui oublient un peu, tout occupés à fustiger une forme d’antiracisme, de lutter contre le vrai racisme, électoralement beaucoup plus puissant par les temps qui courent. Racisme qui même parfois se parer du manteau de l’universalisme. 

Etre à ce point scandalisé par le wokisme ou du moins attacher tant d’importance à ces universitaires minoritaires et sans relais dans le tréfonds de la société est en fait une très bonne façon de leur donner de l’audience et par là-même de contenter les nouveaux réacs à la mode. 

Et puis est-ce vraiment si scandaleux, de la part de militants noirs par exemple, de poser la question de Colbert ? 

C’est peut-être ridicule de vouloir déboulonner des statuts et plus intelligent d’expliquer par une plaque la réalité parfois sinistre de l’histoire de certaines gloires nationales… Mais mobiliser sa capacité d’indignation sur des outrances de l’antiracisme plutôt que sur le racisme lui-même, n’est sans doute pas la meilleure façon d’œuvrer pour l’universalisme. Le ministre de l’Éducation ne doit pas rester neutre pour autant.  

C’est-à-dire ?

Il doit se préoccuper, bien sûr, de la bonne compréhension de la laïcité en milieu scolaire. Mais en choisissant un camp dans une controverse qui se polarise, il donne un caractère officiel à des anathèmes parfois caricaturaux ou en tout cas très polémiques. 

D’autant que si le wokisme progresse, c’est bien souvent que la promesse républicaine, la possibilité de casser les assignations à résidence (aussi bien géographiques s’agissant des quartiers ghettoïsés que culturelles, sociales ou religieuses), n’a pas été développée ces dernières années. 

Le plan Borloo pour les banlieues n’a pas été entrepris et la réforme du bac comme des sections aux lycées (les remontées  de terrain sont claires) ne vont pas du tout dans le sens de l’égalité républicaine. 

Le ministre serait plus dans son rôle en se demandant pourquoi une partie de la jeunesse prête l’oreille à cet inquiétant différencialisme. 

Sans perdre l’objectif de l’universalisme, n’y a-t-il rien à retenir de ce que dit cette jeunesse ? 

Ne peut-on pas soulever le couvercle de la caricature pour comprendre les raisons profondes de leur méfiance envers une République qui met si longtemps à reconnaitre son passé et qui engendre une dynamique électorale d’extrême-droite multiforme ? 

Il faudrait peut-être dépolariser le débat et par exemple, convenir que pour être un bon universaliste, il faut surtout commencer par admettre que non, les conditions sociales, urbanistiques, scolaires,  d’une égalité des chances, les possibilités d’émancipation, ne se sont pas particulièrement améliorées sous ce quinquennat.   

L'équipe

  • Thomas Legrand, éditorialiste à France Inter
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :