Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vivement l'Ecole!

Enseignement supérieur : « La valorisation de la recherche doit être remise en haut de l’agenda politique et scientifique »

20 Septembre 2021 , Rédigé par Le Monde Publié dans #Education, #Université

Défis, difficultés et bonnes initiatives : face à la crise, la recherche  universitaire s'adapte

EXTRAITS

Le professeur de sciences de gestion Jean-Philippe Denis rappelle, dans une tribune au « Monde », que la France doit mieux promouvoir ses savoirs en sciences exactes mais aussi dans les sciences humaines et sociales qui constituent un puissant levier de compétitivité pour la recherche française.

Tribune. Rendu public en janvier 2007 et établi notamment par Emmanuel Macron, le rapport sur la valorisation de la recherche supervisé par Henri Guillaume, inspecteur général des finances, dressait un constat sombre : « En dépit des mesures prises depuis la loi sur l’innovation et la recherche de 1999, la valorisation de la recherche ne progresse pas en France depuis quinze ans. La stagnation concerne les multiples formes de la valorisation de la recherche, entendue ici sous son aspect le plus large comme l’ensemble des relations entre la recherche publique et le monde économique (…). Pour l’essentiel, ce constat rappelle donc le bilan établi en 1998, à la veille de la loi de 1999. »

Un certain nombre de symptômes étaient soulignés. Parmi ceux-ci, une hyper-concentration à hauteur de 90 % sur trois acteurs des revenus nationaux liés à des brevets – le CNRS, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et l’Institut Pasteur. A l’exception de l’Ecole des mines de Paris ou de l’Ecole supérieure d’électricité (avec 20 % de la recherche financée par des entreprises) explicitement mentionnées, les trois quarts de l’activité de recherche contractuelle étaient concentrés sur moins de 3 % des laboratoires étudiés tandis que les universités ou le CNRS ne couvraient que 2 % en moyenne de leurs dépenses de recherche par des contrats avec les entreprises.

Enfin, le rapport notait des retombées socio-économiques de la recherche globalement très en deçà de ce que l’on observait déjà à l’international. En cause principalement, le mille-feuille institutionnel conduisant à une faible efficacité (grandes écoles, universités, unités mixtes de recherche, organismes de recherche) mais aussi une absence de culture de la valorisation et des freins organisationnels (les structures responsables de porter la valorisation étant trop éloignées des lieux de production de la recherche).

(...)

Penser stratégie de valorisation, c’est nécessairement reconnaître la nécessité de penser selon un autre référentiel : les progrès en matière d’intelligence artificielle (IA) et de traduction automatique invalident le postulat du recours obligatoire à l’anglais dans la valorisation des enseignements et des productions scientifiques ; à la rigueur de productions scientifiques évaluées dans le cadre de procédures entre pairs qui s’étalent sur plusieurs années, la valorisation appelle des modes d’organisation fondés sur des logiques de type innovation Bêta ou encore « test & learn ».

Les nouveaux terrains de jeux des Gafam

Enfin, à la fuite en avant dans la course à la nouveauté et à la prochaine « découverte », c’est bien d’abord de préservation et de valorisation des actifs, des patrimoines, des catalogues des œuvres passées qu’il convient de s’inquiéter. En ce domaine, la découverte des manuscrits inédits de l’écrivain Céline (déjà valorisés plusieurs millions d’euros) ou encore le succès de la série Lupin de Netflix à l’international (et son impact dans les librairies sur les ventes des œuvres de Maurice Leblanc) fournissent des jurisprudences à méditer.

(...)

Tous les signaux convergent en effet pour indiquer qu’à l’image du sport professionnel, l’éducation et l’enseignement primaire, secondaire comme supérieur sont déjà les nouveaux terrains de jeux des Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) et autres BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) dans le cadre d’un processus considérablement accéléré par la crise sanitaire et les confinements successifs.

Jean-Philippe Denis(Professeur de sciences de gestion, Université Paris-Saclay)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :